CONSERVATOIRES. L’action sociale de nos conservatoires, minorĂ©e, mĂ©connue. Le PrĂ©sident de la FFEA rĂ©agit et dĂ©fend le rĂŽle et les rĂ©sultats des Conservatoires français


new-logoCONSERVATOIRES. L’action sociale de nos conservatoires, minorĂ©e, mĂ©connue. Le PrĂ©sident de la FFEA rĂ©agit et dĂ©fend le rĂŽle et les rĂ©sultats des Conservatoires français
 Dans un Ă©dito relayĂ© ce jour par les medias spĂ©cialisĂ©s, le PrĂ©sident de la FFEA FĂ©dĂ©ration française de l’enseignement artistique dĂ©fend le rĂŽle et les rĂ©sultats des conservatoires en France


LE MOT DU PRESIDENT DE LA FFEA
André PEYREGNE

« Lettre ouverte au Figaro
Le monde de l’enseignement musical a Ă©tĂ© sidĂ©rĂ© et consternĂ© d’apprendre par le titre d’un article du « Figaro » en pleine page, le 8 octobre 2019, que les « Conservatoires ne donnent plus le la ».
Le Figaro qui prĂ©tend que les conservatoires ont perdu le la aurait-il, lui, perdu le Nord ? Ne voit-il pas dans les conservatoires ce rĂ©seau d’établissements jeunes et dynamiques, friands d’avenir en mĂȘme temps que transmetteurs de patrimoine, renouvelant leurs mĂ©thodes pĂ©dagogiques, ouverts Ă  toutes les musiques (de la classique aux actuelles et extra-europĂ©ennes), accueillant jeunes et adultes de toutes origines, pratiquant plus que tout autre le vivre-ensemble, se prĂ©occupant des personnes en situation de handicap, nouant des liens privilĂ©giĂ©s avec l’Éducation Nationale et l’Université ?
L’article du Figaro met en exergue Demos. Nous approuvons, Ă©videmment, l’action sociale de DĂ©mos. Nous la pratiquons depuis longtemps, Ă  l’instar de l’association « Orchestres Ă  l’école » ignorĂ©e dans l’article, qui totalise 1300 orchestres Ă  travers la France. Nous nous adressons Ă  des centaines de milliers d’élĂšves.

J’invite le Figaro Ă  venir assister au congrĂšs national annuel de la FĂ©dĂ©ration Française de l’Enseignement Artistique le 12 novembre Ă  9 heures la SACEM Ă  Paris.
Cette FĂ©dĂ©ration, forte de quelque 650 conservatoires et Ă©tablissements Ă  travers la France, est affiliĂ©e Ă  l’European Music School Union qui concerne 6000 conservatoires et plus de 4 millions d’élĂšves en Europe et dont le prĂ©sident est un Français, Philippe Dalarun.

J’invite en mĂȘme temps les enseignants Ă  venir nombreux Ă  ce congrĂšs afin de montrer Ă  tous le dynamisme de nos Ă©tablissements. (Le congrĂšs est ouvert Ă  tous, non aux seuls adhĂ©rents de la FĂ©dĂ©ration). Dans le mĂȘme esprit, je les invite aussi Ă  participer Ă  la Nuit des conservatoires le vendredi 31 janvier.

Tout cela pour prouver au Figaro et aux autres que nos conservatoires continuent plus que jamais Ă  donner le la.

André PEYREGNE
Président de la FFEA
FĂ©dĂ©ration française de l’enseignement artistique »

PLUS D’INFOS sur le site de la FFEA : http://www.federation-ffea.fr

La 7Ăšme de Mahler par l’ONL / Alexandre Bloch

mahler-alexandre-bloch-orchestre-national-de-lille-annonce-critique-classiquenewsPARIS ce soir. MAHLER : symphonie n°7Ăš. ONL, A BLOCH. C’est la plus mystĂ©rieuse des symphonies de Mahler et, pour beaucoup, l’une des plus attachantes. CrĂ©Ă©e Ă  Prague en 1908, la Symphonie n°7 , avec la 5Ăš et 6Ăš, compose la trilogie symphonique purement instrumentale et la plus autobiographique de Mahler. Alexandre BLOCH et le NATIONAL DE LILLE poursuivent ainsi leur odyssĂ©e symphonique mahlĂ©rienne... Dans le 7Ăšme symphonie, les forces de la nature, divine, mystĂ©rieuse ; celles du destin impĂ©nĂ©trable 
 se mĂȘlent et fusionnent en un maelstrom des plus spectaculaire, exigeant de la part des instrumentistes, des alliages et des combinaisons de timbres inĂ©dits alors.
Cinq parties symĂ©triques y rythment ainsi un vaste parcours intime oĂč en miroir les deux “Nachtmusik” / « Nocturnes », vraies divagations oniriques et personnelles, (qui donnent Ă  la symphonie le surnom de “Chant de la nuit”) dĂ©veloppent une sorte de mĂ©ditation qui prolonge tout ce qu’a pu expĂ©rimenter auparavant Beethoven dans ses Sonates pour piano ; d’abord, temps suspendu, extatique, d’oubli et de rĂȘverie ; puis conversation enchantĂ©e, enivrĂ©e entre guitare et mandoline. Dans la 7Ăš, Mahler rĂ©invente le langage orchestral, sa prodigieuse palette de couleurs et de timbres, ses silences aussi, comme sa conception Ă©tagĂ©e et spatialisĂ©e. Sans omettre ses rĂ©fĂ©rences directs et concrĂštes Ă  l’élĂ©ment animal auquel depuis la 3Ăš il confĂšre une conscience particuliĂšre : le Finale, tempĂ©tueux, fait entendre un gigantesque carillon de
 cloches Ă  vaches !

 

 

________________________________________________________________________________________________

PARIS, Philharmonie, 20h30boutonreservation
ce soir samedi 19 octobre 2019

INFOS sur le site de l’ONL / Orchestre national de LILLE : https://www.onlille.com/saison_19-20/concert/chant-de-la-nuit-symphonie-n7/

Programme repris Ă  LiĂšge puis Courtrai :

Paris Philharmonie de Paris – Samedi 19 octobre 20h30
‹Liùge Salle Philharmonique – Jeudi 24 octobre 20h
Infos et réservations : 0032 42 20 00 00 ou www.oprl.be
‹Courtrai Schouwburg – Vendredi 25 octobre 20h15
Infos et réservations : 0032 56 23 98 55 ou www.wildewesten.be

 

________________________________________________________________________________________________

Approfondir : la 7Ú expliquée par le chef :
La 7eme de Mahler expliquée par Alexandre Bloch et à sa maniÚre :
https://youtu.be/SmOiy596VnY

 

Les Symphonies de MAHLER sur la chaüne youtube de l’ONL Orchestre national de Lille

Retrouvez toutes les symphonies de Mahler sur la chaüne Youtube ONLille jusqu’en avril 2020. Actuellement en ligne : Symphonies 1, 2, 3, 4, 5, 6 et 7.

 

 

MAHLER-GUSTAV-SYMPH-7-annonce-concert-critique-classiquenews-Arnold_Bocklin_-_Pan_im_Schilf_(1857)

 

 

Arnold Böcklin : PAN (DR)

________________________________________________________________________________________________

 

 

DOSSIER SPÉCIAL 7ù symphonie de Mahler 

Symphonie d’un destin

 

mahler gustav profil gustav mahler classiquenewsMahler nous laisse un cycle de 10 symphonies parmi les plus dĂ©concertantes, les plus visionnaires jamais Ă©crites. La DixiĂšme est restĂ©e Ă  l’état d’esquisses. A l’heure oĂč Picasso rĂ©volutionne le langage pictural (Les Demoiselles d’Avignon, 1907), Mahler indique de nouvelles perspectives, poĂ©tiques, musicales, philosophiques aussi pour l’orchestre. Aux cĂŽtĂ©s d’une Ă©criture autobiographique qui exprime ses angoisses et ses aspirations, en particulier les Ă©pisodes d’une existence tragique, se prĂ©cise peu Ă  peu le dĂ©sir des hauteurs, un Ă©lan mystique dont l’arc tendu de la priĂšre appelle apaisement et sĂ©rĂ©nitĂ©. Dans l’écriture, chaque symphonie est un dĂ©fi pour les musiciens. Mahler y repousse progressivement les limites et les horizons de la forme classique.

Ce sont aussi l’usage particulier des timbres, le recours aux percussions, la couleur grimaçante des certains bois, la douleur, l’amertume voire l’aigreur. L’orchestre de Mahler palpite en rĂ©sonance avec le cƓur meurtri, durement Ă©prouvĂ© d’un homme frappĂ© par le destin, mais il reconstruit aussi, un lien avec les mouvements et le souffle de la divine et mystĂ©rieuse Nature. Une nature rĂ©confortante dont il cherchait chaque Ă©tĂ©, la proximitĂ© et la contemplation, deux Ă©lĂ©ments propices Ă  l’écriture. Le lien au motif naturel s’exprime aussi dans la prĂ©sence rĂ©currente des animaux.

Porté par la divine Nature
Le propre de la 7 Ăšme symphonie de Mahler est peut-ĂȘtre de ne prĂ©senter d’un premier abord aucune unitĂ© de plan. Cinq morceaux en guise de dĂ©veloppement progressif, avec au cƓur du dispositif, le scherzo central, encadrĂ© par deux « nachtmusiken » / nocturne. Pourtant, il s’agit bien d’un massif exceptionnel par ses outrances sonores, ses combinaisons de timbres, son propos original, certes pas narratif ni descriptif

PlutĂŽt affectif et passionnel, dont la texture mĂȘme, extrĂȘmement raffinĂ©e, souhaite exprimer un sentiment d’exacerbation formelle et mĂȘme d’exaspĂ©ration lyrique. Un sentiment dans lequel Mahler dĂ©sire faire corps avec la Nature, une nature primitive et imprĂ©visible, constituĂ©e de forces premiĂšres et d’énergie vitale que le musicien restitue Ă  la mesure de son orchestre.
Fait important parce que singulier dans son Ɠuvre, Ă  l’étĂ© 1904 oĂč il aborde la composition de cette montagne sonore, Mahler est dans l’intention de terminer sa 6 Ăšme symphonie, or, ce sont en plus de la dite symphonie, les deux nachtmusiken qui sortiront de son esprit. Ces deux mouvements originaux Ă  partir desquels il structurera les volets complĂ©mentaires pour sa 7Ăšme symphonie, achevĂ©e Ă  l â€˜Ă©tĂ© 1905, Ă  Mayernigg.

Les excursions dans le Tyrol du Sud lui sont favorables. Le contact avec l’élĂ©ment naturel et minĂ©ral, en particulier des Dolomites, lui fait oublier la tension de l’activitĂ© Ă  l’OpĂ©ra de Vienne dont il est le directeur. L’intĂ©gralitĂ© de sa 7Ăšme symphonie est achevĂ©e le 15 aoĂ»t 1905.
La partition sera crĂ©Ă©e sous la direction du compositeur Ă  Prague au mois de septembre 1908. L’accueil dĂšs la crĂ©ation est des plus mitigĂ©s. La courtoisie des critiques et des commentaires, y compris des amis et proches, des disciples et confrĂšres du musicien, dont Alban Berg et Alexandre von Zemlinsy, Oskar Fried et Otto Klemperer, prĂ©sents Ă  la crĂ©ation, ne cachent pas en dĂ©finitive une profonde incomprĂ©hension.
Le fil dĂ©cousu de l’Ɠuvre, son sujet qui n’en est pas un, l’effet disparate des cinq mouvements, ont dĂ©concertĂ©. Et de fait, la 7Ăšme symphonie sans thĂšme nettement dĂ©veloppĂ©, sans matiĂšre grandiose, clairement explicitĂ©e (en apparence), demeure l’opus le moins compris, le moins apprĂ©ciĂ© de l’intĂ©grale des symphonies. D’ailleurs, le premier enregistrement date de 1953 !

Journal symphonique
Il y a certes le sentiment de la fatalitĂ© et de la tragĂ©die, surtout dĂ©veloppĂ© dans le premier mouvement, Langsam puis allegro con fuoco. Il y a aussi les relans d’amertume et de cynisme acides, les grimaces et les crispations d’un destin marquĂ© par la souffrance et la perte, le deuil et les Ă©checs.
Mais ce qui est imprime Ă  l’ensemble, et lui donne son unitĂ© de tons et de couleurs, c’est la vitalitĂ© agissante, le sentiment d’un orgueil qui fait face, une dĂ©termination qui veut Ă©pouser coĂ»te que coĂ»te, les aspĂ©ritĂ©s de la vie.
A cela s’ajoute, l’éveil du sentiment naturaliste, la contemplation des montagnes et des cimes. Entre deux ascensions, entre le premier mouvement et l’ultime rondo, Mahler, le voyageur, s’octroie plusieurs pauses, pleinement fĂ©condes dans la douce Ă©vocation des nachtmusiken.
On sait qu’il Ă©tait alors sous l’inspiration d’une contemplation Eichendorffienne (murmures et romantisme de la seconde Nachtmusik), surtout comme il l’a Ă©crit lui-mĂȘme, il est habitĂ© par le souffle cosmique, la recherche d’un oxygĂšne au delĂ  de la vie terrestre, la perception d’un autre monde qui puisse lui transmettre la volontĂ© d’affronter l’existence et de poursuivre son Ɠuvre. Il s’agit de communier avec la nature primitive, de l’embraser toute entiĂšre, dans sa totalitĂ© Ă©nigmatique et foudroyante.

L’esprit de Pan et chant du cosmos

MAHLER-GUSTAV-SYMPH-7-annonce-concert-critique-classiquenews-Arnold_Bocklin_-_Pan_im_Schilf_(1857)Il s’agit moins ici d’un conflit de forces opposĂ©es, que l’expression quasi orgiaque, libĂ©ratrice des Ă©nergies fondatrices de la nature. Accord recherchĂ© avec la vibration de l’univers, recherche d’une expression inĂ©dite et personnelle qui invoque l’esprit de Pan, que l’auteur a lui-mĂȘme Ă©voquĂ© pour expliquer la richesse plurielle de sa musique, ou plutĂŽt communion avec le rythme dionysiaque d’un temps nouveau, recomposĂ©. Disons que la profusion des rythmes, des timbres, des couleurs affirment au final, une vision totalement nouvelle des horizons musicaux.
S’il y a une empreinte incontestable du destin, de sa force contraignante et barbare, il y aussi grĂące Ă  l’élan propre Ă  la musique de Mahler, l’affirmation de plus en plus Ă©clatant d’une restructuration active. A mesure qu’il absorbe dans l’orchestre, la rĂ©sonance du chaos, Mahler semble recomposer au mĂȘme moment, le chant du cosmos. La dĂ©structuration apparente s’inverse Ă  mesure que le principe symphonique s’accomplit. Un magma de puissances telluriques se cabre et danse ici (Scherzo).

Musique, matiĂšre cathartique
Musique audacieuse et mĂȘme rĂ©volutionnaire, et sans Ă©quivalent Ă  son Ă©poque, et dans le restant de l’Ɠuvre, la 7Ăšme symphonie n’en finit pas de nous interroger sur la maniĂšre de l’approcher. Tout y est contenu des sentiments mahlĂ©riens, rictus, aigreurs, pollutions et poisons, dĂ©rision, ironie et fausse innocence mais aussi, -surtout-, rĂ©gĂ©nĂ©rescence Ă  l’Ɠuvre dans la matiĂšre sonore, ici d’autant plus fascinante qu’elle est dans la 7 Ăšme, d’une Ă©poustouflante diversitĂ©, d’une subtile complexitĂ© (mandoline, harpe et guitare tissent dans le second Nachtmusik, plusieurs mĂ©lodies Ă©nigmatiques dont Schönberg gardera le souvenir)


Au sein de l’intĂ©grale des symphonies de Mahler, ce volet est l’une des expĂ©riences les plus captivantes. Et le geste du chef, qui doit y brasser l’olympien et le dyonisiaque, le diabolisme et le lumineux, la dĂ©sespĂ©rance ironique et la pure joie, a le dĂ©fi de s’y rĂ©vĂšle des plus Ă©loquents !

REQUIEM de MOZART par TEODOR CURRENTZIS

CURRENTZIS-TEODOR-chef-maestro-reusiem-mozart-concert-paris-classiquenews-cd-critique-classiquenewsPARIS, ChĂątelet. MOZART : Requiem, dim 27 oct 2019, 15h. T CURRENTZIS. Chef iconoclaste et iconique de la nouvelle gĂ©nĂ©ration des baroqueux audacieux, le grec Teodor Currentzis s’est imposĂ© par une radicalitĂ© artistique qui prolonge un Harnoncourt. Sa trilogie des opĂ©ras de Mozart / Da Ponte en tĂ©moigne. Comme dans un rĂ©pertoire plus rĂ©cent, sa 6Ăš de Mahler, dĂ©tone autant qu’elle convainc. Chez Mozart, saisit la fulgurance de vagues chorales, le quatuor dramatique, opĂ©ratique des chanteurs solistes et surtout avant l’ùre romantique, le voile de la mort. Il y faut une clartĂ© absolue et aussi la gravitĂ© du lugubre qui saisit. Cet alliage a fait la rĂ©ussite des meilleures lectures.

Teodor Currentzis fonde en 2004 l’Orchestre MusicAeterna, collectif sur instruments d’époque, auquel il adjoint le ChƓur MusicAeterna, puis en 2018 ChƓur MusicAeterna Byzantina ; ce qui permet d’aborder des Ɠuvres ambitieuses pour grand effectif dont Ă©videmment la musique sacrĂ©e.
Dans cette version du Requiem de Mozart, sujet d’une tournĂ©e de l’automne 2019 qui mĂšne les artistes de Russie en Europe (France, Allemagne, GrĂšce
), le chef imprĂ©visible cĂšde aux combinaisons ailleurs « douteuses », aux collages hasardeux : spĂ©cificitĂ© du ChƓur MusicAeterna, les hymnes byzantins sont intĂ©grĂ©s au massif mozartien
 au risque d’en rompre l’élan global, l’unitĂ© et la cohĂ©rence interne ? On a vu qu’une telle expĂ©rience s’est rĂ©vĂ©lĂ©e plutĂŽt malheureuse et nĂ©gative dans le cas du dernier festival d’Aix (Requiem par RaphaĂ«l Pichon). Le Maestro intĂšgre ici des chants byzantins traditionnels Ă  la partition de Mozart. Une rĂ©interprĂ©tation audacieuse ou dĂ©concertante du Requiem de Mozart. A chacun de juger dimanche prochain.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

PARIS, ChĂątelet : REQUIEM de MOZARTboutonreservation
Dimanche 27 octobre 2019 Ă  15h
MusicAeterna
Teodor Currentzis

Sandrine Piau, soprano
Paula Murrihy, mezzo-soprano
Sebastian Kohlhepp, ténor
Evgeny Stavinsky, basse

Orchestre MusicAeterna
ChƓur MusicAeterna
ChƓur MusicAeterna Bizantina

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Pour justifier cette mise en dialogue des choeurs byzantins et de la musique du dernier Mozart, Teodor Currentzis précise :
Je pense que la musique ancienne d’Orient nous permet de voir la musique en gĂ©nĂ©ral d’un point de vue diffĂ©rent. La musique orthodoxe grecque prend son origine dans cette musique ancienne, oĂč on ne dit pas «je chante», mais oĂč on utilise le mot « ψαλλω », « un psaume ». Il s’agit d’une façon tout Ă  fait diffĂ©rente de communiquer, avec un but diffĂ©rent. ».

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi notre critique du cd 6Ăš de MAHLER par Teodor Currentzis
https://www.classiquenews.com/cd-evenement-critique-mahler-symphonie-n6-musicaeterna-teodor-currentzis-moscou-juillet-2016-1-cd-sony-classical-clic-de-classiquenews-de-decembre-2018/

LIRE aussi notre critique du cd 6Ăš de TCHAIKOVSKI par Teodor Currentzis
http://www.classiquenews.com/cd-compte-rendu-critique-tchaikovski-symphonie-n6-pathetique-musicaeterna-teodor-currentzis-1-cd-sony-classical-2015/

LIRE aussi notre critique de la Trilogie MOZART par Teodor Currentzis : http://www.classiquenews.com/cd-mozart-cosi-fan-tutte-kassian-currentzis-2013/

PARIS, ce soir. Impressions d’Italie… Jean-Philippe Sarcos et l’orchestre LE PALAIS ROYAL

SARCOS orchestre du palais royal programme concert annonce critique classiquenews MYL1744-MylĂšne-Natour-300x300PARIS, ce soir, 18 oct 2019. Inspirations italiennes. JP SARCOS, C TROTTMANN, Haendel et Mozart. Dans un lieu historique au riche patrimoine musical Ă  Paris (Salle historique du premier conservatoire), le chef Jean-Philippe Sarcos interroge le style italien dans l’écriture de Haendel et Mozart ; le premier inspirant mĂȘme le second 
 En octobre 2019, Le Palais royal et Jean-Philippe Sarcos invitent dans un programme Haendel et Mozart, la jeune soprano, Catherine Trottmann nouvelle Ă©toile du chant français. Les Ɠuvres choisies rendent hommage au bel esprit italien, ce goĂ»t de la mĂ©lodie et des harmonies lumineuses voire solaires. La souriante pĂ©ninsule mĂ©diterranĂ©enne a façonnĂ© ainsi  « une musique colorĂ©e, contrastĂ©e, Ă©vidente, Ă©clatante », oĂč « le chant est premier, oĂč la mĂ©lodie dicte ses lois Ă  l’harmonie, au contrepoint, Ă  l’architecture musicale mĂȘme. »

De Haendel Ă  Mozart

Suavité et virtuosité italiennes

Ainsi les deux compositeurs retenus ne sont-ils pas Ă©trangers dans ce creuset musical et esthĂ©tique de premier plan : « dans leur jeunesse, Haendel et Mozart Ă©tudient en Italie. Toute leur vie leur musique gardera l’empreinte des couleurs romaines et le rythme du style italien ».

Catherine Trottmann, Jean-Philippe Sarcos et l’orchestre Le Palais royal interprĂštent ainsi les Ɠuvres les plus italiennes de Haendel et Mozart. Ils ne se sont pas connus car Haendel meurt alors que Mozart n’a que 3 ans. Comme cela sera le cas des Ɠuvres de JS BACH, les partitions de HAENDEL frappent profondĂ©ment le jeune MOZART : il y dĂ©tecte une habiletĂ© virtuose dans la finesse des mĂ©lodies, la science des masses chorales, la construction et le dĂ©veloppement d’un air. De toute Ă©vidence les operas serias et surtout les oratorios de Haendel ont agi positivement dans l’inspiration et la maturation du style mozartien. On les retrouve dans ce programme qui mĂȘle nervositĂ© expressive de l’orchestre, et souplesse d’un chant acrobatique et sensuel. D’ailleurs, la Messe en ut mineur (« Laudamus te »), comme la virtuositĂ© Ă©poustouflante du motet « Exultate, jubilate » en tĂ©moignent aujourd’hui ; de Haendel Ă  Mozart, circule une mĂȘme Ă©lĂ©gance mĂ©lodique, explicitement italienne…

 

 

Les citations sont empruntées à la présentation du programme sur le site du Palais royal.

________________________________________________________________________________________________

PARIS, Salle historique du Premier Conservatoire

Jeudi 17 octobre 2019, 20h30boutonreservation
Vendredi 18 octobre 2019, 20h30

Catherine TROTTMANN, soprano
Orchestre Le Palais royal – Jean-Philippe SARCOS, direction

 

 

PLAN D’ACCES
https://www.google.com/maps/place/Conservatoire+national+supĂ©rieur+d’art+dramatique/@48.8726146,2.3469383,15z/data=!4m5!3m4!1s0x0:0x42e986c66536d365!8m2!3d48.8726146!4d2.3469383

 

RESERVATION
https://www.weezevent.com/inspirations-italiennes-oct2019

 

Salle historique du premier conservatoire de Paris
2 bis rue du Conservatoire – 75009 Paris
________________________________________________________________________________________________

Programme détaillé

 

Georg Friedrich HAENDEL (1685-1759)
‱ Salomon : ArrivĂ©e de la reine de Saba (3â€Č)
‱ Joshua : Air « O had I Jubal’s lyre » (2’30)
Le Messie : « Rejoice » (4’30)

‱ Concerto grosso, Op. 6 No. 10 : extrait (5â€Č)

‱ Giulio Cesare : Air « PiangerĂł la sorte mia » (7â€Č)
‱ Giulio Cesare : Air « Da Tempeste » (6â€Č)

Wolfgang Amadeus MOZART (1756-1791)

‱ Messe en ut mineur, K. 427 : « Laudamus te » (5â€Č)

‱ Symphonie n°29, K. 201 (23â€Č)

‱ Motet Exsultate jubilate, K. 165 (15â€Č)

 

 

Orchestre du Palais-Royal : Impressions d'Italie, de Haendel Ă  Mozart

________________________________________________________________________________________________

PLUS D’INFOS SUR LE SITE du Palais royalJean-Philippe Sarcos, direction
http://le-palaisroyal.com

 

 

Crédit photos : © MylÚne Natour / Le Palais royal

 

 

 

 

 CD

 

 

A l’automne 2019, Le Palais royal / Jean-Philippe Sarcos font paraĂźtre un nouveau cd dĂ©diĂ© au souffle crĂ©ateur des hĂ©ros : BEETHOVEN et MOZART. LIRE ici la critique complĂšte de l’album (enregistrĂ© en 2015 dans la salle de concert du premier Conservatoire de Paris) – CLIC de classiquenews du mois d’octobre 2019 :

Orchestre Le Palais royal. Jean-Philippe Sarcos, direction (1 cd 2015).

temps-des-heros-beethoven-mozart-palais-royal-orchestre-jean-philippe-sarcos-cd-annonce-critique-classiquenewsCD, critique. LE TEMPS DES HEROS. BEETHOVEN / MOZART. Orchestre Le Palais royal. Jean-Philippe Sarcos, direction (1 cd 2015). Le « Temps des hĂ©ros » : c’est Ă  dire Mozart et Beethoven. Le premier fait vibrer les cƓurs et expriment comme nul autre avant lui, la passion et les sentiments humains, avec cette tendresse particuliĂšre pour les femmes ; le second crĂ©e l’orchestre du futur ; les deux dĂ©finissent le romantisme et la modernitĂ© en musique ; ils sont d’ailleurs les premiers aussi Ă  se penser « crĂ©ateurs », et non plus serviteurs. Jean-Philippe Sarcos a donc bien raison de souligner leur Ă©toffe de « hĂ©ros » dans ce programme qui souligne la valeur de chacun. Lire la critique complĂšte

 

 

CD coffret, annonce. THE FRENCH ROMANTIC EXPERIENCE (10 cd Palazzetto B. ZANE).

french-romantic-music-experience-and-opera-musique-romantique-française-opera-français-coffret-10-cd-critique-annonce-classiquenewsCD coffret, annonce. THE FRENCH ROMANTIC EXPERIENCE (10 cd Palazzetto B. ZANE). 10 ans d’exploration
 Pour marquer les 10 ans d’une activitĂ© sans relĂąche, singuliĂšrement dĂ©fricheuse dĂ©diĂ©e Ă  la musique romantique française, le Centre spĂ©cialisĂ© situĂ© Ă  Venise, Palazzetto BRU ZANE, Ă©dite un coffret anniversaire qui couronne ainsi une premiĂšre dĂ©cennie de redĂ©couvertes multiples, les unes plus ou moins convaincantes
 Soit un coffret de 10 cd, contenant une collection d’extraits emblĂ©matiques de 1780-1920, soit du premier classicisme, hĂ©ritier du siĂšcle des lumiĂšres, au lendemain de la premiĂšre guerre mondiale, soit de Gossec et MĂ©hul Ă  Debussy et Ravel

Tous les genres sont mĂ©ticuleusement reprĂ©sentĂ©s : tragĂ©die lyrique, opĂ©ra, operette, cafĂ©-concert, cantate (pour le si contestĂ© Prix de Rome), musique sacrĂ©e, musique symphonique, concerto, musique de chambre, piano et mĂ©lodie
 Quels sont les compositeurs « mĂ©connus », mĂ©sestimĂ©s, rĂ©habilitĂ©s ainsi restituĂ©s ? MASSENET, DUKAS, GODARD, SAINT-SAËNS, HALÉVY, MÉHUL, DUBOIS, BOULANGER, GOUNOD, OFFENBACH, SPONTINI… interprĂštes : François-Xavier Roth, Diana Damrau, VĂ©ronique Gens, Marie-Nicole Lemieux, Charles Castronovo, Bertrand Chamayou, Xavier Phillips… CD 1: Opera (1780-1830) CD 2: Opera (1830-1900) CD 3: Operetta and cafĂ©-concert CD 4: The cantata CD 5: Sacred music CD 6: Orchestral music CD 7: Concertante music CD 8: Chamber music CD 9: Piano music CD 10: The mĂ©lodie. Somme indispensable. CD coffret, annonce. THE FRENCH ROMANTIC EXPERIENCE (10 cd Palazzetto B. ZANE).

FESTIVALS. Musique et mémoire (Vosges du Sud) : « a nocte temporis », nouvel ensemble associé

festival musique et mĂ©moire vosges du sud classiquenews annonce concert critique prĂ©sentation festivalFESTIVALS. a nocte temporis, nouvel ensemble associĂ© de Musique et mĂ©moire (Vosges du Sud). Le premier festival estival dans les Vosges du Sud, bel ambassadeur de la vitalitĂ© culturelle sur le territoire vosgien, annonce le nouvel ensemble qui sera en rĂ©sidence pour les 3 ans Ă  venir
 « a nocte temporis » (direction artistique, Reinoud Van Mechelen), nouvel ensemble associĂ©. « AprĂšs 6 annĂ©es de collaboration d’une richesse absolue avec l’ensemble Les Timbres, le festival Musique et MĂ©moire engage en 2020 un nouveau compagnonnage artistique avec l’ensemble A nocte temporis, fondĂ© autour de la personnalitĂ© incroyable du jeune tĂ©nor belge Reinoud Van Mechelen », a prĂ©cisĂ© Fabrice Creux, directeur artistique et fondateur du Festival Musique et MĂ©moire.

