Livres, compte rendu critique. Rire et sourire dans l’opĂ©ra-comique en France aux XVIIIè et XIXème siècles (Éditions SymĂ©trie, collection SymĂ©trie Recherche)

rire et sourire opera comique france XVIII et XIX charlotte loriot livres critique classiquenews isbn_978-2-36485-027-9Livres, compte rendu critique. Rire et sourire dans l’opĂ©ra-comique en France aux XVIIIè et XIXème siècles (Éditions SymĂ©trie, collection SymĂ©trie Recherche). L’opĂ©ra-comique fait-il toujours rire ? A cette question qui engage la dĂ©finition du genre opĂ©ra-comique par le seul filtre de sa vertu comique, la rĂ©ponse est claire : non! Si l’on Ă©vacue dĂ©sormais l’humour, il faut donc chercher ailleurs et diffĂ©remment, d’autres critères identitaires pour circonscrire l’opĂ©ra-comique, comme genre lyrique et théâtral, dans la diversitĂ© de ses aspects, tout au long de son histoire. C’est le champ d’investigation de cette publication passionnante Ă  bien des Ă©gards. Alternance du parlĂ© et du chantĂ©, esprit dĂ©lirant et parodique, libertĂ© de ton, diversitĂ© de styles… voici d’autres critères pour mieux comprendre un théâtre musical spĂ©cifique dont l’histoire est en quelque sorte rĂ©capitulĂ©e ici, Ă  travers les manifestations du genre au XVIIIè et XIXème siècles. La contrainte, nĂ©e de sa concurrence avec les autres scènes contemporaines alors (théâtre et scène lyrique officielle, ComĂ©die Française et OpĂ©ra…) dĂ©termine l’Ă©volution du genre, qui a du se rĂ©inventer constamment pour exister, contourner les interdictions exubĂ©rantes, affirmer une originalitĂ© de ton, une nouvelle cohĂ©rence dramaturgique… Ce sont tous ces aspects qui correspondent en grande partie, aux jalons importants de l’histoire du genre qui sont dĂ©veloppĂ©s ici, Ă  travers la multiplicitĂ© des thĂ©matiques et des questions contextualisĂ©es. Concrètement, quels sont les apports de ce nouveau cycles d’articles et d’interventions ? Fuzelier, GrĂ©try, Duni et Favart composent un premier choix d’auteurs qui affirment chacun, tout un monde poĂ©tique, expressif et qui influencent profondĂ©ment jusqu’au théâtre de Beaumarchais ; analyse du Comte Ory de Rossini (Ă  la source du comique rossinien) ; regards sur le didactisme du Docteur Miracle (1856) ; essor du genre entre Paris et Rio : cette dernière partie doit ĂŞtre mise en rapport avec la rĂ©cente exhumation de l’opĂ©ra buffa de Marcos Portugal L’Oro no compra amore, ressuscitĂ© par le chef franco brĂ©silien Bruno Procopio, voir notre reportage vidĂ©o. Le sourire est pourtant bien prĂ©sent dans l’OpĂ©ra-Comique ainsi qu’en tĂ©moignent plusieurs ouvrages phares tels L’Amant jaloux de Grtry (1778), Fra Diavolo d’Auber (1830), FĂ©rĂ©ol, succès tenace Ă  l’OpĂ©ra-Comique. En fin en s’intĂ©ressant au comique dans plusieurs partitions cĂ©lèbres du genre, les Ă©tudes dĂ©montrent Ă  l’inverse, la diversitĂ© des autres registres poĂ©tiques complĂ©mentaires dont le rĂ´le n’en est pas moins structurant : ainsi sĂ©guĂ©dilles et fariboles de la PĂ©richole d’Offenbach, ou entre autres, Jean de Nivelle et LakmĂ©, joyaux des annĂ©es 1880. Par la diversitĂ© des approches, cependant structurĂ©es dans une grille clairement Ă©noncĂ©e, la publication est exemplaire, captivante par l’originalitĂ© des documents Ă©tudiĂ©s, la justesse de l’analyse (cf. La Matrone d’Ephèse de Fuzelier  : rire et sourire Ă  la naissance de l’opĂ©ra-comique par François Rubelin. Voir aussi en complĂ©ment de ce chapitre, notre sujet vidĂ©o dĂ©diĂ© Ă  La Matrone d’Ephèse de Fuzelier en 1714, spectacle coup de coeur de classiquenews).

CLIC_macaron_2014Livres, compte rendu critique. Rire et sourire dans l’opĂ©ra-comique en France aux XVIIIè et XIXème siècles (Éditions SymĂ©trie, collection SymĂ©trie Recherche). Ouvrage collectif. ISBN 978-2-36485-027-9. Parution : dĂ©cembre 2015. CLIC de classiquenews de janvier 2016. On ne saurait Ă©galement trop louer le choix du visuel de couverture : Les Deux Carosses de Claude Gillot, chef d’oeuvre pictural qui tout en reprĂ©sentant une scène de la comĂ©die La Foire-Saint-Germain, souligne dès le dĂ©but du XVIIIè, Ă  l’Ă©poque de la RĂ©gence et de Watteau, l’acuitĂ© et l’essor de la scène “comique” française, d’une libertĂ© de ton inĂ©galĂ©e.