COMPTE-RENDU, critique, concert. METZ, Arsenal, le 22 nov 2019. MOZART, RAVEL. Orchestre National de Lorraine / David Reiland.

reiland-david-orchestre-national-de-metz-concert-annonce-classiquenewsCOMPTE-RENDU, critique, concert. METZ, Arsenal, le 22 nov 2019. MOZART, RAVEL. Orchestre National de Metz / David Reiland. Il est toujours rĂ©vĂ©lateur voire Ă©difiant de faire dialoguer au cours d’une mĂȘme soirĂ©e les deux compositeurs ; le premier, Mozart, gĂ©nie de l’élĂ©gance et de la sincĂ©ritĂ© incarnĂ©es ; le second, Ravel, grand admirateur du premier, restant le modĂšle absolu du raffinement et de l’incandescence… On regrette mĂȘme la cĂ©sure rĂ©alisĂ©e entre les deux parties du concert messin Ă  l’Arsenal, tant leur gĂ©nie respectif parle, dans l’écriture orchestrale, d’une mĂȘme lumiĂšre, d’une mĂȘme exigence.

 

 

 
Le National de Metz Ă  son meilleur

GrĂące brillante, introspective de Mozart
VoluptĂ© Ă©ruptive de Ravel…

 

 

 

reiland-david-maestro-chef-rochestre-direction-concert-metz-arsenal-ravel-bolero-valse-mozart-critique-classiquenews

 

David Reiland, directeur musical de l’Orchestre National de Metz © C Guir / CitĂ© musicale METZ

 

 

 

 

Directeur musical du National de Metz, David Reiland a le souci du dĂ©tail comme de l’architecture; passĂ© par Salzbourg, il connait l’équilibre subtile qui fait rayonner une sonoritĂ© spĂ©cifique Ă  l’orchestre en particulier dans la symphonie concertante pour violon et alto de Wolfgang, un sommet de tout ce qui, relevant de l’esprit des lumiĂšres, fut capable en intelligence, lĂ©gĂšretĂ©, esprit de conversation. Le tapis instrumental entre cordes et bois redouble de flexibilitĂ© bondissante, de vivacitĂ© Ă©lĂ©gante, de nerf comme d’Ă©loquence, en particulier au niveau des cordes toujours magnifiquement galbĂ©es sous le pilotage du chef.
Les deux solistes invitĂ©s Alena Baev (violon) et Adrien la Marca (alto), affirment une indĂ©niable musicalitĂ©, brillant comme deux gemmes complĂ©mentaires ; elle, du fait de la tessiture et du timbre mĂȘme de son instrument, solaire et vibrante ; lui, complice attentionnĂ©, tel son double noir, sombre Ă©videmment- instrument que jouait Wolfgang lui-mĂȘme, sĂ©duisant, percutant par cette gravitas, moins bavarde, plus subjective, directe. La personnalitĂ© des deux tempĂ©raments rayonne enveloppĂ©s, portĂ©s par un tel Ă©crin orchestral. Du moins on note une disposition plus solistique chez elle comparĂ©e Ă  son partenaire
 qui en plusieurs reprises et appels en regards complices, … n’est guĂšre exaucĂ©. Qu’importe la musicalitĂ© est lĂ , rayonnante.
De son cĂŽtĂ©, la direction du chef Ă©blouit indiscutablement, ciselant un Mozart d’une acuitĂ© expressive directe mais nuancĂ©e en particulier dans le formidable Andante central qui atteint une profondeur hors temps suspendue, dĂ©jĂ  romantique. Selon cette clairvoyance visionnaire dont est capable Mozart et dont il garde le secret spĂ©cifique.

La deuxiÚme partie, purement orchestrale, confirme la complicité créative, engageante entre chef et musiciens.
Les Ravel sont tout autant passionnants. Ils rĂ©vĂšlent sous le feu flamboyant des instrumentistes la part de luciditĂ© et de clairvoyance finalement terrifiante d’un compositeur rattrapĂ© par le cynisme le plus impitoyable. La Valse tout d’abord dĂ©roule des rubans de soie voluptueux et melliflus, mais le rythme enivrant implose bientĂŽt en plein vol, produisant des sirĂšnes Ă©tourdissantes ; spasmes et convulsions d’une irrĂ©pressible douleur : tĂ©moin de la guerre et de la barbare sanguinaire, Ravel tire la sonnette d’alarme orchestrale. On oublie souvent sous les effets d’une voluptĂ© amplifiĂ©e, oublieuse, et de plus en plus affirmĂ©e, le cri de cette conscience douloureuse. David Reiland et son orchestre expriment cette implosion graduelle qui fait basculer un Ă©lan prĂ©alablement enivrĂ©… en cauchemar formellement dĂ©tonant.
MĂȘme accomplissement pour le BolĂ©ro, entĂȘtant et envoĂ»tant Ă  souhait mais aussi d’une prĂ©cision millimĂ©trĂ©e que n’aurait pas reniĂ© Ravel lui-mĂȘme, passionnĂ© de mĂ©canique et d’horlogerie (grĂące Ă  son pĂšre). On y dĂ©tecte dans la prĂ©cision et une transparence rythmiquement hypnotique (cf le mordant imperturbable de la caisse claire et sa formule rythmique d’un bout Ă  l’autre, Ă©noncĂ©e comme un compte Ă  rebours), un mĂȘme cycle de destruction qui passe de l’ivresse mĂ©lodique Ă  la convulsion orgiaque.
AssurĂ©ment un concert rondement dĂ©fendu qui confirme le niveau acquis grĂące Ă  l’entente du chef et des instrumentistes du National de Metz lesquels au terme de plusieurs bis n’hĂ©sitent pas Ă  saluer comme le fait le public plus qu’enthousiaste, le charisme engageant de leur directeur musical. VoilĂ  qui positionne idĂ©alement le National de Metz ainsi Ă©lectrisĂ© par son chef, parmi le top 6 des meilleurs orchestres hexagonaux. A suivre.

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

COMPTE-RENDU, critique, concert. METZ, Arsenal, le 22 nov 2019. MOZART, RAVEL. Orchestre National de Metz / David Reiland.

 

 

 

 

Critique précédente concert David Reiland / Orchestre National de Metz (13 sept 2019) :

COMPTE-RENDU, critique. MEZT, Arsenal, le 13 sept 2019. Concert d’ouverture saison 2019 2020. Mozart : Symphonie n°41 « Jupiter » / BERLIOZ : Harold en Italie. Adrien Boisseau, alto. Orchestre National de METZ. David Reiland, direction. TrĂšs rĂ©ussi et mĂȘme passionnant premier concert du National de Metz Ă  l’Arsenal : pour l’ouverture de sa nouvelle saison 2019 – 2020, l’Orchestre National de Metz jouait ce vendredi 13 septembre 2019, Mozart puis Berlioz sous la direction de son directeur musical, depuis septembre 2018, David Reiland. La 41Ăš faisait ainsi son entrĂ©e au rĂ©pertoire de la phalange messine ; un point important car il s’agit aussi pour le maestro d’élargir et d’enrichir toujours les champs musicaux des instrumentistes messins. David Reiland a dirigĂ© la 40Ăš ici mĂȘme en 2015, alors qu’il n’était pas encore directeur musical. Le maestro nous offre deux lectures investies, abouties, Ă©tonnamment ciselĂ©es et vivantes.

