GENEVE : La Juive d’Halévy (15 – 28 sept 2022)

halevy la juive opera de geneve annonce critique classiquenews allenGENEVE, HALÉVY : la Juive. 15 – 25 sept 2022. Suite du cycle genevois dédié au grand opéra français romantique. Après les Huguenots, voici donc la Juive, drame à la française, créé en 1835, contemporain des Puritains ou de Lucia di Lammermoor. Auprès de Meyerbeer, et dans le sillon tracé dès 1829 par Rossini et son drame français Guillaume Tell, le parisien Fromental Halévy connaît avec La Juive, un éclatant succès. Le maître de Bizet (qui deviendra son gendre), fixe les éléments constitutifs de l’opéra français romantique, généreux en décors, en scène collective spectaculaire, en drame sanglant, sacrificiel, en particulier à la fin, où l’horreur et la terreur le disputent au coup de théâtre. Proche de Meyerbeer, Halévy sait écrire de superbes airs, et aussi souligner combien le destin implacable est une machine irrépressible qui broie les individus. En cela il répond à l’esthétique grand spectacle souhaité par le directeur de l’Opéra, Véron, désireux de séduire un public toujours plus nombreux parmi les bons bourgeois de la Monarchie de Juillet. La Juive fit l’admiration de Wagner.

Abouti, l’ouvrage – très librement inspiré d’Ivanhoé de Walter Scott, sait impressionner mais aussi convaincre car il aborde des sujets toujours acides : intolérance religieuse, impérialisme, fanatisme.

Sur la scène du théâtre social, Halévy joue des identité et filiations supposées : l’orfèvre juif Éléazar et sa fille, la belle Rachel, hébergent un jeune homme, « Samuel », aimé de Rachel, mais qui en réalité est Léopold, prince très chrétien marié à la Princesse Eudoxie. Mais le père ici est-il le protecteur légitime de sa fille Rachel ? Car celle ci est-elle réellement sa progéniture ? Au moment fatal et tragique où la haine et la folie fanatique précipite le sort des deux juifs, le père et sa fille supposé, Eleazar dévoile l’identité de Rachel, au cardinal Brogni : sa propre fille, très chrétienne, qu’il croyait morte. Le propre de l’opéra français est de ménager rebondissements et confrontations jusqu’à la scène finale, ultime qui exacerbe les passions.

Grand spectacle fanatique
Sacrifice individuel

Après sa vision des Huguenots (Deutsche Oper Berlin), l’Américain David Allen aborde le grand opéra français avec l’ironie et ce goût de la comédie noire qu’on lui connaît désormais.

Dans le rôle légendaire d’Éléazar, incarné hier par les grands ténors Caruso, Carreras, Neil Shicoff, débute à Genève John Osborn, impressionnant Raoul dans Les Huguenots en 2020, et dans le rôle-titre de Rachel, Ruzan Mantashyan, somptueuse Natacha de Guerre et Paix en 2021.

 __________________________

Fromental Halévy  : LA JUIVE
Livret d’Eugène Scribe
Créé en 1835 à l’Académie royale de musique
Dernière fois au Grand Théâtre de Genève en 1926-1927

6 représentations à Genève, à 19h30 boutonreservation
jeudi 15, samedi 17, mardi 20, vendredi 23,
dimanche 25 septembre 2022 (15h)
mercredi 28 septembre 2022.

RÉSERVEZ VOS PLACES
directement sur le site de l’Opéra de Genève
https://www.gtg.ch/saison-22-23/la-juive/

________________

DISTRIBUTION

Rachel : Ruzan Mantashyan
Le Juif Eléazar : John Osborn
Léopold : Ioan Hotea
La Princesse Eudoxie : Elena Tsallagova
Le Cardinal de Brogni : Dmitry Ulyanov
Ruggiero / Albert : Leon Košavić

Chœur du Grand Théâtre de Genève
Orchestre de la Suisse Romande
Coproduction avec le Teatro Real de Madrid
Direction musicale: Marc Minkowski
Mise en scène : David Alden

Comments are closed.