LIVRE événement, critique. Les Métamorphoses du ballet, histoire et identité d’une genre lyrique, XVIIè – XVIIIè siècles / éditions Aedam Musicae

ballet metamorphoses du ballet rameau cahusac rousseau gluck critique livre classiquenews aedam musicae 9782919046751LIVRE événement, critique. Les Métamorphoses du ballet, histoire et identité d’une genre lyrique, XVIIè – XVIIIè siècles / éditions Aedam Musicae – Remarquable analyse sur le terme même de « ballet » et tout ce qu’il signifie dans l’histoire de l’opéra français: dès la fin du XVIIè, – après l’offrande lullyste, les auteurs s’emparent du « ballet » à la fois pièce dansée et vocable générique, pour réformer et régénérer le genre en le croisant avec le développement chorégraphique qui structure jusqu’à l’architecture dramatique des ouvrages ; on sait combien à la naissance de l’opéra français versaillais, Lully et Molière (Psyché) avaient déjà conçu le futur opéra tragique en partant de la danse et du ballet de cour. Avant Rameau (et ses Indes Galantes de 1735), le temps est à l’amour et à la danse : le ballet, forme hybride, réinvente l’opéra et offre à la fin du règne de Louis XIV, un formidable réservoir de formes théâtrales : « Ballet héroïque », « opéra-ballet », « ballet comique », « ballet bouffon », …
Le titre du présent ouvrage « Métamorphoses » indique clairement l’évolution continue d’un genre polymorphe, jamais réellement fixé, entre danse, drame, chant (et effets de machinerie, mis de côté ici); véritable laboratoire et vivier de possibilités du spectacle vivant. A l’opposé de notre conception exclusive sur la notion de cohérence dramatique, le spectacle baroque en France privilégie plutôt la variété et les contrastes, célébrant le « fragment » où la chanteuse doit chanter autant que danser ! L’époque et son esthétique sont à la célébration de l’action lyrique par le mouvement ; aucune tragédie sans divertissements et ballets. Avant Rameau, dans le plein XVIIIè, les 4 opéras-ballets de Campra, comportent pas moins de 123 danses ! Le ballet structure tout opéra français ; son sujet même (mis en scène sous forme de « divertissement ») éclaire et enrichit le sens général du drame. D’esprit mobile et adaptable – voire mercantile, les directeurs optent pour des représentations en « fragments », soit une série de ballets courts sans unité poétique entre eux, – d’auteurs différents-, mais composites et disparates, vecteurs de surprises spectaculaires qui flatte le goût du public (moins de certains témoins comme JJ Rousseau…).
L’approche analytique est large et mesure toutes les composantes des arts du spectacle gravitant autour de la notion de ballet … outre la notion clé qu’apporte le cas emblématique du « Fragment », c’est la conception même du drame et de son déroulement formel sur la scène qui se précise à travers les diverses contributions ; la dernière partie (quatrième) est de ce point de vue la plus passionnante, apportant des éléments clés sur la genèse du « ballet héroïque » à l’orée du règne de Louis XV ; sur « le ballet figuré » conçu par le librettiste de Rameau, Cahusac (à l’épreuve de Zaïs de Rameau, 1748) ; sur « l’architecture harmonique des ballets à plusieurs actes ou entrées chez Rameau » ; enfin interroge l’esthétique du ballet chez Gluck et sa place au sein de l’Académie royale de musique… Incontournable.

______________________________

CLIC_macaron_2014LIVRE événement, critique. Les Métamorphoses du ballet, histoire et identité d’une genre lyrique (XVIIè – XVIIIè siècles) – Aedam Musicae – Ouvrage collectif sous la direction de Alexandre De Craim, Thomas Soury
Paru en mars 2022 / CLIC de CLASSIQUENEWS printemps 2022.

PLUS D’INFOS sur le site de l’éditeur Aedam MUSICAE :
https://www.musicae.fr/livre-Les-metamorphoses-du-ballet-Ouvrage-collectif-sous-la-direction-de-Alexandre-De-Craim–Thomas-Soury-248-216,215.html

Comments are closed.