 

 

reiland-david-orchestre-national-de-Metz-concert-critique-review-concert-classiquenews-saison-2019-2020-classiquenews

 

 

 

 

METZ, Arsenal. FESTIVAL « OSEZ HAYDN! » 6 – 9 nov 2019

OSEZ-HAYDN-festival-homepage-METZ-582METZ, Arsenal. FESTIVAL « OSEZ HAYDN! » 6 – 9 nov 2019. AprĂšs l’avoir crĂ©Ă© Ă  Paris en octobre 2018, Julien Chauvin et son ensemble, Le Concert de la Loge, sur instruments anciens, spĂ©cialistes du rĂ©pertoire classique et romantique, transfĂšrent le concept du festival HAYDN Ă  METZ, profitant opportunĂ©ment de leur rĂ©sidence Ă  la CitĂ© musicale de Metz (Arsenal)! Il est temps de (re)dĂ©couvrir l’écriture du gĂ©nie viennois, celui de Joseph Haydn, pĂšre du quatuor, de la symphonie classique, trop Ă©touffĂ© par MOZART. Au XVIIIĂš, rien de tel, car Mozart Ă©tait sousestimĂ©, et HAYDN, vĂ©nĂ©rĂ© comme le plus grand compositeur vivant de son temps
 car Haydn a presque tout inventĂ©, vĂ©ritable « aiguillon », tempĂ©rament audacieux et expĂ©rimentateur de premier plan (Beethoven l’a bien compris qui rechercha absolument Ă  suivre ses leçons Ă  Vienne).
Au programme du festival « OSEZ HAYDN 2019 » Ă  METZ, du 6 au 9 nov, soit pendant 4 journĂ©es, dĂ©bats, confĂ©rences, exposition, battle, pause gourmande et concerts bien sĂ»r.. avec la coopĂ©ration des artisans et des institutions de la rĂ©gion Grand Est. Temps forts entre autres, la confrontation des instruments d’époque et des instruments modernes le 8 nov dans les symphonies de Joseph Haydn

 

 

chauvin-julien-orchestre-de-la-loge-metz-osez-haydn-metz-arsenal-cite-musicale-metz-annone-concerts-classiquenews

 

 

Julien Chauvin, violoniste, fondateur du Concert de la Loge (DR / Arsenal de Metz 2019)

 

________________________________________________________________________________________________

Programme OSEZ HAYDN 2019
Ă  l’Arsenal de METZ – CitĂ© Musicale de Metz
https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/temps-forts/osez-haydn

 

 

 

Mercredi 6 novembre 2019

 

 

CONFÉRENCE | 18h30
Salon Claude Lefebvre
La lutherie Ă  Mirecourt au XVIIIe siĂšcle
Roland Terrier et Jean-Paul Rothiot racontent comment la lutherie se développe à Mirecourt, petite ville des Vosges au cours du siÚcle ; ils y détectent et analysent les influences des écoles allemande et italienne sur les violons fabriqués pendant cette période.
Roland Terrier – luthier
Jean-Paul Rothiot – historien

 

 

19h30, vernissage
EXPOSITION La lutherie dans tous ses Ă©tats
Grand Hall
Exposition organisĂ©e par le musĂ©e de la Lutherie et de l’archĂšterie françaises de Mirecourt et le Collectif Colof – horaires : du mercredi 6 Ă  samedi 9 nov 2019, de 13h–18h

 

 

 

Jeudi 7 novembre 2019

 

 

HAYDN-OSEZ-metz-arsenal-6-9-nov-2019CONCERT | 20h
Salle de l’Esplanade
Les Sonates pour pianoforte de Haydn
Sonate en ré majeur
Sonate n°35 en la bémol majeur
Andante et variations en fa mineur
Sonate en sol majeur
Sonate en mi bémol majeur
Alain PlanĂšs – pianoforte

 

 

 

Vendredi 8 novembre 2019

 

 

CONFÉRENCE | 18h30
Salon Claude Lefebvre
Haydn et sa présence à Paris
L’engouement pour les symphonies de Haydn Ă  Paris Ă  la fin du XVIIIe siĂšcle infiltrait tous les aspects de la vie musicale : tous les concerts de  l’époque commençaient et se terminaient par l’une de ses symphonies, on les jouait Ă©galement durant les entractes des comĂ©dies et des tragĂ©dies lyriques. Haydn n’eut donc jamais besoin de venir Ă  Paris pour  promouvoir ses Ɠuvres. Intervenant :
Alexandre Dratwicki – musicologue et directeur scientifique du Palazzetto Bru Zane qui est le Centre de musique romantique française Ă©tabli Ă  Venise.

 

 

CONCERT | 20hHAYDN-OSEZ-metz-arsenal-6-9-nov-2019
Grande salle
“Deux Haydn sinon rien”
Le Concert de la Loge
L’Orchestre National de Metz
Julien Chauvin – direction
Antoine Pecqueur – prĂ©sentation

Symphonie n°86 en ré majeur
(Le Concert de la Loge)

Symphonie n°45 « Les Adieux »
(Orchestre national de Metz)

 

 

 

Samedi 9 novembre 2019

 

 

CONFÉRENCE À PLUSIEURS VOIX | 14h
Salon Claude Lefebvre
Un salon de musique chez Monsieur Haydn
Le collectif lorrain de la facture instrumentale (COLOFIN) propose une  installation prĂ©sentant des instruments historiques mĂȘlĂ©s Ă  des crĂ©ations sorties des ateliers de plusieurs membres de ce groupe de  luthiers lorrains. L’exposition sera articulĂ©e autour d’un piano carrĂ© historique Frederic Beck fait Ă  Londres en 1777.
Alain Meyer – Luthier

GOÛTER VIENNOIS | 15h30-17h30
Bar – PrĂ©sentation du chocolat “Quatuor” et dĂ©gustation de chocolat chaud et de viennoiseries, prĂ©parĂ©s et prĂ©sentĂ©s par Philippe Maas (chocolatier).

 

 

DÉBAT | 16h
Salon Claude Lefebvre
“Battle : Mozart vs Haydn”
Le dĂ©bat, qui opposera deux fervents dĂ©fenseurs de Mozart et de Haydn, tente d’expliquer la marginalisation des opĂ©ras de Haydn et de rappeler la trĂšs grande thĂ©ĂątralitĂ© de sa musique. Ce sera aussi aux auditeurs de trancher entre ces innovateurs! AttachĂ© Ă  la Cour des princes Esterhazy, prĂšs de Vienne, Haydn compose quantitĂ© de piĂšces divertissantes et plusieurs opĂ©ras encore aujourd’hui minorĂ©s et trĂšs peu jouĂ©s, quand ils sont comme ceux de Mozart, d’une facĂ©tie dramatique post rossinienne, d’une Ă©lĂ©gance toute viennoise et mozartienne.

Marc Vignal – musicologue
Ivan Alexandre – journaliste

 

 

HAYDN-OSEZ-metz-arsenal-6-9-nov-2019CONCERT | 18h
Salle de l’Esplanade   ”Haydn Intime”
Chantal Santon-Jeffery – soprano
Florent Albrecht – piano
Lucien Pagnon – violon
Lucile Perrin – violoncelle

Canzonettas & Lieder / Sonate en ut majeur – 1er mouvement / Fantaisie en ut majeur – Presto / Cantate Arianna a Naxos / Variations en fa mineur

 

 

CONCERT | 20hHAYDN-OSEZ-metz-arsenal-6-9-nov-2019
Grande salle
“Un soir sacrĂ© aux Tuileries “
Florie Valiquette – soprano
AdĂšle Charvet – alto
Reinoud Van Mechelen – tĂ©nor
Andreas Wolf – baryton
Ensemble Aedes – Mathieu Romano
Le Concert de la Loge 

 

 

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

RESERVATIONS & INFORMATIONS
https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/temps-forts/osez-haydn

OSEZ-HAYDN-festival-homepage-METZ-582

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

HAYDN-OSEZ-metz-arsenal-6-9-nov-2019

 

La Valse de Ravel

reiland david maestro mains baguette enchanteresseMETZ, Arsenal. Ven 22 nov 19. LA VALSE de RAVEL. L’Orchestre National de METZ et David Reiland (notre photo, DR) jouent la si dĂ©licate Valse de Ravel, hymne Ă  la danse et aussi orgie progressive de rythmes et de couleurs dans laquelle Maurice le si mesurĂ© et pudique, « ose » faire imploser le tissu symphonique jusqu’à la transe la plus dĂ©bridĂ©e, Ă  l’obsessionnelle ivresse. Auparavant la virtuositĂ©, spĂ©cialitĂ© toute française et parisienne au XVIIIĂš, transporte grĂące Ă  la Symphonie Concertante de Mozart, crĂ©Ă©e Ă  Paris en 1779 oĂč brillent en dialogue avec l’orchestre, deux invitĂ©s attendus, prometteurs : l’alto (Adrien La Marca) et le violon (Alena Baeva).

