POITIERS, TAP. Création : HYPNOS par La Tempête

empete-poitiers-TAP-hypnos-critique-annonce-classiquenews-UNE-582POITIERS, TAP. Mar 4 janvier 2022, 20h30. La TEMPĂŠTE : Hypnos. L’emprise et l’envoĂ»tement des songes en texture polyphonique… La Compagnie La tempĂŞte insuffle nerf et contraste dans une dramaturgie qui recompose les Ă©lĂ©ments ordinaires de la liturgie musicale… Hypnos, dieu du sommeil, peut endormir aussi bien les hommes que les dieux, au point qu’HĂ©ra le nomme « maĂ®tre des hommes et des dieux ». Hypnos inspire la nouvelle crĂ©ation de La TempĂŞte, ensemble enchanteur, qui conçoit ici une magnifique traversĂ©e polyphonique de la musique religieuse, entre autres… Ici la musique s’entend comme baume des âmes et Ă©lĂ©vation spirituelle ! Simon-Pierre Bestion, leader du collectif, sĂ©lectionne dans onze siècles de musiques sacrĂ©es : Requiem du 15e et du 20e, Kyrie surgi de la Rome du 11e, parsemĂ©s de rebonds contemporains avec Da pacem Domine d’Arvo Pärt. La TempĂŞte, qui a enregistrĂ© Color Ă  l’automne 2020 au TAP, aime surprendre et faire chavirer les âmes des auditeurs dans un rapport sensoriel Ă  la musique. L’écoute se fait expĂ©rience… Dans ce nouveau projet, 8 chanteurs fusionnent leurs voix aĂ©riennes et incarnĂ©es, pour un appel entre deux mondes, spirituel et mystique, avec effets psychotropes des musiques nocturnes et funĂ©raires… Polyphonie suprĂŞme au royaume des songes…

POITIERS, TAP, création
HYPNOS par La TempĂŞteboutonreservation
Mardi 4 janvier 2022, 20h30
RĂ©servez directement au TAP, vos places
https://www.tap-poitiers.com/spectacle/la-tempete/

Tarif M – Places numĂ©rotĂ©es

https://www.tap-poitiers.com/infos-pratiques/infos-pratiques-spectacles/tarifs-spectacle/#js-accordion-1

Durée : 1h20

Simon-Pierre Bestion, conception, arrangements et direction
Alice Kamenezky, Ileana Ortiz, sopranos
Cécile Banquey, Hélène Richaud, mezzo-sopranos
Édouard Monjanel, Samuel Zattoni-Rouffy, ténors
Eudes Peyre, Jean-Christophe Brizard, basses
Adrien Mabire, cornet Ă  bouquin
Matteo Pastorino, clarinette basse
Marianne Pelcerf, création lumières

> John Tavener (1944-2013)
Song for Athene – Composé en 1993, en mémoire et suite à la disparition de l’actrice Athene Hariades ;
> Pierre de Manchicourt (1510-1564)
IntroĂŻt, extrait de la messe de requiem ;
> Olivier Greif (1950-2000)
Requiem, extrait n°1 du Requiem ;
> Heinrich Isaac (1450-1517)
Quis dabit capiti meo aquam – Composé en 1492, en mémoire de Lorenzo de Medici, ami et employeur d’Isaac ;
> Ludwig Senfl (1486-1543)
Kyrie, extrait de la Missa Paschalis ;

Chant vieux-romain de l’église de Rome (XIe siècle)
Kyrie in natale Domini ;

> Giacinto Scelsi (1905-1988)
Requiem, extrait des Tre canti sacri ;
> Marcel Pérès (1956)
Gloria, extrait de la Missa ex tempore ;
> Chant vieux-romain de l’église de Rome (XIe siècle)
Alleluia. Pascha nostrum ;
> Pedro de Escobar (c.1465-1554)
Sanctus & Benedictus, extraits de la messe de requiem ;
> Marbriano de Orto (c.1460-1529)
Guimel, extrait des Lamentations Hieremiae prophetae ;
> Arvo Pärt (1935)
Da pacem Domine – Composé en 2004, en mémoire des victimes des attentats de Madrid ;

Chant ambrosien de l’église de Milan (XIIe siècle)
Tecum principium. Dixit Dominus ;

> Antoine de FĂ©vin (c.1470-1511)
Agnus, extrait de la messe du requiem.

HYPNOS, sommeil, mort, métamorphose…
Il est le fils de la déesse de la nuit, Nyx, et du fleuve des enfers, Erèbe. Son frère jumeau n’est autre que Thanatos, dieu de la mort, et il est lui-même le père de Morphée, dieu des rêves. Il est au centre d’une pentalogie divine de tout ce qui est lié au sens du caché, du mystère. Son domaine, dont Ovide fait une longue description dans les Métamorphoses, était silencieux, obscur et brumeux. Jamais les rayons du soleil ne le pénétraient : il était toujours minuit. Devant le palais coulait silencieusement Léthé, le fleuve de l’oubli. Il poussait dans les calmes jardins de nombreuses fleurs, et notamment des pavots, dont on tire de puissants somnifères. Hypnos aida à de nombreuses reprises son ami le dieu Dionysos, afin de séduire de nombreuses jeunes filles dans leur sommeil.

Les musiques de ce programme entretiennent un lien particulier avec ce monde complexe des forces cachées, voire obscures. La nuit, donc le sommeil, est le royaume des songes et des rêves. La mort est une sorte de long sommeil, et à la fois n’en est pas un.

Certaines musiques funèbres ont donc une utilité et une force beaucoup plus importante que ce pour quoi elles ont été composées, si on les cantonne seulement aux rites funéraires. Elles peuvent même, et dans de nombreux cas, procurer du plaisir à l’auditeur, si celui-ci accepte de fermer les yeux et de suivre aveuglement ses voix. On peut parler d’effets psychotropes, et bienfaisants pour le corps et l’esprit. On retrouve la conception antique de la musique, comme discipline thérapeutique au même titre que la danse ou la poésie, qui sont, de fait, associés à la musique.

« HYPNOS » cherche à retrouver les liens très forts qui unissent les vertus poétiques, mystiques et thérapeutiques de la musique au travers des oeuvres, pour la plupart sacrées, issues de plusieurs époques , échos d’une même pensée à travers les siècles: IXe siècle, XVe et XVIe siècles, XXe siècle. Le parcours est à la fois sensoriel, spirituel et émotionnel où le public est invité à suivre les mouvements physiques et poétiques des chanteurs dans l’architecture sonore des lieux et des espaces investis.