ANGERS NANTES OPERA, saison 2016 – 2017. PrĂ©sentation

ANGERS NANTES OPERA, saison 2016 – 2017. La nouvelle saison lyrique dĂ©fendue par Jean-Paul Davois, directeur gĂ©nĂ©ral d’Angers Nantes OpĂ©ra promet d’ĂȘtre passionnante. Dans un rĂ©cent grand entretien pour classiquenews, Jean-Paul Davois a longuement expliquĂ© les avantages de l’institution qu’il dirige, comme Syndicat Mixte, jouant avant tous les autres thĂ©Ăątres d’OpĂ©ra en France, la carte de la mutualisation rĂ©gionale, ici entre deux villes, Angers et Nantes pourtant distantes de 100 km, mais aujourd’hui Ă©troitement impliquĂ©es, d’autant plus portĂ©es avec l’Ă©mergence et l’affirmation des possibilitĂ©s nouvelles de Nantes MĂ©tropole. LIRE notre grand entretien “CULTURA” avec Jean-Paul Davois (juin 2016).

 

 

angers-nantes-opera-saison-2016-2017-evenement-festival-operas-lyrique-critique-annonce-presentation-CLASSIQUENEWSEQUILIBRE, PERTINENCE… Souhaitons longue vie Ă  ce fonctionnement exemplaire en France qui place le lyrique au devant de la scĂšne culturelle, non pas tant par les moyens investis que surtout par l’intelligence et le discernement d’une politique artistique toujours aussi passionnante Ă  suivre. La nouvelle saison 2016 – 2017 ne dĂ©roge pas Ă  une rĂšgle couronnĂ©e de nombreux succĂšs et rĂ©alisations majeures pour nous. C’est mĂȘme un cas d’Ă©cole et l’on se demande mĂȘme comment Angers Nantes OpĂ©ra, dotĂ© de moins de moyens financiers que certaines autres grandes maisons (de fait, labellisĂ©es “nationales”) assure ainsi chaque saison, une diversitĂ© aussi rĂ©flĂ©chie, alliant crĂ©ation, Ă©quilibre, pertinence, qu’il s’agisse des plateaux sĂ©lectionnĂ©s (chanteurs, chefs et metteurs en scĂšne), que des sujets et thĂ©matiques de rĂ©flexion, offerts Ă  l’analyse et Ă  la comprĂ©hension de tous les publics, dont en particulier les jeunes spectateurs auxquels sont destinĂ©es des actions ciblĂ©es de sensibilisation et d’Ă©ducation. On se souvient des formidables ateliers, dĂ©bats, rencontres menĂ©s auprĂšs des collĂ©giens autour des thĂ©matiques permises par les productions derniĂšres telles La Ville Morte de Korngold (la prĂ©sence des traces de l’ancienne ville Ă  Nantes, l’ancrage du passĂ© dans la vie actuelle… VOIR notre reportage vidĂ©o : L’opĂ©ra pour les lycĂ©ens) ou plus proche de nous, les sujets dĂ©nonçant la tyrannie et la terreur des systĂšmes autoritaires tels qu’ils percent dans le premier opĂ©ra de François Paris produit en crĂ©ation mondiale (avril et mai 2016), Maria Republica (reportage vidĂ©o complet rĂ©alisĂ© par classiquenews.com en mai dernier Ă  Nantes).

LOHENGRIN DE WAGNER… La nouvelle saison d’Angers Nantes OpĂ©ra totalise ainsi 6 productions lyriques, chacune marquant manifestement une partie du rĂ©pertoire musical. Pleins feux d’abord sur Wagner, -rare mais toujours puissant Ă  Nantes et Angers : le dernier spectacle wagnĂ©rien concernait la meilleure mise en scĂšne et depuis inĂ©galĂ©e d’Olivier Py : Tristan und Isolde et sa formidable machinerie. Ainsi, le 16 septembre Ă  Nantes (La CitĂ©) puis le 20 au Centre de congrĂšs d’ Angers (soit les plus grandes salles de la rĂ©gion), affichent Lohengrin, en version de concert -, une invitation Ă  ne se concentrer que sur l’Ă©blouissante musicalitĂ© chambriste de la partition : vrai dĂ©fi pour l’orchestre appelĂ© Ă  en relever les dĂ©fis et subtilitĂ©s (Orchestre national des Pays de la Loire sous la direction de Pascal RophĂ©). Avec dans les rĂŽles du quatuor vocal central : Daniel Kirch (Lohengrin), Juliane Banse (Elsa) pour le couple “blanc”, Robert Hayward (Talramund) et l’Ă©blouissante Catherine Hunold (Ortrud) pour le couple noir vouĂ© au mal. Saluons la scĂšne nantaise et angevine d’offrir un grand rĂŽle Ă  Catherine Hunold, mezzo onctueux, puissant, charnel qui nous avait saisi dans la recrĂ©ation Ă  Tours de BĂ©rĂ©nice de Magnard (VOIR notre reportage vidĂ©o : BĂ©rĂ©nice de Magnard, avril 2014), et rĂ©cemment dans un cd incontournable : Cantates de Paul Dukas dont elle assurait Ă  elle seule la qualitĂ© du cycle enregistrĂ© / cf. cantate SĂ©mĂ©lĂ© de 1889).

