CD, coffret événement, annonce. BERLIOZ ODYSSEY : LSO / The complete Sir COlin Davis recordings (15 cd LSO, 2000-2013)

berlioz-ODYSSEY-box-set-10-CD-critique-cd-review-cd-CLIC-de-CLASSIQUENEWS-2019-dossier-BERLIOZ-150-ans-classiquenewsCD, coffret Ă©vĂ©nement, annonce. BERLIOZ ODYSSEY : LSO / The complete Sir COlin Davis recordings (15 cd LSO, 2000-2013). Berliozien, Sir Colin Davis l’est avant tout autre. Et bien avant les français, tant le chef britannique a dĂ©montrĂ© non sans argument sa passion pour la musique romantique française, exploitant toutes les ressources du LSO LONDON SYMPHONY ORCHESTRA, orchestre chatoyant et dramatique, d’une rare efficacitĂ© et plus encore, Ă  la fois Ă©lĂ©gant et nerveux, dans les pages les plus mĂ©ritantes de notre Hector national
 si peu compris, et Ă©valuĂ© Ă  sa juste mesure par ses compatriotes qui encore en 2019, continueront de le bouder : un musicien humainement dĂ©testable et jamais content, Ă  l’aune du compositeur, plus spectaculaire que poĂšte. Le dĂ©saccord entre notre pays et Berlioz ne date pas d’hier et se poursuit. On veillera Ă  suivre les cĂ©lĂ©brations de l’annĂ©e BERLIOZ 2019.

Or Ă  BERLIOZ revient le mĂ©rite aprĂšs Rameau, avant Debussy et Ravel, de rĂ©inventer l’orchestre français, douĂ© d’une sensibilitĂ© inouĂŻe pour la couleur, le timbre, l’orchestration. DAVIS nous indique tout cela, grĂące Ă  une baguette infiniment ardente, articulĂ©e, dĂ©taillĂ©e
 amoureuse de la couleur berliozienne. VoilĂ  qui avant l’annĂ©e 2019, nous comble dĂ©jĂ . Le disque satisfait notre attente, car avouons le, nous n’attendons rien de l’annĂ©e Berlioz Ă  venir. A voir.
Le coffret BERLIOZ 2019 Ă©ditĂ© par le LSO dĂšs ce mois de dĂ©cembre, ouvre officiellement l’annĂ©e BERLIOZ 2019, celle des 150 ans de la mort (1869), composant Ă  partir des enregistrements de Colin Davis et du LSO, une somme discographique incontestable. Certes, les chanteurs maĂźtrisent diversement l’éloquence et l’articulation française
 mias souvent la justesse du style, de l’intonation, le caractĂšre
 sont majoritairement respectĂ©s, voire sublimĂ©s.
Le coffret de 15 cd comprend les enregistrements live rĂ©alisĂ©s au Barbican Center par le LSO et Colin Davis, bon nombre en 2000 (Symphonie Fantastique, La Damnation de Faust, Les Troyens, BĂ©atrice et BĂ©nĂ©dicte, 
) puis 2003 (Harold en Italie), 2006 (L’Enfance du Christ), 2007 (Benvenuto Cellini), 2012 (Requiem)
jusqu’à novembre 2013 (RomĂ©o et Juliette).

CLIC D'OR macaron 200Parmi les rĂ©ussites (nombreuses) de ce coffret Ă©vĂ©nement, distinguons netre autres, la Juliette d’Olga Borodina (pour son timbre veloutĂ©, sensuel si soyeux – mais au français bien perfectible) ; L’enfance du Christ pour le trio vocal rĂ©uni en dĂ©cembre 2006 (Yann Beuron / Le Narrateur ; Kenneth Tarver / Joseph – Susan Gritton / Marie) ; le sublime Requiem de 2012 (enregistrĂ© en la CathĂ©drale Saint-Paul, avec Barry Banks, en tĂ©nor illuminĂ© pour le Sanctus)

Pour le reste, toutes les rĂ©alisations ont en partage cette Ă©lĂ©gance racĂ©e, nerveuse qui fait la spĂ©cificitĂ© anglaise de l’approche Davis. Coffret Ă©vĂ©nement. CLIC de CLASSIQUENEWS de novembre 2018, donc cadeau idĂ©al pour NOËL 2018.

VENDÔME, Palmarùs du 8ù CONCOURS BELLINI 2018. Nouvelle diva belcantiste : Nombulelo YENDE

8Ăšme CONCOURS BELLINI Ă  VENDÔME (41)VENDÔME, PalmarĂšs du 8Ăš CONCURS BELLINI 2018. VoilĂ  longtemps que l’on n’avait pas vĂ©cu une telle Finale : des tempĂ©raments marquants, de nombreuses voix dotĂ©es d’un timbre trĂšs sĂ©duisant (y compris chez les hommes), une maĂźtrise partagĂ©e du legato et du phrasĂ©, et souvent des airs choisis parmi les plus difficles et exigeants de la scĂšne belcantiste (Lucrezia Borgia, Il Pirata, Anna Bolena, Lucia di Lammermoor, Norma, I Puritani
)
  A VendĂŽme (Campus Monceau Assurances), s’est dĂ©roulĂ© le dernier tour du 8Ăš CONCOURS BELLINI (samedi 17 novembre 2018), compĂ©tition unique au monde en ce qu’elle sĂ©lectionne les talents belcantistes, ceux capables de chanter Rossini, Bellini, Donizetti (et aussi Mozart). PrĂ©sidĂ© par le cofondateur du Concours, le chef gĂ©nois MARCO GUIDARINI, le jury 2018  a proclamĂ© le palmarĂšs final suivant :

   

Révélation du Concours BELLINI 2018

Nombulelo YENDE, jeune diva belcantiste

Nombulelo YENDE, Soprano / Afrique du Sud
Premier Prix 2018
Prix du Public

  
YENDE-nombelulo-concours-bellini-2018-classiquenews-nouvelel-diva-belcantiste-anna-bolena

 
 
 

 

 

PISANI Laura, Soprano / Argentine (Prix spécial voix féminine)
CIMOLIN Arianna, Soprano / Italie (Prix spécial Ville de VendÎme)
BAÑERAS Sara, Soprano / Espagne (Prix du GSTAAD NYMF)

 
 

Il n’a pas Ă©tĂ© remis de Prix Mady MesplĂ© pour la meilleure interprĂ©tation d’un air en français

 
 
 

Le 8Ăš CONCOURS BELLINI aura donc connu ce qu’il avait produit lors de sa 1Ăšre Ă©dition : la rĂ©vĂ©lation d’un talent exceptionnel pour le moins prometteur. Celui de la jeune soprano Nombulelo YENDE, soeur cadette de Pretty YENDE, laquelle avait sidĂ©rĂ© les membres du Jury en
 2010. Une aventure unique Ă  ce jour semble se prĂ©ciser, marquĂ©e dĂ©sormais par le talent de deux soeurs douĂ©es pour l’art du bel canto, toutes deux rĂ©vĂ©lĂ©es avant tous les autres concours europĂ©ens par le CONCOURS INTERNATIONAL de BEL CANTO VINCENZO BELLINI (co fondĂ© par Youra Nymoff-Simonetti et Marco Guidarini). A suivre.

 
  

 LIRE notre présentation générale du CONCOURS BELLINI 2018

 
 
 
 

 
 

APPROFONDIR

________________________________________________________________________________________________
LIRE aussi notre compte rendu du cd ANNA KASYAN : Shades of Love (nov 2017):
http://www.classiquenews.com/cd-annonce-premieres-impressions-handel-shades-of-love-anna-kasyan-soprano-1-cd-evidence/

VOIR notre grand reportage vidĂ©o CONCOURS BELLINI : objectif, dĂ©roulement, enjeux
 Entretien avec Marco Guidarini, Sergio Segalini


VOIR notre reportage vidĂ©o dĂ©diĂ© Ă  l’AcadĂ©mie BELLINI, masterclasses de bal canto avec Viorica Cortez et Marco Guidarini

VOIR notre vidéo ANNA KASYAN chante Bellini (ImogÚne), Premier Prix BELLINI 2013

VOIR notre vidéo SANTIAGO MARTINEZ chante La Danza (GSTAAD Academy Bellini, janvier 2018) 

Illustration / photo : © exclusif studio CLASSIQUENEWS – copyright exclusif rĂ©servĂ© Ă  CLASSIQUENEWS 2018

 
 
 

Concours BELLINI 2018, sélection pour la finale de ce soir (VendÎme)

8Ăšme CONCOURS BELLINI Ă  VENDÔME (41)Le Concours international de BEL Canto VINCENZO BELLINI distingue les meilleurs et les plus prometteurs chanteurs belcantistes soit la crĂšme des interprĂštes Ă  la fois virtuoses et acteurs… Le Concours 2018, Ă  l’issue de la demi finale qui a eu lieu hier soir vendredi 16 novembre, Ă  sĂ©lectionnĂ© les 7 candidats suivants :

 

 

 

Sara BAÑERAS, Soprano, Espagne
Arianna CIMOLIN, Soprano, Italie
Sara FANIN, Soprano, Italie
Paola MAZZOLI, Mezzo-Soprano, Italie
Laura PISANI, Soprano, Argentine
Hernan VUGA, Baryton, Argentine
Nombulelo YENDE, Soprano, Afrique du Sud

 

 

 

Ce soir, samedi 17 novembre 2018, dernier tour (finale) Ă  partir de 20h, en direct et en streaming sur le site du Concours et de l’AcadĂ©mie :
www.bellinibelcanto-internationalcompetition.com

PIANO au MusĂ©e WÜRTH

wurth piano au musee wurth festival nov 2018 presentation sur classiquenewsERSTEIN, Piano au MusĂ©e WÜRTH : 9-18 nov 2018. Le MusĂ©e WĂŒrth Ă  Erstein, prĂšs de Strasbourg n’est pas seulement l’une des plus intĂ©ressantes collection d’art contemporain entre France et Allemagne ; c’est aussi un Ă©crin pour les concerts et les Ă©vĂ©nements interdisciplinaires, comme en tĂ©moigne le festival Piano au MusĂ©e WĂŒrth, du 9 au 18 novembre prochains. La (dĂ©jĂ ) 3Ăš Ă©dition met Ă  l’honneur la notion de « gĂ©nĂ©rations d’interprĂštes » : ainsi les Ă©lĂšves du Conservatoire de Strasbourg (le 10 nov, 17 et 18h) et de l’École Municipale de Musique d’Erstein paraissent (le 15 nov, 20h et 21h) aux cĂŽtĂ©s de Philippe Entremont (concert de clĂŽture, le 18 nov, 20h), lui-mĂȘme Ă©lĂšve de Marguerite Long qui collabora avec les grands musiciens et compositeurs du XXe siĂšcle tels Stravinsky, Bernstein, Milhaud, Stokowski
 De filiations en transmissions s’écoule une mĂȘme passion pour le clavier et l’idĂ©e d’une musique totale, source de partage, de dĂ©passement, d’enchantement.

 

 

Jean-Marc Luisada, Marie-JosĂšphe Jude, Philippe entremont, AndrĂ© Manoukian, Philippe Kantorow…

Festival de Piano
au musĂ©e WÜRTH d’ERSTEIN

 

Au MusĂ©e WĂŒrth, le piano est mis en scĂšne sous toutes les formes : rĂ©cital chambriste (Luisada joue Schumann, soirĂ©e d’ouverture le 9 nov, 20h), symphonique, ou en dialogue avec le jazz (Trio Pierre de Bethmann, le 14 nov, 20h) et aussi le cinĂ©ma (cf la soirĂ©e de « cinĂ©piano, mon amour », concoctĂ©e par Jean-Marc Luisada, le 10 nov, 20h, lequel en cinĂ©phile passionnĂ©, accompagne et commente La Valse dans l’ombre, chef d’oeuvre du cinĂ©ma hollywoodien des annĂ©es 40.

Anniversaires obligent, le mĂȘme Jean-Marc Luisada et sa consƓur, Marie-JosĂšphe Jude (16 nov, 20h) cĂ©lĂšbrent le 350e anniversaire de la naissance de François Couperin, et le centenaire de la mort de Claude Debussy, deux immenses gĂ©nies de la couleur et de l’évocation.

MĂȘme esprit d’ouverture avec une journĂ©e spĂ©ciale en compagnie d’AndrĂ© Manoukian (17 nov : 17h, 18h, 20h), pianiste compositeur qui, avec son album Apatride, explore de nouvelles contrĂ©es proches de ses origines armĂ©niennes. sans oublier le jeune public.

Les familles (re)dĂ©couvrent l’Histoire de Babar de Poulenc et quelques fables de Jean de La Fontaine contĂ©es par Jean Lorrain et Inga Katzantseva (18 nov, 11h).

Curiosité et anticipation grùce au Quatuor Florestan qui joue Maurice Journeau, décédé en 1999. « Un compositeur français et une oeuvre à découvrir avec sa fille, Chantal Virlet-Journeau » (le 18 nov).

JEUNES TALENTS
 Comme Schumann a su discerner le gĂ©nie du jeune Brahms, quand celui ci Ă©tait encore inconnu, Piano au MusĂ©e WĂŒrth, souhaite accompagner l’émergence des jeunes tempĂ©raments en herbe, professionnels attachants qui mĂ©ritent un tremplin suplĂ©mentaire. Ainsi en novembre 2018, sont prĂ©sents dans la programmation, les nouveaux grands pianistes de demain : Alexandre Kantorow (11 nov, 15h), Emmanuel Coppey, Guillaume Bellom, Maria Kustas, les Ă©tudiants de la Haute École des Arts du Rhin
 et Charlotte Juillard convie ses amis Jonas Vitaud et SĂ©bastien van Kuijk (11 nov).
Le festival dĂ©fend aussi la diffusion de compositeurs injustement mĂ©connus, ainsi le dĂ©jĂ  citĂ©, Maurice Journeau, ou encore Reynaldo Hahn, Alberto Ginastera, Nino Rota. De quoi associer la dĂ©couverte de nouveaux interprĂštes et celle d’auteurs trop peu connus
 une Ă©quation prometteuse.

 

 

 

infos-pratiques-bandeau

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

A NOTER. La radio ACCENT 4 diffuse deux Opus Piano au MusĂ©e WĂŒrth en direct les 11 et 18 novembre 2018.

BRUNCH. Les 11 et 18 nov, 12h : brunch entre deux concerts, permettant la dégustation de produits locaux

——————————————————————————————————————————————————

 

 

 

wurth piano au musee wurth VIGNETTE sur classiquenews

TOUTES LES INFOS, le dĂ©tail de chaque concert, les dates et les horaires, les rĂ©servations et renseignements pratiques sur le site du MusĂ©e WĂŒrth Ă  Erstein / Festival PIANO au MusĂ©e WÜRTH : 9 – 18 nov 2018

https://www.musee-wurth.fr/activites-evenements/piano-au-musee-wurth/

——————————————————————————————————————————————————

 

 

LIRE aussi notre entretien avec Olivier EROUART, directeur artistique du festival PIANO AU MUSEE WÜRTH. PrĂ©sentation et fonctionnement de l’Ă©dition 2018…

WURTH-piano-au-musee-wurth-festival-2018-programme-presentationEntretien avec Olivier Erouart, directeur artistique du Festival Piano au MusĂ©e WĂŒrth. PrĂ©sentation de l’édition 2018 du festival de piano au MusĂ©e WĂŒrth, à Erstein prĂšs de Strasbourg. Etabli dans le musĂ©e WĂŒrth, qui met Ă  disposition son auditorium (220 places / et son piano de concert
), le Festival affirme une identitĂ© artistique forte, qui prend en compte les spĂ©cificitĂ©s du lieu oĂč il se dĂ©roule (les collections de peinture dont le musĂ©e est l’écrin
), et aussi les Ă©volutions artistiques du piano actuel. Eclectique, inovant, expĂ©rimental aussi, le cycle musical proposĂ© est l’un de splus complets actuellement, Rencontre et explication avec Olivier Erouart, directeur artistique du Festival


 

 

 

 

 

 

TOURCOING : FIDELIO de BEETHOVEN

atelier lyrique tourcoing logo_siteTOURCOING, 7, 9 dĂ©c 2018. BEETHOVEN : FIDELIO. Tourcoing Ă  l’heure du romantisme allemand
 S’il a composĂ© plusieurs musiques de scĂšne, Fidelio est l’unique opĂ©ra de Beethoven. CĂ©lĂšbre et dĂ©jĂ  estimĂ© comme le prophĂšte de la musique virile et moderne, Ludwig en Ă©crit 3 versions. La premiĂšre en 1805 comportait 3 actes, la deuxiĂšme en 1806 n’en comportait que 2. La troisiĂšme version crĂ©Ă©e le 23 mai 1814 Ă  Vienne, a Ă©tĂ© reprĂ©sentĂ©e en France, Ă  Paris Ă  l’OdĂ©on en 1825. Beethoven a mis au net ce qui ne lui semblait pas totalement achevĂ© dans les versions prĂ©cĂ©dentes. D’ailleurs, il n’était pas tout Ă  fait prĂȘt pour la premiĂšre et il a continuĂ© Ă  l’amĂ©liorer pour les dates suivantes !

BEETHOVEN CONTRE LES TYRANS

Le succĂšs n’a fait qu’augmenter au fur et Ă  mesure des reprĂ©sentations. RĂ©volutionnaire, Beethoven transmet dans cet opĂ©ra sa passion pour la libertĂ©, au point d’assurer aujourd’hui Ă  l’ouvrage, la valeur et le statut d’un mythe lyrique : Fidelio est devenu avec le temps, l’opĂ©ra de la libertĂ© contre toutes les formes d’oppression et de pouvoir tyrannique.
Epouse admirable et d’un courage immense, Leonore incarne l’amour et la force. C’est lapaix armĂ©e, prĂȘte Ă  en dĂ©coudre et ici, capable de changer de sexe et d’apparence, de devenir Fidelio pour libĂ©rer de sa prison son Ă©poux incarcĂ©rĂ©, Florestan.
Beethoven_Hornemann-500-carreLa version que prĂ©sente l’ALT Atelier Lyrique de Tourcoing, est celle souhaitĂ©e par Jean-Claude Malgoire (qui nous a quittĂ© en avril dernier), soit celle de 1814, en version concert, comme toujours sur instruments d’origine et avec un casting idĂ©alement choisi : les spectateurs retrouvent ainsi le tĂ©nor Donald Litaker, pour qui Florestan n’a plus vraiment de secret ! Parmi les fidĂšles interprĂštes : VĂ©ronique Gens (pour la premiĂšre fois incarnant le rĂŽle-titre), mais aussi Alain Buet (PellĂ©as et MĂ©lisande, Voyage d’hiver en novembre 2018 qui chante donc l’infĂąme et diabolique Pizzaro) et Nicolas Rivenq (Don Giovanni, TannhĂ€user : Fernando). JĂ©rĂ©my Duffau et Luigi De Donato ont Ă©galement dĂ©jĂ  Ă©tĂ© entendus sur nos planches. Chaque annĂ©e, l’ALT accueille aussi de jeunes chanteurs et pour ce chef d’Ɠuvre, c’est une Ă©lĂšve d’Alain Buet : Marie Perbost (Marcellina).

——————————————————————————————————————————————————

FIDELIO Ă  TOURCOINGboutonreservation
TOURCOING Théùtre Municipal R. Devos
Vendredi 7 dĂ©cembre 2018 – 20h
Dimanche 9 dĂ©cembre 2018 – 15h30
RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.atelierlyriquedetourcoing.fr/spectacle/fidelio/

——————————————————————————————————————————————————

distribution :
Direction musicale : Nicolas Kruger
Scénographie : Jacky Lautem

Leonore / Fidelio : Véronique Gens, soprano
Florestan : Donald Litaker, ténor
Rocco : Luigi de Donato, basse
Marcellina: Marie Perbost, soprano
Jaquino: Jérémy Duffau, ténor
Don Pizzaro: Alain Buet, baryton-basse
Don Fernando: Nicolas Rivenq, baryton

‹ChƓur RĂ©gional des Hauts de France
La Grande Écurie et la Chambre du Roy

——————————————————————————————————————————————————

L’HISTOIRE À SĂ©ville, Leonore se travestit en Fidelio pour tenter de sauver son mari Florestan, prĂ©tendu mort, mais retenu prisonnier par Pizzaro le gouverneur de la prison et son geĂŽlier Rocco.

TOURS, Benjamin Pionnier et Gilles Apap

APAP-Gilles-Apap-violon--concert-annonce-evenemnt-sur-classiquenews-mars-2018-gaveau-paris-28-marsTOURS, les 1er, 2 dĂ©c 2018 : MOZART, ARRIAGA. Le chef d’orchestre et directeur de l’OpĂ©ra de Tours, Benjamin Pionnier poursuit le cycle des concerts symphoniques Ă  Tours et propose dĂ©but dĂ©cembre un trĂšs prometteur programme comprenant des Ɠuvres de Mozart (ouverture de Cosi fan tutte le dernier des opĂ©ras de la trilogie Da Ponte), ARRIAGA (jeune prodige mort trop jeune : symphonie en rĂ© majeur). En vedette de ce concert rĂ©jouissant, le violoniste hors normes, vĂ©ritable personnalitĂ© charismatique qui dĂ©cloisonne l’image de la musique classique, par sa dĂ©contraction et sa gĂ©nĂ©rositĂ© vers le public, Gilles Apap (Concerto pour violon et orchestre n°5 de Mozart ; Airs BohĂ©miens de Pablo de Sarasate). Gilles Apap qui sait nourrir sa propre expĂ©rience musicale en jouant les musiques populaires, a trouvĂ© une voie enivrante, rĂ©confortante, entre extrĂȘme virtuositĂ© technicienne et beautĂ© intĂ©rieure du son. C’est donc comme l’affiche du concert l’indique, un Mozart dĂ©complexĂ©, dĂ©semperruquĂ©, et finalement « pop » qui assure l’intĂ©rĂȘt du programme Ă  Tours, et trĂšs probablement sa rĂ©ussite
 Concert Ă©vĂ©nement.

——————————————————————————————————————————————————

TOURS, concert Mozart, Arriagaboutonreservation
Gilles Apap, violon
Samedi 1er dĂ©cembre 2018 – 20h
Dimanche 2 dĂ©cembre 2018 – 17h

Direction musicale : Benjamin Pionnier
Orchestre Symphonique RĂ©gion Centre-Val de Loire/Tours

——————————————————————————————————————————————————

Programme :

Wolfgang Amadeus MOZART
Ouverture de Cosi fan tutte

Concerto pour violon et orchestre n° 5 en la majeur KV.219
Gilles Apap, violon

Pablo de SARASATE
Airs Bohémiens pour violon et orchestre Op.20

Juan CrisĂłstomo de ARRIAGA
Symphonie en ré majeur

Direction musicale : Benjamin Pionnier
Orchestre Symphonique RĂ©gion Centre-Val de Loire/Tours

Conférences de présentation au concert symphonique de décembre à TOURS

Samedi 1er dĂ©cembre – 19h
Dimanche 2 dĂ©cembre – 16h
Grand ThĂ©Ăątre – Salle Jean Vilar / EntrĂ©e gratuite

Grand Théùtre de Tours
34 rue de la Scellerie
37000 Tours

02.47.60.20.00
Contactez-nous
Billetterie
Ouverture du mardi au samedi
10h30 Ă  13h00 / 14h00 Ă  17h45

02.47.60.20.20
theatre-billetterie@ville-tours.fr

 mozart concert opera de tours decembre 2018 apapa annonce critique classiquenews

——————————————————————————————————————————————————

CONCOURS de Bel Canto VINCENZO BELLINI à VENDÔME

BELLINI concours vincenzo bellini 2017 2018 2019 par classiquenewsVENDÔME, 8Ăš CONCOURS BELLINI, les 16 et 17 novembre 2018. DĂ©diĂ© Ă  l’art si exigeant du Bel Canto, le CONCOURS INTERNATIONAL VINCENZO BELLINI a lieu cette annĂ©e les 16 et 17 novembre Ă  VendĂŽme (1h de PARIS en TGV).
Seule compĂ©tition dĂ©diĂ©e exclusivement aux voix et au rĂ©pertoire belcantistes (plein XIXĂš italien et français
), le Concours Bellini (crĂ©Ă© en 2010) dĂ©fend seul, l’art difficile du bel canto quand la majoritĂ© des Concours d’opĂ©ras mĂȘle tous les styles (lieder et mĂ©lodies, mozartien, romantique, vĂ©riste, moderne.)
 Depuis sa crĂ©ation, le CONCOURS BELLINI s’est imposĂ© parmi les compĂ©titions les plus intransigeantes vis Ă  vis des candidatures ; il a fondĂ© aussi sa propre AcadĂ©mie estivale, destinĂ©e aux chanteurs dĂ©sirant se perfectionner dans l’art belcantiste (sessions annuelles Ă  VendĂŽme). Aujourd’hui le CONCOURS BELLINI offre aux jeunes chanteurs l’opportunitĂ© de dĂ©montrer leurs capacitĂ©s dans l’opĂ©ra romantique italien et français (dont une mĂ©lodie française si les candidats le souhaitent) ; le CONCOURS BELLINI a distinguĂ© plusieurs tempĂ©raments lyriques exceptionnels, aujourd’hui talents reconnus dont Pretty Yende, Anna Kasyan, Roberta Mantegna
 ou le jeune tĂ©nor argentin, rossinien prometteur, Santiago Martinez


Suite aux auditions 2018, qui se sont dĂ©roulĂ©es en France et Ă  l’international, seulement 14 jeunes chanteurs ont Ă©tĂ© retenues pour concourir en novembre prochain Ă  VendĂŽme.

Le Jury prĂ©sidĂ© par le chef gĂȘnois, co fondateur du Concours, Marco Guidarini (Ă©lĂšve de Claudio Abbado et CM Giulini, ex assistant de Gardiner, actuel directeur musical de l’Orchestre MittelEuropa / Palmanova, Italie)

Quels seront les nouveaux talents belcantistes ainsi salués et distingués en novembre 2018 ?
Ne manquez cet Ă©vĂ©nement lyrique en France, temps fort de l’annĂ©e lyrique 2018.

Un jury prestigieux aura la difficile tĂąche de choisir celui ou celle qui portera encore trĂšs haut les couleurs du Belcanto.
Le chef d’orchestre italien Marco Guidarini, PrĂ©sident et cofondateur du Concours, assurera cette annĂ©e la PrĂ©sidence de ce jury.

 

 

 

CONCOURS international Vincenzo BELLINI
8Ăšme Ă©dition Ă  VENDÔME (41)

Vendredi 16 novembre 2018
19h : demi-finale

Samedi 17 novembre 2018 – 20h : finale

Places payantes : réservation à musicarte-org@live.fr

bellini-concours-2018-vendome-monceau-annonce-par-classiquenews

SĂ©lection officielle 2018 :
14 jeunes candidats

 

 

ARBEL CĂ©cilia, Soprano / France
BAÑERAS Sara, Soprano / Espagne
BARRERA Megan, Soprano / USA – Porto Rico
CIMOLIN Arianna, Soprano / Italie
FANIN Sara, Soprano / Italie
GODOY Diego, TĂ©nor / France
MAZZOLI Paola, Mezzo-Soprano / Italie
MIR Hector Emmanuel, TĂ©nor / USA
PIRTSKHAISHVILI Miriam, Soprano / Georgie
PISANI Laura, Soprano / Argentine
RIVAROLA Bela, Soprano / Argentine
VUGA Hernan, Baryton / Argentine
WAGGONER Sydney, Soprano / USA
YENDE Nombulelo, Soprano / Afrique du Sud

PLUS d’infos : Musicarte / TĂ©l. : 06 09 58 85 97 / musicarte-org@live.fr

Website : www.bellinibelcanto-internationalcompetition.com
https://www.bellinibelcanto-internationalcompetition.com

APPROFONDIR

________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi notre compte rendu du cd ANNA KASYAN : Shades of Love (nov 2017):
http://www.classiquenews.com/cd-annonce-premieres-impressions-handel-shades-of-love-anna-kasyan-soprano-1-cd-evidence/

VOIR notre grand reportage vidéo CONCOURS BELLINI : objectif, déroulement, enjeux
 Entretien avec Marco Guidarini, Sergio Segalini


VOIR notre reportage vidĂ©o dĂ©diĂ© Ă  l’AcadĂ©mie BELLINI, masterclasses de bal canto avec Viorica Cortez et Marco Guidarini

VOIR notre vidéo ANNA KASYAN chante Bellini (ImogÚne), Premier Prix BELLINI 2013

VOIR notre vidéo SANTIAGO MARTINEZ chante La Danza (GSTAAD Academy Bellini, janvier 2018) 

 
 

PERGOLESI : UN AUTRE STABAT MATER par Franck Emmanuel Comte

concert-hostel-dieu-franck-emmaneul-comte-saison-2018-2019-concerts-presentation-evenemnt-par-classiquenews-photo-copyright-jean-combier-emmnauel-comte-portraitLYON, le 16, 18 nov, STABAT MATER : PergolĂšse mĂ©connu, renouvelĂ©… A l’occasion des prochaines dates lyonnaises du STABAT MATER de Pergolesi, mais dans une version historique, rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©e, CLASSIQUENEWS brosse un portait du directeur et fondateur de l’ensemble sur instruments anciens, Le CONCERT DE L’HOSTEL DIEU… LE BAROQUE RÉINVENTÉ
 ENTRETIEN avec Franck-Emmanuel COMTE, fondateur et directeur musical du CONCERT DE L’HOSTEL-DIEU. A l’origine de l’activitĂ© de l’ensemble sur instruments d’époque, il y a ce goĂ»t pour l’exploration du patrimoine inĂ©dit, mĂ©connu, oublié  celui des partitions que conserve la BML BibliothĂšque Municipale de Lyon. Aux cĂŽtĂ© du travail de recherche, Franck-Emmanuel COMTE interroge les partitions pour les rendre vivantes, pour les incarner ; pour inventer de nouvelles formes de concerts et toucher un plus vaste public
 Une application de cette dĂ©marche qui concilie musicologie et geste interprĂ©tatif ? Le prochain concert de l’ensemble dĂšs le 16 novembre 2018 Ă  LYON (avec confĂ©rence prĂ©alable), autour du STABAT MATER de Pergolesi, mais dans le goĂ»t des Lyonnais du XVIIIù
 (lire ci aprĂšs). Le directeur musical du CHD / Concert de l’Hostel-Dieu pimente et personnalise le Baroque du dĂ©but du XVIIIĂš en le rĂ©inscrivant dans le contexte napolitain, non sans pertinence.

