Pâques 2021 : Oratorio de Pâques et de l’Ascension par Le Banquet Céleste

Christ est ressuscité !STREAMING, Pâques 2021. JS BACH : Oratorio de Pâques / Ascension, D Guillon et le Banquet Céleste nous porte haut, très haut dans un concert filmé à Rennes dont l’affiche est plus que séduisante en ces temps d’incertitude : alors que la nouvelle de la réouverture des salles de spectacles nous parvient en provenance de New York, voici un programme joué sans masques (instrumentistes) et de façon distanciée.
La veine dramatique habite et inspire Bach quoique l’on dise : outre ses Passions, son Oratorio de Noël, ceux comme ici de Pâques et de l’Ascension, enchaînés avec conviction et pertinence, soulignent le sens du verbe comme du geste : Bach sait exprimer et théâtraliser les textes liturgiques et sacrés, associant avec une sensibilité unique les instruments solistes et le chant.

L’Oratorio de Pâques célèbre dans la joie et l’espérance la Résurrection du Christ victorieux. C’est la lumière d’un destin soulagé et enfin serein qui peu à peu s’affirme à mesure que la partition se réalise. 4 personnages animent et donnent vie au drame sacré, après la Passion et la Crucifxion : Simon Pierre, Jean, Marie-Madeleine et Marie de Jacques, rejoints le Chœur (tutti collectif).
A la joie de Pâques répond la mystique plus énigmatique de l’oratorio de l’Ascension, voyage du Christ ressuscité vers les cieux. Atouts majeurs de cette lecture, la présence claire, parfois irradiante des chanteurs Céline Scheen (soprano), Zachary Wilder (ténor) ; le geste précis, scrupuleux du chef (chanteur lui aussi) Damien Guillon, soucieux du texte (direction, sens, nuances de chaque mot). Incontournable pour le temps pascal 2021.

 

 

bach jean sebastian sebastien portrait vignette par classiquenews bach_js-jean-sebastianLIRE aussi notre dossier spécial Oratorio de Pâques de Jean-Sébastien Bach : CHRIST est ressuscité ! Jean-Sébastien Bach : Oratorio de Pâques BWV 249. Comme à l’accoutumée, s’agissant de Jean-Sébastien Bach, l’Oratorio de Pâques tel que nous le connaissons actuellement, et tel qu’il est joué par les ensembles les plus informés, regroupe plusieurs partitions sur le thème pascal qui remonte à plusieurs époques, certains opus étant réécrits, modifiés selon l’idéal esthétique du compositeur, selon aussi les effectifs à sa disposition au moment de la commande puis de la réalisation. La première version remonte à 1725 pour les célébrations pascales, en particulier pour le Dimanche de Pâques. Bach recycle une cantate de voeux (donc originellement profane) de février 1725 dédié à l’anniversaire de son patron, le Duc Christian de Saxe-Weissenfels

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

VOIR ici les oratorios de Pâques et de l’Ascension
enregistrés mardi 30 mars 2021 à l’église Saint-Germain à Rennes :
https://opera-rennes.fr/fr/evenement/oratorios-paques-et-ascension-le-banquet-celeste

Le Banquet Céleste,
Chœur de chambre Mélisme(s)
Damien Guillon, direction

Solistes : Céline Scheen (soprano), Paul-Antoine Bénos-Djian (alto), Zachary Wilder (ténor), Benoît Arnould (basse).

________________________________________________________________________________________________

 

 

EN REPLAY sur culturebox jusq’ 31 mars 2022.
https://www.france.tv/spectacles-et-culture/opera-et-musique-classique/2383589-oratorios-de-paques-et-de-l-ascension-de-bach-par-le-banquet-celeste.html

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

Oratorio en 10 numéros

Plan en 10 numéros/épisodes

VÉRITABLE OPÉRA SACRÉ, l’Oratorio de Pâques de JS Bach saisit par la maîtrise des contrastes, l’absolu génie des réemplois et aussi, le raffinement d’une grande culture musicale qui utilise selon un plan dramaturgique éblouissant, les styles italiens et français.