METZ, Arsenal
Orchestre National de Metz
David Reiland, direction
violon : Alena Baeva
alto : Adrien La Marca

Vendredi 22 novembre 2019, 20h

RESERVEZ
https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/la-valse-de-ravel
1h15 + entracte

ClĂ©s d’écoute, confĂ©rence prĂ©alable par Philippe Malhaire
19h – EntrĂ©e libre

Programme

MOZART : Ouverture de Cosi fan tutte / Symphonie Concertante

RAVEL : La Valse / Le Boléro

COMPTE-RENDU, critique. MEZT, Arsenal, le 13 sept 2019. Concert d’ouverture saison 2019 2020. Mozart : Symphonie n°41 « Jupiter » / BERLIOZ : Harold en Italie. Adrien Boisseau, alto. Orchestre National de METZ. David Reiland, dir.

COMPTE-RENDU, critique. MEZT, Arsenal, le 13 sept 2019. Concert d’ouverture saison 2019 2020. Mozart : Symphonie n°41 « Jupiter » / BERLIOZ : Harold en Italie. Adrien Boisseau, alto. Orchestre National de METZ. David Reiland, direction. TrĂšs rĂ©ussi et mĂȘme passionnant premier concert du National de Metz Ă  l’Arsenal : pour l’ouverture de sa nouvelle saison 2019 – 2020, l’Orchestre National de Metz jouait ce vendredi 13 septembre 2019, Mozart puis Berlioz sous la direction de son directeur musical, depuis septembre 2018, David Reiland. La 41Ăš faisait ainsi son entrĂ©e au rĂ©pertoire de la phalange messine ; un point important car il s’agit aussi pour le maestro d’élargir et d’enrichir toujours les champs musicaux des instrumentistes messins. David Reiland a dirigĂ© la 40Ăš ici mĂȘme en 2015, alors qu’il n’était pas encore directeur musical. Le maestro nous offre deux lectures investies, abouties, Ă©tonnamment ciselĂ©es et vivantes.

 

 

reiland-david-orchestre-national-de-Metz-concert-critique-review-concert-classiquenews-saison-2019-2020-classiquenews

 

 

Dans les faits, c’est d’abord un formidable travail sur les cordes qui s’affirme : flexibilitĂ© et articulation constantes, apportant Ă  l’architecture mozartienne sa grande soliditĂ© structurelle et un sens naturel des respirations. Chaque phrase est magistralement Ă©tirĂ©e, explicitĂ©e, avec des nuances savoureuses, sur des tempi roboratifs. Ainsi l’Allegro initial affirme une Ă©nergie pleine d’équilibre et d’élĂ©gance, parfaitement adaptĂ© au dessin nĂ©oclassique et lui-mĂȘme architecturĂ© de la grande salle. L’Andante qui suit saisit par son intensitĂ© et sa profondeur dans l’épure la mieux Ă©noncĂ©e ; c’est une effusion lĂ  encore riche en nuances et passages dynamiques maĂźtrisĂ©s oĂč deux qualitĂ©s nous semblent dĂ©sormais emblĂ©matiques de David Reiland : sa tendresse intĂ©rieure, son Ă©lĂ©gance expressive. Du trĂšs peu – un matĂ©riau finalement trĂšs rĂ©duit, le chef construit une totalitĂ© qui respire et Ă©meut ; rĂ©vĂ©lant chez Mozart, le magicien du cƓur et de la profondeur ; sa mĂ©lancolie dĂ©jĂ  romantique, son urgence Ă  la dĂ©passer
 Enfin le Finale (Molto Allegro) gagne un surcroĂźt de mordant et d’articulation, rĂ©vĂ©lant la puissance d’un contrepoint dont l’énergie mais aussi le dĂ©tail des timbres, la violence rythmique prĂ©figurent dĂ©jĂ  Beethoven. Et l’on se dit, davantage qu’ailleurs, comme il aurait Ă©tĂ© passionnant sous une telle direction, de dĂ©couvrir ce que Mozart aurait composĂ© aprĂšs 1791 s’il n’était pas mort si tĂŽt.

 

 

 

Dans la forge berliozienne,
élégance et nuance, passion et contrastes de David Reiland

 

 

 

Reiland davidDans la seconde partie (aprĂšs l’entracte), un autre bain orchestral, celui tout aussi captivant du Berlioz de 1834. Soit quatre ans aprĂšs la Fantastique qui est dĂ©jĂ  en soi un Everest symphonique. DĂ©jĂ  prĂ©sentĂ© (mais avec rĂ©citant) Ă  La CĂŽtĂ© Saint-AndrĂ© cet Ă©tĂ© dans le cadre du Festival BERLIOZ 2019 (celui des 150 ans de la mort d’Hector), « Harold en Italie » stigmatise les sentiments contradictoires de Berlioz avec l’Italie. David Reiland en dĂ©livre une lecture magistrale par son souci du dĂ©tail, de la tension et de la respiration poĂ©tique. Chaque accent semble inscrit dans un vaste mouvement dont la comprĂ©hension globale surprend et convainc. Chez Berlioz, le motif du paysage italien suscite un embrasement des sens, de la jubilation extatique Ă  la transe quasi grimaçante (cf le Finale et son « orgie de brigands »), dĂ©voilant chez Hector, l’alchimiste symphonique, dont la fougue et l’inventivitĂ© n’empĂȘchent (grĂące Ă  la sensibilitĂ© hyperactive du chef) ni la clartĂ© ni la transparence.
En jouant de tous les filtres ensorcelants nĂ©s du souvenir, Berlioz Ă©difie un monument Ă  plusieurs plans et registres; dont les rugissements surtout aprĂšs le final de l’Orgie de Brigands laissent l’auditeur, sidĂ©rĂ©. La texture orchestral se fait grand cerveau Ă©motionnel dont les strates renvoient aux souvenirs rĂ©els ou fantasmĂ©s. David Reiland dĂ©crypte cette matiĂšre en fusion, entre imagination et rĂ©alitĂ©, aux Ă©panchements imprĂ©visibles. Grand amoureux, Berlioz reste un grand frustrĂ©, toujours insatisfait : il ne s’épargne aucun accent tĂ©nu, aucune trouvaille de timbres inĂ©dite pour exprimer au plus juste, le sentiment d’une immense et permanente insatisfaction. VoilĂ  pourquoi l’énonciation de l’idĂ©e fixe, amoureuse, bascule souvent dans la folie. Mais quelle folie, car elle passe par le chant libĂ©rĂ© d’un orchestre laboratoire. Sous la direction du jeune maestro, l’auditeur ne perd aucun accent instrumental, aucune phrase musicale, tant la prĂ©cision du chef est constante. Et sa concentration, gĂ©nĂ©reuse en indications gestuelles.

reiland-david-metz-orchestre-national-concert-portrait-c-cyrille-guir-classiquenews-sept-2019

 

David Reiland © Cyrille Guir / CMM cité musicale METZ 2019

DĂšs le premier tableau « Harold aux montagnes », chef et instrumentistes font surgir le massif naturel de l’ombre, avec une tendresse dĂ©jĂ  mĂ©lancolique qui tient du mystĂšre : David Reiland exprime cette alliance spĂ©cifique Ă  Berlioz qui fusionne rĂȘverie et fantastique. La tendresse intĂ©rieure, contemplative de l’alto d’Adrien Boisseau, trouve constamment le ton juste et une sonoritĂ© quasi voluptueuse, dans ce vortex d’une rare poĂ©sie. On y retrouve, talent rare de la filiation nĂ©e d’un programme habilement construit, cette mĂȘme tendresse grave qui se dĂ©ployait dans l’Andante de la Jupiter mozartienne Ă©coutĂ©e dans la premiĂšre partie.
 On ne doute plus de l’extrĂȘme sensibilitĂ© du chef, sa maestriĂ  Ă©lĂ©gantissime Ă  passer d’un univers Ă  l’autre.
Ciselant une dĂ©finition et une articulation lĂ  encore trĂšs françaises, David Reiland joue avec autant d’intelligence sur les effets sonores et de spatialisation, soulignant aux cĂŽtĂ©s du Berlioz, orchestrateur fascinant, l’immense paysagiste (comme Turner dilate l’espace et creuse l’infini de la couleur), capable d’élargir de façon cosmique, les perspectives orchestrales, en Ă©tagement, en profondeur, en hauteur. Ici s’affirme dĂ©jĂ  l’auteur des champs goethĂ©ens de la Damnation de Faust (crĂ©Ă©e en 1846).