 

 

DĂ©fricheur et critique, Franck-Emmanuel COMTE propose de rĂ©inventer la forme du concert : le CONCERT DE L’HOSTEL-DIEU est un laboratoire, et aussi une veille pour rĂ©inventer et rĂ©gĂ©nĂ©rer l’expĂ©rience du concert voire la conception mĂȘme des spectacles
 Et dans cette volontĂ© dynamique, s’inscrit aussi une nouvelle dĂ©finition du geste musical pour l’interprĂšte, inspirĂ© diffĂ©remment dans un autre rapport au son, Ă  la partition, Ă  l’improvisation. N’est-il pas vrai que le Baroque comme le Jazz, se prĂȘte-idĂ©alement Ă  cette vision libĂ©rĂ©e et mouvante de la rĂ©alisation musicale ? Le Baroque devient le cƓur d’une constellation de disciplines dont chacune questionne l’autre. Ainsi pour une poĂ©tique inĂ©dite et un rythme musical diffĂ©rent, le spectacle FOLIA conçu en complicitĂ© avec le chorĂ©graphe Mourad Merzouki 
 Jamais la musique baroque ainsi rĂ©investie n’a semblĂ© plus vivante et connectĂ©e avec notre Ă©poque.

 

 

 

Tour d’horizon de l’actualitĂ© du CONCERT DE L’HOSTEL-DIEU en phase avec ces points de rĂ©flexion qui empruntent de nouveaux chemins de traverse.

PREMIER VOLET D’UNE SERIE D’ENTRETIENS
avec FRANCK-EMMANUEL COMTE. 

 

 

 
 
 

 

CONCERT-DE-LHOSTEL-DIEU-concert-hostel-dieu-maro-polo-c-julie-cherki_logo

________________________________________________________________________________________________

 

 

Des sources inertes au geste libre


TRAVAIL SUR LES SOURCES


 

 

 

CLASSIQUENEWS : Comment prĂ©senter et dĂ©finir (but, enjeux, 
) votre travail de recherche et d’exploration d’inĂ©dits Ă  partir du fonds des archives du patrimoine rhĂŽne-alpin conservĂ© Ă  la BibliothĂšque municipale de Lyon / BML ?

pergolesi-pergolese-portrait-classiquenews-pergolese1FRANCK-EMMANUEL COMTE : Le travail de valorisation des fonds de la BML constitue le socle de notre activitĂ©, et aussi l’origine mĂȘme de la crĂ©ation de l’ensemble. Les manuscrits conservĂ©s dans les Fonds anciens de la bibliothĂšque reflĂštent une spĂ©cificitĂ© lyonnaise : un goĂ»t des lyonnais, au siĂšcle des LumiĂšres, tournĂ© presque exclusivement vers l’Italie. Il semble que les Ă©changes entre les villes de Lyon et de Rome Ă©taient nombreux, sans doutes par l’entremise des marchands, des banquiers mais aussi des JĂ©suites. Aussi, nombre de partitions de Scarlatti, Corelli, Carissimi,
. figurent au catalogue de la BML. Ils constituent une source d’inspiration et d’idĂ©es de programme assez riche
. Ainsi notre prochain projet  : une version inĂ©dite du Stabat Mater de PergolĂšse, arrangĂ© Ă  5 voix aux alentours des annĂ©es 1740 par un musicien lyonnais.

 

 

 

Nouveau programmepergolesi-pergolese-portrait-classiquenews-pergolese1
UN AUTRE STABAT MATER de Pergolesi
16,18,20 nov 2018
En Lire +, Présentation de ce concert

VOIR LA VIDEO du programme « Un AUTRE STABAT MATER »
https://www.youtube.com/watch?v=gfDB2neKHZs

Secrets lyonnais – Le Concert de l’Hostel Dieu et la manuscrits de la BibliothĂšque de Lyon

PROCHAINES DATES / STABAT MATER DE PERGOLESE 16 novembre 2018 : ConfĂ©rence musicale Ă  la BibliothĂšque municipale de Lyon (69) 18 novembre 2018 : Chapelle de …

CONCERT DE L'HOSTEL DIEU : saison 2018 - 2019

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

RÉINVENTER LE BAROQUE AUJOURD’HUI

ses formes, sa durée, dans quels lieux, pour quels publics ?

 

 

CLASSIQUENEWS : En dĂ©finitive, votre activitĂ© au sein du CONCERT DE L’HOSTEL DIEU dĂ©veloppe une interrogation permanente et critique sur le baroque aujourd’hui ?

concert-hostel-dieu-franck-emmaneul-comte-saison-2018-2019-concerts-presentation-evenemnt-par-classiquenews-photo-copyright-jean-combier-emmnauel-comte-portraitFRANCK-EMMANUEL COMTE : Oui, il est clair que pour moi le seul travail musicologique de restitution et d’interprĂ©tation ne suffit plus Ă  motiver mon travail.
Je puise dans le rĂ©pertoire baroque et dans l’instrumentarium qui lui est liĂ©, des occasions pour partager plus largement mes ressentis sur cet univers.  L’interdisciplinaritĂ© et les passerelles que nous imaginons vers d’autres cultures musicales nous permettent de questionner notre rapport au son, Ă  la partition, Ă  l’improvisation. Autant de pistes susceptibles de faire Ă©voluer notre crĂ©ativitĂ©, laquelle a toujours Ă©tĂ© une notion beaucoup plus essentielle pour moi que la technicitĂ©.
Cette approche du répertoire ancien nous conduit également à réexaminer notre rapport au public, lequel reste au coeur de mes préoccupations.
Je sais que cette notion ne fait pas forcĂ©ment loi en France, et particuliĂšrement dans les “esthĂ©tiques de spĂ©cialistes » comme celle de la musique ancienne, mais j’assume cette approche ; sans public, il n’y aurait pas de spectacles, et le spectacle, c’est notre vie, notre essence mĂȘme.

folia-mourad-merzouki-franck-emmanuel-comte-danse-spectacle-critique-par-classiquenews-juin2018Folia, le spectacle chorĂ©graphique co-crĂ©e avec Mourad Merzouki en juin dernier, en est un des exemples les plus nets : une vrai poĂ©sie naĂźt de la rencontre de l’univers hip hop de Mourad avec les sonoritĂ©s et l’énergie qui Ă©mane de mon ensemble CONCERT DE L’HOSTEL-DIEU / CHD ; le bonheur qu’ont les musiciens et les danseurs Ă  vivre cette expĂ©rience sur scĂšne et en coulisse est palpable tout au long du spectacle. Le public le sens et adhĂšre. Un public, mĂ©tissĂ© et ouvert, comme le plateau artistique


 

 

 

VOIR le spectacle FOLIA avec Mourad Merzouki
https://www.youtube.com/watch?v=FjhEW_tFm_A

Mourad Merzouki “Folia” @ Nuits de FourviĂšre, Lyon – ARTE Concert – YouTube
www.youtube.com
En 1998, Mourad Merzouki tĂ©lescope le monde du hip-hop et celui de la musique classique avec “RĂ©cital”, un spectacle qui a fait date dans l’Histoire des dans…

 

LIRE aussi notre compte rendu du spectacle FOLIA par Le Concert de l’Hostile-Dieu / Franck Emmanuel COMTE / Juin 2018, FourviĂšre, LYON.
 

________________________________________________________________________________________________

A VENIR
 ENTRETIEN avec FRANC-EMMANUEL COMTE 2 : le cas de Haendel dans l’exploration et l’activitĂ© du Concert de l’Hostel-Dieu ; Ă  la croisĂ©e des disciplines et des imaginaires artistiques, entre poĂ©sie, slam et baroque
 focus sur le spectacle et le cd intitulĂ© «  MARCO POLO, carnet de mirages », rĂ©alisĂ© avec le concours du slameur Cocteau Mot Lotov

LIRE dĂ©jĂ  notre prĂ©sentation du cd MARCO POLO par Le Concert de l’Hostel-Dieu et Franck-Emmanuel COMTE
 (dĂ©cembre 2017)

________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi notre prĂ©sentation de la saison du CONCERT DE L’HOSTEL DIEU, saison 2018 – 2019

PLUS D’INFOS sur le site du CONCERT DE L’HOSTEL DIEU, saison 2018 – 2019
http://www.concert-hosteldieu.com

ACTUALITE
A venir, les 2 Prochains cd du CHD / Concert de l’Hostel-Dieu

 

 

Toutes les infos et les modalitĂ©s de rĂ©servation, toute l’actualitĂ© du CHD (Concert de l’Hostel Dieu), sur le site du CONCERT DE L’HOSTEL DIEU / Franck Emmanuel Comte / saison 2018 — 2019

 

logo-chd-or-e1493796881107

 

 

 

NOËL symphonique à ORLEANS

ORLÉANS. CONCERTS de NOEL 2018. Les 15 et 16 dĂ©c 2018. Pour cĂ©lĂ©brer le temps de NoĂ«l, l’Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans et le ChƓur Symphonique du Conservatoire d’OrlĂ©ans fusionnent leurs forces vives Ă  l’église Saint-Pierre du Martroi et offrent un somptueux Concert de NoĂ«l, une tradition Ă  prĂ©sent pour les OrlĂ©anais soucieux de vivre une grande expĂ©rience pour les fĂȘtes de fin d’annĂ©e.

ORLEANS-concert-de-NOEL-2018-marius-Stieghorst-concerts-annonce-sur-classiquenews

 

 

orchestre-orleans-maestro-chaf-concert-portrait-par-classiquenewsMarius Stieghorst, le chef et directeur artistique de l’Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans, a conçu un programme particuliĂšrement original et Ă©clectique, gĂ©nĂ©reux en styles et accents contrastĂ©s, oĂč perce le timbre Ă©clatant des trompettes (Concerto pour 3 trompettes, timbales et continuo de Telemann), aux cĂŽtĂ©s de l’exaltation des voix (Messe Nelson de Haydn, Alma Dei creatoris de Mozart
). Pour ce concert de NoĂ«l, Marius Stieghorst confie la baguette Ă  Gildas Harnois, qui a dĂ©jĂ  dirigĂ© l’Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans Ă  maintes reprises. Organiste titulaire de la CathĂ©drale Sainte-Croix d’OrlĂ©ans depuis 1997, il est bien connu des OrlĂ©anais. Il est par ailleurs Chef de la Musique des Gardiens de la Paix depuis juillet 2014, formation qu’il dirige Ă  Paris et Ă  l’étranger.

 

 

SAMEDI 15 DÉCEMBRE 2018 à 20h30boutonreservation
DIMANCHE 16 DÉCEMBRE 2018 à 16h00
ORLEANS, Église Saint-Pierre du Martroi

 

 

GEORG PHILIPP TELEMANN
Concerto pour 3 trompettes, timbales et continuo, TWV54 : D3

WOLFGANG AMADEUS MOZART
Alma Dei creatoris en fa majeur KV 277

JOSEPH HAYDN
Nelson Mass en ré mineur, Hob. XXII : 11

Isabelle PHILIPPE, soprano
Laure DUGUÉ, alto
Matthieu JUSTINE, ténor
Marc LABONNETTE, basse
Vincent MITTERAND – Guy-Claude CHARCELLAY- Thibault COLLONGE, trompettes
ORCHESTRE SYMPHONIQUE D’ORLÉANS
ChƓur Symphonique du Conservatoire d’OrlĂ©ans / Elisabeth RENAULT, chef de chƓur
Gildas HARNOIS, direction

 

 

 

 

Présentation des oeuvres

 

 

GEORG PHILIPP TELEMANN
Concerto pour 3 trompettes, timbales et continuo, TWV54 : D3
Georg Philipp TELEMANN compte parmi les compositeurs les plus prolifiques et les plus novateurs de l’ñge baroque, en ce XVIIIĂš Ă©clatant, qui n’est pas encore celui des LumiĂšres, mais Ă©blouit nĂ©anmoins par la prĂ©Ă©minence dĂ©volue Ă  la musique : Telemann dirigea la musique Ă  Hambourg, maĂźtre incontestĂ© du prestige musical et culturel de la ville Ă  l’époque oĂč JS Bach son contemporain « vĂ©gĂ©tait » Ă  Leipzig, en prise avec ses employeurs indignes de son talent… MĂȘlant spectaculaire et intime, le Concerto pour 3 trompettes, timbales et continuo affirme le gĂ©nie de Telemann, Ă  l’écriture raffinĂ©e et dramatiquement efficace ; la partition rĂ©serve de bien belles surprises, Ă  l’image des magnifiques solos de hautbois qui apportent une touche subtile de sĂ©rĂ©nitĂ© Ă  la tonalitĂ© solennelle et majestueuse de l’Ɠuvre. Grandiose et pourtant recueillie, l’Ɠuvre s’inscrit idĂ©alement pour le temps de NoĂ«l.

 

 

WOLFGANG AMADEUS MOZART
Alma Dei creatoris en fa majeur KV 277
Mozart a composĂ© cet offertoire peu de temps aprĂšs avoir dĂ©missionnĂ© de la Cour de Salzbourg : il ne pouvait supporter les humiliations rĂ©pĂ©tĂ©es Ă  son encontre, perpĂ©trĂ©es par son employeur Coloredo. Écrite pour soprano, alto, tĂ©nor, chƓur, violons et basse continue, la partition mariale alterne avec douceur et sĂ©rĂ©nitĂ© les interventions des solistes et celles du chƓur.

 

 

JOSEPH HAYDN
Nelson Mass en ré mineur, Hob. XXII : 11
Cette messe est sans doute la plus dramatique, la plus puissante et la plus populaire des quatorze messes Ă©crites par Joseph Haydn. Écrite avec raffinement dans une tonalitĂ© sombre (rĂ© mineur), elle gĂ©nĂšre et entretient au fil de chacune de ses parties une vĂ©ritable tension lyrique. Le chef-d’Ɠuvre de Haydn est l’un des sommets de la composition liturgique Ă  l’époque des LumiĂšres. Haydn y dĂ©ploie son gĂ©nie du raffinement viennois et son goĂ»t de l’opĂ©ra.

 

 

 

 

INFORMATIONS PRATIQUES
Lieu : Église Saint-Pierre du Martroi
Tarifs : de 25/22/12€
Horaires des Concerts : samedi 15 dĂ©cembre Ă  20h30 – dimanche 16 dĂ©cembre Ă  16h00
RĂ©servations : Bureau d’OrlĂ©ans Concerts 6 rue Pothier – 45000 OrlĂ©ans (Ouvert au public de 13h Ă  18h, du lundi au samedi) TĂ©l : 02 38 53 27 13

Site Web : www.orchestre-orleans.com

 

 

 

Valses de Vienne Ă  LILLE et en RĂ©gion

©matheuz_328px_18-19LILLE, NORD, les Valses des Strauss, ONL,13 dĂ©c>15 janv 2019. Le pĂšre nĂ© en 1804, le dernier fils mort en 1899
 la famille STRAUSS couvre ainsi tout un siĂšcle, que l’on dit romantique et qui fut aussi marquĂ© par l’essor formidable de l’écriture orchestrale, adaptĂ©e au cadre stimulant de la Valse. La Vienne fin de siĂšcle, semble donner le ton et le diapason de l’élĂ©gance et du raffinement social et mondain.

 

 

 

strauss-johann-II-petit-portrait-298-294-640px-Johann_Strauss_II_by_August_Eisenmenger_1888Parfum impĂ©rial et fanĂ©, mais terriblement raffinĂ©, comme singuliĂšrement sensuel – malgrĂ© un puritanisme de façade, comme en Angleterre (autre Empire), oĂč le corsetĂ© des robes et des costumes masculins se devaient de craquer, dans la danse sublimĂ©e par les Strauss, pĂšre et fils : la sulfureuse valse Ă  trois temps s’impose toujours Ă  nous comme une ivresse irrĂ©sistible, codifiĂ©e mais sublimĂ©e par les timbres de l’orchestre symphonique.
Pour donner corps Ă  cette jubilation des sens, en couleurs et en rythmes contrastĂ©s et spĂ©cifiques, selon l’écriture du pĂšre ou des fils (Johann, Edouard, Josef
), l’Orchestre National de Lille invite le chef Diego Matheus pour un cycle enivrant de concerts festifs et raffinĂ©s, qui comprend 3 dates Ă  Lille, les 13, 16 et 18 dĂ©c (Auditorium du Nouveau SiĂšcle), et aussi rayonnant en rĂ©gion, pour 6 dates, les 14 (Carvin), 15 (Sainghin-en-MĂ©lantois, 19 (Valenciennes), 20 dĂ©cembre (Maubeuge), puis 4 janvier (Sin-le-Noble), et 5 janvier 2019 (Longuenesse). Illustration : Johann II Strauss (DR)

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

Cycle BAL DE L’EMPEREURboutonreservation
La Marche de Radetzky (Johann pĂšre)
Le Beau Danube bleu (Johann fils)
Valses et polkas des Strauss, pĂšre et fils
(Johann, Josef, Eduard, Hellmesberger, Lanner, Suppé, Waldteufel
)

LILLE, Nouveau SiĂšcle
jeudi 13 déc 2018, 20h
dim 16 déc 2018, 17h
mardi 18 déc 2018, 20h

Toutes les infos sur le site de l’Orchestre National de Lille
http://www.onlille.com/saison_18-19/concert/bal-de-lempereur/

 

 
 

 

——————————————————————————————————————————————————

A NOTER
ThĂ© dansant, dim 16 dĂ©c 2018, 15h (Lille, Nouveau SiĂšcle). Pour danseurs tous niveaux, chevronnĂ©s, amateurs, novices : « partagez un tour de piste » – accĂšs gratuit selon disponibilitĂ© (rĂ©servations, informations conseillĂ©es)

Pour la billetterie des concerts en rĂ©gion, consultez la page BAL DE L ‘EMPEREUR sur le site de l’Orchestre National de Lille : les rĂ©servations se font directement auprĂšs des salles

Orchestre National de Lille
30 Place MendĂšs France BP 70119 / 59027 Lille cedex
+33 (0)3 20 12 82 40
Accueil-billetterie : 3 place MendĂšs France
Ouvert du lundi au vendredi de 10h Ă  18h

 

 
 

 

——————————————————————————————————————————————————

UNE AFFAIRE DE FAMILLE… D’un gĂ©nie orchestrateur, Ă©mergent les pĂ©pites du fils (Johann II) : Le Beau Danube bleu (1867), La valse de l’Empereur : vĂ©ritable manifeste esthĂ©tique de la Vienne impĂ©riale de François-Joseph et de son Ă©pouse « Sissi ». Si les trois temps assurent le rebond et l’élan (du dĂ©sir ainsi amorcĂ©, cultivĂ©, porté ), le quatriĂšme qui en est dĂ©duit, se fait toujours attendre
 car il ne vient pas. Cette irrĂ©solution cristallise la pulsion premiĂšre, viscĂ©rale d’une danse – transe, Ă  l’érotisme Ă©vident et qui en son temps, fut taxĂ© d’abord, de perversitĂ©, d’immoralitĂ©, d’indĂ©cence.

Mais le fils bĂ©nĂ©ficia de la gloire dĂ©jĂ  Ă©tablie du nom Strauss, affirmĂ© par son pĂšre avant lui (Johnn I); aprĂšs avoir enfantĂ© d’un chef d’oeuvre qui Ă©voque aussi l’esprit de toute une Ă©poque, la fameuse Marche de Radetsky (pour la fĂȘte de la rĂ©conciliation, le 22 sept 1849, pour le retour d’Italie du fameux marĂ©chal), Johann pĂšre meurt le 25 septembre 1849 Ă  
 45 ans. Une gloire chasse l’autre,
 c’est ensuite dans la seconde moitiĂ© du XIXĂš, que le fils dĂ©trĂŽna le pĂšre, redoublant de raffinement orchestral, de verve et d’imagination ciselĂ©es (Ă  partir d’un concert tremplin au Casino Dommayer, le 15 octobre 1844), rĂ©Ă©crivant dĂ©sormais le roman familial aussi, car c’et bien Johann Strauss II qui supplanta tous les autres, obligeant mĂȘme son frĂšre Josef Ă  reprendre la direction de l’orchestre du clan, pilotant les tournĂ©es de plus en plus Ă©reintantes, il devait mourir de surmenage Ă  43 ans


 

 
 

 

——————————————————————————————————————————————————

LIRE aussi notre critique complùte de l’excellent ouvrage JOHANN STRAUSS (Actes Sud / oct 2017)

http://www.classiquenews.com/livre-critique-compte-rendu-johann-strauss-le-pere-le-fils-et-lesprit-de-la-valse-par-alain-duault-collection-classica-actes-sud/

LIVRE, événement, annonce. Café Berlioz par Pierre-René Serna (Bleu Nuit éditeur)

berlioz-cafe-berlioz-bleu-nuit-editeur-essai-par-pierre-rene-serva-annonce-critique-livre-sur-classiquenewsLIVRE, Ă©vĂ©nement, annonce. CafĂ© Berlioz par Pierre-RenĂ© Serna – Essai autour de Berlioz. A l’instar des cafĂ©s du XIXe siĂšcle oĂč l’on se retrouvait pour discuter et dĂ©battre, cet ouvrage n’est pas une biographie mais un recueil de vingt-huit textes de Pierre-RenĂ© Serna, parlant aussi bien des Ɠuvres que de questionnements autour – et au dĂ©tour – du compositeur inclassable et cependant fondamental qu’est Berlioz, Ă  l’occasion du 150e anniversaire de sa disparition. L’auteur a dĂ©jĂ  publiĂ© un essai sur Berlioz sous la forme d’un dictionnaire, distinguant les grands thĂšmes structurant la vie du grand Hector (Berlioz, de B Ă  Z). Parmi les thĂšmes et sujets dĂ©veloppĂ©s : les « dĂ©nigreurs » de Berlioz (une histoire de l’extrĂȘme-droite), l’orchestre de Berlioz, Sur la vĂ©racitĂ© des MĂ©moires, Quelle version pour Benvenuto Cellini ?, Episodes de la vie d’un artiste, l’opĂ©ra oubliĂ© d’aprĂšs Oberon et Titania, l’élĂšve mĂ©connu Miguel MarquĂ©s, Rameau, Gluck, Spontini, Les Troyens (source et version)

Sans omettre un entretien avec le pionnier du Berlioz revival, le britannique Colin Davis (réalisé en 2006). Prochaine critique développée dans le mag cd dvd livres de classiquenews

________________________________________________________________________________________________

LIVRE, Ă©vĂ©nement, annonce. CafĂ© Berlioz par Pierre-RenĂ© Serna / EAN : 9782358840583 – Essai Musique / ‹Parution : novembre 2018 – 176 pages
Format : 150 x 240 mm - Prix public TTC: 16 €
Plus d’infos sur le site de l’éditeur BLEU NUIT :
http://www.bne.fr/page185.html

GRAND ENTRETIEN AVEC… MARINA REBEKA, soprano

ENTRETIEN AVEC
 MARINA REBEKA, soprano. Entretien avec une diva complĂšte, actrice autant que chanteuse, douĂ©e d’une tessiture large, d’une coloratoure ciselĂ©e, d’un ambigus dynamique au medium charnel et aux aigus percutants… A propos de Bel CANTO, de DONIZETTI, de son propre label discographique, au moment oĂč la diva chante en novembre 2018, et pour la premiĂšre fois, le rĂŽle d’ANNA BOLENA Ă  l’OpĂ©ra de Bordeaux


 
 
 
 

rebeka-marina-grand-format-cd-review-spirito-interview-diva-cd-critique-par-classiquenews-bel-canto-ANNA-BOLENA

 
 
 
 

Quel Bel Canto ? Comment chanter Donizetti ? Pourquoi avoir fait le choix de lancer son propre label dĂ©diĂ© aux voix et Ă  l’opĂ©ra ?… Toutes les rĂ©ponses d’une diva cheffe d’entreprise sur CLASSIQUENEWS

 
 
 
 

 
 
 
 

ENTRETIEN AVEC
 MARINA REBEKA, soprano : Chanter Donizetti, Bellini, Spontini

ENTRETIEN AVEC
 MARINA REBEKA, soprano. Entretien avec une diva complĂšte, actrice autant que chanteuse, douĂ©e d’une tessiture large, d’une coloratoure ciselĂ©e, d’un ambigus dynamique au medium charnel et aux aigus percutants… A propos de Bel CANTO, de DONIZETTI, de son propre label discographique, au moment oĂč la diva chante le rĂŽle d’ANNA BOLENA Ă  l’OpĂ©ra de Bordeaux


 
 

 
 

rebeka-marina-grand-format-cd-review-spirito-interview-diva-cd-critique-par-classiquenews-bel-canto-ANNA-BOLENA

 

 

POURQUOI AVOIR PRIS LA DECISION DE LANCER VOTRE PROPRE LABEL ?

REBEKA marinaPour la volontĂ© de rĂ©aliser moi-mĂȘme un enregistrement le meilleur possible, pour la libertĂ© de choisir le rĂ©pertoire qui me va le mieux Ă  chaque Ă©tape de ma carriĂšre, le dĂ©sir de partager mon enthousiasme pour d’autres grands interprĂštes. J’ai l’intention de dĂ©fendre une approche crĂ©ative pour chaque projet, ce Ă  chaque phase de l’enregistrement ; depuis le choix de l’orchestre, du chef, du oeuvres choisies, jusqu’au son produit, au montage, Ă  la couverture du programme et au texte du livret.
J’ai dĂ©jĂ  enregistrĂ© avec plusieurs labels, et je me suis rendu compte que les firmes avaient peu d’intĂ©rĂȘt Ă  ajouter un nom de chanteur Ă  leur listing. Dans le marchĂ© actuel, les efforts de promotion se concentrent sur un ou deux chanteurs, quitte Ă  ignorer les autres. Je connais de par le monde, de trĂšs nombreux collĂšgues qui sont d’excellents chanteurs. Or dĂ©jĂ  connus Ă  l’échelle locale, ils n’ont enregistrĂ© aucun disque. Ce n’est pas bon pour leur dĂ©veloppement de carriĂšre.

La qualitĂ© du son d’un enregistrement est l’autre grande raison qui a motivĂ© ma dĂ©cision. On dĂ©crĂšte que certaines voix sont bonnes pour ĂȘtre enregistrĂ©es, et d’autres non. Cela est le cas des grandes voix, avec des larges en dynamiques et en amplitude (du pianissimo au fortissimo), celles lĂ  mĂȘme qui au studio, sonnent dures, lointaines ; alors qu’au moment de la performance en salle, elles passent outre l’orchestre et remplissent l’espace des concerts halls sans effort. A l’inverse, Ă  l’extrĂ©mitĂ© de cette palette vocale, il existe de petites voix que l’on entend Ă  peine dans un spectacle rĂ©el, mais qui sonne trĂšs prĂ©sentes Ă  l’enregistrement.

Quand j’ai rencontrĂ© mon mari qui est ingĂ©nieur du son, il m’a beaucoup appris quant aux aspects techniques et physiques d’un enregistrement. Le process n’est pas le mĂȘme pour toutes les voix. L’idĂ©al est d’adapter la technique selon les besoins et les capacitĂ©s de chaque voix.
En crĂ©ant notre propre label, nous avons voulu ĂȘtre le plus proche de la rĂ©alitĂ© du concert et du spectacle vivant : il est essentiel qu’un enregistrement reflĂšte ce qui se passe dans les conditions rĂ©elles d’un rĂ©cital ou d’un opĂ©ra;

J’ai souhaitĂ© aussi que mon label ne soit pas uniquement rĂ©servĂ© Ă  mes projets et Ă  ma voix. Nous avons dĂ©jĂ  Ă©tabli un planning comprenant de nombreux projets avec de grands chanteurs, des orchestres, des chefs. PRIMA CLASSICS est donc un nouveau label indĂ©pendant, ayant sa propre philosophie, toujours Ă  l’affĂ»t des grands interprĂštes, et soucieux de les aider dans leur carriĂšre.

 

 

 

COMMENT AVEZ VOUS CONCU LE PROGRAMME « SPIRITO » ?

REBEKA marina soprano bel canto cd critique review cd par classiquenewsL’idĂ©e de ce programme dĂ©coule de ma passion pour le bel canto, de l’expĂ©rience que j’ai pu en recueillir sur scĂšne, des dĂ©fis que j’ai dĂ» relever en prĂ©parant mes rĂŽles puis en les chantant sur les planches. Je travaille d’abord les sources oroginales – manuscrits, exemplaires autographes afin d’ĂȘtre au plus proches des intentions de l’auteur, afin de dĂ©celer ses idĂ©es, de comprendre son Ă©criture. J’ai dĂ©jĂ  incarnĂ© Norma, Maria Stuarda, ce plusieurs fois sur scĂšne, et je chante actuellement Ă  Bordeaux, Anna Bolena. Tout cela m’amĂšne peu Ă  peu vers Il Pirata, vers le rĂŽle d’ImogĂšne. Dans Spirito, j’ai associĂ© les scĂšnes cĂ©lĂšbres et les plus difficiles de ces opĂ©ras, Ă  deux sĂ©quences extraites de La Vestale de Spontini, deux Ă©pisodes moins connus mais d’une grande beautĂ©. A propos de La Vestale, j’ai trouvĂ© le manuscrit de ce chef d’oeuvre lyrique, – dĂ©jĂ  admirĂ© et commentĂ© par nombre de compositeurs et de critiques, Ă  la BibliothĂšque Nationale de France. Spontini a Ă©crit La Vestale en français, alors que la version italienne est plus connue, entre autres grĂące Ă  Maria Callas. J’ai trouvĂ© que la version française est celle qui exige le plus et se rĂ©vĂšle plus convaincante.

