ARTEconcert. HANDEL : ALCINA, Fasolis / Poda (mars 2022)

handel-haendel-portrait-582-grand-portrait-handel-haendelOPERA, streaming ARTEconcert. HANDEL : ALCINA, Fasiolis / Poda. Jusqu’au 15 oct 2022   -   Tout l’opéra de Haendel bénéficie d’un regard sur la psyché humaine et le pouvoir de l’amour d’une étonnante et juste noirceur. D’après L’Arioste (Orlando Furioso, 1516), le compositeur construit son drame musical (1735) comme un échiquier amoureux, étouffant, éprouvant où l’enchanteresse Alcina piège les chevaliers qui se hasardent sur son île ; elle les envoûte et les tient prisonniers à sa guise, selon son bon vouloir. Roger / Ruggiero incarne cependant malgré les sortilèges de la Sorcière, l’inconstance et la fébrilité d’Eros et Alcina doit bien reconnaître sa défaite cinglante à s’attacher la fidélité et l’amour du seul chevalier qu’elle aime… Le sommet de la partition est le grand air d’Alcina, celui de la destruction psychique d’une sorcière amoureuse mais démunie, impuissante, dévorée par le feu de l’amour insatisfait « A mio cor » / (1h38mn38). La production de l’Opéra de Lausanne est très convaincante.

 

 

 

alcina-poda-fasolis-opera-lausanne-critique-opera-classiquenews-fagioli-lys-sancho-classiquenews

 

 

 

Le Ruggiero de Franco Fagioli déborde de vérisme émotionnel ; certes le style est parfois maniéré, mais le dessin de la ligne vocale, l’intention jusqu’auboutiste, expriment le désarroi du chevalier qui est manipulé sans le comprendre ; perdu, au bord de la folie sur l’île de l’Enchanteresse. Son dernier grand air fait valoir la souplesse des passages de tête et de poitrine, l’exceptionnelle étendue de la tessiture et sur tout le spectre, une intensité égale des notes qui fusent dont des aigus perçants magnifiques (2h29mn49 : « Dans sa tanière, la tigresse hésite… »), le voici ce Ruggiero en fin d’épreuves, encore guerrier, prêt à en découdre pour combattre et vaincre celle qui impose sa loi trompeuse et illusoire.

RĂ´le Ă©crasant que celui d’Alcina : recitatifs impĂ©tueux soutenus par un orchestre fiĂ©vreux, nerveux, sanguin, musclĂ© (2h00mn27) : l’enchanteresse haineuse, pleine de revanche car elle a Ă©tĂ© trahie par Ruggiero, s’obstine dans la magie pourtant vaine, elle doute, prĂŞte Ă  s’effondrer, vaincue, trompĂ©e, « que me reste-t-il »? (2’01’44 : « Ombre palide ») – intervalles assumĂ©s, intensitĂ© hallucinĂ©e, soprano incandescent, clair, mĂ©tallique parfois, toujours agile et percutant, douĂ© d’une excellente articulation, l’Alcina de Lenneken Ruiten est le pilier de cette production suisse. C’est un grand moment de dĂ©lire lacrymal exploitant des moyens indiscutables (aigus sidĂ©rants et pleins Ă  l’avenant).

Dans ce labyrinthe des cœurs éprouvés, solitaires, souvent démunis, la Morgane de Sophie Lys apporte elle aussi une sincérité touchante (air désespéré et d’imploration  « Crede… », 2’10’41 avec viole obligée), écho à la défaite d’Alcina.

L’Oronte de Juan Sancho est de la même veine ; d’une sincérité bouleversante, celle d’une âme ravie, conquise, accompagnée par un orchestre étoilé, aux cordes hyperélégantes (air d’extase amoureuse où le jeune homme confesse son amour tant attendu, espéré (par Morgana précédemment) : « Un momento di contento… » ; c’est alors le seul vrai moment de compréhension amoureuse, une pause émotionnelle bienvenue dans un tunnel de souffrance sentimentale : 2h21mn04)
Dans la fosse, habité, à la baguette crépitante, à l’écoute des égarements de la folie amoureuse, Diego Fasolis affirme un beau tempérament dramatique. Sa direction franche, nerveuse porte et cultive le drame fantastique et tragique, avec toute la finesse requise.
Cependant que, côté mise en scène, ces figures comme des ombres, ce jeu de sphères, et de structures armilliaires soulignent le statut des chevaliers prisonniers, pris dans les rets de la séductrice enchanteresse, au pouvoir finalement limités… Splendide.

