E-CONCERT, STREAMING, critique. LILLE, Nouveau SiÚcle, le 3 avril 2021. « Enchantements », Wagner, Sibelius / I. Brimberg / Orchestre National de Lille, D. Stasevska

E-CONCERT, STREAMING, critique. LILLE, Nouveau SiĂšcle, le 3 avril 2021. « Enchantements », Wagner, Sibelius / I. Brimberg / Orchestre National de Lille, D. Stasevska, direction. AprĂšs le nerf impĂ©tueux, vif argent du chef nĂ©erlandais Jan Willem De Vriend (concert Beethoven du 13 mars dernier), voici un nouveau volet de l’offre digitale du National de Lille ; ce programme diffusĂ© sur internet du 3 avril 2021, dĂ©voile la sensibilitĂ© de la chef invitĂ©e Dalia Stasevska, tempĂ©rament intĂ©rieur en communion avec les instrumentistes lillois ; d’abord prĂ©cise aux Ă©clats intĂ©rieurs mi enivrĂ©s mi tragiques de la (lente) Valse triste de Sibelius ; c’est un prĂ©ambule tout en finesse suspendue pour le PrĂ©lude de Tristan : en kimono, la maestra ukrainienne recherche le sens derriĂšre le son ; la rĂ©sonance intime qui Ă©tire chaque accord, en sa tension irrĂ©solue ; l’incandescence du sentiment amoureux, celui des amants maudits Tristan et Yseult se consume ainsi dans la clartĂ© et la transparence ; une urgence intĂ©rieure qui creuse l’exaspĂ©ration de dĂ©sirs insatisfaits. La cheffe dĂ©ploie des sortilĂšges de langueur sensuelle, toujours trĂšs soucieuse du son comme de la balance sonore.

 

 

ON-LILLE-concert-streaming-dalia-stasevska-concert-sibelius-wagner-critique-concert-critique-opera

 

 

A 24’50 : seconde partie du concert avec la Symphonie n°3 de Jean Sibelius (1907). Les instrumentistes plongent, cƓurs ardents et volontaires dans la suractivitĂ© de l’ample portique trĂ©pidant dĂšs le dĂ©but portĂ© par les cordes auquel rĂ©pond la danse des bois ; transe collective initiale que les cuivres portent vers une plĂ©nitude sonore elle aussi Ă  bien des Ă©gards
 enivrĂ©e. L’opus exprime ce sentiment d’appartenance cher au compositeur, appartenance au motif naturel, au moindre de ses Ă©lans, proche dans l’ñme Ă  chaque sursaut de vitalitĂ©. Tous les pupitres s’exaltent et se rĂ©pondent dans un dialogue contrastĂ©, parfois Ăąpre mais superbement fluide dans lequel Sibelius exprime la sauvagerie des forces naturelles comme saisi sur le vif ; ainsi tĂ©moigne-t-il de la de la dĂ©couverte et de la proximitĂ© immĂ©diate avec le lieu de sa nouvelle rĂ©sidence, un havre de paix bucolique, Ă  la fois sauvage et rassurant prĂšs d’un lac (TuusulanjĂ€rvi) : Ainola, en hommage au prĂ©nom de sa femme, Aino. Le cycle des variations populaire et naĂŻves (d’une franchise primitive qui rappelle tout l’esprit du premier mouvement) caractĂ©risent le Scherzo ; tandis que l’Andante dĂ©ploie son lied sobre et ciselĂ© formant intermezzo. Dans cette texture dense, souvent exacerbĂ©e et trĂ©pidante, la cheffe soigne toujours la direction du flux, l’éloquence de cette construction ambitieuse, impĂ©rieuse, incandescente (dont l’unitĂ© dĂ©coule d’une grande continuitĂ© organique). Toute la difficultĂ© de l’écriture tient Ă  la rĂ©alisation d’un souci de structure (car Sibelius n’aime pas dĂ©velopper pour rien, quitte Ă  s’économiser vers Ă©pure « classique ») tout en ciselant le raffinement de l’orchestration particuliĂšrement scintillante.
MalgrĂ© la densitĂ© sonore, la baguette sait soigner la clartĂ© et la transparence ; comme le chant sourd d’une vĂ©ritĂ© plus insaisissable et mystĂ©rieuse ; tout rugit, s’exaspĂšre et s’organise peu Ă  peu vers la noblesse sereine et lumineuse du finale : grandiose et raffinĂ©e. Noces de l’intime et du flamboiement, de la tendresse sobre et de la grandeur mystĂ©rieuse du motif naturel, le seul sujet qui inspira Sibelius. En cela Dalia Stasevska se rĂ©vĂšle Ă  la fois engagĂ©e, mieux habitĂ©e. Baguette Ă  suivre. REVOIR le concert sur la chaĂźne YOUTUBE de l’ON LILLE / Orchestre National de Lille ICI :
https://www.youtube.com/watch?v=PEZ7NpHt71E

 

dalia-stakevska-concert-orchestre-national-lille-sibelius-wagner-streaming-concert-critique-concert-annonce

________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi notre critique du concert « L’HĂ©roĂŻque » / Orchestre National de Lille / Jan Willem De Vrirend, direction (Cherubini / Beethoven). ICI :

http://www.classiquenews.com/compte-rendu-streaming-concert-on-lille-le-13-mars-2021-orch-national-de-lille-jan-willem-de-vriend-direction-beethoven-symphonie-n3-heroique/

 

 

 

 

LIVE STREAMING, concert. L’ON LILLE joue Cherubini et Beethoven

ORCHESTRE-NATIONAL-DE-LILLE-maestro-alexandre-Bloch-concert-classiquenews-critique-annonceLIVE STREAMING, concert. ON LILLE, sam 13 mars 21, 20h. L’Orch National de Lille offre Ă  nouveau un superbe concert, nouveau jalon de son offre digitale Ă  suivre sur la toile (intitulĂ©e depuis dĂ©but 2021 « Audito 2.0 »). Depuis l’Auditorium du Nouveau siĂšcle Ă  Lille, chaque concert lillois confirme la poursuite de l’activitĂ© musicale des instrumentistes soucieux Ă  Lille de prolonger leur activitĂ© coĂ»te que coĂ»te, tout en diffusant les fruits de leur travail grĂące aux concerts numĂ©riques. Ce samedi 13 mars 2021 Ă  20h, l’Orchestre retrouve son premier chef invitĂ©, le nĂ©erlandais Jan Willem De Vriend dans un programme « hĂ©roĂŻque » autour des compositeurs Cherubini (qui fut directeur du Conservatoire) et Beethoven, mais aussi ceux qui les ont inspirĂ©s : Louis XVIII et NapolĂ©on (fĂȘtĂ© cette annĂ©e pour son bicentenaire). Le programme solennel et spectaculaire Ă©voque le dernier Cherubini et le tempĂ©rament de feu, Ă©ruptif et poĂ©tique du jeune Beethoven, spectateur passionnĂ© des Ă©vĂ©nements français au dĂ©but du nouveau siĂšcle

LIRE ici notre dossier spĂ©cial NapolĂ©on et l’opĂ©ra :
http://www.classiquenews.com/napoleon-1er-et-lopera-1804-1814/

_____________________________________________________________________________________

ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE
Samedi 13 mars 2021, 20h

Cherubini : Marche funÚbredevriend_orchestre national de lille concert annonce présentation critique par classiquenews 328px_18-19
Beethoven : Symphonie n°3 « héroïque »
Jan Willem de Vriend, direction

VOIR le concert de l’ON LILLE / J W de Vriend
https://www.youtube.com/channel/UCDXlku0a3rJm7SV9WuQtAdw

_____________________________________________________________________________________

CHERUBINI ingres alf6_ingres_001fNĂ© Ă  Florence, Cherubini s’installe Ă  Paris Ă  l’ñge de vingt-sept ans en 1787. Il fonde l’annĂ©e de la Prise de la Bastille une compagnie d’opĂ©ra parrainĂ©e par le futur Louis XVIII. Ses relations royales et l’apparition d’un nouvel opĂ©ra italien Ă  l’époque napolĂ©onienne entraĂźne sa chute. TrĂšs dĂ©primĂ©, le musicien songe mĂȘme Ă  abandonner la composition pour se consacrer Ă  la peinture et Ă  la botanique!
Mais le phĂ©nix Cherubini renoue avec l’écriture dĂšs 1809 grĂące Ă  une Ɠuvre d’église. Il dĂ©laisse l’opĂ©ra qui a fait sa gloire pour composer plus de 5 messes et de nombreux motets en latin. Le succĂšs revient et aussi la faveur des nouveaux puissants : Louis XVIII le nomme au prestigieux poste de surintendant de la musique du Roi. En 1817,Cherubini signe son plus grand succĂšs, un Requiem (admirĂ© par Brahms, Schumann et Berlioz qui reste pourtant son dĂ©tracteur jaloux). Beethoven admirait l’oeuvre au point qu’on la joua Ă  ses propres obsĂšques en 1827.
D’une puissance spectaculaire, la courte Marche FunĂšbre (composĂ©e en 1820 pour les funĂ©railles du Duc de Berry, l’hĂ©ritier du trĂŽne) annonce dĂ©jĂ  l’ampleur grave et recueillie des fresque.. berlioziennes.

