CD, critique. SPONTINI : Olympie (version 1826). Aldrich, Vidal, … J Rhorer (2 cd 2016 — Pal. Bru-Zane)

spontini olympie vidal aldrich cd critique classiquenews bru zane bz1035CD, critique. Gaspare SPONTINI : Olimpie (version 1826). Gauvin, Aldrich, Vidal, Rhorer (2 cd juin 2016 — Pal. Bru-Zane, collection « opéra français). Si Cassandre chez Berlioz (Les Troyens) fille de Priam, assiste sans issue ni espérance, à la chute de Troie, Cassandre chez Gaspare Spontini (1774-1851) dans Olimpie (1819) est… un homme, comme d’ailleurs Antigone. Autre œuvre, autre genre. Mais Spontini s’inspire de la pièce de Voltaire (1761). Tous deux s’opposent pour l’amour d’Aménaïs / Olimpie, fille d’Alexandre le grand. C’est d’ailleurs Cassandre qui la sauve à Babylone, et la jeune femme aime son sauveur… Mais la mère de la princesse, Statira refuse une telle union : pour elle, Cassandre a tué Alexandre. Spontini manie le sublime tragique (avant Meyerbeer) avec un génie que Berlioz fut le premier à applaudir. Ainsi dans la version de 1819, Olimpie et Statira, la filel et la mère se suicident avant que Antigone ne soit reconnu comme le meurtrier d’Alexandre. Laissant Cassandre innocenté, démuni et tragiquement esseulé.
Dans la version de 1821, retour au lieto finale et les deux amants, Olimpie et son sauveur peuvent se marier sous la bénédiction de la mère.
De Rossini, Spontini maîtrise l’élégance seria ; de Gluck, il prolonge la tension tragique, d’une inéluctable souffrance, d’un inflexible dignité. Comme ses prédécesseurs au carrefour du XVIIIè et du XIXè préromantique (Gossec, Piccini, Sacchini, …), Spontini embrase son orchestre d’accents guerriers (les trombones et les cors sont même « trop utilisés » selon Berlioz). On note l’usage pour la première fois du tuba historique ou ophicléïde.
La force de l’opéra revient à ses fabuleux contrastes, en règle à l’heure baroque, et qui ici, relance constamment la lyre tragique. Il en découle des enchaînements qui pourront heurter une écoute trop passive…Ainsi l’air de Cassandre (ténor) « Oh souvenir épouvantable » encadré de deux duos (avec Antigone), et surtout au début du II, la prière de Statira, entrecoupé, commenté par de soudaines intrusions du prêtre Hiérophante (Patrick Bolleire, basse) et surtout du chœur, d’une noblesse irrésistible. Tout cela intègre le collectif et les destinées individuelles avec un sens remarquable du drame et des équilibres poétiques.

Dans ce sens, la direction de Jérémie Rhorer et son Cercle de l’Harmonie, manque singulièrement d’équilibre, de clarté, d’architecture, de nerveuse précision. Cela sonne sec, parfois brutal. Ce qui réduit évidemment les champs expressifs et les plans poétiques d’une oeuvre qui certes est tragique et spectaculaire mais pas moins humaine et profondément raffinée (ne serait-ce que dans le portrait de la fille et de la mère, de leur relation trouble et contradictoire : cf. subtile et superbe confrontation Olimpie-Statira au II ).
Voix du peuple Ă  Éphèse, le ChĹ“ur de la radio flamande par contre s’impose indiscutablement par des nuances linguistiques qui captivent. CĂ´tĂ© solistes, distinguons la mère Statira dont Kate Aldrich cisèle chaque facette, celle de la mère tendre et inflexible, et aussi de la veuve haineuse et vengeresse. Sur les traces de la crĂ©atrice, la lĂ©gendaire Caroline Branchu aux qualitĂ©s de tragĂ©dienne immenses, la chanteuse amĂ©ricaine trouve le ton et le style justes. Dans le rĂ´le-titre, Karina Gauvin ne parvient pas Ă  rendre son personnage rĂ©ellement passionnant, – un ĂŞtre capable de fureur, de tendresse (mozartienne), de vĂ©rité… qui ici Ă©chappe au concert. Saluons aussi l’excellente intelligibilitĂ© de Josef Wagner dans le rĂ´le du noir et jaloux Antigone. Remplaçant Charles Castronovo, dans le rĂ´le de Cassandre, rĂ´le clĂ© tant il est riche en registres Ă©motionnels, Mathias Vidal dĂ©ploie un talent rare de diseur et de tragĂ©dien, trouvant par contre les Ă©lĂ©ments psychologiques et les intonations idĂ©ales pour exprimer dĂ©sirs et dĂ©sillusions du prince hĂ©roĂŻque. L’ambitus de la tessiture est constamment sollicitĂ©, offrant au chanteur, une partie digne du théâtre. Rien ne semble flĂ©chir dans son chant tendu, nerveux, lui aussi très respectueux du texte. tant de nuances et de maĂ®trise contredisent souvent la brutalitĂ© dĂ©jĂ  relevĂ©e de l’orchestre. Dommage. VoilĂ  qui comble mais de façon dĂ©sĂ©quilibrĂ©e notre connaissance d’Olimpie, aux cĂ´tĂ©s des autes ouvrages du maĂ®tre adulĂ© de Berlioz : La Vestale, Fernand Cortez (1809), commande de NapolĂ©on, ou Agnès von Hauhenstanden (1829).