N°1 à 3. Au début, les 3 premiers numéros (Sinfonia avec flûtes et hautbois d’amour, Adagio, Chorus) composent un triptyque d’ouverture selon le schéma d’un concerto italien (vif, lent, vif), avec une même tonalité de ré majeur) pour unifier le cycle pour les volets 1 et 3. Dans ce dernier épisode, le texte convoque les fidèles qui pressent le pas vers la sépulture de Jésus.
Le n°4 fait paraître les 4 solistes, sombres et graves, qui se retrouvent près du tombeau : Maria Jacobi (soprano), Maria Magdalena (alto), Petrus (ténor), Johannes (basse). Se détache surtout l’aria adagio en si mineur (avec traverso) de Maria Magdalena dans laquelle la chanteuse invite à renoncer aux parfums et onguents de l’embaumement pour choisir les lauriers, annonciateurs de la victoire du Christ ressuscité (n°5).

CHRIST-endormi-programmes-brava-hd-noel-2015-582-390N°6-7 : surviennent Petrus et Johannes qui découvrent la tombe vide et la pierre déplacée. Maria Magdalena précise alors qu’un ange est venu annoncer la Résurrection du Sauveur. Ainsi Petrus (ténor, en sol majeur) adopte le calme serein d’une bourrée pour exprimer avec les flûtes à bec, la profonde certitude de la paix intérieure, après la proclamation du Miracle christique. N°8 à 10 : les airs des deux Marie basculent dans l’arioso, portés par l’impatience de revoir Jésus : tendre et compatissante, Maria Magadalena se demande où le Christ lui apparaîtra (air en la majeur, avec hautbois d’amour sur rythme de gavotte). Tandis que Johannes invite chacun à se réjouir. Jean-Sébastien Bach conclut par un chœur de réjouissance (n°11) où l’éclat des trompettes dit la réalisation de la transfiguration finale. Le dernier épisode suit un plan en deux parties : format et esprit français et d’une élégance haendélienne tout d’abord ; puis gigue fuguée d’une ivresse collective irrésistible.

 

 

 

 

 

Pâques 2021. JE Gardiner joue la Passion selon Saint-Jean

bach-jean-sebastien-pastel-582-portrait-2015-messe-en-si-classiquenews-william-christie-582-Pastell_Terry_kleinSTREAMING, Pâques. Ven 2 avril 2021. Pour le Vendredi Saint (prochain, 2 avril 2021), John Eliot Gardiner dirige ses troupes pour réaliser la Passion Saint-Jean de JS BACH (BWV 245), plus fulgurante et contrastée, plus passionnée et pourtant essentielle voire épurée (en tous cas plus courte) que la Saint-Mathieu. La Saint-Jean est créée vraisemblablement le Vendredi Saint 1724 à l’église Saint-Thomas de Leipzig. Les Britanniques semblent en cette fin mars 2021 crier victoire sur la covid, ayant bénéficié davantage qu’en France, d’approvisionnement en vaccins (Astra-Zeneca principalement). L’embellie est toujours au bout du tunnel… Voilà qui donnera une saveur particulière à cette célébration pascale.

Concert filmé à l’Oxford’s Sheldonian Theatre : le choeur et l’orchestre sur instruments anciens Monteverdi devraient exalter l’espérance d’une partition au souffle tragique irrépressible, en particulier dans l’air fameux : « Es ist volbracht  / Tout est accompli », clé de voûte de l’édifice musical, qui en est le point central et le réceptacle de l’enseignement spirituel. La divinité de Jésus est ainsi révélée, éclatante dès la Crucifixion (quand elle est déclarée dans la Passion selon Saint-Mathieu, à la fin, c’est à dire au moment de la Résurrection). Le thème de l’Agneau de Dieu s’accomplit dès la Crucifixion, moment paroxystique de la Passion selon l’évangile selon Saint-Jean.

