CRITIQUE, concert. LA ROQUE D’ANTHERON. Auditorium du Parc, le 14 août 2021. PURCELL, HAENDEL, JS. BACH. VARVARA.

CRITIQUE, concert. LA ROQUE D’ANTHERON. Auditorium du Parc, le 14 août 2021. PURCELL, HAENDEL, JS. BACH. VARVARA. La jeune femme est belle, blonde, élancée et son jeu est à l’unisson. La concentration avant chaque pièce témoigne du grand sérieux avec lequel la pianiste russe tient les anciens en estime. Puis la grâce et la liberté qu’elle met dans son jeu nous emportent vers la joie d’un piano qui peut tout jouer. Certes Purcell, Haendel et Bach ont écrit pour le clavecin et l’orgue, Varvara le sait très bien et ne cherche pas à imiter ces instruments. Elle assume franchement le jeu au piano et se sert des possibilités du « piano moderne » afin de libérer la joie contenue dans ces suites de danse. Le Ground de Purcell est extraordinaire alors que la suite était extrêmement souple, limpide et vivante sous des doigts particulièrement agiles. Haendel est si vivant, si élégant et si joueur sous les doigts de la pianiste russe que nous pourrions en écouter longtemps sans aucune lassitude. C’est facile, clair joyeux. Un vrai bonheur (cf son irrésistible CD consacré aux suites de Haendel).

Piano à La Roque 2021
VARVARA : LE CHARME DANS TOUS SES ÉTATS

 

varvara-piano-la-roque-antheron-aout-2021-concert-classiquenews-critique-concert-classiquenews

 

L’humour du caprice de Bach est magnifié par le jeu enjoué de Varvara. Le prélude et fugue en si bémol mineur extrait du Clavier bien tempéré montre combien le jeu est parfaitement organisé, clairement structuré, impeccablement réalisé. Du grand art ! Pour prendre une métaphore dans l’art pictural, je dirais qu’après la peinture à l’huile des grands soirs romantiques et virtuoses ce travail évocateur d’estampes, gravures à la pointe fine, donne à la musique une pureté bien séduisante.

Ce qui marquera c’est un charme sans égal. De même que ce choix de se faire nommer pour la scène par son joli prénom. Sa manière souriante au moment des saluts est un régal. Les deux bis restent avec Bach le grand : un extrait planant de la cantate de la chasse et le thème des variations Goldberg joués tous deux … en un rêve éveillé. Voilà une artiste très attachante et fine musicienne. L’apparente simplicité des grands anciens trouve dans cette interprète par ailleurs grande virtuose, une alliée de choix.

CRITIQUE, concert. La Roque d’Anthéron. Auditorium du parc Florans, le 14 août 2021. Henry Purcell (1659-1695) : Suite en ut majeur ; Ground en ut mineur ; George Frédéric Haendel (1685-1759) Chaconne en sol mineur HWV 435 ; Suite en sol majeur HWV 437 ; Suite en sol mineur HWV 432 ; Jean- Sébastien Bach (1685-1750) : Caprice sur le départ de son frère bien aimé BWV 992 ; Prélude et fugue en si bémol mineur BWV 867 ; Varvara, piano – Photo : © Valentine Chauvin 2021 / La Roque d’Anthéron 2021

Comments are closed.