CD critique. TRIO ZADIG : Bernstein, Attahir, Ravel / « Something in Between » (1 cd Fuga Libera)

cd-trio-zadig-ravel-bernstein-attahir-trio-zadig-cd-critique-par-classiquenews-mars-2019CD critique. TRIO ZADIG : Bernstein, Attahir, Ravel / « Something in Between » (1 cd Fuga Libera). Avec Asfar, Benjamin Attahir nous assĂšne une partition de plus de 16mn, riche en coupes et syncopes alla Chostakovitch, rythmes nerveux, fouettĂ©s, menĂ©s tambour battant, sans guĂšre de pause jusqu’à 7mn50 : virĂ©e en enfer, ou chevauchĂ©e folle qui Ă 10’30 attĂ©nue sa course effrĂ©nĂ©e et recherche en suspensions incertaines, un nouveau souffle. La traversĂ©e se fait alors plus intĂ©rieure et presque hallucinĂ©e entre deux mondes. Avant la reprise du motif initial qui prĂ©pare la fin, plus tendue et ivre, syncopĂ©e comme une mĂ©canique endiablĂ©e, machine en dĂ©route qui s’est bloquĂ©e en mode panique
 jusqu’à son dernier rictus un rien grimaçant.
Le compositeur aujourd’hui en rĂ©sidence Ă  l’Orchestre National de Lille ne manque pas de tempĂ©rament, interrogeant le sens d’un dĂ©veloppement formel sur le plan d’une tension / et sa dĂ©tente oĂč la question du sens et de la direction, s’embrase littĂ©ralement. Mis en perspective avec le choix du visuel de couverture, nous sommes bien lĂ  dans l’esprit d’un road trip, traversĂ©e vertigineuse et intĂ©rieure sur la route, avec comme seul cap et repĂšres, la ligne jaune ou blanche et les feux des voitures dans le rĂ©tro. Cela file Ă  toute allure, en une nuit qui vacille et dĂ©route.

 

 

trio-zadig-portrait-trois-instrumentistes-violon-violoncelle-piano-critique-cd-annonce-concerts-festivals-classiquenews-le-clic-de-classiquenews

 
 

 

POITIERS : grand concert RAVEL au TAPOn ne saurait trop souligner avec quelle dĂ©licatesse et profondeur le Trio aborde la piĂšce maĂźtresse de Ravel (Trio en la, Ă©crit Ă  Saint-Jean de Luz, 1914), sommet chambriste du XXĂš. Une brĂšve recherche sur internet les trouve, apprentis, Ă  l’école de la finesse et de la subtilitĂ© sous l’Ɠil et l’oreille perspicace du pianiste Menahem Presler dont chacun recueille les conseils avisĂ©s, de l’allusion la plus tĂ©nue, Ă  l’ivresse accentuĂ©e, de l’intĂ©rioritĂ© Ă  la gravitĂ© tendre. Il en rĂ©sulte l’or de cette lecture, parmi les plus riches et troublantes qui soient. Ne serait-ce que le premier mouvement, – le plus intime et secret « ModĂ©ré », piĂšce si difficile au dĂ©part (aussi la plus longue du cycle) et dĂ©jĂ  rĂ©vĂ©latrice de la sonoritĂ© et de l’expĂ©rience de tous les groupes. Le geste et le son de Zadig nous offrent l’une des meilleures lectures du Trio ravĂ©llien. Du modĂšle lĂ©guĂ© par Saint-SaĂ«ns, Ravel Ă©difie une cathĂ©drale de l’allusion la plus raffinĂ©e, entre tendresse et profonde blessure : piano Ă©perdu et toujours murmurĂ©, comme emperlĂ© ; cordes aux intervalles orchestraux qui creusent l’onde et la rĂ©sonance du souvenir et d’une mĂ©moire comme ivre et endolorie.

