CD Ă©vĂ©nement, annonce. MER(S) : Elgar / Chausson / Joncières par Marie-Nicole Lemieux, contralto / Orch Nat Bordeaux Aquitaine, Paul Daniel – 1 cd ERATO

lemieux-MERS-erato-cd-homepage-concerts-cd-critique-classiquenewsCD Ă©vĂ©nement, annonce. MER(S) : Elgar / Chausson / Joncières par Marie-Nicole Lemieux, contralto / Orch Nat Bordeaux Aquitaine, Paul Daniel – 1 cd ERATO. Somptueux programme sur le thème marin et ici selon l’esthĂ©tique et les fantasmes propres Ă  la fin et l’extrĂŞme fin du XIXè, wagnĂ©rienne et post wagnĂ©rienne. Le disque est avant tout une immersion majeure dans l’orchestre hollywoodien fin de siècle / Belle-Époque, celle de Richard Strauss, de Puccini, et bientĂ´t de Ravel… C’est d’abord sur le plan chronologique, la première mondiale de la MER, ode – symphonie du très wagnĂ©rien Victorin Joncières dont on connaĂ®t bien la Symphonie romantique, rĂ©cemment rĂ©vĂ©lĂ©e : ici la partition de 1881 pour choeur, mezzo et grand orchestre dĂ©ploie des effluves vaporeuses, celle des facettes de l’ocĂ©an, tout Ă  tour, qui berce, fascine et hypnotise, emporte, foudroie et enveloppe… mer tueuse et mer sirène, l’ocĂ©an selon Joncières est un animal indomptable d’une puissance poĂ©tique manifeste, qui profite ici de ses avancĂ©es après son opĂ©ra triomphal Dimitri de 1876.

MN Lemieux chante Elgar, Chausson, Joncières
Extases marines…

Toute aussi wagnérienne est la lyre d’Ernest Chausson qui dans le triptyque du Poème de l’amour et de la mer (1892), de la décennie suivante, déploie une plus grande révérence à Wagner tout en la renouvelant totalement : la délicatesse picturale de l’orchestre renforce néanmoins la profonde langueur dépressive de l’écriture qui plonge dans les tréfonds de l’âme humaine (la mort de l’amour)… Enfin, en anglais, et sublimés par la formidable musique de Sir Edward Elgar, le plus impérial des compositeurs du british empire, les 5 poèmes symphoniques ou SEA PICTURES de 1899, offrent une flamboyante fresque orchestrale inspirée des éléments océaniques dont le premier, « Berceuse de la mer » (Sea slumber song), le plus enivré et extatique, exprime un émerveillement perpétuel… La voix ample, chaude, si charnelle et maternelle de Marie-Nicole Lemieux, en guest star, apporte ce grain humain fraternel souvent irrésistible. Critique complète à venir le jour de la parution du cd MER(S) Elgar / Chausson / Joncières par Marie-Nicole Lemieux, Orch Nat Bordeaux Aquitaine, Paul Daniel, le 13 sept 2019.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

CLIC D'OR macaron 200CD Ă©vĂ©nement, annonce. MER(S) : Elgar / Chausson / Joncières par Marie-Nicole Lemieux, contralo / l’Orch Nat Bordeaux Aquitaine, Paul Daniel – 1 cd ERATO – CLIC de CLASSIQUENEWS de la rentrĂ©e 2019

La Wally de Catalani, 1892

hillern von Wilhelmine La Wally Catalanilogo_francemusiqueFrance Musique.  Alfredo Catalani : La Wally. Samedi 11 octobre 2014, 19h. France musique a bien raison de diffuser un opéra peu connu et pourtant géniallissime du regretté Alfredo Catalani (1892), joyau oublié d’un jardin cultivé à l’extrême fin du XIXè, à l’époque où perce le jeune Puccini (son rival très jalousé) et se développe la jeune école italienne galvanisée alors par l’idéal vériste et l’activité d’un certain Boito (d’abord contraire à verdi puis son librettiste de prédilection). La Wally est à l’origine un drame théâtral de Wilhermine von Hillern (1836-1916) qui fait le portrait d’une jeune femme au Tyrol à laquelle son vieux père (sexagénaire) veut imposer un parti (Gellner) dont elle ne veut pas. En quête de liberté et d’émancipation, La Wally réalise un combat « féministe » avant l’heure, décidant de sa propre destinée, trouvant dans la nature, un terrain fertile à son imagination et à sa soif de plénitude intérieure.

