LIVE STREAMING, opéra. LILLE, Opéra. Le 3 juin 2021. PUCCINI : Tosca. Joyce El-Khoury, Orchestre National de Lille – Alexandre Bloch

CRITIQUE opéra, LIVE STREAMING. LILLE, Opéra. Le 3 juin 2021. PUCCINI : Tosca. Joyce El-Khoury, Orchestre National de Lille – Alexandre Bloch – La mise en scène met le théâtre en avant, et donc la violence d’un pouvoir avide d’assassinats, probablement perpétrés à l’initiative de l’infâme Scarpia, baron inique, et patron de la police romaine. Le début de l’opéra commence ainsi par une exécution en règle, à laquelle le public présent applaudit à tout rompre : au moins le climat est fixé. Nous sommes sous le régime d’une terreur (qui dit spectacle, dit assassinats). Et les amants maudits, le bonapartiste libertaire (et peintre) Mario Cavaradosi et sa maîtresse, la cantatrice Floria Tosca (que désire Scarpia) surgissent de l’ombre telles deux âmes fraternelles, passionnés, humaines, totalement impuissant face à la machine sanguinaire.
Le trio infernal se réalise grâce à une caractérisation soignée, vraisemblable. Côté chant, c’est surtout la sincérité souvent déchirante de la soprano Joyce El-Khoury qui se détache ; toujours très engagée à tenir son personnage de femme loyale amoureuse prête à tout pour sauver celui qu’elle aime (et qui se fait arrêté et torturé par Scarpia). Sa fameuse prière au II (Vissi d’arte, vissi d’amore, à la table du démon Scarpia) bouleverse par son ardeur éplorée, sa grandeur morale démunie.

 

 

 

TOSCA-Opera-de-lille-orchestre-national-de-lille-alexandre-Bloch-critique-streaming-classiquenews-juin-2021-CRITIQUE-opera

 

Tableau final de l’opéra : auprès du corps de Mario assassiné, Tosca se tue…

L’orchestre tire son épingle du jeu : souple et puissant ; détaillé et très suggestif, sous la baguette d’Alexandre Bloch, directeur musical du National de Lille, le chef dirige en veste blanche, dans une fosse élargie et au milieu des musiciens ; la partition de Puccini dévoile tout ce qu’elle comprend d’ampleur cinématographique dans sa progression dramatique, ses séquences contrastées, sa palette psychologique si juste… l’Orchestre peint de véritables paysages, picturaux, émotionnels, comme le chant du jeune berger au début du III, ici chanté par 3 jeunes filles, qui évoque les collines romaines et les troupeaux qui y paissent… vision pastorale inouïe dans un drame barbare qui ici se termine par le suicide par pendaison de Tosca.
On est happé de bout en bout par la tension d’un orchestre qui sait rugir (auprès de Scarpia) autant qu’implorer (la prière de Tosca).

 

 

 

_____________________________________________________________________________________

 

LIVE STREAMING, opéra. LILLE, Opéra. Le 3 juin 2021. PUCCINI : Tosca. Joyce El-Khoury, Orchestre National de Lille – Alexandre Bloch

 

 

 

Tosca, opéra en trois actes de Giacomo Puccini (1858-1924)
Livret de Luigi Illica et Giuseppe Giacosa
d’après la pièce de Victorien Sardou

Création à Rome le 14 janvier 1900

Direction musicale : Alexandre Bloch
Mise en espace : Olivier Fredj
Lumières : Nathalie Perrier
Assistant à la direction musicale : Constantin Rouits
Chef de chant : Benjamin Laurent
Chefs de choeur : Yves Parmentier, Pascale Diéval-Wils

Avec
Floria Tosca : Joyce El-Khoury
Mario Cavaradossi : Jonathan Tetelman
Le baron Scarpia : Gevorg Hakobyan
Cesare Angelotti : Patrick Bolleire
Le sacristain : Frédéric Goncalves
Spoletta : Luca Lombardo
Sciarrone : Matthieu Lécroart
Un geôlier : Laurent Herbaut
Un berger : Violette Desmalines, Daphné Greff-Kielar, Emma Ponte
Amané Shiozaki, Marion Smith (en alternance)
Choeur de l’Opéra de Lille
Jeune Choeur des Hauts-de-France
Orchestre National de Lille

REVOIR en REPLAY TOSCA de PUCCINI par l’Orchestre National de Lille, Alexandre Bloch :
https://www.youtube.com/watch?v=85Nz22l31Mw&t=7915s

Comments are closed.