La fin du mĂȘme premier mouvement est ensuite caractĂ©risĂ©e avec le nerf et une Ă©nergie de tous les diables, comme si la grande machine symphonique s’emballait, en une distanciation, dĂ©sormais et rĂ©aliste et cynique, de l’idĂ©al amoureux. La forge musicale resplendit alors dans toute sa perfection vivante car il revient au chef un travail exemplaire sur la mise en place, la comprĂ©hension de l’architecture et du drame, – exposition et rĂ©itĂ©rations
, le sens et la direction du flux orchestral, l’audace des timbres et des couleurs qui scintillent tout en se reconstruisant en permanence.

DAVID REILAND, maestrissimo !Quelle belle idĂ©e de prendre le tempo prĂ©cisĂ© par Hector lui-mĂȘme dans la marche des pĂšlerins (106 Ă  la noire) : le maestro offre une relecture complĂšte sur un tempo revivifiĂ©, celui d’une marche active et sportive qui souligne la structure allante de l’architecture berliozienne. MĂȘmes vertiges mais ceux ci superbement contrastĂ©s dans le vaste Ă©pisode final (Orgie de brigands) oĂč les remous du bain orchestral atteignent houle et tempĂȘte d’un ocĂ©an spectaculaire. C’est un Ă©pisode de rĂ©capitulation oĂč tous les thĂšmes sont rĂ©exposĂ©s et superposĂ©s en un contrepoint proprement 
 cosmique. L’imagination de Berlioz n’a pas de limites : ravĂ©lien naturel, David Reiland, orfĂšvre des nuances et capable d’un souffle irrĂ©sistible, y rĂ©alise une parure instrumentale et une direction saisissantes. Aucun doute, l’Orchestre a trouvĂ© son chef. Cette nouvelle saison (la seconde donc sous son mandat) s’annonce prometteuse. Et le concert s’inscrit parmi les meilleures contributions Ă  l’anniversaire Berlioz 2019. A suivre.

 

 

 

david-reiland-orchestrenational-de-metz-concert-berlioz-13sept19-critique-concert-classiquenews

 

David Reiland et l’Orchestre National de Metz © Cyrille Guir / CMM citĂ© musicale METZ 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

COMPTE-RENDU, critique. MEZT, Arsenal, le 13 sept 2019. Concert d’ouverture la saison 2019 2020. Mozart : Symphonie n°41 « Jupiter » / BERLIOZ : Harold en Italie. Adrien Boisseau, alto. Orchestre National de METZ. David Reiland, direction.

________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi pour les 150 ans en 2019 de la mort de Hector Berlioz, notre grand dossier BERLIOZ 2019 :
http://www.classiquenews.com/berlioz-2019-dossier-pour-les-150-ans-de-la-mort/?fbclid=IwAR2Co0LYiAjWECfKJKZx6d-NzRJjfVIGlsi4SraP4R8MgZmhpWyQ48xTTJg

 

________________________________________________________________________________________________

PROCHAIN CONCERT de l’Orchestre national de METZ, dirigĂ© par David REILAND Ă  l’Arsenal de METZ : Le BolĂ©ro de Ravel dans un dispositif dĂ©complexĂ©, accessible

METZ, Arsenal. Ravel : BOLÉRO, dim 22 sept 2019, 18h. APERO-CONCERT. LIRE ici notre prĂ©sentation du BolĂ©ro de Ravel par David Reiland et le National de Metz :
https://www.classiquenews.com/metz-apero-concert-le-bolero-de-maurice-ravel/

LIRE aussi notre présentation de HAROLD en Italie de Berlioz :
https://www.classiquenews.com/metz-concert-douverture-david-reiland-joue-berlioz/ 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

Découvrez aussi la nouvelle saison 2019 2020 de la cité musicale Metz, et nos temps forts à ne pas manquer :

 

 

https://www.classiquenews.com/metz-cite-musical-metz-saison-2019-2020-temps-forts/METZ CitĂ© musicale-METZ, saison 2019 – 2020. La nouvelle saison 2019 2020 de la CitĂ© musicale-Metz affirme davantage l’ampleur de la vie culturelle et musicale destinĂ©es au messins et aux visiteurs de METZ. A travers son Ă©loquente diversitĂ© des lieux et des offres (aux cĂŽtĂ©s de l’Orchestre National de Metz, trois salles Ă  METZ : Arsenal, BAM, Trinitaires), la programmation messine affiche un bel Ă©clectisme, pourtant douĂ© d’une cohĂ©rence manifeste. L’offre sait exploiter Ă  l’échelle de la ville, les sites et phalanges prĂ©sentes pour unifier et clarifier davantage l’offre musique et danse Ă  Metz. En plus de son cƓur artistique, la CitĂ© musicale-Metz favorise les plaisirs de la musique Ă  travers ses actions d’éducation artistique, de mĂ©diations, ses nombreuses rencontres conviviales, familiales
 lesquelles tissent dĂ©sormais un lien constant entre l’art et les citoyens. En somme, un modĂšle de culture vivante intĂ©grĂ©e.

 

 

 

 

 

 

METZ, CitĂ© musicale-Metz, saison 2019 – 2020 : temps forts

METZ-concerts-operas-festivals-sur-classiquenews-saison-musicale-selection-concerts-opera-arsenal-metz-classiquenews-cite-musicale-metzMETZ CitĂ© musicale-METZ, saison 2019 – 2020. La nouvelle saison 2019 2020 de la CitĂ© musicale-Metz affirme davantage l’ampleur de la vie culturelle et musicale destinĂ©es au messins et aux visiteurs de METZ. A travers son Ă©loquente diversitĂ© des lieux et des offres (aux cĂŽtĂ©s de l’Orchestre National de Metz, trois salles Ă  METZ : Arsenal, BAM, Trinitaires), la programmation messine affiche un bel Ă©clectisme, pourtant douĂ© d’une cohĂ©rence manifeste. L’offre sait exploiter Ă  l’échelle de la ville, les sites et phalanges prĂ©sentes pour unifier et clarifier davantage l’offre musique et danse Ă  Metz. En plus de son cƓur artistique, la CitĂ© musicale-Metz favorise les plaisirs de la musique Ă  travers ses actions d’Ă©ducation artistique, de mĂ©diations, ses nombreuses rencontres conviviales, familiales
 lesquelles tissent dĂ©sormais un lien constant entre l’art et les citoyens. En somme, un modĂšle de culture vivante intĂ©grĂ©e.

METZ-cite-musicale-metz-abonnements-saison-musicale-2019-2020-classiquenews

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

5 temps forts

Parmi les événements de la saison, ne manquer pas plusieurs cycles liés pour certains à la présence et au travail des artistes associés à la Cité musicale-Metz, en résidence : ainsi se détachent 5 « temps forts » :

 

 

 

1
OSEZ HAYDN, 7 – 9 nov 2019
Artiste en rĂ©sidence, le violoniste et chef Julien Chauvin et les instrumentistes de son orchestre, Le Concert de la Loge, explorent durant un week end, l’écriture de Joseph Haydn, gĂ©nie viennois parfois mis Ă  l’ombre de son cadet : Mozart. Pourtant « papa » Hadyn fut cĂ©lĂ©brĂ© de son vivant tel un dieu vivant  « De trios pour pianoforte en programme de sonates, de symphonies parmi les plus brillantes en musique sacrĂ©e, l’heureux crĂ©ateur s’est illustrĂ© dans tous les genres, en en fixant parfois mĂȘme les modĂšles et les rĂšgles (quatuor, symphonie, oratorio
). Sonates par Alain PlanĂšs, confĂ©rence « Haydn et sa prĂ©sence Ă  Paris », Battle Haydn vs Mozart, Haydn intime, Un soir sacrĂ© aux Tuileries
 6 programmes Ă©vĂ©nements les ven 8 et sam 9 nov 2019.

