CRITIQUE, Festivals d’été 2021. Verbier Festival, Salles des Combins, les 21 et 22 juillet 2021. S Babayan, Verbier Festival Chamber Orchestra, A Pappano, le 21 juil 2021/ J Jansen , M Maisky, M Pletnev, le 22 juil 2021

CRITIQUE, Festivals d’été 2021. Verbier Festival, Salles des Combins, les 21 et 22 juillet 2021. Sergey Babayan (piano), Verbier Festival Chamber Orchestra, Antonio Pappano (direction) le 21 juil 2021/ Janine Jansen (violon), Mischa Maisky (violoncelle) et Mikhaïl Pletnev (piano) le 22 juil 2021.

verbier-festival-2021-critique-concert-pappano-direction-classiquenews-critique-concertAprès une édition 2020 annulée pour cause de pandémie, le Verbier Festival a pu se tenir du 16 juillet au 1er août 2021, grâce à un protocole sanitaire strict… ce qui n’a pas empêché l’apparition de cas testés positifs au sein du Verbier Festival Orchestra entraînant la modification (voire l’annulation) de certains concerts. Rien de tel, par bonheur, avec le Verbier Chamber Orchestra avec lequel nous avions rendez-vous le 21 juillet, sous l’immense tente des Combins ; au programme : Mozart et Brahms dirigé par Sir Antonio Pappano. La première partie permet d’écouter l’excellent pianiste américano-arménien Sergey Babayan dans le 27ème (et dernier) Concerto de Mozart. Équilibrés, les différents pupitres installent d’emblée un climat radieux et, dirigés par un Pappano très inspiré, conversent à merveille avec le piano, souverain de bout en bout. Dès les premières notes, Babayan nous délecte de son Cantabile moelleux, un modèle du genre. La vérité mozartienne résonne ici avec modernité, elle atteint l’âme des auditeurs, en occupant pleinement l’espace. Surtout les différentes facettes de Mozart se succèdent : à la tendresse et à la gaîté apparente, mêlée parfois d’une touche d’humour, succèdent des notes dramatiques empreintes de gravité… La clarté de l’exécution est d’un attrait irrésistible dans le dernier mouvement, et le public ne boude pas son plaisir en faisant une fête tant au pianiste qu’aux jeunes instrumentistes et à leur chef.
En deuxième partie place à la Sérénade n°1 de Brahms, qui fut achevée simultanément à la Symphonie n°1 avec laquelle elle partage d’indiscutables similitudes. L’auteur y revisite – en un véritable hommage – l’œuvre de Mozart et élégance virtuose. Là aussi Pappano parvient à galvaniser sa juvénile phalange, en lui insufflant un élan quasi chorégraphique et une exaltation toute dansante, qui ont ravi le très cosmopolite public du Verbier Festival.

Le lendemain (22 juil), dans le cadre des « rencontres inédites », place à la musique de chambre, où des musiciens présents dans la station alpestre pour des prestations individuelles, créent un programme original. A l’instar de la violoniste néerlandaise Janine Jansen, du violoncelliste russe Mischa Maisky et de son compatriote pianiste Mikhaïl Pletnev pour une très belle interprétation du Trio pour piano et cordes opus 50 de Tchaïkovsky, « A la Mémoire d’un Artiste » dont il éclairent entre autres la grande inventivité mélodique. L’exposé du thème du début permet notamment au public d’entendre le jeu austère mais très expressif de Mischa Maisky. Sur le plan de l’équilibre, on regrette cependant le jeu un peu en retrait du pianiste et celui « trop imposant » de la violoniste (qui « écrase » par moments ses deux partenaires). Le Finale, presque brahmsien (malgré le peu d’estime que Tchaïkovski avait pour ce dernier!) et fournissant plus de matière, permet aux interprètes de trouver l’équilibre parfois manquant dans les premiers mouvements, et d’offrir à l’audience la pleine mesure de leurs capacités !

CRITIQUE, Festivals d’été 2021. Verbier Festival, Salles des Combins, les 21 et 22 juillet 2021. Sergey Babayan (piano), Verbier Festival Chamber Orchestra, Antonio Pappano (direction) le 21 juil 2021/ Janine Jansen (violon), Mischa Maisky (violoncelle) et Mikhaïl Pletnev (piano) le 22 juil 2021. Photo : Antonio Pappano (DR).

Comments are closed.