Le Trio Zadig comprend tout autant la coupe propre Ă  la poĂ©sie malaise, du second mouvement « Pantoum » : sorte de Scherzo aux pointes sardoniques et pourtant brillantes Ă  la Scarbo
 Idem pour la Passacaille (largo ample, noble et grave) et au panache revivifiĂ©, jamais artificiel. Ici, dans une proximitĂ© qui rappelle Ma MĂšre l’Oye, le geste en trio atteint Ă  un dĂ©pouillement poĂ©tique d’une tendresse absolue. Enfin, la pulsion « basque » du Finale-animĂ© (rythmes diffĂ©renciĂ©s 5/4, 7/4) exalte davantage et de façon explicite la caractĂ©risation pittoresque de ce dernier mouvement, plus mordant et plus lumineux que les deux qui l’ont prĂ©cĂ©dĂ©.

 

CLIC D'OR macaron 200Comme pour dĂ©montrer le potentiel dramatique et rythmique de leur coopĂ©ration Ă  trois, les Zadig expriment toute la verve opĂ©ratique et dramatique dĂšs l’ouverture (synthĂšse) de Candide de Bersntein, puis dans la transcription d’aprĂšs West side Story du mĂȘme Bernstein : on ne saurait distinguer aujourd’hui meilleure complicitĂ© chambriste au sein de la nouvelle gĂ©nĂ©ration de musiciens. Volubiles, Ă©loquents, en complicitĂ© subtile, les 3 instrumentistes Zadig Ă©blouissent d’un bout Ă  l’autre de ce programme passionnant.

 

 

________________________________________________________________________________________________

CD critique. TRIO ZADIG : Bernstein, Attahir, Ravel / « Something in Between » (1 cd Fuga Libera) – CLIC de CLASSIQUENEWS de juin 2019

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Approfondir

Masterclass Menahem Presler / Trio Zadig (fĂ©vrier 2017) : jouer le Trio de Ravel : dĂ©fis, nuances, Ă©coute, … quelle approche ?

https://www.youtube.com/watch?v=ZKwA9V4U63w

 

 

 

 

LILLE, Nouveau SiÚcle, 20h : création de Syrian Voices de Benjamin ATTAHIR

attahir-benjamin-compositeur-orchestre-national-de-lille-creation-annonce-entretien-explication-concert-critique-classiquenewsLILLE, ONL. Ven 8 mars 2019. ATTAHIR : Syrian voices. Concert « participatif » au Nouveau SiĂšcle de Lille, Ă  l’invitation de l’Orchestre National de Lille, le compositeur Benjamin Attahir, compositeur en rĂ©sidence au sein de l’orchestre lillois propose Syrian Voices avec le concours des musiciens de l’Orchestre. C’est un dispositif en crĂ©ation, Ă  partir de ses propres Ɠuvres : Al-Fajr, Adh-DhĂŽhr et Al-Asr. Syrian Voices propose une immersion musicale, poĂ©tique mais aussi documentaire dans la Syrie d’aujourd’hui, Ă  travers un choix de poĂšmes choisis dans l’Anthologie de la poĂ©sie syrienne, traduits par Saleh Diab et publiĂ©s au Castor Astral. Les poĂšmes sont mis en regard avec des tĂ©moignages et rĂ©flexions d’Adonis, Jean-Pierre Filiu, Edith Bouvier, François Tosquelles.
Les voix circulent dans les ruines d’un bĂątiment ancien d’Alep, le bimaristan Al-Arghoun, hĂŽpital psychiatrique, centre de vie et de santĂ© exemplaire de la mĂ©decine mĂ©diĂ©vale islamique.
Le programme croise l’universel et le fraternel, rompant avec ce qui nous Ă©loigne des syriens d’aujourd’hui et d’hier. Syrian Voices ne dresse pas le tableau lointain d’un paysage en guerre, mais nous rappelle que cette guerre circule aussi chez nous, en nous. « Sans la reconnaissance de la valeur humaine de la folie, c’est l’homme mĂȘme qui disparaĂźt » rappelait dĂšs 1985, le psychiatre François Tosquelles.

