Compte rendu, opéra. Marseille, Le Dôme, le 19 avril 2015. Mozart : La Flûte enchantée. La Fabrique Opéra.

Mozart portraitXLe projet. Créée à Grenoble en 2007 par le chef d’orchestre Patrick Souillot, implantée à Annecy, Orléans, Caen, La Fabrique Opéra, a eu son heureuse et concrète ramification marseillaise, dans le prolongement de Marseille-Provence Capitale  européenne  de  la  culture 2013. Désir de pérenniser ce bouillonnement créatif, volonté de « montrer le vrai visage de Marseille » contre tant de clichés qui la défigurent, Philippe  Ashford, président de cette association, veut « Libérer  la  capacité  créatrice  des  jeunes  de  Marseille » en leur confiant « un projet d’ampleur inédite ». S’adressant à tous les Marseillais, il s’agissait de « proposer  à  coûts raisonnables un  événement spectaculaire entièrement  réalisé  par  des jeunes avec  de  grands  professionnels. Susciter des vocations en remettant l’opéra, si populaire à Marseille, au centre de la vie culturelle. » Avec l’ambition de permettre à un public éloigné de renouer avec l’art lyrique.
Cet événement a surpris et même effrayé par son ampleur : pas moins de quatre cents jeunes impliqués dans la fabrication de ce spectacle. En effet, La  Fabrique  Opéra Marseille-Provence a fédéré harmonieusement des établissements d’enseignement technique et des centres d’apprentissage de la région marseillaise pour la conception et la réalisation de ce spectacle lyrique : costumes,  coiffures,  maquillages,  décors,   communication  et  organisation  du  spectacle leur furent confiés. Le pari semble gagné.

La réalisation. 1791 : Mozart végète, sans travail. Puis reçoit deux commandes : l’une, funèbre, un Requiem, l’autre féerique, Die Zauberflöte. Malade. Il ne peut achever sa messe des morts, mais parachève sa Flûte enchantée et meurt le 5 décembre : au moment de mourir, c’est l’enfant Mozart qui renaît avec cet opéra merveilleux, enfantin, populaire et savant, naïf et philosophique.
Dès l’ouverture, avec la projection de ce corbillard noir, seulement suivi par un chien, l’enterrement de Mozart selon la légende, Richard Martin, fondateur et directeur du Théâtre Toursky, dans sa mise en scène, en trace comme l’humaine trajectoire et les images merveilleuses qu’il va tirer de ce singspiel merveilleux par nature, vont être, pour le connaisseur intime de l’œuvre, comme un «flash back » naturel, une rétrospection, une introspection d’une âme, d’une vie, d’une œuvre, de l’enfance perdue à l’enfance retrouvée à l’heure de la mort. Avec une troupe considérable de jeunes, d’enfants qui ont collaboré à cette production sous la direction de maîtres et sous sa férule, Martin réussit, pour cette réalisation scénique du dernier opéra d’un génie qui préserva l’enfant dans l’homme, à préserver à cette œuvre son merveilleux esprit d’enfance sans infantilisme aucun.
Et cela tenait de la gageure, la gageure, de la magie et le résultat fut, sans emphase, un vrai enchantement de l’esprit, des yeux, et même des oreilles malgré, d’abord, la surprise d’une sonorisation qui déroge aux conditions d’écoute d’un habitué de l’Opéra et des salles de concert, obligatoire dans l’immensité de ce lieu, de cette grossse sphère aspirant à la stratosphère. Cela faisait peur et rendait sceptique même l’amateur le plus bienveillant. Mais, quand on écoute un disque à domicile, c’est forcément plus bas que le son naturel, qu’on peut aussi gonfler à l’excès, et l’enregistrement n’est qu’une mise en conserve longuement retravaillée d’une musique qui, en réalité, ne se goûte, avec les risques du spectacle vivant, qu’en direct. Puis finalement, l’ouïe se fait aux proportions sonores, la magie de la musique de Mozart, grossie ou chuchotée, opère, saisit les sens et le bon sens qui adhère à cette généreuse Fabrique Opéra pour le plus grand nombre, élaborée par des jeunes. Et, on l’avoue  un peu confus : devant cette foule immense, on redoute l’inexpérience musicale, l’impolitesse des portables, face à ces troupes d’enfants, le chahut, l’incivilité, l’agacement d’un spectacle en allemand. Vaine crainte : les adultes, en famille, sont venus avec leurs enfants voir leurs autres enfants, ces jeunes qui ont participé pendant des mois à l’élaboration de ce spectacle, conscients de l’importance de cette expérience, respectueux et attentifs : l’attention est palpable, émouvante de gens qui, pour la plupart, ne sont jamais allés à l’Opéra, qui ne connaissent pas Mozart ou qui l’ont découvert, on l’imagine, on l’espère, on le sent, en suivant justement ce long travail d’équipe de leurs enfants, la meilleure approche, qui inclut chacun et n’exclut personne : une sorte d’initiation, sinon maçonnique, mozartienne et lyrique, dont on ne peut imaginer qu’elle a semé dans le vide.

