La Clémence de Titus de MOZART à Nantes et à Angers

MOZART wolfgang vienne 1780 1790 classiquenews 1138381-portrait-wolfgang-amadeus-mozartNANTES, ANGERS : MOZART : Clémence de Titus 12 déc 21 – 18 janv 22. Après Lucio Silla, Mitridate, Idomeneo… le dernier Mozart aborde en cette année 1791 (qui est aussi la dernière de sa vie), l’opera seria, défi dramaturgique en langue italienne ayant ses règles. L’ouvrage (créé le 6 septembre 1791) répond à la commande de la Cour des Habsbourg, pour célébrer le couronnement de l’empereur Leopold II, comme roi de Bohème. Il fait encore évoluer son écriture pour plus de vertiges orchestraux et une dramaturgie serrée, contrastée, d’une rare violence intérieure. En cela annoncée par la Symphonie K550 n°40 en sol mineur… sorte de tempête émotionnelle d’une acuité sensible jamais écoutée auparavant. S’il fallait démontrer le romantisme du « classique » Mozart, la seule audition de l’ouverture de Titus, puis l’un des airs les plus bouleversants, celui de Vitellia (Non più fiori…), enfin la dite Symphonie en sol mineur précédente, suffirait à dévoiler le Mozart inquiet, exalté, tendre et d’une profondeur irrésistible.
On peut même affirmer qu’avec La Flûte enchantée écrite la même année et dans le genre du singspiel (totalement chanté, et parlé en allemand), La Clémence de Titus marque un point d’aboutissement esthétique. Désir de vengeance, fidélité, honneur, amour, dépit…tout s’enchaîne ainsi mais au paroxysme des passions répond aussi la faculté des êtres à se métamorphoser ; ainsi Vitellia qui au début haineuse et revancharde à l’endroit de Titus, n’aspire qu’à la paix finale, prenant conscience du mal qu’elle a commis… L’état d’urgence est politique, social, amoureux, mais il est d’abord intensément psychologique et évidemment musical.

 

titus-mozart-angers-nantes-opera-rophe-mamelli-opera-annonce-classiquenewsAinsi La Clémence de Titus au verbe ciselé (sobriété expressive des recitatifs dont la coupe et la vérité valent Racine), porté par un orchestre incandescent (l’incendie du Capitole) est une partition bouleversante. L’empereur Titus fait l’expérience amère de la trahison et de la solitude, mais sait pardonner à tous ceux qui l’ont trahi ; sa clémence devient l’emblème du politique vertueux. Le cœur de Vitelia incarne la haine changée en amour.. un miracle émotionnel dont seul l’opéra sait nous exprimer la sincérité. Pilier de l’agitation émotionnelle qui foudroie chaque protagoniste, la figure du politique éclairé, Titus, dont la confiance intime ne varie pas. Sa clémence égale sa constance.

 

 

 

NANTES, THÉÂTRE GRASLIN
DÉCEMBRE 2021
Vendredi 10 – 20h
Dimanche 12 – 16h
Mardi 14 – 20h
Jeudi 16 - 20h
Samedi 18 – 18h

 

 

ANGERS, GRAND THÉÂTRE
JANVIER 2022
Dimanche 16 – 16h
Mardi 18 – 20h

 

En italien, avec surtitres français
Durée : 2h30

RÉSERVEZ VOS PLACES directement sur le site d’ANGERS NANTES OPERA
https://www.angers-nantes-opera.com/la-programmation-2022/la-clemence-de-titus

 

 

 

CONSULTER aussi notre dossier spécial La Clémence de Titus de Mozart : un seria plus romantique que classique :
http://www.classiquenews.com/tag/la-clemence-de-titus/

 

 

 

 

Comments are closed.