LIEGE : L’ORW affiche DON QUICHOTTE d’après Massenet

Don-quichotte-opera-royal-de-wallonie-mars-2019-annonce-critique-operaLIEGE, ORW. DON QUICHOTTE : 12 – 17 mars 2019. L’OpĂ©ra de Liège n’oublie pas les jeunes spectateurs ni leurs parents. Librement inspirĂ© de l’opĂ©ra de Massenet, lui-mĂŞme adaptant le mythe lĂ©guĂ© par Cervantès, le spectacle Don Quichotte prĂ©sentĂ© par l’ORW OpĂ©ra Royal de Wallonie Ă  Liège, est participatif et surtout destinĂ© au jeune public (dès 6 ans) : occasion idĂ©ale, littĂ©ralement enchanteresse, afin d’éveiller les plus jeunes Ă  l’onirisme singulier du monde de l’opĂ©ra. La nouvelle production relit le sujet de Don Quichotte avec originalitĂ© et clarification : … « L’ingĂ©nieux Don Quichotte lit jour et nuit des romans de chevalerie qui le transportent dans une vie imaginaire. Faisant de Sancho son serviteur, il part avec Rossinante, son vieux cheval, Ă  la conquĂŞte de DulcinĂ©e, la Dame de coeur. Pour elle, il veut sauver le monde. Mais les rĂŞves extravagants de Don Quichotte se fracassent contre la rĂ©alitĂ©, le laissant, de bataille en bataille, un peu plus cabossé… » La nouvelle production dresse le portrait d’un pauvre hidalgo (petit noble), passionnĂ© de romans chevaleresques, au point de se prendre lui-mĂŞme, par la force de son imagination, pour un chevalier valeureux et conquĂ©rant ; il invente ses propres aventures, Ă©chafaude dĂ©fis et exploits, voudrait ĂŞtre digne et admirĂ© pour conquĂ©rir la belle DulcinĂ©e, la dame de son cĹ“ur.

Emblématique de la littérature espagnole baroque, Don Quichotte de la Manche, est un héros picaresque (pîcaro / misérable mais fûté), d’essence populaire dont l’activité s’inscrit dans le rêve et la parodie ; Cervantès a conçu son roman éponyme en traitant le thème du chevalier errant, solitaire, un rien allumé et délirant, que la sincérité de sa folie, rend touchant, très humain. Il n’a rien, n’est personne mais ne manque ni de courage ni de ressource ; il aspire à l’absolu et l’idéal chevaleresque, c’est à dire servir le Bien et le Beau, pour être couvert de gloire et d’amour.

Préparé par leurs parents ou leurs professeurs, les jeunes spectateurs ont le loisir de chanter plusieurs chansons pendant le spectacle (à partir du CD reprenant les chants participatifs et fiche pédagogique) ; Ils sont dirigés par le chef d’orchestre et/ou les artistes chantent avec eux :

https://www.operaliege.be//content/uploads/2019/01/fiche_p%C3%A9dagogique_Don_Quichotte_compressed.pdf

L’Opéra Royal de Wallonie-Liège a commandé cette nouvelle production d’un opéra participatif pour jeune public dès six ans, librement inspiré de l’œuvre de Jules Massenet. Mis en scène et adapté par Margot Dutilleul et Laurence Forbin sur une musique arrangée par Julien Le Hérissier, Don Quichotte sera dirigé par le jeune chef d’orchestre belge Ayrton Desimpelaere.

Le baryton-basse Roger Joakim (Don Quichotte), le baryton Patrick Delcour (Sancho) et la mezzo-soprano Alexise Yerna (Dulcinée) donneront du 12 au 17 mars 2019 vie aux mythiques personnages de Cervantes et à la musique de Massenet, lors de trois représentations publiques et de sept séances scolaires.

