Livres. Monette Vacquin : « Grave, ma non troppo « . Beethoven, dernier mouvement. (Editions Penta)

BEETHOVEN monette vacquin penta editions livresLivres. Monette Vacquin : « Grave, ma non troppo « . Beethoven, dernier mouvement. (Editions Penta). Le gĂ©nie de Beethoven est solitaire, exacerbĂ© par sa souffrance intĂ©rieure, qui ne peut ĂȘtre partagĂ©e ni vĂ©cue comme lui, de l’intĂ©rieur. Il  paraĂźt comme Ă  part, Ă©cartĂ© de la sociĂ©tĂ© viennoise. Ici donc les femmes sont inaccessibles ou lointaines insaisissables (comme chez Berlioz, cet autre romantique absolu). C’est pour contrer cette malĂ©diction vĂ©ridique qui fut pour le compositeur viennois Ă  la fois son calvaire et le catalyseur de son Ă©lan crĂ©atif que l’auteure de ce texte admirable, offre une rĂ©Ă©criture salutaire pour Beethoven : lui offrir ce qu’il ne put jamais vivre ni connaĂźtre de son vivant. La chaleur bienveillante et complice d’une amie vĂ©ritable. Ainsi la narratrice qui raconte ce texte imaginaire (mais qui s’appuie sur une documentation vĂ©ridique), Liebe partage le quotidien du grand romantique : d’intendante, elle devient sa confidente, son double qui suit chaque nouvelle composition de l’intĂ©rieur, et davantage encore au fur et Ă  mesure des pages d’une vie Ă  deux peu Ă  peu conquise et dĂ©voilĂ©e.
CLIC D'OR macaron 200Psychanalyste, Monette Vacquin offre une variation intime sur le Beethoven humain, ami, fraternel, sur l’ĂȘtre dĂ©sireux d’un absolu amoureux que la prose contemporaine lui permet enfin de vivre. Le regard est fin, riche en Ă©vocation sur l’oeuvre, en filiations et rĂ©sonances entre les partitions. C’est un Beethoven reconstruit de l’intĂ©rieur qui se prĂ©cise jusqu’à la fin au point que lecteur se dit, s’il m’avait Ă©tĂ© demandĂ© de brosser le portrait du Beethoven personnel Ă  partir de la sensation que suscite ses oeuvres, j’aurai Ă©crit mot pour mot le mĂȘme texte. Juste, profond, subtil, la fiction historique nous envoĂ»te et rĂ©tablit ce lien profond, indicible qui relie le musicien au genre humain. Remarquable.

Monette Vacquin : Beethoven, dernier mouvement. Grave, ma non troppo (Editions Penta). Collection « Psychanalyse, Art et Civilisation », dirigĂ©e par Michel Gad Wolkowicz. ISBN 978 2 917714 10 2. Prix indicatif : 29 €. Parution : juillet 2014.