 

 

VISITEZ le site du festival MUSIQUE & MÉMOIRE

  

 

VOSGES DU SUD : 26Ú Festival Musique & Mémoire (19 juil - 4 août 2019)

 

  

 

 

Approfondir

 

 

A NOCTE TEMPORIS

 

 

https://www.anoctetemporis.org/fr

https://www.youtube.com/watch?v=xhvjDEeR7CU

TEASER vidéo : a nocte temporis & Reinoud Van Mechelen
Dumesny, haute contre de Lully
Sommeil (extrait de Circé) de H. Desmarest

 
 

  

 
 

Festival MUSIQUE & MÉMOIRE 

 
LIRE notre dernier compte rendu publiĂ© Ă  l’occasion de l’édition 2019 du festival Musique & MĂ©moire / COMPTE-RENDU, concert. GRANDVILLARS, Ă©glise Saint-Martin, le 20 juillet 2019. Francisco CORREA de ARAUXO (1584 – 1654). Tientos. Victoria, Morales
 Jean-Charles Ablitzer, orgue ibĂ©rique de Grandvillars, Vox Luminis :

https://www.classiquenews.com/compte-rendu-concert-grandvillars-eglise-saint-martin-le-20-juillet-2019-francisco-correa-de-arauxo-1584-1654-tientos-victoria-morales-jean-charles-ablitzer-orgue-iberique-de-gra/

 

 

Présentation du Festival Musique & Mémoire 2019 (26Ú édition) :
https://www.classiquenews.com/vosges-du-sud-26e-festival-musique-memoire-2019/

 

 

LIRE aussi notre présentation et critique du dernier cd édité par le Festival Musique & Mémoire en 2019 :
CD, événement, critique. El SIGLO DE ORO. Jean-Charles Ablitzer, orgue espagnol de Grandvillars : Cabezon, Cabanilles
 (2 cd Musique & Mémoire, oct 2018)

https://www.classiquenews.com/compte-rendu-concert-grandvillars-eglise-saint-martin-le-20-juillet-2019-francisco-correa-de-arauxo-1584-1654-tientos-victoria-morales-jean-charles-ablitzer-orgue-iberique-de-gra/

 

 

Notre présentation du Festival Musique & Mémoire 2018
http://www.classiquenews.com/festival-musique-memoire-2018-les-25-ans-2/

Jean-Philippe Sarcos et l’Orchestre LE PALAIS ROYAL : Impressions d’Italie…

SARCOS orchestre du palais royal programme concert annonce critique classiquenews MYL1744-MylĂšne-Natour-300x300PARIS, les 17 et 18 oct 2019. Inspirations italiennes. JP SARCOS, C TROTTMANN, Haendel et Mozart. Dans un lieu historique au riche patrimoine musical Ă  Paris (Salle historique du premier conservatoire), le chef Jean-Philippe Sarcos interroge le style italien dans l’écriture de Haendel et Mozart ; le premier inspirant mĂȘme le second 
 En octobre 2019, Le Palais royal et Jean-Philippe Sarcos invitent dans un programme Haendel et Mozart, la jeune soprano, Catherine Trottmann nouvelle Ă©toile du chant français. Les Ɠuvres choisies rendent hommage au bel esprit italien, ce goĂ»t de la mĂ©lodie et des harmonies lumineuses voire solaires. La souriante pĂ©ninsule mĂ©diterranĂ©enne a façonnĂ© ainsi  « une musique colorĂ©e, contrastĂ©e, Ă©vidente, Ă©clatante », oĂč « le chant est premier, oĂč la mĂ©lodie dicte ses lois Ă  l’harmonie, au contrepoint, Ă  l’architecture musicale mĂȘme. »

De Haendel Ă  Mozart

Suavité et virtuosité italiennes

Ainsi les deux compositeurs retenus ne sont-ils pas Ă©trangers dans ce creuset musical et esthĂ©tique de premier plan : « dans leur jeunesse, Haendel et Mozart Ă©tudient en Italie. Toute leur vie leur musique gardera l’empreinte des couleurs romaines et le rythme du style italien ».

Catherine Trottmann, Jean-Philippe Sarcos et l’orchestre Le Palais royal interprĂštent ainsi les Ɠuvres les plus italiennes de Haendel et Mozart. Ils ne se sont pas connus car Haendel meurt alors que Mozart n’a que 3 ans. Comme cela sera le cas des Ɠuvres de JS BACH, les partitions de HAENDEL frappent profondĂ©ment le jeune MOZART : il y dĂ©tecte une habiletĂ© virtuose dans la finesse des mĂ©lodies, la science des masses chorales, la construction et le dĂ©veloppement d’un air. De toute Ă©vidence les operas serias et surtout les oratorios de Haendel ont agi positivement dans l’inspiration et la maturation du style mozartien. On les retrouve dans ce programme qui mĂȘle nervositĂ© expressive de l’orchestre, et souplesse d’un chant acrobatique et sensuel. D’ailleurs, la Messe en ut mineur (« Laudamus te »), comme la virtuositĂ© Ă©poustouflante du motet « Exultate, jubilate » en tĂ©moignent aujourd’hui ; de Haendel Ă  Mozart, circule une mĂȘme Ă©lĂ©gance mĂ©lodique, explicitement italienne…

 

 

Les citations sont empruntées à la présentation du programme sur le site du Palais royal.

________________________________________________________________________________________________

PARIS, Salle historique du Premier Conservatoire

Jeudi 17 octobre 2019, 20h30boutonreservation
Vendredi 18 octobre 2019, 20h30

Catherine TROTTMANN, soprano
Orchestre Le Palais royal – Jean-Philippe SARCOS, direction

 

 

PLAN D’ACCES
https://www.google.com/maps/place/Conservatoire+national+supĂ©rieur+d’art+dramatique/@48.8726146,2.3469383,15z/data=!4m5!3m4!1s0x0:0x42e986c66536d365!8m2!3d48.8726146!4d2.3469383

 

RESERVATION
https://www.weezevent.com/inspirations-italiennes-oct2019

 

Salle historique du premier conservatoire de Paris
2 bis rue du Conservatoire – 75009 Paris
________________________________________________________________________________________________

Programme détaillé

 

Georg Friedrich HAENDEL (1685-1759)
‱ Salomon : ArrivĂ©e de la reine de Saba (3â€Č)
‱ Joshua : Air « O had I Jubal’s lyre » (2’30)
Le Messie : « Rejoice » (4’30)

‱ Concerto grosso, Op. 6 No. 10 : extrait (5â€Č)

‱ Giulio Cesare : Air « PiangerĂł la sorte mia » (7â€Č)
‱ Giulio Cesare : Air « Da Tempeste » (6â€Č)

Wolfgang Amadeus MOZART (1756-1791)

‱ Messe en ut mineur, K. 427 : « Laudamus te » (5â€Č)

‱ Symphonie n°29, K. 201 (23â€Č)

‱ Motet Exsultate jubilate, K. 165 (15â€Č)

 

 

Orchestre du Palais-Royal : Impressions d'Italie, de Haendel Ă  Mozart

________________________________________________________________________________________________

PLUS D’INFOS SUR LE SITE du Palais royalJean-Philippe Sarcos, direction
http://le-palaisroyal.com

 

 

Crédit photos : © MylÚne Natour / Le Palais royal

 

 

 

 

 CD

 

 

A l’automne 2019, Le Palais royal / Jean-Philippe Sarcos font paraĂźtre un nouveau cd dĂ©diĂ© au souffle crĂ©ateur des hĂ©ros : BEETHOVEN et MOZART. LIRE ici la critique complĂšte de l’album (enregistrĂ© en 2015 dans la salle de concert du premier Conservatoire de Paris) – CLIC de classiquenews du mois d’octobre 2019 :

Orchestre Le Palais royal. Jean-Philippe Sarcos, direction (1 cd 2015).

temps-des-heros-beethoven-mozart-palais-royal-orchestre-jean-philippe-sarcos-cd-annonce-critique-classiquenewsCD, critique. LE TEMPS DES HEROS. BEETHOVEN / MOZART. Orchestre Le Palais royal. Jean-Philippe Sarcos, direction (1 cd 2015). Le « Temps des hĂ©ros » : c’est Ă  dire Mozart et Beethoven. Le premier fait vibrer les cƓurs et expriment comme nul autre avant lui, la passion et les sentiments humains, avec cette tendresse particuliĂšre pour les femmes ; le second crĂ©e l’orchestre du futur ; les deux dĂ©finissent le romantisme et la modernitĂ© en musique ; ils sont d’ailleurs les premiers aussi Ă  se penser « crĂ©ateurs », et non plus serviteurs. Jean-Philippe Sarcos a donc bien raison de souligner leur Ă©toffe de « hĂ©ros » dans ce programme qui souligne la valeur de chacun. Lire la critique complĂšte

 

 

EXPO, le Grand OpĂ©ra, focus 1 : GÉNÉALOGIE DU GRAND OPÉRA

exposition-grand-opera-specacle-de-l-histoire-palais-garnier-BNF-opera-de-paris-annonce-critique-visite-presentation-classiquenews-CLASSIQUENEWSEXPO, le Grand OpĂ©ra, focus 1 : GÉNÉALOGIE DU GRAND OPÉRA. Quels sont les opĂ©ras prĂ©sentĂ©s en France, prĂ©curseurs du grand opĂ©ra français propre surtout aux annĂ©es 1830 pendant la Monarchie de Juillet, sous Louis-Philippe ? Peu Ă  peu depuis le dĂ©but du siĂšcle “romantique” se prĂ©cise un genre de spectacle total et spectaculaire par les effectifs et les moyens regroupĂ©s pour son accomplissement. En voici l’Ă©numĂ©ration principale de la fin du XVIIIĂš Ă  1829, prĂ©cisĂ©ment, de Cherubini Ă  Rossini… MĂ©dĂ©e, de Luigi Cherubini, crĂ©Ă© en 1797 au ThĂ©Ăątre Feydeau (chƓur, orchestration..) ; Ossian ou Les Bardes (1804) de Jean-François Lesueur (glorification de NapolĂ©on et des hĂ©ros de l’Empire, 5 actes, chorĂ©graphie intĂ©grĂ©es dans l’action)
 ;

 

 

 

L’opĂ©ra français avant le GRAND OPÉRA

 

 

La Vestale de Gaspare Spontini (1807), favori de l’ImpĂ©ratrice JosĂ©phine (deux orchestres, choristes, danseurs
 ; Le SiĂšge de Corinthe et MoĂŻse et Pharaon de Rossini (Paris, 1826 et 1827) posent les jalons du grand opĂ©ra français, par l’ampleur des moyens et des effectifs rĂ©unis sur scĂšne et dans la fosse.
Avant son triomphe avec Robert le Diable de 1831, Meyerbeer aborde dĂ©jĂ  de façon spectaculaire le Moyen-Age et la Renaissance avec Margherita d’Anjou et Il Crociato in Egitto, qui seront jouĂ©s Ă  Paris entre 1825 et 1826. Tout prĂ©pare au grand spectacle ou grand opera spectaculaire inaugurĂ© avec le « cinĂ©matographique » Robert Le Diable de Meyerbeer de 1831.

A suivre (focus 2) : La rĂ©volution en marche (La Muette de Portici d’Auber, Guillaume Tell de Rossini en 1828 et 1829 marquent la conception d’actions impressionnantes sur la scĂšne, inspirĂ©es ou qui inspirent les rĂ©volutions contemporaines liĂ©es Ă  l’actualitĂ© politique.,En dĂ©finitive, le grand opĂ©ra est un genre liĂ© son Ă©poque.

 

 

PARIS, EXPO. Le Grand opéra
PALAIS GARNIER BIBLIOTHÈQUE-MUSÉE DE L’OPÉRA du 24 octobre 2019 au 2 fĂ©vrier 2020

DATES ET HORAIRES
Du 24 octobre 2019 au 2 février 2020
Tous les jours de 10h à 17h (accùs jusqu’à 16h30), sauf fermetures exceptionnelles.
LIEU
BibliothĂšque-musĂ©e de l’OpĂ©ra
Palais Garnier – Paris 9e
EntrĂ©e Ă  l’angle des rues Scribe et Auber
INFORMATIONS PRATIQUES
TARIFS
Plein Tarif : 14€ Tarif RĂ©duit : 10€

 

EXPOSITION : LE GRAND OPÉRA, 1828 – 1867, LE SPECTACLE DE L’HISTOIRE, les 5 volets clĂ©s de l’exposition

exposition-grand-opera-specacle-de-l-histoire-palais-garnier-BNF-opera-de-paris-annonce-critique-visite-presentation-classiquenews-CLASSIQUENEWSEXPOSITION : LE GRAND OPÉRA, 1828 – 1867, LE SPECTACLE DE L’HISTOIRE – PARCOURS DE L’EXPOSITION ; les 5 volets clĂ©s de l’exposition parisienne. AmorcĂ© sous le Consulat, le grand opĂ©ra Ă  la française se prĂ©cise Ă  mesure que le rĂ©gime politique affine sa propre conception de la reprĂ©sentation spectaculaire, image de son prestige et de son pouvoir, instrument phare de sa propagande. Le genre mĂ»rit sous l’Empire avec NapolĂ©on, puis produit ses premiers exemples aboutis, Ă©quilibrĂ©s
Ă  la veille de la RĂ©volution de 1830. La « grande boutique » comme le dira Verdi Ă  l’apogĂ©e du systĂšme, offre des moyens techniques et humains considĂ©rables – grands chƓurs, ballet et orchestre, digne de sa crĂ©ation au XVIIĂš par Louis XIV.
Les sujets ont Ă©voluĂ©, suivant l’évolution de la peinture d’histoire : plus de lĂ©gendes antiques, car l’opĂ©ra romantique français prĂ©fĂšre les fresques historiques du Moyen Âge et de la Renaissance.
Louis-Philippe efface l’humiliation de Waterloo et du TraitĂ© de Vienne et cultive la passion du patrimoine et de l’Histoire, nationale Ă©videmment. Hugo Ă©crit Notre-Dame de Paris ; Meyerbeer compose Robert le Diable et Les Huguenots. Les hĂ©ros ne sont plus mythologiques mais historiques : princes et princesses du XVIĂš : le siĂšcle romantique est passionnĂ©ment gothique et Renaissance.

A l’opĂ©ra, les sujets et les moyens de la peinture d’Histoire

Comme en peinture toujours, les faits d’actualitĂ© et contemporain envahissent la scĂšne lyrique ; comme GĂ©ricault fait du naufrage de la MĂ©duse une immense tableau d’histoire (Le Radeau de la MĂ©duse), dans « Gustave III », Auber et Scribe narrent l’assassinat du Roi de SuĂšde, survenu en 1792, tout juste quarante ans auparavant. Cela sera la trame d’un Bal MasquĂ© de Verdi.

AprĂšs la RĂ©volution de 1848, l’essor pour le grand opĂ©ra historique faiblit sensiblement. Mais des Ɠuvres capitales aprĂšs Meyerbeer sont produites, souvent par des compositeurs Ă©trangers soucieux d’ĂȘtre reconnus par leur passage dans la « grande boutique », sous la DeuxiĂšme RĂ©publique et le Second Empire. Le wagnĂ©risme bouleverse la donne en 1861 avec la crĂ©ation parisienne de TannhĂ€user, qui impressionne l’avant garde artistique parisienne, de Baudelaire Ă  fantin-Latour, et dans le domaine musical, JonciĂšres, militant de la premiĂšre heure.
Le goĂ»t change : Verdi et son Don Carlos (en français) huĂ© Salle Le Peletier en 1867 (5 actes pourtant avec ballet), est oubliĂ© rapidement ; car 6 mois plus tard, le nouvel opĂ©ra Garnier et sa façade miraculeuse, nouvelle quintessence de l’art français est inaugurĂ©e. C’est l’acmĂ© de la sociĂ©tĂ© des spectacles du Second Empire, encore miroitante pendant 3 annĂ©es jusqu’au traumatisme de Sedan puis de la Commune (1870).

 

 

Le parcours de l’exposition est articulĂ© en 5 sĂ©quences.

1. GÉNÉALOGIE DU GRAND OPÉRA
2. LA RÉVOLUTION EN MARCHE
3. MEYERBEER : LES TRIOMPHES DU GRAND OPÉRA
4. DERNIÈRES GLOIRES
5. UN MONDE S’ÉTEINT

 

 
 

 

Illustration : Esquisse de dĂ©cor pour Gustave III ou Le bal masquĂ©, acte V, tableau 2, opĂ©ra, plume, encre brune, lavis d’encre et rehauts de gouache. BnF, dĂ©partement de la Musique, BibliothĂšque- musĂ©e de l’OpĂ©ra © BnF / BMO

 

 
 

 

DATES ET HORAIRES
Du 24 octobre 2019 au 2 février 2020
Tous les jours de 10h à 17h (accùs jusqu’à 16h30), sauf fermetures exceptionnelles.
LIEU
BibliothĂšque-musĂ©e de l’OpĂ©ra
Palais Garnier – Paris 9e
EntrĂ©e Ă  l’angle des rues Scribe et Auber
INFORMATIONS PRATIQUES
TARIFS
Plein Tarif : 14€ Tarif RĂ©duit : 10€

 

 

 

LUTHERIE FRANÇAISE. Le Luth DorĂ©Âź, acteur majeur de la lutherie française, emploie les grands moyens contre les faussaires.

LUTHERIE FRANÇAISE. Le Luth DorĂ©Âź, acteur majeur de la lutherie française, emploie les grands moyens contre les faussaires.

Dans un communiquĂ© de presse datĂ© du 1er octobre 2019, la sociĂ©tĂ© française Le luth DorĂ© (LLD) prĂ©cise la situation qui s’impose Ă  elle en cet automne 2019 :

Communiqué de presse du Luth Doré :

PARIS et NEW YORK, 1er octobre 2019. Le Luth DorĂ©Âź (LLD) a contribuĂ© avec succĂšs Ă  la relance mondiale du luth, lancĂ©e en 2015 par Miguel Serdoura, PDG fondateur, qui est aussi un luthiste de renom (ses deux derniers disques parus chez Brillants classics ont Ă©tĂ© distinguĂ©s par le CLIC de CLASSIQUENEWS – voir en fin d’article notre rappel discographique).
L’entreprise française, dĂ©tentrice d’un savoir faire unique au monde (qui profite de l’expertise de son PDG qui est aussi un interprĂšte de premier plan), est « actuellement menacĂ©e par des entreprises du commerce d’instruments de musique peu scrupuleuses, qui se sont engagĂ©es dans ce qui est prĂ©sumĂ© ĂȘtre des contrefaçons, et dans la vente et la commercialisation trompeuses. L’entreprise parisienne se dĂ©fend. »

 

 

Le Luth Doré dresse ensuite un bilan de la situation :

« L’impact des contrefacteurs et des marchands vĂ©reux, qui ensemble ont copiĂ© et vendu les luths de marque LLD Ă  un prix bien infĂ©rieur Ă  leur prix de dĂ©tail normal, a Ă©tĂ© un revers pour les membres de notre Ă©quipe, des professionnels exceptionnels, et nĂ©gatif pour les rĂ©sultats de l’entreprise », a dĂ©clarĂ© M. Serdoura.
« Nous restons déterminés à remplir notre mission vitale, sans précédent dans le monde du luth depuis le XVIIIe siÚcle, et cela signifie lutter pour la justice contre les pratiques déloyales et anticoncurrentielles des contrefacteurs », a-t-il ajouté.
M. Serdoura, travaillant en Ă©troite collaboration avec de nombreux luthiers europĂ©ens d’une compĂ©tence exceptionnelle, des musicologues de niveau international, et des musiciens dĂ©vouĂ©s Ă  la renaissance de la musique ancienne, a personnellement supervisĂ© le rigoureux contrĂŽle de qualitĂ© du processus de fabrication de prĂ©cision mis en Ɠuvre dans l’usine de production d’instruments de LLD, sous contrat en Chine.

 

 

SERDOURA-luth-dore-luth-classiquenews-Miguel-Serdoura-2--©-Jean-Baptiste-Millot

 

 

CONCILIER QUALITÉ ET PRIX
“Le souci du dĂ©tail nous a permis de rĂ©pondre aux besoins des passionnĂ©s de luth – des amateurs aux professionnels de tous niveaux – qui rĂ©clamaient des luths fidĂšles du point de vue historique, et d’une sonoritĂ© raffinĂ©e, qui pouvaient ĂȘtre achetĂ©s Ă  un prix abordable”, a commentĂ© M. Serdoura. “Il semble que notre succĂšs ait perturbĂ© ceux qui ont vu leur part de marchĂ© et leur rentabilitĂ© menacĂ©es. »

 

 

COMMERCE ILLICITE ET COPIES ILLÉGALES
En ce qui concerne le commerce illicite du luth, et sa capacitĂ© Ă  saper les fondements de LLD, le sujet est si prĂ©occupant qu’il vient justement d’ĂȘtre abordĂ© lors de l’importante International Conference of Lute Study in Higher Education, Ă  BrĂȘme, en Allemagne (septembre 2019). Les luths de M. Serdoura, vendus directement par LLD non seulement aux musiciens, mais aussi aux universitĂ©s et aux sociĂ©tĂ©s de musique ancienne du monde entier, ont Ă©tĂ© sciemment et illĂ©galement copiĂ©s, en violation des accords contractuels de fabrication, jusqu’au moindre dĂ©tail – y compris le logo distinctif LLD. Les copies ont ensuite Ă©tĂ© commercialisĂ©es par des vendeurs non autorisĂ©s, en infraction flagrante aux lois Ă©tablies sur les droits d’auteur et sur les marques.

 

 

luth-dore-classiquenews-miguel-serdoura-bandeau_produit_dowland_4_5688

 

 

DÉFENSE DU LUTH DORÉ
LLD soutient que les coupables, qu’elle a l’intention de citer en justice, ont mĂȘme piratĂ© la conception qu’il a mise au point et dont il dĂ©tient les droits, pour des Ă©tuis de luth Ă  humiditĂ© contrĂŽlĂ©e, autre raison pour laquelle la sociĂ©tĂ© incite les acheteurs Ă  se mĂ©fier des vendeurs qui prĂ©sentent de beaux luths, et leurs Ă©tuis, Ă  des prix qui semblent “trop beaux pour ĂȘtre vrais”.
M. Serdoura, qui a travaillĂ© sans relĂąche et avec passion en tant que PDG de LLD, a dĂ©clarĂ© : “Nous continuerons Ă  nous battre pour ce qui est juste au nom de ceux qui ont exprimĂ© un pur plaisir Ă  jouer de leur luth LLD, et Ă  dĂ©couvrir le rĂ©pertoire captivant du luth historique, et pour leur public qui a ressenti de l’Ă©motion, Ă  la premiĂšre Ă©coute. »

 

 

UN JOYAU ACTUEL DE LA LUTHERIE FRANÇAISE
En moins de cinq ans, les luths de M. Serdoura ont reçu les Ă©loges de nombreux luthistes internationaux talentueux. Le cĂ©lĂšbre Professeur et joueur reconnu Hopkinson Smith, de la Schola Cantorum Basiliensis, de BĂąle, en Suisse, qualifie les instruments LLD de “vraiment impressionnants” et de “contribution incomparable au monde de la musique”. Le professeur et luthiste anglais, Nigel North, du Early Music Institute de l’UniversitĂ© de l’Indiana et du Conservatoire royal de La Haye, ajoute : “J’aurais aimĂ© avoir un instrument d’une telle qualitĂ© quand j’ai commencĂ© Ă  jouer du luth en 1969 ».

(fin du communiqué du LLD)

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

LA LUTHERIE FRANÇAISE À L’ÉCHELLE DU COMMERCE INTERNATIONAL
On le voit, la situation est prĂ©occupante car elle menace le dĂ©veloppement d’une sociĂ©tĂ© française dĂ©tentrice d’un savoir unique au monde, qui est aussi un mĂ©tier d’art. Un fait d’autant plus sensible aujourd’hui que la santĂ© de la lutherie en France (et en Europe) va mal : depuis la disparition des Pianos Pleyel, il ne reste qu’un seul facteur de pianos dans l’Hexagone : Stephen Paulello. Que sera la France demain, sans la protection et la continuitĂ© des mĂ©tiers d’art qui sont les composantes majeurs de son identitĂ© culturelle et artistique ? La pratique du luth est un fait historiquement français qui remonte Ă  la Cour de France, sous les rĂšgnes de Henry IV, de Louis XIII, Louis XIV
 D’ailleurs, le dernier album de Miguel Serdoura a questionnĂ© cette pĂ©riode du premier baroque français (CD Les Rois de Versailles – CLIC de CLASSIQUENEWS 2018).

 

 

serdoura-miguel-le-luth-dore-luth-baroque-classiquenews-page_accueil_helia_notre_dame_3_8791

 

 

Dans notre monde interdépendant, il est nécessaire que le commerce international soit clairement réglementé, et ses rÚgles, strictement défendues et surtout appliquées. A suivre.

________________________________________________________________________________________________

 

PLUS D’INFOS sur le site du Luth DorĂ©
https://www.leluthdore.com

 

Photo portrait Miguel Serdoura © JB Millot / illustrations Le Luth Doré © JérÎme Puissant (LLD)

 

 

Rhapsodie espagnole de Maurice Ravel

ravel maurice compositeurFRANCE MUSIQUE, Mer 30 oct, 20h. RAVEL : Rapsodie espagnole… AmorcĂ©e dĂšs 1907 par l’Apache Ravel, la Rhapsodie est le premier grand Ɠuvre orchestral qui applique Ă  l’échelle de l’orchestre, la scintillante palette, l’onirisme raffinĂ© du plus grand poĂšte musicien. C’est lĂ©poque oĂč le gĂ©nie orchestrateur a transcrit pour l’orchestre Une barque sur l’ocĂ©an, originellement pour piano, dans le cycle Miroirs dĂ©diĂ© / crĂ©Ă© par Ricardo Viñes, l’ami fidĂšle. La danse, l’Espagne inspire la partition de 4 Ă©pisodes crĂ©Ă©e au ChĂątelet par Edouard Colonne en mars 1908 :

1 – PrĂ©lude Ă  la nuit : dĂ©veloppe le mystĂšre, le songe, le rĂȘve nocturne dans un bain de sensualitĂ© irrĂ©sistible. Le gĂ©nie du timbre s’accomplit ici avec un sens de l’épure, inouĂŻ.
2 – Malagueña : Ravel se joue des percussions pour exprimer l’essence de la danse qui culmine farouche et voluptueuse dans le motif du cor anglais, avant que dans la conclusion, les basses reprennent le motif Ă©nigmatique du premier mouvement.
3 – Habanera : Ravel recycle un ancien matĂ©riau mĂ©lodique extrait du cycle Sites auriculaires (crĂ©Ă© par Viñes en 1898). Nouveau motif sensuel et caressant qui s’évanouit lĂ  encore dans le mystĂšre et l’ombre.
4 – Feria : l’ibĂ©risme de Ravel atteint son paroxysme ici dans une sĂ©rie de 4 motifs qui enchaĂźnent les timbres caractĂ©risĂ©s des instruments de l’orchestre, en association Ă©lĂ©gantes et inĂ©dites (trompette / tambour basque – flĂ»te / cor anglais – clarinettes / bassons – flĂ»te / trompette)
 l’écriture se prĂ©cise, cisĂšle le son et le rythme, en une transe quasi lascive, oĂč sont Ă  nouveau citĂ©s les quatre notes du premier mouvement ; principe cyclique qui dĂ©ment le titre gĂ©nĂ©ral (rhapsodie) lequel cĂ©lĂšbre a contrario la libertĂ© sans entrave et sans cadre. L’extrĂȘme raffinement du rythme, la jubilation hĂ©doniste des couleurs, le sens de l’épure oĂč rien n’est dĂ©crit, marque l’éclosion et la maĂźtrise totale du jeune Ravel, 32 ans : l’écartĂ© du Prix de Rome (refusĂ© par ThĂ©odore Dubois le trĂšs acadĂ©mique) prend une revanche cinglante ; son gĂ©nie n’avait guĂšre besoin d’ĂȘtre validĂ© par l’institution la plus conservatrice de son siĂšcle.

Le programme de ce concert en direct ajoute la trĂšs subtile partition d’Alborada del Gracioso, extrait de MIROIRS, originellement pour piano, autre sommet de l’imaginaire poĂ©tique ravĂ©lien ; cette « Aubade pour un bouffon », inscrit sa couleur particuliĂšre entre l’esprit de la commedia del arte et l’élĂ©gance austĂšre de la Cour dEspagne. C’est l’une des plus tardives transcriptions du piano Ă  l’orchestre, rĂ©alisĂ© par Ravel en 1918 (crĂ©ation en 1919 par l’Orchestre Pasdeloup). L’Espagne de Lope de Vega affirme ici sa nature fiĂšre et mystĂ©rieuse Ă  coup de couleurs et de timbres prĂ©cis, mordants, parfois caustiques (crotales, castagnettes, harpes, xylophones
). LĂ  encore Ravel s’exprime en magicien et en peintre, douĂ© pour les rythmes Ă©perdus, enivrĂ©s, Ă©chevelĂ©s
 La situation crĂ©Ă©e aussi au dĂ©lĂ  de l’exotisme de la couleur et du tropisme ibĂ©rique, une voluptĂ© contrainte et moquĂ©e, celle du dĂ©risoire bouffon au balcon d’une Belle moqueuse et supĂ©rieure. Le feu d’artifice est tirĂ© par le mutant pathĂ©tique qui gratte sa pauvre guitare
 comme saisi par sa propre danse miraculeuse (le solo du basson marque l’épisode central), le bouffon s’enivre de sa propre rĂȘverie qui devient transe, entre panache et dĂ©lire triomphal.