LA GUERRE DES THEATRES… Du 30 septembre au 14 octobre 2016, place aprĂšs le Wagner mĂ©diĂ©val, aux querelles des thĂ©Ăątres baroques au XVIIIĂš, quand La ComĂ©die Française et l’OpĂ©ra rivalisent d’imagination pour faire obstruction Ă  la verve piquante et de plus en plus populaire des spectacles de la Foire, c’est Ă  dire de l’opĂ©ra comique. La Guerre des ThĂ©Ăątres d’aprĂšs La Matrone d’EphĂšse de Fuzelier (1714) met en scĂšne la rivalitĂ© des institutions parisiennes entre elles oĂč jaillit l’essor irrĂ©pressibles de l’OpĂ©ra-Comique. L’Ă©quipe des LunĂ©siens portĂ©e par l’excellent et audacieux baryton Arnaud Marzorati dĂ©fend une scĂšne drĂŽle, parodique, dĂ©lirante aussi (associant personnages sĂ©rieux français et figures de la Commedia dell’arte) dont le charme tient essentiellement au mĂ©lange savoureux des genres. Classiquenews a filmĂ© plusieurs extraits de ce spectacle convaincant qui restitue la genĂšse difficile de l’OpĂ©ra-Comique au XVIIIĂš.

ORPHEE AUX ENFERS… Dernier spectacle 2016 et pour les fĂȘtes, soit du 22 novembre Ă  Nantes puis du 14 au 18 dĂ©cembre Ă  Angers, la verve d’Offenbach investit les scĂšnes lyriques des deux thĂ©Ăątres, prolongement Ă©vident du Fuzelier impertinent de La Guerre des thĂ©Ăątres. OrphĂ©e aux enfers (crĂ©Ă© en 1858, rĂ©visĂ© en 1874) est un opĂ©ra parodique et comique qui Ă©gratigne sĂ©rieusement les divinitĂ©s de l’Olympe, grĂące au gĂ©nie d’Offenbach …Sous la direction de Laurent Campellone, et dans la mise en scĂšne de Ted Huffman, plusieurs chanteurs de la gĂ©nĂ©ration habituellement “baroqueuse” prennent le chant en main, dessinant de brĂ»lantes et prometteuses individualitĂ©s : ainsi entre autres, Jennifer Courcier (Cupidon), Mathias Vidal (AristĂ©e, Pluton), Marc Mauillon (Mercure)… ces deux derniers ayant Ă©tĂ© particuliĂšrement distinguĂ©s par la rĂ©daction de classiquenews grĂące Ă  leur dernier rĂ©cital / enregistrement discographique, rĂ©alisĂ©s d’une main de maĂźtre (Mathias Vidal : Grands Motets de Mondonville sous la direction de l’excellent chef hongrois György Vashegyi, clic de classiquenews d’avril 2016 — Marc Mauillon chante le premier bel canto florentin : “li due Orfei”, Caccini et Peri, clic de classiquenews d’avril 2016).

