Cd événement, critique. «  TUHU » : GAËLLE SOLAL, guitare (1 cd Eudora, 2019)

SOLAL gaelle guitare TUHU villa lobos review cd critique classiquenews audoraCD événement, critique. «  TUHU » : GAËLLE SOLAL, guitare (1 cd Eudora, 2019). Quelle serait la quintessence du spleen brésilien ? En voici un remarquable proposition. L’album concrétise tout une démarche personnelle et intime cultivée autour des partitions de Villa-Lobos ; la guitariste Gaëlle SOLAL est même parti au Brésil pour y découvrir comment est vécue la musique du compositeur brésilien, comment elle est jouée (entre autres au sein des « roda », ces rondes de musiciens que se forment par affinités autour d’une table à Rio…) et ce qui perpétue son héritage. Il en découle cet album « Tuhu », (prononcer tou-hou / et qui signifie « petite flamme »), surnom donné à Villa-Lobos par sa mère (par ce que l’enfant avait la passion des trains) ; et aussi dernier mouvement de la Suite composée par Roland Dyens en hommage au Brésilien.

Le programme suit les jalons d’un parcours tissé de riches références et filiations, d’hommages et de transcriptions (du piano à la guitare), avec des « relectures » ou réappropriations surprenantes voire enthousiasmantes: ainsi le Choro de Pixinguinha, hommage particulièrement raffiné à Villa-Lobos, lui-même compositeur fascinant de Chôros, emblème de l’âme carioca. Ainsi surtout la relecture (adaptation) que réalise Gaëlle SOLAL elle-même de Brejeiro (« espiègle ») d’Ernesto Nazareth, prétexte à un développement propre désormais à la guitare (d’après l’original pour piano) ; la guitariste ajoute intros, codas et une impro pour la partie centrale mineure (extension qui n’existe pas chez Nazareth). Même processus transcriptif régénérateur la Saudade de Dyens, hommage au Brésil et à Villa-L. Cas particulier, le Prélude n°2 de ce dernier (appartenant au cycle des 5 Préludes) évoque l’enfant de Rio au moment où il reçoit la passion de la musique en découvrant les musiciens (guitaristes) des rues.

La guitariste Gaëlle Solal joue Villa-Lobos & friends
Hommage poétique à Heitor dit « Tuhu »

 

Outre le choix des pièces qui forment une collection pertinente d’airs pour la guitare, le geste de l’interprète séduit immédiatement.
La guitariste visiblement très inspirée conduit l’auditeur en un parcours jalonné de perles au charme indiscutable, contrasté, évocateur. C’est d’abord la puissance de feu, la digitalité éruptive de l’hommage de R Dyens à Villa-Lobos (VL) ; puis la grande tendresse nostalgique mais pas sombre de Carinhoso de Pixinguinha, idéalement enchaînée avec le très célèbre et irrésistible Chôros n°1 de VL, invitation chaloupée à l’âme carioca et brésilienne, pièce originale pour guitare qui fait la passerelle avec l’ami pianiste et compositeur Ernesto Nazareth auquel est dédié cette pièce mythique : en résonance, Nazareth écrit « Brejeiro » (ici arrangé par la guitariste) en miroir du Chôros n°1, avec une vitalité dansante, une sorte de marche heureuse qui séduit immédiatement.
CLIC D'OR macaron 200D’un bout à l’autre, on déguste et savoure le sens des phrasés suggestifs, le chant murmuré de Gaëlle Solal, son laisser-faire, ses points de tension et de détente, enchaînés, résolus avec un sens naturel véritablement chorégraphique (même qualité pour le Prélude n°2 de Villa-Lobos); fluide, d’une articulation ténue, précise, son Villa-Lobos n’est jamais vraiment mélancolique comme peut l’être la pièce qui suit « Constance » de Guinga. Tout s’écoule en un flux qui respire et dévoile des éclairs intérieurs, introspectifs, où la vie secrète, intime se résolve d’elle même avec une sérénité à toute épreuve (Mazurka-Chôro de VL). Et même sa « Tristorosa » garde toujours une lumière intacte d’une couleur pudique et intime, admirable. Et s’il ne devait demeurer qu’un seul air ici magnifiquement réalisé, avouons notre préférence pour l’ineffable caprice « Schottish-Chôro », fragment de la Suite Populaire Brésilienne de Villa-Lobos, toute en finesse, chant lumineux, suggestive facétie mesurée. CLIC de CLASSIQUENEWS Noël 2020.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Cd Ă©vĂ©nement, critique. «  TUHU » : GAĂ‹LLE SOLAL, guitare (1 cd Eudora, 2019) – (Parution digitale : 4 dĂ©c 2020 – sortie physique le 11 dĂ©cembre 2020). CLIC de classiquenews NoĂ«l 2020.

