JOURNÉE HOMMAGE à PAULINE VIARDOT (Opéra-Comique, le 6 oct 2021)

PARIS, Opéra-Comique. Mer 6 oct 2021 : PAULINE VIARDOT, journée hommage à l’Opéra-Comique pour le bicentenaire de sa naissance, le 18 juillet 1821. Au programme, colloque (10h-13h), master classe (15h-18h, avec Felicity Lott) et concert à 20h : mélodies de Pauline Viardot (entre autres). Avec, entre autres, Dame Felicity Lott, Michel Dalberto, Nathanaël Gouin, l’orchestre des jeunes de l’Union européenne….

Viardot NYPL - Version 2Pauline Viardot est née dans une famille de musiciens et de chanteurs. Son père le baryténor andalou Manuel Garcia enseigna à ses enfants : Maria, la légendaire diva morte en 1836 en pleine gloire ; Pauline qui deviendra mezzo comme sa sœur ainée; enfin Manuel, qui sera baryton… Pauline commence sa carrière dès 1838 dans le sillon de sa défunte sœur : à la technique vocale, elle ajoute surtout le souci de réalisme, grâce à un jeu d’actrice qui bénéficie de ses lectures et recherches sur chaque rôle abordé; Berlioz, Meyerbeer, Saint-Saëns,  Gounod composent pour elle, reconnaissant le génie de l’interprète. En  1849,  elle  incarne  Fidès,  mère courageuse et  femme  du  peuple,  à  la  création du Prophète de Meyerbeer, et aussi Sapho, premier opéra d’un Gounod ainsi révélé. En 1859, Berlioz réécrit le rôle d’Orphée pour elle, dans Orphée et Eurydice de Gluck. Pauline défend aussi les auteurs anciens, Haendel, et surtout Mozart dont elle achète en 1855, en vendant ses bijoux, le manuscrit du Don Giovanni : relique désormais vénérée par tous ses invités (dont Tchaikovski) venus rencontrer et retrouver la cantatrice collectionneuse chez elle.
En 1873, la mezzo devenue légende vivante se retire des planches pour se consacrer à la pédagogie et à la transmission. Prolongeant ses opéras, certains comme Dernier Sorcier sur un livret de Tourgueniev (1869), Pauline approfondit ses talents de compositrice comme en témoignent ses nombreuses mélodies (souvent inspirées par l’Espagne, le pays de son père) ; à partir de 1874 (et jusqu’en 1883), la diva compositrice s’installe dans sa villa de Bougival. Elle y reçoit de nombreux écrivains, piliers du romantisme français et européen : Chopin, Liszt, Verdi, Brahms, Lamartine, Dickens, Flaubert, Zola,  Hugo, les  Dumas,  Maupassant, les  Goncourt, Delacroix, les Schumann, Wagner, Tourgueniev. George Sand s’inspire de sa vie dans son roman Consuelo, dont l’action évoque l’ascension d’une chanteuse. Pauline s’engage aussi pour les compositeurs français : Gounod, Fauré, Saint-Saëns… Elle s’éteint à Paris, le 18 mai 1910.
Le pavillon de Bougival, ancienne demeure de Pauline Viardot, est aujourd’hui l’objet d’une restauration ambitieuse et devrait abriter à partir de 2024, le CEM, Centre Européen de Musique.

INFOS et RÉSERVATIONS
sur le site de l’Opéra Comique
https://www.opera-comique.com/fr/spectacles/pauline-viardot-1821-2021

pauline-viardot-opera-comique-bicentenaire-classiquenews-colloque-concert-masterclass

Comments are closed.