ALMAZIS, Iakovos Pappas jouent les FABLES de LA FONTAINE

la-fontaine jean de la fontaine 400 ans en juillet 2021LA FONTAINE, 400 ans. Le 17 juillet 2021 : Almazis. Pour célébrer les 400 ans en 2021 de la naissance de l’illustre conteur, l’ensemble ALMAZIS et son chef Iakovos Pappas abordent 9 fables de Jean de La Fontaine mises en musique par Clérambault et plusieurs extraits des « Deux chasseurs et la laitière », opéra comique d’Egidio Duni, que les interprètes connaissent bien pour les avoir déjà joués entre autres en Vendée, il y a quelques années. Outre la portée moraliste des textes, souvent frappés du bon sens, l’écriture musicale sait exploiter une langue à plusieurs degrés de lecture, aussi poétique que riche en situations dramatiques cocasses, parfois délirantes. Chacune révèle de la part du fabuliste, une fabuleuse connaissance de la psyché humaine, ses faiblesses comme ses indécrottables travers (jalousie, envie, manipulation, mensonge, …). Mais toujours l’esprit de La Fontaine garde l’espoir et une certaine tendresse fraternelle pour ses héros qu’envisage l’élégance de sa prose, d’une rare acuité poétique.

Samedi 17 juillet 2021
SOIRÉE MUSICALE au CHÂTEAU de VASCOEUIL
Jean de La Fontaine :
« LES FABLES EN MUSIQUE »
Ensemble ALMAZIS
IAKOVOS PAPPAS, direction
RESERVEZ vos places
(formule spéciale : exposition, dîner, concert)
http://www.chateauvascoeuil.com/Almazis.php

almazis-vasta-iakovos-pappas-vasta-concert-annonce-critique-classiquenews-582FondĂ© depuis 1992 par l’excellent claveciniste et chef Iakovos Pappas, l’ensemble Almazis poursuit dans ce programme son goĂ»t des rĂ©pertoires oubliĂ©s, des compositeurs Ă  fort tempĂ©rament dont l’écriture musicale sert et articule la rhĂ©torique du texte : le dernier disque rĂ©alisĂ© par Iakovos Pappas dĂ©diĂ© aux Sonates du mĂ©connu ClĂ©ment en a tĂ©moignĂ© rĂ©cemment encore en dĂ©cembre 2020 – CLIC de CLASSIQUENEWS). Le chant de la musique, la qualitĂ© des textes sont ici servis par des interprètes pour lesquels le souci d’éloquence et la subtilitĂ© du geste ne sont pas de vains mots. Le travail spĂ©cifique sur la prononciation dans le chant, la dĂ©clamation, et la gestuelle, la curiositĂ© du chef pour les autres disciplines artistiques, sa grande culture et sa sensibilitĂ© Ă  servir le rĂ©pertoire baroque frnaçais des XVIIè et XVIIIè, confirment la singularitĂ© prĂ©cieuse d’Almazis.

 

 

Au programme :
9 fables de Jean de la Fontaine mises en musique par Louis-Nicolas Clérambault, contemporain du poète et trois airs extraits de « Deux Chasseurs & La Laitière », opéra-comique d’Egidio Duni sur un livret d’Anseaume, inspiré de deux fables.

Louis-Nicolas Clérambault (1676-1749)
et les Fables de La Fontaine
Bien que destinées à être originellement récitées, les Fables de La Fontaine, mises en musique, gagnent un souffle dramatique inédit du fait même des rythmes et des tempos ; le débit plus rapide, l’articulation et l’accentuation permises par le chant les rendent mêmes plus accessibles en particulier du jeune public.

PROGRAMME
Louis-Nicolas Clérambault (1676-1749) / La Fontaine
La tortue et l’aigle (VanitĂ© opiniâtre)

La chèvre, le chevreau et le loup (La méfiance)

Jean-François Dandrieu (1681-1738)
La Chasse (clavecin seul)

Louis-Nicolas Clérambault (1676-1749) / La Fontaine
Le cerf se mirant dans l’eau (L’utile et le beau)

Louis-Claude Daquin (1694-1772)
Le coucou (clavecin seul)

Louis-Nicolas Clérambault (1676–1749) / La Fontaine
La grenouille et le bĹ“uf (L’ambition)
L’âne et le chien (Secours mutuel)

François Francœur (1698-1787)
Sonate en RĂ© mineur
Adagio-Allemande,
marqué Rondeau-Sarabande-Rondeau, gay.

