Aix en Provence : L’Enlèvement au sĂ©rail de Mozart, 2-21 juillet 2015

aix-en-provence-logo-2015Aix en Provence : L’Enlèvement au sĂ©rail de , 2-21 juillet 2015. Dans le théâtre de l’ArchevĂŞchĂ©, Mozart a toujours sa place privilĂ©giĂ©e : rappelons que Cosi fan tutte  est le premier opĂ©ra reprĂ©sentĂ© Ă  Aix en 1948, au sortir de la guerre, alors que le festival n’Ă©tait pas encore celui qu’il est devenu aujourd’hui. Jouer Mozart dans la Cour de l’ArchevĂŞchĂ© rĂ©sonne donc d’une signification particulière pour laquelle les spectateurs attendent grâce et magie. Sera-ce le cas en juillet 2015 ?

Cosi fan tutte par HanekeAvant Fidelio de Beethoven, L’Enlèvement au sĂ©rail est le premier ouvrage important chantĂ© en allemand. Mozart s’Ă©carte de l’opĂ©ra seria italien et de ses conventions ; il prĂ©fère ici pour Joseph II Ă  Vienne, favoriser un genre mixte, entre profondeur et comĂ©die, comme il le fera dans Don Giovanni, drama giocoso. Le gĂ©nie facĂ©tieux du salzbourgeois sait combiner des genres illusoirement opposĂ©s : la vie n’est-elle pas une succession de bonheur et de tragĂ©die? Or en 1782, soit en pleine esthĂ©tique des Lumières, L’Enlèvement au sĂ©rail dĂ©voile Ă  quel point le jeune compositeur peut caractĂ©riser avec une finesse jamais Ă©coutĂ©e auparavant, le profil psychologique des protagonistes comme l’enjeu de chaque situation ; ici l’opĂ©ra mĂŞme s’il est complètement chantĂ©, est aussi du théâtre (nombreux dialogues parlĂ©s, le personnage du Pacha SĂ©lim est un rĂ´le parlĂ© : il est essentiel car, instance dĂ©cisionnaire, c’est lui qui distille les valeurs humanistes et fraternelles des Lumières : pardon et pacification). L’exotisme du sujet (l’action se passe dans le sĂ©rail du Pacha) concerne Vienne. La ville est le dernier rempart europĂ©en contre l’avancĂ©e des musulmans en Europe. L’Empereur  (portrait ci dessous) et la cour voyaient-ils dans ce Pacha pacifiĂ© et civilisateur, leur idĂ©al politique, soucieux d’une interruption rapide et favorable de la guerre contre les Ottomans ? Très probablement.

En 1782, Mozart se taille une solide rĂ©putation d’auteur lyrique avec L’Enlèvement au SĂ©rail, Die EntfĂĽrhung aus dem serail

Partition politique, philosophique et opéra des femmes

joseph_en_piedsPour l’heure les Habsbourg Viennois se rapprochent de leurs homologues russes et pour la venue du Grand Duc de Russie, (futur Paul Ier), Mozart, juste arrivĂ© Ă  Vienne, reçoit la commande de ce singspiel, mi parlĂ© mi chantĂ©, assimilant la subtilitĂ© des comĂ©dies italiennes. Joseph II se montre très curieux de la valeur musicale du gĂ©nie mozartien. Mais Mozart avait un temps d’avance sur ses contemporains : l’Empereur ne regretta-t-il pas après la première : “trop de notes” ? De fait, c’est l’officiel Gluck qui lui vole la prĂ©sĂ©ance avec pas moins de 3 opĂ©ras crĂ©es pour l’occasion. L’Enlèvement au sĂ©rail mĂŞme crĂ©Ă© plus tard connaĂ®t un succès populaire immĂ©diat (Vienne, Burgtheater, le 16 juillet 1782). Le raffinement de la musique, dĂ©licieusement orientaliste, l’intelligence de la dramaturgie associant Ă©panchements lyriques et tendres particulièrement sincères (dĂ©sir et amour de Belmonte pour Constanz), et scènes comiques affrontant occidentaux et orientaux, mais aussi femmes et hommes (Blonde et Osmin), produisent un joyau dramatique saisissant de vĂ©ritĂ©, de justesse, de sincĂ©ritĂ©. Mozart alors amoureux lui-mĂŞme et passionnĂ©ment Ă©pris de sa jeune Ă©pouse… elle aussi prĂ©nommĂ©e Contanz (d’oĂą la justesse des sentiments amoureux qui y sont exprimĂ©s). Mais la veine comique, d’une finesse toute rossinienne, en particulier dans le rĂ´le très linguistique de Pedrillo (le serviteur de Belmonte et le cerveau de l’Ă©quipe, initiateur de l’enlèvement des femmes captives) ne doit pas ĂŞtre minimisĂ©e et l’opĂ©ra mozartien exige des chanteurs qui savent jouer. et vivre un texte. Enfin avant les Noces de Figaro, les deux hĂ©roĂŻnes de l’Enlèvement sont deux maĂ®tresses facĂ©tieuses : dĂ©terminĂ©e et insoumise (Constanz), piquante et insolente (Blonde) : et si l’Enlèvement, ouvrage particulièrement philosophique et politique comme on l’a vu dans son contexte, Ă©tait dĂ©jĂ  l’opĂ©ra des femmes ? Le gĂ©nie de Mozart est Ă  la mesure de cette fertile invention poĂ©tique.

aix-en-provence-logo-2015Aix en Provence 2015 : du 2 au 21 juillet 2015. Mozart : L’Enlèvement au sĂ©rail, 1782.
Freiburger BarokorchesterJérémie Rhorer, direction. Martin Kusej, mise en scène.

Pas sĂ»re que la nouvelle production aixoise ne satisfasse totalement : en dĂ©pit de la direction musicale qui devrait ĂŞtre Ă©nergique et nerveuse voire subtile, la rĂ©alisation scĂ©nique et le jeu d’acteur dans l’univers dĂ©jantĂ© souvent rien que provocateur de Kusej, devrait encore et toujours gommer toute poĂ©sie pour un expressionnisme outrancier, dĂ©lire scĂ©nographique bien peu respectueux de la finesse mozartienne. Et Mozart dans cela ? Telle est la question que ne doivent pas omettre les spectateurs aixois cet Ă©tĂ©.