ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE / ELIM CHAN joue Ravel et Beethoven

STREAMING concert. LILLE, sam 10 avril 2021, 20h. L’Orchestre National de Lille poursuit ses concerts 100% numériques en live streaming. Prochain direct depuis l’auditorium du Nouveau Siècle à Lille, samedi 10 avril 2021 : Concerto en sol de Ravel, Symphonie n°2 de Beethoven par la cheffe hong-kongaise ELIM CHAN (directrice musicale de l’Antwerp Symphony Orchestra) et la pianiste nippo-allemande Alice Sara Ott.

ELIM CHAN cheffe classiquenews ON LILLE steaming concert audito 2Ravel, de retour d’une tournée aux USA (1928), éblouit par son écriture virtuose, légère, néo mozartienne, à la fois classique et swinguée dans l’esprit aussi de Saint-Saëns. La Symphonie n°2 de Beethoven affirme en 1803, le tempérament réformateur du compositeur venu de Bonn et déjà établi à Vienne depuis 10 ans. Dans le sillons des génies locaux, Haydn et Mozart, Beethoven offre une synthèse puissante et originale qui recycle le format de la sonate : Ludwig y fixe définitivement le Scherzo ; surtout en récapitulant les tensions et contrastes, cultivés, canalisés dans les mouvements précédents, le Finale jugé « monstrueux » par les auditeurs et les interprètes, affirment une dimension jamais écoutée jusque là. L’énergie conquérante, la force insufflée par la seule volonté musicale contredit pourtant l’une des périodes les plus sombres de la vie de Beethoven, suicidaire et désespéré même, ressentant les effets de sa surdité et rédacteur d’un testament artistique bouleversant à Heiligenstadt. Ni défaite ni dépression dans la Symphonie n°2… mais la pleine conscience des vertus salvatrices de la musique.  Photo : Elim Chan (DR)

L’Orchestre National de Lille / ON LILLE retrouve pour la 3ème fois la cheffe hong-kongaise Elim Chan (venue en 2015 et 2016 Ă  Lille et en rĂ©gion Hauts-de-France) – première femme LaurĂ©ate du concours Donatella Flick Conducting Competition et pour la première fois la pianiste nippo-allemande Alice Sara Ott.

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

STREAMING CONCERTaudito-2.0-Orchestre-National-de-lille-concerts-annonce-critique-classiquenews
Samedi 10 avril 2021, 20h

En direct depuis l’Auditorium du Nouveau Siècle à Lille
RAVEL et BEETHOVEN

PLUS D’INFOS sur le site de l’ON LILLE / Orchestre National de Lille
http://www.onlille.com/saison_20-21/concert/ravel-et-beethoven/

 

RAVEL
Concerto pour piano et orchestre en Sol

BEETHOVEN
Symphonie n°2

 
Alice Sara Ott, piano
Orchestre National de Lille
Elim Chan, direction

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

L’ON LILLE / ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE poursuit son activité sur la toile grâce à son offre digitale intitulée « l’AUDITO 2.0 » :

La chaîne YouTube de l’Orchestre ? plus d’1 million de vues depuis sa création en 2009 : https://bit.ly/3ortO8b

Notes de programme à retrouver sur : www.onlille.com/saison_20-21/concert/ravel-et-beethoven/

Retrouvez en streaming gratuit les concerts de l’Orchestre dans L’Audito 2.0 : https://bit.ly/2INlAIg

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LIRE AUSSI nos critiques des concerts numériques précédents :

E-CONCERT, STREAMING, critique. LILLE, Nouveau Siècle, le 3 avril 2021. « Enchantements », Wagner, Sibelius / I. Brimberg / Orchestre National de Lille, D. Stasevska, direction. Après le nerf impétueux, vif argent du chef néerlandais Jan Willem De Vriend (concert Beethoven du 13 mars dernier), voici un nouveau volet de l’offre digitale du National de Lille ; ce programme diffusé sur internet du 3 avril 2021, dévoile la sensibilité de la chef invitée Dalia Stasevska, tempérament intérieur en communion avec les instrumentistes lillois ; d’abord précise aux éclats intérieurs mi enivrés mi tragiques de la (lente) Valse triste de Sibelius ; c’est un préambule tout en finesse suspendue pour le Prélude de Tristan : en kimono, la maestra ukrainienne recherche le sens derrière le son ; la résonance intime qui étire chaque accord, en sa tension irrésolue ; l’incandescence du sentiment amoureux, celui des amants maudits Tristan et Yseult se consume ainsi dans la clarté et la transparence ; une urgence intérieure qui creuse l’exaspération de désirs insatisfaits. La cheffe déploie des sortilèges de langueur sensuelle, toujours très soucieuse du son comme de la balance sonore.