Sur le plan vocal, et si nous nous questionnons Ă  propos de la voix et du style vocal les mieux adaptĂ©s pour chanter le bel canto, il convient de souligner qu’aprĂšs Verdi, le vĂ©risme a brouillĂ© les cartes. Le Bel canto exige une personnalitĂ© dramatique, une couleur vocale affirmĂ©e, sans pour autant rĂ©clamer une grande voix (Ă  la Turandot par exemple). Pour des salles plus petites, l’orchestration y est diffĂ©rente (comparĂ©e Ă  celle des opĂ©ras de Puccini) ; le diapason des orchestres a Ă©tĂ© modifiĂ© depuis, et les cordes des violons Ă©taient alors en boyau, (et non pas mĂ©talliques). Tout cela explique combien le bel canto est une esthĂ©tique qui a essentiellement favorisĂ© la ligne et la voix, la mĂ©lodie et l’harmonie. La technique vocale est surtout diffĂ©rente : le bal canto expose comme nul autre style, le chant. Vous devez autant jouer comme actrice que chanter : il y est impossible de dissimuler d’aucune maniĂšre. Tout se voit et s’entend.

Personnellement, j’ai dĂ©butĂ© ma carriĂšre de chanteuse en chantant le bel canto. Quand j’avais 13 ans, mon grand-pĂšre m’a conduit Ă  l’opĂ©ra, c’était Norma de Bellini. J’ai Ă©tĂ© tellement saisie et enchantĂ©e par la musique, le drame, la totalitĂ© du spectacle que aprĂšs le premier acte, Ă  l’entracte, j’ai dit Ă  mon grand-pĂšre que je serai plus tard une chanteuse d’opĂ©ra. Evidemment, Ă  l’époque, personne ne m’a pris au sĂ©rieux. Et puis Ă  force de volontĂ© et aprĂšs avoir traversĂ© tant d’obstacles, 23 ans aprĂšs, je chantait ma premiĂšre Norma Ă  Trieste, sur la scĂšne mĂȘme oĂč Callas en 1951, dĂ©butait
 Comme vous le voyez, le Bel Canto est une histoire d’amour depuis le dĂ©but.

  

 

rebeka-marina-anna-bolena-prima-classics-cd-spirito-actus-news-review-cd-critique-cd-opera-par-classiquenews

 

 

QUELLE EST VOTRE PROPRE CONCEPTION DU ROLE D’ANNA BOLENA ?
Quand je prĂ©pare un rĂŽle, je compare toutes les sources, historiques, littĂ©raires, musicales. La reine que portraiture Donizetti dans son opĂ©ra, est diffĂ©rente de l’Anne Boleyn historique. Celle ci a Ă©tĂ© manipulatrice, sage, intelligente, douĂ©e d’un grand sens politique et pleine de bon sens. Elle n’a pas seulement rĂ©ussi Ă  devenir la maĂźtresse du Roi, mais elle est restĂ©e libre, tout en s’assurant la passion du souverain : son parcours est incroyable ! Elle aura convaincu Henry VIII, de dĂ©sobĂ©ir au Vatican, de divorcer d’avec Catherine d’Aragon, de l’épouser et d’en faire la nouvelle reine. Elle devait possĂ©der un immense sens de persuasion. C’est la premiĂšre fois q’un souverain ose dĂ©fier l’autoritĂ© du Pape. Et la cause en est l’amour pour Anne.

Rien de tel dans la vision trĂšs romanesque dĂ©veloppĂ©e par Donizetti. Certes, le compositeur dĂ©peint une femme forte, qui est amoureuse d’Henry, mais qui est trahie par ce dernier. Donizetti a souhaitĂ© que les spectateurs compatissent au sort d’Anna dont il fait une victime. Le fait que l’opĂ©ra dĂ©bute en rĂ©vĂ©lant dĂ©jĂ  la trahison du Roi, renforce la sympathie que l’on peut Ă©prouver pour cette reine fragile.

Sur le plan vocal, le rĂŽle est l’un des plus difficiles pour les sopranos. Il faut avoir le cƓur embrasĂ© mais la pensĂ©e dĂ©tendue pour ne pas ĂȘtre submergĂ© par la puissance Ă©motionnel du personnage, pour surtout cultiver l’endurance pendant toute la performance sur scĂšne. Il faut garder Ă  l’esprit qu’à la fin de l’ouvrage, le rĂŽle comporte une immense scĂšne de folie comprenant des difficultĂ©s techniques et des sommets Ă©motionnels, littĂ©ralement Ă©crasants.

 

 

QUELLES SERAIENT LES PRINCIPAUX DEFIS POUR REUSSIR LE BEL CANTO DE DONIZETTI ET EN PARTICULIER LE ROLE D’ANNA BOLENA?

Les plus importants sont : la beautĂ© vocale et l’endurance physique (d’autant que le rĂŽle est important en durĂ©e sur scĂšne comme en intensitĂ©) ; maĂźtriser une tessiture d’au moins 2 octaves et demi (en particulier si l’on chante toutes les notes aiguĂ«s dans la scĂšne de folie finale) ; maĂźtriser aussi la technique de la coloratoure, ĂȘtre capable d’écrire vous-mĂȘme les variations oĂč il le faut et quand le style le demande ; enfin trouver la cohĂ©rence qui inclut tout cela pour en dĂ©duire un portrait vocal et dramatique convaincant.

Propos recueillis en novembre 2018, peu de temps avant que Marina Rebeka ne rĂ©alise la premiĂšre d’ANNA BOLENA Ă  l’OpĂ©ra de Bordeaux. A l’affiche de l’OpĂ©ra de Bordeaux, jusqu’au 18 nov 2018

 

  

 

________________________________________________________________________________________________

REBEKA marina soprano bel canto cd critique review cd par classiquenewsACTUALITES CD. En novembre 2018, MARINA REBEKA sort un nouvel album : SPIRITO, dédié au bel canto, sous son propre label PRIMA CLASSICS. LIRE ici notre crtiique complÚte de SPIRITO, élu « CLIC » de CLASSIQUENEWS de novembre 2018
http://www.classiquenews.com/cd-critique-spirito-marina-rebeka-soprano-anna-bolena-1-cd-prima-classic-juillet-2018/

 

 

rebeka-marina-anna-bolena-prima-classics-cd-spirito-actus-news-review-cd-critique-cd-opera-par-classiquenews

 

  

 

POITIERS, TAP. Concert WAGNER et BRUCKNER

Philippe Herreweghe et l'Orchestre des Champs ElysĂ©es Ă  PoitiersPOITIERS, TAP. Mer 14 nov 2018. Wagner, Bruckner. SoirĂ©e symphonique, germanique et romantique au TAP de Poitiers, grĂące Ă  la force de persuasion de l’Orchestre des Champs ElysĂ©es, phalange en rĂ©sidence au sein du thĂ©Ăątre poitevin, comprenant un auditorium aux qualitĂ©s acoustiques exceptionnels, Ă  notre avis pas assez reconnues. A 20h30, rĂ©cital lyrique et symphonique. Cycle de lieder avec orchestre pour soprano tout d’abord oĂč la cantatrice, experte en mĂ©lodies françaises, VĂ©ronique Gens, chante le cycle des Wesendonck-Lieder que Richard Wagner dĂ©dia Ă  sa passion pour son hĂŽtesse et protectrice en Suisse, Mathilde Wesendock (laquelle a Ă©crit aussi les poĂšmes du cycle). Idylle consommĂ©e ou non, il nous reste plusieurs chants embrasĂ©s, oĂč s’accomplissent l’enchantement et l’extase amoureuse, dont la mĂ©lodie de Tristan (celle de la nuit d’amour de l’acte II). D’une irrĂ©sistible langueur enivrĂ©e.

 

 

concert voix et orchestre au TAP de POITIERS

Romantisme lyrique et symphonique

bruckner1Puis l’Orchestre des Champs-ElysĂ©es interprĂšte le massif brucknĂ©rien qui doit tant Ă  
 Wagner. Bruckner vouant une admiration sans borne pour le MaĂźtre de Bayreuth. Poitiers affiche la Symphonie n°4 de Bruckner, dite « Romantique » avec ses claires rĂ©fĂ©rences au monde chevaleresque mĂ©diĂ©val, 
( tristanesque ?)   « Ville mĂ©diĂ©vale, chevaliers se lançant au-dehors sur de fiers chevaux, Amour repoussĂ©, et mĂȘme Danse pour le repas de chasse ».
 Philippe Herreweghe aborde la symphonie avec une clartĂ© dĂ©taillĂ©e et un sens de l’analyse qui restitue le relief de l’architecture et l’acuitĂ© des timbres instrumentaux, ce dans un format et des Ă©quilibres sonores affinĂ©s, comme le permet trĂšs justement la spĂ©cificitĂ© des instruments d’époque.

Dite “Romantique”, la QuatriĂšme ouvre le cycle des Symphonies brucknĂ©riennes “en majeur”. Il existe trois versions connues, validĂ©es par l’auteur. Bruckner compose la partition originale de janvier Ă  novembre 1874 et la dĂ©die au Prince Constantin Hohenlohe, espĂ©rant une protection. La pĂ©riode est difficile pour le musicien qui n’a presque plus rien pour vivre. L’oeuvre ne sera rĂ©vĂ©lĂ©e au concert que dans sa version originelle Ă©ditĂ©e par Nowak
 en 1975! En 1878, Bruckner reprenait les deux premiers mouvements, puis en 1880, rĂ©Ă©crivait le finale. C’est cette derniĂšre version, la troisiĂšme, qui fut crĂ©Ă©e Ă  Vienne, le 20 fĂ©vrier 1881 sous la direction de Hans Richter. Le compositeur cite Parsifal de Wagner et l’instrumentation de son cher modĂšle



Gestion des cuivres (souvent colossaux), rondeur chantante des bois, mer et houle des cordes
 comment le chef saura-t-il piloter le langage brucknĂ©rien ? Il est aussi question de souffle majestueux et de grandeur, comme de mysticisme car Bruckner Ă©tait habitĂ© par l’idĂ©al chrĂ©tien, Ă©tant trĂšs croyant. RĂ©ponse ce 14 nov 2018 dans le superbe auditorium du TAP de Poitiers.

 

——————————————————————————————————————————————————

Programme

> Richard Wagner : Wesendonck-Lieder
> Anton Bruckner : Symphonie n° 4 en mi bémol majeur « Romantique »

ORCHESTRE DES CHAMPS ELYSEES
Philippe Herreweghe, direction
VĂ©ronique Gens, soprano

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

boutonreservationPOITIERS, TAP.
Mercredi 14 novembre 2018, 20h30
RESERVEZ VOTRE PLACE
https://www.tap-poitiers.com/spectacle/bruckner-wagner/

1h40, avec entracte

 

 

wesendonck-matilde-lieder-wagner-concerts
 

 

Mathilde Wesendonck inspire Ă  Ricahrd Wagner un amour considĂ©rable : les poĂšmes de la protectrice suscitent l’un des cycles les plus enchanteurs et amoureux du compositeur romantique (DR)

 

 

 

 

Les Grands pianistes sont au MusĂ©e WÜRTH Ă  ERSTEIN

wurth piano au musee wurth festival nov 2018 presentation sur classiquenewsERSTEIN, Piano au MusĂ©e WÜRTH : 9-18 nov 2018. Le MusĂ©e WĂŒrth Ă  Erstein, prĂšs de Strasbourg n’est pas seulement l’une des plus intĂ©ressantes collection d’art contemporain entre France et Allemagne ; c’est aussi un Ă©crin pour les concerts et les Ă©vĂ©nements interdisciplinaires, comme en tĂ©moigne le festival Piano au MusĂ©e WĂŒrth, du 9 au 18 novembre prochains. La (dĂ©jĂ ) 3Ăš Ă©dition met Ă  l’honneur la notion de « gĂ©nĂ©rations d’interprĂštes » : ainsi les Ă©lĂšves du Conservatoire de Strasbourg (le 10 nov, 17 et 18h) et de l’École Municipale de Musique d’Erstein paraissent (le 15 nov, 20h et 21h) aux cĂŽtĂ©s de Philippe Entremont (concert de clĂŽture, le 18 nov, 20h), lui-mĂȘme Ă©lĂšve de Marguerite Long qui collabora avec les grands musiciens et compositeurs du XXe siĂšcle tels Stravinsky, Bernstein, Milhaud, Stokowski
 De filiations en transmissions s’écoule une mĂȘme passion pour le clavier et l’idĂ©e d’une musique totale, source de partage, de dĂ©passement, d’enchantement.

 

 

Jean-Marc Luisada, Marie-JosĂšphe Jude, Philippe entremont, AndrĂ© Manoukian, Philippe Kantorow…

Festival de Piano
au musĂ©e WÜRTH d’ERSTEIN

 

Au MusĂ©e WĂŒrth, le piano est mis en scĂšne sous toutes les formes : rĂ©cital chambriste (Luisada joue Schumann, soirĂ©e d’ouverture le 9 nov, 20h), symphonique, ou en dialogue avec le jazz (Trio Pierre de Bethmann, le 14 nov, 20h) et aussi le cinĂ©ma (cf la soirĂ©e de « cinĂ©piano, mon amour », concoctĂ©e par Jean-Marc Luisada, le 10 nov, 20h, lequel en cinĂ©phile passionnĂ©, accompagne et commente La Valse dans l’ombre, chef d’oeuvre du cinĂ©ma hollywoodien des annĂ©es 40.

Anniversaires obligent, le mĂȘme Jean-Marc Luisada et sa consƓur, Marie-JosĂšphe Jude (16 nov, 20h) cĂ©lĂšbrent le 350e anniversaire de la naissance de François Couperin, et le centenaire de la mort de Claude Debussy, deux immenses gĂ©nies de la couleur et de l’évocation.

MĂȘme esprit d’ouverture avec une journĂ©e spĂ©ciale en compagnie d’AndrĂ© Manoukian (17 nov : 17h, 18h, 20h), pianiste compositeur qui, avec son album Apatride, explore de nouvelles contrĂ©es proches de ses origines armĂ©niennes. sans oublier le jeune public.

Les familles (re)dĂ©couvrent l’Histoire de Babar de Poulenc et quelques fables de Jean de La Fontaine contĂ©es par Jean Lorrain et Inga Katzantseva (18 nov, 11h).

Curiosité et anticipation grùce au Quatuor Florestan qui joue Maurice Journeau, décédé en 1999. « Un compositeur français et une oeuvre à découvrir avec sa fille, Chantal Virlet-Journeau » (le 18 nov).

JEUNES TALENTS
 Comme Schumann a su discerner le gĂ©nie du jeune Brahms, quand celui ci Ă©tait encore inconnu, Piano au MusĂ©e WĂŒrth, souhaite accompagner l’émergence des jeunes tempĂ©raments en herbe, professionnels attachants qui mĂ©ritent un tremplin suplĂ©mentaire. Ainsi en novembre 2018, sont prĂ©sents dans la programmation, les nouveaux grands pianistes de demain : Alexandre Kantorow (11 nov, 15h), Emmanuel Coppey, Guillaume Bellom, Maria Kustas, les Ă©tudiants de la Haute École des Arts du Rhin
 et Charlotte Juillard convie ses amis Jonas Vitaud et SĂ©bastien van Kuijk (11 nov).
Le festival dĂ©fend aussi la diffusion de compositeurs injustement mĂ©connus, ainsi le dĂ©jĂ  citĂ©, Maurice Journeau, ou encore Reynaldo Hahn, Alberto Ginastera, Nino Rota. De quoi associer la dĂ©couverte de nouveaux interprĂštes et celle d’auteurs trop peu connus
 une Ă©quation prometteuse.

 

 

 

infos-pratiques-bandeau

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

A NOTER. La radio ACCENT 4 diffuse deux Opus Piano au MusĂ©e WĂŒrth en direct les 11 et 18 novembre 2018.

BRUNCH. Les 11 et 18 nov, 12h : brunch entre deux concerts, permettant la dégustation de produits locaux

——————————————————————————————————————————————————

 

 

 

wurth piano au musee wurth VIGNETTE sur classiquenews

TOUTES LES INFOS, le dĂ©tail de chaque concert, les dates et les horaires, les rĂ©servations et renseignements pratiques sur le site du MusĂ©e WĂŒrth Ă  Erstein / Festival PIANO au MusĂ©e WÜRTH : 9 – 18 nov 2018

https://www.musee-wurth.fr/activites-evenements/piano-au-musee-wurth/

——————————————————————————————————————————————————

 

 

LIRE aussi notre entretien avec Olivier EROUART, directeur artistique du festival PIANO AU MUSEE WÜRTH. PrĂ©sentation et fonctionnement de l’Ă©dition 2018…

WURTH-piano-au-musee-wurth-festival-2018-programme-presentationEntretien avec Olivier Erouart, directeur artistique du Festival Piano au MusĂ©e WĂŒrth. PrĂ©sentation de l’édition 2018 du festival de piano au MusĂ©e WĂŒrth, à Erstein prĂšs de Strasbourg. Etabli dans le musĂ©e WĂŒrth, qui met Ă  disposition son auditorium (220 places / et son piano de concert
), le Festival affirme une identitĂ© artistique forte, qui prend en compte les spĂ©cificitĂ©s du lieu oĂč il se dĂ©roule (les collections de peinture dont le musĂ©e est l’écrin
), et aussi les Ă©volutions artistiques du piano actuel. Eclectique, inovant, expĂ©rimental aussi, le cycle musical proposĂ© est l’un de splus complets actuellement, Rencontre et explication avec Olivier Erouart, directeur artistique du Festival


 

 

 

 

 

 

SCEAUX, La Schubertiade : Superbe concert Durosoir, Ravel, Schumann.. Trio Atanassov

schubertiade-sceaux-leaderboard-18-19-190-800-VIGNETTE-classiquenewsSCEAUX (92), sam 10 nov 2018. TRIO ATANASSOV : Durosoir, Ravel, Bridge
 Voici dĂ©jĂ  la 2Ăš session de la Schubertiade de Sceaux, cycle Ă©vĂ©nement de musique de chambre autour de Schubert, proposĂ©, dĂ©fendu par le Trio Atanassov. AprĂšs une premiĂšre inaugurale, 100% Schubert qui a eu lieu le 13 octobre dernier, – bain enivrant dans l’imaginaire si trouble et tendre de Franz Schubert, les interprĂštes de ce 2Ăš rv Ă  Sceaux, rendent hommage Ă  la musique du compositeur Lucien Durosoir, violoniste et compositeur, qui fut soldat sur le front de la premiĂšre guerre, dont le tempĂ©rament marque les esprits ; une Ɠuvre idĂ©ale qui permet Ă  la Schubertiade de Sceaux de fĂȘter aussi le centenaire de l’Armistice 1918, 
 un certain 11 novembre.

  

 

La Ville de Sceaux lance sa nouvelle saison musicale : "la Schubertiade"

 

 

 

Le spectacle « Un fil, la vie, un simple fil » rĂ©unit les 3 instrumentistes du Trio Atanassov (Perceval Gilles, Sarah Sultan et Pierre-Kaloyann Atanassov, respectivement violon, violoncelle, piano / cf notre photo), et aussi le comĂ©dien et metteur en scĂšne Alain CarrĂ© pour Ă©voquer l’expĂ©rience de la guerre et des tranchĂ©es vĂ©cue par Lucien Durosoir, Ă  travers sa musique et ses mots (lettres envoyĂ©es du front Ă  sa mĂšre). Des extraits des Carnets de guerre de Maurice MarĂ©chal seront Ă©galement lus en alternance avec les compositions de Lucien Durosoir, mais aussi de Ravel, Schumann, Bridge, Beethoven et YsaĂże.

sceaux la schubertiade de sceaux hotel de ville saison sur classiquenewsUne exposition et une courte confĂ©rence de Luc Durosoir, fils du musicien, qui a retrouvĂ© les Ɠuvres de son pĂšre (que lui-mĂȘme refusait de publier) au dĂ©but du XXIĂšme siĂšcle, enrichissent l’apport du concert. Pluridisplinaire et gĂ©nĂ©reuse, l’offre de La Schubertiade de Sceaux croise musique, histoire, littĂ©rature afin d’honorer l’Ɠuvre d’un virtuose marquĂ© par la monstruositĂ© de la guerre, qui, aprĂšs sa dĂ©mobilisation, dĂ©cida de se retirer du monde pour composer. Tout un symbole.

 
 

 
 

Sur le front, le matricule 4857
durosoir lucien violon portrait annocne concert par classiquenewsEau chaude en guise de cafĂ©, pain sec, lever matinal Ă  4h et demi
 Rester immobile, quel que soit le temps. Attendre. Observer, se cacher
 « Il ne faut pas ĂȘtre maniaque, devenir trĂšs dur, simple et endurant, telle est la devise Ă  laquelle il faut s’efforcer. Par endurant, je ne dis pas seulement lutter contre la fatigue, mais aussi le climat froid et la pluie « . Le soldat sur le front Ă©crit couchĂ© car pas de table ni de chaise
 sa vie est dure, terne ; c’est Ă  Caen en 1914, au moment oĂč il apprend entre autres la mort du compositeur AlbĂ©ric Magnard, tuĂ© par les allemands
 « Il a Ă©tĂ© fusillĂ© dans sa maison de Baron parce qu’il avait tirĂ© deux Uhlans qui enfonçaient sa grille. C’est sĂ»rement une grande perte pour nous », Ă©crit Lucien Durosoir – matricule 4857, dans son « cher carnet » 
Peu Ă  peu, aprĂšs avoir Ă©tĂ© un temps (premier) impressionnĂ©, le soldat s’habitue Ă  la proximitĂ© avec les cadavres : «  je veillerai dans la nuit au milieu des cadavres comme cela arrive souvent, sans mĂȘme y songer ».
Et comme pour se donner du courage : ”Certainement la guerre est le plus Ă©pouvantable des flĂ©aux, mais il faut la subir et nous n’y pouvons rien, et dans le cas prĂ©sent nous dĂ©fendons notre pays, nos libertĂ©s et l’amour de notre race”.  Le quotidien est terrible ; le goĂ»t de la guerre, Ă  vomir. Insupportable mais inĂ©vitable. Tel est la vie du soldat Durosoir, en un temps foudroyĂ© et glaçant, que les extraits musicaux enrichissent et colorent tout au long de la reprĂ©sentation. Dans la dĂ©termination et dans l’espoir. C’est un humanisme admirable : « Certes, je ne puis savoir ce que le sort me rĂ©serve, mais si je venais Ă  disparaĂźtre, ce Ă  quoi il ne faut pas penser, songe que ce sacrifice, que bien d’autres que moi ont consenti, a Ă©tĂ© fait pour sauver notre pays et les enfants, c’est-Ă -dire l’avenir, c’est pour eux que nous avons supportĂ© tant de souffrances. Il faudrait donc t’intĂ©resser Ă  des enfants, Ă  des musiciens, occupe-toi et soutiens des jeunes violonistes, cela occupera ta vie et sera une façon de me prolonger
 «  Ă©crit-il Ă  sa mĂšre.

  

  

 

———————————————————————————————————

SCEAUX (92), HĂŽtel de ville
Samedi 10 novembre 2018, 17h30
RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.schubertiadesceaux.fr/un-fil-la-vie-un-simple-fil-10-novembre-2018/

 

———————————————————————————————————
 

  

 
  Liste des oeuvres musicales jouées pendant le spectacle :

Eugùne Ysaÿe : “Obsession” (1923), extrait de la Sonate pour violon seul N°2
Maurice Ravel : “Pantoum” , 2ùme mouvement du Trio en la (1914)
Lucien Durosoir : 1er mouvement du Trio en si mineur (1926-27)
Frank Bridge : 2Úme et 3Úme mouvements du Trio n°2 (1929)
Robert Schumann :  ”l’oiseau prophĂšte” extrait des “ScĂšnes de la forĂȘt”
Ludwig van Beethoven : 4Úme mouvement de la Sonate op.30 n°2 pour violon et piano
Robert Schumann : 2Úme et 3Úme mouvement du trio N° 1 en ré mineur
Lucien Durosoir : 2Ăšme et 3Ăšme mouvements du Trio en si mineur
Lucien Durosoir : “priùre à Marie” (1949) pour violon et piano

 

———————————————————————————————————

LIRE notre compte-rendu du concert du 13 octobre 2018 : Programme Schubert par le Trio Atanassov / La Schubertiade de Sceaux
http://www.classiquenews.com/compte-rendu-concert-sceaux-92-le-13-octobre-2018-la-schubertiade-de-sceaux-recital-schubert-trio-atanassov/

 

 

———————————————————————————————————

 

VISITEZ le site du Trio Atanassov : www.trioatanassov.com

https://www.trioatanassov.com

LIRE aussi notre prĂ©sentation gĂ©nĂ©rale de la saison musicale La Schubertiade de Sceaux 2018 – 2019 et ses 6 concerts Ă©vĂ©nements.

———————————————————————————————————
 

  

 

ORLEANS, concert symphonique : 1er concert symphonique, Musique pour Craonne

Novembre orchestre symphonique d orleans concert pour craonne annonceORLÉANS, « MUSIQUE POUR CRAONNE », les 10 et 11 nov. L’Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans propose en novembre un programme original, qui cĂ©lĂšbre, agenda oblige, le Centenaire de l’Armistice de la Grande Guerre. Ainsi au cours du week end des samedi 10 et dimanche 11 novembre, l’orchestre improvisera le dimanche Ă  11h « sur l’enregistrement optique d’un sismographe »  expĂ©rience inĂ©dite et promise Ă  une rĂ©vĂ©lation sonore particuliĂšre. L’offre musicale de ce premier cycle orchestral Ă  OrlĂ©ans est particuliĂšrement Ă©clectique mais fĂ©dĂ©rateur et cohĂ©rent autour de son sujet
 les compositeurs Ă  l’Ă©preuve de la guerre. Au cours des deux concerts symphoniques, plusieurs Ă©lĂšves pianistes du Conservatoire d’OrlĂ©ans joueront, alternant avec les piĂšces orchestrales. Tous les compositeurs ont Ă©tĂ© tĂ©moins ou ont participĂ© aux Ă©pisodes du conflit europĂ©en au dĂ©but du XXĂš, le plus sanglant dans l’histoire europĂ©enne


 

 
orchestre-symphonique-orleans-classiquenews-marius-stieghorst-par-classiquenews
 

 

 

PrĂ©sentation des Ɠuvres :

 

 

George BUTTERWORTH : The Banks of Green willow
Co-fondateur de l’English Folk Dance Society, Butterworth compose en 1913 cette courte piĂšce orchestrale inspirĂ©e d’une balade du mĂȘme nom. Il s’engage au dĂ©but de la guerre dans l’infanterie lĂ©gĂšre et succombe Ă  ses blessures lors de la bataille de la Somme en 1916.

Claude DEBUSSY : Berceuse héroïque
Au sommet de son art et trop ĂągĂ© pour ĂȘtre mobilisĂ©, Debussy, lucide et malheureux, compose la Berceuse hĂ©roĂŻque, une surprenante Ɠuvre de circonstance qui fait preuve d’un grand patriotisme artistique. Le compositeur meurt en mars 1918 sans voir la fin de cette guerre.

Albéric MAGNARD : Chant funÚbre, op.9
ÉlĂ©gie composĂ©e pour honorer la mĂ©moire de son pĂšre, cette courte piĂšce tĂ©moigne d’un sentiment recueilli, mais ne dĂ©daignant pas l’expressivitĂ©, voire quelques traits pathĂ©tiques. Le musicien meurt tragiquement, voulant protĂ©ger ses biens contre l’envahisseur allemand.