Ludwig-Van-BeethovenLa Symphonie n°3 de Beethoven fixe les avancĂ©es inĂ©dites du dernier Mozart symphoniste. La durĂ©e de son premier mouvement (plus de 15 mn) indique une vigueur ambitieuse rĂ©volutionnaire (qui annonce le dĂ©veloppement du futur Hymne Ă  la Joie de la Symphonie n°9, le plus long parmi les mouvements de Beethoven). La n°3 dite “HĂ©roique” confirme le tempĂ©rament fougueux et grave d’un Beethoven visionnaire voire messianique en ce qu’il ressent et exprime les mouvements profonds de son Ă©poque. Autour de 1800, Ludwig gagnĂ© voire passionnĂ© par les idĂ©es de la RĂ©volution Française cĂ©lĂšbre alors la figure de Bonaparte comme le hĂ©ros moderne, acteur d’une Ăšre europĂ©enne nouvelle. La n°3 porte les espoirs et la vitalitĂ© Ă©lectrisĂ©e du compositeur romantique, spectateur admiratif des Ă©vĂ©nements politiques en France. Mais quand Bonaparte devient NapolĂ©on, cĂ©dant Ă  la tentation du pouvoir impĂ©rial absolu (auto proclamĂ© empereur en 1804), Beethoven trahi, colĂ©rique, rĂ©vise la dĂ©dicace de son manuscrit et inscrit « Sinfonica Eroica, composta per festeggiare il sovvenire di un grand uomo – Symphonie hĂ©roĂŻque, composĂ©e pour cĂ©lĂ©brer le souvenir d’un grand homme ». Ainsi la partition porte le destin foudroyĂ© d’un jeune politicien devenu l’emblĂšme de la tyrannie europĂ©enne : Ă  l’énergie irrĂ©pressible du premier mouvement rĂ©pond l’esprit de dĂ©faite, d’anĂ©antissement funĂšbre du second. Mais le hĂ©ros de cette odyssĂ©e orchestrale reste Beethoven lui-mĂȘme, nouveau hĂ©ros musicien, alchimiste de nouveaux sons, architecte d’un monde nouveau dont il a seul la conscience ; aux auditeurs d’en saisir les prĂ©monitions salvatrices, la possibilitĂ© de le rĂ©aliser Ă  partir de priĂšres fraternelles et humanistes dont le compositeur s’est fait le prophĂšte. Au cƓur de sa propre tragĂ©die, – sa surditĂ© croissante, inĂ©luctable comme en tĂ©moigne sa confession saisissante (le Testament d’Heiligenstadt Ă©crit en 1802), Beethoven ressent les gouffres vertigienux de la dĂ©sespĂ©rance et de l’impuissance humaine, contre lesquelles la musique est un rempart, une forme de rĂ©sistance Ă  partager


VOIR tous les concerts de l’Orchestre National de Lille sur la chaĂźne YouTube de l’Orchestre ON LILLE (plus d’1 million de vues depuis sa crĂ©ation en 2009) : https://bit.ly/3ortO8b

Notes de programme Ă  retrouver sur : www.onlille.com/saison_20-21/concert/l-heroique/

Retrouvez en streaming gratuit les concerts de l’Orchestre dans L’Audito 2.0 : https://bit.ly/2INlAIg

STREAMING, concert, critique. Le 6 fév 2021. Wagner, Brahms : Orchestre National de Lille / Hartmut Haenchen.

wagner_hartmut haenchen maestro orchestre national de lille concert streaming Lille critique concert audito 2 classiquenews wagner wesendoncklieder brahms concert critique classiquenewsSTREAMING, concert, critique. Le 6 fĂ©v 2021. Wagner, Brahms : Orchestre National de Lille / Hartmut Haenchen. En effectif distanciĂ© – une partie des musiciens occupent le devant de la scĂšne de l’auditorium du Nouveau SiĂšcle Ă  Lille, Ă©tendue sur les premiers rangs de la vaste salle, l’Orchestre National de Lille aprĂšs une odyssĂ©e mahlĂ©rienne qui aura marquĂ© l’annĂ©e 2019, affirme chez Wagner des accents non moins convaincants. Le cycle des 5 Wesendonck-lieder (1857) composĂ©es au moment de la conception de La Walkyrie, accordent puissance orchestrale et poĂ©tique chambriste autour du sujet central de l’amour ; ici un sentiment impĂ©rieux, omnipotent, irrĂ©pressible, qui est autant force de transcendance qu’enchaĂźnement malĂ©fique.

LANGUEUR AMOUREUSE WAGNÉRIENNE,
GRAVITÉ TENDRE DE BRAHMS


________________________________________________________________________________________________

La voix de la mezzo Marina Prudenskaya est d’un bon format ; elle est ample, puissante, et malgrĂ© de premiers aigus mĂ©talliques un peu dur dans le premier lied (L’Ange), les nuances et les phrasĂ©s mieux filĂ©s s’affirment dans le second, plus dramatique et exaltĂ© (« Stehe still! / ArrĂȘte-toi! ») sa sĂ©quence finale, plus caressante. Les Wesendonck prĂ©ludent Ă  l’extase de l’opĂ©ra Ă  venir, celle de Tristan und Isolde ; chef et diva s’embrasent, en couleurs et teintes ciselĂ©es (l’orchestre y est chambriste et dĂ©jĂ  tristanesque) : Hartmut Haenchel souligne la filiation entre les lieder et Tristan, en particulier dans le 3Ăš (« Im Treibhaus » / dans la serre ») qui dĂ©veloppe dĂ©jĂ  l’atmosphĂšre alanguie, suspendue de l’enchantement mĂ©lancolique presque mortifĂšre du dĂ©but du IIIĂš acte de Tristan : profonde langueur lĂ©tale et douloureuse d’un amour consommĂ© mais impossible, maudit (celui du compositeur et de Mathilde Wesendonck). Les Ă©quilibres, le format sonore parlent sans forcer ; ce sentiment de solitude dĂ©munie, d’impuissante incantation, de gravitĂ© tragique, d’hallucination finale… se dĂ©ploie alors, cristallisant l’effroi et la dĂ©sespĂ©rance qui jaillissent dans ce sommet du cycle… le chef murmure et sculpte un chef d’oeuvre d’orchestration wagnĂ©rien. AprĂšs le 4Ăš (« douleurs / Schmerzen ») oĂč l’effroi quasi panique, cet enchaĂźnement des sens a trouvĂ© Ă©pisodiquement un baume dans l’enveloppe rĂ©confortante du sublime cor, triomphe la puissance nocturne de « RĂȘves / TrĂ€ume », immersion dans la lyre poĂ©tique wagnĂ©rienne qui prĂ©lude lĂ  encore Ă  l’opĂ©ra Tristan und Isolde, en particulier le miracle de l’acte II, celui de la nuit, la profonde paix d’un amour enfin accompli et serein. Superbe instant suspendu hors rĂ©alitĂ©. Et trĂšs belle conclusion au cycle lyrique par ses respirations chambristes.

Puis s’affirme le mĂ©tal victorieux de la 3Ăš symphonie de Johannes Brahms, son premier mouvement qui tout en souple ductilitĂ© dĂ©veloppe l’esprit de conquĂȘte tendre, – Brahms est le compositeur de la confidence et de la pudeur. Hartmut Haenchen fait briller l’éclat vaporeux des bois et des vents, piliers des couleurs brahmsiennes. De fait, proche et connaisseur des indications prĂ©cises et justes du compositeur, le chef dĂ©ploie des sonoritĂ©s mozartiennes chez Brahms, avec un souci de la transparence, laquelle n’écarte pas la puissance voire l’ñpretĂ© des tutti comme chauffĂ©s Ă  blanc. Orchestre et chef redoublent de complicitĂ© intĂ©rieure dans le 2Ăš mouvement, lĂ  encore amorcĂ©, colorĂ© par les sublimes vents, oĂč se meuvent, souterrains, des Ă©nergies et des flux Ă  l’énoncĂ© subtile, fruit d’un Ă©quilibrage trĂšs fin des pupitres. L’écoute intĂ©rieure, la clartĂ© conduisent la baguette du chef, trĂšs convaincant dans l’explicitation de la texture orchestrale d’un Brahms secret en effet, Ă  la trĂšs riche vie intĂ©rieure. Le propos est dense sans Ă©paisseur. En guise d’épanchement, le 3Ăš mouvement est conduit fluide, clair, sobre, sans aucune affectation ; avec l’éloquence de la sincĂ©ritĂ© : lĂ  encore, Brahms s’y rĂ©vĂšle tel qu’en lui-mĂȘme, grave et tendre, pudique presque sibyllin, d’une ineffable douceur. Laquelle, force souveraine, triomphe dans la coda du dernier allegro.
STREAMING CRÉATIF A LILLE
 VoilĂ  un nouveau concert en streaming qui confirme l’imagination crĂ©ative, sa rĂ©silience tenace, du National de Lille. Ses Ă©quipes sont bien sur le pont pour conjurer les effets asphyxiants de l’état d’urgence sanitaire qui pĂšse sur l’activitĂ© du spectacle vivant. On ne comprend toujours pas pourquoi musĂ©es, salles de concerts ou d’opĂ©ras n’ont pas rĂ©ouvert, alors qu’ils ont dĂ©montrĂ© leur capacitĂ© Ă  maĂźtriser les gestes et protocoles sanitaires. Heureusement pour notre mental, l’Orchestre National de Lille s’efforce de poursuivre ses activitĂ©s musicales en faisant travailler ses artistes, en diffusant ses concerts sur la toile. Salvatrice proposition. Exemplaire tĂ©nacitĂ©.
Prochain concert Wagner attendu : « Enchantements », mer 31 mars / Jeudi 1er avril 2021 (Parsifal : PrĂ©lude acte I, Enchantement du Vendredi Saint / couplĂ©s avec les Quatre dernier lieder de Strauss – Kazushi Ono, direction). Mais le nombre requis d’instrumentistes pour honorer un tel programme sera-t-il adaptĂ© au contexte sanitaire de ORCHESTRE-NATIONAL-DE-LILLE-AUDITO-2.00-concert-digital-en-direct-depuis-l-auditorium-du-nouveau-siecle-lille-annonce-critique-concert-classiquenewsmars 2021 ? Gageons que le National de Lille saura trouver une solution alternative. A suivre
 EN REPLAY : CONCERT WAGNER / BRAHMS Ă  revoir en replay sur le site YOUTUBE de l’ON LILLE / ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE

