CASSEL. 25è Festival Albert Roussel. Damien Top, mélodies de ROUSSEL et HOUDY, en clôture

damien-top-melodies-roussel-houdy-cassel-concert-annonce-classiquenewsCASSEL. Récital Damien TOP, ténor. Dim 28 nov 2021, 17h. De Roussel à Houdy… mélodies enchantées à Cassel. Le concert de clôture du 25è Festival International Albert Roussel met à l’honneur l’inspiration rousselienne dans le genre de la mélodie, mais aussi souligne le tempérament remarquable du compositeur Pierick Houdy, disparu en mars 2021 grâce auquel le Centre International Albert Roussel, organisateur du Festival, a pu acquérir le piano Pleyel de Roussel. De retour d’une tournée en Italie, le ténor Damien Top et la pianiste Galina Ermakova aborde un florilège de mélodies ainsi sur le propre piano Pleyel d’Albert Roussel, composante importante de cette nouvelle édition du Festival Albert Roussel. C’est la dernière occasion d’entendre cet instrument en concert public.
Le programme présente les œuvres de Roussel et Houdy, rendant ainsi hommage au compositeur breton disparu le 22 mars dernier. Autour du piano sur lequel tous deux travaillèrent, cette confrontation tisse un parallèle entre les procédés compositionnels des deux créateurs, de souligner leurs points communs et leurs différences. Si Roussel choisit ses textes parmi les auteurs de son temps (René Chalupt, Georges Ville, Henri-Pierre Roché, Henri de Régnier), Houdy puise essentiellement son inspiration dans les poètes du Moyen-âge (Villon, Machaut, Rutebeuf, Marot). Si Roussel élargit la conception tonale par un emploi occasionnel à la bitonalité, Houdy l’emploie systématiquement jusqu’à la dissoudre dans l’atonalité. La palette de Roussel témoigne d’une extraordinaire variété expressive, renouvelant constamment son langage, celle de Houdy apparait plus monochrome et cérébrale.

Anne Houdy, comédienne et écrivain, présentera en ouverture la carrière de son père et l’aventure de cette instrument historique, depuis son achat par Roussel en 1910 jusqu’à son arrivée au Centre International Albert-Roussel en 2021. A noter qu’il s’agira pratiquement d’une création des mélodies de Pierick Houdy qui ne sont pas éditées et n’ont été données qu’une fois en concert public pour celles qui eurent l’heur d’être chantées.

 

 

 

Dimanche 28 novembre 2021, 17hboutonreservation
CASSEL, Châtellerie de Schoebeque (Nord)
Damien Top, ténor
Galina Ermakova, piano
Piano Pleyel 3 bis de 1910
ayant appartenu Ă  Albert Roussel puis Ă  Pierick Houdy

 

 

 

Programme

 

 

Allocution d’Anne Houdy :
Ă©vocation de Pierick Houdy (1929 – 2021)

Albert Roussel
Ode à un jeune gentilhomme op.12 n°1 (Henri-Pierre Roché)
Amoureux Séparés op.12 n°2 (Henri-Pierre Roché)
Le jardin Mouillé op.3 n°3 (Henri de Régnier)

Pierick Houdy
A mes petits amis pour piano
Noël breton
La Ferme
Berceuse
2e Valse

Albert Roussel
A Farewell op. 19 n°2 (Ernest Clarck Oliphant)
Le Bachelier de Salamanque op.20 n°1 (René Chalupt)

Pierick Houdy
Trois ballades de François Villon
Ballade des proverbes
Ballade des contre-vérités
Ballade des menus propos

Albert Roussel
Odes anacréontiques op. 31 (Leconte de Lisle)
Sur lui-mĂŞme
Qu’il faut boire
Sur une jeune fille

Odes anacréontiques op. 32 (Leconte de Lisle)
Sur lui-mĂŞme
Sur une jeune fille
Sur un songe

Pierick Houdy
Six ballades médiévales
Complainte (Rutebeuf)
Rondeau (Guillaume de Machault)
Passe-temps (Michault Taillevent)
Réplique à la Reine de Navarre (Clément Marot)
Rondel (François Villon)
Palinodie (Etienne Pasquier)

Albert Roussel
Jazz dans la nuit op. 38 (René Dommange)
Le Kérioklepte op. 44 n° 1 (Théocrite)

Pierick Houdy
A son âme (Pierre de Ronsard)
Albert Roussel
Si quelquefois tu pleures op.55 n°2 (Georges Ville)

