PARIS, Opéra Comique. FIDELIO, 25 sept > 3 oct 2021

Fidelio-beethoven-teste-pichon-opera-comique-septembre-2021-annonce-critique-opera-classiquenewsPARIS, Opéra Comique. BEETHOVEN : Fidelio. 25 sept > 3 oct 2021. Pichon / Teste. Après les deux premières versions créées en 1804 et 1805, sous le nom de « Léonore », la 3è et dernière proposition par l’auteur, jouée à Vienne en 1814, s’intitule désormais « Fidelio ». Le metteur en scène exploite les champs significatifs liés au travestissement de l’épouse fidèle Léonore, devenu « Fidelio » pour sauver son époux emprisonné : « J’ai choisi (…) de considérer le travestissement comme une expérience identitaire vertigineuse dans laquelle je est toujours un autre.

Leonore ou Fidelio ?

Une fois changée en homme, Léonore n’est pas plus Léonore que Fidelio mais son corps est devenu une arme politique capable de renverser l’ordre du monde. De déjouer un système injuste dans lequel l’idéologie de la surveillance règne en maître. Il y a quelque chose de l’ordre de la naissance dans ce travestissement : devenir homme ici, c’est renaître, mais renaître au cœur d’un paradoxe : dans le corps de l’ennemi, le gardien de prison. Sommet de l’imposture : faire semblant d’appartenir à un système que l’on attaque de l’intérieur ; en épouser les codes, les gestes, la langue pour construire un récit fictif qui se déploie au cœur du réel, et qui paraît plus vrai que vrai. La fiction Fidelio trompe non seulement les travailleurs et le gouverneur de la prison mais aussi Marceline dans l’intimité de son désir. C’est dire son pouvoir de subversion et sa puissance », précise Cyril Teste, acteur principal de la nouvelle production.

Le spectacle devrait aussi mettre en lumière ce qui est tenu caché, dans l’obscurité de l’arbitraire injuste, le choeur des prisonniers et Florestan, l’époux incarcéré de Leonore / Fidelio, victime d’un procès partial et d’un système tyrannique abject. Beethoven est clairement du côté de la liberté fraternelle, contre le despotisme incarné ici par Pizzaro, brute sadique qui organise l’exécution de Florestan par injection létale (Acte II : « sans sang, sans arme, et sans douleur »). Toute l’action au final heureux, traverse les ténèbres barbares pour renaître à la lumière… De sorte qu’avec la libération de Fidelio, la constance indéfectible de Leonore, l’espoir peut vaincre la fatalité.

PARIS, Opéra Comiqueboutonreservation
Beethoven : Fidelio
5 représentations, du 25 septembre au 3 octobre 2021
Singspiel en deux actes. Livret de Joseph Sonnleithner et Georg Friedrich Treitschke.
Créé (version III) en 1814 au Theater an der Wien

Leonore  : Siobhan Stagg
Florestan : Michael Spyres
Marzelline : Mari Eriksmoen
Rocco : Albert Dohmen
Don Pizarro : Gabor Bretz
Don Fernando : Christian Immler
Jaquino : Linard Vrielink

Choeur et orchestre Pygmalion
Direction musicale : Raphaël Pichon
Mise en scène : Cyril Teste

Spectacle en allemand surtitré en français et en anglais
Durée estimée : 2h05 sans entracte

INFOS, RÉSERVATIONS
sur le site de l’Opéra Comique à PARIS
https://www.opera-comique.com/fr/saisons/saison-2021/fidelio

Tarifs :  145, 125, 100, 75, 50, 35, 15, 6 €
Renseignements www.opera-comique.com

samedi 25 septembre à 20h
lundi 27 septembre à 20h
mercredi 29 septembre à 20h
vendredi 1 octobre à 20h
dimanche 3 octobre à 15h

Comments are closed.