La divinité de Jésus est révélé dès la Crucifixion

_______________________________________________________________________________________________

Memling_Christ_paques 2021 saint jean passion JS BACH classiquenewsL’action se déroule sur 3 niveaux : le récit de l’Evangéliste, les airs des protagonistes Jésus, l’apôtre Pierre, Pilate… et aussi le chœur (la foule ou turba) dont la plupart commente le sujet et l’action, entonnant les chorals, prière collective qui rassemble et soude les fidèles confrontés au Sacrifice de Jésus. Son humiliation et sa mort sur la Croix expient les péchés des hommes. Puis en révélant sa véritable nature (fils de Dieu), grâce à la Résurrection, Jésus indique aux chrétiens les moyens de leur libération des forces du mal, la manière d’obtenir son salut.
La partition suit l’histoire de Jésus, à travers ses derniers jours : Arrestation – Jésus devant les chefs des prêtres – Jésus devant Pilate – Crucifixion – Mise au tombeau.

_______________________________________________________________________________________________
Vendredi 2 avril 2021, 15h à PARIS
14h à Londres
JEAN SEBASTIEN BACH : Passion selon Saint-Jean
Streaming concert
Monteverdi Choir, English Baroque Soloists
John Eliot Gardiner, direction
EN REPLAY sur le site du MONTEVERDI Choir & Orchestra pendant 48 h suivants

VOIR ICI : https://monteverdi.co.uk/bach-st-john-passion
Streaming payant : 9.90 euros
Acheter votre billet pour ce streaming, ICI :
https://www.dg-premium.com/dg_stage_video/john-eliot-gardiner-st-john-passion/
_______________________________________________________________________________________________

Avec
Nick Pritchard, l‘évangéliste
William Thomas, Christus
Alex Ashworth, Pilatus
Julia Doyle, soprano
Alexander Chance, contre-ténor
Peter Davoren, ténor

VOIR le concert ici
https://monteverdi.co.uk/bach-st-john-passion

PÂQUES 2021 : Passion selon Saint-Mathieu sur ARTEconcert

bach jean sebastian sebastien portrait vignette par classiquenews bach_js-jean-sebastianARTE concert, ven 2 avril 2021, 19h30. JS BACH : Passion selon St-Mathieu. Pygmalion. Depuis le Festival de Pâques d’Aix-en-Provence formaté en une édition 100% numérique, Arte célèbre la magie et l’espoir du temps de Pâques. Au programme : l’oratorio la Passion selon Saint-Matthieu (BWV 244) de Jean-Sébastien Bach, sommet du baroque sacré germanique luthérien avec la Passion selon Saint-Jean (plus courte et plus fulgurante) et la Messe en si (testament spirituel du compositeur). La partition fut probablement réalisée pour la première fois à Leipzig, le 7 avril 1727 (Vendredi Saint) à l’église Saint-Thomas ; au cours de sa fonction comme directeur musical à Leipzig, Bach remania son manuscrit 3 fois au moins pour créer la version définitive en 1736. Le drame de la Passion se déroule en combinant les épisodes du témoignage de Mathieu et les commentaires (en général en forme de chorals, entonnés alors par le chœur qui incarne la foule de croyants). Sans mise en scène comme à l’opéra, l’oratorio suscite néanmoins le chœur tragique et dramatique (la foule ou turba) aux côtés des protagonistes (Jésus, Pierre, Judas, Ponce Pilate, la femme de Pilate, témoins divers…) qui rendent vie et âme à l’action sacrée, celle du sacrifice et de la mort de Jésus. L’ampleur de la Passion selon Saint-Mathieu (a contrario de celle selon Saint-Jean) développe le sentiment de la compassion et de la douleur héroïque du Christ sauveur. Les derniers instants de la vie de Jésus sont ainsi narrés : (Partie 1:) la Cène, le veillée et la vision au mont des Oliviers (doute et espérance de jésus) ; l’arrestation (qui comprend avant le chœur final, le chœur de la foule en colère exprimant sa détestation de Jésus – (Partie 2:) l’interrogatoire, la condamnation, la crucifixion conclue par le grand chœur final.