________________________________________________________________________________________________

spontini olympie vidal aldrich cd critique classiquenews bru zane bz1035CD, critique. Gaspare SPONTINI : Olimpie (version 1826). TragĂ©die lyrique en trois actes. Livret d’Armand-Michel Dieulafoy et Charles Brifaut, d’après la pièce de Voltaire. Karina Gauvin, Kate Aldrich, Mathias Vidal, Josef Wagner, Patrick Bolleire, Philippe Sauvagie. ChĹ“ur de la Radio flamande. Cercle de l’Harmonie, JĂ©rĂ©mie Rhorer, direction (2 cd juin 2016 — Pal. Bru-Zane, collection « opĂ©ra français)

LIRE aussi notre présentation de l’opéra Olympie de Spontini (1819) : http://www.classiquenews.com/olympie-de-spontini-1819/

Olympie de Spontini (1819)

XIR224998France Musique. Samedi 11 juin 2016, 19h. SPONTINI : Olympie. EnregistrĂ© Ă  Paris, le 3 juin 2016. Enfin une omission rĂ©parĂ©e : si Gaspare Spontini (1774-1851) a disparu des scènes lyriques europĂ©ennes et surtout française, Berlioz le tenais pour le gĂ©nie lyrique le plus important en France après Gluck. C’est dire. CrĂ©Ă© Ă  l’OpĂ©ra de Paris (AcadĂ©mie royale), le 22 dĂ©cembre 1819, Olympie – ouvrage en 3 actes, d’après Voltaire, relève de la veine tragique et pathĂ©tique propre au grand opĂ©ra français hĂ©ritĂ© du Chevalier, ex favori de Marie-Antoinette. Plus qu’il ne “prĂ©pare” le romantisme français, Spontini le cultive dĂ©jĂ . Olympie est dirigĂ© pour sa crĂ©ation par Rodolphe Kreutzer (dont Berlioz admirait au delĂ  de tout, son oratorio rĂ©cemment ressuscitĂ© La mort d’Abel). L’orchestration, ses effets spectaculaires et dĂ©chirants, d’une couleur gluckiste, l’importance du choeur, le profil d’Antigone comme l’irrĂ©sistible tendresse dĂ©chirante de Statira, la veuve d’Alexandre, sur scène : Ă©toile pathĂ©tique et morale dont le chant est alors transcendĂ© par la diva de l’Ă©poque Caroline Branchu, – comme la fibre hĂ©roĂŻque et sensible de sa fille Olympie,- annoncent de fait l’AntiquitĂ© telle qu’elle s’impose dans Les Troyens de Berlioz. La tragĂ©die en 5 actes de Voltaire – Ă©ditĂ©e en 1762, inspire aux deux librettistes de Spontini, Michel Dieulafoy et Charles Brifaut, ce registre “sublime” si rĂ©ussi par Gluck. Le compositeur adulĂ© sous l’Empire par NapolĂ©on, auteur de La Vestale, le triomphe de sa vie, rĂ©ussit nĂ©anmoins dans Olympie, ce pathĂ©tique Ă©difiant qui touche le cĹ“ur par la justesse de ses accents dramatiques et psychologiques.

 

 

StupĂ©fiante Statira, veuve d’Alexandre…
OPERA TRAGIQUE ET SUBLIME de 1819

 