________________________________________________________________________________________________

Programme « Wagner amoureux »

WAGNER : Wesendonck-Lieder
BRAHMS : Symphonie n°3
Hartmut Haenchen, direction  /  ‹Marina Prudenskaya, mezzo-soprano

Plus d’infos sur le site de l’ON LILLE / Orchestre National de LILLE :
https://www.onlille.com/saison_20-21/concert/wagner-amoureux/

 

 

 

 

LIRE aussi notre présentation / annonce du concert WAGNER AMOUREUX / 3Ú de BRAHMS ici

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

REPORTAGE VIDEO
L’Orchestre national de Lille Ă  l’épreuve de la pandĂ©mie. Comment le National de Lille rĂ©siste et s’adapte Ă  la crise sanitaire en poursuivant coĂ»te que coĂ»te son activité 

http://www.classiquenews.com/lancement-de-la-nouvelle-saison-2020-2021-de-lon-lille-orchestre-national-de-lille/

ONL-Orchestre-National-de-Lille-confinement-hitchcock-symphonique-critique-concert-classiquenewsREPORTAGE VIDEO. L’ONL Orchestre National de Lille Ă  l’épreuve de la covid 19. Comment l’Orchestre a t il lancĂ© sa nouvelle saison 2020 2021, comment s’adapte-t-il aux contraintes nouvelles imposĂ©es par les mesures sanitaires ? Quel est son fonctionnement en terme de relation au public, de programmation et de billetterie ? Comment le travail des musiciens se poursuit-il avant le retour de l’Orchestre au complet sur la scĂšne ? Reportage exclusif PARTIE 1 / 2 © studio CLASSIQUENEWS 2020 – RĂ©alisation : Philippe-Alexandre PHAM – Entretiens avec François Bou (Directeur GĂ©nĂ©ral), Alexandre Bloch (directeur musical), Fabio Sinacori (dĂ©lĂ©guĂ© artistique), Edgar Moreau (violoncelle / Concerto pour violoncelle n°1 de Haydn, concert d’ouverture du 24 sept 2020 au Nouveau SiĂšcle Ă  Lille)


________________________________________________________________________________________________

 

 

 

STREAMING : Concert “WAGNER AMOUREUX” / Orchestre National de Lille

wagner_hartmut haenchen maestro orchestre national de lille concert streaming Lille critique concert audito 2 classiquenews wagner wesendoncklieder brahms concert critique classiquenewsSTREAMING, concert. Sam 6 fĂ©v 2021, 20h. WAGNER, Orchestre national de Lille. Suite de son offre digitale, « AUDITO 2.0 » : l’Orchestre National de Lille joue Wagner sous la baguette d’un wagnĂ©rien chevronnĂ©, Hartmut Haenchen. Au programme les Wesendonck-lieder de Wagner (soliste : Marina Prudenskaya). Le cycle de mĂ©lodies exprime l’amour ardent de Richard Wagner et de Mathilde Wesendonck dont le mari Otto finance alors le travail du compositeur. ComposĂ©s sur les poĂšmes de Mathilde, Ă  l’hiver 1857-1858, les Wesedonck-lieder synthĂ©tise alors cette ivresse extatique sentimentale qui bientĂŽt prendra figure dans Tristan und Isolde (1865). Enchantement, hallucination, langueur ineffable, l’écriture de Wagner exprime mieux que tout autre les vertiges du sentiment amoureux, vĂ©ritable transe poĂ©tique dont il sublime la formulation grĂące Ă  une orchestration et un talent mĂ©lodique, souvent irrĂ©sistibles. AprĂšs la dĂ©voilement de leur liaison adultĂ©rine, Richard et Mathilde doivent se sĂ©parer ; le compositeur fuit Ă  Venise pour y composer entre autres, les prĂ©mices de son opĂ©ra Tristan

REPENSER WAGNER... Marek Janowski Ă  l'Ă©preuve du RingHartmut Haenchen propose en seconde partie la Symphonie n°3 de Brahms (crĂ©Ă©e Ă  Vienne en 1883) dans une nouvelle version, plus proche des annotations du compositeur qui souhaite se rapprocher le plus possible de la lĂ©gĂšretĂ© nuancĂ©e de Mozart. VoilĂ  qui tranche avec la plupart des lectures sur instruments modernes, souvent compactes, denses, Ă©paisses. Si l’esprit conquĂ©rant du premier mouvement (Allegro con brio) donne son titre Ă  l’opus 90 en fa majeur : « HĂ©roĂŻque » (claire rĂ©fĂ©rence Ă  Beethoven), le cycle symphonique conçu par Johannes Brahms (photo ci dessous) est plus complexes, traversĂ©s comme Ă  son habitude de sentiments et d’épisodes contrastĂ©s, ambivalents, d’une opacitĂ© subtile et secrĂšte. En tĂ©moigne surtout le 3Ăš mouvement « Poco allegretto » qui n’est pas un scherzo, mais l’émergence d’uneBRAHMS HD pour GSTAAD reportage2018 sĂ©quence trouble, entre langueur Ă  la fois sensuelle et douloureuse dont le motif est l’une des trouvailles les plus inspirĂ©es de Brahms. Le finale du dernier mouvement (Allegro) Ă©paissit encore l’ambiguitĂ© brahmsienne : conclusion toute en retenue et majestĂ©, mĂ©ditation psychologique et recul pudique. Du trĂšs grand Brahms. Ainsi le National de Lille offre une somptueuse soirĂ©e romantique et germanique, affichant 2 auteurs symphoniques particuliĂšrement inspirĂ©s par la lyre amoureuse. Streaming Ă©vĂ©nement.

________________________________________________________________________________________________

Wagner – BrahmsORCHESTRE-NATIONAL-DE-LILLE-AUDITO-2.00-concert-digital-en-direct-depuis-l-auditorium-du-nouveau-siecle-lille-annonce-critique-concert-classiquenews
ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE
Hartmut Haenchen, direction
Samedi 6 février 2021, 20h
STREAMING, concert Ă  voir ici
https://www.youtube.com/watch?v=qcSUR1j7RSM&list=PLjt12Zt-aSM12p3JI5CXB8zllWROJOD9-

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

Programme « Wagner amoureux »

WAGNER : Wesendonck-Lieder
BRAHMS : Symphonie n°3
Hartmut Haenchen, direction  /  ‹Marina Prudenskaya, mezzo-soprano

Plus d’infos sur le site de l’ON LILLE / Orchestre National de LILLE :
https://www.onlille.com/saison_20-21/concert/wagner-amoureux/

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

REPORTAGE VIDEO
L’Orchestre national de Lille Ă  l’épreuve de la pandĂ©mie
Comment le National de Lille rĂ©siste et s’adapte Ă  la crise sanitaire
en poursuivant coĂ»te que coĂ»te son activité 

http://www.classiquenews.com/lancement-de-la-nouvelle-saison-2020-2021-de-lon-lille-orchestre-national-de-lille/

ON-LILLE-Orchestre-national-de-lille-audito-2.0-concerts-annonce-critique-classiquenewsREPORTAGE VIDEO. L’ONL Orchestre National de Lille Ă  l’épreuve de la covid 19. Comment l’Orchestre a t il lancĂ© sa nouvelle saison 2020 2021, comment s’adapte-t-il aux contraintes nouvelles imposĂ©es par les mesures sanitaires ? Quel est son fonctionnement en terme de relation au public, de programmation et de billetterie ? Comment le travail des musiciens se poursuit-il avant le retour de l’Orchestre au complet sur la scĂšne ? Reportage exclusif PARTIE 1 / 2 © studio CLASSIQUENEWS 2020 – RĂ©alisation : Philippe-Alexandre PHAM – Entretiens avec François Bou (Directeur GĂ©nĂ©ral), Alexandre Bloch (directeur musical), Fabio Sinacori (dĂ©lĂ©guĂ© artistique), Edgar Moreau (violoncelle / Concerto pour violoncelle n°1 de Haydn, concert d’ouverture du 24 sept 2020 au Nouveau SiĂšcle Ă  Lille)


________________________________________________________________________________________________

 

 

 
 

 

 

STREAMING Ă©vĂ©nement : CHAUSSON, ESCAICH par l’Orchestre National de LILLE

ESCAICH_thierry_448_escaich-6736-c-guy-vivienE CONCERT : LILLE, sam 16 janvier 2021, 20h. CHAUSSON, ESCAICH. Musique française romantique et contemporaine. Confinement du secteur oblige, L’ONLille poursuit son cycle de concerts digitaux (Audito 2.0). Le concert programmĂ© le 14 janvier 2021 est proposĂ© en STREAMING ce sam 16 janvier 2021 Ă  20h sur le site YOUTUBE de l’Orchestre National de Lille. La Symphonie de Chausson est un monument orchestral du romantisme français encore mĂ©connu et mĂȘme sousestimĂ©. AprĂšs l’avoir enregistrĂ© au disque, l’Orchestre National de Lille la joue lors de ce premier concert 2021 rpĂ©sentĂ© ainsi en streaming samedi prochain.