_____________________________________________________________________________________

JS BACH : Passion selon Saint-Matthieu
ARTEConcert, vendredi 2 avril 2021, 19h30
A VOIR ET A ECOUTER sur arteconcert.com
En replay pendant trois mois
Enregistré en l’Église de la Madeleine d’Aix-en-Provence
VOIR ici :
https://www.arte.tv/fr/arte-concert/musiques-classiques/

_____________________________________________________________________________________

Pygmalion, orchestre et chœur
Maîtrise de Radio France *
Raphaël Pichon, direction

Julian Prégardien, Évangéliste
Stéphane Degout, Jésus
Sabine Devieilhe, soprano 1
Hana Blažíková, soprano 2
Lucile Richardot, alto 1
Tim Mead, alto 2
Reinoud van Mechelen, ténor 1
Emiliano Gonzalez Toro, ténor 2
Christian Immler, basse 2, Pilate

* Morgan Jourdain, directeur musical adjoint, chef de choeur

_____________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

A VOIR aussi sur ARTE Concert :
BACH johann-sebastian-bach-3La Passion selon Saint-Jean de Bach  -  Avec Benedikt Kristjánsson, Elina Albach und Philipp Lamprecht / Gotthold Schwarz- replay jusqu’au 25 avril 2021
Enregistré le 13 juin 2020, sans public, dans la vaste nef de l’église Saint-Thomas de Leipzig où Jean-Sébastien Bach fut directeur de la musique… Version originale pour marimba, clavecin et voix… le texte est particulièrement exposé dans cette version chambriste très expressive.
https://www.arte.tv/fr/videos/097176-000-A/la-passion-selon-saint-jean-de-bach/
-

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pâques 2021 sur ARTE Concert :

_____________________________________________________________________________________

Vendredi 9 avril à 20.30
live stream sur arteconcert.com

JOHANNES BRAHMS : Concerto pour violon
Nikolaj Szeps-Znaider, violon
Orch Nat de France.

Depuis le Grand Théâtre de Provence d’Aix-en-Provence.

Au programme :

Antonín Dvořák (1841-1904)
Symphonie n°5 en fa majeur, op. 76
Johannes Brahms (1833-1897)
Concerto pour violon en ré majeur, op. 77

Orchestre national de France
Cristian Măcelaru, direction
Nikolaj Szeps-Znaider, violon

_____________________________________________________________________________________

Dimanche 4 avril à 18.15
à l’antenne d’ARTE
Kirill Petrenko dirige l’Orchestre philharmonique de Berlin

Premier concert de Pâques du maestro russe Kirill Petrenko en tant que chef d’orchestre de l’Orchestre philharmonique de Berlin.
Programme placé sous le signe de la Russie :
ouverture fantaisie de Romeo et Juliette de Peter Tchaïkovski
Symphonie n°2 en mi mineur de Sergei Rachmaninov
Depuis la salle de la Philharmonie de Berlin.

0CHRIST EST RESSUSCITÉ ! (Pâques en musique)

bach_jean_sebastien_portrait-eisenach-haussmann-1730CHRIST est ressuscité ! Jean-Sébastien Bach : Oratorio de Pâques BWV 249. Comme à l’accoutumée, s’agissant de Jean-Sébastien Bach, l’Oratorio de Pâques tel que nous le connaissons actuellement, et tel qu’il est joué par les ensembles les plus informés, regroupe plusieurs partitions sur le thème pascal qui remonte à plusieurs époques, certains opus étant réécrits, modifiés selon l’idéal esthétique du compositeur, selon aussi les effectifs à sa disposition au moment de la commande puis de la réalisation. La première version remonte à 1725 pour les célébrations pascales, en particulier pour le Dimanche de Pâques. Bach recycle une cantate de voeux (donc originellement profane) de février 1725 dédié à l’anniversaire de son patron, le Duc Christian de Saxe-Weissenfels (Entfliet verschwindet, entweichet ihr Sorgen, BWV 249a   / écouter ici la version d’Helmut Rilling / Edith Mathis / Stuttgart). Puis il en déduit une nouvelle célébration, d’essence sacrée: Kommt, eilet und laufet, ihr flüchtigen Füsse … (BWV 249 / écoutez ici le choeur introductif pétillant de joie recouvrée, instruments d’époque / Kay Johannsen / Stuttgart, avril 2016), cantate célébrant la dévotion de la feria I de Pâques au 1er avril 1725. Le Choeur introductif est celui d’une marche sereine et vive, celle des fidèles rassemblés dans la joie, la lumière, le partage.