FRANCE MUSIQUE, Mer 30 oct, 20h. RAVEL : Rapsodie espagnole
   En direct de l’Auditorium de la Maison de la Radio Ă  Paris 

Claude Debussy
Sonate pour flûte, alto et harpe Christophe Gaugué, alto
Nicolas Tulliez, harpe

Philippe Manoury
Saccades (CRF)
Commande de Radio France / GĂŒrzenich Orchestra Cologne / Sao Paulo Symphony Orchestra / Tokyo Opera City Cultural Foundation Emmanuel Pahud, flĂ»te  et Magali Mosnier, flĂ»te Maurice Ravel

Rapsodie espagnole
1. Prélude à la nuit, trÚs modéré
2. Malagueña, assez vif
3. Habanera, assez lent et d’un rythme las
4. Feria, assez animé

Alborada del gracioso n°4, ext. de Miroirs

Claude Debussy
Ibéria n°3, ext. des Images pour orchestre
1. Par les rues et par les chemins
2. Les parfums de la nuit
3. Le matin d’un jour de fĂȘte
Orchestre Philharmonique de Radio France
Direction : Fabien Gabel

EXPO. PARIS, Palais Garnier, Le grand opĂ©ra 1828-1867, jusqu’au 2 fĂ©vrier 2020.

exposition-grand-opera-specacle-de-l-histoire-palais-garnier-BNF-opera-de-paris-annonce-critique-visite-presentation-classiquenews-CLASSIQUENEWSEXPO. PARIS, Palais Garnier, Le grand opĂ©ra 1828-1867 : Le spectacle de l’Histoire, jusqu’au 2 fĂ©vrier 2020. A partir du 24 octobre 2019, le Palais Garnier Ă  Paris (BibliothĂšque musĂ©e de l’opĂ©ra), accueille sa nouvelle exposition intitulĂ©e « Le grand opĂ©ra, 1828-1867, le spectacle de l’Histoire ». L’exposition cĂ©lĂšbre les 350 ans de la naissance de l’Institution de l’OpĂ©ra, ex AcadĂ©mie de musique, royale ou impĂ©riale
 selon les rĂ©gimes. C’est une nouvelle initiative de cĂ©lĂ©bration Ă  laquelle participe aussi l’exposition du MusĂ©e d’Orsay : Degas Ă  l’OpĂ©ra. Le Palais Garnier expose tableaux, maquettes de dĂ©cors, manuscrits musicaux qui composent une traversĂ©e analytique et critique sur la crĂ©ation lyrique et chorĂ©graphique – entre 1828 et 1867. La prĂ©cĂ©dente exposition «  Un air d’Italie » (jusqu’au 1er septembre 2019) Ă©voquait l’histoire de l’OpĂ©ra de Paris de Louis XIV Ă  la RĂ©volution, et retraçait l’histoire de la premiĂšre scĂšne lyrique française de 1669 Ă  1791 ; le nouvel accrochage « le grand opĂ©ra » prend la relĂšve et prĂ©cise l’histoire lyrique de la pĂ©riode suivante, c’est Ă  dire l’évolution de l’opĂ©ra, Ă  la fois genre et lieu de crĂ©ation tout au long du XIXĂš, soit le spectacle de l’Histoire, qui explore la pĂ©riode de 1828 Ă  1867.

Le parcours musĂ©ographique souligne les liens entre le sujet (le grand opĂ©ra Ă  la française) et le siĂšcle – le XIXe – et la ville – Paris – ; le grand opĂ©ra français se caractĂ©rise aussi par une scĂ©nographie fastueuse et la prĂ©sence du ballet (trĂšs attendu des abonnĂ©s qui y font leur « marché »  ce que reprĂ©sente suggestivement Degas Ă  la fin du siĂšcle).

Sous le Premier Empire, Médée de Cherubini et La Vestale de Spontini font figure de premiers modÚles. En 1828, Auber, avec La Muette de Portici, puis Rossini en 1829, inaugurent véritablement le grand opéra français.

Meyerbeer donne au grand opĂ©ra un nouveau souffle : Robert le Diable, Les Huguenots, Le ProphĂšte rencontrent leur public : et sont cĂ©lĂ©brĂ©s par les spectateurs (bien oubliĂ©s aujourd’hui).
Equivalent sur les planches lyriques de la peinture d’histoire, le grand opĂ©ra tĂ©moignent aussi des passions du temps : A l’époque oĂč MĂ©rimĂ©e, Guizot ou Viollet-le-Duc valorisent l’idĂ©e du patrimoine national, la France de Louis-Philippe, se passionne pour l’Histoire ; le roi crĂ©e Ă  Versailles son MusĂ©e « à toutes les gloires de la France ». L’opĂ©ra français suit la mĂȘme direction : l’histoire s’invite sur la scĂšne parisienne Ă  travers la musique et la danse.

 

 

 

PARIS, exposition « Le grand opĂ©ra, spectacle de l’Histoire », Palais Garnier, bibliothĂšque-musĂ©e de l’OpĂ©ra de Paris – Du 24 octobre 2019 au 2 fĂ©vrier 2020. Tous les jours de 10h Ă  17h (accĂšs jusqu’à 16h30), sauf fermetures exceptionnelles.

BibliothĂšque-musĂ©e de l’OpĂ©ra
Palais Garnier – Paris 9Ăšme
EntrĂ©e Ă  l’angle des rues Scribe et Auber
TARIFS : Plein Tarif : 14€ Tarif RĂ©duit : 10€

 

 

 

PALAIS GARNIER BIBLIOTHÈQUE-MUSÉE DE L’OPÉRA du 24 octobre 2019 au 2 fĂ©vrier 2020

Illustration :
Esquisse de dĂ©cor pour Gustave III ou Le bal masquĂ©, acte V, tableau 2, opĂ©ra, plume, encre brune, lavis d’encre et rehauts de gouache. BnF, dĂ©partement de la Musique, BibliothĂšque- musĂ©e de l’OpĂ©ra © BnF / BMO

CD événement, annonce. DANIEL LOZAKOVICH, violon : NONE BUT THE LONELY HEART (1 CD NONE BUT THE LONELY HEART)

daniel LOZAKOVICH tchaikovsky none but the lonely heart cd annonce critique review cd classiquenews critique cd classiquenews 4836086CD Ă©vĂ©nement, annonce. DANIEL LOZAKOVICH, violon : NONE BUT THE LONELY HEART (1 CD NONE BUT THE LONELY HEART). DG 2
 Legato fluide et aĂ©rien, sonoritĂ© solaire et pourtant investie, miracle d’articulation et d’élĂ©gance stylistique
 c’est peu dire que ce dĂ©jĂ  second album du violoniste suĂ©dois, vĂ©ritable prodige du violon, DANIEL LOZAKOVICH nĂ© en suĂšde en 2001 confirme les qualitĂ©s que nous relevions alors dans son recueil JS BACH (Partitas) Ă©ditĂ© chez DG en juin 2018. La maturitĂ© lui va Ă  ravir dans le choix judicieux, naturel du pourtant trĂšs dĂ©licat Concerto de Tchaikovski, l’opus 35 en rĂ© majeur, oĂč en 1878 Piotr Illiytch se reconstruit en Suisse aprĂšs la berezina de son mariage avec Antonina Milukova : le compositeur a probablement eu la rĂ©vĂ©lation dĂ©finitive de son homosexualitĂ© au moment de ses noces malheureuses
 Le ton Ă©lĂ©giaque et tragique alternent constamment dans cette lecture investie, pudique, profonde, d’une musicalitĂ© inouĂŻe, que l’on avait pas Ă©coutĂ© ainsi avec autant de sensibilitĂ© et de naturel depuis
 Vadim Repin (son prĂ©dĂ©cesseur chez DG). Mais Lozakovich montre que ses allures de Petit Prince ne sont pas usurpĂ©s : un miel de pure poĂ©sie habite de jeune homme et colore de façon spĂ©cifique son jeu d’une absolue sensibilitĂ©. L’interprĂšte ajoute un surcroĂźt de fragilitĂ© et d’incisive blessure cependant jamais extravertie (exprimĂ©e suggĂ©rĂ©e sur le souffle et sur une ligne toujours filigranĂ©e et suspendue), qui imprime Ă  sa juvĂ©nilitĂ© incarnĂ©e, une sincĂ©ritĂ© bouleversante, en particulier dans le jeu dialoguĂ© avec les bois et la clarinette, oĂč l’on atteint un trĂšs haut degrĂ© de douceur poĂ©tique, Ă  tirer les larmes
 ce que rĂ©alise Daniel Lozakovich tien du miracle dans un concerto que l’on aborde souvent sous le seul angle de la virtuositĂ©.

CLIC D'OR macaron 200Le jeune suĂ©dois apporte et cultive cette soie de l’ñme qui chante et qui touche au cƓur : portant au ciel sa mĂ©lodie si vocal en sol mineur (Canzonetta). Autant de profondeur et de richesse intĂ©rieure ne se peuvent comprendre qu’en les reliant avec le drame intime du compositeur. En complĂ©ment, le soliste joue plusieurs transcriptions et mĂ©lodies dont celle nostalgique, dĂ©tachĂ©e, et qui donne son titre au programme : Rien sinon le coeur solitaire / None but the lonely heart. Le jeune virtuose douĂ© d’une rare intensitĂ© expressive, profonde et grave serait-il ici particuliĂšrement inspirĂ©, sous la direction de son mentor Vladimir Spivakov ?
Parution annoncĂ©e le 18 octobre 2019 – 1 CD Deutsche Grammophon. Critique dĂ©veloppĂ©e le jour de la sortie de l’album NONE BUT THE LONELY HEART / TCHAIKOVSKY / Daniel Lozakovich (1 CD DG Deutsche Grammophon)

________________________________________________________________________________________________

PLUS D’INFOS sur le site de Deutsche Grammophon :
https://www.deutschegrammophon.com/fr/artist/lozakovich/

________________________________________________________________________________________________

 

LIRE aussi la critique du prĂ©cĂ©dent cd de DANIEL LOZAKOVICH chez Deutsche Grammophon : JS BACH – CLIC de CLASSIQUENEWS

http://www.classiquenews.com/cd-critique-js-bach-daniel-lozakovich-violon-concertos-bwv-1042-1041-partita-n2-bwv-1004-dg-deutsche-grammophon-4799372/

 
 

 

daniel lozakovich seul violon e5dbdf6021e955c1d910b9b9fb6a39ae

 
 

daniel lozakovich classiquenews et partitions et vilon inspiration c561686d842730059a80b67c37410112

 
 

ea215f67b56962c130dcd2da139abc66daniel lozakovich et vladimir spivakov violon

 
 

Crédit photographique : © Johan Sandberg
Deutsche Grammophon 2019

 
 

 
 

CONCERT DE NOËL. Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans

orleans-orchestre-symphonique-vignette-carre-presentation-saison-2017-2018-sur-classiquenewsORLÉANS, Orch Symphonique d’OrlĂ©ans. Les 7 et 8 dĂ©c 2019. CONCERT DE NOËL. Pour le temps de NoĂ«l, l’Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans propose un programme unique faisant dialoguer plusieurs Ă©critures principalement romantiques, toutes inspirĂ©es par NoĂ«l et le thĂšme de l’hiver : d’abord les germaniques, Mendelssohn (extraits de la Symphonie n°13) ; Schubert et Brahms ; puis les TchĂšques Janacek et Kodaly ; avant de conclure par les Français : Dukas, Poulenc, Saint-SaĂ«ns (extraits de son trĂšs rare oratorio de NoĂ«l). C’est un cycle Ă©clectique qui associe les instrumentistes du Symphonique d’OrlĂ©ans et le chƓur symphonique du Conservatoire d’OrlĂ©ans qui est devenu au fil des saisons, un partenaire rĂ©gulier de l’Orchestre.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

ORLÉANS, Eglise Saint-Pierre du Martroi d’OrlĂ©ans
samedi 7 dĂ©cembre 2019 – 20h30
dimanche 8 dĂ©cembre 2019 – 16h

CONCERT DE NOËL
ORCHESTRE SYMPHONIQUE D’ORLÉANS
CHƒUR SYMPHONIQUE DU CONSERVATOIRE D’ORLÉANS
Chef de ChƓur : Élisabeth RENAULT
Gilles LEFÈVRE – Violon solo
David HARNOIS – Cor solo
Adeline DE PRESSAC – Harpe

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.orchestre-orleans.com/concert/concert-de-noël/

Programme détaillé

FÉLIX MENDELSSOHN
Symphonie n°13 en Do mineur,
dite « Sinfoniesatz » Sechs SprĂŒche, op. 79
1. Weinachten (Noël)
2. Am Neujahrstage (Le jour de L’An)

FRANZ SCHUBERT
Quatre duos pour 2 cors
D199, « Mailied » (Chanson de mai)
D202, « Der Schnee zerrinnt » (La Neige fond)
D203, « Der Morgenstern » (L’Étoile du matin)
D204, « JÀgerlied » (Chanson du chasseur)
Gesang der Geister ĂŒber den Wassern (Chant des esprits au-dessus des eaux)

JOHANNES BRAHMS
GesĂ€nge fĂŒr Frauenchor Op.17 (Chansons pour chƓur de femmes)
« Es tönt ein voller Harfenklang » (Résonne, pleinement, une harpe)
« Der GÀrtner » (Le jardinier)
« Gesang aus Fingal » (Chants de Fingal)

LEOS JANÁCEK
Idylle

ZOLTÁN KODÁLY
Psaume 114

PAUL DUKAS
Villanelle pour cor et harpe

FRANCIS POULENC
Quatre motets pour le temps de Noël
4. « Hodie Christus natus est » (Aujourd’hui le Christ est nĂ©)

CAMILLE SAINT-SAËNS
Oratorio de Noël
6. « Quare fremuerunt gentes ? »
(Pourquoi les nations ont-elles frémi ?)
10. « Tollite hostias » (Apportez des offrandes)

Église chauffĂ©e – Placement libre
Ces deux concerts sont hors abonnement
RĂ©servations et ventes uniquement auprĂšs d’OrlĂ©ans Concerts
Ă  partir du mardi 19 novembre 2019,
du mardi au samedi, de 13h à 18h. Tél : 02 38 53 27 13
Ou via notre billetterie en ligne : www.helloasso.com/associations/orleans-concerts

LIVRE Ă©vĂ©nement. OFFENBACH mode d’emploi (Avant ScĂšne OPERA, oct 2019)

offenbach-mode-d-emploi critique annonce livre classiquenewsLIVRE Ă©vĂ©nement. OFFENBACH mode d’emploi (Avant ScĂšne OPERA). Pour le bicentenaire de sa naissance, l’éditeur Avant ScĂšne opĂ©ra lui consacre un numĂ©ro spĂ©cial de sa collection MODE D’EMPLOI et montre combien l’amuseur du second empire, Jacques Offenbach (1819 – 1880) est inclassable : allemand devenu l’un des plus cĂ©lĂšbres reprĂ©sentants de l’« esprit français », violoncelliste virtuose muĂ© en compositeur de musique lĂ©gĂšre, Offenbach rĂšgne dans la capitale des spectacles et des plaisirs en roi de l’opĂ©ra-bouffe parisien (OrphĂ©e aux enfers, La Belle HĂ©lĂšne, La Vie parisienne, c’est lui !) ; sans omettre son chef-d’Ɠuvre posthume : l’« opĂ©ra fantastique », Les Contes d’Hoffmann.
OFFENBACH se dĂ©voile ainsi de comĂ©dies en opĂ©rettes; sa joie de vivre qui fait vertiges ; il aura marquĂ© le genre opĂ©rette dont il est le crĂ©ateur avec le rĂ©cemment redĂ©couvert HervĂ©. L’auteur souligne quelques caractĂšres distinctifs d’un gĂ©nie de la scĂšne au second empire : sa dĂ©rision permanente, sa dĂ©licatesse en embuscade ; son intelligence Ă  communiquer, son pragmatisme, entre espiĂšglerie et sagesse
 En rĂ©alitĂ©, comme Rossini ou Mozart, le thĂ©Ăątre musical et lyrique d’Offenbach offre un galerie de portraits finement caractĂ©risĂ©s, une « comĂ©die humaine en musique ».

offenbach-jacques-concerts-opera-presentation-par-classiquenews-Jacques_Offenbach_by_NadarCe Mode d’emploi s’offre comme un guide permettant de dĂ©couvrir l’univers d’Offenbach au travers de chapitres clairs, abondamment illustrĂ©s. 30 ouvrages sont ainsi prĂ©sentĂ©s et analysĂ©s ; Ses grands interprĂštes sont Ă©voquĂ©es, d’Hortense Schneider Ă  
 l’Olympia dĂ©jantĂ©e de Natalie Dessay (Bastille en 2000 qui fait le visuel de couverture de l’ouvrage) ; et quelques productions majeures sont commentĂ©s. Le tour d’horizon agit comme un « vade-mecum » destinĂ© Ă  tous les mĂ©lomanes
 Incontournable.

________________________________________________________________________________________________

CLIC D'OR macaron 200LIVRE Ă©vĂ©nement. OFFENBACH mode d’emploi (Avant ScĂšne OPERA) – Date de parution : 10/2019 – ISBN : 978-2-84385-493-4 – 224 pages.
https://www.asopera.fr/fr/modes-d-emploi/3692-offenbach-mode-d-emploi.html

________________________________________________________________________________________________

SOMMAIRE

Avant-propos

I. Points de repĂšres

1. Offenbach dans l’histoire de la musique
2. Jacques Offenbach : une vie (1819-1880)
3. Un homme en son temps

II. Études

1. Une nouvelle venue : l’opĂ©rette
2. Une comédie humaine en musique
3. Un artiste en quĂȘte de reconnaissance

III. Regards : 30 Ɠuvres incontournables

Les Deux Aveugles
Robinson Crusoé
Ba-Ta-Clan
L’Île de Tulipatan
Le Mariage aux lanternes
La PĂ©richole
Mesdames de la Halle
La Princesse de Trébizonde
Orphée aux Enfers
Les Brigands
GeneviĂšve de Brabant
Le Roi Carotte
La Chanson de Fortunio
Fantasio
Le Pont des soupirs
Pomme d’Api
M. Choufleuri restera chez lui le…
Madame l’Archiduc
Les Bavards
Le Voyage dans la Lune
Les FĂ©es du Rhin
Le Docteur Ox
La Belle HĂ©lĂšne
MaĂźtre PĂ©ronilla
Barbe-Bleue
Madame Favart
La Vie parisienne
La Fille du tambour-major
La Grande-Duchesse de GĂ©rolstein
Les Contes d’Hoffmann

IV. Écouter et voir

1. Chanter Offenbach / 20 grandes voix
2. Diriger Offenbach / 10 grands chefs
3. Mettre en scĂšne Offenbach / 10 grandes productions

V. RepĂšres pratiques
Discographie
Vidéographie
Bibliographie

Chronologie des Ɠuvres lyriques
Table des extraits audio
Index des noms
Index des titres

Les Amants Magnifiques de Lully Ă  TOURCOING

atelier lyrique tourcoing logo_siteTOURCOING. LULLY : Les Amants magnifiques. 15, 16 NOV 2019. Les Amants magnifiques de Lully datĂ© de fĂ©vrier 1670 incarnent un premier idĂ©al lyrique et thĂ©Ăątral qui mĂȘle comĂ©die parlĂ©e et entrĂ©es de ballet. L’opĂ©ra français Ă  proprement parler naĂźtra 3 annĂ©es plus tard : mais en 1670, si les deux genres, musical et thĂ©Ăątral n’ont pas encore fusionnĂ©, l’accord entre les deux, complĂ©mentaire et alternĂ©, favorise la forme d’un spectacle nouveau, inĂ©dit Ă  la Cour de France qui en associant les discipline du spectacle s’avĂšre marquant. Lully allait seul, sans MoliĂšre, inventer l’opĂ©ra entiĂšrement chantĂ© et une seule action continue, Cadmius et Hermione en 1673.

 

 

Le divertissement de Cour avant l’opĂ©ra

 

 

louis-XIV-portrait-roi-soleil-king-sun-classiquenews-582-390-portrait_de_louis_xiv_en_buste28534_0Commandé par le roi Ă  MoliĂšre et Lully pour le carnaval de 1670, l’ouvrage rĂ©alise alors la synthĂšse du divertissement de cour : MoliĂšre y traite de la poĂ©sie galante, quasi marivaldienne, qui analyse avec une rare aciditĂ© voire une ironie douce amĂšre, le sentiment amoureux Ă  la cour. ici, deux princes se disputent une jeune princesse, amoureuse quant Ă  elle d’un homme sans titre qui saura gagner le coeur de la belle par son courage et sa vertu
 Vertiges, illusions trompeuses, trahisons et manipulations redessinent la carte du tendre, semĂ©e d’épines mortelles
 autant de pĂ©ripĂ©ties sublimĂ©s et commentĂ©s par les fameux divertissements dansĂ©s.
CrĂ©Ă©e la mĂȘme annĂ©e que le Bourgeois gentilhomme, la comĂ©die-ballet Les Amants magnifiques dĂ©coule de la collaboration entre MoliĂšre et Lully. ReprĂ©sentĂ©e devant la cour Ă  l’occasion du carnaval de 1670 au cours d’une grande fĂȘte intitulĂ©e le « Divertissement royal », l’oeuvre voit paraĂźtre pour la derniĂšre fois Louis XIV sur scĂšne comme danseur

Toujours mordant sous le masque comique, MoliĂšre y attaque l’astrologie. Lully, de son cĂŽtĂ©, dĂ©ploie le « thĂ©Ăątre dans le thĂ©Ăątre » et compose une petite pastorale chantĂ©e et dansĂ©e, prĂ©figurant l’opĂ©ra Ă  venir. Les Amants magnifiques sont remontĂ©s avec tous leurs intermĂšdes chantĂ©s et dansĂ©s.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

TOURCOING, Théùtre Municipal Raymond Devos

Vendredi 15 novembre 2019 / 20hboutonreservation
Samedi 16 novembre 2019 / 20h

RESERVEZ VOTRE PLACE
https://web.digitick.com/les-amants-magnifiques-spectacle-opera-css5-atelierlyriquedetourcoingweb-pg51-ei691029.html

Jean-Baptiste Lully (1632-1687)
Les Amants magnifiques
Comédie-ballet en 5 actes
Texte de Jean-Baptiste Poquelin, dit MoliÚre (1622-1673)
ComĂ©die mĂȘlĂ©e de musique et d’entrĂ©es de ballet,
représentée devant le roi à Saint-Germain-en-Laye
en février 1670

 

 

tourcoing-amants-magnifiques-classiquenews

________________________________________________________________________________________________

Mise en scĂšne et direction artistique : Vincent Tavernier, Les Malins Plaisirs

Chef associé : Nicolas André
Assistante à la mise en scÚne : Marie-Louise Duthoit
Chorégraphie : Marie-GeneviÚve Massé
Assistant à la chorégraphie : Olivier Collin

Sostrate, gĂ©nĂ©ral en chef des armĂ©es d’Aristione: Laurent PrĂ©vĂŽt
Clitidas, plaisant de cour de la suite d’Eriphile: Pierre-Guy Cluzeau
Le prince Iphicrate, prĂ©tendant Ă  la main d’Eriphile: Maxime Costa
La princesse Aristione: MĂ©lanie Le Moine
Le prince TimoclĂšs, autre prĂ©tendant à la main d’Eriphile: BenoĂźt Dallongeville
Anaxarque, astrologue d’Aristione: Quentin-Maya BoyĂ©
ClĂ©on, fils d’Anaxarque: Olivier Berhault
ClĂ©onice, dame de compagnie d’Eriphile: Jeanne Bonenfant
La princesse Eriphile, fille d’Aristione: Marie Loisel
La nymphe du TempĂ©e, la PrĂȘtresse: Lucie Roche
Eole, le 2e satyre: Geoffroy BuffiÚre / Nathanaël Tavernier
MĂ©nandre, 3e Amour: Stephen Colardelle
Lycaste, le 2e Grec: Clément Debieuvre
Le Triton, le 1er satyre, le 3e Grec: Thibault de Damas
Tircis: Laurent Deleuil
Philinte, 4e Amour: David Witczak
ClimÚne, 1er Amour et 1Úre Grecque: Margo Arsane
Caliste: Marie Favier

La Compagnie de Danse l’éventail
Romain Arreghini, Bruno Benne, Anne-Sophie Berring, BérengÚre Bodénan, Sylvain Bouvier, Olivier Collin, Robert Le Nuz, Artur Zakirov

Le Concert spirituel
Direction musicale : Hervé Niquet

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

La danse au XVIIe
louis-XIV-danseur-ballet-royal-de-la-nuit-le-roi-soleil-aurore-et-naissance-du-mythe-royal-solaire-Paris-theatre-du-petit-bourbon-fevrier-1653-CLASSIQUENEWS-dossier-presentationLe XVIIe marque l’ñge d’or de la danse. Pour les Ă©lites bien nĂ©es, bien Ă©duquĂ©es, et ce depuis la Renaissance, danser est aussi nĂ©cessaire que savoir lire. La danse est une chose sĂ©rieuse. « Danser au bal de la cour demande beaucoup de travail avec un maĂźtre à danser. Danser c’est se livrer, s’exposer au jugement. Jusqu’alors, bal et ballet se mĂȘlent, Ă  part que dans le deuxiĂšme on joue un personnage. Lully professionnalise la danse. On passe de la grĂące et l’élĂ©gance Ă  la technique. Lully veut transmettre par les pas ce qui caractĂ©rise les personnages et leurs émotions. De sa collaboration avec MoliĂšre naĂźt un genre nouveau : la comĂ©die-ballet. Les ballets font intĂ©gralement partie de l’action. Le ballet de cour est dansĂ© par des hommes. Il faudra attendre Le Triomphe de l’amour en 1682 pour voir des danseuses professionnelles » ainsi qu’il est prĂ©cisĂ© dans la prĂ©sentation de la production des Amants Magnifiques sur le site de l’Atelier Lyrique de Tourcoing.

VOIR LE TEASER VIDEO :

 

 
 
 
 

METZ, Arsenal. FESTIVAL « OSEZ HAYDN! » 6 – 9 nov 2019

OSEZ-HAYDN-festival-homepage-METZ-582METZ, Arsenal. FESTIVAL « OSEZ HAYDN! » 6 – 9 nov 2019. AprĂšs l’avoir crĂ©Ă© Ă  Paris en octobre 2018, Julien Chauvin et son ensemble, Le Concert de la Loge, sur instruments anciens, spĂ©cialistes du rĂ©pertoire classique et romantique, transfĂšrent le concept du festival HAYDN Ă  METZ, profitant opportunĂ©ment de leur rĂ©sidence Ă  la CitĂ© musicale de Metz (Arsenal)! Il est temps de (re)dĂ©couvrir l’écriture du gĂ©nie viennois, celui de Joseph Haydn, pĂšre du quatuor, de la symphonie classique, trop Ă©touffĂ© par MOZART. Au XVIIIĂš, rien de tel, car Mozart Ă©tait sousestimĂ©, et HAYDN, vĂ©nĂ©rĂ© comme le plus grand compositeur vivant de son temps
 car Haydn a presque tout inventĂ©, vĂ©ritable « aiguillon », tempĂ©rament audacieux et expĂ©rimentateur de premier plan (Beethoven l’a bien compris qui rechercha absolument Ă  suivre ses leçons Ă  Vienne).
Au programme du festival « OSEZ HAYDN 2019 » Ă  METZ, du 6 au 9 nov, soit pendant 4 journĂ©es, dĂ©bats, confĂ©rences, exposition, battle, pause gourmande et concerts bien sĂ»r.. avec la coopĂ©ration des artisans et des institutions de la rĂ©gion Grand Est. Temps forts entre autres, la confrontation des instruments d’époque et des instruments modernes le 8 nov dans les symphonies de Joseph Haydn

 

 

chauvin-julien-orchestre-de-la-loge-metz-osez-haydn-metz-arsenal-cite-musicale-metz-annone-concerts-classiquenews

 

 

Julien Chauvin, violoniste, fondateur du Concert de la Loge (DR / Arsenal de Metz 2019)

 

 
  
________________________________________________________________________________________________

Programme OSEZ HAYDN 2019
Ă  l’Arsenal de METZ – CitĂ© Musicale de Metz
https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/temps-forts/osez-haydn

 

 

 

Mercredi 6 novembre 2019

 

 

CONFÉRENCE | 18h30
Salon Claude Lefebvre
La lutherie Ă  Mirecourt au XVIIIe siĂšcle
Roland Terrier et Jean-Paul Rothiot racontent comment la lutherie se développe à Mirecourt, petite ville des Vosges au cours du siÚcle ; ils y détectent et analysent les influences des écoles allemande et italienne sur les violons fabriqués pendant cette période.
Roland Terrier – luthier
Jean-Paul Rothiot – historien

 

 

19h30, vernissage
EXPOSITION La lutherie dans tous ses Ă©tats
Grand Hall
Exposition organisĂ©e par le musĂ©e de la Lutherie et de l’archĂšterie françaises de Mirecourt et le Collectif Colof – horaires : du mercredi 6 Ă  samedi 9 nov 2019, de 13h–18h

 

 

 

Jeudi 7 novembre 2019

 

 

CONCERT | 20h
Salle de l’Esplanade
Les Sonates pour pianoforte de Haydn
Sonate en ré majeur
Sonate n°35 en la bémol majeur
Andante et variations en fa mineur
Sonate en sol majeur
Sonate en mi bémol majeur
Alain PlanĂšs – pianoforte

 

 

 

Vendredi 8 novembre 2019

 

 

CONFÉRENCE | 18h30
Salon Claude Lefebvre
Haydn et sa présence à Paris
L’engouement pour les symphonies de Haydn Ă  Paris Ă  la fin du XVIIIe siĂšcle infiltrait tous les aspects de la vie musicale : tous les concerts de  l’époque commençaient et se terminaient par l’une de ses symphonies, on les jouait Ă©galement durant les entractes des comĂ©dies et des tragĂ©dies lyriques. Haydn n’eut donc jamais besoin de venir Ă  Paris pour  promouvoir ses Ɠuvres. Intervenant :
Alexandre Dratwicki – musicologue et directeur scientifique du Palazzetto Bru Zane qui est le Centre de musique romantique française Ă©tabli Ă  Venise.