 

 

César FRANCK : Symphonie en ré mineur
franck cesar portrait classiquenewsC’est la piĂšce maĂźtresse du programme et pour l’orchestre, un dĂ©fi de taille pour le chef et les instrumentistes. A part, la seule symphonie de Franck, crĂ©Ă©e en 1889, propose en pleine vague wagnĂ©rienne dĂ©ferlant sur l’Europe, une vĂ©ritable alternative musicale : trĂšs soucieux de cohĂ©sion comme d’efficacitĂ© du dĂ©veloppement musical, CĂ©sar Franck structure tout l’édifice selon le principe du thĂšme cyclique, avec une architecture au souffle progressif, la clĂ© se dĂ©voilant – quasi spirituelle, dans le dernier et sublime dernier morceau
 Au lendemain de la guerre franco-allemande de 1870, les repĂšres artistiques sont troublĂ©s, l’école française s’affirme face au modĂšle allemand et Ă  la fascination pour Wagner. La rĂ©action hostile Ă  l’unique symphonie de Franck tĂ©moigne des vifs dĂ©bats qui secouent la France Ă  la fin du XIXĂšme siĂšcle. Depuis, on sait la revanche que ce joyau symphonique a pris, au point de donner lieu Ă  un catalogue discographique impressionnant. LIRE notre prĂ©sentation complĂšte de la symphonie en rĂ© de CĂ©sar Franck, sommet de l’écriture symphonique romantique


 
ORLEANS : Cap sur JS BACH, concerts de NOËL 2017

 

 

——————————————————————————————————————————————————

 

 

Concert pour Craonne
Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans
Marius Stieghorst, direction

boutonreservationSAMEDI 10 NOVEMBRE 2018 – 20h30
DIMANCHE 11 NOVEMBRE 2018 – 16h00
ThĂ©Ăątre d’OrlĂ©ans, Salle Touchard
RÉSERVATION:
http://www.orchestre-orleans.com/concert/musique-pour-craonne/

 

 

George BUTTERWORTH: The Banks of Green Willow
Claude DEBUSSY: La Berceuse héroïque
Maurice RAVEL: Frontispice pour piano Ă  5 mains
Jacques IBERT: Le vent dans les Ruines (en Champagne)
Albéric MAGNARD, Chant funÚbre, op.9

Improvisation orchestrale sur l’enregistrement optique d’un sismographe le 11 novembre 1918 à 11h

Interventions des grands Ă©lĂšves des classes de piano du conservatoire d’OrlĂ©ans

 

Illustrations : Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans © Michel Perreau

——————————————————————————————————————————————————

LIVRE événement, annonce. Bruno Messina : BERLIOZ (Actes Sud).

berlioz-hector-bruno-messina-150-ans-celebration-berlioz-2018-par-classiquenewsLIVRE Ă©vĂ©nement, annonce. Bruno Messina : BERLIOZ (Actes Sud). VoilĂ  une biographie heureuse qui est le fruit d’un travail personnel et d’un compagnonage avec l’un des compositeurs les plus essentiels et les plus ambivalents aussi de l’histoire de la musique romantique française. Hector Berlioz (mort le 8 mars 1869) fut autant cĂ©lĂ©brĂ© que critiquĂ© ; Ă©cartĂ© qu’adulĂ© ; fascinant autant qu’exaspĂ©rant
 D’ailleurs, le texte de l’auteur commence non sans raison par souligner le portrait d’un homme qui se plaint en permanence, de tout, de son Ă©poque, de son Ă©tat, de lui-mĂȘme
 Berlioz en maladif, dĂ©pressif, neurasthĂ©nique ? L’angle est original et trĂšs bien senti. Le reste de ce texte biographique de premiĂšre importance pour qui veut comprendre le crĂ©ateur de la Symphonie fantastique, de la Damnation de Faust, du Requiem, des Troyens, se rĂ©vĂšle passionnant voire essentiel. VoilĂ  donc un apport majeur pour les cĂ©lĂ©brations BERLIOZ 2019 (150 Ăš anniversaire de la mort) qui promettent mieux que les actuels anniversaires 2018 Debussy, Gounod et Bernstein.
Parution annoncé le 14 nov 2018. Grand critique développée à venir le jour de la parution dans le mag cd dvd livres de classiquenews.

________________________________________________________________________________________________

PrĂ©sentation par l’éditeur : A l’occasion de l’anniversaire des 150 ans de la mort d’Hector Berlioz, Bruno Messina se livre, avec cette biographie, Ă  un exercice singulier pour approcher la vie et l’Ɠuvre du gĂ©nie romantique qui a su rĂ©volutionner l’histoire de la musique française. Ainsi, en suivant le compositeur, mais aussi l’écrivain, le journaliste et le chef d’orchestre, dans ses amours et ses voyages, de l’IsĂšre Ă  Paris et de Londres Ă  Moscou, on dĂ©couvre un personnage extraordinaire – visionnaire, autodidacte, fragile, drĂŽle, intraitable – et on apprĂ©hende les paysages sonores et les rĂ©volutions musicales de celui qui a Ă©crit la Symphonie fantastique, Les Nuits d’étĂ© ou encore La Damnation de Faust


________________________________________________________________________________________________

LIVRE Ă©vĂ©nement. Bruno Messina : BERLIOZ (Actes Sud) – Parution : mi novembre, 2018 / 10,0 x 19,0 / 208 pages – ISBN 978-2-330-11437-4 / Prix indicatif : 18 €

 

 

Plus d’infos sur le site d’Actes Sud

https://www.actes-sud.fr/catalogue/musique/berlioz

 

DVD, critique. Frederick ASHTON : The Dream, Symphonic Variations, Armand et Marguerite (1 dvd OPUS ARTE 2017)

ASHTON Dream symphonic variations amrand marguerite ROYAL BALLET DVD opus ARTE dvd reviex critique dvd danse par classiquenews CLIC de classiquenews nov 2018DVD, critique. Frederick ASHTON : The Dream, Symphonic Variations, Armand et Marguerite (1 dvd OPUS ARTE 2017). Voici assurĂ©ment un tĂ©moignage exemplaire du style Ashton, ambassadeur de l’élĂ©gance britannique, servie par la troupe londonienne du ROYAL BALLET qu’il a fondĂ© lui-mĂȘme et qui lui devait bien cet hommage rĂ©trospectif. Le triptyque est dĂ©fendu avec finesse et tension par des solistes aguerris ; chacun participe au dĂ©voilement de la poĂ©sie classique, Ă  la fois franche et simple de Frederick Ashton (1904-1988), qui s’impose comme le plus important chorĂ©graphe britannique, de la 2Ăš moitiĂ© du XXĂš. ElĂšve de Massine, il rejoint comme soliste le Vic-Wells Ballet qui devient le ROYAL BALLET dont il sera le directeur de 1962 Ă  1970 et pour lequel il livre pas moins de 50 ballets inĂ©dits. InterprĂ©tĂ©s par la troupe qui historiquement est la plus familiĂšre de son style, les 3 chorĂ©graphies de Ashton, dĂ©voilent l’aisance des danseurs londoniens. Une affinitĂ© qui ajoute au crĂ©dit de cet enregistrement passionnant.
De presque 1 h de durĂ©e, The Dream (1964) crĂ©Ă© Ă  Londres mĂȘme diffuse ce classicisme onirique bien dans le style enchantĂ© et clair, lumineux et crĂ©pusculaire de Mendelssohn : Le songe d’une nuit d’étĂ© s’acclimate parfaitement Ă  l’écriture chorĂ©graphique d’Ashton. On note, la facĂ©tie du duo Puck et Oberon (Steven MCrae) qui s’ingĂ©nient Ă  semer la discorde et le trouble grĂące Ă  leur philtre d’amour, dĂ©posĂ© sur les yeux de leurs victimes : drĂŽlerie aussi, mais si poĂ©tique du duo de l’ñne Bottom (le formidable danseur est sur les pointes) et de la reine Titania (Akane Takada)
 tout ce monde de la nuit, renversĂ©, Ă©clatĂ©, retrouve bientĂŽt la paix et l’ordre dans le duo final Titania et Oberon, ceux lĂ  mĂȘme qui par caprices badins s’étant disputĂ© la page, ont inscrit le drame dans le chaos

Le choeur final cĂ©lĂšbre l’harmonie du couple amoureux, cĂ©lĂ©brĂ© par les sylphides d’une lĂ©gĂšretĂ© vaporeuse et Ă©lĂ©gante comme le sont toutes les narrations chorĂ©graphiĂ©es par Ashton, visiblement trĂšs inspirĂ© par le Songe enivrant de Mendelssohn. Se dĂ©tachent par leur caractĂ©risation l’ñne Bottom et Puck, deux figures de ce dĂ©rĂšglement dĂ©lirant Ă  l’essence purement poĂ©tique d’une ineffable tendresse. Ashton relĂšve le dĂ©fi d’un ballet qui a l’origine devait cĂ©lĂ©brer les 400 ans de la naissance de Shakespeare. Sur la musique enivrante et si raffinĂ©e de Mendelssohn, le ballet conserve son impact total. Hymne Ă  la beautĂ© et Ă  la poĂ©sie.

Marguerite et Armand (ici Zenaida Yanowsky et l’athlĂ©tique et trĂšs photogĂ©nique Roberto Bolle) a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 1963 et conçu par Ashton pour le couple alors mythique, claque aux frontiĂšres de la real politique propre Ă  la guerre froide, Rudolf Noureev et Margot Fonteyn. Ashton mĂȘle avec beaucoup de tact les rĂ©fĂ©rcens Ă  La Travaita de Verdi et au roman source de Dumas Fils, La dame aux camĂ©lias. Evidemment la musique de Liszt (Sonate en si dans une transposition assez kitsh pour piano et orchestre) en ses vertiges Ă©perdus et d’un lyrisme fougueux et tendre, ajoute Ă  la passion amoureuse et enfiĂ©vrĂ©e du couple parisien : la chorĂ©graphie de Ashton crĂ©e comme dans le cas de Balanchine, des figures en couple d’une ineffable beautĂ© : Ă©quilibrĂ©e, claire, intelligible, qui frappent par leur franchise et la sĂ©duction de l’écriture.

Le parallĂšle avec l’ordre olympien des ballets de Balanchine, manifestement nĂ©oclassique, et d’une Ă©lĂ©gance inaltĂ©rable, se confirme aussi dans les Symphonic Variations, sur la musique de CĂ©sar Franck, le plus français des romantiques Ă  l’époque de la dĂ©ferlante Wagner : c’est le ballet le plus ancien signĂ© Ashton, crĂ©Ă© par la troupe du Royal Opera House de Londres, en
 avril 1946.  La puretĂ© linĂ©aire des figures; l’équilibre des tableaux collectifs sont tout Ă  fait redevables de l’idĂ©al phĂ©busien et apollinein d’un Ă©quilibre solaire propre Ă  l’immĂ©diat aprĂšs guerre. Le vocabulaire de Frederick Ashton cultive une Ă©pure formelle qui confine Ă  l’abstraction. En outre les 6 danseurs, Ă  la paritĂ© parfaite (3 danseurs, 3 danseuses) dĂ©veloppent une sorte de cĂ©lĂ©bration de la symĂ©trie et des effets de miroirs en rĂ©ponse qui renforce encore l’impression de souverain Ă©quilibre. LĂ  aussi un hymne Ă  l’atemporelle beautĂ© classique.

 
 
 

——————————————————————————————————————————————————

CLIC_macaron_2014DVD, critique. Ashton: The Dream / Symphonic Variations / Marguerite and Armand. THE ROYAL BALLET – Orchestra of the Royal Opera House, Emmanuel Plasson, direction – BONUS: Introduction to The Dream / Bottom on pointe / Introduction to Symphonic Variations / Interview with Zenaida Yanowsky. 1 dvd OPUS ARTE, 2017. DurĂ©e du dvd : 2h18mn. CLIC de CLASSIQUENEWS.

 
 
 

ashton-frederick-dvd-opus-arte-critique-dvd-par-classiquenews-CLIC-award-classiquenews

 
 
 

Superbe concert Durosoir, Ravel, Schumann… Ă  Sceaux

schubertiade-sceaux-leaderboard-18-19-190-800-VIGNETTE-classiquenewsSCEAUX (92), sam 10 nov 2018. TRIO ATANASSOV : Durosoir, Ravel, Bridge
 Voici dĂ©jĂ  la 2Ăš session de la Schubertiade de Sceaux, cycle Ă©vĂ©nement de musique de chambre autour de Schubert, proposĂ©, dĂ©fendu par le Trio Atanassov. AprĂšs une premiĂšre inaugurale, 100% Schubert qui a eu lieu le 13 octobre dernier, – bain enivrant dans l’imaginaire si trouble et tendre de Franz Schubert, les interprĂštes de ce 2Ăš rv Ă  Sceaux, rendent hommage Ă  la musique du compositeur Lucien Durosoir, violoniste et compositeur, qui fut soldat sur le front de la premiĂšre guerre, dont le tempĂ©rament marque les esprits ; une Ɠuvre idĂ©ale qui permet Ă  la Schubertiade de Sceaux de fĂȘter aussi le centenaire de l’Armistice 1918, 
 un certain 11 novembre.

 

La Ville de Sceaux lance sa nouvelle saison musicale : "la Schubertiade"

 

 

 

Le spectacle « Un fil, la vie, un simple fil » rĂ©unit les 3 instrumentistes du Trio Atanassov (Perceval Gilles, Sarah Sultan et Pierre-Kaloyann Atanassov, respectivement violon, violoncelle, piano / cf notre photo), et aussi le comĂ©dien et metteur en scĂšne Alain CarrĂ© pour Ă©voquer l’expĂ©rience de la guerre et des tranchĂ©es vĂ©cue par Lucien Durosoir, Ă  travers sa musique et ses mots (lettres envoyĂ©es du front Ă  sa mĂšre). Des extraits des Carnets de guerre de Maurice MarĂ©chal seront Ă©galement lus en alternance avec les compositions de Lucien Durosoir, mais aussi de Ravel, Schumann, Bridge, Beethoven et YsaĂże.

sceaux la schubertiade de sceaux hotel de ville saison sur classiquenewsUne exposition et une courte confĂ©rence de Luc Durosoir, fils du musicien, qui a retrouvĂ© les Ɠuvres de son pĂšre (que lui-mĂȘme refusait de publier) au dĂ©but du XXIĂšme siĂšcle, enrichissent l’apport du concert. Pluridisplinaire et gĂ©nĂ©reuse, l’offre de La Schubertiade de Sceaux croise musique, histoire, littĂ©rature afin d’honorer l’Ɠuvre d’un virtuose marquĂ© par la monstruositĂ© de la guerre, qui, aprĂšs sa dĂ©mobilisation, dĂ©cida de se retirer du monde pour composer. Tout un symbole.

 

 

Sur le front, le matricule 4857
durosoir lucien violon portrait annocne concert par classiquenewsEau chaude en guise de cafĂ©, pain sec, lever matinal Ă  4h et demi
 Rester immobile, quel que soit le temps. Attendre. Observer, se cacher
 « Il ne faut pas ĂȘtre maniaque, devenir trĂšs dur, simple et endurant, telle est la devise Ă  laquelle il faut s’efforcer. Par endurant, je ne dis pas seulement lutter contre la fatigue, mais aussi le climat froid et la pluie « . Le soldat sur le front Ă©crit couchĂ© car pas de table ni de chaise
 sa vie est dure, terne ; c’est Ă  Caen en 1914, au moment oĂč il apprend entre autres la mort du compositeur AlbĂ©ric Magnard, tuĂ© par les allemands
 « Il a Ă©tĂ© fusillĂ© dans sa maison de Baron parce qu’il avait tirĂ© deux Uhlans qui enfonçaient sa grille. C’est sĂ»rement une grande perte pour nous », Ă©crit Lucien Durosoir – matricule 4857, dans son « cher carnet » 
Peu Ă  peu, aprĂšs avoir Ă©tĂ© un temps (premier) impressionnĂ©, le soldat s’habitue Ă  la proximitĂ© avec les cadavres : «  je veillerai dans la nuit au milieu des cadavres comme cela arrive souvent, sans mĂȘme y songer ».
Et comme pour se donner du courage : ”Certainement la guerre est le plus Ă©pouvantable des flĂ©aux, mais il faut la subir et nous n’y pouvons rien, et dans le cas prĂ©sent nous dĂ©fendons notre pays, nos libertĂ©s et l’amour de notre race”.  Le quotidien est terrible ; le goĂ»t de la guerre, Ă  vomir. Insupportable mais inĂ©vitable. Tel est la vie du soldat Durosoir, en un temps foudroyĂ© et glaçant, que les extraits musicaux enrichissent et colorent tout au long de la reprĂ©sentation. Dans la dĂ©termination et dans l’espoir. C’est un humanisme admirable : « Certes, je ne puis savoir ce que le sort me rĂ©serve, mais si je venais Ă  disparaĂźtre, ce Ă  quoi il ne faut pas penser, songe que ce sacrifice, que bien d’autres que moi ont consenti, a Ă©tĂ© fait pour sauver notre pays et les enfants, c’est-Ă -dire l’avenir, c’est pour eux que nous avons supportĂ© tant de souffrances. Il faudrait donc t’intĂ©resser Ă  des enfants, Ă  des musiciens, occupe-toi et soutiens des jeunes violonistes, cela occupera ta vie et sera une façon de me prolonger
 «  Ă©crit-il Ă  sa mĂšre.

 

———————————————————————————————————

SCEAUX (92), HĂŽtel de ville
Samedi 10 novembre 2018, 17h30
RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.schubertiadesceaux.fr/un-fil-la-vie-un-simple-fil-10-novembre-2018/

 

———————————————————————————————————

  Liste des oeuvres musicales jouées pendant le spectacle :

Eugùne Ysaÿe : “Obsession” (1923), extrait de la Sonate pour violon seul N°2
Maurice Ravel : “Pantoum” , 2ùme mouvement du Trio en la (1914)
Lucien Durosoir : 1er mouvement du Trio en si mineur (1926-27)
Frank Bridge : 2Úme et 3Úme mouvements du Trio n°2 (1929)
Robert Schumann :  ”l’oiseau prophĂšte” extrait des “ScĂšnes de la forĂȘt”
Ludwig van Beethoven : 4Úme mouvement de la Sonate op.30 n°2 pour violon et piano
Robert Schumann : 2Úme et 3Úme mouvement du trio N° 1 en ré mineur
Lucien Durosoir : 2Ăšme et 3Ăšme mouvements du Trio en si mineur
Lucien Durosoir : “priùre à Marie” (1949) pour violon et piano

 

———————————————————————————————————

LIRE notre compte-rendu du concert du 13 octobre 2018 : Programme Schubert par le Trio Atanassov / La Schubertiade de Sceaux
http://www.classiquenews.com/compte-rendu-concert-sceaux-92-le-13-octobre-2018-la-schubertiade-de-sceaux-recital-schubert-trio-atanassov/

 

 

———————————————————————————————————

 

VISITEZ le site du Trio Atanassov : www.trioatanassov.com

https://www.trioatanassov.com

LIRE aussi notre prĂ©sentation gĂ©nĂ©rale de la saison musicale La Schubertiade de Sceaux 2018 – 2019 et ses 6 concerts Ă©vĂ©nements.

———————————————————————————————————

Les Grands pianistes sont au MusĂ©e WÜRTH

wurth piano au musee wurth festival nov 2018 presentation sur classiquenewsERSTEIN, Piano au MusĂ©e WÜRTH : 9-18 nov 2018. Le MusĂ©e WĂŒrth Ă  Erstein, prĂšs de Strasbourg n’est pas seulement l’une des plus intĂ©ressantes collection d’art contemporain entre France et Allemagne ; c’est aussi un Ă©crin pour les concerts et les Ă©vĂ©nements interdisciplinaires, comme en tĂ©moigne le festival Piano au MusĂ©e WĂŒrth, du 9 au 18 novembre prochains. La (dĂ©jĂ ) 3Ăš Ă©dition met Ă  l’honneur la notion de « gĂ©nĂ©rations d’interprĂštes » : ainsi les Ă©lĂšves du Conservatoire de Strasbourg (le 10 nov, 17 et 18h) et de l’École Municipale de Musique d’Erstein paraissent (le 15 nov, 20h et 21h) aux cĂŽtĂ©s de Philippe Entremont (concert de clĂŽture, le 18 nov, 20h), lui-mĂȘme Ă©lĂšve de Marguerite Long qui collabora avec les grands musiciens et compositeurs du XXe siĂšcle tels Stravinsky, Bernstein, Milhaud, Stokowski
 De filiations en transmissions s’écoule une mĂȘme passion pour le clavier et l’idĂ©e d’une musique totale, source de partage, de dĂ©passement, d’enchantement.

 

 

Jean-Marc Luisada, Marie-JosĂšphe Jude, Philippe entremont, AndrĂ© Manoukian, Philippe Kantorow…

Festival de Piano
au musĂ©e WÜRTH d’ERSTEIN

 

Au MusĂ©e WĂŒrth, le piano est mis en scĂšne sous toutes les formes : rĂ©cital chambriste (Luisada joue Schumann, soirĂ©e d’ouverture le 9 nov, 20h), symphonique, ou en dialogue avec le jazz (Trio Pierre de Bethmann, le 14 nov, 20h) et aussi le cinĂ©ma (cf la soirĂ©e de « cinĂ©piano, mon amour », concoctĂ©e par Jean-Marc Luisada, le 10 nov, 20h, lequel en cinĂ©phile passionnĂ©, accompagne et commente La Valse dans l’ombre, chef d’oeuvre du cinĂ©ma hollywoodien des annĂ©es 40.

Anniversaires obligent, le mĂȘme Jean-Marc Luisada et sa consƓur, Marie-JosĂšphe Jude (16 nov, 20h) cĂ©lĂšbrent le 350e anniversaire de la naissance de François Couperin, et le centenaire de la mort de Claude Debussy, deux immenses gĂ©nies de la couleur et de l’évocation.

MĂȘme esprit d’ouverture avec une journĂ©e spĂ©ciale en compagnie d’AndrĂ© Manoukian (17 nov : 17h, 18h, 20h), pianiste compositeur qui, avec son album Apatride, explore de nouvelles contrĂ©es proches de ses origines armĂ©niennes. sans oublier le jeune public.

Les familles (re)dĂ©couvrent l’Histoire de Babar de Poulenc et quelques fables de Jean de La Fontaine contĂ©es par Jean Lorrain et Inga Katzantseva (18 nov, 11h).

Curiosité et anticipation grùce au Quatuor Florestan qui joue Maurice Journeau, décédé en 1999. « Un compositeur français et une oeuvre à découvrir avec sa fille, Chantal Virlet-Journeau » (le 18 nov).

JEUNES TALENTS
 Comme Schumann a su discerner le gĂ©nie du jeune Brahms, quand celui ci Ă©tait encore inconnu, Piano au MusĂ©e WĂŒrth, souhaite accompagner l’émergence des jeunes tempĂ©raments en herbe, professionnels attachants qui mĂ©ritent un tremplin suplĂ©mentaire. Ainsi en novembre 2018, sont prĂ©sents dans la programmation, les nouveaux grands pianistes de demain : Alexandre Kantorow (11 nov, 15h), Emmanuel Coppey, Guillaume Bellom, Maria Kustas, les Ă©tudiants de la Haute École des Arts du Rhin
 et Charlotte Juillard convie ses amis Jonas Vitaud et SĂ©bastien van Kuijk (11 nov).
Le festival dĂ©fend aussi la diffusion de compositeurs injustement mĂ©connus, ainsi le dĂ©jĂ  citĂ©, Maurice Journeau, ou encore Reynaldo Hahn, Alberto Ginastera, Nino Rota. De quoi associer la dĂ©couverte de nouveaux interprĂštes et celle d’auteurs trop peu connus
 une Ă©quation prometteuse.

 

 

 

infos-pratiques-bandeau

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

A NOTER. La radio ACCENT 4 diffuse deux Opus Piano au MusĂ©e WĂŒrth en direct les 11 et 18 novembre 2018.

BRUNCH. Les 11 et 18 nov, 12h : brunch entre deux concerts, permettant la dégustation de produits locaux

——————————————————————————————————————————————————

 

 

 

wurth piano au musee wurth VIGNETTE sur classiquenews

TOUTES LES INFOS, le dĂ©tail de chaque concert, les dates et les horaires, les rĂ©servations et renseignements pratiques sur le site du MusĂ©e WĂŒrth Ă  Erstein / Festival PIANO au MusĂ©e WÜRTH : 9 – 18 nov 2018

https://www.musee-wurth.fr/activites-evenements/piano-au-musee-wurth/

——————————————————————————————————————————————————

 

 

LIRE aussi notre entretien avec Olivier EROUART, directeur artistique du festival PIANO AU MUSEE WÜRTH. PrĂ©sentation et fonctionnement de l’Ă©dition 2018…

WURTH-piano-au-musee-wurth-festival-2018-programme-presentationEntretien avec Olivier Erouart, directeur artistique du Festival Piano au MusĂ©e WĂŒrth. PrĂ©sentation de l’édition 2018 du festival de piano au MusĂ©e WĂŒrth, à Erstein prĂšs de Strasbourg. Etabli dans le musĂ©e WĂŒrth, qui met Ă  disposition son auditorium (220 places / et son piano de concert
), le Festival affirme une identitĂ© artistique forte, qui prend en compte les spĂ©cificitĂ©s du lieu oĂč il se dĂ©roule (les collections de peinture dont le musĂ©e est l’écrin
), et aussi les Ă©volutions artistiques du piano actuel. Eclectique, inovant, expĂ©rimental aussi, le cycle musical proposĂ© est l’un de splus complets actuellement, Rencontre et explication avec Olivier Erouart, directeur artistique du Festival


 

 

 

 

 

 

Nabucco de Verdi (1842)

VERDI_442_Giuseppe_Verdi_portraitFrance Musique, Dim 18 nov 2018,19h30. VERDI : NABUCCO. NABUCCO, premier sommet lyrique de jeunesse
 et grand triomphe pour le jeune Verdi
 Il inscrit le drame biblique mĂ©sopotamien dans l’Italie du Risorgimento ; le peuple opprimĂ© des hĂ©breux Ă  Babylone, s’identifiant naturellement dans l’esprit des spectateurs italiens de la premiĂšre, aux compatriotes opprimĂ©s par les Autrichiens (cf le chƓur cĂ©lĂšbrissime « Va pensiero »). Dans le chant verdien, le peuple italien a trouvĂ© l’hymne de toute une nation unifiĂ©e, rassemblĂ©e contre l’occupant autrichien
 Avec Nabucco qui devint hymne de ralliement des libertaires patriotes italiens, Verdi remporta le premier grand succĂšs de sa carriĂšre (crĂ©ation Ă  La Scala de Milan en 1842) et depuis, cultiva un lien viscĂ©ral, indissoluble avec le peuple italien.

 

 

ASSYRIENS CONTRE HEBREUX
  Pas encore trentenaire (29 ans), Verdi a bien ficelĂ© sa fresque biblique. Au souffle de l’histoire antique mĂ©sopotamienne, il associe une intrigue amoureuse, Ă©prouvĂ©e, 
 Synopsis. ACTE I. A Babylone, les Assyriens menĂ©s par Nabuchodonosor ont vaincu les hĂ©breux. Autour d’Ismael, fils du roi de JĂ©rusalem, s’affrontent les deux personnages fĂ©minins : Fenena, fille de Nabucco et captive des juifs, et Abigaille, elle aussi amoureuse (mais sans retour) d’Ismael. ACTE II : alors que Fenena se convertit Ă  la religion juive, son pĂšre, Nabucco, saisi d’orgueil, est foudroyĂ© aprĂšs s’ĂȘtre comparĂ© Ă  Dieu. Abigaille en profite pour s’emparer de la couronne de Babylone : elle devient Reine des Assyriens. ACTE III : Abigaille trompe Nabucco affaibli et obtient de lui l’ordre royal qui condamne Ă  mort tous les juifs (Fenena avec eux puisqu’elle s’est convertie). Ceux ci paraissent dĂ©jĂ  enchainĂ©s (Va Pensiero) cependant que leur grand prĂȘtre Zaccaria annonce la vengeance divine. ACTE IV : Nabucco reprend ses esprits et comprend l’intrigue d’Abigaille contre Fenena : il implore alors le dieu des juifs (Dio di Giuda) ; un prodige a lieu : la statue de Baal se renverse. Saisi Nabucco ordonne la libĂ©ration des hĂ©breux. Abigaille se repent et se suicide (Su me morente). Fenena peut s’unir Ă  Ismael.

 

verdi_582_face_portrait_boldiniL’opĂ©ra du jeune Verdi surprend et convainc par son efficacitĂ© dramatique. La force des tableaux, les passions contrariĂ©es, façonnent un drame terrible et parfois sauvage. Le compositeur peint admirablement l’épaisseur crĂ©dible des personnages : Nabucco, vrai baryton verdien, d’abord fou de pouvoir et d’une arrogance suicidaire, puis pĂšre aimant, protecteur (envers Fenena) ; sa (fausse) fille, Abigaille, monstre ambitieux, prĂȘte Ă  tout pour possĂ©der la couronne assyrienne ; puis Ăąme dĂ©faite, dĂ©vorĂ© par la culpabilitĂ©. Verdi offre Ă  un baryton et une mezzo sombre, deux rĂŽles magnifiques.

 

 

 

 

 

 

Concert donné le 9 novembre 2018 à 20h au TCE, à Paris

Giuseppe Verdi : Nabucco

opĂ©ra en quatre actes de Giuseppe Verdi sur un livret de Temistocle Solera (d’aprĂšs le drame “Nabuchodonosor” d’Auguste Anicet-Bourgeois et Francis Cornu)

 

 

 

distribution :

 

Leo Nucci, baryton, Nabucco, roi de Babylone – remplacĂ© par Amartuvshin Enkhbat

Anna Pirozzi, soprano, Abigaïlle, esclave, présumée fille de Nabucco

Massimo Giordano, ténor, Ismaël, neveu du roi des Hébreux

Riccardo Zanellato, basse, Zaccaria, Grand prĂȘtre de JĂ©rusalem

Enkelejda Shkoza, mezzo-soprano, Fenena, fille de Nabucco

Choeur de l’OpĂ©ra National de Lyon

Orchestre de l’OpĂ©ra National de Lyon

Direction : Daniele Rustioni

 

 

 

A NOTER :

Belle fortune de Nabucco Ă  l’affiche de l‘opĂ©ra de Vichy (11 nov, 15h)

Avec en remplacement de Leo Nucci, vĂ©tĂ©ran gĂ©nial dans le rĂŽle-titre, Amartuvshin Enkhbat. NĂ© en 1986 Ă  Sukhbaatar en Mongolie et nommĂ© par son pays “artiste d’honneur” Ă  24 ans, le baryton Amartuvshin Enkhbat est soliste principal de l’OpĂ©ra d’État d’Oulan-Bator.

 

 

LILLE, ONL. Les 8, 9 nov 2018 : JC Casadesus dirige Rimsky, Dvorak

LILLE, ONL. Les 8, 9 nov 2018 : JC Casadesus dirige Rimsky, Dvorak. FiĂšvre russe Ă  Lille pour un programme exaltant et ambitieux intitulĂ© « MILLE ET UNE NUITS », en rĂ©fĂ©rence au conte oriental qu’a mis en musique l’excellent Rimsky-Korsakov (Sheherazade).

casadesus_jean_claude_portrait_290Pour sa premiĂšre sĂ©rie de la saison 2018-2019, le chef fondateur de l’ONL Orchestre National de Lille invite le jeune soliste français Victor Julien-LaferriĂšre dans le Concerto pour violoncelle de DVORAK; Victor Julien-LaferriĂšre, a Ă©tĂ© rĂ©cemment rĂ©compensĂ© de la Victoire de la musique classique de l’annĂ©e. Il a aussi remportĂ© le Concours Reine Elisabeth 2017.

