OPERA EN LIGNE. Fragments, part I : TEODOR CURRENTZIS JOUE DES EXTRAITS DE LA TRAVIATA DE VERDI

currentzis confinement audio video TRAVIATA fragments critique annonce classiquenews opera critique reviewOPERA EN LIGNE. TEODOR CURRENTZIS JOUE DES EXTRAITS DE LA TRAVIATA DE VERDI. PUDEUR mortuaire et ciselée de Currentzis et de la soprano Nadezhda Pavlova. Pour conjurer les effets asphyxiants du confinement (et la fermeture des maisons d’opéras), le chef Teodor Currentzis et son orchestre MusicAeterna enregistrent plusieurs séquences intitulées « Fragments », à Saint-Petersbourg, dédiées à quelques scènes marquantes de l’opéra ; la première est révélée le 4 déc 20 sur youtube et incarne les derniers instants de La Traviata sur scène… Finesse, pudeur du prélude de l’acte III, aux vibrations arachnéennes qui expriment les attentes d’un cœur éprouvé, celui de la jeune courtisane Violetta Valery. Currentizs joue l’ouverture, puis la dernière scène (« Addio del Passato bei sogni ridenti ») , celle de la femme sacrifiée qui appelle dans son appartement parisien, sa servante « Annina » : malade, aux portes de la nuit, la jeune âme expirante est prête à mourir sur l’autel de la pensée hypocrite bourgeoise. Elle a dû renoncer au seul amour sincère qu’elle connut jamais, celui du jeune Rodolfo qu’elle a quitté à la demande du père de ce dernier, Germont.

 

 

 

NOIR tragique et romantique
La Traviata par Teodor Currentzis et Nadezhda Pavlova

 

 

 

Traviata-currentzis-pavlova-addio-del-passato-critique-opera-review-opera-critique-classiquenewsLa séquence est courte (18mn), filmée en noir et blanc, ralentis, effets d’ombre, serrant de près les instrumentistes et les chanteurs (jamais de face), du chef aux gestes amples, suspendus, dans des ténèbres persistantes et vaporeuses (pas d’issue pour la pêcheresse). Dans une atmosphère d’étuve, presque suffocante, Violetta et sa servante dialoguent comme deux aveugles dans le noir de la solitude et de la souffrance. Currentzis ralentit les tempi ; la prise valorise surtout le chant incarné, tragique « è tardi !… attendo, attendo… » de la soprano aux portes de la mort ; les phrasés sont ciselés, chaque mesure énoncée jusqu’au bout du souffle. La prière « Addio del passato » est comme syncopée (avec hautbois obligé), conçue comme l’ultime respiration d’une mourante (timbre clair et filigrané de la cantatrice Nadezhda Pavlova qui cependant gagnerait à articuler davantage l’italien), rêvant à sa dernière étreinte avec l’être qu’elle aurait jamais aimé vraiment.

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

FRAGMENTS / Part I : La Traviata
Teodor Currentzis, MusicAeterna
Avec Nadezhda Pavlova (Violetta Valery, La Traviata) et Julia Saifulmuliukova (Annina)

 

 

 


VOIR la séquence vidéo LA TRAVIATA

/ « Addio del Passato bei sogni ridenti »
par Teodor Currentzis et Nadezhda Pavolova
https://teodorcurrentzis.lnk.to/traviata