PIANO. Mort du pianiste brésilien Nelson Freire, félin du clavier, le 1er nov 2021.

freire-nelson-piano-encores-decca-critique-cd-classiquenewsPIANO. Mort du pianiste brésilien Nelson Freire, félin du clavier, le 1er nov 2021. L’ami, le “frère”, le double de la pianiste argentine de Martha Argerich, est mort dans la nuit du 1er novembre, à Rio de Janeiro, à 77 ans. Nelson Freire s’est éteint dans la nuit du dimanche au lundi 1er nov 2021, jour de la Toussaint. Depuis 2019, après une chute à Rio qui avait affecté son épaule droite, l’artiste avait interrompu ses concerts, renonçant même récemment à siéger parmi le jury du dernier Concours Chopin de Varsovie.
Personnalité discrète, voire « mystérieuse », Freire connaît un succès planétaire en 2000 avec ses Chopin et surtout Schumann / candeur solaire de « Rêverie » dans Scènes d’enfant (2003, Decca). Depuis, l’éloquence du pianiste s’est distinguée toujours grâce à un toucher aérien, d’une sensualité simple et liquide qui reste éminemment transparent et articulée, y compris chez Brahms (splendide Concertos pour piano et orchestre, sous la baguette de Chailly, Decca).

Né le 18 octobre 1944 à Boa Esperança (sud-est du Brésil) est un garçon fragile que seul le chant du piano (joué par sa soeur) rassérénère (un clavier venu d’Allemagne selon le vœu de sa mère). Le jeune musicien démontre alors un tempérament exceptionnel, d’une vie intérieure illimitée, servie par une technique somptueuse, alliant déjà puissance et pudeur.
A 8 ans, à Rio, le gamin trouve enfin son professeur : Nise Obino, qui a travaillé avec Arthur de Greef, l’élève favori de Liszt. Le mentor lui ouvre toutes les portes de la connaissance sensible (« Esotérisme, art, politique, littérature »), captant ce que chaque partition contient de drame intérieur…
En puis c’est la révélation de 1957 à 13 ans, quand l’adolescent remporte le Concours international de Rio : jugé et adoubé par Marguerite Long, Lili Kraus et Guiomar Novaes, membres du Jury. Le Carioca s’installe à Vienne. Là, sa rencontre en 1959 avec Martha Argerich le marque définitivement : il ne se quitteront plus. Frères et complices pour la vie.
BRAHMS nelson freire piano decca par classiquenews critique annonce et review cd CLIC de classiquenews ete aout 2017 500x500Aux côtés de la louve féline, qui vit la nuit, Freire paraît en petit frère lutin, malicieux, “Nous avons toujours existé l’un pour l’autre » assure Nelson. Même profondeur, même hypersensibilité (chacun ne parvenait pas à vaincre le trac avant chaque concert). Parmi ses modèles, outre Martha, Rubinstein (adulé au Brésil), Josef Hofmann (dédicataire du 3è Concerto de Rachmaninov), … Comme de nombreux autres géants du piano, Nelson Freire a regretté la standardisation du jeu pianistique actuel, par conformité, par manque de personnalité, célébrant à l‘inverse les tempéraments singuliers, Walter Gieseking, Vladimir Horowitz, Alfred Cortot… Poète du clavier, Nelson Freire a recherché toujours ce point d’équilibre entre la sensation et le toucher ; produire la couleur du sentiment et cette éloquence scintillante du « jeu perlé qui chante ».

Nelson Freire (18 octobre 1944 – 1er novembre 2021)

_______________________________________________

 

 

 

 

LIRE les critiques des CD Nelson Freire publiées sur CLASSIQUENEWS :

 

 

freire-nelson-piano-encores-decca-critique-cd-classiquenewsCD critique. ENCORES : Nelson FREIRE, piano (1 cd DECCA). DECCA souffle les 75 ans du pianiste brésilien NELSON FREIRE, et aussi des décennies de coopération artistique, l’artiste étant avec Cecilia Bartoli l’un des derniers plus anciens interprètes exclusif de la marque bicolore. Les 30 titres ici composent une manière de jardin personnel, où rayonnent l’éclectisme rêveur et enchanté des 12 pièces lyriques de Grieg, préservées comme un cycle unitaire. Toutes sont des pièces q’il a joué en fin de récital, comme des « bis », ou « encores » selon la terminologie anglos axonne.

 

 

 

Comments are closed.