ON-LILLE-concert-streaming-dalia-stasevska-concert-sibelius-wagner-critique-concert-critique-opera

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

roth-francois-xavier-concert-maestro-concert-classiquenews-critique-concert-classiquenewsCOMPTE-RENDU STREAMING, concert, critique. LILLE, le 13 février 2021. BEETHOVEN, STRAVINSKY. ON LILLE. FX Roth, direction. C’est un Beethoven (Concerto pour piano n°1, 1800) étonnamment clair et comme épuré, nerveux et musclé que François-Xavier Roth fait jaillir, grâce à l’implication de chaque instrumentistes du National de Lille. L’ouverture sonne nette, presque tranchante, avec des tutti précis et accentués ; une vision très architecturée et carrée à laquelle le piano de l’Andalou Javier Perianes apporte une sonorité tranchée elle aussi, souvent plus expressive et percussive voire crépitante que douce et chantante. L’équilibre sonore que préserve le chef, fait chanter chaque instrumentiste en dialogue avec le clavier ; une acuité lumineuse qui est le produit de sa vaste expérience avec son orchestre sur instruments historiques, Le Siècles. Photo : FX Roth (DR)

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COMPTE-RENDU, streaming concert. ON LILLE, le 13 mars 2021. Orch National de Lille / Jan Willem De Vriend, direction. Beethoven : Symphonie n°3 « héroïque »

ORCHESTRE-NATIONAL-DE-LILLE-maestro-alexandre-Bloch-concert-classiquenews-critique-annonceCOMPTE-RENDU, streaming concert. ON LILLE, le 13 mars 2021. Orch National de Lille / Jan Willem De Vriend, direction. Beethoven : Symphonie n°3 « héroïque ». A la fois exaltée, ivre de sa propre énergie, la direction précise, claire du néerlandais Jan Willem De Vriend sait être équilibrée en ce qu’elle favorise le détail et porte la tension. Dans l’Eroica de Beethoven pourtant surjouée ici et là, en particulier depuis les célébrations Beethoven 2020 (certes avortées covid oblige),le premier mouvement, regorge de vitalité et de puissance sans jamais sacrifier la précision des ornements ni la balance entre soliste et orchestre, pour chaque intervention caractérisée. Le souffle du destin rayonne ; s’appuyant sur une vision ciselée de l’écriture instrumentale : en clair, le geste du chef flamand, habitué des répertoires préromantiques et romantiques, de surcroît selon ce relief et cette intensité sculpturale propre aux instruments d’époque, nourrit ici une vision qui est fluide, caractérisée, parfaitement architecturée. Comme partition du destin et conduite par une irrépressible énergie, la volonté de Ludwig s’accomplit avec une délicatesse continument exaltante.

Le second mouvement plus grave et sombre ne perd pas la souplesse ni ce mordant parfois glaçant dans la caractérisation instrumentale.

Ample et lugubre, le geste du chef recherchant des sonorités profondes et claires avait ouvert le programme avec caractère et gravitas pour Cherubini dont la Marche funèbre saisissante par ses semonces déchirants (gong souterrain, crépusculaire ; bassons insidieux…), entre désespoir tragique et esprit de grandeur, éclaire la connaissance de Gluck, celui ardent, gémissant voire mystérieux d’Orphée.

Chez Beethoven, c’est encore un très beau travail opéré sur les sonorités et l’intériorité poétique des nuances de timbres. De Vriend sait exprimer la langueur élégiaque du morceau que berce des cordes toujours suaves et rondes. L’héroïsme qu’ouvrage le chef est d’une souveraine tragédie qui ici se déploie sans réserve, exprimant tous les sacrifices et la peine ressentis, vécus dans sa chair par un Beethoven qui d’exalté fut trahi (par Bonaparte devenu Napoléon) et qui aussi ressent les premiers effets de sa surdité. La lisibilité des violoncelles et des contrebasses produit une profondeur au chant inexorable, celui d’une blessure profonde mais toujours noble et digne. Une séquence qui tisse un écho pertinent à la Marche funèbre de Cherubini qui a ouvert le programme, dans un même souci d’intériorité recueillie. La violence dont est capable Beethoven n’écarte jamais une sourde déchirure qui en a permis l’éclosion.