 

 

Christ est ressuscité !L’ORATORIUM DE PÂQUES… Puis dans un nouveau texte de Picander, la même cantate sert une nouvelle célébration profane en août 1726 pour l’anniversaire de son autre mécène le Comte Joachim Freidrich von Flemming (BWV 249b). Pour livrer une nouvelle musique pascale, Bach recycle entre 1732 et 1735, les partitions déjà écrites et intitule le nouveau cycle “oratorium”. Comme pour la Messe en si mineur, il s’agit grâce au génie synthétique dont il est capable, de combiner des éléments épars en une totalité dont la cohérence et l’architecture nous stupéfient. Soucieux d’unité, le compositeur reprend encore son ouvrage après 1740, et fixe désormais ce que nous connaissons sous le nom d’Oratorio de Pâques.

 

 

bach jean sebastian sebastien portrait vignette par classiquenews bach_js-jean-sebastianVOIR / ÉCOUTER l’intégralité de l’oratorio de Pâques de JS BACH BWV 249 – excellente version sur instrument d’époque et sur un tempo vif, allant, réjouissant – Netherlands Bach Society – AMSTERDAM, mai 2017 : Jos van Veldhoven, direction  – avec Damien Guillon, alto, Thomas Hobbs, ténor…  / le chant de l’orchestre doit ici s’affirmer avant celui du chœur, révélant de la part de Bach, une sensibilité ciselée pour les timbres (longue intro par les seules instruments dont la flûte que dialogue ensuite avec le premier air pour soprano solo… et l’air du ténor qui compte deux flûtes obligées, – “Sanfte soll mein Todeskummer“, l’un des plus tendres et graves, ici à 23’43: par la voix de Petrus, la mort a passé pour que jaillisse la Résurrection, miracle et mystère absolu – l’air pour le ténor est ici le plus énigmatique du cycle pascal conçu par Bach : serein, tendre, d’une douceur qui désigne l’énigme de la Résurrection, donc le sens de la mort du Christ)…

 

 


Christ est ressuscité !

 

 

 

 

 

 

Oratorio en 10 numéros

Plan en 10 numéros/épisodes

 

VÉRITABLE OPÉRA SACRÉ, l’Oratorio de Pâques de JS Bach saisit par la maîtrise des contrastes, l’absolu génie des réemplois et aussi, le raffinement d’une grande culture musicale qui utilise selon un plan dramaturgique éblouissant, les styles italiens et français.

N°1 à 3. Au début, les 3 premiers numéros (Sinfonia avec flûtes et hautbois d’amour, Adagio, Chorus) composent un triptyque d’ouverture selon le schéma d’un concerto italien (vif, lent, vif), avec une même tonalité de ré majeur) pour unifier le cycle pour les volets 1 et 3. Dans ce dernier épisode, le texte convoque les fidèles qui pressent le pas vers la sépulture de Jésus.
Le n°4 fait paraître les 4 solistes, sombres et graves, qui se retrouvent près du tombeau : Maria Jacobi (soprano), Maria Magdalena (alto), Petrus (ténor), Johannes (basse). Se détache surtout l’aria adagio en si mineur (avec traverso) de Maria Magdalena dans laquelle la chanteuse invite à renoncer aux parfums et onguents de l’embaumement pour choisir les lauriers, annonciateurs de la victoire du Christ ressuscité (n°5).

