SCEAUX (92), sam 10 nov 2018. TRIO ATANASSOV : Durosoir, Ravel, Bridge


schubertiade-sceaux-leaderboard-18-19-190-800-VIGNETTE-classiquenewsSCEAUX (92), sam 10 nov 2018. TRIO ATANASSOV : Durosoir, Ravel, Bridge
 Voici dĂ©jĂ  la 2Ăš session de la Schubertiade de Sceaux, cycle Ă©vĂ©nement de musique de chambre autour de Schubert, proposĂ©, dĂ©fendu par le Trio Atanassov. AprĂšs une premiĂšre inaugurale, 100% Schubert qui a eu lieu le 13 octobre dernier, – bain enivrant dans l’imaginaire si trouble et tendre de Franz Schubert, les interprĂštes de ce 2Ăš rv Ă  Sceaux, rendent hommage Ă  la musique du compositeur Lucien Durosoir, violoniste et compositeur, qui fut soldat sur le front de la premiĂšre guerre, dont le tempĂ©rament marque les esprits ; une Ɠuvre idĂ©ale qui permet Ă  la Schubertiade de Sceaux de fĂȘter aussi le centenaire de l’Armistice 1918, 
 un certain 11 novembre.

 

La Ville de Sceaux lance sa nouvelle saison musicale : "la Schubertiade"

 

 

 

Le spectacle « Un fil, la vie, un simple fil » rĂ©unit les 3 instrumentistes du Trio Atanassov (Perceval Gilles, Sarah Sultan et Pierre-Kaloyann Atanassov, respectivement violon, violoncelle, piano / cf notre photo), et aussi le comĂ©dien et metteur en scĂšne Alain CarrĂ© pour Ă©voquer l’expĂ©rience de la guerre et des tranchĂ©es vĂ©cue par Lucien Durosoir, Ă  travers sa musique et ses mots (lettres envoyĂ©es du front Ă  sa mĂšre). Des extraits des Carnets de guerre de Maurice MarĂ©chal seront Ă©galement lus en alternance avec les compositions de Lucien Durosoir, mais aussi de Ravel, Schumann, Bridge, Beethoven et YsaĂże.

sceaux la schubertiade de sceaux hotel de ville saison sur classiquenewsUne exposition et une courte confĂ©rence de Luc Durosoir, fils du musicien, qui a retrouvĂ© les Ɠuvres de son pĂšre (que lui-mĂȘme refusait de publier) au dĂ©but du XXIĂšme siĂšcle, enrichissent l’apport du concert. Pluridisplinaire et gĂ©nĂ©reuse, l’offre de La Schubertiade de Sceaux croise musique, histoire, littĂ©rature afin d’honorer l’Ɠuvre d’un virtuose marquĂ© par la monstruositĂ© de la guerre, qui, aprĂšs sa dĂ©mobilisation, dĂ©cida de se retirer du monde pour composer. Tout un symbole.

 

 

Sur le front, le matricule 4857
durosoir lucien violon portrait annocne concert par classiquenewsEau chaude en guise de cafĂ©, pain sec, lever matinal Ă  4h et demi
 Rester immobile, quel que soit le temps. Attendre. Observer, se cacher
 « Il ne faut pas ĂȘtre maniaque, devenir trĂšs dur, simple et endurant, telle est la devise Ă  laquelle il faut s’efforcer. Par endurant, je ne dis pas seulement lutter contre la fatigue, mais aussi le climat froid et la pluie « . Le soldat sur le front Ă©crit couchĂ© car pas de table ni de chaise
 sa vie est dure, terne ; c’est Ă  Caen en 1914, au moment oĂč il apprend entre autres la mort du compositeur AlbĂ©ric Magnard, tuĂ© par les allemands
 « Il a Ă©tĂ© fusillĂ© dans sa maison de Baron parce qu’il avait tirĂ© deux Uhlans qui enfonçaient sa grille. C’est sĂ»rement une grande perte pour nous », Ă©crit Lucien Durosoir – matricule 4857, dans son « cher carnet » 
Peu Ă  peu, aprĂšs avoir Ă©tĂ© un temps (premier) impressionnĂ©, le soldat s’habitue Ă  la proximitĂ© avec les cadavres : «  je veillerai dans la nuit au milieu des cadavres comme cela arrive souvent, sans mĂȘme y songer ».
Et comme pour se donner du courage : ”Certainement la guerre est le plus Ă©pouvantable des flĂ©aux, mais il faut la subir et nous n’y pouvons rien, et dans le cas prĂ©sent nous dĂ©fendons notre pays, nos libertĂ©s et l’amour de notre race”.  Le quotidien est terrible ; le goĂ»t de la guerre, Ă  vomir. Insupportable mais inĂ©vitable. Tel est la vie du soldat Durosoir, en un temps foudroyĂ© et glaçant, que les extraits musicaux enrichissent et colorent tout au long de la reprĂ©sentation. Dans la dĂ©termination et dans l’espoir. C’est un humanisme admirable : « Certes, je ne puis savoir ce que le sort me rĂ©serve, mais si je venais Ă  disparaĂźtre, ce Ă  quoi il ne faut pas penser, songe que ce sacrifice, que bien d’autres que moi ont consenti, a Ă©tĂ© fait pour sauver notre pays et les enfants, c’est-Ă -dire l’avenir, c’est pour eux que nous avons supportĂ© tant de souffrances. Il faudrait donc t’intĂ©resser Ă  des enfants, Ă  des musiciens, occupe-toi et soutiens des jeunes violonistes, cela occupera ta vie et sera une façon de me prolonger
 «  Ă©crit-il Ă  sa mĂšre.

  

 

SCEAUX (92), HĂŽtel de ville
Samedi 10 novembre 2018, 17h30
RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.schubertiadesceaux.fr/un-fil-la-vie-un-simple-fil-10-novembre-2018/

 
 

 

  Liste des oeuvres musicales jouées pendant le spectacle :

Eugùne Ysaÿe : “Obsession” (1923), extrait de la Sonate pour violon seul N°2
Maurice Ravel : “Pantoum” , 2ùme mouvement du Trio en la (1914)
Lucien Durosoir : 1er mouvement du Trio en si mineur (1926-27)
Frank Bridge : 2Úme et 3Úme mouvements du Trio n°2 (1929)
Robert Schumann :  ”l’oiseau prophĂšte” extrait des “ScĂšnes de la forĂȘt”
Ludwig van Beethoven : 4Úme mouvement de la Sonate op.30 n°2 pour violon et piano
Robert Schumann : 2Úme et 3Úme mouvement du trio N° 1 en ré mineur
Lucien Durosoir : 2Ăšme et 3Ăšme mouvements du Trio en si mineur
Lucien Durosoir : “priùre à Marie” (1949) pour violon et piano
 

 
 

 
 

 

 

LIRE notre compte-rendu du concert du 13 octobre 2018 : Programme Schubert par le Trio Atanassov / La Schubertiade de Sceaux
http://www.classiquenews.com/compte-rendu-concert-sceaux-92-le-13-octobre-2018-la-schubertiade-de-sceaux-recital-schubert-trio-atanassov/

VISITEZ le site du Trio Atanassov : www.trioatanassov.com

https://www.trioatanassov.com

LIRE aussi notre prĂ©sentation gĂ©nĂ©rale de la saison musicale La Schubertiade de Sceaux 2018 – 2019 et ses 6 concerts Ă©vĂ©nements.