PARIS. RĂ©cital de piano : Jean-Nicolas DIATKINE Ă  GAVEAU

Jean-Nicolas Diatkine Ă  GaveauPARIS, Gaveau. 3 avril 2019, 20h. RĂ©cital JN DIATKINE, piano. Classiquenews avait dĂ©jĂ  remarquĂ© le jeu facĂ©tieux mais prĂ©cis, imaginatif mais juste du pianiste Jean-Nicolas Diatkine (Ă  Gaveau aussi en nov 2014 : programme Ravel, Chopin
). C’est un lutin Ă©clairĂ© et cultivĂ© qui lui-mĂȘme cherche et trouve des filiations poĂ©tiques secrĂštes d’un musicien l’autre, d’une partition Ă  un Ă©crivain (ainsi Proust parlant de Chopin
). L’éclectisme des programmes nourrit en rĂ©alitĂ© une riche rĂ©flexion sur le jeu des inspirations, sur la construction des Ă©difices poĂ©tiques… C’est Ă©videmment le cas de ce nouveau rĂ©cital qui marie Mozart (gluckiste, et d’une gravitas enfin apaisĂ©e dans l’Adagio k540), Beethoven (passionnĂ©, conquĂ©rant, inflexible) et Chopin (mĂ©lancolique et langoureux mais surtout vif, nerveux, fier
).

Diatkine jean nicolas piano gaveau JNDDans l’Appassionnata, Beethoven alors au service du Prince Lichnowsky, refuse de jouer pour les Français de NapolĂ©on qui occupent son palais : Lichnowsky fait enfoncer la porte de la chambre du compositeur qui s’y Ă©tait rĂ©fugiĂ© ; mais Beethoven fier comme un paon, s’obstine et quitte les lieux (et son protecteur Ă  Vienne). Dans une lettre demeurĂ©e fameuse, il exprime comme Mozart, l’unicitĂ© et l’indĂ©pendance non serviles de son gĂ©nie : « « Prince, ce que vous ĂȘtes, vous l’ĂȘtes par le hasard de la naissance. Ce que je suis, je le suis par moi-mĂȘme. Des princes, il y en a et il y en aura des milliers. Il n’y a qu’un seul Beethoven – signé : Beethoven ». JN Diatkine saura souligner entre chaque note musicale, cette assurance qui n’est pas arrogance mais suprĂȘme conscience de la puretĂ© de son art. Inflexible Beethoven et tellement naĂŻf aussi.

Puis la main preste, allĂ©gĂ©e, s’accorde Ă  la pensĂ©e fugace des PrĂ©ludes, ceux de Chopin : 24 esquisses dont l’acuitĂ© critique du pianiste rĂ©vĂ©lera surtout le fourmillement des idĂ©es, jaillissantes, fulgurantes. Mais le gĂ©nie de Chopin tient surtout Ă  sa relecture du genre emblĂ©matique de la dignitĂ© de sa nation, occupĂ©e, meurtrie, martyrisĂ©e : dans la Polonaise opus 53, il y a certes le souvenir de la marche noble des princes en reprĂ©sentation ; il y a surtout l’expression intime d’une blessure qui sublime la souffrance en 
 grĂące. Magie de l’acte crĂ©ateur et poĂ©tique.

________________________________________________________________________________________________

RĂ©cital Jean-Nicolas DIATKINE, piano

PARIS, Salle Gaveau
Mercredi 3 avril 2019, 20h30

RESERVEZ VOTRE PLACE
https://www.sallegaveau.com/spectacles/jean-nicolas-diatkine-piano

________________________________________________________________________________________________

Programme: 

Mozart :
Adagio K. 540 et Variations sur un thĂšme de Gluck K. 455

Beethoven :
Sonate n°23 op.57 « Appassionata”

Chopin :
24 Préludes (1839)
Polonaise op. 53 “HĂ©roĂŻque” (1842)

________________________________________________________________________________________________

Salle Gaveau Ă  PARIS
45-47 rue La Boétie
75008 PARIS
01.49.53.05.07

CD, événement (annonce). POLONIA, Pascal Amoyel joue les Polonaises de Frédéric Chopin (1 cd La Dolce Volta)

