Thielemann dirige Aida en direct de DRESDE

Vague verdienne en juin 2014ARTE, Dim 13 mars 2022, 16h25. VERDI: Aida, en direct de l’Opéra de Dresde. Le dernier spectacle d’Aida sur Arte était la production avec l’éblouissante et enivrante soprano austro-russe Anna Netrebko, l’un de ses derniers rôles verdiens (avec Lady Macbeth… Salzbourg 2017, retransmis au cinéma en juillet 2020).
http://www.classiquenews.com/anna-netrebko-chante-aida-dans-les-salles-ugc-salzbourg-2017-viva-l-oper/

Voici une nouvelle production depuis l’opéra de Dresde dirigée par Christian Thielemann, mise en scène de Katharina Thalbach, et une distribution prometteuse dont la soprano bulgare Krassimira Stoyanova (Aida), Andreas Bauer Kanabas (Le Roi des éthiopiens), Oksana Volkova (Amneris), le ténor italien Francesco Meli (Radamès), Georg Zeppenfeld (Ramfis), Quinn Kelsey (Amonasro), Sächsische Staatskapelle Dresden… Impossible amour qui fait fi des lois de la guerre et se joue des rivalités dynastiques. Or la propre fille de Pharaon, Amnéris (riche contralto féminin) aimme elle aussi, et passionnément le bel officier… D’un côté Radamès est prêt à renoncer à la gloire et écarter Amnéris pour aimer Aida ; de l’autre, celle ci ne sait comment concilier son amour pour l’Egyptien alors qu’il est victorieux des Ethiopiens dont le roi, son propre père, est fait prisonnier… amour, devoir ; bonheur, sacrifice… l’opéra de verdi traite en un huis clos passionnant, une intrigue tragique qui ne peut s’achever que dans la mort… seule issue possible pour des amants que tout oppose malgré eux.

________________________________________________
VOIR AIDA en direct de DRESDE sur la chaîne ARTE et sur ARTEconcert, dim 13 mars 2022, 16h25.
https://www.arte.tv/fr/videos/107205-001-A/aida-en-direct-de-l-opera-de-dresde/

“La force utopique de l’amour”
Katharina Thalbach aborde le monumental opĂ©ra du rĂ©pertoire verdien, crĂ©Ă© en 1871 Ă  l’OpĂ©ra du Caire pour inaugurer le canal de Suez. RenommĂ©e outre-Rhin pour ses propositions teintĂ©es de poĂ©sie et de fantaisie, la metteure en scène et rĂ©alisatrice allemande a dĂ©jĂ  mis en scène plusieurs opĂ©ras de Mozart, notamment La flĂ»te enchantĂ©e. Sa propre lecture devrait exprimer “l’Ă©tat de crise de l’individu moderne dans un opĂ©ra-plaidoyer pour la force utopique de l’amour”. Le chef Christian Thielemann achève quant Ă  lui, en 2022 son mandat de directeur musical de la Staatskapelle.

LIRE aussi notre dossier AIDA de VERDI, un opéra romantique dont le souci de vérité archéologique a été permis par la coopération avec les librettistes de l’égyptologue Auguste Mariette…

http://www.classiquenews.com/tag/aida/

Giuseppe VerdiLa dramaturgie de Giuseppe Verdi fait évoluer les personnages du drame. Au départ, véritable type psychologique, presque figé, associé à une voix (soprano tragique, mezzo sombre et envieuse, baryton noble, ténor vaillant et amoureux), les caractères se modifient, et à partir des années 1870, -Aïda est crée en 1871 à l’opéra du Caire-, les individus mêlent la gravité et la tendresse, le tragique et le combatif, en un mélange complexe qui imite la vie.
Dans cette veine réaliste et de couleur tragique là aussi, verdi composa Rigoletto qui inaugura le nouvel opéra du Caire, en 1869.
Commande du Khédive égyptien, Ismaïl Pacha pour le nouvel opéra caïrote, Aïda est d’autant moins artificiel ou décoratif, que le livret s’appuyant sur une trame validée par le directeur du musée égyptien du Louvre, Auguste Mariette, met en scène non plus des “types” mais des êtres de chair et de sang, qui éprouvent sur la scène, l’horloge des sentiments les plus extrêmes. Un temps compté, et des épreuves passionnelles qui révèlent et brûlent caractères et ardeurs. En quatre actes, Aïda recompose une lente chute vers le gouffre : la déchéance du héros certes, mais l’élévation a contrario d’un coeur amoureux, fidèle, jusqu’à la mort.

La carrière du général Radamès, gloire de l’Egypte, amoureux de l’esclave Aïda, fille d’un roi ennemi, illustre cette descente aux abîmes : trahison, passion amoureuse, exécution. Historique, tragique, l’opéra verdien révèle sa triple identitié : psychologique.
Verdi sous l’influence de Wagner, son contemporain, abolit les anciennes conventions de l’aria et du récitatif, de la cabalette triomphale, pour un drame musical continu. Le choix des options pour une vraisemblance accrue est d’autant plus révélatrice des intentions du compositeur que c’est Verdi lui-même qui écrit le livret final ou, du moins, valide la dramaturgie générale.
Dans ce mode formel renouvelé, l’air d’Aïda à l’acte I : “Ritorna Vincitor” incarne l’expression la plus élaborée d’un arioso dramatique où se dilue l’ancien air classique. Et même l’ouverture d’Aïda aurait été composée dans le souvenir du choc que lui causa l’ouverture de Tannhäuser, découvert et admiré en 1865 à Paris.

AĂŻda,
opéra en quatre actes
Livret de Verdi, versifié par Ghislanzoni
sur un texte de Camille du Locle (1868) d’après
l’intrigue d’Auguste Mariette
Créé à l’Opéra du Caire, le 24 décembre 1871

Comments are closed.