Un message clair
L’esprit trouve donc son compte à ce projet inédit et inouï, social et politique au vrai sens du terme, que Malraux aurait aimé : donner le beau à tous. Et l’esprit rejoint le cœur : car le beau est aussi le bon. Car il ne faudrait pas sous-estimer, par les temps qui courent, sous les dehors fantastiques et naïfs, le message beau et bon du texte apparemment si enfantin : Martin, sans faire un sort aux symboles maçonniques, sans alourdir ni ralentir le tempo, ne les escamote pas comme futilité puérile. Sous le manichéisme du Bien et du Mal, il y a la leçon pour aujourd’hui de l’égale dignité des êtres (Monostatos, traditionnellement noir ne l’est pas ici), des hommes et des femmes qui se dévoilent pour affronter le monde et leur dignité et liberté inaliénables.
Il est secondé par le charisme gouailleur, l’abattage imbattable de Marianne Sergent qui, avec une vivacité de vif argent, courant de cour à jardin, pour permettre les changements de tableaux, explique en français non seulement l’action, mais ses enjeux moraux, politiques. Certes, elle traduit le texte à sa façon, qui peut agacer au début par ses dérapages langagiers populo, mais à la suivre attentivement, l’air de rien, de ne pas y toucher, avec une langue qui passe des cités aux références culturelles sans doute des jeunes (Stars war, le côté noir de la Force, etc), on lui rend volontiers non seulement l’hommage de sa compréhension profonde de l’œuvre et l’on salue son art, sans insister, dans la dérision même, de faire passer les messages essentiels maçonniques, dont elle rappelle, sans en alourdir l’urgence aujourd’hui, que nous leur devons, entre autre, la belle devise républicaine : Liberté, Égalité, Fraternité. Elle se taille un juste succès à chacune de ses apparitions.
Les costumes élaborés par les élèves des lycées Brochier et de la Calade (Hélène Siriglio, coordinatrice) sont d’une fantaisie joyeuse et heureuse (quelle belle idée ce serpent écharpe et corde à se pendre !) et les coiffures et maquillages par ceux du lycée Leau mettent joliment en valeur ces personnages fantasques ou solennels, l’ensemble dans une harmonie qui fait penser aux bandes dessinées comme facteur commun. Ils s’intègrent sans hiatus aux éléments de décor conçus par ceux des lycées Diderot, Marie Curie et Poinso-Chapuis (scénographe Joël Jagot) qui sont beaux, pertinents efficients, ainsi, l’apparition de la Reine Nuit tel un vol, sinon de « gerfauts hors du charnier natal », de chauve-souris style onirique et cauchemardesque glacial à la Tim Burton, la reine en majesté au sommet d’une pyramide transformée en robe ombreuse (on pense au ballet Moving target de Frédéric Flamand) par la magie des éclairages de Gilbert Scotto qui zèbrent d’éclairs sa chevelure hérissée de contre-fa… Tout cela montre les références culturelles qui nourrissent ces jeunes engagés dans la synergie de cette aventure artistique. Il faut citer encore, les belles créations graphiques de Patrick Ventujol, et la partie audiovisuelle prise en charge par les élèves des lycées Blaise Pascal et l’École Axe Sud. Et puisqu’on en est à saluer et admirer ces jeunes, à la qualité desquels on devine celle de leurs maîtres, il fait souligner la parfaite organisation menée à bien par les élèves des lycées Marie Curie, Leau et l’ISM La Cadenelle, même troublée par le déluge du dimanche 19, dont il faut dire l’élégance sobre des tenues en vendeurs de programmes et « ouvreurs » sympathiques, calmes et souriants au milieu d’une foule immense.
Dans ce bain de jouvence, on sent Richard Martin, assisté par Serge Alexandre, comme un poisson dans l’eau, même si l’on imagine aisément qu’il a pu parfois se sentir noyé, au bord du naufrage, dans la quadrature du cercle artistique de réussir beaucoup avec peu. Mais la réussite est là : respect absolu, amoureux, de l’œuvre, son actualité politique soulignée sans effets grandiloquents, fluidité entre les scènes, justesse des rapports entre les chanteurs bien dirigés, tous jeunes aussi, donc d’une ductilité remarquable, qui se sont pliés avec grâce à cette aventure. Et toujours, une grande beauté plastique.