 

 

JW De Vriend et le National de Lille

Un Beethoven éruptif, élégant, subtil…

 

 

 streaming-concert-national-de-lille-de-vriend-beethoven-cherubini-critique-classiquenews

 

 

Le Scherzo est pur jaillissement d’une énergie recouvrée qui s’électrise et trépigne, mais en une mise en place parfaitement détaillée, à la métrique précise et claire (rayonne en particulier le chant mordoré, rauque et pourtant rond des cors parfaitement dialogués avec les cordes).

Dans ce sens le dernier Allegro (molto) a la vivacité et même l’élégance (équilibre et clarté des pupitres) d’un souffle printanier, d’une danse de joie autour du feu de l’esprit et de l’espoir. Le héros de cette odyssée orchestrale reste Beethoven lui-même, nouveau héros musicien, alchimiste de nouveaux sons, architecte d’un monde nouveau dont il a seul la conscience ; aux auditeurs d’en saisir les prémonitions salvatrices, la possibilité de le réaliser à partir de prières fraternelles et humanistes dont Ludwig s’est fait le prophète et le chantre.

De Vriend recueille ce formidable élan fraternel et solidaire en un bain orchestral (récapitulatif) dont chaque séquence magnifiquement timbrée et phrasée (cors, flûte, clarinette…) est subtilement caractérisée. C’est un travail d’orfèvre d’un rare fini et qui assoit aux côtés du Beethoven violent, éruptif voire furieux, la noblesse et le raffinement de son écriture, le jaillissement primitif de son inspiration. Ivresse et subtilité. Le cocktail est irrésistible. Les instrumentistes du National de Lille répondent au doigt et à l’œil du chef des plus expressifs. Ce travail de la nuance est passionnant.

 

 

________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi notre présentation du concert ORCHESTRE NATIONLA DE LILLE / Cherubini, Beethoven / Jan Willem De Vriend, direction

http://www.classiquenews.com/live-streaming-concert-lon-lille-joue-cherubini-et-beethoven/

VOIR le concert

sur la chaine Youtube de l’ON LILLE Orchestre National de Lille ici :

https://www.youtube.com/watch?v=hW1o2yXeeRc

 

 

VOIR TOUS LES CONCERTS de l’ON LILLE ici :

https://www.youtube.com/channel/UCDXlku0a3rJm7SV9WuQtAdw

 

 
 

 

CASSE-NOISETTE par l’Orchestre National de Lille

casse-noisette-tchaikovski-orchestre-national-de-lille-concert-critique-annonce-classiquenewsORCHESTRE NATIONAL DE LILLE, Casse-noisette : 22 déc 20h (streaming / AUDITO 2.0). Pour les fêtes de Noël, l’ON LILLE Orchestre National de Lille joue le ballet de Tchaikovski : Casse-Noisette, chef d’oeuvre légendaire offrant plusieurs airs irrésistibles. Le concert retransmis depuis l’Auditorium du Nouveau Siècle à Lille, est présenté dans une version inédite avec la complicité de l’artiste sur sable ukrainienne Kseniya Simonova et dirigé pour la première fois à l’ONL par le chef hongrois Gábor Káli.

A la source, le livret du ballet reprend l’adaptation du conte fantastique d’E.T.A Hoffmann, réalisée par Dumas père. Le soir de Noël. Les parents Stehlbaum décorent le sapin; la petite Clara assiste enchantée au spectacle. Soudain, son parrain Drosselmayer apporte les cadeaux, notamment un casse-noisette en bois qui a la forme d’un soldat. Hélas, le frère de Clara l’abîme. A minuit, alors que tout le monde est couché, Clara se lève pour veiller le casse-noisette.
audito-2.0-Orchestre-National-de-lille-concerts-annonce-critique-classiquenewsMais des souris apparaissent. Une terrible bataille s’ensuit; en bon militaire, le casse-noisette prend la tête d’une armée de soldats de plombs. C’est la victoire et le casse-noisette se transforme en prince charmant. Clara est alors emmenée au pays féérique de Confiturembourg, le pays des sucreries… En son honneur, la Fée Dragée préside à de fastueuses cérémonies: chocolat, café, thé, flocons de neige, fleurs dansent dans un grand tourbillon féérique. A la fin, Clara se réveille près du sapin de Noël. Elle a vécu son rêve, comme les spectateurs qui ont suivi la jeune fille dans ses fantasmes oniriques les plus merveilleux.