CHRIST-endormi-programmes-brava-hd-noel-2015-582-390N°6-7 : surviennent Petrus et Johannes qui découvrent la tombe vide et la pierre déplacée. Maria Magdalena précise alors qu’un ange est venu annoncer la Résurrection du Sauveur. Ainsi Petrus (ténor, en sol majeur) adopte le calme serein d’une bourrée pour exprimer avec les flûtes à bec, la profonde certitude de la paix intérieure, après la proclamation du Miracle christique. N°8 à 10 : les airs des deux Marie basculent dans l’arioso, portés par l’impatience de revoir Jésus : tendre et compatissante, Maria Magadalena se demande où le Christ lui apparaîtra (air en la majeur, avec hautbois d’amour sur rythme de gavotte). Tandis que Johannes invite chacun à se réjouir. Jean-Sébastien Bach conclut par un chœur de réjouissance (n°11) où l’éclat des trompettes dit la réalisation de la transfiguration finale. Le dernier épisode suit un plan en deux parties : format et esprit français et d’une élégance haendélienne tout d’abord ; puis gigue fuguée d’une ivresse collective irrésistible.

 

 

 

Tizian, Verklaerung Christi - Titian / Transfig.of Christ / c.1560 - Titien / Transfiguration du Christ

 

 

Résurrection du CHRIST par Fra Angelico et Tiziano (DR)

 

 

 

 

 

 

Approfondir

orpheus-noble-strings-clic-de-classiquenews-cd-review-critique-cd-classiquenews-junuary-2017-PARATY216229_couvOn retrouve le chant du ténor Thomas HOBBS dans un recueil orphique édité par PARATY – CD, compte rendu critique. Orpheus’ Noble Strings / Les cordes royales d’Orphée / Thomas Hobbs, ténor (1 cd Paraty, 2016). Diseur baroque suave et suggestif, le ténor britannique Thomas Hobbs sait rééclairer de sa voix tendre, claire, idéalement articulée dans la langue de Shakespeare, les mélodies nostalgiques du recueil qui souligne aussi sa complicité avec le luth et les cordes de Romina Lischka. Sur le thème et mythe d’Orphée / ORPHEUS, figure matricielle pour le chant barque et l’opéra tout court, le ténor anglais, chantre et conteur compose un parcours en langueur et nostalgie, cultivant l’accord ténu entre texte et musique, poésie et mélancolie instrumentale. De noble et bergère naissance, le poète évoque l’énergique et cruel Hermès, apprend l’amour, le deuil, l’humaine fragilité aux cotés de la fugace et fatale Eurydice…

 

Festival de Cuenca 2016

cuenca-cathedrale-570ESPAGNE. Festival de Cuenca : 19>27 mars 2016. C’est l’un des plus anciens festivals de musique sacrée en Europe, un Salzbourg ibérique ayant lui aussi sa ville haute, ses superbes églises posées sur un pic rocher qui offre une vue vertigineuse sur la nature environnante (digne du peintre Patinir). Le Festival de Cuenca (dans la région de Castilla-La Mancha) qui s’appelle aussi en espagnol “Semana de musica religiosa de Cuenca” / Semaine de musique religieuse”, parce qu’il se déroule pendant la Semaine Sainte (donc sur le rythme des nombreuses processions dans la vieille ville) a tout pour plaire : le charme d’un bourg historiquement très riche ; des églises préservées intactes et d’une grande diversité dont la sublime Cathédrale (et ses multiples chapelles du gothique au baroque tardif), un environnement éblouissant et aussi une gastronomie locale à découvrir absolument à condition de connaître évidemment les bonnes adresses (et de commander sa table quelques jours avant, Semaine Sainte oblige : les espagnols convergent vers le vieux Cuenca pour y mesurer et pour y vivre cet esprit de fièvre collective et d’intense expérience musicale au temps du Festival de musique sacrée).