Louis-Nicolas Clérambault (1676–1749) / La Fontaine
Le rat et l’huitre (Le badaud)
La fourmi et la sauterelle (L’oisivetĂ©)
Le loup et le chien (La liberté)

Egidio Duni (1709-1775)
Les deux Chasseurs et la Laitière (La peau d’ours et le pot de lait)
Voilà la petite Laitière
Voici tout mon projet
Hélas j’ai répandu mon lait

Louis-Nicolas Clérambault (1676–1749) / La Fontaine
Les grenouilles qui demandent un roi (L’amour du changement)

Elizabeth Fernandez, soprano
CĂ©line Martel, violon
Pierre Charles, violoncelle
Iakovos Pappas, clavecin et direction

 

 

Concert présenté dans le respect des règles sanitaires

Les différentes formules de la Soirée :
Dès 18h, visite du site et de l’exposition 2021 « LES FABLES »
ThĂ©matique : les Fables de la Fontaine (1621-1695) pour les 400 ans de la naissance du poète fabuliste. A leur parution Ă  partir de 1668, Les Fables connaissent le succès grâce Ă  leur stratĂ©gie narrative – la mise en scène d’animaux permet aux textes de critiquer et de dĂ©noncer- et dĂ©jĂ  leurs illustrations complètent leur impact immĂ©diat ; c’est un pan de notre patrimoine culturel et leurs morales enrichissent le fonds de la sagesse populaire. 17 artistes ont « interprĂ©tĂ© » selon leur sensibilitĂ© et leur manière (fantastique,
surréalisme et symbolisme) : La cigale et la fourmi, Le corbeau et le renard, Le loup et l’agneau, La grenouille qui se veut aussi grosse que le bœuf, Le lièvre et les grenouilles…et tant d’autres. Au total, 65 toiles pour 65 fables.
A partir de 19h (sur réservation) AVANT le concert de 20h,
formule dinatoire à la Cascade: 19,50€ /12,50€ enfants

 

 

RESERVATION TÉLÉPHONIQUE OBLIGATOIRE :
02 35 236 235
ATTENTION PLACES LIMITÉES

TARIFS (visite incluse) : 25€ et 15€ (enfants + 7 ans, étudiants, pôle emploi)
Accès : 20 Km ROUEN ou GOURNAY sur RN 31 et 10 Km FLEURY sur ANDELLE ou LYONS

 

 

 

 

JEAN DE LA FONTAINE 2021 : les 400 ans

la-fontaine jean de la fontaine 400 ans en juillet 2021400 ANS de JEAN DE LA FONTAINE : 1621 – 2021 – NĂ© Ă  Château-Thierry, Jean de La Fontaine aurait eu … 400 ans, le 8 juillet prochain. GĂ©nie poĂ©tique, narrateur subtile autant que douĂ© d’une impertinence raffinĂ©e, le contemporain de Racine, n’eut pas contrairement Ă  ce dernier, les faveurs du Roi Soleil. Proche du surintendant Fouquet Ă  Vaux le Vicomte, La Fontaine prit la dĂ©fense du ministre malgrĂ© les foudres royales ; et la disgrâce qui foudroya Fouquet, Ă©claboussa le poète, Ă  jamais Ă©cartĂ© des privilèges et pensions de la Cour. Mais Ă  force de louanges et sollicitudes ciblĂ©es, il rĂ©ussira nĂ©anmoins Ă  se faire Ă©lire Ă  l’AcadĂ©mie, après son contemporain (et ami) Boileau. On connaĂ®t Ă©videmment ses fables (inspirĂ©es d’Esope), toujours Ă©tudiĂ©es, piliers dans l’apprentissage de notre langue, terrain propice pour aiguiser l’esprit critique de ous les Ă©coliers de France et de Navarre. Au total 3 recueils fondamentaux de Fables sont publiĂ©s en 1668, 1678 puis Ă  l’extrĂ©mitĂ© de la carrière en 1694 (Livre XII) ; on connaĂ®t moins ses Contes. La Fontaine autant moraliste que fabuliste de gĂ©nie, et orfèvre-narrateur devient acadĂ©micien en 1684.