Le Concerto pour violoncelle op.104 de Dvoƙák est l’un des piliers du rĂ©pertoire du violoncelle ; comme la Symphonie du Nouveau Monde, le Concerto remonte Ă  l’annĂ©e 1894 quand Dvorak dirigeait le Conservatoire de New-York. Que la tonalitĂ© affirmĂ©e de si mineur ait Ă©tĂ© inspirĂ©e par le son des chutes du 
 Niagara, ou pas, il ne manque pas de souffle et de grandeur dans un Concerto qui place clairement le violoncelle au centre d’un drame passionnĂ©, Ă  la mesure de dĂ©flagrations aquatiques amples et suggestives. Dvorak Ă©crit une piĂšce majeure qui ne cite pas ou trĂšs peu le nouveau continent, mais plutĂŽt sa terre natale (mouvement lent, et finale du dernier) : rien ne rĂ©siste Ă  l’appel de la BohĂšme originelle.

7 annĂ©es auparavant, Rimsky-Korsakov dĂ©montre une inspiration Ă©blouissante dans sa mise en musique de la lĂ©gende orientale, « les Mille et une Nuits », source littĂ©raire et onirique puissante, Ă  la mode en Russie au cours du XIXe siĂšcle. Que rehausse encore le gĂ©nie du compositeur russe, comme orchestrateur : de fait, son Ă©criture partage cet orientalisme fiĂšvreux et trĂšs colorĂ©, avec le peintre français GĂ©rĂŽme, inventeur de l’orientalisme pictural, et qui Ă©blouit spĂ©cifiquement par son sens d’un chromatisme d’une sensualitĂ© irrĂ©sistible.

REPORT D’UNE MISE A MORT PROGRAMMÉ
 Rimski-Korsakov explicite lui-mĂȘme le programme de son poĂšme symphonique ainsi : « Le sultan Shahriar, persuadĂ© de la perfidie et de l’infidĂ©litĂ© des femmes, jura de faire mettre Ă  mort chacune de ses Ă©pouses aprĂšs la premiĂšre nuit. Mais la sultane ShĂ©hĂ©razade rĂ©ussit Ă  sauver sa vie en le captivant par des histoires qu’elle lui raconta pendant mille et une nuits. Pris par la curiositĂ©, le sultan remettait de jour en jour l’exĂ©cution de son Ă©pouse et finit par y renoncer dĂ©finitivement. ShĂ©hĂ©razade lui conta bien des merveilles, en citant les vers des poĂštes et les textes des chansons, et en imbriquant les histoires les unes dans les autres.» Comme son hĂ©roĂŻne multiplie les Ă©pisodes et enrichit sa narrations de milles rebondissements imprĂ©vus, Rimsky, qui orchestre simultanĂ©ment l’opĂ©ra « Le Prince Igor » de son compatriote Borodine, s’ingĂ©nie Ă  dĂ©velopper 1001 nuances et couleurs instrumentales, osant des combinaisons de timbres, des mĂ©langes Ă  foison. S’il cite de façon rĂ©pĂ©titive, un mĂȘme motif, Rimsky s’écarte du principe du leitmotiv wagnĂ©rien, car jamais un mĂȘme air n’est attachĂ© Ă  la mĂȘme idĂ©e : de fait, le mĂȘme motif mĂ©lodique Ă©voque tour Ă  tour, le sultan magnifique, l’ocĂ©an sur lequel navigue le marin Sindbad
 rien n’est figĂ©, tout se mĂ©tamorphose
 comme l’écriture de Rimsky qui atteint un raffinement proche des futurs impressionnistes. Dans cette houle mouvante et enivrĂ©e, perce le violon solo sublime de ShĂ©hĂ©razade qui lui incarne toujours la figure de la princesse au gĂ©nie poĂ©tique et narratif central.

LAFERRIERE violoncelleVictor Julien-Laferriere © Lyodoh KanekoAGENDA : ne manquer aussi le 9 novembre 2018, 12h30

A noter que le violoncelliste aura sa « carte blanche » Ă  Lille, Ă  l’Auditorium le vend 9 nov 2018, 12h30. Au programme de ce rĂ©cital de la mi journĂ©e : JS BACH (Suite pour violoncelle n°1) et KODALY (Sonate pour violoncelle seul).

LILLE, Auditorium le Nouveau SiĂšcle
Les 8 et 9 novembre 2018
Jean-Claude CASADESUS (chef fondateur) dirige l’ONL ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE dans  DVORAK et RIMSKY-KORSAKOV
RESERVEZ VOTRE PLACE ICI

Nouvelle ANNA BOLENA par Marina Rebeka

REBEKA marina soprano bel canto cd critique review cd par classiquenewsBORDEAUX, OpĂ©ra. DONIZETTI : ANNA BOLENA, 5>18 nov 18. Anne Boleyn (1500-1536), seconde Ă©pouse d’Henri VIII d’Angleterre, finit sa courte ascension politique et amoureuse, dĂ©capitĂ©e pour des actes qu’elle n’avait pas commis : ainsi se rĂ©alise la cruautĂ© et le bon vouloir du prince le plus volage de son Ă©poque, collectionneurs de jupons, trop obsĂ©dĂ© par l’idĂ©e, l’urgence d’une descendance mĂąle. Cynisme de l’histoire, c’est la fille de Boleyn, Elisabeth qui rĂšgnera Ă  la succession de son pĂšre. Devenant Ă  l’époque de Shakespeare, la souveraine la plus impressionnante de la fin du XVIĂš.
Gaetano Donizetti demande au librettiste Felice Romani (partenaire de Bellini avant lui), un nouveau texte lyrique, capable de suggĂ©rer (bel canto) et d’incarner la passion tragique et funĂšbre de la reine assassinĂ©e. C’est avant Marie-Antoinette au XVIIIĂš, la figure royale digne et sacrifiĂ©e, la plus troublante dans l’histoire des Reines massacrĂ©es
 martyrs de l’Histoire europĂ©enne.

La crĂ©ation d’Anna Bolena, en 1830 Ă  Milan, remporte un succĂšs important ; pourtant il faut attendre le XXĂš pour que l’ouvrage qui nĂ©cessite une soprano coloratoure dramatique, actrice autant que cantatrice, ne s’impose sur les planches, grĂące Ă  l’incarnation qu’en donne Maria Callas, en 1957 : immense tragĂ©dienne et grande belcantiste.

REBEKA marina soprano bel canto cd critique review cd par classiquenewsAprĂšs avoir chantĂ© Norma au Met et Traviata Ă  Paris, la soprano lettone Marina Rebeka effectue Ă  Bordeaux ses dĂ©buts dans le rĂŽle-titre. Un Ă©vĂ©nement en soi attendu par le monde lyrique, et qui est dĂ©jĂ  prĂ©figurĂ© dans son rĂ©cent album discographique, Ă©ditĂ© par la cantatrice elle-mĂȘme (elle a crĂ©Ă© son propre label PRIMA classics) : le programme enregistrĂ© intitulĂ© SPIRITO rend hommage Ă  la passion des hĂ©roĂźnes tragiques du bel canto italien, dont justement une scĂšne d’Anna Bolena, vivante, habitĂ©e, voire hallucinĂ©e et bien sĂ»r, hautement tragique. LIRE le compte rendu du cd SPIRITO par classiquenews.com («  CLIC » de CLASSIQUENEWS de novembre 2018)

La metteure en scÚne Marie-Louise Bischofberger, épouse et collaboratrice du regretté Luc Bondy réalise la nouvelle production présentée à Bordeaux.

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

DONIZETTI : ANNA BOLENA
Nouvelle production Ă  l’OpĂ©ra de BORDEAUX
Du 5 au 18 novembre 2018
Avec Marina REBEKA dans le rĂŽle-titre
RESERVEZ ICI VOTRE PLACE
https://www.opera-bordeaux.com/opera-anna-bolena-10887

Production Opéra National de Bordeaux
Musique de Gaetano Donizetti
Livret de Felice Romani, d’aprĂšs Anna Bolena d’Ippolito Pindemonte (1816), traduction de l’Henry VIII de Marie-Joseph ChĂ©nier (1791)
Opéra en 2 actes créé au Teatro Carcano à Milan le 20 décembre 1830

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

REBEKA marina soprano bel canto cd critique review cd par classiquenewsCLIC D'OR macaron 200LIRE aussi notre compte rendu complet du cd SPIRITO de MARINA REBEKA (1 cd PRIMA classics, novembre 2018)
  Extase tragique et mort inĂ©luctable
 : toutes les hĂ©roĂŻnes incarnĂ©es par Marina Rebeka sont des Ăąmes sacrificielles
. vouĂ©es Ă  l’amour, Ă  la mort. Le programme est ambitieux, enchaĂźnant quelques unes des hĂ©roĂŻnes les plus exigeantes vocalement : Norma Ă©videmment la source bellinienne (lignes claires, harmonies onctueuses de la voix ciselĂ©e, enivrante et implorante, et pourtant Ăąpre et mordante) ; ImogĂšne dans Il Pirata, – d’une totale sĂ©duction par sa dignitĂ© et son intensitĂ©, sa sincĂ©ritĂ© et sa violence rentrĂ©e ; surtout les souveraines de Donizetti : Maria Stuarda (belle coloration tragique), Anna Bolena (que la diva chante Ă  Bordeaux en novembre 2018, au moment oĂč sort le prĂ©sent album). Aucun doute, le cd souligne l’émergence d’une voix solide, au caractĂšre riche qui le naisse pas indiffĂ©rent. Les aigus sont aussi clairs et tranchants, comme Ă  vif, que le medium et la couleur du timbre, large et singuliĂšre.

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

FRANCK-EMMANUEL COMTE / Le Concert de l’Hostel Dieu. ENTRETIEN 1/3

concert-hostel-dieu-franck-emmaneul-comte-saison-2018-2019-concerts-presentation-evenemnt-par-classiquenews-photo-copyright-jean-combier-emmnauel-comte-portraitLE BAROQUE RÉINVENTÉ
 ENTRETIEN avec Franck-Emmanuel COMTE, fondateur et directeur musical du CONCERT DE L’HOSTEL-DIEU. A l’origine de l’activitĂ© de l’ensemble sur instruments d’époque, il y a ce goĂ»t pour l’exploration du patrimoine inĂ©dit, mĂ©connu, oublié  celui des partitions que conserve la BML BibliothĂšque Municipale de Lyon. Aux cĂŽtĂ© du travail de recherche, Franck-Emmanuel COMTE interroge les partitions pour les rendre vivantes, pour les incarner ; pour inventer de nouvelles formes de concerts et toucher un plus vaste public
 Une application de cette dĂ©marche qui concilie musicologie et geste interprĂ©tatif ? Le prochain concert de l’ensemble dĂšs le 16 novembre 2018 Ă  LYON (avec confĂ©rence prĂ©alable), autour du STABAT MATER de Pergolesi, mais dans le goĂ»t des Lyonnais du XVIIIù
 (lire ci aprĂšs). Le directeur musical du CHD / Concert de l’Hostel-Dieu pimente et personnalise le Baroque du dĂ©but du XVIIIĂš en le rĂ©inscrivant dans le contexte napolitain, non sans pertinence.

 

 

DĂ©fricheur et critique, Franck-Emmanuel COMTE propose de rĂ©inventer la forme du concert : le CONCERT DE L’HOSTEL-DIEU est un laboratoire, et aussi une veille pour rĂ©inventer et rĂ©gĂ©nĂ©rer l’expĂ©rience du concert voire la conception mĂȘme des spectacles
 Et dans cette volontĂ© dynamique, s’inscrit aussi une nouvelle dĂ©finition du geste musical pour l’interprĂšte, inspirĂ© diffĂ©remment dans un autre rapport au son, Ă  la partition, Ă  l’improvisation. N’est-il pas vrai que le Baroque comme le Jazz, se prĂȘte-idĂ©alement Ă  cette vision libĂ©rĂ©e et mouvante de la rĂ©alisation musicale ? Le Baroque devient le cƓur d’une constellation de disciplines dont chacune questionne l’autre. Ainsi pour une poĂ©tique inĂ©dite et un rythme musical diffĂ©rent, le spectacle FOLIA conçu en complicitĂ© avec le chorĂ©graphe Mourad Merzouki 
 Jamais la musique baroque ainsi rĂ©investie n’a semblĂ© plus vivante et connectĂ©e avec notre Ă©poque.

 

 

 

Tour d’horizon de l’actualitĂ© du CONCERT DE L’HOSTEL-DIEU en phase avec ces points de rĂ©flexion qui empruntent de nouveaux chemins de traverse.

PREMIER VOLET D’UNE SERIE D’ENTRETIENS
avec FRANCK-EMMANUEL COMTE. 

 

 

 
 
 

 

 

 

CONCERT-DE-LHOSTEL-DIEU-concert-hostel-dieu-maro-polo-c-julie-cherki_logo

________________________________________________________________________________________________

 

 

Des sources inertes au geste libre


TRAVAIL SUR LES SOURCES


 

 

 

CLASSIQUENEWS : Comment prĂ©senter et dĂ©finir (but, enjeux, 
) votre travail de recherche et d’exploration d’inĂ©dits Ă  partir du fonds des archives du patrimoine rhĂŽne-alpin conservĂ© Ă  la BibliothĂšque municipale de Lyon / BML ?

pergolesi-pergolese-portrait-classiquenews-pergolese1FRANCK-EMMANUEL COMTE : Le travail de valorisation des fonds de la BML constitue le socle de notre activitĂ©, et aussi l’origine mĂȘme de la crĂ©ation de l’ensemble. Les manuscrits conservĂ©s dans les Fonds anciens de la bibliothĂšque reflĂštent une spĂ©cificitĂ© lyonnaise : un goĂ»t des lyonnais, au siĂšcle des LumiĂšres, tournĂ© presque exclusivement vers l’Italie. Il semble que les Ă©changes entre les villes de Lyon et de Rome Ă©taient nombreux, sans doutes par l’entremise des marchands, des banquiers mais aussi des JĂ©suites. Aussi, nombre de partitions de Scarlatti, Corelli, Carissimi,
. figurent au catalogue de la BML. Ils constituent une source d’inspiration et d’idĂ©es de programme assez riche
. Ainsi notre prochain projet  : une version inĂ©dite du Stabat Mater de PergolĂšse, arrangĂ© Ă  5 voix aux alentours des annĂ©es 1740 par un musicien lyonnais.

 

 

 

Nouveau programmepergolesi-pergolese-portrait-classiquenews-pergolese1
UN AUTRE STABAT MATER de Pergolesi
16,18,20 nov 2018
En Lire +, Présentation de ce concert

VOIR LA VIDEO du programme « Un AUTRE STABAT MATER »
https://www.youtube.com/watch?v=gfDB2neKHZs

Secrets lyonnais – Le Concert de l’Hostel Dieu et la manuscrits de la BibliothĂšque de Lyon

PROCHAINES DATES / STABAT MATER DE PERGOLESE 16 novembre 2018 : ConfĂ©rence musicale Ă  la BibliothĂšque municipale de Lyon (69) 18 novembre 2018 : Chapelle de …

CONCERT DE L'HOSTEL DIEU : saison 2018 - 2019

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

RÉINVENTER LE BAROQUE AUJOURD’HUI

ses formes, sa durée, dans quels lieux, pour quels publics ?

 

 

CLASSIQUENEWS : En dĂ©finitive, votre activitĂ© au sein du CONCERT DE L’HOSTEL DIEU dĂ©veloppe une interrogation permanente et critique sur le baroque aujourd’hui ?

concert-hostel-dieu-franck-emmaneul-comte-saison-2018-2019-concerts-presentation-evenemnt-par-classiquenews-photo-copyright-jean-combier-emmnauel-comte-portraitFRANCK-EMMANUEL COMTE : Oui, il est clair que pour moi le seul travail musicologique de restitution et d’interprĂ©tation ne suffit plus Ă  motiver mon travail.
Je puise dans le rĂ©pertoire baroque et dans l’instrumentarium qui lui est liĂ©, des occasions pour partager plus largement mes ressentis sur cet univers.  L’interdisciplinaritĂ© et les passerelles que nous imaginons vers d’autres cultures musicales nous permettent de questionner notre rapport au son, Ă  la partition, Ă  l’improvisation. Autant de pistes susceptibles de faire Ă©voluer notre crĂ©ativitĂ©, laquelle a toujours Ă©tĂ© une notion beaucoup plus essentielle pour moi que la technicitĂ©.
Cette approche du répertoire ancien nous conduit également à réexaminer notre rapport au public, lequel reste au coeur de mes préoccupations.
Je sais que cette notion ne fait pas forcĂ©ment loi en France, et particuliĂšrement dans les “esthĂ©tiques de spĂ©cialistes » comme celle de la musique ancienne, mais j’assume cette approche ; sans public, il n’y aurait pas de spectacles, et le spectacle, c’est notre vie, notre essence mĂȘme.

folia-mourad-merzouki-franck-emmanuel-comte-danse-spectacle-critique-par-classiquenews-juin2018Folia, le spectacle chorĂ©graphique co-crĂ©e avec Mourad Merzouki en juin dernier, en est un des exemples les plus nets : une vrai poĂ©sie naĂźt de la rencontre de l’univers hip hop de Mourad avec les sonoritĂ©s et l’énergie qui Ă©mane de mon ensemble CONCERT DE L’HOSTEL-DIEU / CHD ; le bonheur qu’ont les musiciens et les danseurs Ă  vivre cette expĂ©rience sur scĂšne et en coulisse est palpable tout au long du spectacle. Le public le sens et adhĂšre. Un public, mĂ©tissĂ© et ouvert, comme le plateau artistique


 

 

 

VOIR le spectacle FOLIA avec Mourad Merzouki
https://www.youtube.com/watch?v=FjhEW_tFm_A

Mourad Merzouki “Folia” @ Nuits de FourviĂšre, Lyon – ARTE Concert – YouTube
www.youtube.com
En 1998, Mourad Merzouki tĂ©lescope le monde du hip-hop et celui de la musique classique avec “RĂ©cital”, un spectacle qui a fait date dans l’Histoire des dans…

 

LIRE aussi notre compte rendu du spectacle FOLIA par Le Concert de l’Hostile-Dieu / Franck Emmanuel COMTE / Juin 2018, FourviĂšre, LYON.
 

 

 

________________________________________________________________________________________________

A VENIR
 ENTRETIEN avec FRANC-EMMANUEL COMTE 2 : le cas de Haendel dans l’exploration et l’activitĂ© du Concert de l’Hostel-Dieu ; Ă  la croisĂ©e des disciplines et des imaginaires artistiques, entre poĂ©sie, slam et baroque
 focus sur le spectacle et le cd intitulĂ© «  MARCO POLO, carnet de mirages », rĂ©alisĂ© avec le concours du slameur Cocteau Mot Lotov

LIRE dĂ©jĂ  notre prĂ©sentation du cd MARCO POLO par Le Concert de l’Hostel-Dieu et Franck-Emmanuel COMTE
 (dĂ©cembre 2017)

________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi notre prĂ©sentation de la saison du CONCERT DE L’HOSTEL DIEU, saison 2018 – 2019

PLUS D’INFOS sur le site du CONCERT DE L’HOSTEL DIEU, saison 2018 – 2019
http://www.concert-hosteldieu.com

ACTUALITE
A venir, les 2 Prochains cd du CHD / Concert de l’Hostel-Dieu

 

 

Toutes les infos et les modalitĂ©s de rĂ©servation, toute l’actualitĂ© du CHD (Concert de l’Hostel Dieu), sur le site du CONCERT DE L’HOSTEL DIEU / Franck Emmanuel Comte / saison 2018 — 2019

 

logo-chd-or-e1493796881107

 

 

 

Festival Piano au MusĂ©e WĂŒrth (Ersntein), Ă  partir du 9 nov 2018

wurth piano au musee wurth festival nov 2018 presentation sur classiquenewsERSTEIN, Piano au MusĂ©e WÜRTH : 9-18 nov 2018. Le MusĂ©e WĂŒrth Ă  Erstein, prĂšs de Strasbourg n’est pas seulement l’une des plus intĂ©ressantes collection d’art contemporain entre France et Allemagne ; c’est aussi un Ă©crin pour les concerts et les Ă©vĂ©nements interdisciplinaires, comme en tĂ©moigne le festival Piano au MusĂ©e WĂŒrth, du 9 au 18 novembre prochains. La (dĂ©jĂ ) 3Ăš Ă©dition met Ă  l’honneur la notion de « gĂ©nĂ©rations d’interprĂštes » : ainsi les Ă©lĂšves du Conservatoire de Strasbourg (le 10 nov, 17 et 18h) et de l’École Municipale de Musique d’Erstein paraissent (le 15 nov, 20h et 21h) aux cĂŽtĂ©s de Philippe Entremont (concert de clĂŽture, le 18 nov, 20h), lui-mĂȘme Ă©lĂšve de Marguerite Long qui collabora avec les grands musiciens et compositeurs du XXe siĂšcle tels Stravinsky, Bernstein, Milhaud, Stokowski
 De filiations en transmissions s’écoule une mĂȘme passion pour le clavier et l’idĂ©e d’une musique totale, source de partage, de dĂ©passement, d’enchantement.

 

 

Jean-Marc Luisada, Marie-JosĂšphe Jude, Philippe entremont, AndrĂ© Manoukian, Philippe Kantorow…

Festival de Piano
au musĂ©e WÜRTH d’ERSTEIN

 

Au MusĂ©e WĂŒrth, le piano est mis en scĂšne sous toutes les formes : rĂ©cital chambriste (Luisada joue Schumann, soirĂ©e d’ouverture le 9 nov, 20h), symphonique, ou en dialogue avec le jazz (Trio Pierre de Bethmann, le 14 nov, 20h) et aussi le cinĂ©ma (cf la soirĂ©e de « cinĂ©piano, mon amour », concoctĂ©e par Jean-Marc Luisada, le 10 nov, 20h, lequel en cinĂ©phile passionnĂ©, accompagne et commente La Valse dans l’ombre, chef d’oeuvre du cinĂ©ma hollywoodien des annĂ©es 40.

Anniversaires obligent, le mĂȘme Jean-Marc Luisada et sa consƓur, Marie-JosĂšphe Jude (16 nov, 20h) cĂ©lĂšbrent le 350e anniversaire de la naissance de François Couperin, et le centenaire de la mort de Claude Debussy, deux immenses gĂ©nies de la couleur et de l’évocation.

MĂȘme esprit d’ouverture avec une journĂ©e spĂ©ciale en compagnie d’AndrĂ© Manoukian (17 nov : 17h, 18h, 20h), pianiste compositeur qui, avec son album Apatride, explore de nouvelles contrĂ©es proches de ses origines armĂ©niennes. sans oublier le jeune public.

Les familles (re)dĂ©couvrent l’Histoire de Babar de Poulenc et quelques fables de Jean de La Fontaine contĂ©es par Jean Lorrain et Inga Katzantseva (18 nov, 11h).

Curiosité et anticipation grùce au Quatuor Florestan qui joue Maurice Journeau, décédé en 1999. « Un compositeur français et une oeuvre à découvrir avec sa fille, Chantal Virlet-Journeau » (le 18 nov).

JEUNES TALENTS
 Comme Schumann a su discerner le gĂ©nie du jeune Brahms, quand celui ci Ă©tait encore inconnu, Piano au MusĂ©e WĂŒrth, souhaite accompagner l’émergence des jeunes tempĂ©raments en herbe, professionnels attachants qui mĂ©ritent un tremplin suplĂ©mentaire. Ainsi en novembre 2018, sont prĂ©sents dans la programmation, les nouveaux grands pianistes de demain : Alexandre Kantorow (11 nov, 15h), Emmanuel Coppey, Guillaume Bellom, Maria Kustas, les Ă©tudiants de la Haute École des Arts du Rhin
 et Charlotte Juillard convie ses amis Jonas Vitaud et SĂ©bastien van Kuijk (11 nov).
Le festival dĂ©fend aussi la diffusion de compositeurs injustement mĂ©connus, ainsi le dĂ©jĂ  citĂ©, Maurice Journeau, ou encore Reynaldo Hahn, Alberto Ginastera, Nino Rota. De quoi associer la dĂ©couverte de nouveaux interprĂštes et celle d’auteurs trop peu connus
 une Ă©quation prometteuse.

 

 

 

infos-pratiques-bandeau

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

A NOTER. La radio ACCENT 4 diffuse deux Opus Piano au MusĂ©e WĂŒrth en direct les 11 et 18 novembre 2018.

BRUNCH. Les 11 et 18 nov, 12h : brunch entre deux concerts, permettant la dégustation de produits locaux

——————————————————————————————————————————————————

 

 

 

wurth piano au musee wurth VIGNETTE sur classiquenews

TOUTES LES INFOS, le dĂ©tail de chaque concert, les dates et les horaires, les rĂ©servations et renseignements pratiques sur le site du MusĂ©e WĂŒrth Ă  Erstein / Festival PIANO au MusĂ©e WÜRTH : 9 – 18 nov 2018

https://www.musee-wurth.fr/activites-evenements/piano-au-musee-wurth/

——————————————————————————————————————————————————

 

 

LIRE aussi notre entretien avec Olivier EROUART, directeur artistique du festival PIANO AU MUSEE WÜRTH. PrĂ©sentation et fonctionnement de l’Ă©dition 2018…

WURTH-piano-au-musee-wurth-festival-2018-programme-presentationEntretien avec Olivier Erouart, directeur artistique du Festival Piano au MusĂ©e WĂŒrth. PrĂ©sentation de l’édition 2018 du festival de piano au MusĂ©e WĂŒrth, à Erstein prĂšs de Strasbourg. Etabli dans le musĂ©e WĂŒrth, qui met Ă  disposition son auditorium (220 places / et son piano de concert
), le Festival affirme une identitĂ© artistique forte, qui prend en compte les spĂ©cificitĂ©s du lieu oĂč il se dĂ©roule (les collections de peinture dont le musĂ©e est l’écrin
), et aussi les Ă©volutions artistiques du piano actuel. Eclectique, inovant, expĂ©rimental aussi, le cycle musical proposĂ© est l’un de splus complets actuellement, Rencontre et explication avec Olivier Erouart, directeur artistique du Festival


 

 

 

 

 

 

LIVRE Ă©vĂ©nement, annonce. Manuel Cornejo : MAURICE RAVEL, l’intĂ©grale (Ă©ditions Le Passeur)

RAVEL-integrale-correspondance-editeur-le-passeur-conejo-annonce-livre-evenemnt-par-classiquenews-critique-livre-compte-rendu-livreLIVRE Ă©vĂ©nement (collectif). Manuel Cornejo : MAURICE RAVEL, l’intĂ©grale (Ă©ditions Le Passeur). VoilĂ  un livre qui fera date tant il comble un manque absolu s’agissant du premier compositeur français du XXĂš avec Debussy. Maurice Ravel demeure une personnalitĂ© aussi mystĂ©rieuse et secrĂšte que son oeuvre musicale est raffinĂ©e et profonde, moderne, rĂ©volutionnaire, atypique. Le Passeur satisfait une attente longtemps Ă©prouvĂ©e comme une frustration car les textes rĂ©unis et annotĂ©s ici rassemblent les Ă©crits, entretiens et la correspondance du compositeur mort en 1937. On ne connaĂźt pratiquement rien des apports de cette riche collection de textes dont 80 % sont inĂ©dits. Un vrai travail de rĂ©colement systĂ©matique qui aboutit ainsi Ă  une premiĂšre intĂ©grale exhaustive qui renseigne totalement sur nombre de points et aspects de la crĂ©ativitĂ© d’un gĂ©nie solitaire, inclassable
En plus d’ĂȘtre l’auteur que l’on connait sur la scĂšne musicale, Ravel manie l’écriture avec la mĂȘme passion de l’exactitude et de l’esprit critique, voire d’une farouche et poĂ©tique analyse. Le compositeur est un chercheur qui interroge, se remet constamment en question, est en quĂȘte de poĂ©sie surtout, d’un monde idĂ©al qui revĂȘt une forme musicale pour notre plus grand plaisir et notre plus grande jouissance auditive. L’ouvrage est enrichi de nombreuses annexes et de plusieurs facsimilĂ©s.
Compte rendu critique Ă  venir dans le mag cd dvd livres de CLASSIQUENEWS.COM

——————————————————————————————————————-

L’IntĂ©grale, de Maurice Ravel
Correspondance (1895-1937), Ă©crits et entretiens
sous la direction de Manuel Cornejo

PrĂ©sentation de l’éditeur : Maurice Ravel (1875-1937) est le compositeur français le plus jouĂ© et apprĂ©ciĂ© dans le monde. Son Bolero l’a Ă©levĂ© au statut de vĂ©ritable mythe. Publier sa correspondance, dont 80 % est inĂ©dite, est un Ă©vĂ©nement qui dĂ©passe le seul cadre de l’histoire de la musique française. Il touche l’ensemble du monde culturel.
Ce livre offre pour la premiĂšre fois l’ensemble le plus complet jamais rĂ©alisĂ© des Ă©crits publics et privĂ©s de Maurice Ravel : plus de 2 650 documents au total, dont 1 850 lettres et prĂšs de 140 Ă©crits et entretiens, dont certains traduits de diverses langues Ă©trangĂšres. Cette Ă©dition scientifique, somme documentaire exceptionnelle, rĂ©unie par Manuel Cornejo au long de deux dĂ©cennies, Ă©claire de maniĂšre trĂšs vivante la vie et la carriĂšre du musicien.
Un ouvrage publiĂ© avec le concours de la Fondation Maurice Ravel, les Amis de Maurice Ravel, la Fondation La Poste, la Fondation Salabert, l’AcadĂ©mie des Beaux-Arts, la Sacem, la Bourse des Muses, CIC, les Ă©ditions Enoch et du CNL.