cabeceraSMRC2015-1Pour sa dernière édition, la directrice artistique Pilar Tomas, véritable âme du festival a choisi l’Allemagne comme pays invité, avec le Vocalconsort de Berlin comme artiste résident. On ne sera donc pas surpris d’y écouter, en liaison avec le calendrier liturgique pascal (du lundi au samedi saint, après le week end des Rameaux), plusieurs oeuvres germaniques médiévales, renaissantes et baroques. La 55 ème édition du festival de Cuenca du 19 au 27 mars promet donc d’être particulièrement convaincante. Parmi nos coups de coeurs de cette édition très prometteuse : le programme Duron sublimé par La Grande Chapelle et Albert Recasens le 23 mars ; évidemment le programme phare défendu en 2016 par Les Arts Florissants et William Christie : la Messe en si mineur de Bach, le lendemain 24 mars ; enfin, le concert du Samedi saint (dans la Cathédrale de Cuenca, le 26 mars défendu par l’ensemble en résidence cette année : Vocalconsort Berlin (James Wood, direction), arche emblématique de la programmation du Festival : entre musique ancienne et création : Hector Parra (1976) : Breathing (création mondiale, commande du festival de Cuenca) puis Missa a 4 de William Byrd. Eclectique, multiple, mais singulièrement cohérente, la direction artistique à Cuenca, grâce à Pilar Tomas, a incarné un modèle du genre, entre pertinence, rythme, poésie et diversité. Festical incontournable, coups de coeur CLASSIQUENEWS 2016.

 

 

 

 

En voici nos 12 temps forts :

Samedi de la Passion, 19 mars 2016 (concert 1)
Eglise San Miguel, 19h
Concert Vivaldi : Salve Regina, Motet in furore, Laudate pueri
Roberta Mamelli, soprano
Modo Antiquo. Federico Maria Sardelli, direction

Dimanche des Rameaux, 20 mars 2016 (concert 2)
Eglise San Pedro
Wolfgang Rihm (1952) : Vigilia, 2006
Singer Pur
Ensemble Musikfabrik

Lundi Saint, 21 mars 2016 (concert 3)
Salla de Camara, Teatro Auditorio à Cuenca, 17h
Cantates de Jean-Sébastien Bach
Accademia del Piacere
Fahmi Alqhai, direction

idem (concert 4)
Eglise San Miguel, 20h30
Jean-Sébastien Bach : Sonatas et Partitas pour violon
BWV 1001 à 1006
Christian Tetzlaff, violon

Mardi Saint, 22 mars 2016 (concert 6)
Teatro Auditorio, 20h30
Miguel de Cervantès, 1547-1616
La Conquête de Jerusalem par Godefroy de Boullon
Musiques de Guerrero, Flecha, Juan del Enzima, …
La Danserye
Capella Prolationum
Compania Antiqua Escena
Juan Sanz, mise en scène

Mercredi Saint, 23 mars 2016 (concert 7)
Eglise San Miguel, 17h
Sebastian Duron : Semana Santa en la Real Capilla, vers 1700
(Psaume, Lamentations, Villancico de Pasion…)
La Grande Chapelle
Albert Recasens, direction

Eglise de la Merced, 20h30
SOS : Songs of Suffering
Lamentation de Jérémie
Oeuvres de Lobo, Tallis, James Wood (1953)
Vocalconsort Berlin
James Wood, direction
Arnim Fries, projection vidéo

christie-bill-william-grands-motets-rameau-concerts-2014Coup de coeur de classiquenews 2016 :
Jeudi Saint, 24 mars 2016 (concert 10)
Teatro Auditorio, 20h30
KATHERINE WATSON, soprano
EMMANUELLE DE NEGRI, soprano
TIM MEAD, contre-ténor
REINOUD VAN MECHELEN, tenor
ANDRÉ MORSCH, basse
Jean-Sébastien Bach : Messe en si mineur BWV 232
Les Arts Florissants
William Christie, direction

Vendredi Saint, 25 mars 2016 (concert 12)
Teatro Auditorio, 20h30
Récital Scarlatti, Vivaldi, Albinoni, Vivaldi
Giovanni Battista Ferrandini : Il pianto di Maria
Ann Hallenberg, mezzo soprano
The English Consort
Harry Bicket, direction

Samedi Saint, 26 mars 2016 (concert 13)
O Celestial Medicina
Canciones, Villanescas spirituelles de Guerrero
Armonia Concertada
Maria Cristina Kiehr, soprano
Sara Agueda, harpe double

