Livres, compte rendu critique. Jessye Norman : « Tiens-toi droite et chante ! » (Fayard)

jessye norman tiens droite et chante biographie de jessye norman prĂ©face de James Levine en fevrier 2014 CLIC de classiquenews compte rendu critique du livreLivres, compte rendu critique. Jessye Norman : « Tiens-toi droite et chante ! » (Fayard). Moins autobiographie que mĂ©moires au fil de l’humeur et des thĂ©matiques qui lui sont chères, le texte de Jessye Norman reste surtout un “merci” Ă  la vie, une profession de foi, un hymne aux valeurs humaines supĂ©rieures qui permettent de rendre notre existence et notre monde meilleurs… Si tant est que nous puissions influencer le cours des choses. Dans le cas de la diva amĂ©ricaine dont la carrière dĂ©bute en 1960 et s’achève officiellement Ă  la fin des annĂ©es 2000, la dĂ©termination et l’optimisme (“tiens toi droite et chante!”) sont un moteur exceptionnel pour rĂ©aliser les rĂŞves d’accomplissement d’une voix phĂ©nomĂ©nale. Pourtant l’itinĂ©raire de cette enfant nĂ©e Ă  Augusta en Georgie, outre ses dons vocaux prodigieux, traverse des Ă©vĂ©nements politiques et sociĂ©taux majeurs qui ont marquĂ© l’après guerre : dans son pays, les lois racistes et la sĂ©grĂ©gation qui ont suscitĂ© tout un mouvement populaire pour l’Ă©galitĂ© des citoyens amĂ©ricains ; puis jeune cantatrice passĂ©e Ă  Berlin dans les annĂ©es 1960, Ă©coutes discrètes et loi du secret comme du soupçon Ă  l’Ă©poque de la guerre froide. Il faut lire ses souvenirs d’enregistrements Ă  Dresde par exemple pour comprendre le climat et les conditions d’une Ă©poque troublante et surrĂ©aliste.

Les combats de Jessye

CLIC D'OR macaron 200L’enfant s’est construite grâce aux valeurs lĂ©guĂ©es par sa famille, sa grand mère qui chantait les spirituals Ă  l’Ă©glise en traversant les allĂ©es pour saluer ses voisins ; ses parents, responsables, justes, et surtout engagĂ©s pour l’Ă©mancipation des droits des noirs. La chanteuse, star du lyrique au XXème garde chevillĂ© au corps, cet amour de la libertĂ©, mais aussi du travail, de la discipline, de la dignitĂ© partout, toujours, comme un phare tournĂ© vers les autres.
Le mĂ©lomane comme l’admirateur de la personne humaine retrouvera sa “Jessye” : une conscience pleine et libre soucieuse d’empathie, de reconnaissance et de fraternitĂ©. Les chapitres sur le travail artistique, la collaboration avec les chefs et les confrères sont rares, donc très apprĂ©ciĂ©s, dissĂ©minĂ©s au fil des pages.

jessye_norman1Heureusement, Jessye parle de ses rĂ´les fĂ©tiches, de ses compositeurs de prĂ©dilection, de ses rencontres : Jocaste d’Oedipus Rex (chantĂ© au festival de Matsumoto en 1993 sous la direction d’Ozawa), Didon (Purcell et de Berlioz), Phèdre (certains soirs enchanteurs de 1982 au Festival d’Aix en Provence), Erwartung naturellement… ; travail avec les compositeurs vivants tels Tippett (A child of our time, cĂ©lĂ©bration dĂ©chirante contre l’inhumanitĂ© de la guerre et de la Shoah) ou Messiaen (Poème pour Mi) ; Schubert, Mozart, Wagner, surtout Richard Strauss dont elle explique la portĂ©e poĂ©tique et spirituelle des Quatre derniers lieder sur près de 2 pages !  On passe volontiers les nombreuses rĂ©compenses, distinctions, mĂ©dailles et invitations prestigieuses dont Ă©videmment les cĂ©lĂ©brations en 1989 de la RĂ©volution française oĂą Jessye fut notre Marianne, entonnant la Marseillaise, drapĂ©e dans les couleurs tricolores telle la pythie d’une ère nouvelle (que l’on attend toujours). C’Ă©tait l’Ă©poque oĂą Paris crĂ©ait l’Ă©vĂ©nement… comme Berlin dont le mur tombait. Jessye Norman raconte alors l’enregistrement Ă  Dresde qu’elle rĂ©alisait et qui tombait Ă  pic : Fidelio de Beethoven et son hymne Ă  la libertĂ©. Cela ne s’invente pas.
De page en page, se prĂ©cise une femme qui affirme ses valeurs humaines, son humilitĂ© face Ă  la vie, sa gratitude pour ceux qui l’ont aimĂ©e et qui continuent de l’accompagner.

Au final c’est plus une leçon de vie que le catalogue d’anecdotes scrupuleusement inscrites selon les productions et les enregistrements vĂ©cus. Il en ressort un portrait de femme admirable qui brille par son exigence autant artistique qu’humain, son dĂ©sir d’empathie et sa curiositĂ© pour les autres. Les divas d’aujourd’hui ferait bien de mĂ©diter sur ce qu’elles apportent de concret Ă  la sociĂ©tĂ©, après avoir tant reçu de leur public et admirateurs. Jessye Norman serait-elle la dernière reprĂ©sentante des divas aussi charismatiques que gĂ©nĂ©reuses ? Tant de dĂ©clarations pour le respect, l’Ă©galitĂ©, le don sont mĂ©ritoires de la part d’une artiste qui a profitĂ© du star system des annĂ©es 1980 et aussi du marketing vertigineux du classique Ă  l’Ă©poque florissante du compact disc. Pudiquement, l’Ă©diteur ne communique pas l’annĂ©e de naissance de la Diva (15 septembre 1945) : il s’agit donc aussi d’une publication soufflant les 70 ans de la cantatrice inoubliable. Bonne anniversaire, Jessye !

Livres. Jessye Norman : «  Tiens-toi droite et chante ! »   (Fayard). EAN : 9782213686189.  Parution : le 29 avril 2015. 350pages. Format : 135 x 215 mm. Prix public TTC:  20.90 €.

LIRE aussi notre annonce du Livre : Tiens toi droite et chante ! par Jessye Norman (Fayard)