 

_____________________________________________________________________________________

 

 

E CONCERT, STREAMING : Samedi 16 janvier 20hboutonreservation
Symphonie de Chausson / Concerto pour orgue de Thierry Escaich
Orchestre National de Lille, Alexandre Bloch (direction)

_____________________________________________________________________________________

 

Eblouissant symphonisme de ChausonPremier rendez-vous digital de l’annĂ©e 2021, Alexandre Bloch dirige le compositeur français Ernest Chausson, gĂ©nie de la texture purement romantique et française, sa Symphonie en si bĂ©mol majeur est en 1891, le premier coup d’éclat d’un compositeur singulier. Voici la critique de notre rĂ©dacteur Lucas Irom Ă  propos du cd Symphonie de Chausson par l’Orchestre National de Lille / Alexandre Bloch : « MĂȘme geste nuancĂ© pour le flux de la Symphonie en si bĂ©mol majeur (1891) qui dĂ©livre le mĂȘme sentiment d’irrĂ©pressible malĂ©diction. Le premier mouvement saisit par son souffle tragique (tchaikovskien : on pense Ă  la 4Ăš symphonie) et Ă©videmment l’immersion dans la psychĂ© wagnĂ©rienne la plus sombre et la plus rĂ©signĂ© (avant l’essor de l’Allegro vivo). Chausson est un grand romantique tragique qui cependant Ă©gale par son orchestration scintillante et colorĂ©e, ses Ă©clairs rythmiques, les grands opus de Ravel comme de Debussy. VoilĂ  qui inscrit le compositeur fauchĂ© en 1899, – trop tĂŽt, dans un sillon prestigieux, celui des grands symphonistes romantiques français : Berlioz, Lalo, Ă©videmment Franck, mais aussi Dukas
 Le « TrĂšs lent », volet central, s’immerge dans le pur dĂ©sespoir, fier hĂ©ritier des prĂ©ludes de Tristan und Isolde de chaussonWagner (mĂȘme couleur d’une douleur foudroyĂ©e), lĂ  encore. Comme s’il reprenait son souffle et sa respiration avec difficultĂ© (en un « effet » volontaire, maĂźtrisĂ©), l’orchestre, clair et prĂ©cis, fluide et ondulant, plonge en eaux profondes. Lamento de la douleur inĂ©narrable, l’épisode de presque 9 mn, Ă©tire sa langueur dĂ©sespĂ©rĂ©e que la parure orchestrale recharge et Ă©nergise cependant constamment : en cela, la direction du chef se montre trĂšs efficace : jamais Ă©paisse, toujours transparente : elle fait respirer chaque pupitre. DĂ©voilant des trĂ©sors d’harmonies rares, et d’alliages de timbres
 d’une ivresse gĂ©niale. » – LIRE la critique complĂšte : http://www.classiquenews.com/cd-evenement-critique-ernest-chausson-poeme-de-lamour-et-de-la-mer-symphonie-opus-20-orchestre-national-de-lille-alexandre-bloch-veronique-gens-1-cd-alpha-2018/

Le concert marque aussi les retrouvailles avec l’organiste et compositeur Thierry Escaich (nĂ© en 1965) – fidĂšle compagnon de l’orchestre et de son directeur musical Alexandre Bloch ; avec son premier Concerto pour orgue, Thierry Escaich, titulaire depuis 1997 des orgues Ă  Saint-Etienne du Mont Ă  Paris (comme DuruflĂ©), confirme qu’il est l’un de nos grands compositeurs et organiste. Il enseigne l’écriture et l’improvisation au Conservatoire de Paris (CNSMD) depuis 1992. En 1995, Escaich a trente ans. AprĂšs de brillantes Ă©tudes au Conservatoire de Paris, il se fait trĂšs tĂŽt remarquer par sa musique au lyrisme incandescent. Depuis l’enfance, l’orgue est l’instrument de prĂ©dilection du musicien dont il renouvelle en profondeur la palette expressive, l’imaginaire poĂ©tique. FiĂ©vreux, brĂ»lant et d’une clartĂ© exceptionnelle, le Concerto pour orgue n°1 est l’un des chefs-d’oeuvre de son auteur et est l’une de ses piĂšces les plus jouĂ©es.

INFOS & RESERVATIONS :

www.onlille.com/saison_20-21/concert/la-symphonie-de-chausson

_____________________________________________________________________________________

 

 

A retrouver en février sur France Musique et BFM Grand Lille / Grand Littoral.
Retrouvez aussi en streaming gratuit les 8 premiers concerts de l’Orchestre dans l’Audito 2.0 – disponible depuis fin octobre 2020 : https://bit.ly/2INlAIg

ON LILLE : Concert à la française (Karen Kamensek, direction)

ON-LILLE-confinement-orchestre-concert-classiquenews-logo-ON-LILLE-2020LILLE, sam 21 nov, 20h. CONCERT Ă  la Française, en streaming : l’Orchestre National de Lille retrouve la cheffe amĂ©ricaine Karen Kamensek (derniĂšre venue Ă  Lille en 2017) dans un programme de musique française des annĂ©es folles. Outre sa thĂ©matique du HĂ©ros, la prĂ©sence des cheffes d’orchestres au sein de la saison 2020 2021, est aussi un point fort du nouveau cycle de concerts : ainsi aux cĂŽtĂ©s de Karen Kamensek qui remplace Elena Schwarz initialement invitĂ©e, Elim Chan (avril 2021), Anna Rakitina et Kristina Poska (mai 2021)
 VOIR notre reportage vidĂ©o la saison 2020 – 2021 de l’ON LILLE Orchestre National de Lille : l’orchestre Ă  l’épreuve de la pandĂ©mie.
En 1923, Darius Milhaud s’inspire de ses nuits passĂ©es dans les clubs de Harlem pour crĂ©er l’étonnante CrĂ©ation du monde. Un grand vent de jazz souffle sur l’orchestre symphonique. La GymnopĂ©die n°1 et la Gnossienne n°3 d’Erik Satie comptent parmi les Ɠuvres les plus cĂ©lĂšbres du rĂ©pertoire français. Puis raretĂ© absolue : le Divertissement pour une fĂȘte de nuit de Reynaldo Hahn, dans lequel l’ami intime de Marcel Proust rend hommage Ă  la valse viennoise. Le programme s’achĂšve en apothĂ©ose avec Le BƓuf sur le toit de Darius Milhaud : cocktail Ă©nergĂ©tique et dansant associant samba, mĂ©lodies populaires et rumbas brĂ©siliennes. Le Paris des annĂ©es 1920 est plus que jamais multiculturel et mĂ©tissĂ©.

________________________________________________________________________________________________

LILLE, concert enregistrĂ© Ă  l’Auditorium du Nouveau SiĂšcleORCHESTRE-NATIONAL-DE-LILLE-AUDITO-2.00-concert-digital-en-direct-depuis-l-auditorium-du-nouveau-siecle-lille-annonce-critique-concert-classiquenews
Samedi 21 novembre 2020, 20h
En direct sur la chaĂźne YOUTUBE
de l’Orchestre National de Lille
dans le cadre de sa nouvelle offre digitale : l’AUDITO 2.0
https://bit.ly/2INlAIg

________________________________________________________________________________________________

Programme :

MILHAUD
La Création du Monde
SATIE
Gnosienne n°3 (arrangements de David Walter)
Gymnopédie n°1 (arrangements de David Walter)
HAHN
Divertissement pour une fĂȘte de nuit – extraits I, II & IV
MILHAUD
Le BƓuf sur le toit

ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE
Karen Kamensek, direction

________________________________________________________________________________________________

Lire la page du concert sur le site de l’Orchestre National de Lille
https://www.onlille.com/saison_20-21/concert/a-la-francaise/

________________________________________________________________________________________________

Autour de ce programme, l’Orchestre National de Lille dĂ©veloppe plusieurs actions pĂ©dagogiques pour les Ă©lĂšves du CE1 Ă  la Terminale, Ă  travers un dossier spĂ©cifique (padlet proposant du contenu multimedia autour des compositeurs jouĂ©s Milhaud, Hahn et Satie)
www.onlille.com/saison_20-21/pratique/ressources-pedagogiques/
https://padlet.com/onlille/u5umysek09ujkw0r

________________________________________________________________________________________________

AUDITO 2.0 : concert Beethoven en direct en ligne par l’ON LILLE Orchestre National de Lille

ORCHETSRE-NATIONAL-DE-LILLE-AUDITO-2.00-concert-digital-en-direct-depuis-l-auditorium-du-nouveau-siecle-lille-annonce-critique-concert-classiquenewsLILLE : sam 14 nov 2020, 20h, en direct sur YOUTUBE. L’Orchestre National de Lille poursuit ses concerts digitaux, retransmis sur sa chaĂźne youtube (youtube/ONLILLE). Samedi, 2Ăš session, en direct depuis l’Auditorium du Nouveau SiĂšcle de Lille : dans le cadre de sa thĂ©matique du HÉROS, le National de Lille cĂ©lĂšbre la force et l’engagement d’un hĂ©ros romantique par excellence, combattant devant l’adversitĂ©, courageux, inspirĂ©, dĂ©fiant la fatalitĂ© qui le rongeait de l’intĂ©rieur Ă  cause d’une surditĂ© croissante, un comble pour un compositeur.