En complĂ©ment, en partenariat avec le musĂ©e d’Art Moderne de Villeneuve d’Ascq / le LAM, visite thĂ©matique « La crĂ©ation en milieu psychiatrique » dans les collections du musĂ©e le samedi 9 mars Ă  14h. Infos : https://www.musee-lam.fr/fr/le-lam-vu-par-benjamin-attahir

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Benjamin Attahirboutonreservation
SYRIAN VOICES (Aswat Assurya)
LILLE, Nouveau SiĂšcle
Vendredi 8 mars Ă  20h

Syrian Voices
[création mondiale participative pour solistes,
ensemble, rĂ©citants et chƓur oriental amateur
autour des Ɠuvres Al-Fajr, Adh-Dhîhr et Al-Asr

CHLOÉ VAN SOETERSTÈDE, direction
LANCELOT HAMELIN, dramaturgie
SALEH DIAB, LANCELOT HAMELIN, récitants
RAQUEL CAMARINHA, soprano
SERPENT PATRICK WIBART, serpent
ALVISE SINIVIA, piano
CHORALE WASLA

Textes de :
áčąALIក DIYAB, NURI AL- JARRAក, NIZAR QABBANI,
KAMAL KHIR BIK, BANDAR ̀ ABD AL-កAMID, SANIYAH áčąALIក, ̀ ĆȘRKAN MUYASSAR, FU ̀AD RIFQAH, KAMAL KHIR BIK,
NAZI H ‘ABU ̀AFASH, LUKMAN DAYRAKYI,
KHAYR AD-DIN AL- ̀ASADI

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Approfondir : RĂ©sidence de Benjamin ATTAHIR au sein de l’ONL / LILLE – CrĂ©ation du Concerto pour serpent et orchestre (janvier 2018) :

ATTAHIR benjamin residence orchestre national de lille concerto pour serpent creation critique par classiquenewsCompte-rendu critique, concert. LILLE, Auditorium du Nouveau SiĂšcle, le 26 janvier 2018. Haydn, Attahir, Beethoven. Orchestre National de Lille. Alexandre Bloch… PREMIERE PARTITION DE BENJAMIN ATTAHIR POUR L’ONL
C’était l’un des premiers temps forts du travail menĂ© par le nouveau compositeur en rĂ©sidence au sein de l’Orchestre National de Lille, Benjamin Attahir, laurĂ©at de la Villa Medicis, remarquĂ© par Pierre Boulez Ă  Lucerne. Le jeune compositeur, pas encore trentenaire en 2018, prĂ©sente sa premiĂšre partition composĂ©e pour l’ONL, de surcroĂźt trĂšs originale
 car Ă©crite pour le « serpent », instrument baroque, ancĂȘtre du tuba et de l’ophiclĂ©ide, jusque lĂ , surtout utilisĂ© Ă  l’église pour soutenir les pupitres des basses ; c’est aussi le premier Concerto pour serpent de l’histoire de la musique. LIRE notre compte rendu complet

ATTAHIR-Benjamin-portrait-residence-orchestre-national-de-lille-classiquenews-concerts-festivals-critique-classiquenews

attahir-syrian-voices-8-mars-2019-concert-creation-participative-anonce-critique-classiquenews

 

LILLE : Syrian Voices de Benjamin Attahir (création)

attahir-benjamin-compositeur-orchestre-national-de-lille-creation-annonce-entretien-explication-concert-critique-classiquenewsLILLE, ONL. Ven 8 mars 2019. ATTAHIR : Syrian voices. Concert « participatif » au Nouveau SiĂšcle de Lille, Ă  l’invitation de l’Orchestre National de Lille, le compositeur Benjamin Attahir, compositeur en rĂ©sidence au sein de l’orchestre lillois propose Syrian Voices avec le concours des musiciens de l’Orchestre. C’est un dispositif en crĂ©ation, Ă  partir de ses propres Ɠuvres : Al-Fajr, Adh-DhĂŽhr et Al-Asr. Syrian Voices propose une immersion musicale, poĂ©tique mais aussi documentaire dans la Syrie d’aujourd’hui, Ă  travers un choix de poĂšmes choisis dans l’Anthologie de la poĂ©sie syrienne, traduits par Saleh Diab et publiĂ©s au Castor Astral. Les poĂšmes sont mis en regard avec des tĂ©moignages et rĂ©flexions d’Adonis, Jean-Pierre Filiu, Edith Bouvier, François Tosquelles.
Les voix circulent dans les ruines d’un bĂątiment ancien d’Alep, le bimaristan Al-Arghoun, hĂŽpital psychiatrique, centre de vie et de santĂ© exemplaire de la mĂ©decine mĂ©diĂ©vale islamique.
Le programme croise l’universel et le fraternel, rompant avec ce qui nous Ă©loigne des syriens d’aujourd’hui et d’hier. Syrian Voices ne dresse pas le tableau lointain d’un paysage en guerre, mais nous rappelle que cette guerre circule aussi chez nous, en nous. « Sans la reconnaissance de la valeur humaine de la folie, c’est l’homme mĂȘme qui disparaĂźt » rappelait dĂšs 1985, le psychiatre François Tosquelles.