LITTLE NEMO en crĂ©ation... Le propre d’Angers Nantes OpĂ©ra chaque nouvelle saison est de nous surprendre avec une nouvelle crĂ©ation ou un ouvrage connu (ou pas) du XXĂšme siĂšcle : dĂ©but 2017, ne manquez pas ainsi, le nouveau spectacle “pour enfants”, intitulĂ© “Little Nemo“, qui en rĂ©alitĂ© s’adresse Ă  tous les publics, aux jeunes et Ă  leurs parents… L’opĂ©ra inĂ©dit revisite le mythe crĂ©Ă© entre 1905 et 1914 et sous forme d’un feuilleton dans la presse New Yorkaise, il y a donc presque un siĂšcle… mais ici le jeune hĂ©ros a grandi et 40 ans plus tard s’interroge sur ce qu’il est devenu (un trader dĂ©sabusĂ© qui a tuĂ© son humanitĂ©), ayant perdu Ă  tort ou Ă  raison, son Ăąme d’enfant. L’opĂ©ra en crĂ©ation mondiale est mis en musique par David Chaillou sur le canevas dramatique et poĂ©tique conçu par Olivier Balazuc et Arnaud Delalande. PremiĂšre Ă  Nantes, le 14 janvier 2017 (puis 18 et 21 suivants), puis en mars (22 et 24) Ă  Angers.

LES NOCES DE FIGARO… Ils sont les metteurs en scĂšne vedette d’Angers Nantes OpĂ©ra grĂące Ă  une coopĂ©ration rĂ©guliĂšre et qui a produit de superbes rĂ©alisations visuelles et dramatiques : Tosca, Falstaff, Le ChĂąteau de Barbe-Bleue, L’Affaire Makropoulos, plus rĂ©cemment Don Giovanni et donc, cette saison : Les Noces de Figaro, nouvelle production mozartienne Ă  l’affiche du ThĂ©Ăątre Graslin de Nantes, les 6, 8, 10, 12 et 14 mars 2017, puis Ă  Angers (5,7, 9 avril). Patrice Caurier et Moshe Leiser sont des passionnĂ©s de thĂ©Ăątre, habitĂ©s par le souci du dĂ©tail, hantĂ©s par la cohĂ©rence dramaturgique jusqu’au moindre geste. Pour Jean-Paul Davois qui les invite presque Ă  chaque saison, le duo façonne souvent des productions miraculeuses qui touchent par leur cohĂ©rence et leur impact psychologique. Leur Don Giovanni la saison derniĂšre avait marquĂ© les esprits par la cruditĂ© et la violence dĂ©voilĂ©es dans les rapports amoureux et les situations. LumiĂšre directe et blanche, barbarie ordinaire au pied d’une barre d’immeuble oĂč la cage d’ascenseur dĂ©signe un dĂ©senchantement Ă  l’oeuvre, qu’en sera-t-il pour Les noces, cet opĂ©ra des femmes d’aprĂšs Beaumarchais ?

LA DOUBLE COQUETTE : BAROQUE ET CONTEMPORAIN… Enfin l’ultime production prĂ©sentĂ©e par Angers Nantes OpĂ©ra en mai 2017 (10 et 11 Ă  Nantes puis du 15 au 20 mai Ă  Angers) offre un mariage particuliĂšrement rĂ©ussi entre Ă©criture baroque et Ă©criture contemporaine, fusionnĂ©es en un spectacle unique d’une vocalitĂ© continue, passionnante. Un disque (Les Troqueurs; La Double Coquette) a mĂȘme Ă©tĂ© dĂ©jĂ  publiĂ© (et critiquĂ© par la RĂ©daction de Classiquenews) : GĂ©rard Pesson complĂšte dans une style original et complĂ©mentaire la partition imaginĂ©e au XVIIIĂš par Antoine Dauvergne (1753), disciple du grand Rameau : La Double Coquette… contre la perversitĂ© manipulatrice de son fiancĂ© Damon, l’intelligente Florise n’hĂ©site pas Ă  se travestir (en Dariman) pour mieux perdre l’impudent qui pensait sĂ©duire Clarice. On connaĂźt le jeu des illusions et des faux semblants sur l’Ă©chiquier amoureux : mais ici la perte des repĂšres et le trouble s’immiscent Ă  mesure que le jeu des Ă©critures musicales, entre Dauvergne et Pesson, intensifie leur imbrication. Cette Double Coquette est aussi une histoire de double Ă©criture… pour le plus grand plaisir du spectateur qui s’en trouve dĂ©licieusement trompĂ©. Par l’ensemble sur instruments d’Ă©poque, Amaryllis (Spectacle crĂ©Ă© en 2014 Ă  Besançon).