RÉSERVEZ
https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/temps-forts/osez-haydn
-30% Ă  partir de 3 spectacles choisis

 

 

 

2
MUSIQUES SACRÉES, 7-18 dĂ©cembre 2019
FestivitĂ©s exceptionnelles pour cĂ©lĂ©brer les 800 ans de la CathĂ©drale Saint-Etienne. En dĂ©cembre 2019, la CitĂ© musicale-Metz manie les esthĂ©tiques et l’éclectisme musical avec virtuositĂ©, en une synthĂšse qui retrouve les origines de la musique sacrĂ©e, ouvrant de nouvelles passerelles entre les siĂšcles
 Au programme Hildegard von Bingen (revue par le chorĂ©graphe François Chaignaud), Stabat Mater de PergolĂšse (par Les Accents), 7 siĂšcles de ferveur et de crĂ©ation (« Musique des cathĂ©drales : 1000 – 1800 » par le Huelgas ensemble), dialogue entre le Cantique des cantiques et les poĂšmes de Mahmoud Darwich (par Rodolphe Burger), enfin programme XVIIIĂš / XXĂš : Messe en Ut de Mozart / Chichester Psalms de Leonard Bernstein, par l’Orchestre National de Metz


RÉSERVEZ
https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/temps-forts/musiques-sacrees
-30% Ă  partir de 3 spectacles choisis

 

 

 

3
POLSKA, 14-24 janvier 2020
8 programmes du mardi 14 au vendredi 24 janvier 2020, Ă©voquent dans son Ă©tonnante diversitĂ© la musique polonaise (aprĂšs l’Italie l’annĂ©e derniĂšre) dont le peuple Ă  lui aussi migrer vers la Lorraine. Si vous connaissiez Chopin, Penderecki, GĂłrecki, voici Kaspar Förster (chanteur et compositeur vedette au XVIIĂš), Zygmunt Krauze (pianiste compositeur) ou l’étonnant MieczysƂaw Weinberg, ami de Chostakovitch
 Pour dĂ©couvrir chaque Ă©criture et imaginaire, la CitĂ© musicale-Metz invite les interprĂštes polonais tels le contre-tĂ©nor Jakub JĂłzef Orliski, ou, figures du jazz contemporain le saxophoniste Maciej Obara ou la bassiste Kinga Glyk


RÉSERVEZ
https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/temps-forts/polska
-30% Ă  partir de 3 spectacles choisis

 

 

 

4
BEETHOVEN : 13 – 15 mars 2020
2020 marque le 250Ăšme anniversaire de la naissance du plus grand gĂ©nie romantique germanique Ludwig van Beethoven. Pour exprimer la modernitĂ© de son Ɠuvre, sa justesse et sa profondeur, la CitĂ© musicale-Metz invite lors d’un week end marathon, les interprĂštes particuliĂšrement inspirĂ©s par son Ă©criture : François-FrĂ©dĂ©ric Guy, Tedi Papavrami, Xavier Phillips (intĂ©grale des Trios), et bien sĂ»r l’Orchestre National de Metz accompagnĂ© par le quatuor de Dhafer Youssef (dans une mise en scĂšne de Marie-Ève Signeyrole) – Ă  l’honneur aussi la Symphonie n°7


RÉSERVEZ
https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/temps-forts/beethoven
-30% Ă  partir de 3 spectacles choisis

 

 

 

5
FOLKLORE : du savant au populaire, 5 – 16 mai 2020
Comme un Ă©cho complĂ©mentaire Ă  l’exposition « Folklore » prĂ©sentĂ©e au Centre Pompidou-Metz (21 mars –21septembre 2020), la CitĂ© musicale-Metz propose un cycle dĂ©diĂ© au folklore, ferment essentiel de l’inspiration de la musique et la danse dite « savantes ». Avec Jordi Savall (explorateur des Balkans), le groupe danois Heilung (immersion mystique dans les rituels de l’Europe du Nord de l’ñge de fer et du Haut Moyen Âge), le violoncelliste RaphaĂ«l Jouan et l’accordĂ©oniste Bruno Maurice (Piazzolla, Bach, Nino Rota, Dvoƙák) ; Jean-Marie Machado et la compagnie de danse CHATHA (L’Amour sorcier de de Falla, inspirĂ© lui-mĂȘme du folklore andalou) ; l’Orchestre national de Metz (prĂ©sence du folklore chez les compositeurs, du XIXe Ă  nos jours : Suite de Danses de BartĂłk, Concerto pour percussion Frozen in Time de Dorman, danses symphoniques de Brahms et de Borodine)

RÉSERVEZ
https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/temps-forts/folklore-du-savant-au-populaire
-30% Ă  partir de 3 spectacles choisis

 

 

 

TOUTES LES INFOS, LES PROGRAMMES, LES MODALITES DE RESERVATION ET LES OFFRES D’ABONNEMENT
https://www.citemusicale-metz.fr/

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

OFFRES D’ABONNEMENTS
toutes les offres, les dégressifs ici
https://www.citemusicale-metz.fr/reservez-venez/tarifs-reservation/billetterie_1

 

METZ-concerts-operas-festivals-sur-classiquenews-saison-musicale-selection-concerts-opera-arsenal-metz-classiquenews-cite-musicale-metz

Online
On our website : HERE
https://cmm.shop.secutix.com/content#

By phone / par téléphone
+33 (0)3 87 74 16 16
Du mardi au samedi, de 13h Ă  18h
From Tuesday to Saturday, from 1pm to 6pm

Arsenal Box Office
Billetterie et guichets de l’Arsenal
From Tuesday to Saturday, from 1pm to 6pm – And in all our concert venues (Arsenal, BAM, Trinitaires) one hour before the event.
Du mardi au samedi, de 13h Ă  18h – et dans les lieux des concerts (Arsenal, BAM, Trinitaires), 1h avant la reprĂ©sentation.

 

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

CitĂ© Musicale-Metz, saison 2019 – 2020

NOUVELLE SAISON Ă©clectique et ouverte

Un parcours dans la saison 2019 – 2020 

 

 

PERCUSSIONS CRÉATIVES

Vasselina Serafimova
 Comme chaque saison, l’un des fils rouges de la programmation artistique concerne les instruments ; cette saison, il s’agit des percussions, d’oĂč la prĂ©sence de la percussionniste bulgare Vasselina Serafimova, joueuse de marimba  (ou xylophone africain) qui propose 3 concerts avec cet Ă©clectisme joyeux et cette ouverture aux rĂ©pertoires (classique et jazz) : concerts les 8 oct 2019 (programme « Funambules » avec le pianiste Thomas Enhco) ; le 9 janv 2020 (« Time », spectacle visuel et sonore, avec le crĂ©ateur vidĂ©aste Julien Poulain : relecture des Ɠuvres de Reich, Piazzolla, Álvarez
) ; enfin le 15 mai (Concerto pour percussion « Frozen in Time » d’Avner Dorman). Vasselina Serafimova est l’une des artistes en rĂ©sidence Ă  Metz pour la saison 2019 – 2020, occasion rĂȘvĂ©e pour les spectateurs messins de dĂ©couvrir l’univers mĂ©tissĂ©, ouvert d’une artiste au profil d’exploratrice du son dont le geste renouvelle aussi la forme du concert traditionnel.

