CD Ă©vĂ©nement, critique. JOMMELLI : Il Vologeso (Mozartists, Ian Page, 2 cd Signum – live London, avril 2016)

cd-jommelli-page-jommelli-il-vologeso-2496CD Ă©vĂ©nement, critique. JOMMELLI : Il Vologeso (Mozartists, Ian Page, 2 cd Signum – live London, avril 2016). Il Velogoso marque en fĂ©v 1766, la maĂ®trise du Napolitain Jommelli (52 ans), cĂ©lĂ©brĂ© eu Europe comme le gĂ©nie napolitain de l’opera seria entre baroque et classicisme, Haendel et Mozart, et alors directeur de la musique du jeune duc Karl Eugen de Wurttemberg, mĂ©lomane avĂ©rĂ© dont la capitale Ă©tait Stuttgart. C’est lĂ  que l’opĂ©ra inspirĂ© de Lucio Vero de Zeno est crĂ©Ă© avec un orchestre et des chanteurs de premier plan. Ian Page et ses formidables instrumentistes expriment idĂ©alement le souffle nerveux, palpitant de l’orchestre de Jommelli, un auteur totalement oubliĂ© aujourd’hui et si peu joué… que Balzac pourtant avait dĂ©jĂ  mis Ă  l’honneur dans ses nouvelles sur la musique (« Sarrasine » : carrière du sculpteur Sarrasine Ă  Rome).
LIRE notre dossier JOMMELLI (1714-1774) :
http://www.classiquenews.com/niccolo-jommelli-1714-1774/

Passé par Mannheim, Jommelli sait articuler les passions les plus intimes avec un feu orchestral d’une élégance inouïe, renouvelant à sa manière le style Sturm und drang ; les cordes somptueuses règnent en souveraines avec parfois des solos (hautbois, cor, …) d’une profondeur et d’une sincérité émotionnelle dont se souviendra évidemment le jeune Mozart. La coupe, le souffle, la vivacité, l’élégance du style sont ici majeurs : autant de valeurs qui réservent aux premiers chanteurs protagonistes incarnant le couple phare : Vologeso et Berenice des airs saisissants, d’une pudeur classique et pourtant frappé par un sentiment déjà romantique. Pourtant le Lucio Silla de Mozart ne verra le jour qu’en 1772 : en 1766, Jommelli éblouit déjà par une intelligence dramatique prémozartienne, et une caractérisation musicale qui sublime toute convention.
L’air de Bérénice au III (l’un des plus développés, précédé par un récitatif accompagnato, forme ciselée par Jommelli : « Berenice, ove sei ? puis l’air « Ombra que pallida ») témoigne de l’extrême attention du Napolitain dans l’élucidation psychologique de son héroïne : non pas prétexte à rhétorique passionnelle mais individualité habitée par un destin conflictuel : voilà la source du premier Mozart de toute évidence.

De sorte que Ian Page a rempli son office, dans la clarification des sources auxquelles a pu puiser le Wolfgang de Mitridate (1770), Lucio Silla (1772), … Ici l’itinéraire de Bérénice est digne de Corneille et Racine : un être de chair et de sang, d’une subtile caractérisation grâce à la finesse du chef britannique.
Le fondateur et directeur artistique des Mozartists répond à la promesse de son projet artistique : éclairer le contexte dont Mozart est l’héritier. De ce point de vue, ce Velogoso, seria de la maturité du Napolitain Jommelli convainc sans réserve : n’écoutez que le cd2, actes II et III, très finement conçus; le déroulement du drame, l’écriture musicale, l’enchainement des situations sont passionnants. Et l’on comprend pourquoi Balzac a dédié à Jommelli, toute une nouvelle littéraire.
CLIC D'OR macaron 200La distribution est engagée, elle aussi, comme les instrumentistes, nerveuse et juste. Avec des palmes spéciales pour la Bérénice de la soprano Gemma Summerfield. Ce live de 2016 remplit totalement le but qu’il s’était fixé : éclairer ce en quoi la sensibilité dramatique de Jommelli pouvait avoir influencé le génie de Mozart. CLIC de CLASSIQUENEWS automne 2021.

Cd Ă©vĂ©nement, critique. Niccolò JOMMELLI : Il Vologeso. Stuart Jackson, Jennifer France, Gemma Summerfield, Angela Simkin, Tom Verney, Rachel Kelly, The Mozartists, Ian Page. Live enregistrĂ© Ă  Londres en avril 2016 – 2 cd Signum SIGCD692. CLIC de CLASSIQUENEWS automne 2021.