 

 

 

Angers Nantes OpĂ©ra, temps forts de la saison 2016 – 2017. Toutes les infos et les modalitĂ©s de rĂ©servation sur le site d’ANGERS NANTES OPERA

VOIR aussi notre grand entretien vidĂ©o avec Jean-Paul Davois Ă  propos de la nouvelle saison lyrique d’Angers Nantes OpĂ©ra, saison 2016-2017 : prĂ©ambule : l’opĂ©ra c’est de la musique et du thĂ©Ăątre, prĂ©sentation des 6 productions

 

 

 

DAVOIS-jean-paul-classiquenews-angers-nantes-opera-ANO-582-JPDAVOIS1-copyright-Vincent-Jacques-NBAUTRE SUJET VIDEO avec Jean-Paul Davois : “CULTURA, les professionnels de la culture prennent la parole”, Jean-Paul Davois dresse le bilan culturel en France Ă   travers Angers Nantes OpĂ©ra
 Le rĂ©gime des intermittents : quel accord, quels enjeux ? La rĂ©forme des territoires, les subventions, le futur d’Angers Nantes OpĂ©ra comme Syndicat mixte dans l’échiquier gĂ©opolitique et Nantes MĂ©tropole, y-a-t-il une crise de la Culture en France ? 
 grand entretien politique et culturel par la RĂ©daction de classiquenews.com

 

 

 

 

OpĂ©ra national de Paris, saison 2016 – 2017. Temps forts

opera-national-de-paris-saison-lyriue-temps-forts-2016-2017-eliogabalo-owen-windgrave-tosca-sancta-susanna-lohengrin-jonas-kaufmann-highlights-opera-paris-classiquenews-582OPERA NATIONAL DE PARIS, nouvelle saison lyrique 2016 – 2017. Souhaitons tout d’abord une nouvelle saison Ă  l’OpĂ©ra de Paris, moins chahutĂ©e que la saison derniĂšre oĂč les mouvements de grĂšve ont produit un dĂ©ficit historique contre lequel le directeur StĂ©phane Lissner s’est exprimĂ© en tirant la sonnette d’alarme. La nouvelle saison lyrique Ă  Paris laisse rĂȘveur et suscite de facto l’impatience d’ĂȘtre dĂ©jĂ  Ă  septembre prochain pour dĂ©couvrir les promesses annoncĂ©es. Au total en 2016-2017, la nouvelle saison lyrique 2016-2017 totalise 11 nouvelles productions et 8 reprises (ou productions dĂ©jĂ  vues, mais dans de nouvelles distributions, ce qui les rend tout autant dĂ©sirables).

7 spectacles à voir d’ici fin 2016

Cavalli_francescoNous ne prĂ©sentons ici que les spectacles qui sont nos coups de coeur ou des productions incontournables (et l’on vous dit pour quelle raisons
). GrĂące au musicologue Jean-François Lattarico (collaborateur sur classiquenews), les opĂ©ras de Cavalli connaissent un sursaut de rĂ©habilitation. JustifiĂ© car le plus digne hĂ©ritier de Monteverdi aura Ă©bloui l’Europe entiĂšre au XVIIĂš, par son sens de la facĂ©tie, un cocktail dĂ©capant sur les planches alliant sensualitĂ©, cynisme et poĂ©sie, mĂȘlĂ©s. Avec Eliogabalo, recrĂ©ation et nouvelle production, voici assurĂ©ment l’évĂ©nement en dĂ©but de saison, du 14 septembre au 15 octobre 2016, soit 13 reprĂ©sentations incontournables au Palais Garnier. Avec le Nerone de son maĂźtre Monteverdi dans Le couronnement de PoppĂ©e, Eliogabalo illustre cette figure mĂ©prisable et si humaine de l’ñme faible, « effeminata », celle d’un politique pervers, corrompu, perverti qui ne maĂźtrise pas ses passions mais en est l’esclave clairvoyant et passif
 Superbe production Ă  n’en pas douter et belle affirmation du Baroque au Palais Garnier. Leonardo Garcia Alarcon, direction musicale. Thomas Jolly, mise en scĂšne. Avec entre autres : Franco Fagioli dans le rĂŽle-titre ; Valer Sabadus (Giuliano Gordie)
 soit les contre tĂ©nors les plus fascinants de l’heure. Un must absolu.

La Tosca de Pierre Audi, nouveau directeur du festival d’Aix (en 2018), est l’autre nouvelle production Ă  suivre : du 17 septembre au 18 octobre 2016 Ă  Bastille. Avec la Tosca de Anja Harteros ou Liudmyla Monastyrska (voir les dates prĂ©cises de leur prĂ©sence), Marcelo Alvarez (Mario), Bryn Terkel (Scarpia)
 10 reprĂ©sentations.

