France Musique, sam 20 nov 2021, 20h. Haendel : Il Trionfo del Tempo e del Disinganno.

handel-haendel-portrait-classiquenewsFrance Musique, sam 20 nov 2021, 20h. Haendel : Il Trionfo del Tempo e del Disinganno. A travers l’oratorio peu à peu élaboré, Haendel soumet l’éclectisme géniale de son imagination à l’aulne de son exigence dramatique. Pas un emprunt ou une idée adoptée s’ils ne servent surtout l’efficacité de l’action, l’acuité et intensité de l’expression. Avant Londres et alors qu’il n’est que le jeune compositeur saxon à Rome, Haendel aborde le genre oratorio mais en… italien. Ainsi se succèdent Il trionfo del Tempo e del Disinganno, oratorio allégorique (Rome, juin 1707), surtout La Resurrezione (Rome, Palazzo Bonelli, avril 1708)… premier oratorio sacré alors dirigé par Corelli : le jeune Haendel y écrit comme à l’opéra, mais sans virtuosité gratuite, soignant l’expression d’une effusion hallucinée, victorieuse à l’énoncé de la Résurrection.

Haendel en Italie: 3 ans d’éblouissement

Voici le jeune Haendel en voyage à Rome, Naples, Venise. Le tour d’Italie se révèle propice à une révélation personnelle et artistique; celui qui, déjà émancipé à 18 ans comme violoniste de rang dans l’orchestre de l’opéra de Hambourg (1703, alors dirigé par l’intraitable Keiser), découvre in situ, la magie de l’opéra italien, “dans le texte”. Immersion d’autant plus féconde que les premiers chefs d’oeuvre ne tardent pas à éclore: le jeune musicien âgé de 22 ans, protégé de Ferdinand de Medicis à Florence, rejoint Rome.

HAENDEL CLASSIQUENEWS handel_-_fr_gesellschaftSes premiers “devoirs” catholiques (Dixit Dominus, Laudate pueri, Nisi Dominus) étonnent, captivent, convainquent. Très vite, les “grands” se disputent sa manière: le cardinal Pamphili lui commande la musique de son texte pour un oratorio Il trionfo del Tempo e del Disinganno (création au Palais Ottoboni, Carême 1707). Comme c’est le cas du peintre Poussin au XVIIè, le contact du milieu romain produit un déchaînement de l’énergie créatrice, une “furià” magnifique qui n’est pas seulement éblouissante dans les moyens et l’écriture: sa vérité et sa justesse de ton sont indiscutables aussi.
Avant La Résurezzione, l’oratorio Il trionfo del Tempo e del Disinganno marque un premier coup d’éclat musical à Rome, accordé aux intentions poétiques et morales du texte cardinalesque : la cantate célèbre l’inconstance première de la Beauté, d’abord séduite par le Plaisir, ce dernier opposé par le Temps (Tempo) et la Vérité (Disinganno). La Beauté évolue enfin et s’accorde à une révélation progressive où triomphent les deux derniers, Temps et Vérité. Outre les acrobaties vocales requises pour chacun des solistes, Haendel réserve au Plaisir, l’air célèbre, de haute séduction manipulatrice : « Lascia la spina », version originale du tube devenu incontournable « Lascia ch’io pianga » de l’opéra Rinaldo.

Concert donné le 11 octobre 2021 en la Grande salle Pierre Boulez de la Philharmonie à Paris.
Il Trionfo del Tempo e del Disinganno
Le triomphe du Temps et de la Vérité
Georg Friedrich Haendel
Oratorio en deux actes sur un livret du du Cardinal Benedetto Pamphili.
Julia Lezhneva, soprano, Piacere
Ana-Maria Labin, soprano, Bellezza
Carlo Vistoli, contre-ténor, Disinganno
Krešimir Špicer, ténor, Tempo
Les Accents Thibault / Noally, violon et direction

France Musique, sam 20 nov 2021, 20h. Haendel : Il Trionfo del Tempo e del Disinganno

LIRE aussi notre dossier Haendel en Italie
https://www.classiquenews.com/georg-friedrich-haendel-portrait-le-voyage-en-italiefrance-musique-grands-compositeur-du-13-au-17-avril-2009-13h/

Comments are closed.