 

 

CONCERT | 20h
Grande salle
“Deux Haydn sinon rien”
Le Concert de la Loge
L’Orchestre National de Metz
Julien Chauvin – direction
Antoine Pecqueur – prĂ©sentation

Symphonie n°86 en ré majeur
(Le Concert de la Loge)

Symphonie n°45 « Les Adieux »
(Orchestre national de Metz)

 

 

 

Samedi 9 novembre 2019

 

 

CONFÉRENCE À PLUSIEURS VOIX | 14h
Salon Claude Lefebvre
Un salon de musique chez Monsieur Haydn
Le collectif lorrain de la facture instrumentale (COLOFIN) propose une  installation prĂ©sentant des instruments historiques mĂȘlĂ©s Ă  des crĂ©ations sorties des ateliers de plusieurs membres de ce groupe de  luthiers lorrains. L’exposition sera articulĂ©e autour d’un piano carrĂ© historique Frederic Beck fait Ă  Londres en 1777.
Alain Meyer – Luthier

 
 
 

GOÛTER VIENNOIS | 15h30-17h30
Bar – PrĂ©sentation du chocolat “Quatuor” et dĂ©gustation de chocolat chaud et de viennoiseries, prĂ©parĂ©s et prĂ©sentĂ©s par Philippe Maas (chocolatier).

 

 

DÉBAT | 16h
Salon Claude Lefebvre
“Battle : Mozart vs Haydn”
Le dĂ©bat, qui opposera deux fervents dĂ©fenseurs de Mozart et de Haydn, tente d’expliquer la marginalisation des opĂ©ras de Haydn et de rappeler la trĂšs grande thĂ©ĂątralitĂ© de sa musique. Ce sera aussi aux auditeurs de trancher entre ces innovateurs! AttachĂ© Ă  la Cour des princes Esterhazy, prĂšs de Vienne, Haydn compose quantitĂ© de piĂšces divertissantes et plusieurs opĂ©ras encore aujourd’hui minorĂ©s et trĂšs peu jouĂ©s, quand ils sont comme ceux de Mozart, d’une facĂ©tie dramatique post rossinienne, d’une Ă©lĂ©gance toute viennoise et mozartienne.

Marc Vignal – musicologue
Ivan Alexandre – journaliste

 

 

CONCERT | 18h
Salle de l’Esplanade   ”Haydn Intime”
Chantal Santon-Jeffery – soprano
Florent Albrecht – piano
Lucien Pagnon – violon
Lucile Perrin – violoncelle

Canzonettas & Lieder / Sonate en ut majeur – 1er mouvement / Fantaisie en ut majeur – Presto / Cantate Arianna a Naxos / Variations en fa mineur

 

 

CONCERT | 20h
Grande salle
“Un soir sacrĂ© aux Tuileries “
Florie Valiquette – soprano
AdĂšle Charvet – alto
Reinoud Van Mechelen – tĂ©nor
Andreas Wolf – baryton
Ensemble Aedes – Mathieu Romano
Le Concert de la Loge 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

RESERVATIONS & INFORMATIONS
https://www.citemusicale-metz.fr/agenda/temps-forts/osez-haydn

OSEZ-HAYDN-festival-homepage-METZ-582

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

POITIERS, TAP, temps forts de la saison 2019 – 2020

tap-poitiers-saison-2019-2020-temps-forts-programmation-classiquenews-annonce-concertsPOITIERS, TAP, temps forts de la saison 2019 – 2020   –   Le TAP ThĂ©Ăątre Auditorium Poitiers nous promet une nouvelle saison 2019 2020 Ă  la fois Ă©clectique, riche en partages et en dĂ©couvertes. Preuve que l’institution Ă  Poitiers a la souci d’élargir le rĂ©pertoire comme de diversifier et remodeler l’expĂ©rience du concert et de la performance, auprĂšs du plus grand nombre. Il est vrai que ses formations “associĂ©es” : l’Orchestre de chambre Nouvelle-Aquitaine, Ars Nova, l’Orchestre des Champs-ElysĂ©es, composent in loco un rĂ©servoir foisonnant de personnalitĂ©s, d’initiatives, d’expĂ©riences nouvelles et diverses, aux cĂŽtĂ©s des rĂ©pertoires ainsi remarquablement Ă©quilibrĂ©s. Le TAP de Poitiers en disposant d’un auditorium aux qualitĂ©s acoustiques exceptionnelles, offre pour chaque concert, une expĂ©rience singuliĂšre pour le nĂ©ophyte comme pour le mĂ©lomane, plus familier des grands bains symphoniques. C’est pour chaque programme des conditions idĂ©ales pour l’auditeur. Avec son dispositif particulier, favorisant y compris dans le contour de ses murs, les piĂšges Ă  son, une autre façon de percevoir et de goĂ»ter le son comme les alliances sonores. Les instruments qu’ils soient historiques ou modernes gagnent un nouveau relief. Tout cela rend unique, l’expĂ©rience du concert de musique classique au TAP, ThĂ©Ăątre Auditorium de Poitiers.

 

 

 

TAP-POITIERS-concerts-auditorium-acoustique-exceptionnelle-classiquenews

 

 
 

 

 

TAP POITIERS, nouvelle saison 2019 – 2020,
mois par mois, d’octobre 2019 Ă  mai 2020
________________________________________________________________________________________________

 

 

 

OCTOBRE 2019
DĂ©part ce 10 octobre 2019 avec un programme dĂ©diĂ© Ă  Offenbach, le « Strauss français », roi de l’opĂ©rette et du dĂ©lire poĂ©tique, anniversaire oblige en 2019 : en vedette, dans les rĂŽles pĂ©tillants, cocasses inventĂ© par Jacques Offenbach, la soprano colorature MĂ©lanie Boisvert et ses partenaires, avec l’Orchestre de chambre Nouvelle-Aquitaine / Laurent Campellone.

Puis le 17 octobre, immersion symphonique grĂące Ă  l’Orchestre des Champs-ElysĂ©es et son premier violon Alessandro Moccia qui dirige le collectif sur instruments d’époque: au programme BEETHOVEN en prĂ©lude Ă  l’annĂ©e 2020, celle des 250 ans (Symphonie n°1, Concerto pour piano n°1 avec le pianiste Yury Martynov).

 

 

 

NOVEMBRE 2019
Retour d’une trĂšs grande violoniste Isabelle Faust, dans un nouveau concert de l’Orchestre des Champs-ElysĂ©es (Philippe Herreweghe, direction), dim 10 novembre 2019 : programme germanique et symphonique oĂč percent l’ampleur architecturĂ©e de Brahms (Double Concerto pour violon et violoncelle, avec Isabelle Faust et Christian PoltĂ©ra) mais aussi la puissance toute en finesse, une spĂ©cialitĂ© de Philippe Herrewghe, grand dĂ©fenseur du compositeur, pour la Symphonie n°2 d’Anton Bruckner.
AprĂšs le grand bain orchestral, place Ă  l’intimisme de la musique de chambre
 DĂ©couvert au festival estival de Saintes, le jeune Quatuor AROD – aussi prometteur que le Quatuor Elmire parmi la jeune gĂ©nĂ©ration, joue ensuite Schubert, Bartok (4Ăš Quatuor) et Brahms (2Ăš Quatuor), le 14 novembre 2019.

 

 

 

DÉCEMBRE 2019
150 ans de la mort de BERLIOZPour l’annĂ©e BERLIOZ 2019, le TAP rĂ©alise l’oratorio nĂ©o baroque de Berlioz, L’Enfance du Christ que l’auteur de la Fantastique fit passer Ă  l’époque pour une piĂšce française baroque retrouvĂ©e alors, d’un auteur du XVIIĂš oubliĂ© depuis (!), et qui eut un immense succĂšs. Le Repos de la Sainte Famille ou le Trio des IsmaĂ©lites tĂ©moignent de la ferveur tendre et recueillie de Berlioz, sa capacitĂ© Ă  ressusciter le souffle et la poĂ©sie de la fable sacrĂ©e
 Le plateau rĂ©unit les interprĂštes de la production de l’an passĂ© au Festival Berlioz de la CĂŽte Saint-AndrĂ©. Mardi 10 dĂ©cembre 2019. Orch de chambre Nouvelle-Aquitaine, Les Pierres Lyriques (Jean-François Heisser, direction).

TAP-poitiers-orchestre-champs-elysees-philippe-herreweghe-classiquenews-tap-2019-saison-2019-2020

 

© 2009 photographies Arthur Péquin / TAP Poitiers

 

 

JANVIER 2020
Le mercredi 8 janvier, place pour un thĂ©Ăątre inclassable, entre comĂ©die, concerts, performance et dĂ©lire fantastique : « Songs », parcours nocturnes oĂč Ă  ses noces, une jeune femme s’enferme dans les toilettes pour ne plus en sortir. Les invitĂ©s, la famille s’affairent alors pour la divertir et la calmer. Avec le mezzo dĂ©lirant, dĂ©jantĂ© et aux moyens phĂ©nomĂ©naux de Lucile Richardot, avec l’ensemble Correspondances, SĂ©bastien DaucĂ© (musiques des Baroques anglais, Dowland et Purcell – trame musicale conçue par Samuel Achache).
Puis mardi 14 janvier 2020, l’Orchestre de chambre Nouvelle-Aquitaine (JF Heisser, direction) trace un portrait musical de David Krakauer, « immense clarinettiste amĂ©ricain de lointaines origines juives polonaises et russes, dont le nom est immanquablement associĂ© Ă  la musique klezmer, tradition musicale des Juifs d’Europe Centrale. » Au programme, Ɠuvres de Mozart, Kodaly, Golijov, musique klezmer

Le sam 18 janvier 2020 (16h), le TAP accueille la Maßtrise de Radio France dans un programme Britten (A ceremony of carols), Putt (création française de Under the Giant Fern of Night), Imogen et Gustav Holst (Sofi Jeannin, direction).
Enfin vendredi 31 janvier 2020, concert Ă©vĂ©nement dĂ©diĂ© Ă  l’oratorio de LumiĂšres, La CrĂ©ation de Haydn, sommet de l’oratorio classique Ă  Vienne au dĂ©but du XIXĂš. Orch des Champs-ElysĂ©es, Collegium Vocale Gent / solistes : Mari Eriksmoen, soprano ; Patrick Grahl, tĂ©nor ; Florian Boesch, baryton/ Philippe Herreweghe, direction. Le concert est assurĂ©ment l’un des temps forts de la saison 2019 2020.

 

 

 

FÉVRIER 2020
laloum adam pinao concertos brahms cd sony review cd cd critique par classiquenewsHabituĂ© du Festival de Saintes, le pianiste Adam Laloum a sĂ©duit un large public pour son jeu tout en nuances et poĂ©sie. Une approche qui devrait s’accomplir encore entre souplesse et intĂ©rioritĂ© dans un programme SCHUBERT, jeudi 13 fĂ©vrier 2020 : Sonate pour piano n° 19 en do mineur D. 958, Sonate pour piano n° 21 en si bĂ©mol majeur D. 960. RĂ©cital des plus prometteurs. Soit les piliers schubertiens de la fameuse sensucht romantique germanique, l’Ă©quivalent de notre spleen français…
Le TAP porte depuis plusieurs annĂ©es un projet musical ambitieux impliquant les jeunes vocations musicales du territoire aux cĂŽtĂ©s des professionnels (en majoritĂ© les instrumentistes de l’Orchestre des Champs-ElysĂ©es), mais aussi des amateurs non musiciens
 le 19 fĂ©vrier 2020 (7Ăš Ă©dition du projet), le chƓur et l’orchestre des Jeunes prĂ©sentent ainsi l’aboutissement de plusieurs sĂ©ances de travail et de rĂ©pĂ©tition : un programme dĂ©diĂ© entre autres, Ă  Berlioz, Beethoven pour son 250Ăš anniversaire (il est nĂ© en 1770). Au programme : ouverture d’Egmont, extrait de la Damnation de Faust
 , une Ɠuvre en crĂ©ation de Lisa Heute
 ChƓur et Orchestre des Jeunes sous la direction de Mathieu Romano.

 

 

 

MARS 2020

Formation associĂ©e, comme l’Orch des Champs-ElysĂ©es et l’Orch de chambre nouvelle-Aquitaine, l’ensemble Ars Nova propose le jeudi 26 mars 2020 : « SPECTRE(S) », un programme dĂ©diĂ© au compositeur fondateur de l’école spectrale en France, GĂ©rard Grisey (1946-1998) dont PĂ©riodes (1974) et Partiels (1975) pour ensemble, sont jouĂ©s sous la direction de Jean-MichaĂ«l Lavoie, nouveau directeur d’Ars Nova (une rencontre avec le directeur musical est proposĂ©e aprĂšs le concert). Puis, lundi 30 mars (19h30) pleins feux sur les musiques poĂ©tiques enivrantes qui accompagnent les films de Miyazaki : l’Orchestre d’Harmonie du Conservatoire de Grand Poitiers joue plusieurs partitions signĂ©es Joe Hisaishi, vĂ©ritable lĂ©gende au pays du soleil levant. Entre NausicaĂ€ de la vallĂ©e du vent (1984) et le plus rĂ©cent, Le vent se lĂšve (2013), des succĂšs tels que Le ChĂąteau dans le ciel, Mon voisin Totoro ou Le Voyage de Chihiro ressuscitent grĂące aux instrumentistes de l’Orchestre d’Harmonie du Conservatoire. Concert Ă©pique, intense, poĂ©tique


 

 

 

 

AVRIL 2020

Le compositeur Kurt Weill, de Berlin Ă  New York est aussi passĂ© par la France, dans son exil fuyant l’Allemagne nazie. Mordant autant que poĂ©tique, son style ne cesse aussi d’interroger la forme thĂ©Ăątrale. Avec l’Orchestre de chambre Nouvelle-Aquitaine, le chanteur et comĂ©dien Lambert Wilson dĂ©clare le 16 avril 2020 (20h30) son amour de la comĂ©die dĂ©jantĂ©e, dĂ©lirante et musicale conçue dans les annĂ©es 1930. Le rĂ©citant chanteur rend hommage Ă  toutes les facettes du gĂ©nie de Weill, contestataire berlinois, poĂšte parisien et atypique maĂźtre de Broadway.

 
 
tap-poitiers-auditorium-grand-concert-pourtour-piege-a-son-classiquenews-poitiers-TAP
 
 

MAI 2020

Grand invitĂ© du TAP Ă  Poitiers et certainement collectif sublimĂ© par l’acoustique unique en Europe de l’Auditorium poitevin, le Philharmonique de Radio France passe par le TAP ce 8 mai 2020 pour un nouveau programme symphonique trĂšs prometteur car il est aussi dirigĂ© par un jeune maestro finnois, dĂ©jĂ  saluĂ© par Classiquenews, Santtu-Matias Rouvali (33 ans) qui allie prĂ©cision, fulgurance, fiĂšvre Ă©lectrique
 Le programme comprend le Concerto variation de Rachmaninov inspirĂ© par Paganini (soliste : Yulianna Avdeeva, piano), la Symphonie n°5 de Chostakovich, composĂ©e pendant la terreur stalinienne.

 

 

 

RAVEL en CONCLUSION… Puis, contrepointant cette immersion orchestrale de plus prometteuses, place Ă  la ciselure et aux couleurs ravĂ©liennes, le 26 mai 2020 : Louis ravel-maurice-portrait-compositeur-dossier-ravel-classiquenewsLangrĂ©e, participant Ă  la nouvelle Ă©dition Maurice Ravel, – « qui a l’ambition de retravailler ses manuscrits originaux et possiblement rĂ©vĂ©ler quelques traits, couleurs ou saveurs inĂ©dites chez le compositeur », joue Ă  Poitiers dans la foulĂ©e des enregistrements proches, Une barque sur l’ocĂ©an, Concerto en sol, Concerto pour la main gauche, La Valse, rien de moins d’un Maurice Ravel plus inspirĂ© que jamais. Soliste au piano, l’excellent et facĂ©tieux, David Kadouch. Programme Ă©vĂ©nement et temps fort de la saison 2019 2020 au TAP de Poitiers.

 

 

 

TAP-poitiers-auditorium-salle-concerts-saison-2019-2020-classiquenews-saison-2019-2020-tap-poitiers

 

 

 
© 2009 photographies Arthur Péquin / TAP Poitiers

________________________________________________________________________________________________

ACHETEZ EN LIGNE
offres d’abonnement, offre pour plusieurs spectacles (de 3 à 5, de 6 à 8 spectacles
)
https://www.tap-poitiers.com/achetez-en-ligne/

Toutes les infos sur la saison nouvelle 2019 2020, musique classique au TAP de POITIERS
https://www.tap-poitiers.com/spectacle/recherche/musique/

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

tap-poitiers-saison-2019-2020-temps-forts-programmation-classiquenews-annonce-concerts

 

 

 

 

 

 

 

OpĂ©ra de TOURS. Concerto militaire d’OFFENBACH

offenbach-violoncelle-jacques-offenbach-anniversaire-2019-par-classiquenews-dossier-OFFENBACH-2019TOURS, OpĂ©ra. OFFENBACH, les 16 et 17 nov 2019. Le premier concert symphonique de l’OpĂ©ra de Tours pour sa saison 2019 2020 reste Ă©clectique tout en cĂ©lĂ©brant le gĂ©nie plus subtil qu’on ne le pense, de Jacques Offenbach. En tĂ©moigne la verve raffinĂ©e de son Concerto militaire, auquel succĂšdent, « Hiatus et Turbulences » (2018) de Baptiste Trotignon ; Le voyage dans la lune et La GaitĂ© Parisienne (arrangement de Manuel Rosenthal) du mĂȘme Offenbach…

________________________________________________________________________________________________

OPERA DE TOURS
Concert symphonique
Samedi 16 novembre 2019 – 20h
Dimanche 17 novembre 2019 – 17h

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.operadetours.fr/offenbach-16-17-nov

Jacques OFFENBACH
Grand concerto pour violoncelle et orchestre “Concerto militaire”
JĂ©rĂŽme Pernoo, violoncelle

Baptiste TROTIGNON
« Hiatus et Turbulences » (2018)

Jacques OFFENBACH
Le Voyage dans la Lune
Valse et ballet des Flocons de neige

La Gaité Parisienne (1938)
Arrangement et orchestration de Manuel Rosenthal (extraits)

Orchestre Symphonique RĂ©gion Centre-Val de Loire/Tours
Benjamin Pionnier, direction

CONFÉRENCE
Samedi 16 novembre- 19h00
Dimanche 17 novembre – 16h00
Grand ThĂ©Ăątre – Salle Jean Vilar
Entrée gratuite

________________________________________________________________________________________________

Le concerto militaire de Jacques Offenbach

offenbach-violoncelle-dossier-offenbach-2018Pour le bicentenaire Offenbach 2019, l’OpĂ©ra de Tours poursuit son cycle anniversaire
 Quelle belle rĂ©vĂ©lation que ce Concerto “militaire” pour violoncelle en sol majeur (composĂ© en 1847 par un Offenbach, ĂągĂ© de 28 ans), auquel tout soliste concertiste doit prĂ©server l’éloquence en diable et la sensibilitĂ© raffinĂ©e viennoise. Le premier mouvement est portĂ© par une Ă©nergie conquĂ©rante, celle d’une troupe en armes, fiĂšre et gavĂ©e d’un sain panache (n’est il pas militaire, comme son titre l’indique ?). La verve et le brio font toute la valeur de cette Ă©criture dĂ©monstrative et fine ; et l’instrument est proche du chant le plus facile, Ă©perdu, Ă©chevelĂ© (premier Allegro maestoso). La carrure des phrases, leur sens dĂ©lurĂ© de la parodie, l’ivresse des vocalises annoncent cette joie irrĂ©pressible du gĂ©nie de la pantalonnade.
Le violoncelle n’est pas seulement hyperbavard qui semble jouer toutes les parties et toutes les voix : il exprime la frĂ©nĂ©sie de cet Offenbach hyper sensible, racĂ©, Ă©lĂ©gantissime, douĂ© naturellement pour les fantaisies les plus fantasques (« bouffes ») d’un esprit hantĂ© par la grĂące du dĂ©lire. Quel premier mouvement ! Un synthĂšse dont l’imagination dramatique annonce 10 ans, le coup de gĂ©nie d’OrphĂ©e aux enfers. S’y ressuscite et s’incarne idĂ©alement par son insolence magnifique, l’esprit d’Offenbach : cet oiseau moqueur si dĂ©lectable dans ses dĂ©lires et sa fantaisie souveraine. L’amuseur du Second Empire ose dĂ©jĂ  en 1847, une cascade d’idĂ©es dĂ©jantĂ©es, de verve en diable qui se joue de tous les registres : l’art est libre, et avec Offenbach, composant pour son propre instrument, non pas la voix mais le violoncelle, totalement explosif ; car, juvĂ©nile, sincĂšre, quasi instinctif, c’est d’abord un bain bouillonnant d’énergie.
Le second mouvement (Andante de presque 10 mn) sonne comme l’aria d’une diva de bel canto : andante chantant lui aussi mais en demi, ultra teintes, oĂč le dosage et la nuance supplĂ©ent la volontĂ© de bravade brute et de pure virtuositĂ©. Outre le jeu et le chant du violoncelle solo, la partition Ă©carte tout esprit de virtuositĂ© creuse et pĂ©taradante y compris de la part de l’orchestre : le jeu des arriĂšres plans exige une tenue de l’orchestre sachant allier finesse et dĂ©lire. En somme tout Offenbach.
Le Concerto rĂ©tablit le gĂ©nie facĂ©tieux d’un Offenbach trĂšs cultivĂ© qui pense par son violoncelle tout l’opĂ©ra de son Ă©poque : Rossini, Bellini et Verdi ; les Italiens Ă©videmment dont il aime parodier toutes les facettes. Mais Offenbach aime moquer surtout l’orgueil et la vanitĂ© du militaire, comme en tĂ©moignent les nombreux Ă©clats comiques du final qui annonce La Grande Duchesse de Gerolstein (Ă©crite 20 ans aprĂšs son Concerto). Belle offrande pour le bicentenaire de la naissance de Jacques Offenbach 2019.

AprĂšs l’inoubliable crĂ©ation mondiale des FĂ©es du Rhin, crĂ©ation en français du premier grand opĂ©ra de Jacques Offenbach, produit ici mĂȘme Ă  Tours, en prĂ©ambule Ă  l’annĂ©e Offenbach 2019, voici un nouveau jalon du cycle anniversaire Offenbach conçu par Benjamin Pionnier Ă  l’OpĂ©ra de Tours.

VOIR notre reportage vidĂ©o CrĂ©ation mondiale des FĂ©es du Rhin, de Jacques Offenbach (1864) – octobre 2018

http://www.classiquenews.com/teaser-opera-de-tours-creation-mondiale-des-fees-du-rhin-de-j-offenbach-1864/

________________________________________________________________________________________________

RESERVEZ VOTRE PLACE

http://www.operadetours.fr/offenbach-16-17-nov

Grand Théùtre de Tours
34 rue de la Scellerie
37000 Tours

02.47.60.20.00
Contactez-nous
Billetterie
Ouverture du mardi au samedi
10h30 Ă  13h00 / 14h00 Ă  17h45

02.47.60.20.20
theatre-billetterie@ville-tours.fr

Impressions d’Italie… Jean-Philippe Sarcos et l’orchestre LE PALAIS ROYAL

SARCOS orchestre du palais royal programme concert annonce critique classiquenews MYL1744-MylĂšne-Natour-300x300PARIS, les 17 et 18 oct 2019. Inspirations italiennes. JP SARCOS, C TROTTMANN, Haendel et Mozart. Dans un lieu historique au riche patrimoine musical Ă  Paris (Salle historique du premier conservatoire), le chef Jean-Philippe Sarcos interroge le style italien dans l’écriture de Haendel et Mozart ; le premier inspirant mĂȘme le second 
 En octobre 2019, Le Palais royal et Jean-Philippe Sarcos invitent dans un programme Haendel et Mozart, la jeune soprano, Catherine Trottmann nouvelle Ă©toile du chant français. Les Ɠuvres choisies rendent hommage au bel esprit italien, ce goĂ»t de la mĂ©lodie et des harmonies lumineuses voire solaires. La souriante pĂ©ninsule mĂ©diterranĂ©enne a façonnĂ© ainsi  « une musique colorĂ©e, contrastĂ©e, Ă©vidente, Ă©clatante », oĂč « le chant est premier, oĂč la mĂ©lodie dicte ses lois Ă  l’harmonie, au contrepoint, Ă  l’architecture musicale mĂȘme. »

 
De Haendel Ă  Mozart

Suavité et virtuosité italiennes

 
Ainsi les deux compositeurs retenus ne sont-ils pas Ă©trangers dans ce creuset musical et esthĂ©tique de premier plan : « dans leur jeunesse, Haendel et Mozart Ă©tudient en Italie. Toute leur vie leur musique gardera l’empreinte des couleurs romaines et le rythme du style italien ».

Catherine Trottmann, Jean-Philippe Sarcos et l’orchestre Le Palais royal interprĂštent ainsi les Ɠuvres les plus italiennes de Haendel et Mozart. Ils ne se sont pas connus car Haendel meurt alors que Mozart n’a que 3 ans. Comme cela sera le cas des Ɠuvres de JS BACH, les partitions de HAENDEL frappent profondĂ©ment le jeune MOZART : il y dĂ©tecte une habiletĂ© virtuose dans la finesse des mĂ©lodies, la science des masses chorales, la construction et le dĂ©veloppement d’un air. De toute Ă©vidence les operas serias et surtout les oratorios de Haendel ont agi positivement dans l’inspiration et la maturation du style mozartien. On les retrouve dans ce programme qui mĂȘle nervositĂ© expressive de l’orchestre, et souplesse d’un chant acrobatique et sensuel. D’ailleurs, la Messe en ut mineur (« Laudamus te »), comme la virtuositĂ© Ă©poustouflante du motet « Exultate, jubilate » en tĂ©moignent aujourd’hui ; de Haendel Ă  Mozart, circule une mĂȘme Ă©lĂ©gance mĂ©lodique, explicitement italienne…

 

 

Les citations sont empruntées à la présentation du programme sur le site du Palais royal.

________________________________________________________________________________________________

PARIS, Salle historique du Premier Conservatoire

Jeudi 17 octobre 2019, 20h30boutonreservation
Vendredi 18 octobre 2019, 20h30

Catherine TROTTMANN, soprano
Orchestre Le Palais royal – Jean-Philippe SARCOS, direction

 

 

PLAN D’ACCES
https://www.google.com/maps/place/Conservatoire+national+supĂ©rieur+d’art+dramatique/@48.8726146,2.3469383,15z/data=!4m5!3m4!1s0x0:0x42e986c66536d365!8m2!3d48.8726146!4d2.3469383

 

RESERVATION
https://www.weezevent.com/inspirations-italiennes-oct2019

 

Salle historique du premier conservatoire de Paris
2 bis rue du Conservatoire – 75009 Paris
________________________________________________________________________________________________

Programme détaillé

 

Georg Friedrich HAENDEL (1685-1759)
‱ Salomon : ArrivĂ©e de la reine de Saba (3â€Č)
‱ Joshua : Air « O had I Jubal’s lyre » (2’30)
Le Messie : « Rejoice » (4’30)

‱ Concerto grosso, Op. 6 No. 10 : extrait (5â€Č)

‱ Giulio Cesare : Air « PiangerĂł la sorte mia » (7â€Č)
‱ Giulio Cesare : Air « Da Tempeste » (6â€Č)

Wolfgang Amadeus MOZART (1756-1791)

‱ Messe en ut mineur, K. 427 : « Laudamus te » (5â€Č)

‱ Symphonie n°29, K. 201 (23â€Č)

‱ Motet Exsultate jubilate, K. 165 (15â€Č)

 

 

Orchestre du Palais-Royal : Impressions d'Italie, de Haendel Ă  Mozart

 
________________________________________________________________________________________________

PLUS D’INFOS SUR LE SITE du Palais royalJean-Philippe Sarcos, direction
http://le-palaisroyal.com

 

 

Crédit photos : © MylÚne Natour / Le Palais royal

 

 

 

 

 CD

 

 

A l’automne 2019, Le Palais royal / Jean-Philippe Sarcos font paraĂźtre un nouveau cd dĂ©diĂ© au souffle crĂ©ateur des hĂ©ros : BEETHOVEN et MOZART. LIRE ici la critique complĂšte de l’album (enregistrĂ© en 2015 dans la salle de concert du premier Conservatoire de Paris) – CLIC de classiquenews du mois d’octobre 2019 :

Orchestre Le Palais royal. Jean-Philippe Sarcos, direction (1 cd 2015).

temps-des-heros-beethoven-mozart-palais-royal-orchestre-jean-philippe-sarcos-cd-annonce-critique-classiquenewsCD, critique. LE TEMPS DES HEROS. BEETHOVEN / MOZART. Orchestre Le Palais royal. Jean-Philippe Sarcos, direction (1 cd 2015). Le « Temps des hĂ©ros » : c’est Ă  dire Mozart et Beethoven. Le premier fait vibrer les cƓurs et expriment comme nul autre avant lui, la passion et les sentiments humains, avec cette tendresse particuliĂšre pour les femmes ; le second crĂ©e l’orchestre du futur ; les deux dĂ©finissent le romantisme et la modernitĂ© en musique ; ils sont d’ailleurs les premiers aussi Ă  se penser « crĂ©ateurs », et non plus serviteurs. Jean-Philippe Sarcos a donc bien raison de souligner leur Ă©toffe de « hĂ©ros » dans ce programme qui souligne la valeur de chacun. Lire la critique complĂšte

 

 

SIGURD de REYER Ă  NANCY

SIGURD-REYER-opera-de-nancy-production-nouvelle-annonce-critique-opera-classiquenewsNANCY, les 14 et 17 oct 2019. REYER : Sigurd. Pour ses 100 ans, l’OpĂ©ra national de Lorraine met Ă  l’affiche Sigurd d’Ernest Reyer, ouvrage choisi pour son inauguration le 14 octobre 1919. Ainsi s’est Ă©crit l’histoire du Palais Hornecker – CrĂ©Ă© d’abord au ThĂ©Ăątre de la Monnaie Ă  Bruxelles en 1884, SIGURD fut une pĂ©pite lyrique totalisant 250 reprĂ©sentations Ă  l’OpĂ©ra de Paris jusque dans les annĂ©es 1930. Comme Wagner et sa TĂ©tralogie, Reyer plonge dans la mythologie nordique – la saga des Nibelungen et les Eddas –, pour narrer les aventures de Sigurd et Brunehilde, entre souffle Ă©pique, passions Ă©prouvĂ©es, surnaturel, et style du grand opĂ©ra français. Comme Debussy et Dukas, respectivement PellĂ©as et MĂ©lisande, et Arianne, Reyer et Wagner traitant le mĂȘme fonds lĂ©gendaire, crosient les destinĂ©es d’un opĂ©ra Ă  l’autre. Ainsi Sigurd et Le Ring mettent en scĂšne Gunther conquĂ©rant de la Walkyrie devenue mortelle, Brunnhilde. Les deux ouvrages se recoupent dans la destinĂ©e de Bruhnnilde, figure centrale qui incarne le don, le sacrifice, l’absolue loyautĂ©. IncarnĂ©e Ă  la crĂ©ation par la sublime ROSE CARON, Brunnhilde suscita Ă  l’époque de Reyer, l’admiration du peintre Edgar Degas qui vit l’ouvrage plus de 30 fois ! Bel indice d’une admiration sincĂšre et constante pour un ouvrage et un personnage majeur en France, Ă  l’époque du wagnĂ©risme envahissant,
 que ne goĂ»tait guĂšre le peintre des danseuses et des musiciens de l’opĂ©ra de Paris. A Nancy, une wagnĂ©rienne Ă©blouissante, grave, souple, diseuse incarne ce profil de femme admirable, Catherine Hunold. Argument majeur de la version proposĂ©e par Nancy pour son centenaire.