Amoyel pascal chopin polonaises la dolce vitaCD Ă©vĂ©nement, annonce : Polonaises de FrĂ©dĂ©ric Chopin par Pascal Amoyel, 1 cd La Dolce Volta. Parution le 29 avril 2016. CHOPIN RÉGÉNÉRÉ. Pascal Amoyel livre son nouveau Chopin dans un nouvel album discographique Ă  paraĂźtre chez l’éditeur La Dolce Volta ce 29 avril 2016. AprĂšs son dernier recueil dĂ©diĂ© au Chopin de l’annĂ©e 1846, c’est une nouvelle immersion, captivante et trĂšs investie Ă  laquelle nous invite le pianiste français Pascal AMOYEL qui pour le label La Dolce Volta publie une collection de Polonaises de FrĂ©dĂ©ric Chopin : l’exercice devient expĂ©rience musicale et poĂ©tique d’une cohĂ©rence indiscutable qui rĂ©capitule surtout le gĂ©nie du crĂ©ateur sur une forme en mĂ©tamorphose. La Polonaise indique l’attachement Ă  la mĂšre patrie, en un chant de souffrance et de renoncement qui s’élĂšve au delĂ  de l’expĂ©rience personnelle et intime vers un cri universel pour la libertĂ©. L’approche est d’autant plus personnelle qu’elle rend un secret hommage au grand pĂšre de l’interprĂšte. Pour Pascal Amoyel, Chopin fut autant capable de vertiges d’une rare violence que d’une introspection furieusement tendre.

CLIC-de-classiquenews-les-meilleurs-cd-dvd-livres-spectacles-250-250Les 7 Polonaises ici rĂ©unies rĂ©tablissent la mesure de cette tragĂ©die intime qui fait de FrĂ©dĂ©ric Chopin ce crĂ©ateur atypique, aux blessures profondes, Ă  l’hypersensibilitĂ© salvatrice nĂ©anmoins qui, investie par un instinct crĂ©ateur et audacieux hors normes, invente de nouveaux formats musicaux dont les Polonaises. En tĂ©moignent ces 7 joyaux remarquablement ciselĂ©es au nombre desquels figurent les Polonaises les plus passionnantes et les mieux inventives, opus 44 (notre prĂ©fĂ©rĂ©e), opus 53 (Maestoso), enfin la Polonaise-Fantaisie opus 61, sommet du genre. Marche pleine de panache et d’aristocratique noblesse, la Polonaise Ă©volue sous les doigts du pianiste compositeur, osant de façon libre et inĂ©dite, de nouveaux dĂ©fis structurels, harmoniques, poĂ©tiques


Amayel pascal piano chopinAprĂšs son disque Alkan Ă©ditĂ© prĂ©cĂ©demment chez La Dolce Volta, le pianiste PASCAL AMOYEL explore l’ivresse et la fureur intĂ©rieure d’un Chopin exilĂ© pour lequel la Polonaise est en miroir de son propre cheminement, le terreau fertile de ses aspirations les plus profondes : espoir, impuissance, cri, rĂ©sistance et renoncement. C’est aussi un formidable cycle de reconstruction et de dĂ©passement dont Pascal Amoyel traduit l’élan et le flux contradictoire. Au plus proche de la tragĂ©die de Chopin, le pianiste inspirĂ©, voire habitĂ© par son sujet, exprime surtout l’universalitĂ© de l’écriture, intime mais puissante, gĂ©nĂ©reuse, fraternelle. Un formidable cadeau pour les hommes de bonne volontĂ©, vainqueur de ses propres dĂ©mons et diables secrets. Toutes les Polonaises sont prĂ©sentes dans un album irrĂ©sistible. CLIC de CLASSIQUENEWS de mai 2016. Prochaine grande critique dans le mag cd dvd livres de classiquenews.com

 

 

 

  2 VIDEOS

Le reportage, le clip

 

 

VOIR aussi le grand reportage vidĂ©o POLONIA : entretien avec Pascal Amoyel : pourquoi avoir enregistrĂ© ce nouvel album Chopin ? En quoi le gĂ©nie intimiste et pudique de Chopin se hisse vers l’universel ? Reportage vidĂ©o rĂ©alisĂ© au ThĂ©Ăątre Le Ranelagh en mars 2016 © studio CLASSIQUENEWS avril 2016 — rĂ©alisation : Philippe Alexandre Pham

 

 

CLIP VIDEO : Pascal Amoyel joue le début de la Polonaise opus 53

 

 

 

CD Polonia : le nouveau Chopin de Pascal Amoyel