CD, critique. DEBUSSY : Demoiselle élue, Saint-Sébastien, Nocturnes (OPRF, Mikko Frank – 1 cd Alpha)

La-Damoiselle-elue-Le-martyre-de-Saint-Sebastien-Nocturnes mikko franck radio france critique cd classiquenewsCD, critique. DEBUSSY : Demoiselle élue, Saint-Sébastien, Nocturnes (OPRF, Mikko Frank – 1 cd Alpha). Superbe cycle debussyte qui profite essentiellement de la vision nuancée, intérieure de l’excellent directeur musical actuel, Mikko Franck. Au geste analytique et sensible répond ce naturel transparent des instruments français dont l’écoute et la mesure éclairent brillamment un programme remarquable qui souligne si l’on en doutait encore, le génie du Debussy symphoniste. La richesse des harmonies, la poésie atteinte dans les alliages de timbres font déjà tout l’onirisme médiévalisant de l’introduction de La Demoiselle Élue – dans cet écrin musical des plus raffinés (3è envoi comme Prix de Rome en 1888), dommage que la Maîtrise de RF, pourtant bien articulée, soit fixée dans une prise lointaine et froide, que la soliste Melody Louledjian, quoique juste en intonation, demeure elle inintelligible dans un français approximatif. Pourtant l’énoncé majeur « Je voudrais qu’il fût déjà près de moi » convoque l’extase des mystiques foudroyé par la foi, qui fait du manuscrit cet « oratorio » sensible d’une délicatesse infini qui déjà pose la question de l’identité et du lieu, question centrale chez l’auteur de Pelléas…

Mikko Franck, somptueux debussyte

La langueur debussyste gagne un cran supplémentaire vers l’excellence orchestrale dans le Martyre de Saint-Sébastien 1912), fresque elle aussi médiévale et intensément spirituelle sous une forme flottante. La Suite en 4 mouvements (cycle très équilibré autour de 20 mn promis à un riche succès au concert), synthétisent tout ce qui en fait la valeur profonde, purement musicale, outre son déroulement chorégraphique puisqu’il s’agit d’un ballet (sur l’idée du poète d’Annunzio) : son primitivisme épuré d’une modernité harmonique absolue (fanfare des bois et vents au début de « La Cour des Lys ») – Franck trouve le ton juste et l’équilibre idéal entre ascétisme instrumental et naturel dramatique – les 4 « Fragments » éblouissent par leur plénitude méditative et aussi leur énergie intérieure qui semblent diluer le temps et élargir l’espace, inscrivant le drame musical dans une suspension onirique aux multiples lectures : ainsi les climats inquiétants et profonds de « la Passion » dont le secret semble se dérober à toute lecture littérale, convoquant là encore la langueur interrogative, irrésolue, de Pelléas…
Le couplage avec Nocturnes (1900) est très pertinent : on y décèle une filiation esthétique et des caractères de timbres proches capables d’expliciter la pensée picturale de Debussy lorsqu’il s’agit d’exprimer le mystère et la réalité à la fois de l’immatérielle nature (« Nuages ») : Franck en fait surgir la sourde clameur d’une inquiétude lancinante (cette « agonie grise doucement teintée de blanc »). L’agilité aérienne, arachnénenne des flûtes préalables semblent conduire tout l’élan de « Fêtes », manifeste insouciant du mouvement : tandis que « Sirènes » exalte les vertus expressives de l’orchestre fusionné avec la magie du chœur, en un épisode à la liquidité mystérieuse, traversée d’éclats éblouissants : « parmi les vagues argentées de lune, s’entend, rit et passe le chant mystérieux des Sirènes ». Franck, orfèvre des timbres, ne sacrifie jamais la précision ni le détail à la vibration collective, d’essence onirique. Le geste est constamment nuancé, permettant l’essor de la suggestivité : c’est un bel hommage à la texture purement française. Nouvelle version de référence. Captivant.

 

 

 

____________________________

CLIC D'OR macaron 200CD événement, critique. DEBUSSY : La Démoiselle Élue (1), Le Martyre de Saint-Sébastien (2), Nocturnes (3) (Orch Philh de Radio France, Mikko Franck – 1 cd Alpha – enregistré en 2019 (1) et 2020 (2, 3) – CLIC de CLASSIQUENEWS – coup de cœur Printemps 2022.

 

 

 

_________________________________

AUTRE CD de Mikko Franck, critiqué sur CLASSIQUENEWS :

franck-cesar-cd-symphonie-re-ce-que-me-dit-la-montagne-cd-mikko-franck-critique-review-classiquenews-400CD événement, critique. César Franck par Mikko Franck : Symphonie en ré, Ce que l’on entend sur la montagne, Philharmonique de Radio France (1 cd Alpha). Depuis sa création en 1937, le Philharmonique de Radio France n’a jamais semblé aussi heureux et épanoui que sous la conduite du finlandais Mikko Franck. On se souvient d’une remarquable Tosca à Orange où le chant orchestral produisait une tension dramatique captivante (été 2010). On retrouve le même engagement et une entente bénéfique dans ce programme dédié au symphonisme de César Franck.

 

 

 

 

 

 

Comments are closed.