France Musique, dim 12 sept 2021. 16h Schubert : Fantaisie en fa mineur

Franz-SchubertFrance Musique, dim 12 sept 2021. 16h Schubert : Fantaisie en fa mineur / in F Minor, pour 4 mains. Comme un chant intĂ©rieur d’une inĂ©luctable puissance tragique tout au moins mĂ©lancolique, la Fantaisie D 940 de Schubert fait partie des Ɠuvres les plus prenantes de l’auteur, associant tendresse, profondes blessures aussi, les diffĂ©rents traitements harmoniques du mĂȘme air initial Ă©chaffaudant peu Ă  peu de vertigineux gouffres Ă  mesure que la partition se dĂ©roule, l’insouciance apparente du dĂ©but produisant aussi des sĂ©quences paniquĂ©es. Chaque lecture se doit de maĂźtriser la tendresse qui sÂ â€˜Ă©coule et aussi le caractĂšre inexorable et irrĂ©pressible d’une lente agonie. DatĂ©e de 1828, soit l’annĂ©e de sa mort, la Fantaisie revĂȘt chez beaucoup d’auditeurs, la forme d’un testament intime et artistique voire spirituel. DĂ©diĂ©e Ă  la comtesse Caroline EsterhĂĄzy, l’Ɠuvre bouscule par sa franchise, sa pudeur, sa force autant que son onirisme suggestif. Comme fantaisie, la libertĂ© du dĂ©veloppement ajoute Ă  sa richesse : exploratoire, l’écriture semble se jouer de tous les registres expressifs, cultivant les contrastes, l’originalitĂ© mais surtout la sincĂ©ritĂ© et donc le sens de la forme, l’équilibre de son architecture, comme la mise en parallĂšle des sĂ©quences si caractĂ©risĂ©es. On y dĂ©tecte une mĂȘme maturitĂ© Ă©gale Ă  celle d’un Beethoven Ă©pris de franchise comme de regard critique sur le dĂ©roulement musical. La rĂ©pĂ©tition ou plutĂŽt la rĂ©exposition du thĂšme initial aprĂšs 10 mn de dĂ©veloppement et de parcours rythmique et harmonique divers, accuse la sensation d’un temps Ă©tirĂ©, autre, une mĂ©tamorphose lors de la seconde Ă©coute
 jusqu’à l’élucidation du thĂšme de façon harmonique qui rĂ©sonne comme une dĂ©livrance magicienne ou une dĂ©cantation de plus en plus abstraite et immatĂ©rielle. Le dernier accord relevant du mystĂšre le plus absolu, nimbĂ© de questionnements
 1828, ultime pĂ©riode de la vie – si courte- de Franz Schubert a produit plusieurs chefs d’Ɠuvre — les Impromptus posthumes, la Messe n°6 en mi bĂ©mol majeur, les 3 derniĂšres Sonates pour piano, le Quintette en ut Majeur Ă  deux violoncelles
 La Fantaisie D 940 appartient au cycle majeur qui touche par sa puissance sincĂšre, son raffinement mĂ©lodique, sa fausse bonhommie, sa gravitĂ© pudique. L’étude des notes diverses laissĂ©es par le compositeur depuis l’amorce de la partition (janvier 1828) jusqu’à son Ă©tat « achevé » indique clairement la puissance d’un gĂ©nie musicien qui pense le son, le sens des notes avec une maturitĂ© et une acuitĂ© bouleversantes. De la Ă  dire que dans cette Ɠuvre inclassable et forte, Schubert traverse le miroir et nous mĂšne au delĂ  de l’invisible, la tentation est grande
 mais pas dĂ©placĂ©e.

Ecoute comparative de différentes versions enregistrées
Tribune des critiques de disques.
jusqu’à 18h

ECOUTER / VOIR sur Youtube
Maria JoĂŁo Pires & Ricardo Castro perform Schubert’s Fantasy in F minor, Piano 4-Hands, D940
https://www.youtube.com/watch?v=aO5fLLHj55k

Franz Schubert : Fantaisie en fa mineur D. 940 (piano Ă  quatre mains)
https://www.dailymotion.com/video/x82goxz
Les pianistes Ingmar Lazar et Danielle Laval interprĂštent la “Fantaisie en fa mineur” D. 940 de Franz Schubert, Ă  quatre mains.