 

 

________________________________________________________________________________________________

boutonreservationNANCY, Opéra national de Lorraine
Reyer : Sigurd, en version de concert
lundi 14 et jeudi 17 octobre 2019 Ă  19h
RESERVEZ ici :
https://www.nancy-tourisme.fr/offres/opera-sigurd-reyer-nancy-fr-2264277/

________________________________________________________________________________________________

 

 

CARON-ROSE-edgar-degas-sigurd-classiquenews-portraitOpĂ©ra en version de concert crĂ©Ă© Ă  Nancy le 14 octobre 1919 pour l’inauguration du nouveau thĂ©Ăątre (actuel opĂ©ra)
Opéra en quatre actes, 9 tableaux et 2 ballets
Livret de Camille du Locle et d’Alfred Blau
Créé le 7 janvier 1884 au Théùtre de la Monnaie de Bruxelles

Durée : 3h30 + 2 entractes
Chanté en français, surtitré

Orchestre de l’OpĂ©ra national de Lorraine
Direction musicale : Frédéric Chaslin
ChƓur de l’OpĂ©ra national de Lorraine
Chef de choeur : Merion Powell
ChƓur d’Angers Nantes OpĂ©ra
Chef de choeur : Xavier Ribes

Sigurd : Peter Wedd
Gunther : Jean-SĂ©bastien Bou
Hagen : JĂ©rĂŽme Boutillier
Le Grand PrĂȘtre d’Odin : Nicolas Cavallier
Brunehilde : Catherine Hunold
Hilda : Camille Schnoor
Uta : Marie-Ange Todorovitch
Le Barde : Eric Martin-Bonnet
Rudiger : Olivier Brunel

Illustration : ROSE CARON, créatrice du rÎle de Brunnhilde dans SIGURD de Reyer (DR)

 

 

 

WAGNER / REYER … Comme Wagner dans La TĂ©tralogie, il est question d’une manipulation honteuse qui provoque la mort du hĂ©ros idĂ©al (quoique trop naĂŻf) et de la femme la plus loyale ; ici le roi Gunther manipule le chevalier Sigurd (chez Wagner Siegfried). Hagen son bras armĂ©, tue le hĂ©ros et Ă©pouse celle qui lui Ă©tait pourtant promise par les dieux (Brunnhilde). Chez Wagner comme chez Reyer, la mĂȘme clairvoyance quant Ă  la barbarie humaine propre Ă  tromper et Ă  voler, Ă  mentir et Ă  assassiner. Mais mĂȘme s’il arrive Ă  ses fins, l’infect Gunther, souverain sans envergure, s’effondre, sa maison avec lui ; entre temps, les hĂ©ros admirables, – Sigurd et Brunnhilde, sont sacrifiĂ©s sans mĂ©nagements.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SYNOPSIS

________________________________________________________________________________________________

ACTE I
SIGURD tombe amoureux de Hilda ;
Gunther de Brunnhilde


Gunther, roi des burgondes, accueille dans son chĂąteau Ă  Worms les Ă©missaires d’Attila qui demande la main de la sƓur de Gunther, Hilda. Celle-ci confie Ă  sa nourrice Uta, le songe qui la tourmente : une rivale fera expirer son noble Ă©poux. PlutĂŽt qu’Attila, Hidla aime en secret celui qui l’a sauvĂ©e de l’esclavage, le chevalier Sigurd. Uta, sorciĂšre Ă  ses heures, annonce l’arrivĂ©e de Sigurd Ă  la cour du roi Gunther : elle lui fera boire un philtre qui le rendra amoureux de sa maĂźtresse Hilda.
Hagen chante Ă  Gunther l’histoire de Brunnhilde, la Valkyrie audacieuse et courageuse qui dĂ©sobĂ©it Ă  ODIN son pĂšre, prĂ©fĂ©rant dĂ©fendre l’amour des deux mortels, maudits et bouleversants, Siegmund et Sieglinde. DĂ©chue de son statut, Brunnhilde devenue mortelle attend derriĂšre un mur de flammes, le hĂ©ros qui saura le protĂ©ger

Gunther entend libérer Brunnhilde : il partira le lendemain.
Mais surgit Sigurd le chevalier attendu qui dĂ©clarant aussi son amour pour Brunhilde, dĂ©fie Gunther. Mais celui ci se montre plus conciliant et mĂȘme soumis : il accueille le chevalier comme son frĂšre, lui proposant mĂȘme de partager le trĂŽne Burgonde.
Alors Hilda tend la coupe prĂ©parĂ©e par Uta, Ă  Sigurd pour prĂȘter serment de loyautĂ© Ă  son frĂšre Gunther.
De leurs cĂŽtĂ©s, les Ă©missaires d’Attila, qui face au refus de Hilda, lui remet un bracelet : si elle le renvoie par messager, Attila accourra pour la dĂ©fendre ou la venger.
Mais pour l’heure Sigurd foudroyĂ©, tombe amoureux de Hilda. Il promet Ă  Gunther de l’aider pour conquĂ©rir Brunnhilde. Ils partent dans ce but.

 

 

 

ACTE II

Sigurd combat en Islande et délivre Brunnhilde

pour le compte de Gunhter
 

 

Sigurd,  Gunther  et  Hagen dĂ©barquent en Islande : lĂ , un grand-prĂȘtre qui sacrifie sous le tilleul Ă  l’épouse d’Odin, Freja, les alerte sur la cruautĂ© des Kobolds et des Elfes qu’ils devront affronter. Seul un hĂ©ros au cƓur de diamant, « vierge de corps et d’ñme et sonnant le cor sacré » pourra dĂ©livrer des flammes la vierge Brunnhilde. Sigurd propose de revĂȘtir l’identitĂ© de son ami Gunther pour conquĂ©rir Brunnhilde ; seul lui importe d’épouser Hilda dont il est toujours Ă©pris (grĂące au philtre d’Uta). Sigurd reçoit du grand-prĂȘtre le cor sacrĂ© d’Odin (qui le protĂšgera des elfes) : au 3Ăš appel, le palais enflammĂ© de la Walkyrie surgira. Au milieu des Dolmen, 3 nornes paraissent et montrent Ă  Sigurd, le linceul qu’elles lui destinent.  Lutins, kobolds et walkyries haineuses l’assaillent. Au 2Ăš appel, Sigurd dĂ©couvre un lac oĂč tentent de le sĂ©duire les lascives Nixes, sirĂšnes dangereuses. Sigurd parvient Ă  sonner le 3Ăš appel, avant qu’un elfe ne lui dĂ©robe le cor d’Odin.  Pensant combattre pour l’amour d’Hilda, Sigurd s’avance vers le palais qui se prĂ©cise devant lui. Sigurd dĂ©guisĂ© en Gunther dĂ©livre Brunnhilde qui le salue : une nacelle de cristal tirĂ© par les 3 nornes devenues cygnes emmĂšne le couple endormi.

 

 

 

 

 

ACTE III

La noce de Gunther et de Brunnhilde

 

Dans  les  jardins  du  chĂąteau  de  Gunther  à  Worms,  Brunnhilde dĂ©couvre le roi qui l’a sauvĂ©, tandis que sous la vigilance d’Uta, Sigurd sĂ©duit Hilda, ravie d’avoir gagnĂ© l’amour du chevalier.

Hagen annonce les noces de Brunnhilde et de Gunther : un tournoi est organisĂ© en l’honneur des mariĂ©s. Au moment oĂč Brunnhilde bĂ©nit l’union simultanĂ©e entre Hilda et Sigurd, le tonnerre gronde et suscite un malaise partagĂ© chez ces derniers. Uta pressent que le destin n’accepte pas la tromperie dont Sigurd et Brunnhilde sont victimes. La sorciĂšre craint le pire sur la maison de Gunther et de sa sƓur, Hilda.

 

 

 

 

 

 

 

ACTE IV

Le bûcher des Justes : Sigurd et Brunnhilde 

Sur  une  terrasse  du  chĂąteau  de  Gunther,  les servantes s’inquiĂštent du mal mystĂ©rieux qui ronge le cƓur de Brunnhilde ; celle ci paraĂźt et exprime malgrĂ© son mariage avec Gunther, son amour irrĂ©pressible et coupable pour Sigurd. Hilda la rejoint et avoue le stratagĂšme : c’est bien Sigurd qui l’a dĂ©livrĂ©e des flammes ; c’est lui le chevalier digne de son amour.

Mais Brunnhilde revendique la loi d’Odin selon laquelle c’est Sigurd qui lui est promis ; une terrible malĂ©diction menace Gunther et Hilda les manipulateurs.

Paraissent Gunther et Hagen : Brunnhilde les menace et les maudit. Avant le jour, Gunther ou Sigurd périra.

Brunnhilde invite Sigurd Ă  la fontaine ; en rĂ©citant un sortilĂšge rituel qui dĂ©fait les sorts, Sigurd dĂ©couvre qu’il aime Brunnhilde et lui dĂ©clare son amour. MalgrĂ© les tentatives de Brunnhilde, Hagen, bras armĂ© de Gunther, tue Sigurd. Avant d’expirer, Sigurd reçoit le serment de Brunnhilde qui jure de mourir Ă  ses cĂŽtĂ©s : Hagen ordonne un grand bĂ»cher qui embrase le corps des deux fiancĂ©s purs. Mais Hilda dĂ©possĂ©dĂ©e et coupable, exige que Hagen la tue Ă©galement auprĂšs de Sigurd ; avant que l’homme noir ne la frappe, Hilda remet Ă  Uta le bracelet des Ă©missaires d’Attila ; le barbare viendra donc la « sauver » mais avant, exterminera le royaume de Gunther, l’usurpateur et le lĂąche. Alors que les flammes consume leur dĂ©pouille, le chƓur final chante leur amour Ă©ternel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

OrlĂ©ans. ORCHESTRE SYMPHONIQUE D’ORLÉANS : Concerto en sol majeur de Maurice RAVEL

ravel-maurice-portrait-compositeur-dossier-ravel-classiquenewsorleans-concert-septembre-2019-annonce-concert-classiquenews-octobre_embraquement_immediatORLEANS, Orch Symphonique. Les 12 et 13 oct 2019. RAVEL, DEBUSSY
 Pour son premier concert de la saison 2019 – 2020, l’Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans rend hommage au gĂ©nie de Ravel, inspirĂ© par l’AmĂ©rique, divin orchestrateur de Moussorgski
 Depuis sa crĂ©ation en 1921, l’Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans (OSO) perpĂ©tue une trĂšs active tradition orchestrale Ă  OrlĂ©ans. AprĂšs Jean-Marc Cochereau qui le porta pendant plus de 20 ans, Marius Stieghorst pilote aujourd’hui la phalange avec l’engagement et le sens des risques et des dĂ©fis qui assurent Ă  la formation sa vivacitĂ©. Actuellement chef assistant Ă  l’OpĂ©ra National de Paris, Marius Stieghorst (nĂ© en Allemagne, Ă  Kaiserslautern) a Ă©tĂ© Premier Kapellmeister et Directeur Adjoint de la musique Ă  OsnabrĂŒck, Allemagne. C’est un musicien expĂ©rimentĂ© qui maĂźtrise les enjeux de la direction lyrique et symphonique, sait transmettre, fĂ©dĂ©rer, impliquer.

 

1er concert de la saison 2019 2020 du Symphonique d’OrlĂ©ans

EMBARQUEMENT IMMÉDIAT

 

 

 

Ravel à l’honneur

 

 

Saison 19-20 OSO Pour chaque concert entre 60 et 80 instrumentistes, souvent anciens Ă©lĂšves du Conservatoire, dĂ©fendent les choix artistique du directeur musical. Le premier concert de la nouvelle saison 2019 2020, les 12 et 13 octobre 2019, intitulĂ© « embarquement immĂ©diat », invite en soliste la pianiste Maroussia Gentet dans le Concerto pour piano en sol majeur de Maurice Ravel dont le goĂ»t pour les rythmes exotiques, prĂ©cisĂ©ment amĂ©ricains (jazzy) renouvelle une Ă©criture d’un raffinement et d’un intimisme saisissants. Le sol majeur est achevĂ© en 1931, crĂ©Ă© en janvier 1932 (salle Pleyel), par Marguerite Long au piano et Ravel comme chef. C’est une fĂȘte « virtuose » (Ă  la Saint-SaĂ«ns) pour les vents de l’orchestre (particuliĂšrement sollicitĂ©s, exposĂ©s) et le piano, mais aussi dont l’élĂ©gance et l’esprit renvoient directement Ă  Mozart. Ravel partage avec ce dernier la sincĂ©ritĂ© et la vĂ©ritĂ© bouleversante d’une Ă©criture qui ne dĂ©crit pas, mais exprime, Ă©prouve, touche. Comme son second Concerto (composĂ© simultanĂ©ment), Ravel y dĂ©veloppe son enthousiasme fĂ©cond pour les Etats-Unis traversĂ© lors d’un sĂ©jour dĂ©cisif en 1928 : d’oĂč la prĂ©sence du jazz.

3 mouvements : Allegramente, Adagio assai (la main droite y déploie une mélodie déchirante par sa simplicité et sa tendresse en mi majeur : claire référence au mouvement lent du Quintette pour clarinette de Mozart), Presto.

Les autres Ɠuvres Ă  l’affiche de ce superbe programme, citent aussi l’énergie du jazz chez Chostakovitch (Tahiti Trot), comme elles soulignent le gĂ©nie du Ravel orchestrateur, immense crĂ©ateur Ă  la suite des couleurs et de la rĂ©volution des timbres opĂ©rĂ©s avant lui par Rameau au XVIIIĂš ou Berlioz au XIXù
 Tableaux d’une exposition de Moussorgski dans l’orchestration de Ravel. Programme incontournable.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

ORLEANS, Théùtre / Salle Touchard
SAMEDI 12 OCTOBRE – 20h30
DIMANCHE 13 OCTOBRE – 16h00

« EMBARQUEMENT IMMÉDIAT »
Marius STIEGHORST, direction

- Dimitri CHOSTAKOVITCH
Tahiti Trot

- Claude DEBUSSY
En bateau de la « Petite suite » (Orchestration : Henri BĂŒsser)

- Claude DEBUSSY
Golliwogg’s Cake-Walk de « Children’s corner » (Orchestration : AndrĂ© Caplet)

- Maurice RAVEL
Concerto pour piano en Sol Majeur
Maroussia GENTET, piano

Entracte

- Modeste MOUSSORGSKI
Tableaux d’une exposition (Orchestration : Ravel)

boutonreservationRÉSERVEZ VOTRE PLACE
sur le site de
l’Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans

 

octobre_embraquement_immediat

 

Saison 19-20 OSO Orchestre symphonique d orleans classiquenews annonce critique saison 2019 2020

 

 

 

SCEAUX (92). La Schubertiade : Schubert, Franck, Ravel

sceaux-schubertiade-pave-19-20SCEAUX (92). La Schubertiade, 12 oct 19. « Made in Franz ». Reprise du cycle de musique de chambre Ă  Sceaux, avec en fil rouge, la musique Schubertienne. Le premier volet de la nouvelle saison de La Schubertiade de Sceaux associe Schubert (Fantaisie en ut D 934) Ă  deux immenses Français romantiques, auteurs majeurs Ă  l’époque de Wagner : Saint-SaĂ«ns et Franck, dans deux partitions essentielles dans l’histoire de la musique romantique française, et aussi Ravel (l’irrĂ©sistible Tzigane).

Présentation des interprÚtes : 1er concert du cycle Made in Franz

Degand-Julien-e1559384374717-300x300” ReprĂ©sentante exceptionnelle du violon français, fondatrice et chef de « la Diane française », pĂ©dagogue recherchĂ©e, StĂ©phanie-Marie Degand est l’une des rares violonistes Ă  maitriser les codes d’un rĂ©pertoire allant du XVII° siĂšcle Ă  aujourd’hui. AssociĂ©e Ă  sa complice Christie Julien, partenaire privilĂ©giĂ©e sur scĂšne comme au disque, la voici dans un duo « so french » (titre de l’un de leurs albums) oĂč l’inspiration crĂ©atrice ne le cĂšde en rien Ă  la virtuositĂ©. Avec en prĂ©lude un merveilleux dialogue schubertien dans l’une de ses rares Ɠuvres pour cette formation. “

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Samedi 12 octobre 2019, 17h
HĂŽtel de Ville de Sceaux
Grande Salle

RÉSERVEZ VOTRE PLACE
http://www.schubertiadesceaux.fr/la-programmation/edition-2019-2020/

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Programme :
Schubert : Fantaisie en ut D 934
Saint-Saëns : Introduction et rondo capriccioso
Franck : Sonate
Ravel : Tzigane

Stéphanie-Marie Degand, violon
Christie Julien, piano

DEGAS Ă  l’OpĂ©ra (catalogue de l’exposition)

degas a l opera catalogue livre evenement exposition degas opera musee d orsay janvier 2010 critique annonce analyse classiquenewsLivres, catalogue d’exposition, critique. Degas Ă  l’OpĂ©ra (MusĂ©e d’Orsay). Superbe catalogue qui fait le point sur l’Ɠuvre musical et chorĂ©graphique de Degas, peintre solitaire, en marge de tout acadĂ©misme et d’un tempĂ©rament rĂ©solument original. MĂȘme s’il se rapproche de Monsieur Ingres (la ligne serpentine inspirĂ©e de RaphaĂ«l), en Italie de Gustave Moreau qui devient un temps son mentor, Degas cultive une mise Ă  distance de l’acadĂ©misme et des institutions qu’il sait remettre en question. Mais s’il se rapproche des indĂ©pendants et des impressionnistes, de Manet avec lequel il aura des relations animĂ©es, Edgar Degas recompose tout dans son atelier ; prend des notes Ă  l’opĂ©ra, dans la salle, les coulisses, assiste aux rĂ©pĂ©titions Salle Le Peletier surtout
 puis assemble toute composition dans l’atelier, avec comme seule force recrĂ©ative et organisatrice, la puissance de sa fabuleuse mĂ©moire visuelle. Le catalogue de l’exposition « Degas Ă  l’OpĂ©ra » analyse tous les ressorts de la thĂ©matique appliquĂ©s au dessin et Ă  la couleur du MaĂźtre : mouvement, sujets, cadres, formats, techniques (peinture et dessin Ă©videmment, mais aussi pastels, craie sur papier calque, monotype, sculpture
) ; le catalogue sait analyser les goĂ»ts artistiques et musicaux du peintre ; oĂč rĂšgnent comme Berlioz, l’inestimable / l’inĂ©puisable Gluck ; et aussi Reyer et son opĂ©ra wagnĂ©rien, « Sigurd ». Degas y admire comme nul autre la soprano Rose Caron (dans le rĂŽle de Brunnhilde) dont il a louĂ© le grain de la voix et la plastique des bras inoubliables.
Or sur le sujet d’une interprĂšte adulĂ©e, tout avait commencĂ© par le portrait d’une danseuse cocotte en vedette dĂšs les annĂ©es 1867 : « EugĂ©nie Fiocre dans le ballet La Source » de Nuitter et Delibes.
Plus qu’une danseuse qui pose, comme il le fera ensuite en corps dĂ©sarticulĂ©s, avec tutu et ruban, Ă©reintĂ©s, suintant voire douloureux, Degas peint la Fiocre en un songe oriental et rĂȘveur qui est pure allĂ©gorie d’une nostalgie mystĂ©rieuse. Un tour (magique et premier) qui ne manque pas encore de dĂ©concerter. Tout est lĂ  dĂ©jĂ  dans ce fabuleux (grand) portrait, et qu’explicitent avec Ă©rudition les textes du catalogue. Lecture incontournable, ne serait-ce que pour prĂ©parer votre visite au MusĂ©e d’Orsay. Exposition jusqu’au 19 janvier 2020.

PrĂ©sentation par l’éditeur :
« Rien en art ne doit ressembler Ă  un accident, mĂȘme le mouvement. » Edgar Degas

Durant toute sa carriĂšre, des annĂ©es 1860 jusqu’aux Ɠuvres ultimes au-delĂ  de 1900, Degas a fait de l’OpĂ©ra le point central de ses travaux, sa « chambre Ă  lui ». Il en explore les divers espaces – salle et scĂšne, loges, foyer, salle de danse, s’attache Ă  ceux qui les peuplent, danseuses, chanteurs, musiciens, spectateurs, abonnĂ©s en habit noir hantant les coulisses. Cet univers clos est un microcosme aux infinies possibilitĂ©s et permet toutes les expĂ©rimentations : multiplicitĂ© des points de vue, contraste des Ă©clairages, Ă©tude du mouvement et de la vĂ©ritĂ© du geste.‹‹Aucun ouvrage jusqu’Ă  prĂ©sent n’avait envisagĂ© l’OpĂ©ra dans sa globalitĂ© dans l’Ɠuvre de Degas, Ă©tudiant tout Ă  la fois le lien passionnĂ© qu’il avait avec cette maison, ses goĂ»ts musicaux, mais aussi les infinies ressources de cette merveilleuse « boĂźte a outils ». Par le prisme de l’OpĂ©ra, Henri Loyrette redessine une monographie de celui qui fut peut-ĂȘtre un des plus grands artistes du XIXe siĂšcle.‹‹Exposition organisĂ©e par les musĂ©es d’Orsay et de l’Orangerie, Paris et la National Gallery of Art, Washington oĂč elle sera prĂ©sentĂ©e du 1er mars au 5 juillet 2020, Ă  l’occasion du trois cent cinquantiĂšme anniversaire de l’OpĂ©ra de Paris.‹

Exposition DEGAS A L’OPERA. PARIS, MusĂ©e d’Orsay 24 septembre 2019 – 19 janvier 2020 – Textes en français – 328 pages / 323 illustrations – CoĂ©dition Rmn-Grand Palais / MusĂ©es d’Orsay et de l’Orangerie – prix indicatif : 45 €

LIRE aussi notre prĂ©sentation de l’exposition DEGAS Ă  l’OpĂ©ra au MusĂ©e d’ORSAY

TURANDOT en direct du Liceu

pucciniARTE.TV/opera Mardi 15 octobre 2019, 20h, en direct. PUCCINI : TURANDOT en direct du Liceu de Barcelone, mise en scĂšne : Franck ALEU, vidĂ©aste / direction musicale : Josep PONS. 3 énigmes sont rĂ©vĂ©lĂ©es par le prince Calaf pour obtenir la main de la princesse vierge Turandot. 3 personnages sont clĂ©s au centre de ce drame oriental Ă  la fois cruel, barbare et finalement transcendĂ© par l’amour : Calaf donc, le prince Ă©tranger ; Turandot, la vierge hystĂ©rique et frigide ; Liu enfin, celle qui aime en secret Calaf mais se sacrifie volontiers… Elle meurt assassinĂ©e aprĂšs avoir Ă©tĂ© torturĂ©e, inquiĂ©tĂ©e par les policiers de Turandot.

 

 

liceu-barcelona-barcelone-turandot-irene-theorin-live-arte-critique-annonce-classiquenews-Turandot-live-direct-critique

Turandot au LICEU de Barcelona par Franc ALEU (DR)

 

 

20 ans aprĂšs l’inauguration du Liceu (7 octobre 1999), voici le dernier opĂ©ra de Puccini, demeurĂ© inachevĂ©, ici dans l’incarnation de la soprano lyrique et dramatique (car il faut un volume sonore exceptionnel pour exprimer les affres Ă©motionnels de la princesse chinoise) : IrĂšne Theorin. Le dernier acte reprend les esquisses laissĂ©es fragmentaires par Puccini ; il est achevĂ© sous la dictĂ©e tyrannique du chef Toscanini par Franco Alfano pour ĂȘtre crĂ©Ă© Ă  la Scala de Milan en 1926. Le Liceu a tout misĂ© pour cette superproduction puccinienne sur les ressources crĂ©atives du vidĂ©aste Franc ALEU : effet d’annonce, bluff mĂ©diatique ou rĂ©elle aptitude opĂ©ratique ? A vous de juger ce 15 octobre 2019 sur ARTE.TV/opera  Ă  20h.

Avec Gregory Kunde (Calaf), Ermonela Jaho (LiĂč)
Orchestre et choeur du LICEU de Barcelone.

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

INFOS
https://www.liceubarcelona.cat/es/temporada-2019-2020/opera/turandot

GOUNOD : La Nonne sanglante.

gounod-dossier-annee-2018-dossier-concerts-gounod-festival-gounod-classiquenews-operas-recreations-actualites-gounod-2018FRANCE 2, lun 28 oct 2019, 00h15. GOUNOD : La nonne sanglante. En 1854, Charles Gounod, plus connu pour ses opĂ©ras romantiques et amoureux Ă  venir RomĂ©o et Juliette puis Faust, les plus applaudis Ă  son Ă©poque, se risque dans le genre fantastique et surnaturel, dans l’esprit des romans anglais Ă  fantĂŽmes. FilmĂ© Ă  l’OpĂ©ra Comique en juin 2018, le spectacle marquerait-il une rĂ©estimation de l’écriture de Gounod et de son apport Ă  l’opĂ©ra romantique français ? Il est vrai qu’en 2018, c’était l’annĂ©e du bicentenaire Gounod.

Présentation

gounod la nonne sanglante opera presentation par classiquenewsSur les 12 opĂ©ras signĂ©s Charles Gounod, 3 restent Ă  l’affiche : Mireille, un peu ; surtout RomĂ©o et Juliette, et Faust. Pour 2018, annĂ©e du bicentenaire de la naissance Gounod, l’OpĂ©ra Comique ressuscite fort opportunĂ©ment La Nonne sanglante. Le livret inspirĂ© du « Moine » de Lewis, roman gothique trĂšs Ă  la mode stimule davantage le romantique Gounod : La Nonne sanglante, son deuxiĂšme opĂ©ra, suscita le scandale et comme toujours l’horreur du directeur de l’OpĂ©ra qui la retira vite de l’affiche
 Pourtant la partition « raffinĂ©e, sombre et labyrinthique », articule un texte qui fait la part belle Ă  des pulsions encore inexplorĂ©es.
La NONNE est dite sanglante car elle erre comme un spectre haineux : son dĂ©sir ? Etre vengĂ©e et voir son assassin plus mort qu’elle. Le jeune hĂ©ros Rodolphe se lie Ă  la Nonne sanglante, un fantĂŽme qu’il croise, le prenant pour sa propre fiancĂ©e (AgnĂšs). Pour se libĂ©rer du serment ainsi profĂ©rer, Rodolphe doit tuer celui qui a assassinĂ© la Nonne : le propre pĂšre de Rodolphe, Luddorf. Heureusement le pĂšre se sacrifie et permet Ă  son fils, d’épouser AgnĂšs.

