CD, événement. JS BACH : Partitas pour clavecin, intégrale. Jean-Luc Ho, clavecins. Coffret 3 cd NoMadMusic

HO Jean-luc 3 cd coffret JS BACH critique review clavecin partitas clavecin partitas pour clavecin volume 3 jean-luc ho cd nomad musicBach ne serait Jean-SĂ©bastien sans les Six Partitas : attentif Ă  en exprimer le souffle et la gĂ©niale rhĂ©torique Ă  la fois abstraite (mais moins conceptuelle donc plus accessible et proche que le Clavier bien tempĂ©rĂ©) et (surtout) aussi sensuelle, le claveciniste Jean-Luc Ho offre une lecture, finement incarnĂ©e, Ă©quilibrĂ©e et solaire d’un fini admirable. Car il est clair, Ă©loquent, mais aussi subtilement Ă©noncĂ©, riche en intentions et connotations, servis par une très convaincante technique. Le cycle forme le premier recueil publiĂ© après son installation Ă  Leipzig (1726), Ă©ditĂ© en une totalitĂ© affirmĂ©e et assumĂ©e en 1731. C’est Ă©videmment le choix concertĂ© et rĂ©flĂ©chi d’un auteur soucieux de sa notoriĂ©tĂ© : la valeur accordĂ©e par le MaĂ®tre Ă  ce premier ensemble, justifie le soin apportĂ© par l’interprète moderne, prĂŞt Ă  s’engager pour en rĂ©vĂ©ler la valeur, c’est Ă  dire la secrète unitĂ©, la subtile profondeur.

Vertus d’un toucher humble… Jean-Luc Ho s’affirme en pudeur

Magie des Partitas sous influence française

CLIC_macaron_2014Ho sait Ă©clairer toutes les richesses des Partitas en en restituant la filiation implicite, pas ou peu manifeste avec les canevas habituels Ă  l’Ă©poque de Bach s’agissant de suites purement instrumentales : suites de danses, prĂ©sence des PrĂ©ludes, ouverture et schĂ©ma Ă  la française (La France et sa passion pour la pulsion chorĂ©graphique dans les ballet, art national et monarchique autoproclamĂ©, est fondamentale ici : cf. la Sarabande de la Partita n°6), rĂ©fĂ©rences orchestrales ou mĂŞme symphoniques voire opĂ©ratiques (sinfonia de la 2ème, Ouverture de la 4è) ; concrètement, les Partitas n’ont souvent d’italien que leur titre car l’esprit, l’essence, le feu intĂ©rieur… sont sous influence française. Le choix d’ailleurs du mot Partitas serait surtout une volontĂ© d’inscrire dans le sillon prĂ©cĂ©dent tracĂ© par son prĂ©dĂ©cesseur Ă  Leipzig, Johann Kuhnau (lui-mĂŞme en son temps, au XVIIè, auteur de Partien / Partitas, dĂ©jĂ  fameuses).

Aux cĂ´tĂ©s des mieux identifiĂ©es : Allemande, Courante, Sarabandes, Gigues, Menuet… et Galanterien…, Ă©coutez donc en leur spĂ©cificitĂ© en question : Praeludium, PrĂ©lude, Praeambulum, sinfonia, fantasia, toccata… autant de titres divers, distincts qui disent une subtilitĂ© Ă  retrouver aujourd’hui… dans une approche finement nuancĂ©e et caractĂ©risĂ©e. Manifestement, JS soucieux de sĂ©duire les amateurs / connaisseurs, souhaite affirmer en artiste Ă  la mode, son allĂ©geance Ă  la fusion des goĂ»ts : Italie et France. Une synthèse que son gĂ©nie germanique Ă©blouit comme nul autre. Universel et accessible, Bach s’adresse Ă  tous et chacun selon son niveau, tout en prĂ©servant Ă  chaque fois, le raffinement de l’Ă©criture contrapuntique et fuguĂ©e : un art de la dentelle et des combinaisons abstraites totalement maĂ®trisĂ©, dont tĂ©moigne le recueil dans sa diversitĂ© cohĂ©rente et qui s’exprime avec une fluiditĂ© habile dans le jeu de Jean-Luc Ho. Ce balancement entre la virtuositĂ© et la clartĂ© structurelle impose le gĂ©nie d’un bach conceptuel et aussi intelligible.
Pour servir un plan particularisĂ©, les 6 Partitas sont ici abordĂ©es chacune sur un clavecin diffĂ©rent. VersatilitĂ©, adaptabilitĂ©, sensibilitĂ© organologique… autant de dĂ©fis que l’interprète a choisi de relever et… vaincre.

PlutĂ´t qu’un jeu pĂ©remptoire, voire dĂ©monstratif, outrageusement contrastĂ©, Jean-Luc Ho prĂ©fère – secrète ascendance d’un tempĂ©rament asiatique oblige ?-, l’articulation sobre, un souci des Ă©quilibres (registres, rythmes, contrepoints et jeux fugues), une lecture rentrĂ©e, pudique, sommaire et un peu lisse diront les plus rĂ©servĂ©s ; sobre, prĂ©cise, … amoureuse, rĂ©pondront les plus convaincus. Ici la flexibilitĂ© souvent très naturelle du toucher et des intentions du jeu nuancent de façon dĂ©cisive l’apparente austĂ©ritĂ© du style. L’Allemande de la Partita n°4, sous son Ă©quilibre apparent, dĂ©voile une secrète tension active qui accrĂ©dite la grande richesse expressive et la conception tout en nuances du claviĂ©riste. Tout en finesse et sans tapage, le claveciniste Jean-Luc Ho livre un tĂ©moignage personnel et habitĂ©, nous osons dire finement incarnĂ© des Partitas italiennes et françaises du gĂ©nie de Bach Ă  Leipzig. Face Ă  l’Ă©loquence savante du texte, et s’agissant de Bach, l’un des plus sophistiquĂ© mĂŞme-, Jean-Luc Ho se rĂ©vèle en ciselant les vertus Ă©quilibrĂ©es qui font la probitĂ© de l’interprète. CLIC de classiquenews de janvier 2016.

CD, événement. JS BACH : Partitas pour clavecin, intégrale. Jean-Luc Ho, clavecins. Coffret 3 cd NoMadMusic, série numérotée limitée NMM 016. CLIC de CLASSIQUENEWS de janvier 2016.