Le film Diva de Jean-Jacques Beinex, puis A Single Man, premier long mĂ©trage de Tom Ford ont extrait de l’ouvrage le fameux grand air incantatoire Ă  la nuit « Ebben? Ne andrĂł lontana » , Et bien je m’en irai loin sur les cimes enneigĂ©es… oĂą passe le grand souffle romantique d’une hĂ©roĂŻne blessĂ©e mais volontaire, qui dĂ©cide au I, de quitter le foyer paternel, et donc de s’émanciper de la loi autoritaire du père. Maria Callas, Renata Tebaldi,… et bien d’autres immenses cantatrices, ont compris l’intelligence poĂ©tique de la musique et le profil psychologique attachant d’une grande hĂ©roĂŻne de l’opĂ©ra romantique tardif. 

   

   

Je partirai loin sur les cimes enneigĂ©es …

CATALANI alfredo-catalani-21Sur un livret de Luigi Illica, le drame lyrique en 4 actes est crĂ©Ă© Ă  La Scala de Milan,  le 20 janvier 1892. Au Tyrol,  La Wally aime Hagenbach l’ennemi de son père Stromminger. Celui ci lui impose un chantage odieux mais la fille outrepasse l’autoritĂ© du père et quitte le foyer paternel … (fin du I).  Devenue riche après la mort de son père dont elle a hĂ©ritĂ©,  La Wally par dĂ©pit, se sentant manipulĂ©e par Hagenbach, commande Ă  son soupirant de toujours Gellner,  de tuer celui qu’elle aimait pourtant jusque lĂ .  Gellner pousse la victime dans un ravin mais La Wally se ravise et sauve Hagenbach qui n’est pas mort. Au IV,  un bonheur tangible semble enfin possible pour les deux hĂ©ros, mais Hagenbach alors qu’il gravissait la montagne pour y rejoindre La Wally retirĂ©e sur les sommets enneigĂ©s,  est pris dans une avalanche : La Wally se jette par amour dans le flot de neige pour y rejoindre celui qu’elle n’a jamais cessĂ© d’aimer.

   

la wally geneve 2014Le personnage complexe de La Wally pythie des sommets et amoureuse difficile offre au gĂ©nie du Lucquois Catalani un superbe portrait fĂ©minin qui s’exprime surtout dans l’atmosphèrisme de pages purement orchestrales. Phtisique et tuberculeux,  le compositeur nĂ© dans les annĂ©es 1950 comme Puccini,  frappe par une riche imagination et aussi probablement liĂ© Ă  son Ă©tat physique,  une sorte de spleen typiquement italien,  langueur profonde et grave pour la nostalgie et les tĂ©nèbres comme en tĂ©moigne son poème symphonique très lisztĂ©en Ero e Leandre de 1885.

Catalani Alfredo CatalaniCatalani condamnĂ© par la maladie livre dans La Wally un opĂ©ra d’une force psychique inouĂŻe bien plus moderne et audacieuse que son rival Puccini,  qui favori de leur maison d’édition commune, Ricordi,  suscite la haine croissante de Catalani : le compositeur meurt un an après la crĂ©ation de La Wally en 1893 Ă  seulement 39 ans. La partition de La Wally influence considĂ©rablement le renouveau de l’Ă©cole italienne alors portĂ©e par la sĂ©duction puccinienne,  la poĂ©sie radicalement moderne du jeune Boito (dont Catalani met en musique le livret de La Falce qui eut un immense succès),  et cette nouvelle esthĂ©tique rĂ©aliste aux sujets violents et courts,  le vĂ©risme dont les meilleurs reprĂ©sentants restent aujourd’hui Mascagni,  Giordano,  Leoncavallo….

   

   

VOIR LA WALLY à Genève : Opéra enregistré le 24 juin dernier au Grand Théâtre de Genève. La production diffusée par France Musique est visionnable sur ce lien (version intégrale sur RTS.ch : Radio Télévision Suisse, sous titrée en français). Mise en scène Cesare Lievi. Orchestre de la Suise Romande. Direction musicale : Evelino Pidó. Ainhoa Arteta (La Wally), Yonghoon Lee (Hagenbach)… Grand air de La Wally : « Ebben? Ne andró lontana » à 29mn22)