En complĂ©ment, en partenariat avec le musĂ©e d’Art Moderne de Villeneuve d’Ascq / le LAM, visite thĂ©matique « La crĂ©ation en milieu psychiatrique » dans les collections du musĂ©e le samedi 9 mars Ă  14h. Infos : https://www.musee-lam.fr/fr/le-lam-vu-par-benjamin-attahir

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Benjamin Attahirboutonreservation
SYRIAN VOICES (Aswat Assurya)
LILLE, Nouveau SiĂšcle
Vendredi 8 mars Ă  20h

Syrian Voices
[création mondiale participative pour solistes,
ensemble, rĂ©citants et chƓur oriental amateur
autour des Ɠuvres Al-Fajr, Adh-Dhîhr et Al-Asr

CHLOÉ VAN SOETERSTÈDE, direction
LANCELOT HAMELIN, dramaturgie
SALEH DIAB, LANCELOT HAMELIN, récitants
RAQUEL CAMARINHA, soprano
SERPENT PATRICK WIBART, serpent
ALVISE SINIVIA, piano
CHORALE WASLA

Textes de :
áčąALIក DIYAB, NURI AL- JARRAក, NIZAR QABBANI,
KAMAL KHIR BIK, BANDAR ̀ ABD AL-កAMID, SANIYAH áčąALIក, ̀ ĆȘRKAN MUYASSAR, FU ̀AD RIFQAH, KAMAL KHIR BIK,
NAZI H ‘ABU ̀AFASH, LUKMAN DAYRAKYI,
KHAYR AD-DIN AL- ̀ASADI

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Approfondir : RĂ©sidence de Benjamin ATTAHIR au sein de l’ONL / LILLE – CrĂ©ation du Concerto pour serpent et orchestre (janvier 2018) :

ATTAHIR benjamin residence orchestre national de lille concerto pour serpent creation critique par classiquenewsCompte-rendu critique, concert. LILLE, Auditorium du Nouveau SiĂšcle, le 26 janvier 2018. Haydn, Attahir, Beethoven. Orchestre National de Lille. Alexandre Bloch… PREMIERE PARTITION DE BENJAMIN ATTAHIR POUR L’ONL
C’était l’un des premiers temps forts du travail menĂ© par le nouveau compositeur en rĂ©sidence au sein de l’Orchestre National de Lille, Benjamin Attahir, laurĂ©at de la Villa Medicis, remarquĂ© par Pierre Boulez Ă  Lucerne. Le jeune compositeur, pas encore trentenaire en 2018, prĂ©sente sa premiĂšre partition composĂ©e pour l’ONL, de surcroĂźt trĂšs originale
 car Ă©crite pour le « serpent », instrument baroque, ancĂȘtre du tuba et de l’ophiclĂ©ide, jusque lĂ , surtout utilisĂ© Ă  l’église pour soutenir les pupitres des basses ; c’est aussi le premier Concerto pour serpent de l’histoire de la musique. LIRE notre compte rendu complet

ATTAHIR-Benjamin-portrait-residence-orchestre-national-de-lille-classiquenews-concerts-festivals-critique-classiquenews