FRANCE MUSIQUE. DEBUSSY : Pelléas et Mélisande (Liceu, mars 22)

debussy_profil_430FRANCE MUSIQUE. Sam 9 avril 2022, 20h. DEBUSSY : Pelléas et Mélisande (Liceu, mars 22). L’INQUIETUDE TRAGIQUE… Pour Maeterlinck, Pelléas et Mélisande (écrit en 1892) exprime le désir d’un renouvellement et d’une rupture : « Pour le moment je travaille à un drame simplement et banalement passionnel, afin de me tranquilliser, et peut-être parviendrai-je à détruire ainsi cette étiquette de poète de l’horreur qu’on me colle sur le dos. » A défaut d’horreur, le dramaturge a définitivement clos la porte du réalisme. S’il se passionne étudiant à Paris, pour Mallarmé et Villiers de l’Isle-Adam, Maeterlinck ne tarde pas à trouver sa voie propre : une vision esthétique particulièrement marquée par le tragique et le sentiment de l’inéluctable catastrophe. C’est peut-être pour cette raison que son théâtre convient parfaitement à l’opéra. Un sentiment tragique qui ne s’incarne pas véritablement dans l’action mais imprègne les êtres et les situations comme un climat d’imperceptible inquiétude. Le non-dit, l’implicite, l’allusif distillent leur vénéneuse action. Pour lui, l’art exprime plus qu’il ne dévoile. Pas de héros antiques et de dieux opposés, souvent la simplicité des gens de peu mais dont l’épaisseur psychologique laisse deviner de profondes souffrances. Il était logique que la musique capable de dire sans parler, porte idéalement cette quête du mystère, cette écoute particulière aux mouvements de la psyché, ce théâtre de l’âme. Portrait : Claude Debussy (DR).

Le théâtre de Maeterlinck : mystère du style, faillite du mot :

Je ne comprends pas non plus tout ce que je dis, voyez-vous…
Je ne sais pas ce que je dis… Je ne sais pas ce que je sais…
Je ne dis plus ce que je veux…  (Mélisande, Acte V)

Debussy s’empare de Pelléas
Dès le début de la genèse de la pièce, le musicien, spectateur de l’unique soirée de représentation (le 17 mai 1893) témoigne son vif intérêt pour le sujet et l’esthétique qu’il sous-tend. Maeterlinck réceptif rédige lui-même un livret d’après sa pièce en 1902. Mais Debussy n’a cure des intentions du poète : il arrange son propre texte et surtout, ne souhaitera plus engager dans le rôle de Mélisande, la chanteuse Georgette Leblanc, compagne de Maeterlinck depuis 1895

LIRE la suite de notre dossier Pelléas et Mélisande de Debussy :
https://www.classiquenews.com/claude-debussy-pelleas-et-melisande-1902/

________________________________

logo_francemusiqueSpectacle donné le 8 mars 2022 au Gran Teatre del Liceu à Barcelone.
: Avec Franz Josef Selig, basse, Arkel, roi d’Allemonde / Dame Sarah Connolly, contralto, Geneviève, mère de Golaud et Pelléas / Stanislas de Barbeyrac, ténor, Pelléas, petit-fils d’Arkel / Simon Keenlyside, baryton, Golaud, demi frère de Pelléas / Julie Fuchs, soprano, Mélisande / Stefano Palatchi, basse, Un médecin
Choeur du Gran Teatre del Liceu dirigé par Conxita García
Orchestre du Gran Teatre del Liceu
Direction : Josep Pons – Spectacle donné le 8 mars 2022 au Gran Teatre del Liceu à Barcelone.
Claude Debussy : Pelléas et Mélisande L 88 / Opéra (Drame Lyrique) en 5 actes et 15 tableaux sur un livret du compositeur d’après la pièce de Maurice Maeterlinck – créé à l’Opéra-Comique de Paris le 30 avril 1902.

Comments are closed.