 

 

VOIR le concert en direct : https://www.youtube.com/user/ONLille

emotions-beethoven-concert-critique-classiquenews

 

 

Beethoven 2020Pour cĂ©lĂ©brer le 250Ăš anniversaire de Beethoven en 2020, voici un programme vivifiant affirmant le gĂ©nie rĂ©formateur de l’écriture beethovĂ©nienne : ouverture de Leonore III (troisiĂšme et derniĂšre mouture pour son opĂ©ra Fidelio, l’opĂ©ra manifeste, hymne pour la libertĂ© et la fraternitĂ© contre toutes les tyrannies du monde connu) ; puis la sublime symphonie n°4, tout entiĂšre portĂ©e par un irrĂ©pressible dĂ©sir, une envahissante ambition
 l’envie martialle et tendre Ă  la fois d’en finir pour l’avĂšnement d’une Ăšre nouvelle. Plus subtile et introspective que la 3 « HĂ©roique », la 4Ăš regorge d’un feu intĂ©rieure d’une sensibilitĂ© intacte : l’Adagio s’il ne fallait citer qu’un Ă©pisode parmi les 4 mouvements, dĂ©borde de voluptĂ© et de rĂȘverie tendre ainsi que le souligne avec pertinence Berlioz, admirateur zĂ©lĂ©. IntitulĂ© « émotions beethovĂ©niennes », le concert a Ă©tĂ© Ă©laborĂ© dans le cadre de la nouvelle saison 2020 2021 de l’ON LILLE.

Écrite Ă  l’étĂ© 1806, la Symphonie n°4 prĂ©sente un visage lĂ©ger et souriant de Beethoven. Alors amoureux de la Comtesse van Brunswick, le compositeur conçoit en miroir, une Ɠuvre joyeuse, rapide, ardente. Premier chef invitĂ© de l’ON LILLE / Orchestre National de Lille, Jan Willem de Vriend, dirige l’étonnante partition que Schumann comparait Ă  « une svelte jeune fille ».

————————————————————————————————————————————————–

 

 

Programme BEETHOVEN 2020
Pour le 250Ăš anniversaire de la naissance de Ludwig van Beethoven

 

 

BEETHOVEN
Leonore III, ouverture

BEETHOVEN
Symphonie n°4

 

 

Orchestre National de Lille
Jan Willem de Vriend, direction

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

 

Informations programme « émotions beethovĂ©niennes » sur le site de l’ONL Orchestre National de Lille :
https://www.onlille.com/saison_20-21/concert/emotions-beethoveniennes/

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

 

Opéras, concerts, spectacles en ligne pendant le CONFINEMENT

Hippolyte-et-aricie-rameau-Trio-parques-Pygmalion-pichon-critique-opera-classiquenewsCONFINEMENT : 2Ăšme vague. L’opĂ©ra, les concerts, les spectacles chez soi… Depuis le 29 octobre 2020, le spectacle vivant est Ă  l’arrĂȘt, obligĂ© Ă  un silence assourdissant, dĂ©possĂ©dĂ© du lien physique avec les publics. La distanciation sociale et les mesures sanitaires jusque lĂ  obligatoires ne suffisent plus. Pour autant les salles de concerts (opĂ©ras, orchestres, festivals) et les artistes n’ont pas dit leur dernier mot ; puisant dans l’expĂ©rience du premier confinement de nouvelles ressources crĂ©atives. En tĂ©moignent ici les initiatives opportunes qui nous permettent de patienter pour des jours meilleurs. Aucune doute le milieu du classique regorge d’inventivitĂ©, en s’appuyant surtout sur la toile et la diffusion digitale. Voici les retransmissions uniques ou durables, replays, directs Ă  ne pas manquer en novembre, dĂ©cembre 2020 puis janvier 2021.

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

 

 

 

DIRECTS & DIFFÉRÉS…

radio, internet…
 

MAI 2021

audito-2.0-Orchestre-National-de-lille-concerts-annonce-critique-classiquenewsLIVE STREAMING. L’ONL joue THAMOS, le 5 mai 2021, 20h. L’Orchestre National de Lille propose pour la 1Ăšre fois Thamos de Mozart sous la direction de David Reiland. Coproduction inĂ©dite en rĂ©gion Hauts-de-France, le programme associe l’Orchestre National de Lille et plusieurs lieux culturels rĂ©gionaux : Le PhĂ©nix de Valenciennes, le ThĂ©Ăątre ImpĂ©rial de CompiĂšgne et la Maison de la Culture d’Amiens. Le spectacle musical comprenant une mise en espace Ă©laborĂ©e sera jouĂ© ensuite en novembre 2021 devant le public… EN LIRE PLUS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

26, 28, 30 DECEMBRE 2020 – 2 JANVIER 2021

jordan - Philippe-Jordan-008FRANCE MUSIQUE, WAGNER : Le Ring Jordan 2020, 26, 28, 30 dĂ©cembre 2020 puis 2 janvier 2021. LE RING 2020 de l’OpĂ©ra National de Paris sur France Musique. La TĂ©tralogie sera  diffusĂ©e sur France Musique les 26, 28, 30 dĂ©cembre 2020 puis 2 janvier 2021. Exemple Ă©loquent de diffusion large et gratuite vers le plus large public : une proposition opportune en pĂ©riode de confinement.

Le Crépuscule des dieux à l'Opéra Bastille, jusqu'au 16 juin 2013

 

————————————————————————————————————————————————–
————————————————————————————————————————————————–

 

Programme et présentation des 4 Journées
du RING de WAGNER par Philippe Jordan :

 

Samedi 26 dĂ©cembre 2020, 20h : L’Or du Rhin
Prologue : L’Or du Rhin (Das Rheingold)

Affiche_(portrait)_Le_Ring_2020(2)L’action naĂźt dans les profondeurs du Rhin : aprĂšs avoir renoncĂ© Ă  l’amour devant les trois filles du Rhin, gardiennes du trĂ©sor, le nain Nibelung Alberich dĂ©robe l’or, avec lequel son frĂšre Mime forge un anneau qui confĂšre Ă  son possesseur le pouvoir absolu sur les ĂȘtres et le monde. De son cĂŽtĂ©, calculateur et manipulateur, Wotan, maĂźtre des dieux, est contraint de conquĂ©rir l’anneau Ă  Nibelheim. Son fidĂšle « double », Log (dieu du feu, esprit de l’intelligence) lui souffle qu’il aura besoin de cet anneau pour duper les gĂ©ants Fafner et Fasolt, les bĂątisseurs de la future rĂ©sidence jupitĂ©rienne de Wotan sur le mont Walhala. Pour ĂȘtre sĂ»rs d’ĂȘtre payĂ©s en retour, les GĂ©ants ont pris en otage Freia, dĂ©esse de la jeunesse Ă©ternelle. Chez les Nibelungen, Wotan dĂ©robe Ă  Alberich, l’anneau et le voile magique, gage d’invisibilitĂ©. Alberich maudit alors l’anneau conquis par Wotan. L’or continue son Ɠuvre malĂ©fique : Fafner tue son frĂšre et cache le butin dans la forĂȘt. Plus tard, dans Siegfried, Fafner devenu dragon dĂ©fendra jusqu’à la mort son prĂ©cieux trĂ©sor
 Wotan victorieux mĂšne les dieux au Walhala ; ils s’enivrent grĂące Ă  leur jeunesse retrouvĂ©e. Pourtant, Wotan a signĂ© sa prochaine dĂ©chĂ©ance car il a trahi l’esprit des lois et la loyautĂ© qu’il avait lui-mĂȘme Ă©dicté 
Les moments de la partition Ă  ne pas manquer : le dĂ©but qui est l’ouverture de tout le cycle : de l’immatĂ©riel Ă  l’origine du monde au matĂ©riel incarnĂ© par le monde des dieux et leur duplicitĂ© vĂ©nale
 l’orchestre exprime ce mouvement qui organise peu Ă  peu la matiĂšre musicale et la fait jaillir hors des brumes initiales.
La fin du Prologue oĂč Wagner exprime l’élĂ©vation des dieux conquĂ©rants jusqu’au sommet de Walhala oĂč les gĂ©ants ont bĂąti le chĂąteau magnifique


 

 

Lundi 28 décembre 2020, 20h : La Walkyrie.
PremiĂšre journĂ©e : La Walkyrie (Die WalkĂŒre)

