SCEAUX, La Schubertiade présente le Quintette en fa mineur de Franck

schubertiade-sceaux-leaderboard-18-19-190-800-VIGNETTE-classiquenewsSCEAUX, La SCHUBERTIADE, sam 16 avril 2022 : Syntonia. Quintettes de Dvorak et Franck. Voilà un programme réjouissant qui célèbre opportunément l’année César Franck 2022 (bicentenaire de la naissance le 10 décembre 2022 prochain) : en choisissant son quintette, de surcroît par des interprètes qui ont été salués pour leur affinité profonde et subtile avec la partition (Syntonia), La Schubertiade de Sceaux offre ainsi l’un de ses programmes les plus attendus.

Le Quintette en fa mineur permet à Franck de revenir à la musique de chambre en 1879, après 35 ans de silence (dans ce genre). La partition est crée en janvier 1880 à la Société Nationale fondée par Saint-Saëns en 1870, ce dernier, dédicataire, jouant la partie de piano. Mais un dédicataire assez léger, puisqu’après le dernier accord, il délaissa assez dédaigneusement le manuscrit sur le piano, comme s’il n’y prêtait aucune estimation… selon les témoignages. Le Quintette cependant inaugure en 1880 toute une série de pièces maîtresses , affirmant désormais un nouvel essor de la musique de chambre française post romantique, aussi éblouissante que celle germanique, illustrée dans le sillon rafraîchi par Franck, par Chausson, Debussy (grand admirateur du Quintette), D’Indy évidemment, Fauré, Schmitt… Ravel.

PENSÉE INQUIETE, OBSESSIONNELLE…
2022 : l'année miraculeuse du Bicentenaire César Franck ?Pourtant Franck, alors sur le métiers des Béatitudes, y explore les ressources de la grande forme architecturale : exigence expressive, complexité structurelle, utilisant son fameux principe cyclique ; puissance aussi de la texture qui évoque la résonance de l’orgue et du grand orchestre… ses qualités sont multiples et se révèlent au fur et à mesure des écoutes successives. Beaucoup ne voit à torts que sa richesse épaisse quand il faudrait y déceler une nouvelle étape dans la maturation de l’auteur, vers une inquiétude intime qui tourne presque à l’obsession. Franck doute, s’interroge comme nulle part ailleurs, à travers le chant distinct, caractérisé des 5 instruments.

Le Quintette développe ainsi 3 parties selon une pensée toujours originale : l’introduction dramatique préludant à un développement rapide / le lento « con molto sentimento », conçu comme une aria, en 3 sections / enfin l’Allegro ultime, fougueux, fièvreux, intranquille voire déconcertant. Serait-ce de fait, l’oeuvre qui dévoile le mieux la passion exacerbée mais rentrée du « Pater Seraphicus », certes homme de foi mais aussi âme tourmentée… plus profonde et équivoque qu’il n’y paraît ?

__________________________________

 

 

 

SCEAUX, Hôtel de Ville

Samedi 16 avril 2022 à 17h30boutonreservation
Quintette Syntonia
Stéphanie Morally (violon), Thibault Noally (violon),
Caroline Donin (alto), Patrick Langot (violoncelle),
Romain David (piano)

Dvořák : Quintette n°2 op 81
Franck : Quintette

PLUS D’INFOS, RÉSERVEZ VOS PLACES
directement sur le site de La Schubertiade de Sceaux
https://www.schubertiadesceaux.fr/edition-2021-2022/

 

 

syntonia-quintette-piano-concerts-sceaux-critique-classiquenews

 
 

__________________________________

Présentation du programme par La Schubertiade de Sceaux :
«  Syntonia tient une place à part dans l’univers de la musique de chambre. Fondé en 1999, l’ensemble est aujourd’hui en France l’unique quintette avec piano constitué / Il propose deux grandes figures du romantisme avec l’inspiration aux couleurs slaves de Dvořák et le quintette passionné de Franck pour lequel Syntonia a été élu « meilleure interprétation » par la Tribune des critiques de disques sur France Musique ».

__________________________________

 

 

 

Stradella de César Franck à l'Opéra royal de Wallonie, 19-29 septembre 2012LIRE aussi notre dossier CESAR FRANCK 2022 / BICENTENAIRE CESAR FRANCK 1822 – 2022 – 2022 marque les 200 ans de la naissance de César Franck, compositeur né à Liège (le 10 décembre 1822) mais français de coeur et qui marqua définitivement la musique hexagonale à l’époque du wagnérisme. Les historiens et musicologues ont réduit l’image du créateur à un organiste mystique, pédagogue fervent, apportant à chaque genre musical, une manière de modèle irréfutable : le Quatuor, la Sonate, évidemment la Symphonie (chez lui en ré mineur, développée de façon organique selon le principe cyclique). En vérité Franck et le franckisme – car l’époque est aux courant constitués, communautarisés dirions nous aujourd’hui-, défend une manière de classicisme moderne : il fait partie des membres fondateurs de la Société nationale de musique, fondée après le choc de 1870 pour favoriser l’éclosion des compositeurs français (et qu’il dirige en 1886). Ses disciples militent pour son art désormais irréfutable et admirable : Chausson, d’Indy, Vierne, Ropartz, Tournemire, Bréville… sans omettre Mel Bonis et Augusta Holmès dont on ferait bien de redécouvrir la singularité captivante.

https://www.classiquenews.com/200-ans-de-cesar-franck-1822-2022-dossier-pour-le-bicentenaire-cesar-franck/

 

 

 

 

 

 

Comments are closed.