Orchestralement flamboyant, vocalement irrĂ©sistible (- qui rĂ©siste Ă  l’air Mon cƓur s’ouvre Ă  ta voix, immortalisĂ© par Callas ?), l’opĂ©ra de Saint-SaĂ«ns, Samson et Dalila fera les beaux soirs de 11 dates, – du 1er octobre au 5 novembre 2016. Avec Anita Rachvelishvili et Aleksandrs Antonenko dans le couple-titre. Philippe Jordan, direction / Damiano Michieletto, mise en scĂšne.

yende pretty review recital classiquenews pretty-yende_c_jpg_681x349_crop_upscale_q95Incandescente et rayonnante soprano sud africaine, Pretty Yende, lauréate, avant le Prix Operalia de Placido Domingo, du Concours Vincenzo Bellini (le must du bel canto international), chante Lucia di Lammermoor (attention uniquement les 14,17, 23 octobre puis 4, 8 et 16 novembre : vérifiez néanmoins les dates car un changement est toujours prévisible). Du 14 octobre au 16 novembre, Opéra Bastille. Riccardo Frizza, direction. Andrei Serban, mise en scÚne.

Jonas Kaufmann est RadamĂšsOn ne peut guĂšre rĂ©sister non plus, Ă  l’Hoffmann de Jonas Kaufmann des Contes d’Hoffmann d’Offenbach dans la nouvelle mise en scĂšne de Robert Carsen, lequel, c’est certain, fusionnera cynisme, poĂ©sie et raffinement visuel. Attention Jonas Kaufmann ne chante le rĂŽle qu’à certaines dates (3,6,9,12,15,18 novembre 2016), entourĂ© d’artistes français parmi les mieux chantant de l’heure (Sabine Devieilhe en Olympia; StĂ©phanie d’Oustrac, la muse ; Yann Beuron, François Liss
 Philippe Jordan, direction. Du 31 octobre au 24 novembre 2016.

Superbe opĂ©ra chambriste de Benjamin Britten, inspirĂ© par Henry James, Owen Windgrave (1971) est trop rare en France : l’intensitĂ© fantastique voire horrifique spĂ©cifiquement britannique y aborde le thĂšme central viscĂ©ral pour Britten le pacifiste, de la rĂ©sistance face Ă  la guerre : le jeune hĂ©ritier Owen s’opposant fermement Ă  ses parents et Ă  la tradition de sa famille, en refusant la carriĂšre militaire qu’on veut lui imposer par continuitĂ© familiale
 Il est seul face Ă  tous. Nouvelle production signĂ©e Tom Creed, avec les jeunes chanteurs de l’AcadĂ©mie de l’OpĂ©ra de Paris. 5 reprĂ©sentations Ă  l’AmphithĂ©Ăątre Bastille, du 19 au 28 novembre 2016.

Elina GarancaUn diptyque lyrique accompagne les fĂȘtes de fin d’annĂ©e 2016, double reprĂ©sentation lyrique qui s’avĂšre grĂące Ă  ses chanteuses protagonistes annoncĂ©es, irrĂ©sistibles. Qui peut aujourd’hui Ă  Paris refuser l’invitation d’écouter la superbe mezzo Elina Garanca dans le rĂŽle de Santuzza de Cavaliera rusticana de Mascagni, puis Anna Caterina Antonacci interprĂšte de Santa Susanna de Paul Hindemith ? Deux caractĂšres fĂ©minins de choc, deux Ɠuvres denses et tragiques
 9 reprĂ©sentations, du 28 novembre au 23 dĂ©cembre 2016. Carlo Rizzi, direction / Mario Martone, mise en scĂšne.

Temps forts 2017

Les deux premiers temps forts en 2017 sont, de toute évidence, le nouveau Lohengrin (mis en scÚne par Claus Guth, avec Jonas Kaufmann pour les dates de janvier, auquel succÚde en février Stuart Skelton). 11 dates, du 18 janvier au 18 février 2017. Philippe Jordan, direction (excellente, millimétrée, chambriste)


Et la nouvelle production de Cosi fan tutte de Mozart, scénographie, chorégraphie par la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaesker et ses danseurs, avec MichÚle Losier (Dorabella), Frédéric Antoun / Cyrille Dubois en alternance dans le rÎle de Ferrando
 Philippe Jordan, direction. Du 23 janvier au 16 février 2017.