 

ACHETER le cd “Tuhu” / Villa-Lobos & friends par GaĂ«lle SOLAL, guitare (1 cd Eudora)

LIRE aussi notre annonce du cd TUHU par Gaëlle SOLAL (1 cd Eudora)

 

 

 

TEASER vidéo du cd TUHU par Gaëlle SOLAL :

 

 

CD événement, annonce. « TUHU » : GAËLLE SOLAL, guitare (1 cd Eudora, 2019)

SOLAL gaelle guitare TUHU villa lobos review cd critique classiquenews audoraCd Ă©vĂ©nement, annonce. «  TUHU » : GAĂ‹LLE SOLAL, guitare (1 cd Eudora, 2019)  -  Tuhu / “petite flamme”, c’est le surnom que la mère de Villa-Lobos donnait Ă  son cher fils, lui-mĂŞme passionnĂ© par les locomotives… Le titre de l’album de la guitariste GaĂ«lle Solal tisse un superbe hommage aux musiques de Heitor Villa-Lobos, gĂ©nie de l’âme brĂ©silienne que la guitariste française a ressenti au plus près, en particulier après un sĂ©jour dĂ©cisif au BrĂ©sil, Ă  Rio (entre autres): de filiations en rĂ©fĂ©rences, de transcriptions en relectures, GaĂ«lle Solal captive par un jeu crĂ©pitant, ivre de soleil et virtuose en rythmes contrastĂ©s, enchaĂ®nĂ©s, parfois rĂ©Ă©crits. Le programme du cd « Tuhu » offre mille nuances sonores, suavement brĂ©siliennes : il confirme l’étonnante facultĂ© de la guitare ainsi maĂ®trisĂ©e Ă  exprimer tous les savants mĂ©tissages qui tissent ici un fabuleux journal intime. Roland Dyens, Pixinguinha, Nazareth, CLIC D'OR macaron 200Guinga, Jobim forment une « roda » imaginaire, tous rĂ©unis autour d’un Villa-Lobos Ă©ternellement inspirant. Pleine critique Ă  venir dans le mag cd, dvd, livres de classiquenews.com (Parution digitale : 4 dĂ©c 2020  -  sortie physique le 11 dĂ©cembre 2020). CLIC de classiquenews NoĂ«l 2020.

 

 

 

 

TEASER VIDEO :

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

CD. Mickael Viegas, guitare. COMPLETE GUITAR WORKS of HEITOR VILLA-LOBOS (2 cd Paraty, 2015)