 
 
 
 
 
 

________________________________________________________________________________________________

Don Quichotte, d’après Jules Massenetboutonreservation
Du 12 au 17 mars 2019
LIEGE, OPERA ROYAL DE WALLONIE
Opéra participatif pour jeune public à partir de 6 ans
Nouvelle production – Commande de l’OpĂ©ra Royal de Wallonie-Liège

RESERVEZ VOTRE PLACE
https://www.operaliege.be/spectacle/don-quichotte/

________________________________________________________________________________________________

Au total, une nouvelle production comprenant 10 représentations destinées à un très large public :

Séances tout public / OPÉRA ROYAL DE WALLONIE à Liège :
Mercredi 13 MARS 2019 – 18h
Samedi 16 MARS 2019 – 18h
Dimanche 17 MARS 2019 – 15h

SĂ©ances scolaires :
Mardi 12 MARS 2019 – 10h & 13h30
Mercredi 13 MARS 2019 – 10h
Jeudi 14 MARS 2019 – 10h & 13h30
Vendredi 15 MARS 2019 – 10h & 13h30

Palais des Beaux-Arts de Charleroi :
Vendredi 5 AVR. 2019 – 10h30 et 13h30
Samedi 6 AVR. 2019 – 20h
Dimanche 7 AVR. 2019 – 16h

RESERVEZ VOTRE PLACE Ă  CHARLEROI

________________________________________________________________________________________________

 
 
 

don-quichotte-nouvelle-production-opera-annonce-critique-opera-royal-de-wallonie-liege-classiquenews-charleroi-liege-opera-actualites-critique-classiquenews

 
 
 

1.-Ayrton-Desimpelaere-1400x1400

Ayrton Simpelaere dirige cette nouvelle production d’après Don Quichotte de Jules Massenet (DR)

 
 
 

 
 
 

Opéra, compte rendu critique. Liège. Opéra Royal de Wallonie, le 17 avril 2015. Georges Bizet : Les Pêcheurs de perles. Anne-Catherine Gillet, Marc Laho, Lionel Lhote, Roger Joakim. Paolo Arrivabeni, direction musicale. Yoshi Oida, mise en scène

bizet georgesA travers ces Pêcheurs de perles, l’Opéra Royal de Wallonie tend la main à la glorieuse histoire du chant en Belgique. En effet, la distribution est exclusivement composée de chanteurs du pays, pour un résultat à saluer bien bas. On soupire d’aise devant une telle clarté dans la diction et un style aussi juste, l’école de chant belge paraissant avoir conservé dans son enseignement des traditions qui se sont un peu perdues dans l’Hexagone. A commencer par Marc Laho, qui (re)trouve en Nadir un emploi idéal pour ses moyens vocaux, permettant de faire admirer tant le métal de son médium que la mixte subtile de ses aigus, particulièrement mise en valeur dans la fameuse romance, superbement chantée. L’évolution de son instrument vers un répertoire plus large permet en outre de donner au personnage du pêcheur une vaillance qu’il n’a pas toujours aujourd’hui.

 

 

 

L’OpĂ©ra royal de Wallonie ment en scène l’autre chef d’Ĺ“uvre de Bizet, teintĂ© d’orientalisme : Les PĂŞcheurs de Perles….

PĂŞcheurs de Belges

 

A ses côtés, on retrouve avec bonheur Anne-Catherine Gillet, qui paraît avoir approfondi et mûri sa Leila depuis les concerts nantais de l’an dernier. Le timbre est toujours aussi transparent qu’un cristal de roche et le vibratello qui fait sa signature donne toujours à chacune de ses inflexions un caractère naturellement émouvant. La figure forte et fragile à la fois de la jeune femme s’incarne comme une évidence dans la gracieuse silhouette de la soprano, et on se souviendra longtemps d’un « Comme autre fois » palpitant et frémissant, glissant le long d’un tendre legato ; comme on n’oubliera pas de sitôt une confrontation avec Zurga au désespoir rageur.
Zurga qui se révèle comme le grand triomphateur de la soirée. On est heureux d’entendre Lionel Lhote dans ce rôle emblématique de grand baryton français.
La maîtrise de la partition est totale, chaque phrase sonnant pleine et habitée, le chanteur ne se départissant jamais, jusque dans la colère, d’une grande majesté.
En outre, on admire le sombre velours du timbre qui enrobe une rare maîtrise de la déclamation lyrique, et on rend les armes devant un aigu inépuisable, osant un retentissant la naturel durant le premier acte, et, témérité suprême, achevant son duo avec Leila à l’unisson de sa partenaire, avec un rarissime si bémol aigu !
Pour compléter ce trio de superbe facture, le Nourabad luxueux de Roger Joakim laisse sonner sa belle voix de baryton-basse dont on ne perd pas un mot. Un vrai quarté gagnant.