L’interprétation. Musicalement, le volume sonore de l’Orchestre Philharmonique Provence Méditerranée surprend d’emblée par son volume (sonorisé aussi?) mais, encore une fois, l’oreille s’adapte et l’on admire la subtilité de Jacques Chalmeau qui règle adroitement l’équilibre entre fosse et plateau et contient des chœurs amateurs dont l’enthousiasme menace quelquefois d’être brouillon.
La jeunesse et la beauté des chanteurs, encore inconnus, apportent leur charme à la scène et la qualité de leur voix prête une fraîcheur touchante à cette œuvre archi-connue. Le roumain Antonel Boldan (Tamino) est un véritable ténor mozartien que l’on découvre avec bonheur, lyrique et passionné. La soprano slovaque Petra Perla Notova est une digne Pamina, très noble, au joli accent en français. La soprano colorature Marlène Assayag se tire en virtuose des aigus échevelés de la reine de la nuit, tout en possédant les graves de son premier air et comme baignée, malgré sa rage, dans une mélancolie d’astre finissant. Le couple terre à terre ou plume à plume de Papageno/ Papagena, révèle le sonore baryton coloré d’Alexandre Artenenko et le joli soprano souriant de Jennifer Courcier, lui attendrissant, elle, coquette et coquine. Sous le masque des trois Dames, on reconnaît le mezzo velouté de Lucie Roche et découvre Marie Planinsek et Aurélie Loillier, ses comparses soprani. On est heureux que le personnage de Monostatos, le méchant noir de l’original, ne soit pas attribué à une voix aigrelette et étriquée, mais confié à un vrai ténor, Olivier Trommenschlager et l’on retrouve avec plaisir l’ampleur chaleureuse du baryton-basse Jean Vendassi en orateur. La sono dessert d’abord, par son ampleur excessive, les trois enfants (Blandine Lecuit, Anaïs Chossegros, Claire-Emmanuelle Vernet) mais cela s’arrange ensuite et l’on aime leur espièglerie. Ce qui ne s’arrange pas, c’est la basse russe Andrey Zemskov : avec un timbre superbe et une voix longue et puissante, en Sarastro, il est incapable de dire correctement son texte, malmenant de façon caricaturale les voyelle de l’allemand, pourtant toujours égales, d’une langue pourtant très facile à chanter. On n’ose l’imaginer en français.
C’est le seul bémol d’une réalisation qui honore ses producteurs et leur équipe multiple de réalisateurs, dont on sent toute l’énergie employée et si bien employée dans ce que, n’en déplaise aux esprits chagrins égoïstement cloîtrés dans leurs privilèges d’amateurs « happy few », on peut appeler une réussite. Chaque air, populaire ou savant, est, pour le connaisseur non blasé, comme une étape de la vie de Mozart, et l’on peut y apposer ses affects, son âme : enfant, jeune homme, amoureux, blessé, homme fait et défait, déjà mort et enfant toujours. Toujours vivant. Oui, une Flûte qui, j’ose le dire, me touche comme au premier jour.

Mozart : Die Zauberflöte / La Flûte Enchantée
Livret de Schikaneder
Le Dôme de Marseille, 17, 18, 19 avril 2015
Orchestre Philharmonique Provence Méditerranée ; chœurs Fabrique-Opéra Marseille Provence. Direction musicale : Jacques Chalmeau.
Mise en scène : Richard Martin. (Assistant Serge Alexandre)
Scénographe : Joël Jagot / Narration Marianne Sergent.
Directeur Technique : Serge Graille. Lumières : Gilbert Scotto.
Production : Sophie Vallauri / Clara Prieur. Costumes : Lycée Brochietr / Lycée La Calade. Coiffures-Maquillage : Lycée Leau. Décors : Lycée Diderot / Lycée Marie Curie. Audiovisuel Lycée Blaise Pascal. Organisation / Lycée Lycée Marie Curie /Lycée Leau. Création Graphique : Patrick Ventujol.

Distribution
Tamino : Antonel Boldan ; 
Pamina : Petra Perla-Notova.
Papageno : Alexandre Artemenko ; 
Papagena : Jennifer courcier ;
Reine de la Nuit : Marlene Assayag ;  
Sarastro : Andrey Zemskov ; 
Monostatos : Olivier Trommenschaler ;
Première Dame : Aurélie Loilier ; Deuxième Dame : Marie Planinsek ; Troisième Dame :  Lucie Roche ; Orateur : JeanVendassi.

Comments are closed.