 

 

VOIR CASSE-NOISETTE

————————————————————————————————————————————————–

Le spectacle retransmis sur la chaîne YOUTUBE de l’ON LILLE / ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE fait partie de la nouvelle offre de l’ON LILLE, 100% digital : AUDITO 2.0

VOIR CASSE NOISETTE par l’ON LILLE / ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE :
https://bit.ly/2INlAIg

 

 

————————————————————————————————————————————————–

 ORCHESTRE-NATIONAL-DE-LILLE-concerts-critique-AUDITO-2.0-nouvelles-concerts-alexandre-bloch-classiquenews-confinement-concerts

La chaîne YouTube de l’Orchestre ? plus d’1 million de vues depuis sa création : https://bit.ly/3ortO8b

 

 

 

ksenyia-simonova-dessin-sable-casse-noisette-classiquenews-critique-concert-orchestre-national-de-lille-KSYNIA-SIMONOVA-critique-concertLa plasticienne virtuose Ksenyia Simonova en pleine action (DR)

 

 

 

 

 

CE QUE NOUS EN PENSONS … 

 

CASSE NOISETTE révisité par le National de Lille en digital… Fabuleuse immersion dans l’univers enchanté de Clara et son casse-noisette envoûté, miraculeux (et aussi victorieux contre les armées du roi des rats)… grâce aux tableaux magiques réalisés devant la caméra et en temps réel par la dessinatrice sur sable Kseniya Simonova. Sous les yeux des spectateurs, bercée, inspirée par le chant orchestral, la créatrice enchaîne avec un talent graphique exceptionnel, toutes les séquences du conte aussi tendre qu’inquiétant, dans un geste virtuose qui relève du vitrail et du sfumato.

simonova-orchestre-national-de-lille-critique-casse-noisette-noel-2020-dec-2020-classiquenews-clara-et-casse-noisetteLes instrumentistes de l’Orchestre National de Lille sous la baguette intuitive et intérieure de Gabor Kali regorgent de vitalité complice, accents et nuances, exaltant toutes les couleurs de chaque pupitre : soulignant pour leur part, la séduction des dessins mouvants. En particulier les cordes, souples et raffinées ; comme les bois (somptueuses clarinettes, axes souterrains de la pensée féerique de Piotr Illiytch). L’imagination sensuelle et caressante, viscéralement dramatique de Tchaikovski gagne en aspérités passionnées, éperdues. Visuellement, les créations éphémères de la plasticienne soulignent la capacité des instrumentistes à évoquer, suggérer, enivrer… Le caractère onirique et fantastique de Casse-Noisette s’en trouve renforcé ; d’autant que le dispositif sied particulièrement bien à une exploitation visuelle, donc digitale. On ne se lasse pas de ce spectacle emblématique désormais de l’offre numérique du National de Lille : l’AUDITO 2.0, inauguré en novembre 2020, confinement oblige. 1h11 de pur enchantement. Incontournable.

 

 

 

CASSE NOISETTE par l’Orchestre National de Lille

Un spectacle Ă  retrouver :

- Dans l’émission spéciale de soutien aux scènes vivantes « Le Spectacle continue » de France 3 Hauts-de-France lundi 21 décembre à 22h50 ;
- Sur la plafeforme culturelle de France Télévisions (Culturebox) dès le 22 décembre 2020 ;
- Le 25 décembre 2020 à 21h sur les ondes de France Bleu Nord.

 