D’abord avocat (diplôme obtenu au Parlement de Paris en 1649), Jean de La Fontaine acquiert la charge de maître des eaux et des forêts du duché de Château-Thierry (charge revendue en 1672). Il publie son premier texte, une comédie en 5 actes d’après Térence, L’EUNUQUE en 1654. Séparé de sa première épouse, Jean rejoint le cercle de Nicolas Fouquet, fastueux surintendant des Finances en 1658. Pour son protecteur, l’écrivain livre ADONIS d’après Ovide, puis LE SONGE DE VAUX, laissé inachevé au moment de l’arrestation de Fouquet par Louis XIV. Pour défendre son protecteur de la disgrâce royale, Jean de La Fontaine écrit au Souverain : l’ODE AU ROI (1662) puis L’ÉLÉGIE AUX NYMPHES DE VAUX. Manifestes favorables à l’incarcéré et qui suscitent la désapprobation de Colbert et de Louis XIV lui-même.

La première fable JOCONDE d’après Roland furieux de L’Arioste affirme l’ambition d’un poète qui entre alors au service de la Duchesse de Bouillon (1664) et ambitionne de réécrire les légendes antérieures sans en trahir le sens ni la morale. Boileau dans sa dissertation sur la Joconde reconnaît à La Fontaine, sa maîtrise indiscutable comme narrateur et poète. Deux recueils comprenant Contes et nouvelles en vers sont publiées en 1665 et 1666, période de l’apothéose littéraire. L’époque est celle d’un âge d’or poétique incarné alors par un quatuor illustre, tous amis qu’une légende opiniâtre a souhaité emblématique : Molière, Boileau, Racine, La Fontaine. C’est d’ailleurs La Fontaine qui présente le premier au second. Racine, poète officiel et historiographe à Versailles, correspond avec La Fontaine.
Après JOCONDE, paraissent les Fables choisies et mises en vers, pour l’éducation du Grand Dauphin (1668). Inclassable et déroutant (pour les contemporains), Les Amours de Psyché (1669) affirme un nouveau modèle, rompant désormais les liens avec l’idéal classique, mêlant en une apparente incohérence, prose, vers, mythologie (d’après Apulée), conversations littéraires… La faveur du Roi se profile car en 1669, le poète et fabuliste est reçu dans les salons de Versailles pour présenter au Souverain ses Amours de Psyché et de Cupidon (1669). Suivent les poésies chrétiennes éditées par Port-Royal (1670), un 3è recueil de Contes et Nouvelles en vers (1671). Le poète est hébergé chez son amie Marguerite de la Sablière, esprit libre et indépendant qui aime la proximité des artistes et des philosophes.

 

 

400 ans de la naissance de JEAN DE LA FONTAINE

Un génie baroque de la Fable
qui écrivit aussi plusieurs livrets d’opéras…

 

 

En 1674, alors que l’opéra français voit le jour (Cadmus et Hermione, 1673), La Fontaine se rapproche de Lully pour un projet d’opéra (Daphné, 1674). Comme seront écrits les livrets lyriques pour Galatée, Astrée…
Mais leur collaboration avorte et le poète écrit une satire contre le surintendant de la musique, LE FLORENTIN. La publication des Nouveaux Contes est saisie et interdite.
Quand meurt sa protectrice (1693), La Fontaine séjourne chez ses nouveaux bienfaiteurs, les d’Hervart en leur château de Bois-le-Vicomte. Saisi par une brûlante et récente foi, il traduit du latin, Hymnes et psaumes. Il s’éteint le 13 avril 1695, « papillon du parnasse » ainsi qu’il aimait se présenter, curieux de tous les genres mais grand faiseur dans l’art de la fable, qu’elle soit … descriptive, galante, élégiaque, dramatique, satirique, didactique. Pour lui, astre éloquent, il ne s’agit pas tant de narrer, occupation bien ennuyeuse, que de distraire et plaire pour mieux instruire, c’est à dire « faire passer le précepte ». Une fable des Lumières, en quelque sorte qui tout en dévoilant et dénonçant la barbarie humaine, a su aussi défendre un certain humaniste éclairé, sensible et proche de l’intelligence animale. Tout en prêtant aux animaux, les caractères humains, sentiments, passions, émotions, Jean de La Fontaine est le premier animaliste de la littérature baroque ; un observateur et un penseur qui a parfaitement analysé et compris ce qui fait la grandeur et la barbarie des hommes, comme ce qui fait le charme et le prix de chaque animal.

________________________________________________________________________________________________

 

 

A VISITER
Le musée Jean de la Fontaine dans sa ville natale de Château-Thierry (hôtel particulier de la famille, classé monument historique en 1887)

________________________________________________________________________________________________