Sous la direction de Manuel Cornejo, professeur agrĂ©gĂ© de l’UniversitĂ©, docteur en littĂ©rature espagnole, ancien membre de la Casa de VelĂĄzquez (EHEHI), et chercheur spĂ©cialiste de Maurice Ravel.

Collaborateur rĂ©gulier des Cahiers Maurice Ravel (Fondation Maurice Ravel), il est prĂ©sident-fondateur de l’association des Amis de Maurice Ravel, et laurĂ©at de la Bourse des Muses 2013 pour cet ouvrage.

Document / Collection « Sursum Corda »
Livre papier : 45,00 €
978-2-36890-577-7
155×225 mm / BrochĂ© avec rabats
Reproductions et fac-similés
1776 pages
En librairie le 31 octobre 2018
Plus d’infos sur le site de l’éditeur LE PASSEUR
https://www.le-passeur-editeur.com/les-livres/documents/l-intégrale/

RAVEL-integrale-correspondance-editeur-le-passeur-conejo-annonce-livre-evenemnt-par-classiquenews-critique-livre-compte-rendu-livre

MESSE pour les soldats morts Ă  VERDUN

MOZART-portrait-romantique-mozart-genie-xviii-siecle-portrait-opera-compte-rendu-par-classiquenews-critique-comptes-rendus-concerts-par-classiquenews-mozart-et-salieriARTE, dim 11 nov 2018, 17h10. 2 REQUIEMS POUR LES SOLDATS MORTS. Pour honorer la mĂ©moire et surtout le sacrifice de prĂšs de 700 000 soldats morts sur le front de Verdun, et dans le cadre du centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918, ARTE diffuse « VERDUN REQUIEMS », deux messe des morts, deux sĂ©pultures musicales pour les dĂ©funts tombĂ©s pendant la guerre. En direct de la CathĂ©drale de Verdun, avec au programme les Requiem de Mozart et de Saint-SaĂ«ns.
InterprĂštes : Vladimir Spivakov, Orch nat philh de Russie. A notre Ă©poque oĂč les ensembles sur instruments d’époque, baroques ou romantiques ont largement dĂ©montrer leurs apports et bĂ©nĂ©fices musicaux,
 pas sĂ»r que l’effectif choisi pour cette cĂ©lĂ©bration pourtant lĂ©gitime n’échappe pas Ă  une certaine solennitĂ©, Ă©paisse voire dĂ©monstrative (surtout chez Mozart).

RĂ©cital de Jean-Paul Gasparian, piano

FRANCE MUSIQUE, lundi 29 oct 2018, 20h. RĂ©cital de Jean-Paul Gasparian, piano. Le jeune homme fait partie des nouveaux talents français du clavier. France Musique diffuse le concert de Montpellier rĂ©alisĂ© Ă  l’étĂ© 2018. Quelques semaines plus tard, le pianiste donnait les mĂȘmes oeuvres de Ravel et de Chopin, Ă  Bagatelle, dĂ©but septembre 2018.
Voici ce qu’écrivaint alors notre rĂ©dactrice Jany Campello, Ă  propos du jeu de Jean-Paul Gasparian
 :

gasparian piano critique concert crtiique cd par classiquenewsJean-Paul Gasparian donne des Valses nobles et sentimentales de Ravel, une interprĂ©tation pensĂ©e, structurĂ©e, et loin d’en faire des piĂšces de salon enchaĂźnĂ©es avec superficialitĂ©, uniformitĂ©, les habite, va chercher au cƓur de chacune son esprit, son humeur, sa poĂ©sie, son univers intĂ©rieur, les confronte dans leur succession. Les timbres sont travaillĂ©s en profondeur dans un contrĂŽle absolu du son, du poids sur chaque note. Il y a quelques mois, on avait entendu « Incises » de Boulez alors qu’il venait Ă  peine de se pencher sur l’Ɠuvre. L’on avait dĂ©jĂ  remarquĂ© l’intelligence de son approche. Le temps faisant, elle a fait son chemin: le pianiste investit Ă  prĂ©sent l’Ɠuvre avec ardeur et vigueur, fiĂšvre mĂȘme, dans une Ă©nergie libĂ©rĂ©e, dĂ©ployĂ©e cette fois sans retenue. C’est prenant d’un bout Ă  l’autre! Jouer les quatre Ballades de Chopin en concert relĂšve d’une gageure qui n’est pas Ă  la portĂ©e de tous les pianistes. Jean-Paul Gasparian Ă  aucun moment ne faillit, maintenant, aprĂšs l’introduction d’Incises, une densitĂ© de jeu de tous les instants, avec une technique qui n’a plus rien Ă  prouver, et un sens de la construction non moins abouti, dans un engagement total. Des envolĂ©es Ă©piques aux passages suspendus, de l’intĂ©rioritĂ© aux effusions lyriques, tout est dominĂ© dans une plĂ©nitude du son et de l’expression encore plus manifeste qu’elle ne l’était dĂ©jĂ  chez ce jeune pianiste. Quelle rondeur et aussi quelle belle ligne au dĂ©but de sa troisiĂšme Ballade! Combien de pianistes morcellent ce dĂ©but! Une conception qu’il doit sans doute Ă  Pollini
 LIRE la critique complĂšte du concert de Jean-Paul Gasparian Ă  Bagatelle / Sept 2018

 

 

_______________________________________________________________

logo_francemusiqueConcert donnĂ© le 27 juillet 2018 Ă  12h30 Salle Pasteur – Le Corum Ă  Montpellier dans le cadre du Festival Radio France Occitanie Montpellier

Maurice Ravel
Valses nobles et sentimentales1- Modéré
2- Assez lent
3- Modéré
4- Assez animé
5- Presque lent
6- Assez vif
7- Moins vils
8- Lent

Johannes Brahms
Fantaisies op. 116
1- Capriccio en ré mineur
2- Intermezzo en la mineur
3- Capriccio en sol mineur
4- Intermezzo en mi Majeur
5- Intermezzo en mi mineur
6- Intermezzo en mi Majeur
7- Capriccio en ré mineur

Frédéric Chopin
Polonaise-fantaisie en la bémol majeur op. 61
Ballade n°2 en fa majeur op. 38
Ballade n°4 en fa mineur op. 52

Jean-Paul Gasparian, piano

ENTRETIEN avec Mathieu HERZOG, fondateur et directeur musical de l’Orchestre Appassionato. Les 3 derniùres Symphonies de MOZART

ENTRETIEN avec Mathieu HERZOG, fondateur et directeur musical de l’Orchestre Appassionato. Au sujet des 3 derniĂšres Symphonies de Mozart, une trilogie instrumentale conçue comme un oratorio qui renforce la vitalitĂ© et l’expressivitĂ© d’un collectif capable d’égaler la palette et l’imaginaire de l’opĂ©ra. C’est dire combien le travail du chef français pilotant son orchestre Appassionato, dĂ©montre des qualitĂ©s fouillĂ©es voire superlatives en tout cas passionnantes dans le travail qui a prĂ©sidĂ© Ă  l’enregistrement qui paraĂźt Ă  l’automne 2018. Le maestro explique et commente ici l’Ɠuvre d’un Mozart bĂątisseur, architecte Ă  sa façon d’un monde d’équilibre, aux rĂ©fĂ©rences directement maçonniques
 Une rĂ©vĂ©lation et l’indice qu’il existe comme en Grande Bretagne, une nouvelle gĂ©nĂ©ration d’interprĂštes magiciens qui comprennent Mozart, en profondeur et en vĂ©ritĂ©. Somme mouvante, intelligence de gestes riches par leur diversitĂ© et pourtant unifiĂ©es grĂące Ă  l’énergie fĂ©dĂ©ratrice de son pilote principal, Appassionnato, portĂ© par la pensĂ©e de son chef Mathieu Herzog, incarne dĂ©sormais une approche rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©e et formellement captivante des Ɠuvres mozartiennes. Entretien avec MATTHIEU HERZOG un chef qui a la passion de l’architecture, de la nuance, de l’articulation souple et naturelle.

________________________________________________________________________________________________

 
 
 

Matthieu Herzog et Appassionato : MOZART MAJEUR !

 
 
 

CLASSIQUENEWS : Beaucoup considĂšrent les 3 symphonies comme une trilogie ayant sa cohĂ©rence et un sens qui les relie. Qu’en pensez vous ? De quelle façon les 3 opus se rĂ©pondent-ils / se complĂštent-t-il ? Comment s’il s’agissait d’un oratorio (cf Harnoncourt) ou d’un opĂ©ra en trois actes, chaque volet fait-il sens, en soi et par rapport aux autres ?

MATHIEU HERZOG : Je vais rĂ©pondre au trois questions en une si vous me le permettez. Je suis absolument d’accord avec l’idĂ©e d’une cohĂ©rence et d’une relation Ă©troite entre les trois symphonies qui s’explique tout d’abord assez simplement par la rapiditĂ© d’écriture : moins de deux mois pour l’achĂšvement complet de la trilogie. J’y vois Ă©galement une Ă©volution dramatique importante qui, Ă  mon sens, les relie fortement.
Pour paraphraser Nikolaus Harnoncourt, le phĂ©nomĂšne de 12 mouvements formant un tout est assez rĂ©aliste, le mot oratorio n’étant lĂ  que pour exprimer une forme nouvelle que Mozart crĂ©e, j’en suis persuadĂ©, de façon consciente.
Ensuite, on ne peut pas parler des derniÚres années de Mozart sans mentionner le culte maçonnique et les signes ne manquent pas dans cette trilogie. La premiÚre des trois symphonies commence en Mi bémol Majeur (comme La Flûte enchantée), trois bémol à la clef. La grande oeuvre se poursuit avec une symphonie en sol mineur, tonalité représentée par la lettre G en allemand et le G est présent dans le centre de la mystérieuse étoile flamboyante présente dans tous les temples maçonniques. Enfin, nous terminons en Do Majeur qui, par définition, est la tonalité absolue (Ut est la joie céleste) et début de Tout, comme la croyance de ce Grand Bùtisseur à laquelle Mozart adhÚre complÚtement.
Par consĂ©quent, oui, je suis certain que les trois symphonies sont reliĂ©es et que le gĂ©nie Mozart n’a pu concevoir qu’une simple addition de symphonies et en ce sens bien Ă©videmment il inventa un nouveau “tout“ musical.

Pour ce qui est du rapport des unes aux autres, cela paraĂźt Ă©vident par les tonalitĂ©s que je viens d’évoquer. Il y a aussi une dilution et une unitĂ© thĂ©matiques palpables que nous retrouvons lors d’un travail ou d’une Ă©coute cumulĂ©e des trois symphonies et qu’Harnoncourt exprime aussi par son parcours initiatique lors des nombreuses fois oĂč il dirigea ce triptyque en une soirĂ©e. Pour finir, je pense que pour Mozart, qui est de toute Ă©vidence un humaniste dans le sens de la croyance en l’Homme avant tout, le saint des saints est dans l’Homme, en effet ces trois oeuvres sont bien Ă©videmment reliĂ©es et j’ose mĂȘme croire qu’il les a conçues d’un seul trait dans son formidable esprit.

 
 
 

CLASSIQUENEWS : Votre sens de l’architecture est trĂšs manifeste. Quel a Ă©tĂ© votre travail sur le choix des tempo et des indications dynamiques et agogiques ?

Je vous remercie, ce sont des choses qui m’obsĂšdent, l’agogique, la cohĂ©rence dramatique, la ligne d’une phrase, d’un mouvement, d’une oeuvre, l’idĂ©e d’englober l’interprĂ©tation dans un tout qui tiendrait son auditeur en haleine de la premiĂšre Ă  la derniĂšre note. Si c’est perceptible, j’en suis plus que ravi.
Je vous avoue Ă©galement que j’ai parfois des problĂšmes Ă  l’écoute de certaines interprĂ©tations d’une oeuvre et cela crĂ©e peut-ĂȘtre chez moi une liste dâ€˜Ă©cueils que je souhaite par dessus tout Ă©viter. Tout d’abord, j ‘ai une aversion pour les dĂ©roulements isochrones, j’aime le mouvement inscrit dans une agogique. Je n’ai aucun plaisir au rubato pour le rubato mais j’ai souvent peur de l’influence de certaines musiques actuelles – avec trop de rythmiques robotiques – sur l’interprĂ©tation musicale.

La deuxiĂšme chose qui nourrit absolument mon discours c’est le support harmonique ! Je cherche Ă  voir l’harmonie comme un langage aussi clair que la langue française avec un point, une virgule et avec l’évidence que lorsque vous lisez ou dites un texte, les temps de pause, l’accentuation, les intonations offrent dĂ©jĂ  un chant d’interprĂ©tation vaste et passionnant car chaque acteur, chaque conteur peut vous faire ressentir des choses diffĂ©rentes avec le mĂȘme texte, c’est l’exact mĂȘme phĂ©nomĂšne en musique.

Et, pour finir, j’ai beaucoup Ă©tudiĂ© l’architecture linguistique de la langue
allemande afin de pouvoir articuler les phrasés avec plus de précision et ainsi, délivrer un message plus profond dans notre interprétation.
Il ne faudrait pas non plus oublier le travail concret avec Appassionato, cet ensemble incroyable peuplĂ© de trĂšs grands musiciens chambristes qui partagent passion et langage d’une façon peu commune et qui m’ont Ă  chaque instant aidĂ©, avec patience, Ă  accĂ©der Ă  cette interprĂ©tation que je rĂȘvais dans mon esprit.

 
 
 

CLASSIQUENEWS : Avez-vous dans ce cycle une préférence ? Un climat, une association de timbres qui vous parlent davantage ? Pourquoi ?

Quelle question difficile, presque comme si l’on devait choisir son enfant
prĂ©fĂ©rĂ©. Non, dĂ©solĂ©, je suis fou d’amour pour les trois symphonies. Que le
monde serait pauvre sans elles !

 
 
 

CLASSIQUENEWS : Et sur l’orchestration, quel est le gĂ©nie de Mozart selon vous ?

MOZART-portrait-romantique-mozart-genie-xviii-siecle-portrait-opera-compte-rendu-par-classiquenews-critique-comptes-rendus-concerts-par-classiquenews-mozart-et-salieriC’est une question passionnante mais trĂšs technique ! Je vais aborder plusieurs choses trĂšs prĂ©cises en essayant, justement, de ne pas ĂȘtre trop technique. Tout d’abord, Mozart a un talent inouĂŻ pour l’équilibre entre les parties : avec peu d’instruments (par consĂ©quent peu de timbres diffĂ©rents), il parvient Ă  faire naĂźtre de riches couleurs orchestrales, principalement grĂące au contrepoint, il crĂ©e des vagues d’émotions par bouffĂ©es de chaleur et non par violence. Lorsque les cordes se veulent trĂšs puissantes et presque agressives, il utilise un contrepoint linĂ©aire chez les vents afin de nourrir son orchestration par le dĂ©tail, il crĂ©e Ă©galement, en accompagnement d’un chant de clarinette, un fourmillement presque imperceptible dans les violons d’oĂč surgit une richesse semblable, peut-ĂȘtre, au murmure de la ville viennoise et des sabots des chevaux qui passent sous sa fenĂȘtre.
Ce n’est jamais par la masse qu’il crĂ©e ces atmosphĂšres mais par l’association de petites choses qui forment un tout, en tout point parfait. Il a Ă©galement ses petites habitudes dĂ©licieuses comme tous les orchestrateurs, que l’on pourrait appeler les “nappes“ de vents.

Dans le dĂ©but de la 40Ăšme symphonie, lorsque les violons reprennent le thĂšme de dĂ©part pour la deuxiĂšme fois, il enrichit son discours avec deux hautbois et deux bassons longilignes qui sont Ă  se damner, tout simplement. Il ne faut jamais oublier non plus qu‘il reste un rhĂ©teur de premier ordre, il parle sans arrĂȘt et presque sans respirer, il invente, au fond, le romantisme car il arrive, dans un langage parfaitement classique, Ă  construire des phrases sans fin et pourtant sans ennui. Cette force de la mĂ©lodie infinie, supportĂ©e par une rythmique presque microscopique, c’est quelque chose qu’on ne retrouve que chez les plus fabuleux compositeurs.

 
 
 

CLASSIQUENEWS : Voyez vous une relation de ce cycle purement orchestral avec l’opĂ©ra ?

Bien Ă©videmment mais dans toute l’oeuvre de Mozart, pas seulement dans ce triptyque. Comme je le disais, Mozart est un rhĂ©teur, un bavard passionnant qui ne peut s’empĂȘcher, en musique, de dire encore et toujours la mĂȘme chose mais avec une telle brillance dans le discours, un tel maniement des outils rhĂ©toriques musicaux qu’on reste Ă©merveillĂ© alors qu’il nous rĂ©pĂšte la mĂȘme histoire. C’est ce qui fait de lui le compositeur d’opĂ©ra que tout le monde admire. Sa capacitĂ© Ă  raconter est hors du commun.

 
 
 

CLASSIQUENEWS : Quels sont vos projets lyriques comme directeur d’Appassionato ?

Ce sont pour le moment uniquement des projets Ă  l’état d’ébauche mais plusieurs se trouvent sur notre table de travail. Notamment une version de chambre du premier opĂ©ra de Puccini, Le Villi, que j’ai orchestrĂ© pour une production qui s’est malheureusement annulĂ©e et pour lequel j’ai une affection toute particuliĂšre. C’est justement un de nos objectifs majeurs avec mon collaborateur LĂ©o DoumĂšne car nous avons un goĂ»t prononcĂ© pour les opĂ©ras mĂ©connus des trĂšs grands compositeurs, tel que le Rienzi de Wagner ou justement Le Villi de Puccini, les opĂ©ras de Haydn
 parfois perdus ou trĂšs peu jouĂ©s mais que je pourrais rĂ©orchestrer. Nous leur donnerions ainsi une nouvelle vie, une seconde jeunesse peut ĂȘtre ! Un dernier rĂȘve qui m’habite depuis l’enregistrement des “3 derniĂšres“, c’est une furieuse envie de graver Don Giovanni avec la mĂȘme idĂ©e conductrice que lors de cet enregistrement et une distribution totalement française.

 
 
 

CLASSIQUENEWS : Pour vous, quel visage / quels aspects de Mozart, ce cycle nous révÚle t il ?

mozart-vignette-carre-depeche-mozart-2016Le Mozart romantique ! Le Beethoven avant l’heure, le prince du Sturm und Drang (tempĂȘte et passion), un personnage qu’on ne voit pas forcĂ©ment en lui et qui pourtant me semble trĂšs prĂ©sent dans les trois derniĂšres annĂ©es de sa vie et que les versions baroques ont paradoxalement touchĂ©. C’est cet aspect de Mozart que je voulais voir et entendre sur instruments modernes pour justement y amener une plĂ©nitude et une force du son en plus de la science des articulations, des tempi et des lignes.

Propos recueillis en octobre 2018

 
 
 

herzog-mathieu-appassionnato-orchestre-mozart-clci-de-classiquenews-symphonies-de-mozart-portait-entretien-classiquenews-cd-critique-mozart
 

Illustrations : © R. RiĂšre / Appassionato / Mathieu HERZOG 
 
  
 
 

________________________________________________________________________________________________

HERZOG Mathieu appassionato symphonies de MOZART cd NAIVE clic de classiquenews cd review critique cd compte rendu cd critique cdCD Ă©vĂ©nement, annonce. MOZART : Symphonies n°39, 40 et 41 (« Jupiter ») / Appassionato. Mathieu Herzog, direction (1 cd NAIVE / parution : 2 novembre 2018). Inattendu et plus que convaincant : jubilatoire ! En ces temps de disettes miraculeuses, quand nous dĂ©sespĂ©rions d’écouter enfin un chef ou un ensemble dignes des pionniers baroqueux, mordant, percutant, surtout poĂ©tiquement juste et audacieux, voici, de surcroĂźt chez Mozart, (et le plus difficile, 
 celui que l’on croit connaĂźtre) un maestro au tempĂ©rament exceptionnel, Mathieu Herzog, chambriste avĂ©rĂ© et baguette ciselĂ©e, qui ici nous dĂ©voile avec son ensemble «  Appassionato » (le bien nommĂ©), une lecture rafraĂźchissante et trĂšs fouillĂ©e, des 3 derniĂšres symphonies du divin Mozart (soit les n°39, 40 et 41 « Jupiter » ; un « oratorio instrumental », selon le dernier Harnoncourt, qui aura laissĂ© le concernant un vĂ©ritable testament artistique  / LIRE notre critique dĂ©veloppĂ©e Mozart par Harnoncourt, 2012) ; avec les instrumentistes d’Appassionato, Mathieu HERZOG nous propose une approche totalement irrĂ©sistible, pleine de feu, de verve, d’audace, juste et renouvelĂ©e. Bravo maestro HERZOG ! Coffret coup de coeur de CLASSIQUENEWS et couronnĂ© par notre “ CLIC ” de classiquenews… EN LIRE +

———————————————————————————————-

 
 
 

TOURCOING : Alain Buet chante le Voyage d’hiver de Schubert

TOURCOING, Conservatoire : Le Voyage d’hiver de Schubert, le 25 nov 2018, 15h30. Le baryton Alain Buet chante le cycle de lieder Le Voyage d’hiver de Franz Schubert. Immersion superlative dans l’imaginaire tendre, intime, mĂ©lancolique aussi du compositeur viennois disparu en 1828.

buet-alain-concert-air-annonce-opera-festival

Franz Schubert est l’un des plus grands compositeurs romantiques. Son Ɠuvre Ă©norme englobe tous les domaines, le concerto exceptĂ©. Avec « Marguerite au rouet » d’aprĂšs Goethe, qu’il Ă©crit Ă  l’ñge de 17 ans, il est le crĂ©ateur du lied romantique : la voix et un accompagnement expressif au piano reproduisent en une miniature pleine de vie l’état d’ñme du poĂšte au moment oĂč il composa. Il utilise les formes symphoniques du clacissisme, mais les amplifie Ă  la fois par le dĂ©veloppement et l’expression romantique. Une richesse mĂ©lodique inĂ©puisable qui fait souvent penser Ă  Mozart, une technique de composition favorable aux grands dĂ©veloppements, une harmonie riche en modulations : telles sont les caractĂ©ristiques de son Ɠuvre. Schubert offre l’exemple parfait d’une sensibilitĂ© romantique qui s’exprime sans dĂ©tour.

 

 

Un certain regard — Alain Buet (baryton) / LE POINT DE VUE DE L’INTERPRETE

schubert-franz-schubertiade-concert-annonce-par-classiquenews« Le « Winterreise » ou « Voyage d’hiver » de Franz Schubert pour voix et piano sur les poĂšmes de Wilhelm MĂŒller composĂ© en 1827 est un pur chef-d’Ɠuvre musical romantique qui a largement contribuĂ© Ă  me donner l’envie de m’engager sur la voie du chant. Il m’a fallu une bonne quinzaine d’annĂ©es de rĂ©flexion avant de m’attaquer Ă  ces 24 lieder comme un alpiniste fascinĂ©, paralysĂ© et attirĂ© par la magie d’une montagne.

Le choix du pianiste est d’une grande importance, selon le compagnon, le voyage sera toujours diffĂ©rent ; il est en quelque sorte un premier de cordĂ©e puisque Schubert a fait commencer tous les chants (lieder) du cycle par un prĂ©lude pianistique, les mots du chanteur devant suivre la voie ouverte et fusionner avec la musique pure. David Violi est un magnifique pianiste/poĂšte avec lequel j’ai hĂąte de partager cette aventure pour Jean-Claude Malgoire et le public de Tourcoing.

Les textes de Wilhelm MĂŒller expriment les souffrances causĂ©es par la perte de l’ĂȘtre aimĂ© au travers des 24 poĂšmes qui sont 24 Ă©tats de l’ñme d’un homme en perdition dans le froid de l’hiver. Comment ne pas penser aux sans-abris, aux migrants, aux rĂ©fugiĂ©s, aux exilĂ©s de notre temps auxquels nous dĂ©dierons ce concert. » Alain Buet (baryton).

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

Le Voyage d’hiver de Schubert
Dim 25 nov 2018, 15h30
TOURCOING, Conservatoire

Alain Buet, baryton
David Violi, piano
Winterreise, 24 lieder pour piano et voix (1827)

Franz Schubert (1797-1828) : Winterreise / 24 lieder pour piano et voix, composĂ© en 1827 sur des poĂšmes de Wilhelm MĂŒller

RESERVEZ VOTRE PLACE

sur le site de l’Atelier Lyrique de Tourcoing

ERSTEIN : Piano au MusĂ©e WÜRTH

wurth piano au musee wurth festival nov 2018 presentation sur classiquenewsERSTEIN, Piano au MusĂ©e WÜRTH : 9-18 nov 2018. Le MusĂ©e WĂŒrth Ă  Erstein, prĂšs de Strasbourg n’est pas seulement l’une des plus intĂ©ressantes collection d’art contemporain entre France et Allemagne ; c’est aussi un Ă©crin pour les concerts et les Ă©vĂ©nements interdisciplinaires, comme en tĂ©moigne le festival Piano au MusĂ©e WĂŒrth, du 9 au 18 novembre prochains. La (dĂ©jĂ ) 3Ăš Ă©dition met Ă  l’honneur la notion de « gĂ©nĂ©rations d’interprĂštes » : ainsi les Ă©lĂšves du Conservatoire de Strasbourg (le 10 nov, 17 et 18h) et de l’École Municipale de Musique d’Erstein paraissent (le 15 nov, 20h et 21h) aux cĂŽtĂ©s de Philippe Entremont (concert de clĂŽture, le 18 nov, 20h), lui-mĂȘme Ă©lĂšve de Marguerite Long qui collabora avec les grands musiciens et compositeurs du XXe siĂšcle tels Stravinsky, Bernstein, Milhaud, Stokowski
 De filiations en transmissions s’écoule une mĂȘme passion pour le clavier et l’idĂ©e d’une musique totale, source de partage, de dĂ©passement, d’enchantement.

 

 

Jean-Marc Luisada, Marie-JosĂšphe Jude, Philippe entremont, AndrĂ© Manoukian, Philippe Kantorow…

Festival de Piano
au musĂ©e WÜRTH d’ERSTEIN

 

Au MusĂ©e WĂŒrth, le piano est mis en scĂšne sous toutes les formes : rĂ©cital chambriste (Luisada joue Schumann, soirĂ©e d’ouverture le 9 nov, 20h), symphonique, ou en dialogue avec le jazz (Trio Pierre de Bethmann, le 14 nov, 20h) et aussi le cinĂ©ma (cf la soirĂ©e de « cinĂ©piano, mon amour », concoctĂ©e par Jean-Marc Luisada, le 10 nov, 20h, lequel en cinĂ©phile passionnĂ©, accompagne et commente La Valse dans l’ombre, chef d’oeuvre du cinĂ©ma hollywoodien des annĂ©es 40.

Anniversaires obligent, le mĂȘme Jean-Marc Luisada et sa consƓur, Marie-JosĂšphe Jude (16 nov, 20h) cĂ©lĂšbrent le 350e anniversaire de la naissance de François Couperin, et le centenaire de la mort de Claude Debussy, deux immenses gĂ©nies de la couleur et de l’évocation.

MĂȘme esprit d’ouverture avec une journĂ©e spĂ©ciale en compagnie d’AndrĂ© Manoukian (17 nov : 17h, 18h, 20h), pianiste compositeur qui, avec son album Apatride, explore de nouvelles contrĂ©es proches de ses origines armĂ©niennes. sans oublier le jeune public.

Les familles (re)dĂ©couvrent l’Histoire de Babar de Poulenc et quelques fables de Jean de La Fontaine contĂ©es par Jean Lorrain et Inga Katzantseva (18 nov, 11h).

Curiosité et anticipation grùce au Quatuor Florestan qui joue Maurice Journeau, décédé en 1999. « Un compositeur français et une oeuvre à découvrir avec sa fille, Chantal Virlet-Journeau » (le 18 nov).

JEUNES TALENTS
 Comme Schumann a su discerner le gĂ©nie du jeune Brahms, quand celui ci Ă©tait encore inconnu, Piano au MusĂ©e WĂŒrth, souhaite accompagner l’émergence des jeunes tempĂ©raments en herbe, professionnels attachants qui mĂ©ritent un tremplin suplĂ©mentaire. Ainsi en novembre 2018, sont prĂ©sents dans la programmation, les nouveaux grands pianistes de demain : Alexandre Kantorow (11 nov, 15h), Emmanuel Coppey, Guillaume Bellom, Maria Kustas, les Ă©tudiants de la Haute École des Arts du Rhin
 et Charlotte Juillard convie ses amis Jonas Vitaud et SĂ©bastien van Kuijk (11 nov).
Le festival dĂ©fend aussi la diffusion de compositeurs injustement mĂ©connus, ainsi le dĂ©jĂ  citĂ©, Maurice Journeau, ou encore Reynaldo Hahn, Alberto Ginastera, Nino Rota. De quoi associer la dĂ©couverte de nouveaux interprĂštes et celle d’auteurs trop peu connus
 une Ă©quation prometteuse.

 

 

 

infos-pratiques-bandeau

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

A NOTER. La radio ACCENT 4 diffuse deux Opus Piano au MusĂ©e WĂŒrth en direct les 11 et 18 novembre 2018.

