COMPTE-RENDU, opéra. Rennes, Opéra, le 8 mai 2021. Johann Strauss fils : Die Fledermaus (La Chauve-Souris). Claude Schnitzler / Jean Lacornerie.

strauss-johann-II-petit-portrait-298-294-640px-Johann_Strauss_II_by_August_Eisenmenger_1888COMPTE-RENDU, opéra. Rennes, Opéra, le 8 mai 2021. Johann Strauss fils : Die Fledermaus (La Chauve-Souris). Claude Schnitzler / Jean Lacornerie. Après la réussite de son dernier spectacle La Dame Blanche (présenté en streaming en partenariat avec de nombreux théâtres en région, dont celui de Compiègne https://www.classiquenews.com/opera-en-ligne-la-dame-blanche-depuis-lopera-de-rennes-streaming/), l’Opéra de Rennes s’illustre avec bonheur dans une nouvelle coproduction, cette fois consacrée au chef d’oeuvre de Johann Strauss fils, La Chauve-Souris (1874). Si les contraintes de la pandémie ne permettent malheureusement pas à Rennes, Angers et Nantes de proposer ce spectacle sur scène cette saison, on peut se consoler avec la diffusion sur grand écran maintenue dans de nombreuses villes en simultané, le 9 juin prochain, en Bretagne et Pays de la Loire : http://www.classiquenews.com/rennes-opera-nouvelle-chauve-souris-en-plein-air-9-juin-2021/  -  Photo ci dessus : portrait de Johann STRAUSS II, DR).

C’est là un évènement à ne pas manquer, tant le spectacle se montre abouti dans le moindre de ses détails : afin de combler les lacunes dramatiques du livret, le directeur de l’Opéra de Rennes, Matthieu Rietzler, a eu la bonne idée de faire appel aux bons soins de Jean Lacornerie. Bien lui en a pris, tant l’ancien directeur du Théâtre de la Croix-Rousse à Lyon sait donner ses lettres de noblesse à ce répertoire souvent mésestimé. On se souvient ainsi de l’un des plus beaux spectacles créés par Lacornerie en 2008 avec Lady in the dark de Kurt Weill, nommé aux Molières dans la foulée, que les directeurs d’opéra seraient bien inspirés de reprendre d’urgence. En attendant, loin du foisonnement psychanalytique de la comédie musicale de Weill, l’opérette de Strauss étonne par son action minimaliste, qui multiplie les ellipses à l’envi. Dès lors, l’ajout d’un narrateur permet de déméler les fils narratifs en un mélange d’esprit, de pédagogie et d’humour, en lien avec la pièce française dont est tiré l’ouvrage. Dans ce rôle de Monsieur Loyal, on retrouve la gouaille étourdissante de la comédienne Anne Girouard, Reine Guenièvre bien connue des amateurs de la série télévisée Kaamelott, tout comme des grands metteurs en scène actuels (Richard Brunel, Brigitte Jaques-Wajeman, Anne-Laure Liégeois…) avec lesquels elle travaille régulièrement. Au-delà des commentaires sur l’action, Anne Girouard prête sa voix à chacun des chanteurs dans les dialogues : un tour de force brillant qui permet de s’entourer d’une distribution vocale majoritairement germanophone. A l’exception de la narration regrettable lors de certains interludes orchestraux, ses interventions font mouche tout au long de la soirée, faisant souvent penser aux outrances délicieusement impertinente et décalée d’un Michel Fau. Dans le même temps, Lacornerie s’amuse à multiplier les interactions entre la voix et ses mimes (sans oublier le chef d’orchestre Claude Schnitzler, pris à parti par le désopilant Frosch – un rôle également interprété par Anne Girouard), tout en faisant souffler un vent de malice toujours élégant avec de petites saynètes finement stylisées, donnant à voir le côté caricatural des personnages à la manière des automates d’une horloge mécanique.

Sans doute stimulé par les trésors d’imagination mélodique de l’ouvrage, le plateau vocal brille de mille feux : compte tenu du nombre important de chanteurs en présence, il faut saluer la performance que de réunir une troupe homogène, aussi à l’aise au niveau vocal que dramatique. Ainsi d’Eleonore Marguerre qui impose une Rosalinde de caractère, bien affirmée vocalement, et ce malgré quelques aigus limites, tandis que Stephan Genz fait oublier son timbre terne par un abattage scénique très à propos. On lui préfère toutefois la voix ample, ronde et parfaitement projetée de Thomas Tatzl, et dans une moindre mesure le chant serein de Milos Bulajic, malgré une émission étroite. Parmi les autres satisfactions, Claire de Sévigné se distingue dans l’agilité des vocalises, de même que Stephanie Houtzeel et sa belle puissance d’incarnation. Si le choeur de chambre Mélisme(s) assure l’essentiel, il en fait parfois un peu trop dans l’éclat, prenant le dessus sur la direction admirablement nuancée de Claude Schnitzler. A la tête d’un Orchestre de Bretagne en formation chambriste, le chef alsacien fait encore une fois l’étalage de sa sensibilité dans la fluidité de la narration et la nervosité des relances. Un spectacle à ne manquer sous aucun prétexte, que l’on pourra aussi voir sur les scènes d’Avignon et Toulon, à partir de la fin du mois de juin.

_____________________________________________________________________________________

COMPTE-RENDU, opéra. Paris, Opéra de Rennes, le 8 mai 2021. Johann Strauss fils : Die Fledermaus (La Chauve-Souris). Stephan Genz (Gabriel von Eisenstein), Eleonore Marguerre (Rosalinde), Claire de Sévigné (Adèle), Veronika Seghers (Ida), Milos Bulajic (Alfred), Thomas Tatzl (Dr Falk), François Piolino (Dr Blind), Horst Lamnek (Franck), Stephanie Houtzeel (Prince Orlofsky), Anne Girouard (Narratrice et Frosch). Choeur de chambre Mélisme(s), Gildas Pungier (chef de choeur), Orchestre national de Bretagne, Claude Schnitzler, direction musicale / mise en scène, Jean Lacornerie.

A l’affiche de l’Opéra de Rennes le 8 mai, à l’Opéra Grand Avignon (Confluence) les 19 et 20 juin, puis à l’Opéra de Toulon en juillet 2021.

Diffusion à venir :
France Musique  -  
Les antennes de 9 télévisions locales : TVR (Rennes), Tébéo, Tébésud pour la Bretagne, TLC (Cholet), Vià LMtv Sarthe, TV Vendée, Vià Angers TV, Télénantes dans les Pays-de-la-Loire, TV Tours-Val de Loire  -  
Sur les sites web de France 3 Pays-de-la-Loire et France 3 Bretagne
  -  Dans de nombreuses villes des régions Bretagne et Pays-de-la-Loire…

Comments are closed.