L’excellence lyrique made in Wallonie...

Galvanisant l’orchestre et les chœurs de la maison, profondément impliqués dans l’aventure, Paolo Arrivabeni dirige ici ce qu’il considère comme son premier véritable opéra français, à savoir écrit par un compositeur français. Une gageure pour le chef italien, mais un défi relevé avec maestria, tant sa compréhension de cette écriture spécifique est grande. Le drame reste toujours présent, l’orchestre tourbillonnant et faisant sans cesse avancer l’action, ménageant aux bons moments des instants contemplatifs qui permettent l’apaisement avant l’orage.
Une direction intensément théâtrale, au diapason de la mise en scène de Yoshi Oida, créée Salle Favart voilà trois ans. La scénographie imaginée par le comédien japonais n’a rien perdu de son efficacité ni de sa poésie grâce à un orientalisme sobre et des lumières de toute beauté, servant une direction d’acteurs d’une belle justesse et d’une grande force. Une excellente soirée, faisant honneur au lyrisme made in Wallonie.

Opéra, compte rendu critique. Liège. Opéra Royal de Wallonie, 17 avril 2015. Georges Bizet : Les Pêcheurs de perles. Livret d’Eugène Cormon et Michel Carré. Avec Leila : Anne-Catherine Gillet ; Nadir : Marc Laho ; Zurga : Lionel Lhote ; Nourabad : Roger Joakim. Chœurs de l’Opéra Royal de Wallonie ; Chef de chœur : Marcel Seminara. Orchestre de l’Opéra Royal de Wallonie. Direction musicale : Paolo Arrivabeni. Mise en scène : Yoshi Oida. Assistant à la mise en scène : Samuel Vittoz ; Décors : Tom Schenk ; Costumes : Richard Hudson ; Lumières : Fabrice Kebour

 

 

Aida de Verdi depuis l’OpĂ©ra royal de Wallonie

ORW_liege_logo_tete_201_fond_violetLive web depuis l’ORW Liège. Verdi : Aida, le 2 avril, 20h. En pleine Egypte pharaonique, l’amour de Radamès, gĂ©nĂ©ral Ă©gyptien, et d’Aida, esclave nubienne, est menacĂ© par la guerre que vont se livrer les deux pays. Mais un autre danger les guette : Amneris, fille du roi d’Egypte, est Ă©prise de Radames et voit en Aida une rivale. La victoire des troupes Ă©gyptiennes est totale. En guise de rĂ©compense, le roi offre sa fille Ă  Radamès. Par amour, le hĂ©ros guerrier victorieux adorĂ© par le pharaon lors de la fameuse scène du dĂ©filĂ© de la victoire -tableau collectif qui revisite le grand opĂ©ra Ă  la française-, trahit les siens, le peuple qui l’adule, Pharaon qui lui a remis l’or des dieux … CondamnĂ©s Ă  ĂŞtre ensevelis vivants, cependant que la fille de Pharaon AmnĂ©ris observe impuissante Ă  l’accomplissement de cet amour fatal qu’elle n’a pu inflĂ©chir, Radamès et Aida incarnent jusqu’à la mort, la souverainetĂ© d’un amour qui dĂ©passe les conflits et le destin des individus qui en sont traversĂ©s. La force de l’opĂ©ra Ă©gyptien de Verdi demeure son rĂ©alisme archĂ©ologique (l’égyptologue Mariette a collaborĂ© au livret pour la vraisemblance de l’action sur scène, jusqu’à la justesse de certaines sonoritĂ©s purement Ă©gyptiennes…), mais aussi son intimisme. En faisant d’Aida, un opĂ©ra surtout psychologique Ă  la façon d’un huit clos qui se joue Ă  3 personnages : Radamès pris entre les sentiments d’AmnĂ©ris et d’Aida, la princesse et son esclave captive, Verdi a rĂ©ussi un authentique chef d’œuvre lyrique, Ă©vitant le superficiel et le creux qu’un prĂ©texte historique aurait pu causé…  Livret Antonio Ghislanzoni.

