TOURS, Opéra. MASSENET : WERTHER, version baryton. 30 sept – 4 oct 2022

Massenet jules cherubin Jules_Massenet_portraitTOURS, Opéra. MASSENET : WERTHER. 30 sept – 4 oct 2022. Sous la direction de Laurent Campellone (Vincent Boussard, mise en scène), l’Opéra de Tours affiche Werther de Massenet dans la version pour baryton (et non pas pour ténor). Avec Régis Mengus dans le rôle-titre et Héloïse Mas (Charlotte), Mikhail Timoshenko (Albert)…

Fleuron du romantisme tragique allemand conçu par Goethe, Werther inspire Massenet qui en fait un drame lyrique d’une efficacité immédiate. Passionné, entier, le jeune Werther, idéaliste suicidaire, aime Charlotte, promise à un autre. Après l’été de la rencontre, s’inscrit l’automne du doute amer, de la frustration dépressive : Werther s’abîme dans le « mal du siècle », spleen mélancolique et tragique. Le librettiste Edouard Blau, souligne combien la quête radicale de Werther s’oppose aux convenances bour­geoises de Charlotte dans leurs duos d’une irrésistible séduction. Sur la scène tourangelle, Héloïse Mas et Régis Mengus interpréteront le couple romantique, maudit, insatisfait : 2 âmes foudroyée par la machine sociale, celle des convenances, la même qui sacrifie chez Tchaikovski, Onéguine et Tatiana…

 

 

 

_________________________

Opéra de TOURS : WERTHERboutonreservation
Les 30 sept, 2, 4 oct 2022
Réservez votre place
https://billetterie.operadetours.fr/seances/61
https://operadetours.fr/fr/programmation/werther-jules-massenet-1842-1912

WERTHER – Drame lyrique en 4 actes et 5 tableaux de Jules Massenet
Livret de Edouard Blau, Paul Milliet et Georges Hartmann
D’après le roman éponyme de Johann Wolfgang von Goethe (1774)
Créé en allemand à l’Opéra de Vienne le 16 février 1892
Créé en français à l’Opéra-Comique le 16 janvier 1893
Nouvelle production, version baryton
Durée : 2h45

__________

A noter : conférence préliminaire
Samedi 17 septembre – 14h30 | Salle Jean Vilar

 

 

 

_________________

LIRE notre critique complète de WERTHER de Massent à l’Opéra de Tours : Boussard / Campellone. Héloïse Mas, Mikhail Timoshenko, Marie Lys…

Cohérent et concentré, Vincent Boussard fait un Werther froid et subtil,Werther-opera-tours-heloise-mas-mikhael-timoschenko-charlotte-albert-critique-opera-classiquenews-opera-de-tours-vincent-boussard un songe hivernal déroulé comme un cauchemar embué, épuré,  surréaliste. Le metteur en scène convainc par son épure théâtrale, la lisibilité des séquences qui, sans le fatras des gadgets habituels, laisse à l’inverse respirer ici le langage des corps dans un espace éthéré. En l’occurrence des boîtes ou lieux fermés qui disent tous l’enfermement et l’asphyxie bourgeoise qui fait suffoquer les 2 cœurs épris, Charlotte et Werther. Vincent Boussard dévoile l’onirisme tragique du mythe goethéen. « Ange du devoir », l’héroïne adorée par Werther, a la droiture d’une colombe blessée au riche tourment intérieur ; tout conspire chez elle vers une frustration croissante …

 

 

 

Comments are closed.