STREAMING OPERA (chez soi) : DON GIOVANNI par Ivo van Hove (2019)

don-giovanni-jordan-van-hove-car-dreisig-critique-opera-classiquenewsCULTUREBOX, mar 2 mars 2021, 21h. MOZART : DON GIOVANNI. Ivo van Hove met en scĂšne au Palais Garnier le chef d’oeuvre mozartien au printemps 2019. C’était le monde d’hier. Production dominĂ© par l’excellent baryton quĂ©bĂ©cois Etienne Dupuis qui prologne l’incarnation fĂ©line, animale, carnassiĂšre voire viscĂ©rale du rĂŽle titre tenu Ă  Bastille en 2006, 2007 et 20212 par son confrĂšre Peter Mattei (qui faisait aussi en hĂ©ros dĂ©sabusĂ© distanciĂ© un non moins mĂ©morable EugĂšne OnĂ©guine
).

A mesure qu’il sĂ©duit et soumet chaque femme rencontrĂ©e, Don Giovanni a le sentiment contraire d’une perte irrĂ©mĂ©diable. L’aristocrate dĂ©lurĂ© se fuit lui-mĂȘme dans une quĂȘte infinie, esclave de son dĂ©sir, victime d’une insatisfaction toujours rĂ©itĂ©rĂ©e
 La musique de Mozart exprime ce vertige existentiel qui Ă  dĂ©faut d’un amour vĂ©ritable (celui que lui propose mais en vain, la fidĂšle Elvira), se perd et se consume dans la pulsion Ă©rotique immĂ©diate. L’engagement ne fait pas partie du mode opĂ©ratoire de Don Giovanni : la dissimulation (avancer masquĂ©) et sĂ©duire pour tromper et voler.

Présentation par culturebox :
« Don Giovanni (Don Juan) n’aspire qu’à une chose, jouir par tous les moyens sans tenir compte du mal qu’il fait autour de lui. Sa derniĂšre victime est Donna Anna, la fille du Commandeur, qu’il violente sans Ă©prouver le moindre remords. Fou de rage, le commandeur provoque Don Giovanni en duel. Pourtant la chance rĂ©compense le bourreau : le pĂšre de Donna Anna Ă©choue Ă  venger sa fille et y perd la vie. Don Giovanni multiplie alors les provocations et invite deux fois le dĂ©funt Ă  revenir d’entre les morts pour diner avec lui. Combien de temps encore le comportement frivole et amoral de Don Giovanni restera-t-il impuni ?

Pour sa deuxiĂšme collaboration avec Da Ponte, Mozart devait marquer au fer rouge l’histoire de l’opĂ©ra. Kierkegaard nous invitait Ă  Ă©couter dans ce Dissolu puni « le chuchotement de la tentation, le tourbillon de la sĂ©duction, le silence de l’instant ». Fruit de la collaboration mythique entre Mozart (le compositeur) et Da Ponte (le librettiste) Don Giovanni est rĂ©alisĂ© ici par Ivo Van Hove, habituĂ© Ă  interroger le sens politique des Ɠuvres, qui aprĂšs Boris Godounov, pilote ainsi sa deuxiĂšme mise en scĂšne pour l’OpĂ©ra de Paris ».

Le spectacle est suivi de Simon Boccanegra Ă  l’opĂ©ra de Dijon.
Crédit photo : © Charles Duprat / OnP

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

CULTUREBOX, LE SPECTACLE CONTINUE
VOIR ici Don Giovanni par Ivo van Hove Ă  l’OpĂ©ra de Paris, 2019 :
https://www.france.tv/spectacles-et-culture/2261129-culturebox-en-direct.html

Plus d’infos sur Don Giovanni par Ivo van Hove Ă  l’OpĂ©ra de Paris, 2019
https://www.francetvpro.fr/contenu-de-presse/9653920

 

 

Présentation de la production de Don Giovanni par Ivo Van Hove à Paris (2019) :
http://www.classiquenews.com/ce-soir-19h30-don-giovanni-de-wolfgang-amadeus-mozart-en-acces-gratuit-du-23-mars-des-19h30-philippe-jordan-direction-ivo-van-hove-mise-en-scene/
Sur la scĂšne de l’OpĂ©ra Garnier, voici une lecture de DON GIOVANNI (Prague, 1787), bien peu poĂ©tique. La mise en scĂšne d’Ivo Van Hove remplace celle antĂ©rieure conçue par Michael Haneke pour Bastille, souvent glaçante et passablement cynique ; la nouvelle production toute de grise et de noir, sise dans un dĂ©cor minĂ©ral et bĂ©tonnĂ© (en construction) se concentre sur les situations et le profil des personnages. C’est miroir de notre sociĂ©tĂ©, froid, dĂ©shumanisĂ©, livide. Exit toutes rĂ©fĂ©rences au XVIIIĂš mozartien, sauf dans la scĂšne du bal et des masques et la tentative de viol par le sĂ©ducteur sur la pauvre Zerlina. DĂšs l’ouverture, l’Orchestre de l’OpĂ©ra de Paris montre qu’il sait articuler et nuancer, avec une sensibilitĂ© active, habilement cultivĂ©e par l’excellent Philippe Jordan. Mais les instruments modernes n’ont pas cette fragilitĂ© ailleurs magistralement expressive. Les tutti sont droits et sonnent secs (trompettes), comme plus tard dans la confrontation finale Don Giovanni / Commandeur.