MUNICH : Ring wagnĂ©rien au Bayerische StaatsoperPar une nuit de tempĂȘte, le fugitif Siegmund, le fils de Wotan et d’une mortelle, trouve refuge chez le guerrier Hunding et son Ă©pouse Sieglinde. En rĂ©alitĂ©, tous deux sont frĂšres et soeurs (les Welsungen) et sont immĂ©diatement attirĂ©s l’un vers l’autre d’un amour irrĂ©sistible. Fricka, Ă©pouse de Wotan et protectrice du foyer conjugal, ne peut laisser s’accomplir une telle union, adultĂ©rine et de surcroĂźt incestueuse. Elle rappelle Ă  Wotan son obligation de protĂ©ger l’ordre moral : il obĂ©it et dĂ©pĂȘche sa plus fidĂšle fille, la Walkyrie BrĂ»nnhilde auprĂšs de Hunding pour le venger et tuer Siegmund.
Mais sujet central de l’opĂ©ra, BrĂŒnnhilde compatit au sort de Siegmund qui est son frĂšre : la Walkyrie est touchĂ©e par la sincĂ©ritĂ© de leur amour. Wotan paraĂźt et tue lui-mĂȘme Siegmund. Wotan poursuit la Walkyrie rebelle, la dĂ©choit de sa nature hĂ©roique : simple mortelle, la fille de Wotan devra reposer entourĂ©e d’un mur de flammes : seul un preux capable de vaincre la muraille enflammĂ©e pourra la conquĂ©rir et accomplir sa nature mortelle. Entre temps, la Walkyrie avait permis Ă  Sieglinde de fuir son Ă©poux, et lui trouver un refuge oĂč elle pourrait donner naissance au fils Ă  venir de Siegmund : Siegfried.
SĂ©quences mĂ©morables : le dĂ©but de l’opĂ©ra qui dĂ©bute par un orage orchestral et une course en panique, celle du fugitif Siegmund – le duo entre Siegmund / Sieglinde : la page amoureuse la plus bouleversante de tout le cycle du Ring – les adieux dĂ©chirants de Wotan au chevet de sa fille cernĂ©e de flammes (lĂ  encore, l’une des pages les plus dĂ©chirantes du cycle car tout l’amour d’un pĂšre obligĂ© de punir sa propre fille est ici exprimĂ©).

 

 

Mercredi 30 décembre 2020, 20h : Siegfried.
DeuxiÚme journée : Siegfried

wotan walkyrieElevĂ© dans la forĂȘt par le Nibelung Mime, silhouette frĂȘle et craintive, calculatrice et menteuse, a Ă©duquĂ© seul Siegfried, fils des jumeaux Siegmund et Sieglinde. L’enfant ne connaĂźt pas la peur et n’a jamais connu ses parents. Mime entend utiliser Siegfried pour tuer le dragon Fafner afin de dĂ©rober l’or et l’anneau. Dans ce but, Siegfried forge Ă  grands coups mĂ©talliques Nothung, l’épĂ©e de son pĂšre Siegmund, antĂ©rieurement tuĂ© par Wotan. Siegfried tue le dragon et goĂ»tant le sang du reptile, comprend le chant de l’oiseau de la forĂȘt qui le prĂ©vient de la machination de Mime : le guerrier le tue et part Ă  la conquĂȘte de son propre destin. Il croise Wotan devenu le « Voyageur », Ăąme dĂ©chue errante, condamnĂ©e Ă  cause de ses propres turpitudes. Siegfried amorce le dĂ©clin des dieux et l’avĂšnement des hommes
 Il atteint le rocher oĂč repose BrĂŒnnhilde dont il vainc la dĂ©fense de feu et tombe amoureux.

 

 

Samedi 2 janvier 2021, 20h : Le Crépuscule des dieux.
TroisiÚme journée : Le Crépuscule des dieux (GötterdÀmmerung)

wagner_brunnhilde_gotterdammerung_operarthur_rackhamTroisiĂšme et ultime JournĂ©e de la TĂ©tralogie wagnĂ©rienne, Le CrĂ©puscule des dieux s’ouvre prĂšs du rocher de BrĂŒnnhilde oĂč les Trois Nornes tissent les fils du destin ; le fil se rompt, annonce de la fin des dieux. Au lever du jour, Siegfried quitte BrĂŒnnhilde en lui confiant l’anneau en tĂ©moignage de fidĂ©litĂ©. Il rejoint le chĂąteau des Gibishungen : Gunther, sa soeur Gutrune et Hagen, fils d’AlbĂ©rich et comme lui, esprit malĂ©fique et manipulateur. Hagen entend venger son pĂšre et reprendre l’anneau Ă  Siegfried. Pour se faire, celui ci trop naĂŻf, boit le philtre qui lui fait oublier BrĂŒnnhilde et aimer
 Gutrune.
Sous l’identitĂ© de Gunther, Siegfried envoĂ»tĂ© prend de force BrĂŒnnhilde et l’anneau. Au chĂąteau, BrĂŒnnhilde accuse Siegfried (qui a recouvrĂ© la mĂ©moire) : Hagen exploite la colĂšre de BrĂŒnnhilde et organise avec sa complicitĂ© (elle a rĂ©vĂ©lĂ© le seul point faible du hĂ©ros invincible), la mort de Siegfried. Pendant la chasse, Hagen fait assassiner Siegfried. Comprenant la supercherie, BrĂŒnnhilde tĂ©moigne de sa douleur ; honore la mĂ©moire de Siegfried trahi et organise un vaste bĂ»cher oĂč les flammes purificatrices effacent la barbarie nĂ©e de l’anneau et de la duplicitĂ© des hommes. Les filles du Rhin apparaissent reprenant leur butin : elles entraĂźnent Hagen le maudit au fond des eaux vengeresses

Quel monde nouveau naĂźtra-t-il aprĂšs ce nouveau chaos ? L’espĂ©rance que fonde Wagner dans son final est l’annonce d’un monde rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©, portĂ© par l’esprit d’amour et de fraternitĂ©.

 

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

A ÉCOUTER
Le podcast RING de WAGNER sur France Musique
https://www.francemusique.fr/emissions/musicopolis/Le-Grand-feuilleton-du-Ring-1-5-il-%C3%A9tait-une%20fois-89330

WAGNER EN SUISSELe 13 mai 1876, Richard Wagner avec les finance et l’appui indĂ©fectible du jeune Roi Louis II de BaviĂšre, peut inaugurer le ThĂ©Ăątre de Bayreuth, conçu pour la reprĂ©sentation de ses opĂ©ras dont la TĂ©tralogie ou “L’Anneau du Niebelung. Dans ce podcast, les origines du “Ring” et du ThĂ©Ăątre jusqu’Ă  sa triomphale premiĂšre, un voyage de plus de 25 ans !
En 1848, Wagner commence amorce la composition d’n nouveau cycle lyrique inspirĂ© du mythe des Nibelungen. Il Ă©crit un rĂ©sumĂ© puis un livret autour du hĂ©ros Siegfried et de sa mort (le futur CrĂ©puscule des Dieux). Peu convaincu, il approfondit encore sa comprĂ©hension de la Saga dans sa globalitĂ©. Wagner rĂ©dige les 4 livrets de la future TĂ©tralogie dans l’ordre inverse, terminant avec celui de l’Or du Rhin, prologue du cycle. Il poursuit ensuite la composition (dans l’ordre chronologique des opĂ©ras. Mais une crise intervient en 1857 en pleine composition de Siegfried, son 3e opĂ©ra…

————————————————————————————————————————————————–

 

 

SIMON-BOCCANEGRA-christian-gerhaher-opera-critique-classiquenews-zurich-luisi-vignetteOPERA EN LIGNE, critique. ZURICH, le 6 dĂ©c 2020. VERDI : Simon Boccanegra. Gerhaher, Fischesser. Luisi / Homoki. Dans le Prologue, tremplin de voix viriles, on comprend comment Simon le corsaire, celui qui vient du peuple et a sauvĂ© GĂȘnes des pirates, fut Ă©lu doge grĂące au concours de Paolo Albiani lui aussi plĂ©bĂ©ien et qui n’a que haine pour l’élite patricienne gĂ©noise, surtout les Fieschi. Verdi Ă©tablit d’ailleurs un contraste Ă©loquent entre le cƓur noir de Paolo, manipulateur fini, vipĂšre de l’ombre, et la grandeur morale de celui qui ne s’était pas vu en doge : Simon… LIRE notre critique complĂšte de SImon Boccanegra par le baryton Christian Gerhaher / EN REPLAY jusqu’au 5 janvier 2021 sur le site d’ARTEconcert.

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

 

 

 

 


ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE
JUSQU’AU 5 DÉCEMBRE 2020

Les samedis de l’Orchestre National de Lille

sur la chaüne YOUTUBE de l’ON LILLE Orchestre National de LilleAUDITO-2.0-Orchestre-national-de-lille-classiquenews
Jusqu’au 5 dĂ©cembre 2020 – L’Orchestre National de Lille a lancĂ© son offre digitale de concerts : AUDITO 2.0. Chaque concert Ă  20h, est jouĂ© sur la scĂšne de l’Auditorium du Nouveau SiĂšcle Ă  Lille et diffusĂ© en direct.