En BohĂȘme au Moyen-Age, Rodolphe brave son pĂšre et dĂ©fie ses ancĂȘtres par amour pour la fille du clan rival, offerte en gage de paix Ă  son propre frĂšre. Or « AgnĂšs » ressemble Ă  la crĂ©ature fantomatique qui hante le chĂąteau des Moldaw

france2-logoL’argument de cette production attendue au mĂ©rite lĂ©gitime en cette anniversaire, reste surtout moins la direction musicale (terne et lisse), le dĂ©cor (trop classique) que la distribution qui comprend le meilleur tĂ©nor amĂ©ricain dans le chant romantique français : Michael Spyres (Rodolphe) ; et deux jeunes divas françaises Ă  suivre absolument : Vannina Santoni (AgnĂšs), Marion LebĂšgue (La Nonne). FRANCE 2, lun 28 oct 2019, 00h15. GOUNOD : La nonne sanglante

Argument :

I. Au XIe siĂšcle en BohĂšme, un conflit hĂ©rĂ©ditaire oppose les Moldaw et les Luddorf. Dans la perspective de la croisade, l’ermite Pierre obtient des deux seigneurs qu’ils s’allient en mariant leurs enfants : ThĂ©obald de Luddorf Ă©pousera AgnĂšs de Moldaw. Tous s’apprĂȘtent Ă  cĂ©lĂ©brer le projet dans le chĂąteau de Moldaw. Or AgnĂšs et Rodolphe, le cadet des Luddorf, s’aiment. Rodolphe tenant tĂȘte Ă  son pĂšre, est chassĂ©. Les amants prĂ©voient de s’enfuir Ă  la faveur de l’apparition rituelle d’un fantĂŽme, celui d’une Nonne sanglante.

II. Au cƓur de la nuit, tandis que son page Arthur prĂ©pare sa fuite, Rodolphe guette AgnĂšs. À la femme voilĂ©e qui paraĂźt, il jure une fidĂ©litĂ© Ă©ternelle avant de l’emmener dans le chĂąteau abandonnĂ© de ses ancĂȘtres. Or Ă  leur arrivĂ©e, les ruines se raniment, un riche banquet apparaĂźt, les fantĂŽmes des aĂŻeux prennent place Ă  table : la femme voilĂ©e n’est autre que la Nonne sanglante qui entend Ă  prĂ©sent Ă©pouser Rodolphe.

III. Rodolphe s’est rĂ©fugiĂ© chez des paysans mais reste hantĂ©, chaque nuit, par la Nonne sanglante qui rĂ©clame son dĂ». Arthur vient lui annoncer la mort de son frĂšre au combat. Rodolphe pourrait Ă©pouser AgnĂšs, n’était le serment qui le lie au fantĂŽme. Or la malĂ©diction de la Nonne ne sera levĂ©e qu’à la mort du meurtrier dont elle fut la victime. Il s’engage Ă  le tuer lorsqu’elle le lui dĂ©signera.

IV. En pleine fĂȘte nuptiale, sur le point d’épouser AgnĂšs, Rodolphe voit paraĂźtre la Nonne sanglante qui lui dĂ©signe son propre pĂšre, Luddorf. ÉpouvantĂ©, Rodolphe quitte la cĂ©rĂ©monie, ce qui ranime l’animositĂ© entre les deux clans.

V. PrĂšs de l’ermitage, le comte de Luddorf est prĂȘt Ă  payer de ses crimes pour sauver son fils. Il surprend un projet de guet-apens des Moldaw Ă  l’égard de Rodolphe, puis entend la confession de Rodolphe Ă  AgnĂšs : maudit par la Nonne, incapable de tuer son pĂšre, il veut s’exiler Ă  jamais. Le pĂšre se jette dans le piĂšge tendu Ă  son fils. Il meurt sur la tombe de la Nonne qui implore la clĂ©mence de Dieu et dĂ©livre enfin Rodolphe de ses vƓux.

LA NONNE SANGLANTE de Charles Gounod  -  Opéra en cinq actes (1854)
Musique de Charles Gounod
Livret de EugĂšne Scribe et Germain Delavigne

Équipe artistique

Dramaturgie: David Bobée, Laurence Equilbey
Décors :David Bobée, Aurélie Lemaignen
Costumes :Alain Blanchot
LumiÚres :Stéphane Babi Aubert
Vidéo :José Gherrak

ChƓur Accentus
Orchestre Insula Orchestra
Direction musicale: Laurence Equilbey
Mise en scÚne: David Bobée

Distribution
Rodolphe :Michael Spyres
AgnÚs: Vannina Santoni
La Nonne: Marion LebÚgue
Le Comte de Luddorf: JérÎme Boutillier
Arthur :Jodie Devos
Pierre l’Ermite: Jean Teitgen
Le baron de Moldaw: Luc Bertin-Hugault
Fritz, Le Veilleur de nuit: Enguerrand de Hys
Anna: Olivia Doray

Durée :2 h23 »
Année 2018
Réalisation : François Roussillon

LIRE aussi notre critique de LA NONNE SANGLANTE
LIRE aussi notre présentation de la Nonne sanglante

(Morvan) Festival FORMAT PAYSAGES : 12 et 13 oct 2019

tetiere-format_paysage 2019 annonce concerts programmes critique classiquenews octobre 2019 bandeauFORMAT PAYSAGES 2019. Sam 12, dim 13 oct 2019. Lac de Chaumeçon – Plage de Polquemignon – Brassy, dans le parc du Morvan, le festival Format Paysages propose une expĂ©rience musicale et artistique en pleine nature. Marchez, respirez, savourez
 Pour la seconde fois, l’association Cumulus (crĂ©Ă©e en 1983) propose la crĂ©ation d’un Ă©vĂ©nement artistique et culturel, itinĂ©rant, original dans ses contenus, prenant place chaque annĂ©e au mois d’octobre (cette annĂ©e, 2Ăš week end d’octobre 2019) autour du Lac de Chaumeçon et sur le territoire de la CommunautĂ© de Communes Morvan Sommets et Grands Lacs. C’est un parcours et une Ă©chappĂ©e qui allient musique, performances artistiques et parcours en pleine nature. L’automne sur le motif inspire les artistes : leurs interventions qui mĂȘlent toutes les disciplines jalonnent la pĂ©rĂ©grination des visiteurs dans l’esprit d’une randonnĂ©e qui excitent tous les sens. Le Festival format paysages de façon visionnaire, et mĂȘme prophĂ©tique, accorde les vibrations de la nature Ă  celles des interprĂštes qui savent en dĂ©crypter la miraculeuse Ă©nergie. Format Paysages serait-il un festival Ă©cologique d’un nouveau type ?

 

MORVAN, les 12 et 13 octobre 2019. FORMAT PAYSAGES rĂ©invente dans le Parc du MORVAN, l’idĂ©e d’une promenade artistique et musicale.

NATURE et ART dialoguent et interpellent


 

 

format-paysages-2019-edition-2-annonce-critique-presentation-programme-classiquenews-2019

 

 

Selon le vƓu des deux concepteurs de l’Ă©vĂ©nement, Jean-Michel Lejeune, et VĂ©ronique Verstaete, il s’agit : “ d’inviter les habitants de la rĂ©gion Ă  se retrouver autour d’évĂ©nements artistiques reposant sur des propositions innovantes et s’inscrivant fortement dans le territoire, valorisant les paysages, le patrimoine et les savoir-faire ; de dĂ©velopper l’attractivitĂ© de ce territoire de lacs et de forĂȘts Ă  une pĂ©riode de l’annĂ©e – le dĂ©but de l’automne – Ă  laquelle cette rĂ©gion mĂ©rite, notamment par la beautĂ© de ses couleurs, d’ĂȘtre bien davantage connue et frĂ©quentĂ©e ; de renforcer le lien entre les villes et villages en favorisant des circulations et des collaborations, en proposant aux habitants des actions participatives leur permettant de travailler avec des artistes repĂ©rĂ©s. ». C’est ainsi qu’un territoire au riche patrimoine naturel et vĂ©gĂ©tal est valorisĂ© grĂące aux Ă©vĂ©nements artistiques qui en permet la redĂ©couverte cyclique.

https://format-raisins.fr/format-paysages/

 

 

MARCHE MUSICALE et ARTISTIQUE‹ DANS LE PARC DU MORVAN
CONCERTS EN SALLE

________________________________________________________________________________________________

FORMAT PAYSAGES invite les artistes Ă  penser la nature comme enjeu de leur travail. Pour cette deuxiĂšme Ă©dition, les festivaliers marcheurs Ă©prouvent le terrain et dĂ©couvrent en pleine nature le travail des artistes rĂ©sidents du Morvan ou Ă©trangers, soit les crĂ©ations, la danse ou la musique de Isabelle DUTHOIT (soprano et clarinettiste), Jacques DI DONATO (clarinettiste, saxophoniste, batteur), Jacques REBOTIER (compositeur, poĂšte performeur), Erwan KERAVEC (sonneur de cornemuse), du danseur : Louis MACQUERON
 sans omettre le Quatuor Aesthesis. Temps forts les sam 12 et dim 13 octobre 2019 dans la Commune de Brassy pour un week-end de dĂ©couvertes artistiques. D’abord une promenade artistique en pleine air, puis un concert Ă©clectique en soirĂ©e

A dĂ©couvrir tout au long des 2 parcours promenades de samedi 12 (16h) puis dimanche 13 octobre 2019 (10h30) : sculptures d’artistes contemporains : JEZY KNEZ (crĂ©ation, commande de Format Paysages), Jean-Christophe NOURISSON. Philippe HOELTZEL vous fera partager ses connaissances du terrain parcouru. Puis les randonneurs enchantĂ©s dĂ©couvrent en salle les musiciens invitĂ©s cet automne 2019
 A noter deux spectacles musicaux inoubliables  samedi soir Ă  20h (Trio musical, voir dĂ©tail programme ci aprĂšs) ; puis dimanche Ă  15h, Quatuor vocal AESTHESIS (crĂ©ation, commande Ă  Jacques Rebotier).

Pour vous rendre Ă  Polquemignon, une carte est Ă  votre disposition sur notre site, puis un flĂ©chage sur la route vous guidera jusqu’à destination.

FORMAT PAYSAGES redĂ©finit aujourd’hui l’expĂ©rience et l’offre d’un festival en associant plein air et sensations sonores
 et la marche devient une aventure sensorielle (c’est pourquoi il faut venir bien chaussĂ©). Musique, art contemporain, danse
 les volets qui jalonnent la promenade dans le Parc du Morvan s’annonce pour sa 2Ăš Ă©dition en octobre 2019, passionnante. PrĂ©voir de bonnes chaussures. ExpĂ©rience gratuite.

 

 

 

 

Programme des deux journées des

sam 12 et dim 13 octobre 2019

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

SAMEDI 12 OCTOBRE 2019

16h
promenade artistique : départ du chemin des Clous, route menant à Plainefas depuis le Hameau de Polquemignon (Brassy)

18h30
apéritif et jus de fruits à la fin de la promenade

20h
concert : trio musical Isabelle Duthoit, voix et clarinette,
Jacques Di Donato, clarinette, percussions et Jacques Rebotier, compositeur, poĂšte
BRASSY, Salle des FĂȘtes (durĂ©e : 40mn)

20h40
soupes préparées par Les Amis de Polquemignon

 

 

DIMANCHE 13 OCTOBRE 2019

10h30
promenade artistique : départ du chemin des Clous, Hameau de Polquemignon (Brassy)

12h30
pique-nique sorti du sac (apportez ce que vous aimez!)

15h
concert : quatuor vocal Aesthesis : Camille Chopin, CĂ©leste Lejeune,
Abel Zamora, Jonas Mordzinski.
Programme classique (Brahms, Mendelssohn, Saint-Saëns
),
contemporain (Cage, Leroux, Aperghis
)
et création de Jacques Rebotier
(commande Format Paysages),
BRASSY, Salle des Sports-Espace Robert Foliau
(durée 50mn)

 

Programmation à télécharger ici :
https://docs.wixstatic.com/ugd/b3369a_a174e049e6874591882cfbea1b91f1ce.pdf

TARIFS : Manifestations gratuites
________________________________________________________________________________________________

Biographies et renseignements :
www.format-paysages ou au 06 08 43 39 71

 

 

 

 

ENTRETIEN

________________________________________________________________________________________________

ENTRETIEN. Octobre 2019, dans le Parc Naturel RĂ©gional du Morvan, le festival atypique « FORMAT PAYSAGES » propose gratuitement une expĂ©rience unique qui renouvelle l’approche de la musique et des arts vivants, en associant marche artistique, concerts en salle, patrimoine vĂ©gĂ©tal et culturel, plein air et proximitĂ© avec les artistes. La surprise succĂšde Ă  l’insolite ; la dĂ©couverte Ă  la rĂ©vĂ©lation
 Les artistes sont inspirĂ©s par la Nature ; les spectateurs cultivent leur imaginaire. C’est Ă  BRASSY les 12 et 13 octobre 2019. Entretien avec les crĂ©ateurs de ce week end pas comme les autres, Jean-Michel Lejeune et VĂ©ronique Verstraete.

 

 

morvan format paysages 2019 12 et 13 octobre 2019 promenades concerts annonce evenement classiquenews

 

 

 

CNC : Jean-Michel Lejeune et VĂ©ronique Verstraete, pouvez-vous nous prĂ©ciser quels sont les objectifs de cet Ă©vĂ©nement, crĂ©Ă© l’an passĂ© ?

 

En deux mots, nous proposons des promenades en pleine nature, qui permettent de croiser des Ɠuvres d’art contemporain et d’assister Ă  des concerts et des spectacles d’une douzaine de minutes. Nous invitons des artistes pour lesquels la relation Ă  la nature ou au paysage constitue, de façon constante ou plus ponctuellement, l’un des enjeux du travail. Naissent ainsi des crĂ©ations singuliĂšres : cette annĂ©e la crĂ©ation de Guillaume JĂ©zy et JĂ©rĂ©my Knez Ă  la Cascade du Paradis, la danse de Louis Macqueron mise en musique par Jacques Di Donato, dans le filet d’eau du ruisseau, les invraisemblables cris d’Isabelle Duthoit
 Accessibles Ă  tous les publics, ces moments insolites font naĂźtre de nouvelles perceptions du paysage. La nature n’est plus seulement l’idĂ©al Ă  vĂ©nĂ©rer. Elle nourrit la pensĂ©e du crĂ©ateur, l’imaginaire du spectateur, suggĂ©rant des performances et des Ɠuvres d’un nouveau type.

 

 

 

 

CNC : Que vit le public au cours de ce week-end Format Paysages ?

 

Au-delĂ  de ces promenades en plein Parc Naturel du Morvan, d’une durĂ©e comprise en une heure trente et deux heures, le public assiste Ă  deux concerts. Le samedi, dans la charmante petite ville de Brassy, il s’agira d’un concert en trio d’une quarantaine de minutes proposant des piĂšces, Ă©crites ou improvisĂ©es, d’Isabelle Duthoit (voix, clarinette), de Jacques Di Donato (clarinette, percussions) et de Jacques Rebotier (textes, compositions, comĂ©dien). Ce concert sera suivi d’un moment d’intense convivialitĂ© avec une gĂ©niale association locale, Les Amis de Polquemignon, qui nous prĂ©parent ses spĂ©cialitĂ©s.

Le dimanche, c’est le quatuor vocal Aesthesis (Camille Chopin, CĂ©leste Lejeune, Abel Zamora et Jonas Mordzinski) qui rĂ©alise un programme classique et contemporain (Mendelsshon, Brahms, FaurĂ©, Poulenc, Cage, Leroux
) et qui crĂ©era une piĂšce commandĂ©e par Format Paysages Ă  Jacques Rebotier, Ă©crivain, compositeur, metteur en scĂšne, blagueur
 sur lequel ce week-end porte l’accent.

Le public vit des rencontres insolites avec des artistes pertinents, le plasticien Jean-Christophe Nourisson dont le travail porte pour une grande part sur la question de l’espace public ; le sonneur de cornemuse Erwan KĂ©ravec, acteur de la crĂ©ation musicale qui rĂ©invente ici totalement un instrument qui n’est connu que dans le champ des musiques traditionnelles.

 

 

 

Propos recueillis en septembre 2019

________________________________________________________________________________________________
 

Les 12 et 13 octobre 2019. FORMAT PAYSAGES Ă  Brassy (Morvan).
Jean-Michel Lejeune / VĂ©ronique Verstraete, direction artistique

Format Paysages : www.format-paysages.com
Une production de Cumulus

Informations / réservations : 06 08 43 43 27

 

tetiere-format_paysage 2019 annonce concerts programmes critique classiquenews octobre 2019 bandeau

 ________________________________________________________________________________________________
 

Remerciements 

 

 

 
L’ Europe – Programme LEADER, via le Parc Naturel RĂ©gional du Morvan
La Commune de Brassy
La Fondation Coupleux-Lassalle, sous l’égide de la Fondation de France
La SACEM
Le MinistÚre de la Culture et de la Communication, Direction Régionale des Affaires Culturelles Bourgogne Franche-Comté
Le Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté
Le Conseil DĂ©partemental de la NiĂšvre
Le Fonds Charlois pour l’art et la forĂȘt
Le Parc Naturel RĂ©gional du Morvan
 
Classique News, RCF NiĂšvre, Le Journal du Centre, Radio Morvan
 

 

 

 

 

 

 

23Ăš Festival International Albert ROUSSEL, jusqu’au 1er dĂ©cembre 2019

roussel-photo-lipnitzki-1936-albert-roussel-portrait-bio-classiquenews-582FESTIVAL international Albert ROUSSEL 2019, jusqu’au 1er dĂ©cembre 2019. Chaque annĂ©e le CIAR Centre International Albert ROUSSEL est la seule institution en France Ă  soutenir et diffuser l’accĂšs Ă  la musique d’Albert Roussel (1869 – 1937) : colloques, rĂ©citals, confĂ©rences, expositions et bien sĂ»r concerts soulignent la place majeure d’Albert Roussel dont le raffinement orchestral et harmonique, la subtilitĂ© des mĂ©lodies, l’exigence formelle
 Ă©galent Maurice Ravel qui meurt d’ailleurs la mĂȘme annĂ©e. Son Ɠuvre est cependant aussi mĂ©connue et Ă©cartĂ©e des salles de concerts que son Ă©criture est originale et puissante. Qui connaĂźt aujourd’hui Albert ROUSSEL ?
Les ballets Le Festin de l’AraignĂ©e (1909), Bacchus et Ariane (1930), Aeneas (1935), sans omettre les quatre Symphonies (1906-1934 ) ni ses opĂ©ras PadmĂąvatĂź (1918) ou La naissance de la lyre (1923), qu’aucun chef aujourd’hui n’a le courage de jouer
 attestent d’un tempĂ©rament crĂ©atif d’une exceptionnelle sensibilitĂ©.

Depuis 1997, un festival a lieu chaque annĂ©e, en automne, pour cĂ©lĂ©brer avec force, le gĂ©nie d’un compositeur moderne mĂ©connu. La programmation comprend Ă©videmment des Ɠuvres de ROUSSEL mais aussi nombres de piĂšces d’auteurs originaires des Flandres. Biographe talentueux, le musicologue et tĂ©nor Damien Top dirige le Festival, soucieux d’étendre sur la territoire, un cycle de manifestations essentielles pour qui souhaitent mieux comprendre l’Ɠuvre de Roussel et la vie musicale dans les Hauts de France. Encore 6 concerts et 1 exposition permettent en 2019, annĂ©e du anniversaire de Roussel, de mieux approfondir sa propre expĂ©rience d’une musique exceptionnelle qu’il est grand temps de retrouver.

 

 

________________________________________________________________________________________________

23Ăš Festival International Albert ROUSSEL
6 concerts 2019
Du 27 octobre au 1er décembre 2019

 

ALBERT ROUSSEL, symphoniste magicien (150 ans en 2019)

 


centre-international-albert-roussel-damien-top-festival-classiquenews-concerts

 

 

 

 

Peereboomveld Kasteel (Bruges)
dimanche 27 octobre Ă  16h
HOMMAGE Ă  ROBERT GUILLOUX

Damien Top, ténor
Diane Andersen, piano

Emmanuel Chabrier             Scherzo-valse
Hector Berlioz                     Villanelle (Théophile Gautier)
Vincent d’Indy                      L’Amour et le CrĂąne (Charles Baudelaire)
Maxime Dumoulin               Cinq mélodies flamandes
Robert Osmont                   Trois esquisses en forme de variations – inĂ©dit
Florent Nagel                      Si loin des larmes (Julie Delaloye) – crĂ©ation
Paul Paray                           Portraits d’enfants
Albert Roussel                     Coeur en Péril (René Chalupt)
Le Bachelier de Salamanque (René Chalupt)

concert et cocktail : 15 euros
en présence de Florent Nagel

________________________________________________________________________________________________

 

 

vendredi 8 novembre 2019 Ă  20h30
Espace Ararat – 75013 Paris
Hommage Ă  Pierrette Mari
Ă  l’occasion de son 90e anniversaire

Trio Sora – Jean-Luc Richardoz – Katia Krivokochenko

Pierrette Mari
Couleurs en triade, trio pour violon, violoncelle et piano – crĂ©ation
Escalades pour piano, n°2 et n° 5
Luminance amarante pour piano – crĂ©aton
mĂ©lodies : Berceuse, Instant, A l’aurore, Estampe du ciel
A l’Ă©coute du temps pour piano

Albert Roussel
Sonate n°2 en La majeur pour violon et piano op. 28

entrée : 15 euros
en présence de Pierrette Mari

________________________________________________________________________________________________

 

 

ChĂątellerie de Schoebeque – Cassel
Dimanche 10 novembre Ă  17h
LUCIEN CHOLTES, POESIE ET MUSIQUE

Isolde CholtĂšs, piano
oeuvres de Elfrida Andrée, Agathe Backer-Gröndhal, Niels Gade, Emilie Mayer,
Richard Strauss, Marie Agathe Szymanowska
entrée concert et cocktail : 15 euros

________________________________________________________________________________________________

 

 

AREA d’Aire-sur-la-Lys
vendredi 15 novembre Ă  20h
QUATUORS DE LA CÔTE d’ALBÂTRE
La Note Bleue

Gautier Dooghe, Guillaume Barli, violons,
Ralph Szigetti, alto,
Frédéric Defossez, violoncelle

Paul Paray                             Quatuor
Albert Roussel                       Quatuor op.45
Claude Delvincourt                Quatuor
entrée : 10 euros
en présence des familes des compositeurs

 

 

________________________________________________________________________________________________

samedi 16 novembre 2019 Ă  17h
Baillleul
L’oeuvre pianistique d’Albert Roussel

narration et projection sur grand Ă©cran
Alain Raës, piano
entrĂ©e : 10 €

 

 

________________________________________________________________________________________________

Dimanche 24 novembre Ă  17h
ChĂątellerie de Schoebeque Ă  Cassel

Violoncelle et piano
Renaud Fontanarosa, violoncelle – Danielle Laval, piano

Ludwig van Beethoven
3e Sonate en la majeur op.69

Gabriel Fauré
Elégie en ut mineur op.24

Johann Sebastian Bach
PrĂ©lude en si mineur BWV 855a (transcription d’Aleksandr Ziloti)

Richard Strauss
Sonate en fa majeur op. 6

EntrĂ©e concert et cocktail : 15 €

 

 

________________________________________________________________________________________________

Dimanche 1er décembre à 17h
ChĂątellerie de Schoebecque – Cassel
Compositrices sous l’Empire

Galina Ermakova, piano

Oeuvres d’Anne Brillon de Jouy,
HĂ©lĂšne de Montgeroult,
François Joseph Benaut,
Loïsa Puget, 


EntrĂ©e concert et buffet : 20 €
en collaboration avec le Cercle Impérial de Flandre

 

 

________________________________________________________________________________________________

et aussi :

octobre-novembre 2019
Office de Tourisme de Cassel
vernissage-cocktail de l’exposition : date Ă  prĂ©ciser
EXPOSITION ALBERT ROUSSEL

 

 

________________________________________________________________________________________________

 


centre-international-albert-roussel-damien-top-festival-classiquenews-concerts

INFORMATIONS PRATIQUES

 

 

CIAR 541, rue de Cassel – 59670 Bavinchove-France
courriel : ciar@free.fr – tĂ©l. : 00 33 (0)9 53 63 32 08

VISITEZ le site du CIAR Centre International Albert Roussel

 

 

POURQUOI ECOUTER ET AIMER ROUSSEL en 2019 ?

2019 marque le 150Ú anniversaire de la naissance du compositeur français né à Tourcoing en 1869. Sa sensibilité instrumentale rejoint Berlioz, Ravel et Debussy ; son imagination, les plus grands auteurs français.
Pour preuve, ses ballets, symphonies (4), son opĂ©ra orientaliste PadmĂąvatĂź (qui recueille les sensations rĂ©elles Ă©prouvĂ©es sur le motif aprĂšs un sĂ©jour en Inde ; crĂ©Ă© en 1923)
 d’une Ă©loquence rare, surtout d’un feu trĂ©pidant dans accentuations rythmiques et mĂ©lodies raffinĂ©es, comme son gĂ©nie de l’orchestration
 attestent d’un tempĂ©rament aussi exigeant et perfectionniste que Ravel ou Sibelius pour le grand Ɠuvre orchestral.

roussel Albert-Roussel-resize-1-500x450
 « Roussel semble vivre une odyssĂ©e moderne Ă  la Conrad. A la fin de sa vie, l’homme usĂ© et malade, saura cultiver sa propre vision toujours allusivement fĂ©condĂ©e face Ă  la mer, sa source et son destin finalement (comme l’astre solaire) : un poĂšte pour l’éternitĂ© qui transmet dans son oeuvre unique, une part d’invisible. Le texte Ă©claire aussi l’homme, capable d’une conscience supĂ©rieure Ă  son Ă©poque, et pourtant si pudique et discret, rĂ©publicain et patriote, humaniste de premier plan qui suscita l’admiration des privilĂ©giĂ©s qui comprirent quel ĂȘtre exceptionnel Albert Roussel demeure », Ă©crit notre rĂ©dacteur Hugo Papbst, chroniqueur de la riche et biographie essentielle rĂ©digĂ©e par un spĂ©cialiste du compositeur, le tĂ©nor Damien Top (fondateur du festival international Albert Roussel / Centre international Albert Roussel / CIAR)

 

 

 

 

 

 

APPROFONDIR

________________________________________________________________________________________________

LIRE notre COMPTE RENDU, confĂ©rence, concert. PARIS, le 5 avril 2019 (Salle Cortot) : L’univers poĂ©tique d’Albert Roussel – SĂ©rĂ©nade opus 30, Le marchand de sable qui passe. Michel Favory, rĂ©citant. ElĂšves de l’Ecole normale de musique (Giulia-Deniz Unel, flĂ»te – Emiliano Mendoza, clarinette – David Somoza, cor -Waka Hadame, violon 1 – Alban Marceau, violon 2 – Ayako Tahara, alto – Sin Hye Lee, violoncelle – Venancio Rodrigues contrebasse – Mitsumi Okamoto, harpe) – Daniel Kawka, direction.

https://www.classiquenews.com/paris-salle-cortot-le-5-avril-2019-albert-roussel-conference-et-concert-damien-top-daniel-kawka/

 

 

LIRE la biographie d’ALBERT ROUSSEL par Damien TOP
http://www.classiquenews.com/livres-compte-rendu-critique-albert-roussel-par-damien-top-bleu-nuit-editeur-collection-horizons/

roussel par damien top albert roussel biographie clic de classiquenews novembre 2016 critique livres albert roussel 9782358840620_200x286LIVRES, compte rendu critique. ALBERT ROUSSEL par Damien Top (Bleu Nuit Ă©diteur). Voici enfin un texte rĂ©capitulatif et d’un style argumentĂ© autant que poĂ©tique sur la figure spĂ©cifique du plus grand orchestrateur en France aprĂšs Berlioz, Ravel, Stravinsky : Albert Roussel (1869-1937) ; On oublie combien dans la premiĂšre moitiĂ© du XXĂš, Roussel incarne l’un des sommets de la sensibilitĂ© pour la couleur, le raffinement rythmique, une Ă©loquence remarquablement suggestive dont le dramatisme est aussi exceptionnellement sensuel. Toutes les facettes du puissant tempĂ©rament crĂ©ateur de Roussel sont abordĂ©es dans cette biographie remarquablement conçue, fruit d’une rĂ©flexion sensible permise par une exploration de longue date dans l’Ɠuvre du formidable compositeur : le lecteur apprend Ă  saisir l’aventure humaine et musicale de Roussel
 d’abord la carriĂšre du jeune capitaine de 15 ans, aspirant 1Ăšre classe dans la Marine en 1891 (Ă  22 ans), et dĂ©jĂ , malgrĂ© une santĂ© fragile, voyageur au long cours, Ă©pris d’espaces marins, surtout d’ambiances et de parfums exotiques. Puis c’est la carriĂšre musicale Ă  Paris, avec l’entrĂ©e Ă  la Schola Cantorum dirigĂ©e par Vincent D’Indy en 1894 : le dĂ©mon de l’écriture et de la composition Ă©tant plus fort que toute autre vocation. L’orphelin, hĂ©ritier d’une belle fortune peut sans prĂ©occupation d’argent se vouer Ă  sa passion dĂ©vorante : composer, mais avec un souci de clartĂ© et de synthĂšse qui sur le plan formel, produit des oeuvres d’une Ă©blouissante construction, portĂ© par un dĂ©veloppement efficace oĂč brillent en particulier la vitalitĂ© rythmique et les timbres instrumentaux. Compositeur virtuose, Roussel eut comme Ă©lĂšves Satie, VarĂšse, Martinu, Le Flem ; aussi, le chef et compositeur Jean Martinon qui a laissĂ© des lectures exceptionnelles des oeuvres de son maĂźtre.