 

 

 

 

OUVERTURE, les 13 et 14 SEPTEMBRE 2019

DĂšs septembre 2019, l’appel Ă  vibrer ensemble se fera pressant, grĂące Ă  2 Ă©vĂšnements marquants Ă  l’Arsenal, les 13 et 14 septembre 2020 ; le premier inaugure la nouvelle saison de l’Orchestre National de Metz, associĂ© Ă  la CitĂ© Musicale-METZ ; le second souligne la place accordĂ©e Ă  la crĂ©ation et aux commandes passĂ©es aux artistes en rĂ©sidence. Le 13 sept : concert d’ouverture du National de Metz sous la direction de son directeur musical, David Reiland (superbe et prometteur programme : Symphonie avec alto principal « Harold en Italie » de Berlioz, et la 41Ăšme de Mozart dite « Jupiter ») ; le 14 sept : « Walden / Metz », crĂ©ation du polyptique musical conçu par le compositeur en rĂ©sidence LoĂŻc GuĂ©nin (5 oeuvres jouĂ©es dans 4 lieux diffĂ©rents de Metz, puis rejouĂ©s intĂ©gralement Ă  l’Arsenal) : l’offre illustre idĂ©alement la volontĂ© de renouveler l’expĂ©rience du concert, comme un parcours dans la ville et un instant de partage dans plusieurs espaces diffĂ©rents (Centre Pompidou-Metz, 10h – Hall de la gare, 12h – Les Trinitaires, 15h – Terrasse de l’Arsenal, 18h – Arsenal, Grande Salle Ă  20h) : https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/walden-metz

 

 

 

5 TEMPS FORTS

5 cycles thĂ©matiques ou « temps forts »  En 2019 – 2020, la CitĂ© musicale-Metz Ă  l’image de son visuel Ă©chevelĂ©, est une invitation Ă  vous abandonner Ă  l’ivresse de musiques diverses, promesses d’expĂ©riences musicales et sensorielles singuliĂšres tout au long de la pĂ©riode, de septembre 2019 Ă  juin 2020.. la saison est jalonnĂ©e de plusieurs temps forts, organisĂ©s autour d’un thĂšme, cycles de concerts et Ă©vĂ©nements (confĂ©rences, rencontres, ateliers
) servis par des artistes Ă  prĂ©sent familiers ou nouvellement invitĂ©s : le 2Ăš week end de novembre, (re)dĂ©couvrez le gĂ©nie classique et facĂ©tieux de Joseph HAYDN (7, 8 et 9 nov 2019 : cycle « Osez Haydn » avec le violoniste et chef Julien Chauvin ) ; en dĂ©cembre 2019 : festivitĂ©s et cĂ©lĂ©brations sacrĂ©es pour les 800 ans de la CathĂ©drale Saint-Etienne de Metz (7-18 dĂ©c 2019) ; janvier 2020 : cap sur la Pologne (14-24 janvier : avec le contre-tĂ©nor Jakub JĂłzef Orliski, ou, figures du jazz contemporain le saxophoniste Maciej Obara ou la bassiste Kinga Glyk
) ; puis fĂȘtez les 250 ans de Ludwig van BEETHOVEN (13 – 15 mars 2020) ; enfin comme un Ă©cho Ă  l’exposition « Folklore » prĂ©sentĂ©e au Centre Pompidou-Metz (21 mars –21septembre 2020), la CitĂ© musicale-Metz propose un cycle dĂ©diĂ© au folklore, ferment essentiel de l’inspiration de la musique et de la danse dite « savantes ». Avec l’Orchestre national de Metz, Avec Jordi Savall (explorateur des Balkans), le groupe danois Heilung (immersion mystique dans les rituels de l’Europe du Nord de l’ñge de fer et du Haut Moyen Âge), le violoncelliste RaphaĂ«l Jouan et l’accordĂ©oniste Bruno Maurice (Piazzolla, Bach, Nino Rota, Dvoƙák) ; Jean-Marie Machado et la compagnie de danse CHATHA (L’Amour sorcier de de Falla, inspirĂ© lui-mĂȘme du folklore andalou) 


 

 

 

 

 

FORMES EXPÉRIMENTALES SPATIALISÉES

La CitĂ© Musicale-Metz, forte de ses lieux variĂ©s, offre un vaste Ă©crin laboratoire pour des Ɠuvres surprenantes. AprĂšs le dispositif conçu comme un parcours dans la ville du 14 sept (crĂ©ation de  « Walden / Metz » de LoĂŻc GuĂ©nin), ne manquez pas le 12 juin 2020 (l’un des ultimes temps forts de la saison 19 – 20), le programme restituant le gĂ©nie d’Orazio Benevolo, compositeur du XVIIĂš (Messe Si Deus pro Nobis ; Motet Regna Terrae ; Magnificat Ă  16 voix), fresque polyphonique aux dispositif inouĂŻ, dĂ©fi pour les interprĂštes comme  pour les spectateurs (CathĂ©drale Saint-Etienne de Metz / Le Concert Spirituel, HervĂ© Niquet, avec la MaĂźtrise de la CathĂ©drale de Metz). Un autre temps fort qui clĂŽt le cycle « musiques sacrĂ©es » Ă  Metz.

 

 

 

 

 

LE JAZZ ET LA DANSE

VariĂ©e, Ă©clectique, la programmation Ă  METZ intĂ©resse tous les rĂ©pertoires. Dont la danse. Outre le fameux « Winterreise par le Ballet Preljocaj (jardin d’hiver pour 12 danseurs, les 17 et 18 oct 2019), un programme chorĂ©graphique s’annonce prometteur.

En rapport avec la thĂ©matique du Folklore, qui inspire nombre de compositeurs « savants », l’Arsenal prĂ©sente le 14 mai 2020, un nouveau spectacle inspirĂ© de l’Amour Sorcier, ballet composĂ© par Manuel de Falla en 1915 ; le drame Ă©voque l’histoire d’une gitane, hantĂ©e par le fantĂŽme de son fiancĂ© qui veut rompre le malĂ©fice pour, enfin, aimer librement. 10 musiciens, 1 chanteuse et 6 danseurs revisitent cette Ă©popĂ©e aux accents andalous. Car le CitĂ© Musicale-Metz favorise les plateaux interdisciplinaires oĂč la magie de la danse et des corps en mouvements rehausse davantage l’éloquence des instruments. Jean-Marie Machado, de la compagnie Cantabile rejoint les chorĂ©graphes AĂŻcha M’Barek et Hafiz Dhaou de la Compagnie CHATHA pour un voyage mĂ©diterranĂ©en aux rĂ©sonances inĂ©dites
 https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/lamour-sorcier

Autre collectif mis Ă  l’honneur cette saison, le trio nOx.3, formĂ© par les lorrains RĂ©mi et Nicolas Fox et Matthieu Naulleau, porteur d’un jazz Ă©lectro crĂ©atif, et qui est aux avant-postes du jazz mutant depuis 2015 et leur victoire au tremplin RĂ©zzo Focal du festival Jazz Ă  Vienne
 Ils s’associent Ă  la chanteuse Linda OlĂĄh pour un programme Ă©vĂ©nement prĂ©sentĂ© en crĂ©ation Ă  l’Arsenal le 5 juin 2020. https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/nox3-linda-olah_1

 

 

 

 

 

AUTRES FORMES DE CONCERTS ET NOUVELLES EXPÉRIENCES

La CitĂ© Musicale-Metz a Ă  cƓur d’interroger les nouvelles attentes des publics et de rĂ©pondre aux nouveaux modes de vie qui produisent les pratiques culturelles d’aujourd’hui. Des programmes courts, en accĂšs facile, en approche dĂ©complexĂ©e, sur des thĂ©matiques accessibles, dans des lieux familiers ou plus « naturels » (c’est Ă  dire moins impressionnants) enrichissent encore les horizons de la saison 2019 – 2020. Parmi un choix multiple (aux cĂŽtĂ©s des « ApĂ©ro-Baroques », dont celui du 16 oct : « La belle nature » avec Anne-Catherine Bucher, ; du 12 fĂ©v dĂ©diĂ© aux compositrices baroques
 ; ou des « ApĂ©ro-concerts », tel celui du 29 nov avec la compositrice contemporaine Clara Iannotta et le National de Metz
 ), distinguons les « musiques Ă  croquer », le 2 octobre oĂč le Quatuor CAMBINI joue Haydn et Mozart avec le concours du chocolatier Philippe Maas
 https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/musiques-a-croquer

 

MĂȘme dispositif singulier pour le concert « 2 Haydn sinon rien » (8 nov) : deux symphonies de Haydn (n°86 en rĂ© majeur et 45 dite « les Adieux ») sont jouĂ©es par deux formations diffĂ©rentes ; sur instruments anciens (Le Concert de la Loge) ; sur instruments modernes (National de Metz), passionnante expĂ©rience symphonique oĂč le choix des instruments produit une comparaison Ă©tonnante et significative pour l’auditeur.