 

 

 

SAMEDI 7 NOVEMBRE 2020
Emerveillement poétique
MOZART : Concerto pour piano n°21
WEINBERG : Symphonie de chambre n°4
Michal Nesterowicz, direction
Alexander Gavrylyuk, piano

 

 

 

 

SAMEDI 14 NOVEMBRE 2020ORCHETSRE-NATIONAL-DE-LILLE-AUDITO-2.00-concert-digital-en-direct-depuis-l-auditorium-du-nouveau-siecle-lille-annonce-critique-concert-classiquenews
Emotions beethovéniennes
BEETHOVEN : LĂ©onore III, ouverture
BEETHOVEN : Symphonie n°4
Jan Willem de Vriend, direction

 

 

SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020
A la française
Compositeurs des années folles
Milhaud, Satie, Hahn

Karen Kamensek, direction

 

 

SAMEDI 28 NOVEMBRES 2020ORCHESTRE-NATIONAL-DE-LILLE-AUDITO-2.00-concert-digital-en-direct-depuis-l-auditorium-du-nouveau-siecle-lille-annonce-critique-concert-classiquenews
François, Richard, Wolfgang & Dimitri
Carte blanche à François Leleux
R. Strauss : Sérénade pour instrument à vent
Mozart : Concerto pour hautbois
Chostakovitch : Symphonie de chambre
François Leleux, direction et hautbois / LIRE notre présentation du CONCERT François LELEUX

 

 

 

 

 

SAMEDI 5 DÉCEMBRE 2020
La joie de Poulenc
TchaĂŻkovski : Concerto pour violon
Poulenc : Sinfonietta
Alexandre Bloch, direction
Patricia Kopatchinskaja, violon

 

LIRE ici notre prĂ©sentation d’AUDITO 2.0, l’offre digitale de concerts de l’Orchestre National de Lille en direct sur YOUTUBE
http://www.classiquenews.com/laudito-2-0-la-nouvelle-salle-de-concert-numerique-du-national-de-lille/

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

 

 

 

 

 VENDREDI 11 DÉCEMBRE 2020

OPÉRA : La Dame Blanche de Boieldieu

BOIELDIEU revient Ă  l'OpĂ©ra ComiqueOpĂ©ra en ligne. BOIELDIEU : La Dame Blanche, ven 11 dĂ©c 2020, depuis l’OpĂ©ra de Rennes, 19h30. La production mise en scĂšne par Louise Vignaud et dirigĂ©e par Nicolas Simon à la tĂȘte de l’Orchestre sur instrument ancien des SiĂšcles (19 instrumentistes) devait ĂȘtre crĂ©Ă©e Ă  CompiĂšgne (6 nov dernier) puis tourner en France cette saison (15 reprĂ©sentations dans 6 thĂ©Ăątres). L’ensemble de la tournĂ©e est reportĂ©e Ă  l’automne-hiver 2021-2022. La captation du 11 dĂ©c 2020 devrait dĂ©voiler la rĂ©ussite du projet. François-Adrien Boieldieu (1775 – 1834) éblouit par sa grĂące mĂ©lodique. EN LIRE PLUS

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

 

 

 Du 11 au 31 DÉCEMBRE 2020

OPÉRA : Le Palais EnchantĂ© de Luigi ROSSI

palais enchante opĂ©ra de dijon palazzo incantation opĂ©ra dijonOPERA EN LIGNE. Le Palais enchantĂ©e de LUIGI ROSSI depuis l’OpĂ©ra de Dijon : crĂ©Ă© Ă  Rome en 1642, la partition est commandĂ©e par le cardinal Barberini, aprĂšs que Rossi servit la Cour des Borghese pendant 20 ans. Le Palais enchantĂ© prĂ©figure l’Ɠuvre Ă  venir, Orfeo, commandĂ© par Mazarin Ă  Paris (1647) pour y implanter l’opĂ©ra italien. La Cour de la RĂ©gente Anne d’Autriche se devait de possĂ©der un spectacle royal digne de son rang. Le Palais enchantĂ© engage un plateau spectaculaire selon l’idĂ©al fastueux romain, Ă  l’opposĂ© de l’opĂ©ra vĂ©nitien chambriste et psychologique. 7h de spectacle, 27 personnages, 40 instrumentistes
 Il Palazzo incantato est une Ɠuvre d’art total, fusionnant thĂ©Ăątre, danse, chƓurs, dĂ©cors
 Le livret de Rospigliosi (futur pape ClĂ©ment IX) adapte le Roland furieux de l’Arioste, Ă©popĂ©e chevaleresque et vĂ©ritable labyrinthe amoureux qui perd corps et Ăąme des preux et des belles. Leonardo GarcĂ­a AlarcĂłn (directeur musical), Fabrice Murgia (metteur en scĂšne) / EN LIRE PLUS

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

 

 SAMEDI 5 DÉCEMBRE 2020

OPÉRA : IphigĂ©nie en Tauride de Gluck

iphigenie-tauride-gluck-critique-opera-rennes-angers-nantes-opera-critique-classiquenewsOPÉRA sur internet : IphigĂ©nie en Tauride Ă  l’OpĂ©ra de Rennes, le 5 dĂ©c 2020. L’IphigĂ©nie en Tauride de Gluck est une tragĂ©die sublime qui ressuscite la dignitĂ© des hĂ©ros mythologiques avec exception une fin heureuse. Sous la direction de Diego Fasolis, dans la mise en scĂšne du mayennais Julien Ostini l’action pose la question de « l’altĂ©ritĂ©, d’une forme de quĂȘte spirituelle et de la capacitĂ© des humains Ă  vivre ensemble. CondamnĂ©e Ă  ĂȘtre immolĂ©e par son pĂšre Agamemnon, IphigĂ©nie est sauvĂ©e et transportĂ©e par Diane en Tauride oĂč elle est devenue prĂȘtresse. Mais elle doit sacrifier un Ă©tranger qui n’est autre que son frĂšre Oreste qu’elle reconnaĂźt heureusement in extremis. Oreste pourra regagner MycĂšnes avec IphigĂ©nie pour y rĂ©gner. Tendu et hĂ©roĂŻque, grave et digne comme un relief antique, l’IphigĂ©nie de Gluck suscite un immense succĂšs Ă  sa crĂ©ation. L’orchestre, le chƓur articulent le drame avec clartĂ© et solennitĂ©. Gluck rĂ©alise ainsi sa rĂ©forme de l’opĂ©ra français Ă  la fin du XVIIIĂš, quelques annĂ©es avant la RĂ©volution. 2h10 avec entracte.

 

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

 

 

 E-DIFFUSION DU 20 NOV 2020 – REPLAY

OPÉRA : AKHNATEN de Philip Glass

glass-akhnaten-philip-GLASS-opera-on-line-opera-de-nice-classiquenews-annonce-critique-operaCOMPTE-RENDU, opĂ©ra. OpĂ©ra de Nice, e-diffusion du 20 nov 2020. GLASS : Akhnaten. Di Falco, Ciofi
 Lucinda Childs / Warynski (session enregistrĂ©e in situ le 1er nov 2020). L’OpĂ©ra de Nice multiplie les initiatives et malgrĂ© l’épidĂ©mie de la covid 19, permet Ă  tous de dĂ©couvrir le premier opĂ©ra Ă  l’affiche de sa nouvelle saison lyrique. Une e-diffusion salutaire et exemplaire
 Danses hypnotiques de Lucinda Childs, gradation harmonique par paliers, vagues extatiques et rĂ©pĂ©titives de Philip Glass, Akhnaten (1984) est un opĂ©ra saisissant, surtout dans cette rĂ©alisation validĂ©e, pilotĂ©e (mise en scĂšne et chorĂ©graphie) par Lucinda Childs, par visio confĂ©rences depuis New York. Les cordes produisant de puissants ostinatos semblent recomposer le temps lui-mĂȘme, soulignant la force d’un drame Ă  l’échelle de l’histoire. Les crĂ©ations vidĂ©o expriment ce vortex spatial et temporel dont la musique marque les paliers progressifs. Peu d’actions en vĂ©ritĂ©, mais une succession de tableaux souvent statiques qui amplifient la tension ou l’intensitĂ© poĂ©tique des situations.

 

Entre oratorio choral et opéra extatique,
l’opĂ©ra de Glass, Akhnaten glorifie la figure du Roi hĂ©rĂ©siarque, ivre de RĂȘ


 

glass-opera-akhnaten-opera-de-nice-critique-opera-classiquenews-critique-opera-nice-classiquenews-glass-akhnaten-akhenaton

—————————————————————————————————————————————————

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 VENDREDIS 20, 27 NOVEMBRE 2020

opera de rouen concertsOPÉRA DE ROUEN : cycle de concerts gratuits : « vivez l’opĂ©ra ». A partir du 20 nov 2020, l’opĂ©ra de Rouen met en ligne sur son site, concerts et extraits d’opĂ©ras en une session de 1h (sur la chaĂźne youtube de l’OpĂ©ra de Rouen : https://www.youtube.com/c/operaderouennormandie.

A VENIR :
vendredi 20 nov, 21h : extraits de La ClĂ©mence de Titus, dernier opĂ©ra seria de Mozart (contemporain de La FlĂ»te enchantĂ©e, 1791) – InterprĂštes : VITELLIA : SIMONA Ć ATUROVÁ ; SESTO : ANNA STÉPHANY ; SERVILIA :  CHIARA SKERATH ; ANNIO : ANTOINETTE DENNEFELD ; PUBLIO : DAVID STEFFENS – ORCHESTRE DE L’OPÉRA DE ROUEN NORMANDIE. BEN GLASSBERG, direction.