Cathédrale de Cuenca, 20h
Hector Parra (1976) : Breathing
(création mondiale, commande du festival de Cuenca)
William Byrd : Missa a 4
Vocalconsort Berlin
James Wood, direction

Dimanche de la Résurrection, 27 mars 2016 (concert 16)
Eglise de la Asuncion, Tarancon, 18h
Sebastian Duron : El Blando Susurro
Cantadas y tonadas sacras
Raquel Andueza, soprano
La Galania

Ne pas manquer aussi :
Visite acoustique au Musée du Trésor de la Cathédrale
Dimanche des Rameaux, Jeudi, Vendredi et Samedi Saint
Visiter le site du festival de Cuenca 2016, 55ème Semana de Musica Religiosa

 

 

 

 

 

cabeceraSMRC2015-1Renseignements, informations pratiques sur le site du Festival de Cuenca 2016, 55è Semana de Musica Religiosa de Cuenca (Castilla La Mancha, Espagne)

 

 

leaderboard-CUENCA-2016-55-eme-edition-2016-leaderboard-classiquenews-800

 

 

Cavalleria Rusticana de Mascagni à Salzbourg

salzbourg-evasion-classiquenews-582-570Salzbourg, les 28 mars et 6 avril 2015. Mascagni : Cavalleria Rusticana, 18h. Osterfestspiele Salzburg. Le festival de Pâques de Salzbourg affiche en 2015, mars et avril, l’opéra vériste génial signé Mascagni : Cavalleria Rusticana avec entre autres l’excellent Jonas Kaufmann. L’oeuvre est couplée avec i Pagliacci de Leoncavallo, formant un diptyque familier des amateurs d’opéras. Chaque partition courte, d’un acte, compose ainsi le double portrait d’un drame amoureux passionnel et tragique : chacun s’achève sur la mort de l’un des amants.

 

 

mascagni Pietro Mascagni1La jalousie dévorante et criminelle fait les bons drames passionnels en particulier sur la scène lyrique. En Sicile, le dimanche de Pâques, Santuzza se désespère, démunie et trahie : elle a perdu l’amour de son ancien amant Turiddu qui en aime une autre Lola, l’épouse du charretier Alfio. Santuzza a beau se confier à la propre mère de Turiddu (Mamma Lucia), rien ne peut adoucir le ressentiment et la haine, le désir de vengeance et la tentation du meurtre qui envahissent l’esprit de l’amoureuse humiliée. L’action se déploie comme un relief antique : sans dilution, droit au but, épure, embrasement, catastrophe. Mascagni compose sa partition en 1890 (deux années avant I Pagliacci de Leoncavallo, autre partition courte et fulgurante avec laquelle Cavalleria est souvent couplée dans la même soirée) : c’est le manifeste de toute une esthétique à l’opéra. Franche, immédiate, réaliste : l’opéra vériste ou naturaliste est né sous sa plume car le drame est court, concis, resserré, d’une irrépressible activité et sur une durée très limitée (ici 1h10mn selon les versions). LIRE notre dossier spécial Cavalleria Rusticana de Mascagni

 

 

 

Programmer Cavalleria Rusticana au moment de Pâques est justifié car c’est le temps réel de l’action du drame. La distribution affichée par le festival de Salzbourg promet engagement et caractérisation sous la baguette fine et nerveuse de Christian Thieleman…

Cavalleria Rusticana de Mascagni au festival de Salzbourg 2015

 

festival de paques salzbourg 2015 cavalleria rusticana

 

Christian Thieleman, direction

Philipp Stölzl, mise en scène, régie

Jonas Kaufmann : Turiddu, Canio

Liudmyla Monastyrska:Santuzza

Annalisa Stroppa : Lola

Maria Agresta: Nedda

Dimitri Platanias : Tonio

Tansel Akzeybek: Beppe

Sächsische Staatskapelle Dresden

Choeur d’enfants du Festival de Salzbourg