Orch National de Lille : E-CONCERT P. Kopatchinskaja / Alexandre Bloch

patricia-Kopatchniskaja-violon-orchestre-national-de-lille-alexandre-bloch-concert-samedi-5-dec-2020-critique-annonce-classiquenewsE CONCERT depuis LILLE : l’ON LILLE, Alex Bloch, ce soir, 20h. Sam 5 dĂ©cembre 2020, depuis l’Auditorium du Nouveau Siècle de Lille. Grand concert symphonique malgrĂ© le confinement des musiciens du National de Lille. Sous la baguette du directeur musical, Alexandre Bloch, la phalange lilloise accompagne la violoniste Patricia Kopatchinskaja, tempĂ©rament Ă©ruptif, facĂ©tieux, parfois hallucinĂ©, toujours hautement impliquĂ©. Au programme, le Concerto pour violon de Tchaikovsky (1878), Ă©crit au moment de l’échec de son mariage avec Antonina Milioukova, noces qui ont tournĂ© court (et suscitĂ© dans l’esprit du compositeur, une pĂ©riode dĂ©pressive intense). Le concert prĂ©sentĂ© et jouĂ© ce soir, jalonne la nouvelle offre 100% digitale de L’ON LILLE / Orchestre National de Lille (baptisĂ©e l’AUDITO 2.0). L’Orchestre Lillois a prouvĂ© depuis le printemps dernier une Ă©tonnante crĂ©ativitĂ© face Ă  la crise sanitaire. Son dernier festival de piano (conçu par le chef fondateur Jean-Claude Casadesus), LILLE PIANO(S) Festival (juin 2020) a pu se maintenir en diffusant tous ses concerts sur internet : une offre musicale inĂ©galĂ©e depuis, toujours visionnable sur le site Youtube de l’ON LILLE / Orchestre National de Lille.
Le Concerto pour violon de Piotr Illiytch Tchaikovski, Alexandre Bloch et les musiciens de l’ON LILLE joueront aussi la Sinfonietta de Francis Poulenc, clin d’œil au cycle de musique française à l’honneur en janvier 2021… Composée en 1947, la Sinfonietta cultive bonne humeur et gaieté communicative. Comme le Concerto de Tchaïkovski, la partition de Poulenc fut mal accueillie à sa création. Écrite pour un programme de la BBC, elle est pourtant l’une des pièces les plus charmantes du compositeur français.

 

 ON-LILLE-Orchestre-national-de-lille-audito-2.0-concerts-annonce-critique-classiquenews

 

 

 

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

E-CONCERT deORCHESTRE-NATIONAL-DE-LILLE-AUDITO-2.00-concert-digital-en-direct-depuis-l-auditorium-du-nouveau-siecle-lille-annonce-critique-concert-classiquenews
l’Orchestre National de Lille / Alexandre Bloch, direction
Samedi 5 décembre 2020, 20h
En direct depuis l’Auditorium du Nouveau Siècle à Lille
sur la chaîne YouTube de l’ON LILLE :
https://bit.ly/3ortO8b
Plus d’1 million de vues depuis sa création en 2009.

 

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

François Leleux, hautbois, grand invité virtuose du National de Lille

leleu-francois-hautbois-chef-maestro-orchestre-national-de-lille-audito-annonce-critique-concert-classiquenewsLILLE, ORCHESTRE NATIONAL : sam 28 nov 2020, 20h. François LELEUX. Invité spécifique de ce programme présenté par l’Orchestre National de Lille, l’hautboïste François Leleux, né à Croix, propose 3 pièces majeures et de caractère pour son instrument. C’est l’occasion pour les pupitres requis du National de Lille d’approfondir encore leur approche chambriste, dans l’écoute et le partage, accompagnant en nuances et mesure, le chant volubile du soliste. Les partitions de Mozart et de Strauss indiquent la facilité virtuose et musicienne de deux jeunes génies de la musique ; Strauss en 1881, n’ayant que 17 ans lorsqu’il compose la Sérénade. Plus dense et presque grave, la Symphonie de chambre de Chostakovitch opus 110a est ici jouée dans sa transcription pour cordes (réalisée par Rudolf Barshai) : le tissu sonore reste emblématique du compositeur russe ; l’ironie sarcastique n’est jamais éloignée d’une déchirante prière sur la condition humaine. Légèreté, brillance, profondeur… et même tendresse éperdue ; le programme promet d’être complet et riche en expérience sonore autant pour les instrumentistes que pour le public. Nouveau jalon plein d’esprit et de contrastes, marquant la nouvelle offre 100% numérique de l’Orchestre National de Lille, AUDITO 2.0.

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

AUDITO 2.0ORCHESTRE-NATIONAL-DE-LILLE-AUDITO-2.00-concert-digital-en-direct-depuis-l-auditorium-du-nouveau-siecle-lille-annonce-critique-concert-classiquenews
A vivre en direct sur la chaîne YOUTUBE de l’Orchestre National de Lille
SAMEDI 28 NOVEMBRES 2020, 20h
VOIR LE CONCERT :
https://www.youtube.com/channel/UCDXlku0a3rJm7SV9WuQtAdw

François, Richard, Wolfgang & Dimitri
Carte blanche à François Leleux
R. Strauss : Sérénade pour instrument à vent
Mozart : Concerto pour hautbois
Chostakovitch : Symphonie de chambre

ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE
François Leleux, direction et hautbois

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

LIRE notre présentation générale de AUDITO 2.0, l’offre nouvelle de l’Orchestre National de Lille : cycle de concerts numériques :
https://www.classiquenews.com/laudito-2-0-la-nouvelle-salle-de-concert-numerique-du-national-de-lille/