 

 

Rééditions ROUSSEL 2019, pour les 150 ans de la naissance 

roussel albert coffret erato roussel 2019 dossier 150 ans de la naissance classiquenewsCOFFRET Ă©vĂ©nement, annonce. ALBERT ROUSSEL edition (intĂ©grale Albert Roussel 2019, 11 cd ERATO). La couverture retenue pour illustrer ce coffret Ă©vĂ©nement Ă  de quoi surprendre
 Il a l’air d’un entomologiste, Ă  l’affĂ»t sous les arbres, prĂȘt Ă  dĂ©masquer l’espĂšce de colĂ©optĂšres, ou plutĂŽt d’arachnĂ©ides, digne de sa recherche
 Il n’en est rien car Albert ROUSSEL est d’abord un officier de la marine, qui avait la passion de la composition musicale. Ses voyages en mer auront inspirĂ© l’un des crĂ©ateurs les plus puissamment original pour l’orchestre
 Et sa quĂȘte Ă  la loupe pourrait ĂȘtre celle des nuances et alliages de timbres puissants et poĂ©tiques, ciselĂ©s pour son Ɠuvre symphonique. Lire notre prĂ©sentation complĂšte du coffret Albert Roussel 2019 / 150 ans de la naissance

 

 

ENTRETIEN avec Jean-Philippe Sarcos, directeur artistique et fondateur du Palais royal. Le temps des hĂ©ros, Impressions d’Italie

ENTRETIEN avec Jean-Philippe Sarcos, directeur artistique et fondateur du Palais royal. Au moment oĂč paraĂźt un nouveau cd intitulĂ© « le temps des hĂ©ros », Ă©tape de l’intĂ©grale des symphonies de Beethoven rĂ©alisĂ©e entre 2014 et 2016, le maestro Ă©voque les sĂ©ances de travail de l’orchestre et aussi le travail avec la jeune soprano invitĂ©e Ă  chanter les airs de Mozart associĂ©s Ă  Beethoven. Jean-Philippe Sarcos explique Ă©galement le sens de son nouveau programme Ă  l’affiche les 17 et 18 octobre 2019 : « Impressions d’Italie », avec la soprano Catherine Trottmann : Ă©clairer en quoi l’Italie a transformer les Ă©critures de Haendel et de Mozart ; en quoi Haendel a lui-mĂȘme profondĂ©ment inspirĂ© Mozart


 
 

 sarcos-jean-philippe-le-palais-royal-concert-cd-le-temps-des-heros-inspirations-italiennes-concert-annonce-critique-concert-classiquenews

 
 

 
 

________________________________________________________________________________________________

 
 

CNC / CLASSIQUENEWS : Pourquoi avoir choisi cette symphonie de Beethoven ? En quoi la partition permet-elle de prolonger et d’approfondir votre travail avec les instrumentistes ?

JEAN-PHILIPPE SARCOS : La 3Ăš symphonie « HĂ©roĂŻque » s’inscrit dans l’intĂ©grale des symphonies de Beethoven que Le Palais royal a rĂ©alisĂ©e de 2013 Ă  2016. Les symphonies de Beethoven, comme Le Clavier bien tempĂ©rĂ© pour les pianistes, reprĂ©sentent un irremplaçable trĂ©sor. Le gĂ©nie de Beethoven a su mettre dans ses neuf symphonies la richesse nĂ©cessaire Ă  tout orchestre pour affiner son vocabulaire et ses couleurs. L’exigence de la partition nous a permis de cĂŽtoyer des limites que nous chercherons toujours Ă  dĂ©passer. Nous avons voulu aborder ces symphonies non pas comme des musiciens du 21e siĂšcle se lançant dans la musique ancienne, mais comme des musiciens baroques dĂ©couvrant une musique contemporaine, comme ce fut le cas des musiciens de l’époque de Beethoven.

 
 

 
 

CNC / CLASSIQUENEWS : Pourquoi avoir ajouté des airs de MOZART ?
 
JEAN-PHILIPPE SARCOS : En cette fin du XVIIIe siĂšcle, Mozart et Beethoven ont tous deux vu notre civilisation se fissurer. L’un comme l’autre se sont raccrochĂ©s Ă  l’hĂ©roĂŻsme, et en particulier celui de l’AntiquitĂ©, face Ă  tout ce qui vacillait. Chacun Ă  sa maniĂšre renouvelle l’expression de l’hĂ©roĂŻsme et peut nous conduire aujourd’hui Ă  plus d’audace et de confiance en la vie.
Mozart s’imposait donc comme une Ă©vidence pour mieux entendre aujourd’hui l’hĂ©roĂŻsme qu’exprime Beethoven.

 
 

 
 

CNC / CLASSIQUENEWS : Sur quels points avez vous travaillé avec la soprano soliste ?

JEAN-PHILIPPE SARCOS : Avec Vannina, nous avons cherchĂ© Ă  rĂ©vĂ©ler le caractĂšre hĂ©roĂŻque des deux personnages fĂ©minins qu’elle interprĂšte dans cet enregistrement : malgrĂ© toutes les larmes que le Comte fait verser Ă  la Comtesse, elle demeure fidĂšle et constante, donnĂ©e Ă  lui pour toujours. Dans l’air de concert « Non temer, amato bene », Idamante et Ilia se sĂ©parent et se jurent un amour Ă©ternel. Les Ă©toiles barbares peuvent dĂ©chaĂźner leur rigueur, l’hĂ©roĂŻsme de leur amour ne pĂąlira pas.
Comme toujours, je donne une grande importance Ă  ce que ma vision de l’Ɠuvre se construise en communion avec celle de l’interprĂšte. Je ne cherche pas Ă  plaquer des certitudes prĂ©existantes, mais confronte ma conception de dĂ©part avec celle de Vannina pour arriver Ă  une interprĂ©tation qui nous corresponde Ă  tous les deux. On ne cherche pas un compromis, mais une expĂ©rience commune et simultanĂ©e.

 
 

 
 

CNC / CLASSIQUENEWS : Pouvez vous nous présentez quelque clés de compréhension pour mesurer les défis de votre programme avec Catherine Trottmann (1) ?

 

JEAN-PHILIPPE SARCOS : A l’origine de ce programme, notre dĂ©sir commun avec Catherine Trottmann a Ă©tĂ© de montrer comment l’Italie a transfigurĂ© le gĂ©nie de Haendel et de Mozart. A deux Ă©poques diffĂ©rentes, deux compositeurs ayant dĂ©jĂ  leur personnalitĂ© musicale bien affirmĂ©e, vont passer plusieurs annĂ©es en Italie. L’un comme l’autre repartent d’Italie animĂ©s de nouveaux Ă©lans musicaux. On dirait aujourd’hui avec la poĂ©sie de 2019 qu’ils ont Ă©tĂ© rĂ©initialisĂ©s. L’Italie leur donne le goĂ»t de la virtuositĂ©, de la lumiĂšre et d’un rythme qu’on ne trouve que lĂ -bas. Bien que d’origine germanique, ils chanteront dĂ©sormais toute leur vie avec le mĂȘme accent du Sud.

En Ă©coutant ce programme, l’auditeur entendra comme une Ă©vidence ces influences italiennes ressenties Ă  un demi-siĂšcle de distance par Haendel et Mozart.

 
 

 
 

CNC / CLASSIQUENEWS : Quels sont les liens entre Haendel et Mozart ?

JEAN-PHILIPPE SARCOS : Ces deux gĂ©ants nous ont laissĂ© une musique universelle, comprĂ©hensible Ă  la premiĂšre Ă©coute, mĂ©prisant l’intellectualisme pour chercher Ă  allumer dans le cƓur de chaque auditeur des Ă©clairs de joie, de force, de sensibilitĂ© et d’espĂ©rance. Il est touchant de penser que Mozart dĂ©couvrit Haendel grĂące au Baron van Swieten, fut Ă©branlĂ© Ă  tel point qu’il s’en inspire, s’en nourrit et s’en renouvelle. La Grande messe en Ut mineur est l’exemple le plus frappant de cette influence. Fugues, grands chƓurs et airs solistes reçoivent aprĂšs cette rencontre marquante une densitĂ© qu’ils n’avaient jamais connue auparavant.

Propos recueillis en octobre 2019

 
 

 
 

________________________________________________________________________________________________

LE PALAIS ROYAL 2019
photo : Jean Philippe SARCOS au travail © MylÚne Natour.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ACTUALITES DU Palais royal / Jean-Philippe Sarcos, direction :

________________________________________________________________________________________________

(1) CONCERTS… Programme « Inspirations italiennes », concert exceptionnel Ă  PARIS les 17 et 18 octobre 2019, avec la soprano Catherine Trottmann : LIRE notre prĂ©sentation du programme Impressions d’Italie, de Haendel Ă  Mozart : airs d’opĂ©ras et d’oratorios, motet…

SARCOS orchestre du palais royal programme concert annonce critique classiquenews MYL1744-MylĂšne-Natour-300x300PARIS, les 17 et 18 oct 2019. Inspirations italiennes. JP SARCOS, C TROTTMANN, Haendel et Mozart. Dans un lieu historique au riche patrimoine musical Ă  Paris (Salle historique du premier conservatoire), le chef Jean-Philippe Sarcos interroge le style italien dans l’écriture de Haendel et Mozart ; le premier inspirant mĂȘme le second 
 En octobre 2019, Le Palais royal et Jean-Philippe Sarcos invitent dans un programme Haendel et Mozart, la jeune soprano, Catherine Trottmann nouvelle Ă©toile du chant français. Les Ɠuvres choisies rendent hommage au bel esprit italien, ce goĂ»t de la mĂ©lodie et des harmonies lumineuses voire solaires. La souriante pĂ©ninsule mĂ©diterranĂ©enne a façonnĂ© ainsi  « une musique colorĂ©e, contrastĂ©e, Ă©vidente, Ă©clatante », oĂč « le chant est premier, oĂč la mĂ©lodie dicte ses lois Ă  l’harmonie, au contrepoint, Ă  l’architecture musicale mĂȘme. »

 

________________________________________________________________________________________________

 

Nouveau cd : «  le temps des hĂ©ros », Beethoven (Symphonie n°3) / Mozart – jalon de l’intĂ©grale des symphonies de Beethoven par Le Palais royal et Jean-Philippe Sarcos (2014 – 2016) - CLIC de classiquenews du mois d’octobre 2019s

temps-des-heros-beethoven-mozart-palais-royal-orchestre-jean-philippe-sarcos-cd-annonce-critique-classiquenewsCD, critique. LE TEMPS DES HEROS. BEETHOVEN / MOZART. Orchestre Le Palais royal. Jean-Philippe Sarcos, direction (1 cd 2015). Le « Temps des hĂ©ros » : c’est Ă  dire Mozart et Beethoven. Le premier fait vibrer les cƓurs et exprime comme nul autre avant lui, la passion et les sentiments humains, avec cette tendresse particuliĂšre pour les femmes ; le second crĂ©e l’orchestre du futur ; les deux dĂ©finissent le romantisme et la modernitĂ© en musique ; ils sont d’ailleurs les premiers aussi Ă  se penser « crĂ©ateurs », et non plus serviteurs. Jean-Philippe Sarcos a donc bien raison de souligner leur Ă©toffe de « hĂ©ros » dans ce programme qui souligne la valeur de chacun. Lire notre critique du cd Le temps des hĂ©ros ici

 

________________________________________________________________________________________________

 

 
 

 
 

Concert Beethoven par l’Orchestre des Champs-ElysĂ©es

Fidelio de BeethovenPOITIERS, TAP. Jeudi 17 oct 2019. Beethoven, Orch des Champs ElysĂ©es. DĂšs ce mois d’octobre 2019, l’Orchestre des Champs-ÉlysĂ©es cĂ©lĂšbre dĂ©jĂ  les 250 ans de Beethoven (prĂ©cisĂ©ment le 16 dĂ©cembre 2020, Beethoven Ă©tant nĂ© Ă  Bonn le 16 dĂ©cembre 1770). Le chef Philippe Herreweghe, fondateur de son orchestre sur instruments anciens, l’Orchestre des Champs ElysĂ©es, a choisi deux « piĂšces fondatrices, datant de l’aube du 19e siĂšcle, qui baignent toutes les deux dans une lumineuse tonalitĂ© de do majeur ». La symphonie n°1 – achevĂ©e comme le symbole d’une Ăšre nouvelle dĂ©but 1800, est dĂ©diĂ©e Ă  l’aristocrate hollandais van Swieten, ami et mĂ©cĂšne de Haydn et Mozart. À 30 ans, Beethoven encore trĂšs marquĂ© par le classicisme viennois, celui transmis par Haydn en particulier ; il ose dĂ©jĂ  quelques hardiesses avec un finale (adagio – allegro molto e vivace en ut majeur) quasi rossinien. Le premier concerto pour piano renouvelle tous ceux de Mozart dont il prolonge et rĂ©invente le discours comme l’architecture. Beethoven dont le tempĂ©rament est celui d’un lion rĂ©formateur voire visionnaire, y dĂ©veloppe une relation nouvelle, messianique et hĂ©roĂŻque, oĂč le chant du piano soliste, est traitĂ© comme la figure du hĂ©ros, en constante opposition avec l’orchestre. C’est le premier violon de l’orchestre, Alessandro Moccia, qui prend la direction, nul doute que le remarquable soliste soit un maestro ardent !

 

 

________________________________________________________________________________________________

POITIERS, TAPboutonreservation
Jeudi 17 octobre 2019, 20h30  -  RESERVATIONS

Places numérotées
“Alessandro Moccia a Ă  cƓur de transmettre sa furie intĂ©rieure, une maĂźtrise du jeu collectif qui s’appuie sur une trĂšs solide sĂ»retĂ© de l’archet.” (Classiquenews)

 

 

________________________________________________________________________________________________

Ludwig van Beethoven (1770 – 1827)

Symphonie n° 1,
Concerto pour piano n° 1

Alessandro Moccia direction, violon
Yury Martynov, piano
Orchestre des Champs Elysées

 

 

________________________________________________________________________________________________

https://www.tap-poitiers.com/spectacle/beethoven-3/#js-accordion-video

 

 
 

 

REQUIEM de VERDI par Muti

giuseppe-verdi_jpg_240x240_crop_upscale_q95ARTE, Dim 3 nov 2019, 17h40. VERDI : Requiem. RICARDO MUTTI DIRIGE LE REQUIEM DE VERDI. C’est l’Ɠuvre la plus personnelle de Giuseppe Verdi. Dans son Requiem, messe crĂ©Ă©e en 1874 en mĂ©moire de son compatriote Alessandro Manzoni, le compositeur italien a insufflĂ© toute la palette de son gĂ©nie. On en dĂ©couvre l’émouvante interprĂ©tation par l’Orchestre philharmonique de Berlin, sous la direction de Riccardo Muti.
LIRE aussi ici notre dossier présentation du REQUIEM de Giuseppe Verdi : un opéra sacré ?

Messe funĂšbre dramatique, opĂ©ra sacrĂ©, cantate de cĂ©lĂ©bration, de mĂ©moire et de compassion
 Le Requiem de Giuseppe Verdi est tout cela Ă  la fois, donnĂ© ici Ă  la CathĂ©drale Saint-Louis des Invalides. À sa crĂ©ation, l’aspect thĂ©Ăątral et trop opĂ©ratique de l’ouvrage avait suscitĂ© incomprĂ©hension voire agacement : qu’à faire ce style lyrique dans une messe funĂšbre qui doit accompagner les jusqu’au repos Ă©ternel ? Ému par la disparition du poĂšte Manzoni, Verdi tint Ă  lui rendre hommage, en composant ainsi un sommet de la dĂ©ploration symphonique, chorale, lyrique. Toute la science dramatique du compositeur se met au service d’une ferveur directe et sincĂšre qui rĂ©ussit Ă  peindre l’effroi et les promesses du grand thĂ©Ăątre de la mort.

 

Jean-Philippe Sarcos et l’orchestre LE PALAIS ROYAL

SARCOS orchestre du palais royal programme concert annonce critique classiquenews MYL1744-MylĂšne-Natour-300x300PARIS, les 17 et 18 oct 2019. Inspirations italiennes. JP SARCOS, C TROTTMANN, Haendel et Mozart. Dans un lieu historique au riche patrimoine musical Ă  Paris (Salle historique du premier conservatoire), le chef Jean-Philippe Sarcos interroge le style italien dans l’écriture de Haendel et Mozart ; le premier inspirant mĂȘme le second 
 En octobre 2019, Le Palais royal et Jean-Philippe Sarcos invitent dans un programme Haendel et Mozart, la jeune soprano, Catherine Trottmann nouvelle Ă©toile du chant français. Les Ɠuvres choisies rendent hommage au bel esprit italien, ce goĂ»t de la mĂ©lodie et des harmonies lumineuses voire solaires. La souriante pĂ©ninsule mĂ©diterranĂ©enne a façonnĂ© ainsi  « une musique colorĂ©e, contrastĂ©e, Ă©vidente, Ă©clatante », oĂč « le chant est premier, oĂč la mĂ©lodie dicte ses lois Ă  l’harmonie, au contrepoint, Ă  l’architecture musicale mĂȘme. »

 

 
De Haendel Ă  Mozart

Suavité et virtuosité italiennes

 

 
Ainsi les deux compositeurs retenus ne sont-ils pas Ă©trangers dans ce creuset musical et esthĂ©tique de premier plan : « dans leur jeunesse, Haendel et Mozart Ă©tudient en Italie. Toute leur vie leur musique gardera l’empreinte des couleurs romaines et le rythme du style italien ».

Catherine Trottmann, Jean-Philippe Sarcos et l’orchestre Le Palais royal interprĂštent ainsi les Ɠuvres les plus italiennes de Haendel et Mozart. Ils ne se sont pas connus car Haendel meurt alors que Mozart n’a que 3 ans. Comme cela sera le cas des Ɠuvres de JS BACH, les partitions de HAENDEL frappent profondĂ©ment le jeune MOZART : il y dĂ©tecte une habiletĂ© virtuose dans la finesse des mĂ©lodies, la science des masses chorales, la construction et le dĂ©veloppement d’un air. De toute Ă©vidence les operas serias et surtout les oratorios de Haendel ont agi positivement dans l’inspiration et la maturation du style mozartien. On les retrouve dans ce programme qui mĂȘle nervositĂ© expressive de l’orchestre, et souplesse d’un chant acrobatique et sensuel. D’ailleurs, la Messe en ut mineur (« Laudamus te »), comme la virtuositĂ© Ă©poustouflante du motet « Exultate, jubilate » en tĂ©moignent aujourd’hui ; de Haendel Ă  Mozart, circule une mĂȘme Ă©lĂ©gance mĂ©lodique, explicitement italienne…

 

 

Les citations sont empruntées à la présentation du programme sur le site du Palais royal.

________________________________________________________________________________________________

PARIS, Salle historique du Premier Conservatoire

Jeudi 17 octobre 2019, 20h30boutonreservation
Vendredi 18 octobre 2019, 20h30

Catherine TROTTMANN, soprano
Orchestre Le Palais royal – Jean-Philippe SARCOS, direction

 

 

PLAN D’ACCES
https://www.google.com/maps/place/Conservatoire+national+supĂ©rieur+d’art+dramatique/@48.8726146,2.3469383,15z/data=!4m5!3m4!1s0x0:0x42e986c66536d365!8m2!3d48.8726146!4d2.3469383

 

RESERVATION
https://www.weezevent.com/inspirations-italiennes-oct2019

 

Salle historique du premier conservatoire de Paris
2 bis rue du Conservatoire – 75009 Paris
________________________________________________________________________________________________

Programme dĂ©taillĂ© 

 

Georg Friedrich HAENDEL (1685-1759)
‱ Salomon : ArrivĂ©e de la reine de Saba (3â€Č)
‱ Joshua : Air « O had I Jubal’s lyre » (2’30)
Le Messie : « Rejoice » (4’30)

‱ Concerto grosso, Op. 6 No. 10 : extrait (5â€Č)

‱ Giulio Cesare : Air « PiangerĂł la sorte mia » (7â€Č)
‱ Giulio Cesare : Air « Da Tempeste » (6â€Č)

Wolfgang Amadeus MOZART (1756-1791)

‱ Messe en ut mineur, K. 427 : « Laudamus te » (5â€Č)

‱ Symphonie n°29, K. 201 (23â€Č)

‱ Motet Exsultate jubilate, K. 165 (15â€Č)

 

 

Orchestre du Palais-Royal : Impressions d'Italie, de Haendel Ă  Mozart

 

 
________________________________________________________________________________________________

PLUS D’INFOS SUR LE SITE du Palais royalJean-Philippe Sarcos, direction
http://le-palaisroyal.com

 

 

Crédit photos : © MylÚne Natour / Le Palais royal

 

 

 

 

 CD

 

 

A l’automne 2019, Le Palais royal / Jean-Philippe Sarcos font paraĂźtre un nouveau cd dĂ©diĂ© au souffle crĂ©ateur des hĂ©ros : BEETHOVEN et MOZART. LIRE ici la critique complĂšte de l’album (enregistrĂ© en 2015 dans la salle de concert du premier Conservatoire de Paris) – CLIC de classiquenews du mois d’octobre 2019 :

Orchestre Le Palais royal. Jean-Philippe Sarcos, direction (1 cd 2015).

temps-des-heros-beethoven-mozart-palais-royal-orchestre-jean-philippe-sarcos-cd-annonce-critique-classiquenewsCD, critique. LE TEMPS DES HEROS. BEETHOVEN / MOZART. Orchestre Le Palais royal. Jean-Philippe Sarcos, direction (1 cd 2015). Le « Temps des hĂ©ros » : c’est Ă  dire Mozart et Beethoven. Le premier fait vibrer les cƓurs et expriment comme nul autre avant lui, la passion et les sentiments humains, avec cette tendresse particuliĂšre pour les femmes ; le second crĂ©e l’orchestre du futur ; les deux dĂ©finissent le romantisme et la modernitĂ© en musique ; ils sont d’ailleurs les premiers aussi Ă  se penser « crĂ©ateurs », et non plus serviteurs. Jean-Philippe Sarcos a donc bien raison de souligner leur Ă©toffe de « hĂ©ros » dans ce programme qui souligne la valeur de chacun. Lire la critique complĂšte

 

  

 

DEGAS Ă  l’opĂ©ra… prĂ©sentation de l’exposition Ă  Orsay

autoportrait degas Degas_Edgar_21_autoportrait_maxARTE, dim 6 oct 2019. DEGAS Ă  l’OpĂ©ra
 Au thĂ©Ăątre lyrique, le peintre Edgar Degas (1834 – 1917) qui dĂ©testait Wagner, c’est peut-ĂȘtre lĂ  son seul dĂ©faut, anlayse, observe, scrute les corps en mouvement. Non pas ceux des chanteurs acteurs, moins les instrumentistes en fosse (quoiqu’il joue des formes des instruments : crosses, archets, etc
), surtout ce qui passionne le peintre , quand mĂȘme un peu voyeur, ce sont les danseuses. En 1868, il immortalise la danseuse EugĂ©nie Fiocre interprĂšte du ballet la Source, rĂ©cemment remis Ă  l’honneur de l’OpĂ©ra Garnier. Degas frĂ©quente assidument l’OpĂ©ra de Paris, alors rue Le Peletier
 Puis il croque au pastel, attitudes, contorsions bridant les corps, mouvements en groupe
, port de tĂȘte, arabesques des bras, des jambes, dĂ©tail des mains. Aucun portrait sauf Fiovre au dĂ©part : que des attitudes
 et des ĂȘtres qui souffrent, dans des compositions audacieuses, des cadrages photographiques.

degas-a-l-opera-exposition-paris-musee-orsay-annonce-critique-classiquenewsIl en dĂ©coulera la statue en cire perdue, scandaleuse tant elle est rĂ©aliste, de La Petite danseuse de 14 ans
 GrĂące Ă  son ami le librettiste et compositeur Ludovic HalĂ©vy, Degas peut atteindre les coulisses et assister aux cours et rĂ©pĂ©titions ses spectacles. Aucun doute, mĂȘme si aprĂšs l’incendie de l’OpĂ©ra Le Peletier et au moment de l’édification du futur opĂ©ra Garnier, Degas dĂ©sormais rĂ©invente ce qu’il a vu et observĂ©, dans son atelier, le temple lyrique et chorĂ©graphique demeure son laboratoire : une source essentielle pour sa crĂ©ativitĂ© d’une exceptionnelle modernitĂ©. Mais au gĂ©nie des formes nouvelles et des dispositions novatrices, Degas, mĂȘme s’il se refuse Ă  ĂȘtre dĂ©nonciateur, peint aussi la rĂ©alitĂ© sociale du mĂ©tier de danseuse : l’exposition au dĂ©sir et Ă  la convoitise des abonnĂ©s mĂąles, qui, dans la coulisse, contrastant avec le raffinement et la magie de la scĂšne, cherchent Ă  sĂ©duire et payer les jeunes crĂ©atures pour quelques heures de plaisir. De l’art Ă  la prostitution, il n’y a que quelques pas de danse, menus, menus.  Documentaire inĂ©dit, 2019. RĂ©alisation : Blandine Armand, Vincent Trisolini – 52 mn.

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

arte_logo_2013ARTE, dim 6 oct 2019. DEGAS Ă  l’OpĂ©ra
 17h35. Documentaire en liaison avec l’exposition Ă©vĂ©nement rĂ©prĂ©sentĂ©e par le MusĂ©e d’Orsay jusqu’au 19 janvier 2020 : http://www.classiquenews.com/paris-exposition-musee-dorsay-degas-a-lopera-24-sept-2019-19-janv-2020/

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

DEGAS-opera-exposition-degas-danse-docu-film-classiquenews

 

 

danseuse-degas-opera-degas-al-opera-exposition-annonce-presentation-classiquenews-critique-explications-cles

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

SIGURD de REYER, l’opĂ©ra de Degas

SIGURD-REYER-opera-de-nancy-production-nouvelle-annonce-critique-opera-classiquenewsNANCY, les 14 et 17 oct 2019. REYER : Sigurd. Pour ses 100 ans, l’OpĂ©ra national de Lorraine met Ă  l’affiche Sigurd d’Ernest Reyer, ouvrage choisi pour son inauguration le 14 octobre 1919. Ainsi s’est Ă©crit l’histoire du Palais Hornecker – CrĂ©Ă© d’abord au ThĂ©Ăątre de la Monnaie Ă  Bruxelles en 1884, SIGURD fut une pĂ©pite lyrique totalisant 250 reprĂ©sentations Ă  l’OpĂ©ra de Paris jusque dans les annĂ©es 1930. Comme Wagner et sa TĂ©tralogie, Reyer plonge dans la mythologie nordique – la saga des Nibelungen et les Eddas –, pour narrer les aventures de Sigurd et Brunehilde, entre souffle Ă©pique, passions Ă©prouvĂ©es, surnaturel, et style du grand opĂ©ra français. Comme Debussy et Dukas, respectivement PellĂ©as et MĂ©lisande, et Arianne, Reyer et Wagner traitant le mĂȘme fonds lĂ©gendaire, crosient les destinĂ©es d’un opĂ©ra Ă  l’autre. Ainsi Sigurd et Le Ring mettent en scĂšne Gunther conquĂ©rant de la Walkyrie devenue mortelle, Brunnhilde. Les deux ouvrages se recoupent dans la destinĂ©e de Bruhnnilde, figure centrale qui incarne le don, le sacrifice, l’absolue loyautĂ©. IncarnĂ©e Ă  la crĂ©ation par la sublime ROSE CARON, Brunnhilde suscita Ă  l’époque de Reyer, l’admiration du peintre Edgar Degas qui vit l’ouvrage plus de 30 fois ! Bel indice d’une admiration sincĂšre et constante pour un ouvrage et un personnage majeur en France, Ă  l’époque du wagnĂ©risme envahissant,
 que ne goĂ»tait guĂšre le peintre des danseuses et des musiciens de l’opĂ©ra de Paris. A Nancy, une wagnĂ©rienne Ă©blouissante, grave, souple, diseuse incarne ce profil de femme admirable, Catherine Hunold. Argument majeur de la version proposĂ©e par Nancy pour son centenaire.

