CRITIQUE. Concert. 30ème FESTIVAL DE SALON DE PROVENCE. Château de l’Emperi, le 30 Juillet 2022. RIMSKY-KORSAKOV, POULENC, IMBERT, E. PAHUD, E. LESAGE, P. MEYER

CRITIQUE. Concert. 30ème FESTIVAL DE SALON DE PROVENCE. Château de l’Emperi, le 30 Juillet 2022. N. RIMSKY-KORSAKOV. F. POULENC. R. IMBERT. E. PAHUD. E. LESAGE. P. MEYER. F. MEYER. B. DE BARSONY.  G. AUDIN.  R. IMBERT. P.F. BLANCHARD.

Concert d’ouverture magique ce soir dans la sublime acoustique de la cour du Château de l’Empéri. Rien, pas même le coronavirus, n’avait pu freiner l’enthousiasme qui caractérise ce festival de Musique de Chambre. Mais ce soir sans masque, sans pass sanitaire et sans jauge limitée, le public a pu s’installer bien confortablement. La chaleur de la journée cédant, un léger vent offrait une température proche de l’idéal. Les 3 musiciens fondateurs, Emmanuel Pahud, Paul Meyer, Éric Lesage, sont entrés entourés de leurs fidèles amis, Benoit De Barsony et Gilbert Audin pour le Quintette de Rimsky-Korsakov. Élégance, précision et admiration mutuelle leur ont permis de défendre cette partition mal connue avec un panache tout à fait extraordinaire. Certes il ne s’agit pas de la partition la plus typique de Rimsky-Korsakov. Seule une forme de mélancolie dans le mouvement lent entrouvrait la porte vers l’âme russe du compositeur, mais l’écriture de cette pièce est brillante, sensible, de bonne facture.

 

 

 

Un âge magique

30 ans du Festival de Salon De Provence

 

 

 

emperi salon de provence pahud severe concert ouverture festival 2022 critique classiquenews

 

 

 

Rien ne justifie le quasi oubli dans lequel elle s’installerait sans des interprétations si stimulantes, nous rappelant ces beautés. Les 5 musiciens ont chacun apporté le plus grand soin et la plus belle énergie dans cette fulgurante interprétation. Chacun avait des moments d’ouverture ou de virtuosité, c’est toutefois la flûte d’Emmanuel Pahud qui a apporté une touche remarquable par son élégance.
Le hautboïste François Meyer les a rejoints pour offrir au public une interprétation anthologique du Sextuor de Poulenc. Avec une complicité de chaque instant, une précision absolue ; et chic fou, ils ont su mettre dans cette pièce si contrastée toute une gouaille, si chère au Poulenc de la Belle Époque. Cette virtuosité de notes et de ton a fait souffler un vent de fraîcheur incroyable. Le public a fait une véritable ovation à cette fête musicale si réussie.

 

 

 

Imbert BLANCHARD jazz emperi salon de provence 2022 critique classiquenews 2

 

 

 
Pour la deuxième partie du concert, le contraste a été savamment préparé. Le saxophoniste Raphaël Imbert et le pianiste Pierre-François Blanchard sont entrés en scène dans une attitude intrigante. D’aucuns ne savaient qu’il s’agissait de musiciens de jazz. Peu importe une fois la surprise passée, c’est le charme absolu de leur poésie faite musique qui a opéré. Le temps s’est suspendu, le chant a volé haut, le rythme du piano a transfiguré espace et temps. Les présentations précises et pleines d’humour de Raphael Imbert nous a permis de revenir un peu sur terre avant le prochain voyage. Ces deux musiciens, improvisateurs d’exception, nous ont offert des instants de poésie absolument magiques. Le « chant de l’étoile » de Richard Wagner et « A la musique » de Frantz Schubert avec de tels passeurs, deviennent de vrais standards de jazz s’envolant sans limite sous le ciel étoilé de Provence. Le temps et l’espace abolis, n’est-pas cela le cœur de la poésie et de la musique ?
Une ouverture royale pour ce festival qui vit sa trentième édition dans une plénitude jubilatoire. A très vite pour la suite…

 

 

 

_______________________________

CRITIQUE, concert. 30ème Festival International de Salon-de-Provence. Château de l’Empéri, le 30 juillet 2022. Nikolaï Rimsky-Korsakov (1844-1908) : Quintette en si bémol majeur ; Francis Poulenc (1899-1963) : Sextuor ; Raphaël Imbert (né en 1974) : Improvisations. Emmanuel Pahud, flûte ; Paul Meyer, clarinette ; François Meyer, hautbois ; Gilbert Audin, basson ; Benoit de Barsony, cor ; Éric Lesage piano. Raphaël Imbert : saxophone et clarinette basse ; Pierre-François Blanchard, piano. Photos : © Jaël Travere.

 

 

 

 

 

 

Comments are closed.