https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/deux-haydn-sinon-rien

 

 

Les Ă©quipements de l’Arsenal, comme par exemple le studio du gouverneur, permettent de nouveaux dispositifs qui Ă©cartent la sacro sainte frontalitĂ© du concert. Partant de ce principe immersif pour le spectateur, la saison nouvelle offre deux programmes Ă  ne pas manquer (entre autres
): « Ombres errantes », avec le pianiste Iddo Bar-ShaĂŻ (5 dĂ©c 2019, Salle de l’Esplanade) inspirĂ© par Couperin, en complicitĂ© avec les ombres façonnĂ©es en direct par Philippe Beau, magicien de la lumiĂšre


https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/les-ombres-errantes

 

Mais aussi, le spectacle intitulĂ© « Love and revenge » (5 mars 2020) : remix en live d’extraits des comĂ©dies musicales arabes : oud, claviers modifĂ©s ressucitent tout un imaginaire libre et poĂ©tique ici revisitĂ© par la vidĂ©aste Randa Mirza et le musicien Wael Koudaih


https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/love-and-revenge

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

NOUVELLE SAISON 2019 – 2020 : Ă©clectisme et dĂ©couvertes
 

METZ-cite-musicale-metz-abonnements-saison-musicale-2019-2020-classiquenewsL’éclectisme, le goĂ»t de la dĂ©couverte et des nouveaux formats, la fidĂ©litĂ© aussi Ă  certains artistes Ă  prĂ©sent bien identifiĂ©s et repĂ©rĂ©s des spectateurs messins (HervĂ© Niquet, François FrĂ©dĂ©ric Guy, Vanessa Wagner, Les Talens Lyriques et Christophe Rousset, Jordi Savall ou Julien Chauvin
) continuent d’écrire la formidable aventure musicale Ă  Metz, Ă  la fois plurielle et populaire, au sens le plus noble du terme.

 

VISITEZ LE SITE DE LA CITÉ MUSICALE-METZ

https://www.citemusicale-metz.fr

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

ABONNEMENTS
Quelques exemples d’offres avantageuses :

Places Ă  l’unitĂ© : ARSENAL (de 43 Ă  8 euros) / BAM, TRINITAIRES (de 40 Ă  5,10 euros)

Tarifs spĂ©ciaux pour le jeune public, moins de 26 ans, Ă©tudiants de moins de 30 ans, demandeurs d’emploi, bĂ©nĂ©ficiaires de minima sociaux (RSA, ASPA
), groupes scolaires ; « 50 places Ă  10 € sur les spectacles Ă  l’Arsenal ! » ; tarif comitĂ© d’entreprises 
 et aussi La Carte CitĂ© musicale-Metz (des rĂ©ductions de 15 Ă  35 %, sans contraintes)

 

 

 

OFFRES ABONNEMENTS :

Liberté 4+
15 % de réduction
Choisissez 4 Ă  6 spectacles dans l’ensemble de la programmation de l’Arsenal* et bĂ©nĂ©ficiez immĂ©diatement de 15 % de rĂ©duction.

Liberté 7+
30 % de réduction
SĂ©lectionnez au minimum 7 spectacles dans l’ensemble de la programmation de l’Arsenal* et bĂ©nĂ©ficiez immĂ©diatement de 30% de rĂ©duction.
* Hors productions Label LN.

 

 

 

Nouveauté!
Abonnement Jeune public
Cité musicale-Metz
Planifiez vos sorties en famille pour la saison et bénéficiez de tarifs avantageux ! 25 % de réduction dÚs 4 spectacles choisis dans la programmation jeune public, toutes salles confondues.

Abonnements thématiques
30 % de réduction
Choisissez un abonnement thématique et bénéficiez de 30 % de réduction.

Abonnement symphonique
6 spectacles pour 155,40 €

Abonnement baroque
5 spectacles pour 119,70 €

Abonnement danse
5 spectacles pour 108,50 €

Abonnement jazz
5 spectacles pour 120,40 €

Abonnement musiques du monde
4 spectacles pour 78,40 €

Abonnement « fil rouge » percussions
6 spectacles pour 126,70 €

Nouveauté!
Abonnement DĂ©couverte
Cité musicale-Metz
Danse, jazz, musique nouvelle, électro, symphonique
 Découvrez toute la richesse et la diversité de la programmation dans nos 3 salles !
4 spectacles pour 82,60 €.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Nouveauté !
PASS temps fort

PASS temps fort Osez Haydn !
du 7 au 9 nov. 2019

PASS temps fort Musiques sacrées
du 7 au 18 déc. 2019

PASS temps fort Polska !
du 14 au 24 janv. 2020

PASS temps fort Beethoven
du 13 au 15 mar. 2020

PASS temps fort Folklore
du 5 au 16 mai 2020

 

 

 

La saison de la Cité musicale-Metz est conçue autour de temps forts, mini-festivals thématiques qui vous permettent de voyager entre les esthétiques, les périodes et toutes les salles de spectacle de la Cité musicale-Metz !
Le PASS temps fort vous permet de bĂ©nĂ©ficier d’un tarif trĂšs avantageux dĂšs lors que vous choisissez au minimum 3 spectacles sur un temps fort, toutes salles confondues (Arsenal, BAM et Trinitaires) : 30% de rĂ©duction sur les spectacles sĂ©lectionnĂ©s, places en Cat. 1 Ă  l’Arsenal.

Toutes les offres abonnement saison 2019 2020, ici :
https://www.citemusicale-metz.fr/reservez-venez/tarifs-reservation/billetterie_1

 

 

 

Arsenal — 3 Avenue Ney, 57000 Metz
BAM — 20 boulevard d’Alsace, 57070 Metz
Maison de l’Orchestre — 31 rue de Belletanche, 57070 Metz
Trinitaires — 12 rue des Trinitaires, 57000 Metz

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

METZ : concert d’ouverture par David Reiland, le 13 sept 2019

reiland-david-chef-maaestro-orchestre-national-de-metz-critique-concert-critique-opera-classiquenewsMETZ-concerts-operas-festivals-sur-classiquenews-saison-musicale-selection-concerts-opera-arsenal-metz-classiquenews-cite-musicale-metzMETZ, Arsenal. Le 13 sept 19 : Mozart, Berlioz. D. Reiland. Concert symphonique d’ouverture de la nouvelle saison 2019 2020. L’orchestre maison ouvre le grand bal musical de sa nouvelle saison 2019 2020 : sous la direction du chef David Reiland, nouveau directeur musical in loco, le programme promet d’ĂȘtre Ă  la fois gĂ©nĂ©reux et orchestralement passionnant. En septembre 2019, Metz est ainsi Ă  la fĂȘte, grĂące au premier concert symphonique de septembre. Au programme, grand bain orchestral avec le dernier MOZART, virtuose de l’écriture orchestrale et d’une furieuse invention dans un triptyque ultime que les plus grands chefs ont pris soin d’aborder avec la profondeur et l’énergie requise et dont David Reiland nous propose le volet final, la Symphonie n°41 dite « Jupiter » : vĂ©ritable manifeste de l’éloquence et de la souverainetĂ© orchestrale, traversĂ© dĂšs son premier mouvement par un feu romantique irrĂ©sistible. A cette source, s’abreuve Beethoven, l’inventeur de l’orchestre romantique avec MOZART-wolfgang-portrait-concerto-symphonie-jupiter-don-giovanni-mozart-critique-opera-sur-classiquenewsBerlioz. ApothĂ©ose conclusive, le dernier morceau fuguĂ©, lumineux et victorieux, semble synthĂ©tiser tout ce que vĂ©hicule l’esprit des LumiĂšres. Mais le directeur musical du National de METZ cĂ©lĂšbre aussi, aux cĂŽtĂ©s de Mozart, l’annĂ©e BERLIOZ 2019 : il nous rĂ©serve une nouvelle lecture de sa Symphonie avec alto, « Harold en Italie » de 1834. Berlioz , jamais en reste d’une nouvelle forme, y rĂ©invente le plan symphonique avec instrument obligĂ©. Dans Harold, il prolonge de nombreuses innovations inaugurĂ©es dans la Symphonie Fantastique de 1830, mais s’intĂ©resse surtout Ă  redĂ©finir la relation entre l’instrument soliste et la masse de l’orchestre : pas vraiment dialogue, ni confrontation ; en rĂ©alitĂ©, c’est une approche « picturale », l’alto apportant sa couleur spĂ©cifique dans la riche texture orchestrale, fusionnant avec elle, ou se superposant Ă  elle
 Comme toujours chez Berlioz, l’écriture symphonique sert un projet vaste et poĂ©tique, oĂč l’écriture repousse toujours plus loin les limites et les ressources de l’orchestre monde. Concert Ă©vĂ©nement.