Plus d’infos sur le site des MOZARTISTS
https://www.mozartists.com/

___________

Précédents cd The Mozartists / Ian Page, critiqués sur CLASSIQUENEWS :

___________

CD événement, annonce. ARNE : Artaxerxes / The Mozartists / Ian Page / 2 cd Singnum classics. L’excellent chef Ian Page conduit ses troupes mozartiennes en terres lyriques primitives, quand simultanément à Gluck (Orfeo), le compositeur national Thomas ARNE proposait une version anglaise de l’opéra seria (italien), avec originalité et cohérence comme en témoigne son Artaxerxes, opéra seria chanté en anglais, créé à Covent Garden en 1762. CLIC de CLASSIQUENEWS (avril 2021)
http://www.classiquenews.com/cd-evenement-annonce-arne-artaxerxes-the-mozartists-ian-page-2-cd-signum-classics/

___________

CD événement : STURM UND DRANG 1 / The Mozartists, Ian Page et Chiara Skerath, soprano (1 cd Signum classics, janv 2019) – Voici le premier volet d’un cycle annoncé de 7 qui d’abord confirme l’excellence expressive du collectif dirigé par le britannique Ian PAGE, de toute évidence en affinité avec le répertoire servi ; puis c’est l’intelligence d’un programme somptueux et original, idéalement agencé qui fusionne avec pertinence plusieurs joyaux de l’opéra avec deux remarquable perles symphoniques signées Beck (maître de Mannheim) et Haydn : soit le vivier foisonnant d’idées et de maîtrise auquel s’est confronté Mozart. Le superbe programme symphonique montre combien les années 1760 à 1770 dans l’écriture orchestrale, annonce l’essor romantique. Préclassique et surexpressif, voire frénétique et déjà romantique, le style de Gluck …
http://www.classiquenews.com/cd-evenement-sturm-und-drang-1-the-mozartists-ian-page-et-chiara-skerath-soprano-1-cd-signum-classics-janv-2019/

___________

CD, critique. MOZART : Apollo et Hyacinthus (Classical Opera, Ian Page, Signum classics, 2011). Frénétique (post gluckiste), nerveux, sanguin, l’orchestre de Appolo et Hyacinthus prolonge la coupe et la syncope du Sturm un drang, tout en révélant déjà la sensibilité émotionnelle du jeune Mozart, ici confronté à l’opéra pour la première fois, réussit plutôt un ouvrage qui relève du genre oratorio. Commande de l’Université des bénédictins de Salzbourg en 1767, l’ouvrage est le fruit des réflexions très mures déjà d’un compositeur de 11 ans. D’emblée c’est l’assurance et la tendresse de l’écriture qui force l’admiration (ampleur à la fois noble et profonde du premier choeur « Numen o Latonium », qu’accompagne un orchestre d’un raffinement absolu. L’ouvrage est l’aboutissement d’un travail et d’une conception, prolongement de sa tournée européenne réalisée en 1766, au cours de laquelle le jeune compositeur recueille la riche expérience et le style des contrées traversées. Wolfgand n’en est pas à sa première pièce d’envergure
http://www.classiquenews.com/cd-critique-mozart-apollo-et-hyacinthis-classical-opera-ian-page-signum-classics-2011/

___________

CD, critique. MOZART IN LONDON (1764-1765). The Mozartists / Ian Page (2 cd Signum records, 2015). A 9 ans, le jeune Wolfgang entend séduire toute l’Europe grâce à un « tour » général qui passe évidemment par Londres, d’avril 1764 à juillet 1765, soit son séjour le plus long dans une capitale européenne. Piloté par son père Leopold, le jeune prodige enchante les têtes couronnées et les patriciens britanniques, tous émus par ses dons au clavecin principalement. Mais l’impact de ce séjour à Londres se révèle surtout profitable pour la jeune imagination du futur compositeur car à Londres il rencontre ainsi nombre de créateurs déjà adulés
http://www.classiquenews.com/cd-critique-mozart-in-london-1764-1765-the-mozartists-ian-page-2-cd-signum-records-2015/

___________

CD, critique. Mozart: Die Schuldigkeit des ersten Gebots (Classical Opera / Ian Page, 1 cd Signum classics). Résurrection sincère… On ne saura trop louer l’initiative du chef britannique Ian Page, fondateur en 2017 de la compagnie (orchestre et chanteurs), The Mozartists, dont le nom indique l’expression et la réalisation d’une passion, idéalement maîtrisée, la musique de Mozart : symphonies, cantates, oratorios, etc… et aussi l’opéra, genre privilégié pour lequel Ian Page a fondé un collectif désormais dédié « Classical Opera ». Après Apollo e Hyacinthus (mai 2012), voici un drame peu connu d’une poésie exceptionnelle aux thèmes graves et d’une finesse insoupçonnée (comme souvent chez Wolfgang). Die Schuldigkeit des ersten Gebots / Le devoir du Premier Ordre ainsi révélé (enregistré à l’été 2012),
http://www.classiquenews.com/cd-critique-mozart-die-schuldigkeit-des-ersten-gebots-classical-opera-ian-page-2cd-signum-classics-2012/