 

 

ORW_Aida_575

 

 

 

ORW_liege_logo_tete_201_fond_violetAida de Verdi, Direct live le 2 avril 2014
Paolo Arrivabeni, direction
Ivo Guerra, mise en scène
Barbara Frittoli, Isabelle Kabatu, Stuart Neill, Rudy Park, Nino Surguladze, Anna Maria Chiuri, Mark Rucker …
9 dates.  A l’affiche du 25 mars au 4 avril 2014

 

Internet. Opéra royal de Wallonie : Fidelio en direct, le 6 février 2014, 20h

ORW_liege_logo_tete_201_fond_violetLive web. Fidelio en direct de l’ORW Ă  Liège, le 6 fĂ©vrier 2014, 20h. Depuis plusieurs annĂ©es, l’OpĂ©ra royal de Wallonie se met au diapason du numĂ©rique en offrant en accès libre, l’accès en direct de nombreuses productions de la saison lyrique en cours. Jeudi 6 fĂ©vrier 2014, en direct de l’OpĂ©ra royal de Wallonie Ă  Liège, pleins feux sur Fidelio de Beethoven dès 20h, sur le site de l’OpĂ©ra royal de Wallonie. En lire +, lire notre prĂ©sentation complète

 

 

Fidelio en direct sur internet depuis l’OpĂ©ra Royal de Wallonie  Ă  Liège

 

ORW_liege_logo_tete_201_fond_violetFidelio de Beethoven, Direct live le 6 février 2014
Paolo Arrivabeni, direction
Mario Martone, mise en scène
Jennifer Wilson (Leonore), Zoran Todorovitch (Florestan), Franz Hawlata (Rocco), Conzia Forte (Marzelline)…
A l’affiche du 31 janvier au 11 février 2014

 

L’amour d’une femme. L’action se situe en Espagne, dans une prison près de Séville à la fin du XVIIIe siècle. Florestan a été jeté en prison par le gouverneur Don Pizarro, dont il avait dénoncé les agissements illégaux. Leonore, épouse de Florestan, est déterminée à sauver son mari. Déguisée en garçon, sous le nom de Fidelio, elle parvient à s’introduire auprès du geôlier Rocco, à gagner sa confiance et à libérer Florestan, aidée par l’arrivée providentielle du ministre venu mettre fin à l’arbitraire tyrannique de Don Pizarro… Fidelio, opéra romantique, recueille les fruits solaire des Lumières, soulignent la vertu d’une épouse fidèle et loyale prête à sauver jusqu’à la mort celui qu’elle aime : telle Alceste de Gluck, c’est une figure de femme droite et déterminée que l’amour conduit jusqu’au sublime exemplaire. Livret Josef Sonnleithner et Georg Friedrich Treitschke.
En lire +, lire notre présentation complète

 

ORW_live_web_fidelio_575

 

 

Chaque séance débute à 20h, accessible depuis le site de l’Opéra royal de Wallonie.
Les Live Web de l’Opéra royal de Wallonie, consultez la page dédié ” web & tv ” sur le site de l’Opéra royal de Wallonie ORW à Liège