Mais Ă  l’Ă©poque d’Olympie, Spontini est dĂ©jĂ  hors de Paris, vers Berlin oĂą il s’installe le 1er fĂ©vrier 1820 car il vient d’ĂŞtre nommĂ© Generalmusikdirektor : ancien napolĂ©onien ralliĂ© aux Bourbons, Spontini eut raison de quitter la France et les nombreuses critiques du parti libĂ©ral… Le sujet d’Olympie aborde le rĂ©gicide : ici, l’assassinat d’Alexandre le Grand puis le destin de sa famille (un thème dĂ©licat et douloureux Ă  l’Ă©poque du crime perpĂ©trĂ© aux portes du théâtre de la crĂ©ation : l’assassinat du Duc de Berry, le 13 fĂ©vrier 1820) ; acte odieux rendant difficile toute reprise de l’opĂ©ra… C’est Ă  Berlin ainsi – om il a recouvrĂ© statut et considĂ©ration que Spontini confie Ă  ETA Hoffmann une nouvelle version d’Olympie, rĂ©Ă©crite en allemand, nouvel avatar lyrique crĂ©Ă© Ă  l’OpĂ©ra de Berlin le 14 mai 1821. C’est cette nouvelle version plus intense et contrastĂ©e encore qui triomphera en Europe et Ă  Paris, … en 1826, avec la mĂŞme Branchu qui fait alors ses adieux Ă  la scène. Spontini poursuit cette simplification narrative, moralisatrice parfois solennelle (dĂ©fĂ©rence au mythe impĂ©rial voir La Vestale et surtout Fernand Cortez) que les suiveurs de Gluck Ă  Paris avaient peu Ă  peu formuler dans la veine tragique : Salieri, Cherubini, Sacchini… BientĂ´t Scribe allait rĂ©former encore davantage, par ses livrets mĂ©diĂ©vaux, le modèle du grand opĂ©ra français, pour Adam, Rossini, HalĂ©vy (La Muette de Portici en fĂ©vrier 1828, puis Guillaume Tell, Les Huguenots). En 1819 et mĂŞme 1826, Voltaire est un modèle dramatique toujours vĂ©nĂ©rĂ©. Olympie fut pour le gĂ©nie de Ferney, une oeuvre tardive, Ă©crite en 6 jours par un Ă©crivain fatiguĂ© septuagĂ©naire, voulant jouer au jeune auteur… Pourtant la tragĂ©die convoquĂ©e par Voltaire – en un mĂŞme lieu, le temple de Diane Ă  Ephèse, est celle des tragĂ©diennes et des femmes blessĂ©es toujours dignes : reconnaissance entre Statira et Olympie (II), les mĂŞmes rejoignant les flammes d’un vaste bĂ»cher (V).
Pour Spontini, comme dans La Vestale, il s’agit de retrouver la grandeur et le sublime tragique de l’AntiquitĂ© Ă  travers ses rituels grandioses, d’une froideur parfois trop solennelle, voire monumentale (au III, le couronnement de Statira avec les lauriers d’Alexandre, oĂą Antigone paraĂ®t triomphante sur un Ă©lĂ©phant (! cf les didascalies d’Ă©poque) mais toujours grave : fouillant les ressources contrastĂ©es nĂ©es de l’opposition entre sacrĂ© et profane, oĂą brille la dĂ©votion de Statira pour la dĂ©fense des Dieux; scènes finales avec choeurs grandioses Ă  la clĂ© (dont l’effusion du peuple Ă©phĂ©sien pour cĂ©lĂ©brer la concorde entre Antigone et Cassandre). Si le spectaculaire a jouĂ© intensĂ©ment son rĂ´le dans la conception du l’opĂ©ra, Spontini parvient cependant Ă  tisser une fibre psychologique solide et fluide entre les scène, grâce Ă  son rĂ©citatif, l’un des mieux Ă©crits qui soit et qui exige des interprètes une maĂ®trise (en finesse comme en expressivitĂ©) absolue. Mais que l’on ne s’y trompe pas : la vĂ©ritable hĂ©roĂŻne, touchante autant que digne demeure la sublime mère d’Olympie, Statira. Olympie, en son suicide final ne fait suivre les traces maternelles.

L’Olympie de Spontini, 1819
A l’affiche du TCE Ă  PARIS, le 3 juin 2016

RADIO
Sur France Musique, samedi 11 juin 2016, 19h

Opéra en trois actes (1819)
Livret de Armand-Michel Dieulafoy et Charles Brifaut, d’après la pièce éponyme de Voltaire

Karina Gauvin:  Olympie
Kate Aldrich:  Statira
Charles Castronovo:  Cassandre
Josef Wagner:  Antigone
Patrick Bolleire:  Le hiérophante
Conor Biggs: Hermas, un PrĂŞtre
Le Cercle de l’Harmonie
Vlaams Radio Koor
Jérémie Rhorer, direction

VIDEO : voir la soprano Jennifer Borghi chanter Olympie de Spontini — concert “Grandeurs et dĂ©cadence : Gluck, Spontini, Cherubini… ” / Namur, 2012 © reportage exclusif clasiquenews.tv – Ă  1h46 : air de Statira invoquant les mânes de Darius et d’Alexandre, implorant sa fille Olympie…

LIRE aussi notre dossier spécial sur La Vestale de SPONTINI (Paris, octobre 2013)

LIRE aussi notre prĂ©sentation critique de La Mort d’Abel de Rodolphe Kreutzer, 1810

 

LIRE le texte originel de la tragédie de Voltaire