FESTIVAL BEETHOVEN Ă  BEAUNE : 22 – 24 avril 2022

sung-won-yang-01-768x1152BEAUNE, Festival BEETHOVEN : Du 21 au 24 avril 2022. COMPLICITÉS INSTRUMENTALES… Sous la direction artistique du violoncelliste coréen SUNG-WON YANG, les concerts ont lieu à Beaune, à la Lanterne magique (Porte Marie de Bourgogne) et dans la salle Saint Nicolas de l’Hôtel-Dieu des Hospices de Beaune. L’excellence flirte habilement avec l’exploration musicale à Beaune, à l’occasion du Festival Beethoven. Le pianiste de jazz PAUL LAY « réinvente » Beethoven en improvisant à partir des fragments et des thèmes qu’offre le grand Ludwig (21 avril, 20h) ; les quatre instrumentistes du QUATUOR MODIGLIANI empruntent des « chemins croisés » à la (re)découverte des Quatuors de Schubert (Quatuors n°9 et n°12, n°14 « La Jeune Fille et la mort », le 22 avril, 20h) ; CLAIRE DÉSERT (piano) et MARINA CHICHE (violon) jouent le couple Schumann (3 Fantaisies de Clara / Fantaisies opus 17 de Robert) et les Sonates de Beethoven (n°10 et n°17, le 23 avril, 20h), avant que, apothéose déjà attendue, SUNG-WON YANG ne réunisse autour de lui en un quatuor final (dimanche 24 avril 2022, 20h), Marina Chiche (violon), Laurent Marfaing (alto) et Enrico Pace (piano) dans les pièces pour violoncelle et piano de Liszt, et le Quatuor pour piano et cordes de Johannes Brahms (n°3 opus 60). Soit un programme prometteur de 4 concerts événements qui fait de Beaune, en avril prochain, l’écrin d’un chambrisme ardent, complice, et certainement enchanteur. Photo SUNG-WON YANG © Jean Lim.

 

 festival-BEETHOVEN-BEAUNE-2022-annonce-concerts-classiquenews-violoncelliste

 

 

POURQUOI NE PAS MANQUER LE FESTIVAL BEETHOVEN A BEAUNE ?

- La facilité pour le public de participer aux concerts et aux événements proposés ;
- La cohĂ©rence d’un festival intimiste qui propose des concerts de musique de chambre oĂą brille l’excellence des musiciens en parfaite complicitĂ© ;
- la personnalitĂ© de son directeur artistique, le violoncelliste SUNG-WON YANG qui amoureux de la Bourgogne, y a installĂ© un Festival très identifiĂ© depuis sa crĂ©ation en 2018, qui cĂ©lèbre le gĂ©nie de Beethoven mais aussi les compositeurs, admirateurs ou contemporains du grand Ludwig…

 

 

 FESTIVAL-BEETHOVEN-BEAUNE-avril-2022-beethoven-cave-concerts

 

 

 

____________________________________

INFORMATIONS / RÉSERVATIONS : BILLETTERIE EN LIGNE sur le site du Festival Beethoven à Beaune 2022 : https://festival-beethoven-beaune.com  -  Téléphone : +33 03 80 26 21 30

 

et aussi sur place :

Office de Tourisme de Beaune

+33 (0)3 80 26 21 30

Rue de l’HĂ´tel-Dieu – 21200 Beaune

 

BEAUNE-festival-beethoven-2022-annonce-critique-festival-classiquenews-2022-concerts

 

 

 

 

 

 

 

 

LIVRE événement, critique. Marina Chiche : Musiciennes de Légende, De l’ombre à la lumière (First editions 2021)

livre-musiciennes-de-legende-marin-chiche-2021 firstLIVRE événement, critique. Marina Chiche : Musiciennes de Légende, De l’ombre à la lumière (First editions 2021). Paru fin octobre 2021, le livre fait suite à une première émission radiophonique proposée en 2019 par l’auteure sur la grande violoniste Ginette Neveu (1919-1949) : immédiatement la question des femmes et du violon s’est imposée: formulée ainsi « Mais où étaient les femmes dans l’histoire des grands musiciens ? ». Pour réponse, le livre offre un panorama éloquent de la virtuosité musicale au féminin, au XIX7 et au XXè, en particulier celle des violonistes (mais uniquement) que présente et explicite leur consœur actuelle, la violoniste Marina Chiche. Voici donc 30 interprètes et femmes d’exception qui sont surtout pour celle qui en écrit le portrait, une formidable source d’inspiration qui enrichit sa propre expérience du métier.

Ainsi la violoniste américaine Camilla Wicks « l’une des grandes interprètes du concerto de Sibelius » découverte ici en l’écoutant dans le 2e concerto de Wieniawski (concert au Hollywood Bowl de Los Angeles, à 17 ans ! ) ; la « flamboyante Ida Haendel » avant de jouer le concerto de Bruch ; Maria Yudina, « grande pianiste et interprète de la musique du “cantor de Leipzig”, « pour laquelle chaque concert était une mission, un moment de transcendance, de mise en contact avec le mystère, l’interprète dans son acte de médiation le plus pur ».

Autant de « musiciennes de légende » et d’héroïnes la plupart méconnues, oubliées dont l’implication et les combats demeurent pourtant exemplaires. Les 30 portraits ainsi réalisés (et bien illustrés) prolongent un travail documentaire impressionnant … soit « de longues heures à fouiller la discothèque de Radio France, les archives INA, les fins fonds de YouTube où certains mélomanes postent des perles ».