Lobos Villa heitor villa lobos Viergas Mickael guitare works complete review critique cd classiquenews VIERGAS Mickael cd paraty Titelive_3760213650351_D_3760213650351CD. COMPLETE GUITAR WORKS of HEITOR VILLA-LOBOS (2 cd Paraty, 2015). VoilĂ  l’intĂ©grale pour guitare de Heitor Villa-Lobos, soit 25 pièces magistrales qui contiennent tout le raffinement chorĂ©graphique du BrĂ©sil moderne ; une suavitĂ© immĂ©diatement gorgĂ©e de soleil, une apparente insouciance bienheureuse, une vitalitĂ© subtilement articulĂ©e, chaloupĂ©e par la guitare aux canevas rythmiques souvent stupĂ©fiants de Mickael Viegas (ChĂ´ros n°1, en ouverture du cd1). GESTE EXPERIMENTAL POUR INTEGRALE HISTORIQUE. L’approche se double d’un projet esthĂ©tique personnel, celui ambitieux de restituer toute la parure harmonique d’origine dont a pu s’enticher le compositeur mais que son Ă©criture pour l’instrument a malheureusement rĂ©duit, Ă©purĂ© “tragiquement” en raison des limites techniques de la guitare seule ou de l’instrumentiste d’alors : pour palier telle limitation et pourtant jouer toutes les notes, l’enregistrement ose ici superposer parfois, quand cela est exigĂ©, plusieurs parties de la mĂŞme guitare et de façon cohĂ©rente puisqu’il s’agit de la mĂŞme main : collage habile, plutĂ´t superposition heureuse dont la polyphonie labyrinthique, et vertigineuse (effet de locomotive de l’Etude 4, annonçant la frĂ©nĂ©sie de la dernière Etude 12) impressionne par sa sauvagerie pourtant millimĂ©trĂ©e ; le travail de l’ingĂ©nieur pour un montage aussi pĂ©rilleux a dĂ» ĂŞtre aussi difficile et dĂ©licat que le jeu premier saisi sur le vif du guitariste… ; virtuose et flexible, d’une grâce parfois allusive, – proche de la harpe, la guitare de Mickael Viegas honore son dĂ©fi (Etude n°2) dont les cascades de notes enchaĂ®nĂ©es avec une prodigalitĂ© très prĂ©cise, produisent cette saturation harmonique par rĂ©sonance d’une intensitĂ© saisissante. C’est mĂŞme comme si une guitare dĂ©doublĂ©e jouait simultanĂ©ment comme Ă  Ă© voix Ă©gales (Etude n°5) : l’assemblage des couches relève de l’expĂ©rimentation sonore d’une Ă©vidente richesse artistique ; pour l’auditeur, c’est un bĂ©nĂ©fice Ă©trangement spatialisĂ© aux performances pourtant inĂ©dites; on comprend qu’ici, la libertĂ© recrĂ©ative de l’interprète, soucieux du format et de l’Ă©quilibre global joue comme un alchimiste, un orfèvre des rĂ©glages ; le guitariste rend ainsi un hommage Ă  Villa-Lobos, plus qu’il ne joue ses partitions ; car il a fallu parfois rĂ©orchestrer, ou mĂŞme adapter des transpositions que Villa-Lobos a validĂ©es, celle de son Ă©lève et disciple, JosĂ© BrandĂŁo, qui transposa beaucoup de pièces de son maĂ®tre pour piano : il en dĂ©coule une fureur souvent Ă©lectrique mais associĂ©e comme nous l’avons dit Ă  un sens de la chorĂ©graphie inouĂŻe (ivresse pleine de panache de l’Etude n°7). L’Etude la plus longue (n°11) sĂ©duit moins par ses accents tĂ©nĂ©breux, que sa carrure rythmique Ă©tonnante et ses suspensions plus mystĂ©rieux, instants de respiration d’une prodigieuse profondeur. Le geste du guitariste s’y affirme avec une grâce peu commune.

Inspiré par Villa-Lobos, le guitariste Mickael Viergas nous offre une intégrale qui fait date

GUITARE EXPERIMENTALE

Très inspirĂ© par tant de matière primitive, d’une Ă©nergie Ă  peine contenue, lave dont il entretient comme le feu sacrĂ©, le guitariste très convaincant, et douĂ© d’une intelligence imaginative exceptionnelle, ose aussi complĂ©ter des partitions rĂ©cemment retrouvĂ©es mais fragmentaires comme la Valsa Concerto n°2 (inhumĂ©e Ă  la Bibliothèque de Sao Paolo) et dont Mickael Viegas restitue Ă  sa manière tout la dernière sĂ©quence que Villa-Lobos avait amorcĂ©e. La facultĂ© du guitariste Ă  insuffler l’esprit du gĂ©nie musical, Ă  l’entretenir comme d’une flamme tĂ©nue, Ă  en produire tout un cycle ardent de mĂ©lodies fugaces reste impressionnant. La fulgurance rejoint ici la subtilitĂ©.
CLIC_macaron_2014MĂŞme terrible enchantement dans le cd 2, vĂ©ritable miracle de gestion musicale, en particulier dans l’Ă©difice des 5 PrĂ©ludes dont le premier, vĂ©ritable sommet de toute la littĂ©rature pour guitare, affirme le puissant tempĂ©rament poĂ©tique de l’interprète qui en restitue donc Ă  deux guitares assemblĂ©es, – grâce Ă  l’ingĂ©nierie de l’enregistrement et l’audace des collages que nous avons Ă©voquĂ©s, toute la nouvelle polyphonie jaillissante. Un Ă©coulement qui semble improvisĂ© mais tellement naturel, d’une constante et prodigieuse rĂŞverie. Chapeau bas. Le programme est Ă©blouissant et la modalitĂ© de sa rĂ©alisation, d’une audace revivifiante. CLIC de CLASSIQUENEWS de mars 2016.

CD, compte rendu critique. CLIC de CLASSIQUENEWS de mars 2016. Heitor Villa-Lobos : complete guitar works. Intégrale des oeuvres pour guitare. Mickael Viegas, guitare (2 cd Paraty 125139). Enregistré en mars 2015 au Portugal.

VIEGAS cd