Karine Deshayes chante Norma (Aix, juil 2022)

Karine Deshayes, cantatesFrance Musique, sam 3 sept 2022, 20h. BELLINI : Norma. Karine Deshayes chante la dignité tragique de la prêtresse gauloise, trahie par le romain Pollione, mais qui trouve dans l’acte sacrificiel ultime, une grandeur morale admirable… Au départ une intrigue amoureuse entre trahison et abandon… Norma, grande prêtresse des Gaulois, a comme amant secret un officier romain (le proconsul Pollione) qui lui a donné deux enfants ; quand elle découvre qu’il la délaisse pour une autre gauloise (Adalgisa), plus jeune, plus attractive, elle se fait aussi menaçante que Médée, avant de se sacrifier sur un bûcher expiatoire.
Première à Aix… Le titre-phare du bel canto – l’un des plus parfaits chefs-d’œuvre de l’histoire de l’opéra est donné pour la première fois au Festival d’Aix-en-Provence, temple de l’art mozartien depuis ses débuts.

Riccardo Minasi dirige sa propre édition critique à la tête de l’Ensemble Resonanz, spécialisé dans les interprétations historiquement informées ; Michael Spyres et Amina Edris entourent Karine Deshayes dans le rôle-titre, qui effectue en même temps sa prise de rôle et ses débuts au Festival / Présentation du drame de Bellini.

CHANTER NORMA… dans le sillon de la créatrice, Giuditta Pasta n’est pas chose aisée pour toutes les cantatrices soucieuse de relever les défis de ce rôle de femme forte, tragique, toujours digne. Norma est prêtresse à la lune et fille du druide Oroveso, mariée secrètement au Consul romain Pollione. Sa position entre 2 clans affrontés fonde sa nature conflictuelle ; trahie, Norma est une victime. Sa grandeur morale fait plier finalement tous ses ennemis, y compris l’indigne romain Pollione, qui l’a abandonnée. Mère et femme trahie, Norma incarne un personnage mythique de l’opéra romantique italien ; le rôle offre un profil unique de tragédienne extatique, langoureuse, hallucinante (en particulier dans le fameux air à la lune, “Casta diva », air légendaire qui a fait le triomphe avant elle, de Maria Callas ou de Montserrat Caballe).

NORMA / ADALGISA : FEMMES SOLIDAIRES…
La tendresse du rôle, son caractère noble et énigmatique, sa moralité aussi font du personnage de Norma, sublime vertueuse, l’un des plus complexes et admirables du répertoire romantique italien. Bellini et son librettiste Romani excellent aussi à peindre l’amitié entre les deux femmes, toutes deux liées à Pollione, mais inspirées par un idéal de loyauté des plus respectables. Adalgisa jure d’infléchir le coeur de Pollione pour qu’il revienne auprès de Norma et ses deux garçons (duo magique Norma / Adalgisa : « Si, fino all’ore », acte II). Ainsi c’est dans la mort et les flammes, que Norma et Pollione se retrouvent unis pour l’éternité.

_________________________________________

FRANCE MUSIQUE : Norma de Bellini avec Karine Deshayes
Samedi 3 septembre, 20h-23h

Après avoir plusieurs fois chantĂ© l’autre rĂ´le fĂ©minin – Adalgisa – de l’opĂ©ra de Bellini, Karine Deshayes chante pour la première fois le rĂ´le-titre de Norma ce 18 juillet au Grand-Théâtre de Provence, dans le cadre de Festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence en version de concert

Opéra en version de concert donné le 18 juillet
Grand Théâtre de Provence
dans le cadre du Festival d’Aix en Provence

Vincenzo BELLINI : Norma
Opéra en deux actes sur un livret de Felice Romani
d’après la tragédie d’Alexandre Soumet Norma ou l’Infanticide, créé le 26 décembre 1831 à la Scala de Milan

Karine Deshayes, mezzo-soprano, Norma,
grande prĂŞtresse du temple des druides

Michael Spyres, ténor, Pollione, proconsul romain

Amina Edris, soprano, Adalgisa, jeune vierge aimée de Pollione
Krzysztof Baczyk, basse, Oroveso, chef des druides, père de Norma
Julien Henric, ténor, Flavius, centurion romain, ami de Pollione
Marianne Croux, soprano, Clotilda, confidente de Norma

Choeur Pygmalion
Ensemble Resonanz
Direction : Riccardo Minasi

______

CRITIQUE, BD : Norma – Si l’opĂ©ra m’était dessiné… (d’après Norma de Bellini – Ă©ditions KifadassĂ©)

Kifadasse editions norma bd critique classiquenews Norma pollione adalgisaCRITIQUE, BD : Norma – Si l’opĂ©ra m’était dessiné… (d’après Norma de Bellini – Ă©ditions KifadassĂ©) – L’éditeur belge KifadassĂ© renouvelle la rĂ©ussite des prĂ©cĂ©dents ouvrages (ThaĂŻs, Alcina) en prenant certes appui sur le livret du drame lyrique originel, mais aussi en soulignant certains aspects de l’action ou tel trait de la psychologie d’un personnage. Tout ces focus subjectifs mais fidèles Ă  l’histoire, que permet le dessin. En l’occurrence, ici, se distingue la figure du proconsul romain Pollione, plus brossĂ© comme un ĂŞtre dĂ©chirĂ© et submergĂ© par sa nouvelle passion, que comme un traĂ®tre sans coeur. On apprĂ©cie aussi le dessin tout en Ă©rotisme racĂ© de Norma, vraie prĂ©dicatrice hallucinĂ©e dont la fureur intĂ©rieure première (y compris vis Ă  vis de ses propres enfants) est ensuite canalisĂ©e par un sens du sacrifice et de la dignité… admirable. D’ailleurs c’est le sentiment d’admiration qu’elle inspire qui conduit ce mĂŞme Pollione Ă  mourir avec elle… La tribut gauloise conduite par le druide Oroveso (père de Norma est Ă©voquĂ©e avec une âpretĂ© virile idĂ©alement guerrière, toute ivre du culte de leur dieu majeur Irminsul… : les traits sont vifs, la mise en couleur, transparente… et la relation entre les deux gauloises dominĂ©e par leur sentiment amoureux pour le mĂŞme homme (Norma et sa cadette Adalgisa, deux rivales « rĂ©conciliĂ©es ») complète une galerie de portraits finement caractĂ©risĂ©e. De quoi prĂ©parer l’écoute de l’opĂ©ra proprement dit sans rien manquer ni des enjeux politiques et collectifs, ni de l’évolution intĂ©rieure des personnages… On attend dĂ©jĂ  le prochain album annoncĂ© dĂ©diĂ© au… Fidelio de Beethoven. CLIC de CLASSIQUENEWS Ă©tĂ© 2022.

_________________________

CRITIQUE, BD : Norma – Si l’opĂ©ra m’était dessiné… (d’après Norma de Bellini – Éditions KifadassĂ©) – plus d’infos ici : https://www.kifadasse.com