 

 
 

 

APPROFONDIR
ROUSSEL-albert-piano-dmaien-top-concert-festival-classiquenewsLIRE aussi notre prĂ©sentation du Festival Albert ROUSSEL – 25è Festival ALBERT ROUSSEL, jusqu’au 28 nov 2021. La 25è Ă©dition du Festival portĂ©, conçu, rĂ©alisĂ© depuis sa crĂ©ation en 1997, par Damien Top, musicologue et baryton, grand spĂ©cialiste du compositeur, en particulier son biographe inspirĂ© (1), affiche une sĂ©rie de concerts prometteurs, jouĂ©s sur le piano d’Albert Roussel lui-mĂŞme… Albert Roussel nĂ© Ă  Tourcoing (le conservatoire porte son nom) doit Ă  Damien Top, la poursuite de son rayonnement dans les Hauts de France et Ă  l’international grâce Ă  un rĂ©seau de partenaires Ă  prĂ©sent fidĂ©lisĂ©s : depuis le Centre International Albert Roussel (CIAR) fixĂ© Ă  CASSEL, le chanteur – musicologue cultive ce goĂ»t du partage et de la curiositĂ© musicale, retraçant la carrière de Roussel en lien avec ses contemporains… d’oĂą une formidable collection d’enregistrements dĂ©diĂ©s, autant de cd sous Ă©tiquette CIAR classics, qui tĂ©moignent de l’exceptionnelle richesse artistique que Roussel a su suscitĂ© de son vivant.

http://www.classiquenews.com/cassel-25e-festival-albert-roussel-jusquau-28-nov-2021/

 

 
 

 

25è Festival Albert Roussel : récital de Galina Ermakova, piano (dim 24 oct 2021, 17h)

Galina-ERmakova-festival-albert-roussel-2021-piano-albert-roussel-annonce-critique-concert-classiquenewsCASSEL, Dim 24 oct 21, 17h. GALINA ERMAKOVA, piano. Le 25è Festival Albert Roussel poursuit son parcours musical, marqué cette année par le piano d’Albert Roussel sur lequel jouent les artistes invités pour cette 25è édition. Ce dimanche à CASSEL (Châtellerie de Schoebeque, 17h), la pianiste Galina Ermakova joue des pièces de Roussel évidemment (Les Heures passent, opus 1 / Trois pièces opus 49) mais aussi de ses contemporains D’indy (son maître), Castéra, Rohozinski, Guy de Lioncourt… Concert et coktail : 15 euros.

 

 

 

 

ROUSSEL-albert-piano-dmaien-top-concert-festival-classiquenewsTrois pièces d’ALBERT ROUSSEL (opus 49). A l’époque de la consécration comme symphoniste de premier plan, Roussel cultive au début des années 1930, une manière « classique » comme en témoigne aussi son triptyque de 1933, opus 49. Le plan, Toccata, Valse lente et Scherzo, affirme la maîtrise absolue du compositeur (vitalité rythmique changeante, clarté de la pertinence mélodique, …) et c’est le pianiste Robert Casadesus, dédicataire, qui crée la partition à Paris en avril 1934.

 

 

 

 

 

 

 

INFOS et RESERVATIONS ici :

CIAR-ROUSSEL-2021-bandeau-resa-concert-25e-festival-international-Albert-roussel-classiquenews

 

 

 

Chaque concert comporte au moins une pièce de Roussel qui dialogue avec celle de ses contemporains. Pour certains programmes, l’offre billetterie propose en plus du concert, le cocktail et la visite du lieu d’accueil… sauf exception, la majorité des événements ont lieu à Cassel (Châtellerie de Schoebeque), le dimanche à 17h.

 

 

 

 

 