Francesconi luca festival presences luca-francesconi1A l’affiche entre autres du dernier festival de Radio France, PrĂ©sences en janvier 2016, l’italien Luca Francesconi livre en crĂ©ation mondiale son opĂ©ra «Trompe la mort » , d’aprĂšs Balzac
 Nouvel ouvrage en deux parties, sous la direction de Susanna MĂ€lkki. Avec Julie Fuchs (Esther), Thomas Johannes Mayer (Vautrin, Trompe la mort), Cyrille Dubois (Lucien de RubemprĂ©), Philippe Talbot (EugĂšne de Rastignac), Jean-Philippe Lafont (Le baron de Nucingen), BĂ©atrice Uria-Monzon (la comtesse de SĂ©rizy). La prose et l’intelligence balzaciennes se prĂȘtent-elles naturellement Ă  l’opĂ©ra ?
 Incontestablement l’évĂ©nement lyrique de la saison nouvelle, au registre de l’opĂ©ra contemporain. L’OpĂ©ra de Paris aurait-il peur nĂ©anmoins de ne pas remplir s’agissant d’une nouvelle partition contemporaine ? L’opĂ©ra inĂ©dit ne totalise que 7 reprĂ©sentations, du 13 mars au 5 avril 2017. Pourtant l’écriture de Francesconi n’a rien d’abstrait ni d’inaudible, ainsi que notre Ă©quipe du studio CLASSIQUENEWS a pu s’en rendre compte lors du Festival PrĂ©sences en janvier 2016 oĂč Luca Francesconi prĂ©sentait face Ă  la camĂ©ra, son cycle pour soprano, chƓur et orchestre d’aprĂšs les poĂšmes de Mandela (VOIR le reportage Luca Francesconi au Festival PrĂ©sence de Radio France en janvier 2016)

La suite des Ă©vĂ©nements lyriques Ă  l’OpĂ©ra national de Paris en 2017, d’ici octobre 2016

 

 

 

INFOS, RESERVATIONS
sur le site de l’OpĂ©ra national de Paris, saison 2016 – 2017

 

 

opera-national-de-paris-saison-lyriue-temps-forts-2016-2017-eliogabalo-owen-windgrave-tosca-sancta-susanna-lohengrin-jonas-kaufmann-highlights-opera-paris-classiquenews-582

 

 

ANGERS NANTES OPÉRA : la nouvelle saison 2016 – 2017 par Jean-Paul Davois

davois-jean-paul-davois-entretien-classiquenews-nouvelle-saison-lyrique-2016-2017-presentation-explication-grand-entretien-classiquenewsSaison 2016 – 2017, ANGERS NANTES OPÉRA : Jean-Paul Davois prĂ©sente et commente la nouvelle saison lyrique 2016 – 2017. Un prĂ©ambule tout d’abord, indicateur et marqueur pour la premiĂšre scĂšne lyrique en Pays Nantais : l’opĂ©ra c’est autant du thĂ©Ăątre que de la musique. C’est ce souci du texte et cette quĂȘte de sens qui dĂ©termine et caractĂ©rise chaque nouvelle saison lyrique Ă  Nantes et Ă  Angers, conçue par le directeur gĂ©nĂ©ral d’Angers Nantes OpĂ©ra, Jean-Paul Davois. La magie du thĂ©Ăątre, la force et la justesse des mots, l’ivresse de la musique… façonnent souvent un Ă©quilibre dĂ©licat et prometteur d’enchantements scĂ©niques … Paris et dĂ©fis constatĂ©s derechef dans la nouvelle saison lyrique d’Angers Nantes OpĂ©ra 2016 – 2017 (Ă  suivre ici, les temps forts de la nouvelle saison lyrique d’Angers Nantes OpĂ©ra par la RĂ©daction de classiquenews)…

DAVOIS-jean-paul-classiquenews-angers-nantes-opera-ANO-582-JPDAVOIS1-copyright-Vincent-Jacques-NBAUTRE SUJET VIDEO avec Jean-Paul Davois : “CULTURA, les professionnels de la culture prennent la parole”, Jean-Paul Davois dresse le bilan culturel en France Ă   travers Angers Nantes OpĂ©ra… Le rĂ©gime des intermittents : quel accord, quels enjeux ? La rĂ©forme des territoires, les subventions, le futur d’Angers Nantes OpĂ©ra comme Syndicat mixte dans l’Ă©chiquier gĂ©opolitique et Nantes MĂ©tropole, y-a-t-il une crise de la Culture en France ? … grand entretien politique et culturel par la RĂ©daction de classiquenews.com