CRITIQUE, opéra. Lille, le 13 mai 2022. BRITTEN : Le Songe d’une nuit d’été. Guillaume Tourniaire / Laurent Pelly.

CRITIQUE, opéra. Lille, le 13 mai 2022. BRITTEN : Le Songe d’une nuit d’été. Guillaume Tourniaire / Laurent Pelly  -  Désignée capitale européenne de la culture en 2004, la ville de Lille a poursuivi depuis lors cet élan en organisant tous les trois ans le festival « Lille 3000 ». Avec son offre multiculturelle, l’édition 2022 « Utopia » valorise de nombreuses expositions de tout premier plan dans la métropole (notamment la présentation d’oeuvres inédites d’Annette Messager au Lam à Villeneuve d’Ascq) et pare les rues nordistes de nombreuses installations spectaculaires, dont les dix statues géantes en mousse entre la gare et l’Opéra, réalisées par le Finlandais Ken Simonsson. Ces elfes aux allures enfantines, emblématiques de la culture pop, illustrent le thème de cette édition dédiée à l’harmonie entre l’homme et la nature : c’est aussi une transition naturelle avec Le Songe d’une nuit d’été, l’un des chefs d’oeuvre lyrique les plus poétique et évocateur de Benjamin Britten, représenté dans le cadre du festival jusqu’au 22 mai prochain à Lille, mais également gratuitement le 20 mai sur de nombreux grands écrans des Hauts-de-France.

 

 

Laurent Pelly met en scène Britten pour Lille 3000

Finesse et féerie

 

 

Lille-opera-critique-britten-songe-nuit-ete-critique-opera-classiquenews-pelly-tourniaire

 

 

 

C’est lĂ  un Ă©vĂ©nement Ă  ne pas manquer, tant la fĂ©Ă©rie joue Ă  plein dans la mise en scène toute de finesse de Laurent Pelly. On retrouve le Français bien connu Ă  Lille après ses rĂ©ussites comiques dĂ©diĂ©es Ă  Cendrillon de Massenet en 2012 et Le Roi Carotte d’Offenbach en 2018 :  https://www.classiquenews.com/compte-rendu-opera-lille-opera-le-11-fevrier-2018-offenbach-le-roi-carotte-schnitzler-pelly/ – Il se dĂ©marque de la mise en scène intemporelle de Robert Carsen, constamment reprise depuis 1991, en apportant plusieurs touches humoristiques mais jamais envahissantes, tout en diffĂ©renciant les trois mondes (merveilleux, amoureux, théâtreux) en un dĂ©cor unique bien revisitĂ© tout du long, qui laisse la place Ă  la poĂ©sie Ă©vocatrice et Ă  l’imagination. Avec ces nombreux effets de miroir (en panneaux mouvants, sur le sol ou en arrière-scène) admirablement mis en valeur par le travail sur les Ă©clairages, Laurent Pelly s’amuse Ă  renforcer le théâtre dans le théâtre, dĂ©jĂ  très prĂ©sent dans l’ouvrage : l’une des saynètes les plus saisissantes est certainement celle qui suit la danse bergamasque au III, lorsque les interprètes dĂ©couvrent le public sous leurs yeux Ă©bahis. Comme Ă  son habitude, Laurent Pelly impressionne par la justesse millimĂ©trĂ©e de sa direction d’acteur, toujours au service de l’action dramatique.

 

 

BRITTEN-Songe-nuit-ete-pelly-tourniaire-opera-critique-review-opera-classiquenews

 

 

La réussite de cette production vaut aussi pour l’excellent plateau vocal, en grand partie anglophone. A l’aise vocalement, Nils Wanderer (Oberon) et Marie-Eve Munger (Tytania) se saisissent ainsi de leurs rôles périlleux avec un sens théâtral jamais pris en défaut, à l’instar des tourtereaux impressionnants de brio et d’éloquence. Parmi eux, seul David Portillo (Lysander) peine à nuancer son chant trop en force, notamment dans les piani et le medium, ce qui est d’autant plus regrettable que la beauté de son timbre séduit. A ses côtés, Dominic Barberi compose un désopilant Bottom (et ce malgré un masque d’âne qui affaiblit sa projection), bien épaulé par ses acolytes ouvriers. Là encore, une réserve est à émettre concernant le Snug trop chantant de Thibault de Damas, mais il est vrai que le rôle est redoutable dans le dosage de comique à distiller. Rien de tel pour le Puck aux allures de Pierrot de la virevoltante et radieuse Charlotte Dumartheray, très engagée dans son rôle. Tout aussi bien préparé, le choeur d’enfants assure bien sa partie, même s’il se montre un rien trop tendre par endroit dans l’espièglerie attendue.

Dans la fosse, Guillaume Tourniaire se régale des couleurs exacerbées en distinguant chaque pupitre, le tout au service d’une direction brillante et incandescente, qui n’en oublie pas les passages plus apaisés par une attention soutenue à l’élan narratif global. De quoi ressortir avec des étoiles pleins les yeux, après l’ovation enthousiaste du public venu en nombre pour fêter les délices enchanteurs de Britten.

 

  

 
_________________________________________

CRITIQUE, opéra. Lille, le 13 mai 2022. Benjamin BRITTEN : Le Songe d’une nuit d’été, Nils Wanderer (Oberon), Marie-Eve Munger (Tytania), David Portillo (Lysander), Antoinette Dennefeld (Hermia), Charles Rice (Demetrius), Louise Kemény (Helena), Dominic Barberi (Bottom), Charlotte Dumartheray (Puck), Gwilym Bowen (Flute), David Ireland (Quince), Thibault de Damas (Snug), Dean Power (Snout), Kamil Ben Hsaïn Lachiri (Starveling), Tomislav Lavoie (Theseus), Clare Presland (Hippolyta), Orchestre et chœurs de l’Opéra national de Lille, direction musicale, Guillaume Tourniaire / mise en scène, Laurent Pelly. A l’affiche de l’Opéra de Lille jusqu’au 22 mai 2022  -  Photos : © Simon Gosselon / Opéra de Lille 2022.

 

 

 

_________________________________________

 

DIFFUSION EN PLEIN AIR ET EN LIVE : Opéra Live / Vendredi 20 mai 2022, retransmission gratuite, en direct et sur grand écran de la représentation du Songe d’une d’été de Britten, sur la place du Théâtre à Lille et dans une vingtaine de lieux des Hauts-de-France. Liste complète des lieux de la retransmission à venir sur opera-lille.fr

 
 
 

_________________________________________

VIDÉO
Laurent Pelly présente Le Songe d’une nuit d’été :

 

 

 

 

 

AUTRES PRODUCTIONS du Songe d’une Nuit d’Ă©tĂ© de BRITTEN :

OpĂ©ra de TOURS, avril 2018 – PrĂ©sentation / enjeux, synopsis du Songe d’une Nuite d’Ă©tĂ© de Britten / Pionnier / Vincey :  : https://www.classiquenews.com/opera-de-tours-le-songe-dune-nuit-dete-de-britten/