 

 

A Metz, pour ouvrir la saison 2019 2020 de la Cité Musicale, David Reiland dirige le National de Metz dans un programme ambitieux, réjouissant : MOZART / BERLIOZ

 

METZ-concerts-operas-festivals-sur-classiquenews-saison-musicale-selection-concerts-opera-arsenal-metz-classiquenews-cite-musicale-metz

 

 

 

_____________________________________

METZ Arsenal, grande salleboutonreservation
vendredi 13 septembre 2019, 20h
Concert symphonique d’ouverture
nouvelle saison 2019 2020
1h15 + entracte

Wolfgang Amadeus Mozart : Symphonie n°41 (Jupiter)
Hector Berlioz : Harold en Italie

RÉSERVEZ VOTRE PLACE

https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/concert-ouverture-de-saison_1

 
 

 

 

_____________________________________

HAROLD en ITALIE (1834)
berlioz-150-ans-berlioz-2019-dossier-special-classiquenewsRien dans la vie de Berlioz n’égale le dĂ©ferlement de flux passionnel Ă  l’évocation de son sĂ©jour italien, liĂ© Ă  l’obtention du Prix de Rome en 1830. En marque l’accomplissement rĂ©volutionnaire, la Symphonie Fantastique, manifeste Ă©loquent de la rĂ©forme entreprise par Hector au sein de son orchestre laboratoire. Tout autant exaltĂ©es, les annĂ©es qui suivent ses fiançailles avec la belle aimĂ©e, l’actrice Harriet Smithson (octobre 1833). MĂȘme si la comĂ©dienne adulĂ©e dans Shakespeare lui apporte son lot de dettes, le couple connaĂźt de premiĂšres annĂ©es bĂ©nies, comme l’affirme la naissance de leur seul fils, Louis. Le jeune pĂšre compose alors une partition dĂ©lirante, voire autobiographique (comme pouvait l’ĂȘtre l’argument de la Fantastique) mais ici avec un instrument obligĂ©, l’alto. PressĂ© par Paganini, Berlioz Ă©crit une symphonie avec alto, quand il lui Ă©tait demandĂ© au prĂ©alable un concerto pour alto. Ainsi s’impose le gĂ©nie expĂ©rimental de Berlioz : toujours repousser les limites du champs instrumental dans une forme orchestrale toujours mouvante. Hector s’inspire du hĂ©ros de Byron, Childe Harold, ĂȘtre fantasque, rĂȘveur, mĂ©lancolique, toujours insatisfait
 le double de Berlioz ? DĂ©couvrant la partition inclassable, Paganini s’étonne et déçu, dĂ©clare : je n’y joue pas assez. Finalement c’est le virtuose ChrĂ©tien Uhran qui crĂ©e l’oeuvre nouvelle le 23 nov 1834 au Conservatoire de Paris. En 4 parties, le programme rĂ©pond Ă  l’imaginaire berliozien qui inscrit toujours le hĂ©ros messianique, seul, fier, face au destin ou Ă  la force des Ă©lĂ©ments ou des paysages


1 – Harold aux montagnes, scĂšne de mĂ©lancolie, de bonheur et de joie (adagio – allegro) – souvenirs de Berlioz de ses promenades dans les Abruzzes Ă  l’époque de son sĂ©jour romain : traitement insolite, la partie d el’alto qui surgit ou se glisse dans la masse orchestral, s’y superpose ou fusionne, mais ne dialogue jamais selon le principe du concerto. Berlioz agit comme un peintre
2 – Marche des pĂšlerins chantant la priĂšre du soir (allegretto) / souvenir des pĂšlerins italiens aperçus Ă  Subiaco. Berlioz y exprime la souffrance des pĂ©nitents marcheurs, forcenĂ©s (rĂ©pĂ©tition de segments monotaunes de 8 mesures)
3 – SĂ©rĂ©nade d’un montagnard des Abruzzes Ă  sa maĂźtresse / Allegro assai – allegretto : le cor anglais s’empare de la mĂ©lodie simple et amoureuse
4 – orgie de brigands, souvenirs / aucun dĂ©veloppement symphonique chez Berlioz ne peut s’achever sans un dĂ©lire sensuel dĂ©braillĂ©, Ă  la fois autoritaire et ivre (comme plus tard Ravel) / Allegro frenetico : la force rythmique trĂ©pigne, entraĂźnant l’alto qui est saisi d’un haut le cƓur face Ă  la sauvagerie libĂ©rĂ©e (Berlioz prĂ©cise ici « l’on rit, boit, frappe, brise, tue et viole »). Rien de moins.
La crĂ©ation suscite un vif succĂšs. Mais Berlioz Ă©ternel frustrĂ©, dĂ©sespĂšre de n’attirer plus de foule. Mais compensation, il devient critique musical responsable de la chronique musicale dans le Journal des DĂ©bats, Ă  la demande du directeur, Louis-François Bertin (portraiturĂ© par Ingres). S’il n’est Ă©coutĂ© par le plus grand nombre, il sera lu par un lectorat mĂ©lomane, choisi et curieux.

 

 

_____________________________________

reiland david face vignette maestro classiquenewsDAVID REILAND, directeur musical de l’Orchestre National de Metz
 Chef belge (nĂ© Ă  Bastogne), David Reiland fait partie des baguettes passionnantes Ă  suivre tant son travail avec les musiciens d’orchestre renouvellent souvent l’approche du rĂ©pertoire. Chaque session en concert apporte son lot d’ivresse, de dĂ©passement, de rĂ©lĂ©vations aussi pour le public. Dans son cas, l’idĂ©al et le perfectionnisme constants portent une activitĂ© jamais neutre, une intention sensible qui fait parler la musique et chanter les textes
 Metz a le bĂ©nĂ©fice de ce tempĂ©rament enthousiasmant dont la nouvelle saison 2019 – 2020 devrait davantage dĂ©voiler la valeur de son travail avec l’Orchestre National de Metz dont il est directeur musical depuis 2018.
Il aime exprimer l’ñme, le souffle de la musique en un geste habitĂ©, qui se fait l’expression d’un contact physique avec la matiĂšre sonore qu’il rend franche ou soyeuse, Ăąpre ou onctueuse, toujours passionnĂ©ment expressive Ă  l’adresse du public.

reiland david-reiland-2-412x332FormĂ© Ă  Bruxelles, Paris, puis au Mozarteum de Salzbourg, en poste au Luxembourg et maintenant Ă  Metz, David Reiland a su affirmer une belle Ă©nergie qui prend en compte le formidable outil qu’est la salle de concert de l’Arsenal de Metz ; son acoustique cultive la transparence qui convient idĂ©alement Ă  son agencement architecturale intĂ©rieure : dans cet Ă©crin Ă  l’élĂ©gance nĂ©oclassique, Le chef Ă  Metz entend dĂ©fendre le rĂ©pertoire du XVIIIĂš musique (Mozart et Haydn), mais aussi la musique romantique française, afin de sĂ©duire et fidĂ©liser tous les publics (surtout ceux toujours frileux Ă  l’idĂ©e de pousser les portes de l’institution pour y ressentir l’expĂ©rience orchestrale).
David Reiland dirigeait dĂ©jĂ  l’Orchestre messin dans la Symphonie n°40 de Mozart en 2015


_____________________________________

 

 METZ-concerts-operas-festivals-sur-classiquenews-saison-musicale-selection-concerts-opera-arsenal-metz-classiquenews-cite-musicale-metz