ROUSSEL-albert-piano-dmaien-top-concert-festival-classiquenews25è Festival ALBERT ROUSSEL, jusqu’au 28 nov 2021. La 25è Ă©dition du Festival portĂ©, conçu, rĂ©alisĂ© depuis sa crĂ©ation en 1997, par Damien Top, musicologue et baryton, grand spĂ©cialiste du compositeur, en particulier son biographe inspirĂ© (1), affiche une sĂ©rie de concerts prometteurs, jouĂ©s sur le piano d’Albert Roussel lui-mĂŞme… Albert Roussel nĂ© Ă  Tourcoing (le conservatoire porte son nom) doit Ă  Damien Top, la poursuite de son rayonnement dans les Hauts de France et Ă  l’international grâce Ă  un rĂ©seau de partenaires Ă  prĂ©sent fidĂ©lisĂ©s : depuis le Centre International Albert Roussel (CIAR) fixĂ© Ă  CASSEL, le chanteur – musicologue cultive ce goĂ»t du partage et de la curiositĂ© musicale, retraçant la carrière de Roussel en lien avec ses contemporains… d’oĂą une formidable collection d’enregistrements dĂ©diĂ©s, autant de cd sous Ă©tiquette CIAR classics, qui tĂ©moignent de l’exceptionnelle richesse artistique que Roussel a su suscitĂ© de son vivant.

Doué d’une sensibilité instrumentale et d’une acuité rythmique au moins égale à celle de son contemporain Ravel, Roussel qui fut officier de la Marine (jusqu’en Inde… d’où son orientalisme d’une finesse poétique inouïe), a su redéfinir le symphonisme français au début du XXè siècle (écouter ici sa 3è Symphonie, sommet du genre alors). Il partage avec l’auteur de Daphnis et Chloé et du Boléro, un sens irrésistible de la couleur, du timbre… qualités et vertus spécifiquement françaises.

Le 25è Festival International Albert Roussel propose ainsi un cycle de concerts chambristes où le piano roi, donc celui historique de Roussel lui-même, met en avant les pianistes Eliane Reyes (10 oct), Diane Andersen (17 oct), Galina Ermakova (24 oct), Alain Raës (7 nov), Jean-Michel Dayez (21 nov)… d’autres instruments sont conviés à cette fête rousselienne : le basson de Laura Bennett (30 et 31 oct), le violon de Frédéric Pelassy (14 nov), sans omettre le récital du guitariste Victor Garbelotto (16 oct) : oui, Roussel composa aussi pour la guitare.

En clôture, le duo composé de Galina Ermakova (piano) et Damien Top (baryton) célèbre la mémoire de Pierick Houdy et de Roussel évidemment, dans un choix de partitions qui furent composées sur le piano d’Albert Roussel. L’instrument, fabriqué dans les ateliers Pleyel) fut acheté par le compositeur en mars 1910. C’est Pierick Houdy qui en fut ensuite l’heureux propriétaire ; après le décès du compositeur (début 2021), Damien Top en devint à son tour détenteur : il décide naturellement d’en faire la vedette du 25è Festival Albert Roussel. L’instrument étant fragile, les concerts ont lieu majoritairement à Cassel ; le prix moyen des récitals est de 15 euros, un ticket plus que raisonnable.

INFOS : visitez le site du CIAR / TĂ©l.: 09 53 63 32 08.

 

 

 

 

__________________________________

(1) Biographie ALBERT ROUSSEL par Damien TOP (Bleu Nuit Ă©diteur) – CLIC de CLASSIQUENEWS 2016 – lire ici notre critique complète :

https://www.classiquenews.com/livres-compte-rendu-critique-albert-roussel-par-damien-top-bleu-nuit-editeur-collection-horizons/

roussel par damien top albert roussel biographie clic de classiquenews novembre 2016 critique livres albert roussel 9782358840620_200x286A l’époque des Ballets Russes, quand Debussy, Ravel, Stravinsky conçoivent leurs oeuvres maîtresses entre ballets et pages purement symphoniques, Roussel aborde les mêmes genres et formats, inspiré par un souci d’élégance, de raffinement, comme de nouveauté… Toutes les oeuvres maîtresses de Roussel sont évoquées, restituées dans leur contexte, – enjeux et innovations esthétiques étant élucidés, réinscrits dans le parcours personnel du concepteur : Soir d’été (1904), Le marchand de sable, la Suite en fa, le Concerto pour piano, les Quatre (passionnantes) Symphonies (surtout la Troisième : sommet du genre), le Festin de l’Araignée, le ballet Bacchus et Ariane… sans omettre l’opéra comique d’une intelligence à réestimer, « Le testament de la tante Caroline » de 1936 (une sorte de testament artistique de la fin, aux côtés du ballet Aeneas, mais sur le mode faussement léger et facétieux.. soit ce qu’est Falstaff pour Verdi)… autant d’accomplissements majeurs qui placent Roussel parmi les créateurs les plus complets de son temps, pionnier, avec Koechlin ou Milhaud, de la polytonalité.