 

 

ALCINA-lausanne-diego-fasolis-critique-opera-critique-classiquenews-review-opera-fagioli-leeneken-sancho-lys-spheres-armillaires

 

 

 

____________________________________
REVOIR sur ARTEconcert, en replay jusqu’au 15 oct 2022
Filmé à l’Opéra de Lausanne, le 6 mars 2022.
https://www.arte.tv/fr/videos/108001-000-A/haendel-alcina/

Alcina / Lenneke Ruiten
Ruggiero / Franco Fagioli
Oronte / Juan Sancho
Melisso / Guilhem Worms
Bradamante / Marina Viotti
Morgana / Marie Lys
Oberto / Ludmila Schwartzwalder
Stefano Poda, mise en scène
Choeur et Orchestre de chambre de Lausanne

Diego Fasolis, direction

 

 

 

 

 

 

Iphigénie en Tauride dirigé par Diego Fasolis

iphigenie-tauride-gluck-critique-opera-rennes-angers-nantes-opera-critique-classiquenewsOPÉRA sur internet : Iphigénie en Tauride à l’Opéra de Rennes, le 5 déc 2020. L’Iphigénie en Tauride de Gluck est une tragédie sublime qui ressuscite la dignité des héros mythologiques avec exception une fin heureuse. Sous la direction de Diego Fasolis, dans la mise en scène du mayennais Julien Ostini l’action pose la question de « l’altérité, d’une forme de quête spirituelle et de la capacité des humains à vivre ensemble. Condamnée à être immolée par son père Agamemnon, Iphigénie est sauvée et transportée par Diane en Tauride où elle est devenue prêtresse. Mais elle doit sacrifier un étranger qui n’est autre que son frère Oreste qu’elle reconnaît heureusement in extremis. Oreste pourra regagner Mycènes avec Iphigénie pour y régner. Tendu et héroïque, grave et digne comme un relief antique, l’Iphigénie de Gluck suscite un immense succès à sa création. L’orchestre, le chœur articulent le drame avec clarté et solennité. Gluck réalise ainsi sa réforme de l’opéra français à la fin du XVIIIè, quelques années avant la Révolution. 2h10 avec entracte.

gluck willibald christoph orfeoGLUCK cisèle le profil d’Iphigénie. Gluck n’aura jamais été aussi sombre, et même angoissé que dans sa seconde Iphigénie : un théâtre plus inquiet et noir que l’héritage légué par Euripide. C’est dire le trait de génie du compositeur invité à Paris, auteur d’une scène inouïe qui depuis Racine (dont il s’inspire), réussit à révéler l’obscurité vivante qui domine le désir inconscient des personnages. Wagner pour Iphigénie en Aulide, Strauss pour Iphigénie en Tauride ont compris la force des opéras de Gluck : chacun en a composé une adaptation encore respectée (Wagner n’hésitant pas à revoir la fin de l’opéra selon une vision définitivement tragique). Dans Iphigénie en Aulide, Gluck brosse le portrait de Clytemnestre laquelle dans une scène de folie délirante invective la folie des dieux (Anne Sofie von Otter). Dans Iphigénie en Tauride, Gluck ne peut s’empêcher de rompre le fil de l’action par l’intervention parfois envahissante du choeur mais il sait affiner le portrait des deux grecs chez les Scythes, Pylade et surtout Oreste lequel finit par se faire reconnaîre de sa soeur Iphigénie

————————————————————————————————————————————————–
VOIR le spectacle enregistrĂ© au Grand Théâtre d’Angers le 25 octobre 2020. L’OpĂ©ra de Rennes le diffuse le 5 dĂ©c 2020, 18h sur

TVR – tĂ©lĂ© VidĂ©o Rennes
https://www.tvr.bzh/

Youtube de l’Opéra de Rennes
https://www.youtube.com/channel/UCeBGQ7jjy_P0ccmrJKnHF3w

le site de l’Opéra de Rennes
https://www.opera-rennes.fr/fr

————————————————————————————————————————————————–

Diego Fasolis : Direction musicale
Julien Ostini : Mise en scène, décors, costumes

Marie-Adeline Henry : Iphigénie
Élodie Hache : Diane
Charles Rice : Oreste
SĂ©bastien Droy : Pylade
Jean-Luc Ballestra : Thoas

Orchestre National des Pays de la Loire

ChĹ“ur d’Angers Nantes OpĂ©ra
Direction : Xavier Ribes

Tragédie lyrique en 4 actes de Christoph Willibald Gluck
Livret de Nicolas-François Guillard,
crĂ©Ă©e Ă  l’AcadĂ©mie Royale de Musique (Paris) le 18 mai 1779

————————————————————————————————————————————————–

LIRE aussi notre dossier sur les 2 Iphigénies (en Aulide, en Tauride) de Gluck
https://www.classiquenews.com/dvd-gluck-iphigenie-en-aulide-en-tauride-minkowski-2011-opus-arte/

————————————————————————————————————————————————–