Programme :
ATTO PRIMO. Scena seconda. N° 2. Aria. Vitellia : « Deh se piacer mi vuoi » Scena nona. N° 9. Aria. Sextus : « Parto, ma tu ben moi » ATTO SECONDO. Scena prima. N° 13. Aria. Annio : « Torna di Tito a lato » Scena quinta. N° 16. Aria. Publio : « Tardi s’avvede » Scena settima. N° 17. Aria. Annio : « Tu fosti tradito » Scena decima. N° 19. RondĂČ. Sesto : « Deh per questo istante solo » Scena quattordicesima. N° 21. Aria. Servilia : « S’altro che lagrime » Scena quindicesima. N° 23. RondĂČ. Vitellia : Non piu di fori » : air justement lĂ©gendaire oĂč la voix de la soprano accompagnĂ© par le cor de basset (clarinette basse) exprime la mĂ©tamorphose dans le cƓur de Vitellia, jusque lĂ  manipulatrice haineuse


vendredi 17 nov 2020, 21h : Les Nuits d’étĂ© / Le guitariste Thibaut Garcia et la mezzo-soprano franco-italienne Lea Desandre retrouvent Ben Glassberg et l’Orchestre de l’OpĂ©ra de Rouen (Ɠuvres de Louise Farrenc : Ouverture n°1 en mi mineur / Hector Berlioz : Les nuits d’étĂ© / Joaquin Rodrigo : Concierto de Aranjuez pour guitare et orch. « Je suis impatient Ă  l’idĂ©e de prĂ©senter ce rĂ©pertoire si riche et variĂ©, portĂ© par tant de talents, rĂ©unis pour l’occasion et animĂ©s par la passion de partager une Ă©motion avec toutes celles et ceux qui nous regarderont depuis chez eux. C’est cela, vivre l’opĂ©ra ! », dĂ©clare Ben Glassberg, directeur musical de l’Orchestre de l’OpĂ©ra de Rouen Normandie.

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 14 NOV 2020

Samedi 14 novembre 2020 / OPERARAMEAU-jean-philippe-portrait-hippolyte-et-aricie-classiquenews
RAMEAU : Hippolyte et Aricie, 1733 – sur France Musique Ă  20h et sur ARTEconcert (annoncĂ© Ă  partir de 16h)
LIRE notre présentation de ce programme Rameau : Hippolyte et Aricie :
http://www.classiquenews.com/hyppolite-et-aricie-de-rameau-en-direct/

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

 13 NOV 2020

arte-concert-arts-de-la-scene-ballets-vod-critiques-classiquenewsCONCERT EVENEMENT pour les victimes du 13 nov 2015, demain vendredi 13 nov 2020, 20h. 5 aprĂšs le traumatisme perdure
 Pour dĂ©passer la sidĂ©ration, sublimer l’insupportable tout en cĂ©lĂ©brant tant de vies assassinĂ©es par des barbares haineux, Louise Albertini a commandĂ© une nouvelle partition au compositeur libanais Bechara El-Khoury, en mĂ©moire de son fils StĂ©phane,…

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CONFINEMENT DE MARS, AVRIL, MAI 2020

REVOIR ici les programmes et productions diffusĂ©s pendant le premier confinement 2020…

NOUS Y ÉTIONS...OpĂ©ra chez soi, ballets Ă  la maison, concerts en direct
 En quelques semaines (depuis la mi mars), confinement oblige, internet est devenu le seul accĂšs Ă  la culture, sous condition que les acteurs habituels, empĂȘchĂ©s Ă  prĂ©sent, diffusent sur leur site spĂ©cifique leurs propres contenus. L’offre s’est Ă©largie ; elle ne cesse de s’enrichir mĂȘme et les maisons d’opĂ©ras et de danse, les institutions d’Europe les plus diverses (orchestres, salles de concerts, festivals
) mettent en ligne leurs fonds vidĂ©o, certains en streaming et selon les acteurs, sur une durĂ©e plus ou moins limitĂ©e. Classiquenews vous propose ici sa sĂ©lection des meilleurs sites et programmes annoncĂ©s. Certains jouent la carte du live, offrant de rĂ©els instants uniques dont feu et fragilitĂ© renouvellent l’esprit du partage, comme une alternative concrĂšte Ă  l’interdiction dĂ©sormais de se regrouper dans les salles
 (voir ci aprĂšs, les concerts live du cycle « Aux notes citoyens », initiĂ© par le Festival 1001 notes).
De quoi alimenter notre curiositĂ©, stimuler l’évasion et conjurer autant qu’il se peut les mĂ©faits de l’enfermement obligĂ©. Nous ajoutons aussi les perles du net soit les programmes disponibles ordinairement accessibles sur la toile
 Bon confinement, prenez soin les uns des autres et restez chez vous !

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

 

L’AUDITO 2.0, la nouvelle salle de concert numĂ©rique du National de Lille

CONFINEMENT : L’ON LILLE inaugure l’AUDITO 2.0, sa nouvelle salle de concert numĂ©rique. Dans le contexte contraignant du confinement, l’ON LILLE renforce son offre digitale en respectant les mesures imposĂ©es par l’état d’urgence sanitaire. La phalange lilloise a dĂ©montrĂ© son adaptabilitĂ© exemplaire dans un contexte Ă©prouvant : assurer la continuitĂ© du travail artistique, maintenir sa relation au public, dans le respect des gestes barriĂšres et des mesures de sĂ©curitĂ© sanitaire.
L’Orchestre National de Lille enrichit son offre audiovisuelle en lançant sa salle de concert numĂ©rique : l’Audito 2.0. En s’appuyant sur les ressources techniques de son son studio mobile (crĂ©Ă© depuis 2015), l’ON LILLE l’Orchestre National de Lille diffuse de nouveaux formats sur sa chaĂźne youtube, l’une des plus riches Ă  ce jour, communiquant la poursuite d’une activitĂ© artistique dont l’activitĂ© maintient le lien entre musiciens, instrumentistes et chef, et public. L’offre digitale de l’ON LILLE, aprĂšs l’édition du Lille Piano(s) Festival 2020, totalement numĂ©rique, premiĂšre prouesse rĂ©ussie depuis le premier confinement de mars 2020, s’enrichit ainsi, dĂšs ce soir, grĂące Ă  un nouveau cycle de concerts diffusĂ©s en direct, sur Youtube, depuis l’auditorium du Nouveau SiĂšcle Ă  Lille qui est le lieu de rĂ©sidence de l’Orchestre lillois.

Chaque samedi Ă  20h durant le confinement, l’ON LILLE / Orchestre National de Lille diffuse un concert inĂ©dit Ă  voir et revoir gratuitement pendant plusieurs mois depuis l’Audito 2.0 accessible via la chaĂźne YouTube de l’Orchestre : www.youtube.com/orchestrenationaldelille

 ORCHESTRE-NATIONAL-DE-LILLE-concerts-critique-AUDITO-2.0-nouvelles-concerts-alexandre-bloch-classiquenews-confinement-concerts

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

5 premiers rendez-vous

sont prĂ©vus Ă  partir du 7 novembre jusqu’au 5 dĂ©cembre 2020 :

https://www.youtube.com/playlist?list=PLjt12Zt-aSM12p3JI5CXB8zllWROJOD9-

 

 

 

En flashant le QR code, accéder aux notes du programme présentant et expliquant le programme du soir :
https://www.youtube.com/watch?v=mnSJe6u5kYM&list=PLjt12Zt-aSM12p3JI5CXB8zllWROJOD9-

 

 

 

 AUDITO-2.0-Orchestre-national-de-lille-classiquenews

————————————————————————————————————————————————–

 

 

 

ON LILLE / ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE

 

 

 

SAMEDI 7 NOVEMBRE 2020
Emerveillement poétique
MOZART : Concerto pour piano n°21
WEINBERG : Symphonie de chambre n°4
Michal Nesterowicz, direction
Alexander Gavrylyuk, piano

 

 

 

SAMEDI 14 NOVEMBRE 2020
Emotions beethovéniennes
BEETHOVEN : LĂ©onore III, ouverture
BEETHOVEN : Symphonie n°4
Jan Willem de Vriend, direction

 

 

 

SAMEDI 21 NOVEMBRE 2020
A la française
Compositeurs des années folles
Milhaud, Satie, Hahn

Karen Kamensek, direction

 

 

 

SAMEDI 28 NOVEMBRES 2020
François, Richard, Wolfgang & Dimitri
Carte blanche à François Leleux
R. Strauss : Sérénade pour instrument à vent
Mozart : Concerto pour hautbois
Chostakovitch : Symphonie de chambre
François Leleux, direction et hautbois

 

 

 

SAMEDI 5 DÉCEMBRE 2020
La joie de Poulenc
TchaĂŻkovski : Concerto pour violon
Poulenc : Sinfonietta
Alexandre Bloch, direction
Patricia Kopatchinskaja, violon

 

 

 

Concerts à vivre en direct chaque samedi à 20h, en replay dans la PLAYLIST l’AUDITO 2.0

 

 ON-LILLE-Orchestre-national-de-lille-audito-2.0-concerts-annonce-critique-classiquenews

 
 

 

 

 

 L’Orchestre National de Lille  -  Photo : © Ugo Ponte / ON LILLE