BRUNCH. Les 11 et 18 nov, 12h : brunch entre deux concerts, permettant la dégustation de produits locaux

——————————————————————————————————————————————————

 

 

 

wurth piano au musee wurth VIGNETTE sur classiquenews

TOUTES LES INFOS, le dĂ©tail de chaque concert, les dates et les horaires, les rĂ©servations et renseignements pratiques sur le site du MusĂ©e WĂŒrth Ă  Erstein / Festival PIANO au MusĂ©e WÜRTH : 9 – 18 nov 2018

https://www.musee-wurth.fr/activites-evenements/piano-au-musee-wurth/

——————————————————————————————————————————————————

 

 

LIRE aussi notre entretien avec Olivier EROUART, directeur artistique du festival PIANO AU MUSEE WÜRTH. PrĂ©sentation et fonctionnement de l’Ă©dition 2018…

WURTH-piano-au-musee-wurth-festival-2018-programme-presentationEntretien avec Olivier Erouart, directeur artistique du Festival Piano au MusĂ©e WĂŒrth. PrĂ©sentation de l’édition 2018 du festival de piano au MusĂ©e WĂŒrth, à Erstein prĂšs de Strasbourg. Etabli dans le musĂ©e WĂŒrth, qui met Ă  disposition son auditorium (220 places / et son piano de concert
), le Festival affirme une identitĂ© artistique forte, qui prend en compte les spĂ©cificitĂ©s du lieu oĂč il se dĂ©roule (les collections de peinture dont le musĂ©e est l’écrin
), et aussi les Ă©volutions artistiques du piano actuel. Eclectique, inovant, expĂ©rimental aussi, le cycle musical proposĂ© est l’un de splus complets actuellement, Rencontre et explication avec Olivier Erouart, directeur artistique du Festival


 

 

 

 

 

 

CHD, Concert de l’Hostel-Dieu. L’autre Stabat Mater de Pergolesi

concert-de-l-hostel-dieu-vignette-partenaire-concert-annonce-saison-2018-2019-sur-classiquenewsLYON, 16, 18 nov 2018. CONCERT DE L’HOSTEL DIEU / Stabat mater de PERGOLESI. ImplantĂ© au cƓur de la mĂ©tropole Lyonnaise, l’ensemble sur instruments anciens, fondĂ© par Franck-Emmanuel Comte : le Concert de l’Hostel-Dieu, poursuit une brillante nouvelle saison Ă  partir d’octobre 2018 : le premier programme « PLAY BACH » souligne la triple recherche du collectif : Ă©largir les champs de crĂ©ation, dĂ©fricher les partitions avec un regard neuf, rĂ©actualiser constamment le baroque comme s’il s’agissant d’un laboratoire propice Ă  l’expĂ©rimentation et Ă  l’invention. Et donc repenser et revivifier la forme du concert
 Le spectateur est invitĂ© Ă  participer Ă  une aventure critique qui Ă©largit rĂ©pertoire et formes musicales, comme elle cherche aussi Ă  rĂ©inventer l’expĂ©rience du spectacle, du concert,  la place de l’auditeur. Le rĂ©cent spectacle prĂ©sentĂ© aux Nuits de FourviĂšre, accord superlatif de la musique baroque (instrumentale et vocale) et de la danse contemporaine : « Folia » , montre combien il est crucial pour Franck-Emmanuel Comte d’échanger et de croiser les expĂ©riences et les disciplines pour faire Ă©merger une aventure collective qui ne sacrifie rien Ă  la poĂ©sie pure. LIRE notre compte rendu du spectacle LA FOLIA prĂ©sentĂ© aux Nuits de FourviĂšre en juin 2018.
Concert de  l hostel dieu franck emmanuel comte saison 2018 2019 couverture-600x902Voici les premiers temps forts d’une saison particuliĂšrement prometteuse et plurielle, emblĂ©matique d’un ensemble lyonnais qui sait ouvrir et rĂ©gĂ©nĂ©rer l’expĂ©rience du Baroque aujourd’hui. Play Bach, Stabat Mater, Marco Polo, Vivaldi reloaded
 autant de jalons d’un parcours singulier d’octobre 2018 Ă  juin 2019 qui rĂ©gĂ©nĂšre l’accĂšs Ă  la musique classique. La nouvelle saison est intitulĂ©e “ALCHIMIE” : une dĂ©claration d’intention car en dĂ©finitive tout repose sur la conjonction d’Ă©lĂ©ments disparates, volatiles, tĂ©nus mais essentiels pour que se concrĂ©tise dans l’instant du concert, la poĂ©tique du partage et de la dĂ©couverte. Tout est question d’alchimie…

 

 

 

CONCERT DE L'HOSTEL DIEU : saison 2018 - 2019

Franck-Emmanuel Comte et les musiciens du CONCERT DE L’HOSTEL DIEU © Jean Combier

 

 

 

 

 

 

 

NOVEMBRE 2018
PERGOLESI : STABAT MATER
Version d’époque, inĂ©dite et lyonnaise

—————————————————————————————————————————————————

 

pergolesi-pergolese-portrait-classiquenews-pergolese1STABAT MATER 
 Le programme Ă©claire le travail spĂ©cifique de Franck Emmanuel Comte Ă  partir des archives de la BibliothĂšque de Lyon, dont un manuscrit retrouvĂ© propose une version inĂ©dite du Stabat Mater de PergolĂšse : son oeuvre ultime et son testament spirituel et musical puisque le jeune gĂ©nie napolitain devait mourir quelques jours aprĂšs avoir composĂ© le Stabat. Le Concert de L’HOSTEL DIEU associe Ă  la piĂšce de Pergolesi, des polyphonies traditionnelles et des tarentelles napolitaines, quelques chansons (Donna Isabella, La Carpinese) pour une immersion dans l’univers de la Semaine Sainte Ă  Naples. La version restaurĂ©e est celle pour 5 solistes, plus Ă©loquente et thĂ©Ăątrale. Le disque de ce programme inĂ©dit est annoncĂ© chez ICM records en octobre 2018.
L’autre Stabat Mater : le Stabat Mater de PergolĂšse que rĂ©vĂšle Franck Emmanuel Comte Ă©claire la riche et trĂšs intense activitĂ© des sociĂ©tĂ©s de musique Ă  Lyon dĂšs le XVIIIĂš, comme l’AcadĂ©mie du Concert, institution trĂšs ouverte Ă  la mode italienne et donc napolitaine. Partition cĂ©lĂ©brĂ©e dĂšs ses premiĂšres exĂ©cutions, le Stabat mater de PergolĂšse est l’objet de toutes les convoitises et se trouve adaptĂ© selon les effectifs Ă  disposition. La version de l’AcadĂ©mie du Concert est aujourd’hui dĂ©posĂ©e Ă  la BibliothĂšque municipale de Lyon. La partie de l’alto y est confiĂ©e Ă  un baryton, et les sĂ©quences des fugues et du verset « O quam tristes », sont arrangĂ©s pour cinq voix. Le poĂšme latin gagne une nouvelle ampleur, des couleurs inĂ©dites, propice Ă  une cĂ©lĂ©bration opĂ©ratique de la dĂ©ploration de la Vierge confrontĂ©e au sacrifice et Ă  la mort de son Fils. Franck Emmanuel Comte n’en oublie pas pour autant ce qui relĂšve d’un vĂ©ritable voyage mystique, immersion dans le contexte culturel et traditionnel napolitain que Le Concert de l’Hostel Dieu connaĂźt particuliĂšrement pour avoir dĂ©couvert nombre de manuscrits Ă©tonnants dans le Fonds de la BibliothĂšque de Lyon. RĂ©servations et infos

 

 

 

 

 

3 DATES
Vendredi 16 novembre 2018 : Conférence musicale à la BibliothÚque municipale de Lyon (69)
Dimanche 18 novembre 2018 : Chapelle de l’Hîtel-Dieu à Lyon (69)
20 novembre 2018 : Saint John’s Smith Square – Londres (RU)

DURÉE : 1h10 sans entracte

 

 

 PROGRAMME

Giovanni Battista Pergolesi : Stabat Mater, version inĂ©dite issue d’un manuscrit conservĂ© Ă  la BibliothĂšque de Lyon. Polyphonies traditionnelles et tarentelles napolitaines.

DISTRIBUTION
Heather Newhouse, soprano
Anthea Pichanick, contralto
Sebastian Monti, ténor
Romain Bockler, baryton
Guillaume Olry, basse
Le Concert de l’Hostel Dieu
Franck-Emmanuel Comte, orgue et direction

 

 

Le Stabat mater de Pergolesi… un mythe musical. Le Stabat Mater recueille les larmes de Marie au pied de la croix oĂč son Fils a Ă©tĂ© sacrifié  Debout la mĂšre / Stabat mater
 « Debout la mĂšre des douleurs pleurait tout auprĂšs de la croix oĂč son fils agonisait ; et son Ăąme qui gĂ©missait, pleine de deuil et de tristesse, par le glaive fut percĂ©e  »
Plainte dolente et fervente, le texte remonte au XVIĂš, ici mis en musique par deux compositeurs baroques napolitains. Alessandro Scarlatti (en 1724, honorant une commande de la confrĂ©rie des Chevaliers de la Vierge des douleurs), puis le gĂ©nial et mort trop tĂŽt, Pergolesi, qui signe ainsi son testament artistique. L’inspiration est hautement spirituelle voire mystique, inspirĂ© par la souffrance d’une mĂšre, recueillant le corps torturĂ© de son fils

La partition de Scarlatti sera ainsi chantĂ© chaque Vendredi Saint, jusqu’en 1736 Ă  Naples selon le voeu des Chevaliers ; lesquels ensuite, dĂ©sirant un opus plus moderne, passent commande au cadet de Scarlatti, le jeune et dĂ©jĂ  gĂ©nial Pergolesi qui n’a que 26 ans. Avant de mourir, deux mois aprĂšs cette commande, Ă  cause de la Tuberculose, le jeune napolitain livre un chef d’oeuvre pour deux voix solistes et continuo. AprĂšs avoir composĂ© son Stabat, Pergolesi se retire au couvent des Capucines de Puzzuoli.

PERGOLESI / A SCARLATTI : STABAT MATER

stabat mater atelier lyrique de tourcoing annonce concert par classiquenews -1-500x340MARCQ en BAREUIL : STABAT MATER, le 8 nov 2018. L’Atelier Lyrique de Tourcoing propose une mise en perspective de deux Ă©critures baroques distinctes, celles de Pergolesi, jeune auteur gĂ©nial et fulgurant ; d’Alessandro Scarlatti, dĂ©tenteur avent lui d’une tradition vocale et musicale, de premier plan Ă  Naples… Les deux compositeurs ont mis en musique le mĂȘme texte sacrĂ©. Le Stabat Mater recueille les larmes de Marie au pied de la croix oĂč son Fils a Ă©tĂ© sacrifié  Debout la mĂšre / Stabat mater
 « Debout la mĂšre des douleurs pleurait tout auprĂšs de la croix oĂč son fils agonisait ; et son Ăąme qui gĂ©missait, pleine de deuil et de tristesse, par le glaive fut percĂ©e  »

Plainte dolente et fervente, le texte remonte au XVIĂš, ici mis en musique par deux compositeurs baroques napolitains. Alessandro Scarlatti (en 1724, honorant une commande de la confrĂ©rie des Chevaliers de la Vierge des douleurs), puis le gĂ©nial et mort trop tĂŽt, Pergolesi, qui signe ainsi son testament artistique. L’inspiration est hautement spirituelle voire mystique, inspirĂ© par la souffrance d’une mĂšre, recueillant le corps torturĂ© de son fils

La partition de Scarlatti sera ainsi chantĂ© chaque Vendredi Saint, jusqu’en 1736 Ă  Naples selon le voeu des Chevaliers ; lesquels ensuite, dĂ©sirant un opus plus moderne, passent commande au cadet de Scarlatti, le jeune et dĂ©jĂ  gĂ©nial Pergolesi qui n’a que 26 ans. Avant de mourir, deux mois aprĂšs cette commande, Ă  cause de la Tuberculose, le jeune napolitain livre un chef d’oeuvre pour deux voix solistes et continuo. AprĂšs avoir composĂ© son Stabat, Pergolesi se retire au couvent des Capucines de Puzzuoli.
A Marcq en BarƓul, la soprano MaĂŻlys de Villoutreys (notre photo) et le contre-tĂ©nor Paul Figuier incarnent la chair mystique de ce cycle testament, accompagnĂ© par les instrumentistes de La Grande Ecurie et la Chambre du Roy, fondĂ© par le regrettĂ© Jean-Claude Malgoire.
Programme repris le vendredi 12 avril 2019, 20h (Les Rues des Vignes, Abbaye de Vaucelle ; puis Ă  Paris, TCE, dim 14 avril 2019, 11h).

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

STABAT MATER
de Pergolesi et Alessandro Scarlatti
8 nov 2018
12, 14 avril 2019

Jeudi 8 novembre 2018, 20h30
MARCQ EN BARƒUL, Ă©glise du SacrĂ© Coeur

RESERVEZ VOTRE PLACE

 

 

atelier lyrique tourcoing logo_siteTOUTES LES INFOS, les modalités de réservations, les infos pratiques
sur le site de l’Atelier Lyrique de TOURCOING
http://www.atelierlyriquedetourcoing.fr

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

atelier-lyrique-de-tourcoing-saison-2018-2019-saison-par-classiquenews-selection-presentation

 

 

 

 

 

GOZO (Victoria), LA TRAVIATA, 25, 27 octobre 2018

GOZO-ASTRA-traviata-opera-annonce-evenement-lyrique-par-classiquenews-octobre-2018-UNE-HOMEPAGEGOZO (MALTE), LA TRAVIATA, les 25, 27 oct 2018. GOZO, FOYER LYRIQUE FLORISSANT. L’üle sƓur de Malte, GOZO, confirme en octobre 2018, sa vocation lyrique en programmant dans les deux thĂ©Ăątres d’opĂ©ra gozitains, situĂ©s Ă  Victoria, deux productions dĂ©sormais Ă  suivre et Ă  vivre sur place : occasion idĂ©ale pour se familiariser avec le sens de l’accueil et l’hospitalitĂ© des maltais. Deux fleurons du rĂ©pertoire romantique italien tiennent le haut de l’affiche : TOSCA au ThĂ©Ăątre AURORA (Teatru AURORA ou AURORA Opera House) ) le 13 octobre 2018 ; puis l’inusable opĂ©ra de Verdi, son chef d’oeuvre de rĂ©alisme bouleversant d’aprĂšs La dame aux camĂ©lias de Dumas fils, LA TRAVIATA, les 25 et 27 octobre 2018 au Teatro ASTRA.

 

 

 

TOSCA et LA TRAVIATA Ă  GOZO
GOZO, saison lyrique 2018
des deux thĂ©Ăątres d’opĂ©ra
AURORA et ASTRA

 

 

 

ÎLE ET VILLE D’OPÉRA
 La tradition lyrique est une passion naturelle Ă  Gozo, Ăźle de l’archipel maltais, 2Ăš Ăźle des sept que compte le chapelet miraculeux baignant en MĂ©diterranĂ©e (au sud de la Sicile). On sait la carriĂšre internationale que mĂšne le tĂ©nor verdien Joseph Calleja, gloire maltaise du chant actuel. La Valette a dĂ©sormais son festival international de musique baroque (chaque mois de janvier / VOIR notre reportage dĂ©diĂ© au Festival international de musique baroque Ă  La VALETTE / MALTE - Ă©dition 2016). GOZO cultive la passion de l’opĂ©ra comme en tĂ©moignent ses 2 thĂ©Ăątres d’opĂ©ras, toujours bien actifs et qui comptent chacun, son orchestre, ses Ă©quipes, offrant plusieurs productions majeures par saison. Le charme de leur salle respective, Ă  Ă©chelle humaine, leur acoustique qui prĂ©serve la proximitĂ© et l’acuitĂ© sonore ajoutent Ă  la rĂ©ussite de chaque production lyrique. Cette annĂ©e, en octobre 2018, les 2 sites offrent deux visages de femmes : l’une forte, combattante, loyale jusqu’à la mort : TOSCA (de Puccini) au ThĂ©Ăątre AURORA ; la seconde, en quĂȘte de salut et de rĂ©demption au terme d’une vie dissolue et factive : La TRAVIATA (de Verdi), au ThĂ©Ăątre Astra. AURORA, ASTRA : deux visages d’une mĂȘme passion pour le lyrique et qui vie son essor dans la mĂȘme de Victoria (comme la souveraine britannique).

 

 

 

 

—————————————————————————————————————————————————

PUCCINI : TOSCA
Teatru Aurora / AURORA Opera House
Le 13 octobre 2018
RĂ©servation en ligne sur www.teatruaurora.com

 

 

AURORA-teatru-gozo-victoria-theatre-aurora-gozo-pour-tosca-opera-annonce-par-classiquenews-faccata-kazin-1

 

 

pucciniTOSCA, CANTATRICE PIEUSE MAIS FELINE JUSQU’A LA MORT
 Le ThĂ©Ăątre Aurora prĂ©sente Tosca, le classique intemporel de Giacomo Puccini. Tosca est une cantatrice pieuse qui a toujours honorĂ© l’autel de la Vierge, pourtant le destin s’acharne contre elle et son aimĂ©, Mario, peintre fier et rĂ©publicain, qui est arrĂȘtĂ© et torturĂ© par l’infĂąme prĂ©fet de Rome, le baron Scarpia. En rĂ©alitĂ©, l’intrigue est aussi politique
 qu’amoureuse car Scarpia dĂ©vore des yeux la belle Tosca : il marchande les faveurs de la cantatrice pour accepter de libĂ©rer Mario. Mais si Floria Tosca sait manipuler, sĂ©duire et croit tromper le PrĂ©fet, jusqu’à le tuer en une scĂšne saisissante, Scarpia se venge au delĂ  de la mort, provocant aussi, le suicide de la chanteuse. Au final, 3 morts. Puccini rĂ©invente totalement le trio fatal de l’opĂ©ra : soprano, tĂ©nor, baryton. S’inspirant de la piĂšce de Victorien Sardou, il rĂ©invente le langage lyrique car aux cĂŽtĂ©s du relief des 3 protagonistes affrontĂ©s, le compositeur cisĂšle aussi un opĂ©ra climatique oĂč Rome, ses trois lieux (une Ă©glise, un palais, la terrasse du chĂąteau Saint-Ange) compose une Ă©blouissante toile de fond, riche en paysages sonores Ă  couper le souffle. Si La Traviata (lire ci aprĂšs l’opĂ©ra de Verdi Ă  l’affiche du ThĂ©atre Astra) est une femme soumise qui accepte son sacrifice, Tosca est une louve, revendicatrice et combattante
 comme Carmen, jusqu’à la mort.

La production prĂ©sentĂ©e par les Ă©quipes artistiques et techniques du ThĂ©Ăątre Aurora, est magnifiĂ©e par l’écrin de la salle, conçue pour les drames passionnels. Le ThĂ©Ăątre Aurora Ă  Victoria, est un magnifique espace dĂ©diĂ© au spectacle situĂ© Ă  l’intĂ©rieur d’une villa royale du XIXe siĂšcle. La structure a Ă©tĂ© dessinĂ©e par l’architecte Louis Naudi, puis richement dĂ©corĂ©e par le Chevalier Emvin Cremona. Le ThĂ©Ăątre Aurora n’a cessĂ© de programmer chaque saison, plusieurs productions mĂ©morables, depuis son inauguration il y a 42 ans, en 1976. Ici mĂȘme, ont Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©es les productions de Carmen de Georges Bizet (2016), Aida de Verdi (mĂȘme annĂ©e) ou de Madame Butterfly de Giacomo Puccini. Tosca est le spectacle majeur de l’annĂ©e 2018 au ThĂ©Ăątre Aurora, nouvelle expĂ©rience pour le spectateur, promis Ă  un cocktail d’émotions et de sensations inoubliables.

—————————————————————————————————————————————————

 

GOZO-theatre-teatru-ASTRA-opera-La-Traviata-par-classiquenews-coup-de-coeur-de-classiquenews-octobre-2018VERDI : LA TRAVIATA
Les 25 et 27 octobre 2018
Teatru ASTRA
Dans le cadre du Festival Maditerranea 2018

 

GOZO-ASTRA-traviata-opera-annonce-evenement-lyrique-par-classiquenews-octobre-2018-UNE-HOMEPAGE

 

 

GOZO-theatre-teatru-ASTRA-opera-La-Traviata-par-classiquenews-coup-de-coeur-de-classiquenews-octobre-2018VIOLETTA AMOUREUSE SACRIFIÉE
 Le ThĂ©Ăątre Astra invite le metteur en scĂšne Enrico Stinchelli pour proposer une nouvelle production de La Traviata qui se veut mĂ©morable. Comment paraĂźtra la courtisane Ă  Paris, Violetta Valery que ses frasques et une vie dissipĂ©e, malgrĂ© son jeune Ăąge, – pas mĂȘme 20 ans, mĂšnent aux portes de la mort. CondamnĂ©e par la maladie, la jeune prostituĂ©e dĂ©couvre cependant le vĂ©ritable amour, pur, sincĂšre en la personne du jeune Alfredo. Elle qui monnaye son corps et son cƓur, ouvre son Ăąme Ă  une passion qui finit par la terrasser. Car comblĂ©e au delĂ  de tout, la jeune femme doit renoncer Ă  cet amour absolu au nom de la morale bourgeoise, qu’incarne le pĂšre d’Alfredo, Germont, lequel lui demande de se retirer pour ne pas « perdre » l’honneur de la famille. Dans un sacrifice ultime, la dĂ©voyĂ©e maudite gagne son salut.
TEATRU-ASTRA-GOZO-la-traviata-opera-lirical-event-25-27-oct-2018-annonce-critiqueopera-par-classiquenewsEt la morale est sauve. Le drame juste, droit, bouleversant de Dumas fils trouve dans la musique de Verdi, une seconde existence. Et toutes les sopranos dignes de ce nom, lyrique et coloratoure, un rĂŽle taillĂ© pour les plus grandes cantatrices, autant chanteuses qu’actrices. L’équipe artistique de la nouvelle production prĂ©sentĂ©e Ă  Gozo est dirigĂ©e par le chef Joseph Vella.

Les rĂ©servations en ligne et les informations sur l’opĂ©ra et le Festival sont disponibles sur www.teatruastra.org.mt

ModalitĂ©s de rĂ©servation via le numĂ©ro d’assistance +356 21550985 ou par email info@mediterranea.com.mt

ORGANISEZ votre sĂ©jour Ă  Gozo Ă  l’occasion des reprĂ©sentations de TOSCA et de LA TRAVIATA, 13, 25 et 27 octobre 2018
sur le site www.visitgozo.com

https://www.visitgozo.com/fr/quoi-faire/profiter/evenements-annuels/les-operas/

 

 

TEATRU-ASTRA-GOZO-la-traviata-opera-lirical-event-25-27-oct-2018-annonce-critiqueopera-par-classiquenews

 

 

distribution :

 

Violetta Valéry : Miriam Cauchi (Soprano)

Alfredo Germont : Giulio Pelligra (Tenor)

Giorgio Germont : Maxim Aniskin (Baritone)

Flora Bervoix : Oana Andra (Mezzo-soprano)

 

 

 

 

 

 

—————————————————————————————————————————————————

DOCUMENTAIRE : voir le teaser du documentaire dĂ©diĂ© aux 2 thĂ©Ăątres d’opĂ©ra Ă  Victoria, sur l’üle de Gozo (Archipel maltais)
https://www.berlin-producers.de/project/saengerkrieg-im-mittelmeer/

—————————————————————————————————————————————————

 

 

 Approfondir

Lyrique, la tradition musicale Ă  Malte est aussi baroque car chaque dĂ©but d’annĂ©e est marquĂ© par le festival international de musique baroque de La Valette….

 

la-valette-malte-vignette-carreGrand reportage Ă  La Vallette pour le Festival baroque international (Janvier 2016). Depuis 2013, La Vallette capitale de Malte (le plus petit Ă©tat de l’Union EuropĂ©enne) et bientĂŽt capitale europĂ©enne de la culture (en 2018) propose son festival de musique baroque, une programmation enivrante sur deux semaines, en Ă©troite fusion avec les lieux et sites remarquables de la ville, en grande partie Ă©difiĂ©e dans les annĂ©es 1560 par le Chevalier français La Vallette. Le temps du festival maltais, les spectateurs goĂ»tent la finesse et l’engagement d’interprĂštes triĂ©s sur le volet, tout en explorant les multiples offres culturelles, touristiques et gastronomiques de l’üle de Malte. Entre Orient et Occident… VOIR notre REPORTAGE VIDEO 

 

 

 

LILLE, ONL : Mozart, Boieldieu… Les LumiĂšres

logo_ONL_2016LILLE, ONL : Mozart, Boieldieu, les 24, 25 oct 2018. L’Orchestre National de Lille retrouve le chef Jan Willem de Vriend (l’un des 3 chefs associĂ©s Ă©troitement Ă  la vie de l’Orchestre Ă  chaque saison) dans un cycle Ă©clectique qui s’intĂ©resse aux Ă©critures concertantes et dĂ©jĂ  symphoniques de Bach, Boieldieu, Mozart et surtout Rameau
 Pleine immersion dans le bain bouillonnant des LumiĂšres, quand le XVIIIĂš façonne Ă  sa maniĂšre l’évolution de l’écriture pour les instruments.
Outre le Concerto pour harpe de Boieldieu (Ă©crit Ă  Paris en 1801, dans le style viennois, associant virtuositĂ© et raffinement), raretĂ© d’une exceptionnelle Ă©lĂ©gance, l’ONL met en lumiĂšre le feu mozartien et la sensibilitĂ© coloriste d’un Rameau dĂ©cidĂ©ment trĂšs moderne dans son approche et sa conception de l’écriture instrumentale. Les rĂ©vĂ©lations de ce programme sont prometteuses. C’est un volet primordial aux cĂŽtĂ©s des concerts du rĂ©pertoire, prĂ©sentant les Ɠuvres mieux connues des XIXĂš et XXĂš siĂšcles.

Un Rameau mĂ©connu : Les FĂȘtes de PolymnieRAMEAU / MOZART : L’EQUATION MAGICIENNE. Quelle belle idĂ©e de mettre en perspective dans le cadre d’un seul concert, Rameau et Mozart. Le premier apporte toutes les idĂ©es et les couleurs en une Ă©criture qui cĂ©lĂšbre le gĂ©nie de la musique pure ; dans son dernier opĂ©ra Les BorĂ©ades (qu’il ne verra jamais reprĂ©sentĂ© car les rĂ©pĂ©titions sont annulĂ©es au moment de sa mort, le 12 septembre 1764), Rameau « ose » un orchestre somptueux, d’un chromatisme nouveau dont le colorisme et cette sensibilitĂ© nouvelle au paysage atmosphĂ©rique annonce l’impressionnisme de Debussy. Rien de moins. C’est dire le champs expressifs qui s’offre ainsi au travail des instrumentistes de l’orchestre.
Dans Les BorĂ©ades, Rameau imagine les saisons (tempĂȘtes, souffle des vents du nord, incarnĂ©s par le dieu aĂ©rien BorĂ©e et ses fils), mais aussi prend clairement partie pour les prisonniers et les esclaves torturĂ©s (en une scĂšne de torture d’une violence inouĂŻe, oĂč la reine de Bactriane Alphise est malmenĂ©e par BorĂ©e et ses fils, BorilĂ©e et Calisis, Ă  l’acte V
). Dans ses Suites de danses, qui apportent la respiration nĂ©cessaire pour Ă©quilibrer l’architecture de l’opĂ©ra, riche en rebondissements et Ă©preuves diverses, Rameau invente vĂ©ritablement l’autonomie de l’orchestre dans le flux de l’opĂ©ra : la tempĂȘte de l’acte III, qui exprime alors la colĂšre de BorĂ©e (lequel enlĂšve Alphise), le paysage dĂ©vastĂ© qui s’en suit (dĂ©but de l’acte IV) indique l’essor poĂ©tique de l’orchestre, vĂ©ritable acteur du drame, qui permet aussi un parallĂšle Ă©loquent entre l’état de la nature et l’état intĂ©rieur et psychique du hĂ©ros qui est alors en scĂšne (au dĂ©but du IV, c’est Abaris, aimĂ© d’Alpise qui paraĂźt, dĂ©muni, inquiet car il ne voit plus celle qu’il aime et qu’a kidnappĂ© BorĂ©e et sa clique de vents haineux)


En homme des LumiĂšres, Rameau annonce l’engagement des hommes de bonne volontĂ© et aussi ce mouvement de la sensibilitĂ© qui s’intĂ©resse aux modulations de la Nature, en son Ă©ternel et cyclique Ă©ternitĂ©. Le dĂ©fi pour un orchestre d’instruments modernes est de retrouver le style baroque dĂ©jĂ  prĂ©classique et prĂ©romantique (rĂ©solution des ornements, tenue d’archet, ligne mĂ©lodique Ă  partir des temps forts et secondaires, 
). L’expĂ©rience du chef est ici primordiale pour rĂ©ussir ce dĂ©fi de la pratique historiquement informĂ©e, qui infĂ©ode la technicitĂ© Ă  la juste expression.
BOIELDIEU portrait par classiquenews 800px-Fr-Adrien_BoieldieuRare les programmes qui ont l’audace de la mise en perspective, remontant jusqu’au XVIIIĂš, Ă  la (re)dĂ©couverte des compositeurs dont le langage a façonnĂ© aussi l’histoire de l’écriture orchestrale. Ainsi ce concert, exaltant les Ă©critures de JS BACH, BOIELDIEU, MOZART et RAMEAU, rend -t-il hommage Ă  cette pĂ©riode souvent boudĂ©e, oĂč s’est construit l’essor symphonique, prĂ©parant aux grandes Ɠuvres du plein XIXĂš. De sorte que l’on comprend comment tout est nĂ©, dans la 2Ăš moitiĂ© du XVIIIĂš, le siĂšcle des LumiĂšres. Le cas de Boieldieu est emblĂ©matique de ces auteurs mĂ©connus, oubliĂ©s, et pourtant majeurs Ă  leur Ă©poque : bravant les alĂ©as politiques de son Ă©poque (nĂ© sous l’Ancien RĂ©gime, vivant sous la Terreur, cĂ©lĂ©brĂ© durant le Consulat et l’Empire, puis estimĂ© des Bourbons, enfin ruinĂ© par la RĂ©volution de Juillet 1830), Boieldieu illumine cependant le genre opĂ©ra dans les trois premiĂšres dĂ©cennies du XIXĂš, c’es Ă  dire quand perce le gĂ©nie de Rossini (Le Calife de Bagdad crĂ©Ă© en 1800, La Dame blanche de 1825
 les chercheurs et producteurs seraient donc inspirĂ©s de se pencher enfin sur son cas : un pur tempĂ©rament imaginatif, dont le gĂ©nie Ă©clectique, synthĂ©tique mĂȘle premier classicisme, romantisme, hĂ©ritage de Gluck et concurrence des italiens dont Rossini Ă©videmment)


 

 

——————————————————————————————————————————————————

ONL-18-19-saison-VIGNETTE-CARRE-concerts-selection-critique-concerts-par-classiquenewsOrchestre National de Lille
Programme L’Europe des Lumiùres
Mercredi 24 oct 2018, 20h
Jeudi 25 oct 2018, 20h
LILLE, Auditorium du Nouveau SiĂšcle

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.onlille.com/saison_18-19/concert/leurope-des-lumieres/

 

 

BACH
Suite pour orchestre n°3

BOIELDIEU
Concerto pour harpe et orchestre

MOZART
Symphonie n° 35, Haffner

RAMEAU
Les Boréades, suite

ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE
JAN WILLEM DE VRIEND, direction musicale
XAVIER DE MAISTRE, harpe

 

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

MOZART : Symphonie n°35, «  Haffner ». D’une durĂ©e lĂ©gĂšrement supĂ©rieure Ă  
 20 mn, selon les interprĂ©tations et leurs conceptions du tempo, la Symphonie Haffner de Mozart est Ă©crite en juillet 1782, Ă  Vienne, oĂč Wolfgang vient de faire reprĂ©senter l’EnlĂšvement au sĂ©rail, d’une violence et d’une exaltation Ă©motionnelle inouĂŻe. Il s’agissait alors de cĂ©lĂ©brer l’anoblissement de Siegmund Haffner qui avait demandĂ© 6 ans auparavant Ă  Mozart (1776) Ă  Salzbourg, une sĂ©rĂ©nade pour le mariage de sa fille Elisabeth. MalgrĂ© une surcharge de travail, Wolfgang Ă  Vienne livre le 3 aoĂ»t 1782 sa nouvelle symphonie ; c’est la capacitĂ© d’un nouvel Ă©poux, car il vient de se marier, 3 jours auparavant. Dans son plan en quatre parties, Mozart voit grand. Il joint en plus la marche en rĂ© majeur k 408.
Le premier Allegro (con spirito) redouble d’énergie voire de frĂ©nĂ©sie exaspĂ©rĂ©e, tempĂ©rĂ©es ou plutĂŽt canalisĂ©es par une ritournelle finale qui rappelle JS BACH que Mozart vient alors de dĂ©couvrir et d’étudier minutieusement.
L’Andante qui suit, apporte rĂ©confort et sĂ©rĂ©nitĂ© d’une sĂ©rĂ©nade toute imprĂ©gnĂ©e de calme plĂ©nitude dans l’esprit de la musique de chambre.
Le Menuetto Ă  3/4 indique une extension nouvelle, d’une soliditĂ© inĂ©dite qui montre le soin de Mozart pour cet Ă©pisode purement rythmique qui apporte lui aussi dans la succession des caractĂ©risations symphoniques, une dĂ©tente faite Ă©lĂ©gance et expressivitĂ©.
Enfin, le Finale (presto, Ă  2/2), cultive lui aussi l’énergie jaillissante avec une claire rĂ©fĂ©rence Ă  l’air du chef des esclaves Osmin dans l’EnlĂšvement au sĂ©rail (O wie will ich triumphieren : air de victoire des esclavagistes et des tyrans
). Selon Mozart lui-mĂȘme, il convient de jouer aussi vite que possible ce dernier mouvement, comme le premier Allegro doit ĂȘtre aborder avec tout le feu nĂ©cessaire. De toute Ă©vidence, le brio, la lĂ©gĂšretĂ© embrase le tissu orchestral, fait de changements de modulations, d’harmonies et de rythmes changeants et rapides. Le feu dont parle Mozart affirme ici un grand tempĂ©rament symphonique, et l’une des grandes symphonies viennoises de Wolfgang.

 

 

——————————————————————————————————————————————————

PERGOLESI / A SCARLATTI : STABAT MATER

stabat mater atelier lyrique de tourcoing annonce concert par classiquenews -1-500x340MARCQ en BAREUIL : STABAT MATER, le 8 nov 2018. L’Atelier Lyrique de Tourcoing propose une mise en perspective de deux Ă©critures baroques distinctes, celles de Pergolesi, jeune auteur gĂ©nial et fulgurant ; d’Alessandro Scarlatti, dĂ©tenteur avent lui d’une tradition vocale et musicale, de premier plan Ă  Naples… Les deux compositeurs ont mis en musique le mĂȘme texte sacrĂ©. Le Stabat Mater recueille les larmes de Marie au pied de la croix oĂč son Fils a Ă©tĂ© sacrifié  Debout la mĂšre / Stabat mater
 « Debout la mĂšre des douleurs pleurait tout auprĂšs de la croix oĂč son fils agonisait ; et son Ăąme qui gĂ©missait, pleine de deuil et de tristesse, par le glaive fut percĂ©e  »

Plainte dolente et fervente, le texte remonte au XVIĂš, ici mis en musique par deux compositeurs baroques napolitains. Alessandro Scarlatti (en 1724, honorant une commande de la confrĂ©rie des Chevaliers de la Vierge des douleurs), puis le gĂ©nial et mort trop tĂŽt, Pergolesi, qui signe ainsi son testament artistique. L’inspiration est hautement spirituelle voire mystique, inspirĂ© par la souffrance d’une mĂšre, recueillant le corps torturĂ© de son fils

La partition de Scarlatti sera ainsi chantĂ© chaque Vendredi Saint, jusqu’en 1736 Ă  Naples selon le voeu des Chevaliers ; lesquels ensuite, dĂ©sirant un opus plus moderne, passent commande au cadet de Scarlatti, le jeune et dĂ©jĂ  gĂ©nial Pergolesi qui n’a que 26 ans. Avant de mourir, deux mois aprĂšs cette commande, Ă  cause de la Tuberculose, le jeune napolitain livre un chef d’oeuvre pour deux voix solistes et continuo. AprĂšs avoir composĂ© son Stabat, Pergolesi se retire au couvent des Capucines de Puzzuoli.
A Marcq en BarƓul, la soprano MaĂŻlys de Villoutreys (notre photo) et le contre-tĂ©nor Paul Figuier incarnent la chair mystique de ce cycle testament, accompagnĂ© par les instrumentistes de La Grande Ecurie et la Chambre du Roy, fondĂ© par le regrettĂ© Jean-Claude Malgoire.
Programme repris le vendredi 12 avril 2019, 20h (Les Rues des Vignes, Abbaye de Vaucelle ; puis Ă  Paris, TCE, dim 14 avril 2019, 11h).

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

STABAT MATER
de Pergolesi et Alessandro Scarlatti

Jeudi 8 novembre 2018, 20h30
MARCQ EN BARƒUL, Ă©glise du SacrĂ© Coeur

RESERVEZ VOTRE PLACE


 

 

atelier lyrique tourcoing logo_siteTOUTES LES INFOS, les modalités de réservations, les infos pratiques
sur le site de l’Atelier Lyrique de TOURCOING
http://www.atelierlyriquedetourcoing.fr

________________________________________________________________________________________________

 

 

atelier-lyrique-de-tourcoing-saison-2018-2019-saison-par-classiquenews-selection-presentation

 

 

 

 

 

 

 

TOURCOING, Conservatoire : Le Voyage d’hiver de Schubert

TOURCOING, Conservatoire : Le Voyage d’hiver de Schubert, le 25 nov 2018, 15h30. Le baryton Alain Buet chante le cycle de lieder Le Voyage d’hiver de Franz Schubert. Immersion superlative dans l’imaginaire tendre, intime, mĂ©lancolique aussi du compositeur viennois disparu en 1828.

buet-alain-concert-air-annonce-opera-festival

Franz Schubert est l’un des plus grands compositeurs romantiques. Son Ɠuvre Ă©norme englobe tous les domaines, le concerto exceptĂ©. Avec « Marguerite au rouet » d’aprĂšs Goethe, qu’il Ă©crit Ă  l’ñge de 17 ans, il est le crĂ©ateur du lied romantique : la voix et un accompagnement expressif au piano reproduisent en une miniature pleine de vie l’état d’ñme du poĂšte au moment oĂč il composa. Il utilise les formes symphoniques du clacissisme, mais les amplifie Ă  la fois par le dĂ©veloppement et l’expression romantique. Une richesse mĂ©lodique inĂ©puisable qui fait souvent penser Ă  Mozart, une technique de composition favorable aux grands dĂ©veloppements, une harmonie riche en modulations : telles sont les caractĂ©ristiques de son Ɠuvre. Schubert offre l’exemple parfait d’une sensibilitĂ© romantique qui s’exprime sans dĂ©tour.

 

 

Un certain regard — Alain Buet (baryton) / LE POINT DE VUE DE L’INTERPRETE

schubert-franz-schubertiade-concert-annonce-par-classiquenews« Le « Winterreise » ou « Voyage d’hiver » de Franz Schubert pour voix et piano sur les poĂšmes de Wilhelm MĂŒller composĂ© en 1827 est un pur chef-d’Ɠuvre musical romantique qui a largement contribuĂ© Ă  me donner l’envie de m’engager sur la voie du chant. Il m’a fallu une bonne quinzaine d’annĂ©es de rĂ©flexion avant de m’attaquer Ă  ces 24 lieder comme un alpiniste fascinĂ©, paralysĂ© et attirĂ© par la magie d’une montagne.

Le choix du pianiste est d’une grande importance, selon le compagnon, le voyage sera toujours diffĂ©rent ; il est en quelque sorte un premier de cordĂ©e puisque Schubert a fait commencer tous les chants (lieder) du cycle par un prĂ©lude pianistique, les mots du chanteur devant suivre la voie ouverte et fusionner avec la musique pure. David Violi est un magnifique pianiste/poĂšte avec lequel j’ai hĂąte de partager cette aventure pour Jean-Claude Malgoire et le public de Tourcoing.

Les textes de Wilhelm MĂŒller expriment les souffrances causĂ©es par la perte de l’ĂȘtre aimĂ© au travers des 24 poĂšmes qui sont 24 Ă©tats de l’ñme d’un homme en perdition dans le froid de l’hiver. Comment ne pas penser aux sans-abris, aux migrants, aux rĂ©fugiĂ©s, aux exilĂ©s de notre temps auxquels nous dĂ©dierons ce concert. » Alain Buet (baryton).

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

Le Voyage d’hiver de Schubert
Dim 25 nov 2018, 15h30
TOURCOING, Conservatoire

Alain Buet, baryton
David Violi, piano
Winterreise, 24 lieder pour piano et voix (1827)

Franz Schubert (1797-1828) : Winterreise / 24 lieder pour piano et voix, composĂ© en 1827 sur des poĂšmes de Wilhelm MĂŒller

RESERVEZ VOTRE PLACE

sur le site de l’Atelier Lyrique de Tourcoing

GOZO (Victoria), LA TRAVIATA, 25, 27 octobre 2018

GOZO-ASTRA-traviata-opera-annonce-evenement-lyrique-par-classiquenews-octobre-2018-UNE-HOMEPAGEGOZO (MALTE), LA TRAVIATA, les 25, 27 oct 2018. GOZO, FOYER LYRIQUE FLORISSANT. L’üle sƓur de Malte, GOZO, confirme en octobre 2018, sa vocation lyrique en programmant dans les deux thĂ©Ăątres d’opĂ©ra gozitains, situĂ©s Ă  Victoria, deux productions dĂ©sormais Ă  suivre et Ă  vivre sur place : occasion idĂ©ale pour se familiariser avec le sens de l’accueil et l’hospitalitĂ© des maltais. Deux fleurons du rĂ©pertoire romantique italien tiennent le haut de l’affiche : TOSCA au ThĂ©Ăątre AURORA (Teatru AURORA ou AURORA Opera House) ) le 13 octobre 2018 ; puis l’inusable opĂ©ra de Verdi, son chef d’oeuvre de rĂ©alisme bouleversant d’aprĂšs La dame aux camĂ©lias de Dumas fils, LA TRAVIATA, les 25 et 27 octobre 2018 au Teatro ASTRA.

 

 

 

TOSCA et LA TRAVIATA Ă  GOZO
GOZO, saison lyrique 2018
des deux thĂ©Ăątres d’opĂ©ra
AURORA et ASTRA

 

 

 

ÎLE ET VILLE D’OPÉRA
 La tradition lyrique est une passion naturelle Ă  Gozo, Ăźle de l’archipel maltais, 2Ăš Ăźle des sept que compte le chapelet miraculeux baignant en MĂ©diterranĂ©e (au sud de la Sicile). On sait la carriĂšre internationale que mĂšne le tĂ©nor verdien Joseph Calleja, gloire maltaise du chant actuel. La Valette a dĂ©sormais son festival international de musique baroque (chaque mois de janvier / VOIR notre reportage dĂ©diĂ© au Festival international de musique baroque Ă  La VALETTE / MALTE - Ă©dition 2016). GOZO cultive la passion de l’opĂ©ra comme en tĂ©moignent ses 2 thĂ©Ăątres d’opĂ©ras, toujours bien actifs et qui comptent chacun, son orchestre, ses Ă©quipes, offrant plusieurs productions majeures par saison. Le charme de leur salle respective, Ă  Ă©chelle humaine, leur acoustique qui prĂ©serve la proximitĂ© et l’acuitĂ© sonore ajoutent Ă  la rĂ©ussite de chaque production lyrique. Cette annĂ©e, en octobre 2018, les 2 sites offrent deux visages de femmes : l’une forte, combattante, loyale jusqu’à la mort : TOSCA (de Puccini) au ThĂ©Ăątre AURORA ; la seconde, en quĂȘte de salut et de rĂ©demption au terme d’une vie dissolue et factive : La TRAVIATA (de Verdi), au ThĂ©Ăątre Astra. AURORA, ASTRA : deux visages d’une mĂȘme passion pour le lyrique et qui vie son essor dans la mĂȘme de Victoria (comme la souveraine britannique).

 

 

 

 

—————————————————————————————————————————————————

PUCCINI : TOSCA
Teatru Aurora / AURORA Opera House
Le 13 octobre 2018
RĂ©servation en ligne sur www.teatruaurora.com

 

 

AURORA-teatru-gozo-victoria-theatre-aurora-gozo-pour-tosca-opera-annonce-par-classiquenews-faccata-kazin-1

 

 

pucciniTOSCA, CANTATRICE PIEUSE MAIS FELINE JUSQU’A LA MORT
 Le ThĂ©Ăątre Aurora prĂ©sente Tosca, le classique intemporel de Giacomo Puccini. Tosca est une cantatrice pieuse qui a toujours honorĂ© l’autel de la Vierge, pourtant le destin s’acharne contre elle et son aimĂ©, Mario, peintre fier et rĂ©publicain, qui est arrĂȘtĂ© et torturĂ© par l’infĂąme prĂ©fet de Rome, le baron Scarpia. En rĂ©alitĂ©, l’intrigue est aussi politique
 qu’amoureuse car Scarpia dĂ©vore des yeux la belle Tosca : il marchande les faveurs de la cantatrice pour accepter de libĂ©rer Mario. Mais si Floria Tosca sait manipuler, sĂ©duire et croit tromper le PrĂ©fet, jusqu’à le tuer en une scĂšne saisissante, Scarpia se venge au delĂ  de la mort, provocant aussi, le suicide de la chanteuse. Au final, 3 morts. Puccini rĂ©invente totalement le trio fatal de l’opĂ©ra : soprano, tĂ©nor, baryton. S’inspirant de la piĂšce de Victorien Sardou, il rĂ©invente le langage lyrique car aux cĂŽtĂ©s du relief des 3 protagonistes affrontĂ©s, le compositeur cisĂšle aussi un opĂ©ra climatique oĂč Rome, ses trois lieux (une Ă©glise, un palais, la terrasse du chĂąteau Saint-Ange) compose une Ă©blouissante toile de fond, riche en paysages sonores Ă  couper le souffle. Si La Traviata (lire ci aprĂšs l’opĂ©ra de Verdi Ă  l’affiche du ThĂ©atre Astra) est une femme soumise qui accepte son sacrifice, Tosca est une louve, revendicatrice et combattante
 comme Carmen, jusqu’à la mort.

La production prĂ©sentĂ©e par les Ă©quipes artistiques et techniques du ThĂ©Ăątre Aurora, est magnifiĂ©e par l’écrin de la salle, conçue pour les drames passionnels. Le ThĂ©Ăątre Aurora Ă  Victoria, est un magnifique espace dĂ©diĂ© au spectacle situĂ© Ă  l’intĂ©rieur d’une villa royale du XIXe siĂšcle. La structure a Ă©tĂ© dessinĂ©e par l’architecte Louis Naudi, puis richement dĂ©corĂ©e par le Chevalier Emvin Cremona. Le ThĂ©Ăątre Aurora n’a cessĂ© de programmer chaque saison, plusieurs productions mĂ©morables, depuis son inauguration il y a 42 ans, en 1976. Ici mĂȘme, ont Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©es les productions de Carmen de Georges Bizet (2016), Aida de Verdi (mĂȘme annĂ©e) ou de Madame Butterfly de Giacomo Puccini. Tosca est le spectacle majeur de l’annĂ©e 2018 au ThĂ©Ăątre Aurora, nouvelle expĂ©rience pour le spectateur, promis Ă  un cocktail d’émotions et de sensations inoubliables.

—————————————————————————————————————————————————

 

GOZO-theatre-teatru-ASTRA-opera-La-Traviata-par-classiquenews-coup-de-coeur-de-classiquenews-octobre-2018VERDI : LA TRAVIATA
Les 25 et 27 octobre 2018
Teatru ASTRA
Dans le cadre du Festival Maditerranea 2018

 

GOZO-ASTRA-traviata-opera-annonce-evenement-lyrique-par-classiquenews-octobre-2018-UNE-HOMEPAGE

 

 

GOZO-theatre-teatru-ASTRA-opera-La-Traviata-par-classiquenews-coup-de-coeur-de-classiquenews-octobre-2018VIOLETTA AMOUREUSE SACRIFIÉE
 Le ThĂ©Ăątre Astra invite le metteur en scĂšne Enrico Stinchelli pour proposer une nouvelle production de La Traviata qui se veut mĂ©morable. Comment paraĂźtra la courtisane Ă  Paris, Violetta Valery que ses frasques et une vie dissipĂ©e, malgrĂ© son jeune Ăąge, – pas mĂȘme 20 ans, mĂšnent aux portes de la mort. CondamnĂ©e par la maladie, la jeune prostituĂ©e dĂ©couvre cependant le vĂ©ritable amour, pur, sincĂšre en la personne du jeune Alfredo. Elle qui monnaye son corps et son cƓur, ouvre son Ăąme Ă  une passion qui finit par la terrasser. Car comblĂ©e au delĂ  de tout, la jeune femme doit renoncer Ă  cet amour absolu au nom de la morale bourgeoise, qu’incarne le pĂšre d’Alfredo, Germont, lequel lui demande de se retirer pour ne pas « perdre » l’honneur de la famille. Dans un sacrifice ultime, la dĂ©voyĂ©e maudite gagne son salut.
TEATRU-ASTRA-GOZO-la-traviata-opera-lirical-event-25-27-oct-2018-annonce-critiqueopera-par-classiquenewsEt la morale est sauve. Le drame juste, droit, bouleversant de Dumas fils trouve dans la musique de Verdi, une seconde existence. Et toutes les sopranos dignes de ce nom, lyrique et coloratoure, un rĂŽle taillĂ© pour les plus grandes cantatrices, autant chanteuses qu’actrices. L’équipe artistique de la nouvelle production prĂ©sentĂ©e Ă  Gozo est dirigĂ©e par le chef Joseph Vella.

Les rĂ©servations en ligne et les informations sur l’opĂ©ra et le Festival sont disponibles sur www.teatruastra.org.mt

ModalitĂ©s de rĂ©servation via le numĂ©ro d’assistance +356 21550985 ou par email info@mediterranea.com.mt

ORGANISEZ votre sĂ©jour Ă  Gozo Ă  l’occasion des reprĂ©sentations de TOSCA et de LA TRAVIATA, 13, 25 et 27 octobre 2018
sur le site www.visitgozo.com

https://www.visitgozo.com/fr/quoi-faire/profiter/evenements-annuels/les-operas/

 

 

TEATRU-ASTRA-GOZO-la-traviata-opera-lirical-event-25-27-oct-2018-annonce-critiqueopera-par-classiquenews

 

 

distribution :

 

Violetta Valéry : Miriam Cauchi (Soprano)

Alfredo Germont : Giulio Pelligra (Tenor)

Giorgio Germont : Maxim Aniskin (Baritone)

Flora Bervoix : Oana Andra (Mezzo-soprano)

 

 

 

 

 

 

—————————————————————————————————————————————————

DOCUMENTAIRE : voir le teaser du documentaire dĂ©diĂ© aux 2 thĂ©Ăątres d’opĂ©ra Ă  Victoria, sur l’üle de Gozo (Archipel maltais)
https://www.berlin-producers.de/project/saengerkrieg-im-mittelmeer/

—————————————————————————————————————————————————

 

 

 Approfondir

Lyrique, la tradition musicale Ă  Malte est aussi baroque car chaque dĂ©but d’annĂ©e est marquĂ© par le festival international de musique baroque de La Valette….

 

la-valette-malte-vignette-carreGrand reportage Ă  La Vallette pour le Festival baroque international (Janvier 2016). Depuis 2013, La Vallette capitale de Malte (le plus petit Ă©tat de l’Union EuropĂ©enne) et bientĂŽt capitale europĂ©enne de la culture (en 2018) propose son festival de musique baroque, une programmation enivrante sur deux semaines, en Ă©troite fusion avec les lieux et sites remarquables de la ville, en grande partie Ă©difiĂ©e dans les annĂ©es 1560 par le Chevalier français La Vallette. Le temps du festival maltais, les spectateurs goĂ»tent la finesse et l’engagement d’interprĂštes triĂ©s sur le volet, tout en explorant les multiples offres culturelles, touristiques et gastronomiques de l’üle de Malte. Entre Orient et Occident… VOIR notre REPORTAGE VIDEO 

 

 

 

SCEAUX (92), sam 10 nov 2018. TRIO ATANASSOV : Durosoir, Ravel, Bridge


schubertiade-sceaux-leaderboard-18-19-190-800-VIGNETTE-classiquenewsSCEAUX (92), sam 10 nov 2018. TRIO ATANASSOV : Durosoir, Ravel, Bridge
 Voici dĂ©jĂ  la 2Ăš session de la Schubertiade de Sceaux, cycle Ă©vĂ©nement de musique de chambre autour de Schubert, proposĂ©, dĂ©fendu par le Trio Atanassov. AprĂšs une premiĂšre inaugurale, 100% Schubert qui a eu lieu le 13 octobre dernier, – bain enivrant dans l’imaginaire si trouble et tendre de Franz Schubert, les interprĂštes de ce 2Ăš rv Ă  Sceaux, rendent hommage Ă  la musique du compositeur Lucien Durosoir, violoniste et compositeur, qui fut soldat sur le front de la premiĂšre guerre, dont le tempĂ©rament marque les esprits ; une Ɠuvre idĂ©ale qui permet Ă  la Schubertiade de Sceaux de fĂȘter aussi le centenaire de l’Armistice 1918, 
 un certain 11 novembre.

 

La Ville de Sceaux lance sa nouvelle saison musicale : "la Schubertiade"

 

 

 

Le spectacle « Un fil, la vie, un simple fil » rĂ©unit les 3 instrumentistes du Trio Atanassov (Perceval Gilles, Sarah Sultan et Pierre-Kaloyann Atanassov, respectivement violon, violoncelle, piano / cf notre photo), et aussi le comĂ©dien et metteur en scĂšne Alain CarrĂ© pour Ă©voquer l’expĂ©rience de la guerre et des tranchĂ©es vĂ©cue par Lucien Durosoir, Ă  travers sa musique et ses mots (lettres envoyĂ©es du front Ă  sa mĂšre). Des extraits des Carnets de guerre de Maurice MarĂ©chal seront Ă©galement lus en alternance avec les compositions de Lucien Durosoir, mais aussi de Ravel, Schumann, Bridge, Beethoven et YsaĂże.

sceaux la schubertiade de sceaux hotel de ville saison sur classiquenewsUne exposition et une courte confĂ©rence de Luc Durosoir, fils du musicien, qui a retrouvĂ© les Ɠuvres de son pĂšre (que lui-mĂȘme refusait de publier) au dĂ©but du XXIĂšme siĂšcle, enrichissent l’apport du concert. Pluridisplinaire et gĂ©nĂ©reuse, l’offre de La Schubertiade de Sceaux croise musique, histoire, littĂ©rature afin d’honorer l’Ɠuvre d’un virtuose marquĂ© par la monstruositĂ© de la guerre, qui, aprĂšs sa dĂ©mobilisation, dĂ©cida de se retirer du monde pour composer. Tout un symbole.

 

 

Sur le front, le matricule 4857
durosoir lucien violon portrait annocne concert par classiquenewsEau chaude en guise de cafĂ©, pain sec, lever matinal Ă  4h et demi
 Rester immobile, quel que soit le temps. Attendre. Observer, se cacher
 « Il ne faut pas ĂȘtre maniaque, devenir trĂšs dur, simple et endurant, telle est la devise Ă  laquelle il faut s’efforcer. Par endurant, je ne dis pas seulement lutter contre la fatigue, mais aussi le climat froid et la pluie « . Le soldat sur le front Ă©crit couchĂ© car pas de table ni de chaise
 sa vie est dure, terne ; c’est Ă  Caen en 1914, au moment oĂč il apprend entre autres la mort du compositeur AlbĂ©ric Magnard, tuĂ© par les allemands
 « Il a Ă©tĂ© fusillĂ© dans sa maison de Baron parce qu’il avait tirĂ© deux Uhlans qui enfonçaient sa grille. C’est sĂ»rement une grande perte pour nous », Ă©crit Lucien Durosoir – matricule 4857, dans son « cher carnet » 
Peu Ă  peu, aprĂšs avoir Ă©tĂ© un temps (premier) impressionnĂ©, le soldat s’habitue Ă  la proximitĂ© avec les cadavres : «  je veillerai dans la nuit au milieu des cadavres comme cela arrive souvent, sans mĂȘme y songer ».
Et comme pour se donner du courage : ”Certainement la guerre est le plus Ă©pouvantable des flĂ©aux, mais il faut la subir et nous n’y pouvons rien, et dans le cas prĂ©sent nous dĂ©fendons notre pays, nos libertĂ©s et l’amour de notre race”.  Le quotidien est terrible ; le goĂ»t de la guerre, Ă  vomir. Insupportable mais inĂ©vitable. Tel est la vie du soldat Durosoir, en un temps foudroyĂ© et glaçant, que les extraits musicaux enrichissent et colorent tout au long de la reprĂ©sentation. Dans la dĂ©termination et dans l’espoir. C’est un humanisme admirable : « Certes, je ne puis savoir ce que le sort me rĂ©serve, mais si je venais Ă  disparaĂźtre, ce Ă  quoi il ne faut pas penser, songe que ce sacrifice, que bien d’autres que moi ont consenti, a Ă©tĂ© fait pour sauver notre pays et les enfants, c’est-Ă -dire l’avenir, c’est pour eux que nous avons supportĂ© tant de souffrances. Il faudrait donc t’intĂ©resser Ă  des enfants, Ă  des musiciens, occupe-toi et soutiens des jeunes violonistes, cela occupera ta vie et sera une façon de me prolonger
 «  Ă©crit-il Ă  sa mĂšre.

  

 

SCEAUX (92), HĂŽtel de ville
Samedi 10 novembre 2018, 17h30
RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.schubertiadesceaux.fr/un-fil-la-vie-un-simple-fil-10-novembre-2018/

 
 

 

  Liste des oeuvres musicales jouées pendant le spectacle :

Eugùne Ysaÿe : “Obsession” (1923), extrait de la Sonate pour violon seul N°2
Maurice Ravel : “Pantoum” , 2ùme mouvement du Trio en la (1914)
Lucien Durosoir : 1er mouvement du Trio en si mineur (1926-27)
Frank Bridge : 2Úme et 3Úme mouvements du Trio n°2 (1929)
Robert Schumann :  ”l’oiseau prophĂšte” extrait des “ScĂšnes de la forĂȘt”
Ludwig van Beethoven : 4Úme mouvement de la Sonate op.30 n°2 pour violon et piano
Robert Schumann : 2Úme et 3Úme mouvement du trio N° 1 en ré mineur
Lucien Durosoir : 2Ăšme et 3Ăšme mouvements du Trio en si mineur
Lucien Durosoir : “priùre à Marie” (1949) pour violon et piano
 

 
 

 
 

 

 

LIRE notre compte-rendu du concert du 13 octobre 2018 : Programme Schubert par le Trio Atanassov / La Schubertiade de Sceaux
http://www.classiquenews.com/compte-rendu-concert-sceaux-92-le-13-octobre-2018-la-schubertiade-de-sceaux-recital-schubert-trio-atanassov/

VISITEZ le site du Trio Atanassov : www.trioatanassov.com

https://www.trioatanassov.com

LIRE aussi notre prĂ©sentation gĂ©nĂ©rale de la saison musicale La Schubertiade de Sceaux 2018 – 2019 et ses 6 concerts Ă©vĂ©nements.