 

 

________________________________________________________________________________________________

boutonreservationNANCY, Opéra national de Lorraine
Reyer : Sigurd, en version de concert
lundi 14 et jeudi 17 octobre 2019 Ă  19h
RESERVEZ ici :
https://www.nancy-tourisme.fr/offres/opera-sigurd-reyer-nancy-fr-2264277/

________________________________________________________________________________________________

 

 

CARON-ROSE-edgar-degas-sigurd-classiquenews-portraitOpĂ©ra en version de concert crĂ©Ă© Ă  Nancy le 14 octobre 1919 pour l’inauguration du nouveau thĂ©Ăątre (actuel opĂ©ra)
Opéra en quatre actes, 9 tableaux et 2 ballets
Livret de Camille du Locle et d’Alfred Blau
Créé le 7 janvier 1884 au Théùtre de la Monnaie de Bruxelles

Durée : 3h30 + 2 entractes
Chanté en français, surtitré

Orchestre de l’OpĂ©ra national de Lorraine
Direction musicale : Frédéric Chaslin
ChƓur de l’OpĂ©ra national de Lorraine
Chef de choeur : Merion Powell
ChƓur d’Angers Nantes OpĂ©ra
Chef de choeur : Xavier Ribes

Sigurd : Peter Wedd
Gunther : Jean-SĂ©bastien Bou
Hagen : JĂ©rĂŽme Boutillier
Le Grand PrĂȘtre d’Odin : Nicolas Cavallier
Brunehilde : Catherine Hunold
Hilda : Camille Schnoor
Uta : Marie-Ange Todorovitch
Le Barde : Eric Martin-Bonnet
Rudiger : Olivier Brunel

Illustration : ROSE CARON, créatrice du rÎle de Brunnhilde dans SIGURD de Reyer (DR)

 

 

 

WAGNER / REYER … Comme Wagner dans La TĂ©tralogie, il est question d’une manipulation honteuse qui provoque la mort du hĂ©ros idĂ©al (quoique trop naĂŻf) et de la femme la plus loyale ; ici le roi Gunther manipule le chevalier Sigurd (chez Wagner Siegfried). Hagen son bras armĂ©, tue le hĂ©ros et Ă©pouse celle qui lui Ă©tait pourtant promise par les dieux (Brunnhilde). Chez Wagner comme chez Reyer, la mĂȘme clairvoyance quant Ă  la barbarie humaine propre Ă  tromper et Ă  voler, Ă  mentir et Ă  assassiner. Mais mĂȘme s’il arrive Ă  ses fins, l’infect Gunther, souverain sans envergure, s’effondre, sa maison avec lui ; entre temps, les hĂ©ros admirables, – Sigurd et Brunnhilde, sont sacrifiĂ©s sans mĂ©nagements.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SYNOPSIS

________________________________________________________________________________________________

ACTE I
SIGURD tombe amoureux de Hilda ;
Gunther de Brunnhilde


Gunther, roi des burgondes, accueille dans son chĂąteau Ă  Worms les Ă©missaires d’Attila qui demande la main de la sƓur de Gunther, Hilda. Celle-ci confie Ă  sa nourrice Uta, le songe qui la tourmente : une rivale fera expirer son noble Ă©poux. PlutĂŽt qu’Attila, Hidla aime en secret celui qui l’a sauvĂ©e de l’esclavage, le chevalier Sigurd. Uta, sorciĂšre Ă  ses heures, annonce l’arrivĂ©e de Sigurd Ă  la cour du roi Gunther : elle lui fera boire un philtre qui le rendra amoureux de sa maĂźtresse Hilda.
Hagen chante Ă  Gunther l’histoire de Brunnhilde, la Valkyrie audacieuse et courageuse qui dĂ©sobĂ©it Ă  ODIN son pĂšre, prĂ©fĂ©rant dĂ©fendre l’amour des deux mortels, maudits et bouleversants, Siegmund et Sieglinde. DĂ©chue de son statut, Brunnhilde devenue mortelle attend derriĂšre un mur de flammes, le hĂ©ros qui saura le protĂ©ger

Gunther entend libérer Brunnhilde : il partira le lendemain.
Mais surgit Sigurd le chevalier attendu qui dĂ©clarant aussi son amour pour Brunhilde, dĂ©fie Gunther. Mais celui ci se montre plus conciliant et mĂȘme soumis : il accueille le chevalier comme son frĂšre, lui proposant mĂȘme de partager le trĂŽne Burgonde.
Alors Hilda tend la coupe prĂ©parĂ©e par Uta, Ă  Sigurd pour prĂȘter serment de loyautĂ© Ă  son frĂšre Gunther.
De leurs cĂŽtĂ©s, les Ă©missaires d’Attila, qui face au refus de Hilda, lui remet un bracelet : si elle le renvoie par messager, Attila accourra pour la dĂ©fendre ou la venger.
Mais pour l’heure Sigurd foudroyĂ©, tombe amoureux de Hilda. Il promet Ă  Gunther de l’aider pour conquĂ©rir Brunnhilde. Ils partent dans ce but.

 

 

 

ACTE II

Sigurd combat en Islande et délivre Brunnhilde

pour le compte de Gunhter
 

 

Sigurd,  Gunther  et  Hagen dĂ©barquent en Islande : lĂ , un grand-prĂȘtre qui sacrifie sous le tilleul Ă  l’épouse d’Odin, Freja, les alerte sur la cruautĂ© des Kobolds et des Elfes qu’ils devront affronter. Seul un hĂ©ros au cƓur de diamant, « vierge de corps et d’ñme et sonnant le cor sacré » pourra dĂ©livrer des flammes la vierge Brunnhilde. Sigurd propose de revĂȘtir l’identitĂ© de son ami Gunther pour conquĂ©rir Brunnhilde ; seul lui importe d’épouser Hilda dont il est toujours Ă©pris (grĂące au philtre d’Uta). Sigurd reçoit du grand-prĂȘtre le cor sacrĂ© d’Odin (qui le protĂšgera des elfes) : au 3Ăš appel, le palais enflammĂ© de la Walkyrie surgira. Au milieu des Dolmen, 3 nornes paraissent et montrent Ă  Sigurd, le linceul qu’elles lui destinent.  Lutins, kobolds et walkyries haineuses l’assaillent. Au 2Ăš appel, Sigurd dĂ©couvre un lac oĂč tentent de le sĂ©duire les lascives Nixes, sirĂšnes dangereuses. Sigurd parvient Ă  sonner le 3Ăš appel, avant qu’un elfe ne lui dĂ©robe le cor d’Odin.  Pensant combattre pour l’amour d’Hilda, Sigurd s’avance vers le palais qui se prĂ©cise devant lui. Sigurd dĂ©guisĂ© en Gunther dĂ©livre Brunnhilde qui le salue : une nacelle de cristal tirĂ© par les 3 nornes devenues cygnes emmĂšne le couple endormi.

 

 

 

 

 

ACTE III

La noce de Gunther et de Brunnhilde

 

Dans  les  jardins  du  chĂąteau  de  Gunther  à  Worms,  Brunnhilde dĂ©couvre le roi qui l’a sauvĂ©, tandis que sous la vigilance d’Uta, Sigurd sĂ©duit Hilda, ravie d’avoir gagnĂ© l’amour du chevalier.

Hagen annonce les noces de Brunnhilde et de Gunther : un tournoi est organisĂ© en l’honneur des mariĂ©s. Au moment oĂč Brunnhilde bĂ©nit l’union simultanĂ©e entre Hilda et Sigurd, le tonnerre gronde et suscite un malaise partagĂ© chez ces derniers. Uta pressent que le destin n’accepte pas la tromperie dont Sigurd et Brunnhilde sont victimes. La sorciĂšre craint le pire sur la maison de Gunther et de sa sƓur, Hilda.

 

 

 

 

 

 

 

ACTE IV

Le bûcher des Justes : Sigurd et Brunnhilde 

Sur  une  terrasse  du  chĂąteau  de  Gunther,  les servantes s’inquiĂštent du mal mystĂ©rieux qui ronge le cƓur de Brunnhilde ; celle ci paraĂźt et exprime malgrĂ© son mariage avec Gunther, son amour irrĂ©pressible et coupable pour Sigurd. Hilda la rejoint et avoue le stratagĂšme : c’est bien Sigurd qui l’a dĂ©livrĂ©e des flammes ; c’est lui le chevalier digne de son amour.

Mais Brunnhilde revendique la loi d’Odin selon laquelle c’est Sigurd qui lui est promis ; une terrible malĂ©diction menace Gunther et Hilda les manipulateurs.

Paraissent Gunther et Hagen : Brunnhilde les menace et les maudit. Avant le jour, Gunther ou Sigurd périra.

Brunnhilde invite Sigurd Ă  la fontaine ; en rĂ©citant un sortilĂšge rituel qui dĂ©fait les sorts, Sigurd dĂ©couvre qu’il aime Brunnhilde et lui dĂ©clare son amour. MalgrĂ© les tentatives de Brunnhilde, Hagen, bras armĂ© de Gunther, tue Sigurd. Avant d’expirer, Sigurd reçoit le serment de Brunnhilde qui jure de mourir Ă  ses cĂŽtĂ©s : Hagen ordonne un grand bĂ»cher qui embrase le corps des deux fiancĂ©s purs. Mais Hilda dĂ©possĂ©dĂ©e et coupable, exige que Hagen la tue Ă©galement auprĂšs de Sigurd ; avant que l’homme noir ne la frappe, Hilda remet Ă  Uta le bracelet des Ă©missaires d’Attila ; le barbare viendra donc la « sauver » mais avant, exterminera le royaume de Gunther, l’usurpateur et le lĂąche. Alors que les flammes consume leur dĂ©pouille, le chƓur final chante leur amour Ă©ternel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COSI FAN TUTTE de MOZART Ă  l’OpĂ©ra de TOURS

MOZART-wolfgang-portrait-concerto-symphonie-jupiter-don-giovanni-mozart-critique-opera-sur-classiquenewsTOURS, OpĂ©ra. MOZART : Cosi fan tutte. 4, 6, 8 octobre 2019. Nouvelle production Ă©vĂ©nement Ă  l’OpĂ©ra de Tours et pilier du rĂ©pertoire : le dernier ouvrage du mythique duo Da Ponte / Mozart, Cosi fan tutte est le sujet de cette nouvelle lecture d’un chef d’oeuvre lyrique incontestable, crĂ©Ă© Ă  Vienne en janvier 1790. Le duo contemporain Benjamin Pionnier / Gilles Bouillon interroge l’étonnante modernitĂ© de la partition, l’une des plus sensuelles et nostalgiques jamais Ă©crites par Wolfgang : Cosi fan tutte conclut le triptyque des opĂ©ras conçus par les deux gĂ©nies des LumiĂšres, aprĂšs Les Noces de Figaro et Don Giovanni. Avant Marivaux et l’échiquier amer, mordant des faux semblants amoureux, Mozart et Da Ponte abordent les intermittences du cƓur, la volatilitĂ© des serments partagĂ©s et l’étonnante inconstance des femmes (« toutes les mĂȘmes ! », s’expriment en morale, le titre de l’ouvrage).

L’école de l’amour : cynique, cruelle, douloureuse


________________________________________________________________________________________________

Plus cru voire cynique, l’opĂ©ra dĂ©peint la cruautĂ© de cƓurs inconstants mais les jeunes hommes (Ferrando tĂ©nor et Guglielmo baryton) ont fait un pari risquĂ© : parier sur la fidĂ©litĂ© de leurs fiancĂ©es respectives (Fiordiligi et Dorabella), deux jeunes beautĂ©s napolitaines, Ă©cervelĂ©es et volages qui aux premiers inconnus rencontrĂ©s (certes de beaux Ă©trangers orientaux qui sont en rĂ©alitĂ© leurs fiancĂ©s dĂ©guisĂ©s et interchangĂ©s), dĂ©faillent et s’alanguissent pour les nouveaux garçons, malgrĂ© les serments Ă©changĂ©s. En pilotes amusĂ©s et parfaitement cyniques, deux endurcis, savourent la naĂŻvetĂ© ici Ă©pinglĂ©e : la servante des deux fiancĂ©es, Despina ; Don Alfonso, vieux sĂ©ducteur philosophe qui n’en est pas Ă  son premier pari ni Ă  sa premiĂšre Ă©preuve sentimentale ; il apprend Ă  ses cadets, la douloureuse Ă©cole de l’amour
 d’ailleurs, l’opĂ©ra s’intitule aussi La Scuola degli amanti / L’école des amants
 on ne saurait ĂȘtre plus clair.
Rival de Mozart Ă  Vienne, le compositeur bientĂŽt officiel, au service des Habsbourg, Antonio Salieri compose lui aussi une Ecole des amants : rĂ©intitulĂ© prĂ©cisĂ©ment « la Scuola degli Gelosi » crĂ©Ă© en 1778 / l’école des jaloux (ce qui revient au mĂȘme) dont la verve et la virtuositĂ© dans le genre buffa napolitain, n’égalent toute fois pas le gĂ©nie ni la justesse de Mozart. La Scuola degli Gelosi affirme cependant l’intelligence rafraichissante d’un Salieri de 28 ans, douĂ© d’une libertĂ© d’invention proche de Mozart.

________________________________________________________________________________________________

 

 

Opéra de Toursboutonreservation
MOZART : Cosi fan tutte, 1790
reprise 2014

Vendredi 4 octobre 2019 – 20h
Dimanche 6 octobre 2019 – 15h
Mardi 8 octobre 2019 – 20h

RÉSERVEZ VOTRE PLACE
http://www.operadetours.fr/cosi-fan-tutte

 

 

________________________________________________________________________________________________

Opéra buffa en deux actes
Livret de Lorenzo da Ponte
Créé le 26 janvier 1790 au Burgtheater de Vienne
Production de l’OpĂ©ra de Tours

Durée : environ 3h30 avec entracte

Direction musicale: Benjamin Pionnier
Mise en scĂšne: Gilles Bouillon
DĂ©cors: Nathalie Holt
Costumes: Marc Anselmi
LumiÚres: Marc DelaméziÚre

Fiordiligi : Angélique Boudeville
Dorabella : Alienor Feix
Despina : Dima Bawab
Ferrando : SĂ©bastien Droy
Guglielmo : Marc Scoffoni
Don Alfonso : Leonardo Galeazzi

Choeur de l’OpĂ©ra de Tours
Orchestre Symphonique RĂ©gion Centre-Val de Loire/Tours

________________________________________________________________________________________________

Samedi 28 septembre – 14h30
Grand ThĂ©Ăątre – Salle Jean Vilar
ConfĂ©rence sur l’opĂ©ra Cosi fan tutti – EntrĂ©e gratuite

Grand Théùtre de Tours
34 rue de la Scellerie
37000 Tours

02.47.60.20.00
Contactez-nous
Billetterie
Ouverture du mardi au samedi
10h30 Ă  13h00 / 14h00 Ă  17h45

 

 

________________________________________________________________________________________________

Approfondir

 

 

Salieri, gĂ©nie du buffaLIRE notre critique du cd SALIERI : La Scuola de’Gelosi, Venise /1778, version viennoise de 1783 (livret de Da Ponte Ă  partir de l’original de Mazzola). ComĂ©die en deux actes – / Werner Ehrhardt (3 cd DHM – 2015) – parution fĂ©vrier 2017
http://www.classiquenews.com/cd-compte-rendu-critique-salieri-la-scuola-degelosi-werner-ehrahardt-3-cd-dhm-2015/

 

 

 

 

LE BARBIER DE SEVILLE de Rossini par PE ROUSSEAU

rossini-barbier-seville-pierre-emmanuel-rousseau-opera-france-3-direct-critique-opera-classiquenewsFRANCE 3. Sam 5 octobre 2019, ROSSINI : Le Barbier de SĂ©ville. France 3 Normandie Ă  18h. Depuis l’OpĂ©ra de Rouen, Le barbier de SĂ©ville, crĂ©Ă© Ă  Rome en 1816 reste l’oeuvre fĂ©tiche des salles d’opĂ©ra et aussi, le premier sommet comique du jeune Rossini. Depuis le 27 septembre 2019 Ă  Rouen, le metteur en scĂšne Pierre Emmanuel Rousseau s’empare de la partition, soulignant sa facĂ©tie piquante et son propos parodique qui dĂ©nonce la condition des femmes Ă  travers l’emprisonnement de la belle et jeune Rosina, femme Ă  tempĂ©rament plutĂŽt que jeune donzelle manipulable. Ce 5 octobre, en direct de l’OpĂ©ra de Rouen, France 3 diffuse dĂšs 18h la  production qui compte deux jeunes chanteurs Ă  suivre :  dans le rĂŽle du sĂ©ducteur ardent, Ă©lĂ©gant Almaviva, Xabier Anduagua (laurĂ©at du concours Operalia 2019) et le mezzo français, LĂ©a Desandre, dans le rĂŽle de la pĂ©tulante et mordante Rosina «(cf fameux air de revanche fĂ©minine : « « Una voce poco fa »). A l’occasion de cette journĂ©e « Le Barbier de SĂ©ville partout en Normandie », l’intĂ©gralitĂ© de l’oeuvre sera diffusĂ©e sur plusieurs Ă©crans gĂ©ants de la rĂ©gion Normandie.  Puis, Ă  00h30 : diffusion dans ”Appassionata” sur France 3 de l’intĂ©gralitĂ© de l’oeuvre.

FRANCE 3. Samedi 5 octobre 2019, ROSSINI : Le Barbier de SĂ©ville (Rome, 1861). France 3 Normandie Ă  18h. Opera bouffe en deux actes de Gioachino Rossini  – Livret de Cesare Sterbini, d’aprĂšs la comĂ©die Le Barbier de SĂ©ville ou la PrĂ©caution inutile de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais.
Création à Rome au Teatro Argentina le 20 février 1816.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/seine-maritime/rouen/france-3-normandie-vous-propose-vivre-direct-opera-rossini-barbier-seville-1730071.html?fbclid=IwAR0GG2b51APIOdgJvC-lSdlFpF0pNDJEdoXgg2Y-F3PbzqD9Qs9eoA4rMjg

 
 
rossini-barbier-de-seville-pierre-emmanuel-rousseau-critique-opera-classiquenews-opera-en-direct

 

 

 
________________________________________________________________________________________________

France 3 Normandie depuis l’OpĂ©ra de Rouen.

Orchestre de l’OpĂ©ra de Rouen Normandie
ChƓur accentus / OpĂ©ra de Rouen Normandie
Direction musicale : Antonello Allemandi
Mise en scÚne, scénographie, costumes :
Pierre-Emmanuel Rousseau
Assistante mise en scÚne : Pénélope Bergeret
Assistante scénographie : Guillemine Burin des Roziers
LumiĂšres : Gilles Gentner

Chanteurs :
Almaviva : Xabier Anduaga
Figaro : Joshua Hopkins
Rosine : Lea Desandre
Bartolo : Riccardo Novaro
Basilio : Mirco Palazzi
Fiorello : Antoine Foulon
Berta : Julie Pasturaud

Chef de chant : Frédéric Rouillon
Cheffe de chƓur : ChloĂ© Dufresne

 

 

 

 

 

OPERA VIRTUOSE, OPERA QUI DENONCE


________________________________________________________________________________________________

 

rossini-portrait-gioachino-rossini-bigMalgrĂ© Ă©videment l’air devenu lĂ©gendaire par ses difficultĂ©s confiĂ© au tĂ©nor Almaviva : « Cessa di piĂč resistere », la production de l’OpĂ©ra de Rouen menĂ©e, portĂ©e, revivifiĂ©e par l’homme orchestre Pierre-Emmanuel Rousseau qui est et metteur en scĂšne, et dĂ©corateur, et costumier, a de l’électricitĂ© dans l’air : « du Goya qui aurait mis les doigts dans la prise ». Pour PE Rousseau, temps oblige Ă  l’époque de Rossini, car la RĂ©volution française n’est pas totalement oubliĂ©e, le Barbier de Rossini est aussi une affaire de classes ; l’arrogance supĂ©rieure malgrĂ© son Ă©lĂ©gance, d’Almaviva agace mais sĂ©duit (quand il devient Alonso, maĂźtre de musique pour approcher et sĂ©duire la belle sĂ©questrĂ©e); son valet Figaro a du chien populeux, en vĂ©ritable bad boy de la rue ; et Rosine est aussi jeune et piquante qu’ambitieuse et dĂ©terminĂ©e. Une fĂ©ministe exemplaire.
Mais Rossini reste Rossini : il ne suffit pas de bien jouer ; il est nécessaire de maßtriser ce bel canto romantique aussi virtuose en vocalises que précis, intelligible et syllabique.
Il faut surtout Ă©viter le trait Ă©pais et le grossissement caricatural dans la caractĂ©risation de chaque personnage. Rossini s’amuse mais Rossini dĂ©nonce aussi. Son divertissement ne se peut goĂ»ter dans sa saveur exacte qu’à la lumiĂšre de cet esprit qui est aussi pensĂ©e. Qu’en sera-t-il Ă  ROUEN, ce samedi 5 octobre dĂšs 18h en direct ? A suivre.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

A LIRE ET A VOIR aussi : Pierre-Emmanuel ROUSSEAU a mis en scĂšne la crĂ©ation mondiale (en français) des FĂ©es du Rhin de Jacques Offenbach Ă  l’OpĂ©ra de Tours (sept / oct 2018), VOIR notre reportage vidĂ©o classiquenews
https://vimeo.com/292457864

 

 

LIRE la critique des FĂ©es du Rhin d’Offenbach / OpĂ©ra de Tours, sept 2018 :
http://www.classiquenews.com/lopera-de-tours-cree-les-fees-du-rhin-de-jacques-offenbach/

Paris, salle CORTOT, ce soir : Concert Brahms

artie-s-logo-concert-annonce-evenement-critique-classiquenewsPARIS, Salle Cortot. Ce soir, ARTIE’S PIANO QUARTET. BRAHMS rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©. Pour ce programme chambriste de haut vol, la salle Cortot offre un Ă©crin idĂ©al avec sa convivialitĂ© et son acoustique parfaite. Autour du Quatuor pour piano de Brahms, ‹Artie’s promet de surprendre les spectateurs, grĂące Ă  la prĂ©sence de Yanowski et Fred Parker (Cirque des Mirages) « qui vont faire planer un vent de folie sur cette soirĂ©e Ă  nulle autre pareille ! » 
 

  

 

Le 3Ăšme et dernier Quatuor pour piano et cordes en ut mineur opus 60

 

 

Brahms-Johannes-portrait-face-500-brahmsde Brahms fait partie des Ɠuvres Ă  clĂ©, dont en filigrane se lit la passion jamais rĂ©ellement Ă©noncĂ©e de Johannes pour celle qu’il admire entre toutes, Clara Schumann (l’Allegro initial composĂ© en dernier, porte le thĂšme de la lumineuse Clara). Brahms avouera mĂȘme au sujet de cette partition majeure, oĂč le poids de la sensibilitĂ© empĂȘchĂ©e le dispute Ă  l’exaltation la plus vive, qu’il a songĂ© alors, pendant sa composition (1856), tel Werther, au 
 suicide. Propre Ă  un temps de gravitĂ© mĂ©lancolique (dont il a le secret), Brahms n’achĂšvera son Quatuor pour piano qu’en 
1875. 19 annĂ©es d’une pensĂ©e musicale en pointillĂ©. Preuve d’une genĂšse difficile, en une pĂ©riode de grande interrogation (son intermezzo « surnaturel »), Brahms respire large, privilĂ©giant un flux discursif continu (sans barres de reprise d’exposition); l’ut mineur emprunte Ă  Robert Schumann ; l’Allegro en particulier est d’esprit schumannien ; l’Ɠuvre affirme une maturitĂ© intime au large ambitus : les souffrances du jeune Brahms – Werther sont ainsi comme rĂ©solues et exorcisĂ©es par le compositeur expĂ©rimentĂ© de 43 ans.
Le Quatuor est crĂ©Ă© en fĂ©vrier 1876 (Brahms est au piano) devant le Landgraf et la princesse de Hesse, trĂšs admirateurs de la musique de Brahms.‹En dĂ©coule cette esthĂ©tisme de la forme dont la sincĂ©ritĂ© touche et saisit immĂ©diatement ; sa libertĂ© d’écriture, exprimant toutes les volutes d’un cƓur ardent et fougueux, signale quant Ă  elle, le degrĂ© de maĂźtrise auquel est parvenu le compositeur au milieu des annĂ©es 1870.

PLAN : 4 mouvements Allegro non tropppo, Scherzo (Allegro en ut mineur), Andante, Allegro commodo. Durée approximative : 50 minutes.

 

 

 

 ARTIE'S PIANO QUARTET : BRAHMS réinventé

________________________________________________________________________________________________

PARIS, Salle CORTOTboutonreservation
jeudi 3 octobre 2019, 20h30
Concert ARTIE’S

RÉSERVEZ VOTRE PLACE

 

MUSICIENS :
Jean-Michel Dayez, piano
Mathilde Borsarello Herrmann, violon
CĂ©cile Grassi, alto
Gauthier Herrmann, violoncelle

Avec l’aimable participation du Cirque des Mirages (Yanoswki et Fred Parker)

 

 

PROGRAMME
Brahms – Quatuor op.60
Mais aussi Ɠuvres de Mozart, Korngold, Piazzolla

Billetterie FNAC : 20€
Gratuit pour les -18 ans

Salle Cortot – 78 rue Cardinet – 75017 PARIS

________________________________________________________________________________________________

ARTIE-S-cecile-grassi-gauthier-herrmann-jean-michel-Dayez-Mathilde-borsarello-herrmann-brahms-concert-evenemtn-paris-3-octobre-2019-annonce-classiquenews

cortot-salle-concert-festival-annonce-critique-critique-classiquenews

 

 

UNE AUTRE IDÉE du CONCERT par ARTIE’S

 

ARTIE-S-cecile-grassi-gauthier-herrmann-jean-michel-Dayez-Mathilde-borsarello-herrmann-brahms-concert-evenemtn-paris-3-octobre-2019-annonce-classiquenewsEn rĂ©alitĂ©, ARTIE’S propose de renouveler l’expĂ©rience du concert classique, en particulier de musique de chambre dont l’intimisme favorise la rencontre et l’interaction avec les spectateurs. La participation du Cirque des Mirages, ce 3 octobre Ă  la Salle Cortot, enrichit la perception et la rĂ©ception de chaque Ɠuvre
 Pou rĂ©aliser la nouvelle expĂ©rience, les interprĂštes se rĂ©unissent autour du violoncelliste Gauthier Herrmann qui a eu l’idĂ©e de ce nouveau cycle de concerts ouverts, gĂ©nĂ©reux, crĂ©atifs et surtout accessibles. « Le Cirque des Mirages, c’est une amitiĂ© de longue date avec plus de 15 ans de scĂšne en duo. Mais c’est avant tout un univers unique emprunt de folie et de dĂ©cadence, oĂč chaque chanson est une histoire et, chaque histoire, une plongĂ©e dans les profondeurs abyssales de l’Ăąme humaine, explique Gauthier Herrmann. Le choix de Johannes Brahms n’est pas non plus gratuit. « Ce concert commence par l’opus 60 de Brahms, qui est sans aucun doute l’une des oeuvres les plus denses du compositeur. Comme toujours avec Artie’s, nous parlons et discutons avec le public. Cette oeuvre nous permettra de parler de la mort, de la nuit et pourquoi pas du diable ou du paradis… Et cela, personne ne le fait mieux que Yanowski ! »

 

 

 

 

 

RĂ©inventer l’accessibilitĂ© aux Ɠuvres


HUMOUR, ÉNERGIE, BIENVEILLANCE

Pour mieux comprendre les enjeux de ce concert atypique qui nĂ©anmoins respecte les Ɠuvres jouĂ©es au plus haut niveau, voici 3 questions complĂ©mentaires :

 

 

 

CNC : Pourquoi abordez-vous le Quatuor avec piano de Brahms ? Que nous renseigne-t-il de Brahms et de son Ă©criture ?

 

artie-s-logo-concert-annonce-evenement-critique-classiquenewsGauthier Herrmann : Ce choix de programme est avant tout une histoire de personnes. En effet, nous avons d’abord choisi les musiciens avant de choisir le programme. Les 4 musiciens sont partis en tournĂ©e en Inde en 2017 avec l’intĂ©grale des quatuors avec piano de Brahms  (opus 25, 26 et 60).  Ensuite nous voulions depuis longtemps partager une scĂšne parisienne avec Yanowski et Fred Parker (Cirque des Mirages). La densitĂ© de l’opus 60 nous a paru une magnifique opportunitĂ© pour crĂ©er un univers commun.

 

 

 

cirque-des-mirages-concert-ARTIES-brahms-Quintette-pour-piano-brahms-concert-annonce-clic-de-classiquenews-gauthier-herrmann-violoncelle 

 Yanowski et Fred Parker (Cirque des Mirages) – DR

 

Pouvez-vous nous présentez votre offre musicale ? Rencontre, ligne  artistique, sonorité, répertoire ?

 

Gauthier Herrmann : Artie’s est une joyeuse bande de musiciens ouverts sur le monde et sur le partage. Chaque annĂ©e, nous jouons et organisons environ 80 concerts autour du monde, avec une vingtaine de musiciens. Trios, quatuors, ou orchestres de chambre, la ligne artistique est donnĂ©e par les salles, les acoustiques, les publics… et surtout notre envie de rencontrer un public large et de le rassurer quand Ă  l’accessibilitĂ© de Mozart, Schubert et Beethoven !

 

 

 

 

Comment selon vous renouveler l’expĂ©rience du concert auprĂšs du public d’aujourd’hui ?

 

Gauthier Herrmann : VoilĂ  une question cruciale. Nous pensons que la vulgarisation de la musique peut prendre de nombreuses formes. Le but est de dĂ©mystifier les grandes oeuvres et les compositeurs mais certainement pas d’abaisser le niveau d’exigence requis par cet art. Nul besoin d’ĂȘtre fin connaisseur pour ĂȘtre Ă©merveillĂ© par un quatuor de Mozart ou une symphonie de Beethoven. Pour preuve, nous jouons souvent Ă  l’autre bout du monde (Inde, Chine, Moyen-Orient…) devant des publics d’une tout autre culture. Et cela fonctionne trĂšs bien ! Nous pensons qui si une proximitĂ© se rĂ©installe entre les artistes et le public, le pari de rendre la musique accessible Ă  tous sera gagnĂ© !

Et pour cela, Ă  chacun, son approche ; ce qui compte, c’est de le faire avec honnĂȘtetĂ© et simplicitĂ©. Si nous devions dĂ©finir la marque de fabrique Artie’s, disons que l’humour, l’Ă©nergie et la bienveillance font partie de chacun de nos concerts…

 

PLUS D’INFOS SUR ARTIE’S-GROUP.COM

Propos recueillis en septembre 2019.

 

  

 

CHINE. SERSE de HAENDEL par Opera FUOCO, David Stern

haendel handel georg-friedrich-haendel_1_jpg_240x240_crop_upscale_q95CHINE. OPERA FUOCO : Handel : SERSE, les 17, 19, 20 et 22 oct 2019. Depuis 2003, David STERN ne cesse de travailler pour accomplir les missions de sa compagnie d’opĂ©ra, OPERA FUOCO, une acadĂ©mie permanente qui favorise l’éclosion des jeunes tempĂ©raments lyriques. PortĂ© par le chant lyrique, dĂ©fenseur du texte, soucieux du drame comme de l’élĂ©gance du style musical, le chef et directeur d’Opera Fuoco aborde cet automne, Serse de Haendel, un ouvrage dramatique parmi les plus aboutis du Saxon. Les subtilitĂ©s de la passion haendĂ©lienne sont ainsi Ă  l’honneur en Chine (les 17 Ă  PĂ©kin, les 19 et 20 Ă  Shenzen, le 22 Ă  Nangjing), grĂące Ă  l’opĂ©ra seria, Serse. Un opĂ©ra dirigĂ© par David Stern, c’est la promesse d’un drame Ă©lucidĂ©e, explicitĂ©e ; des jeunes chanteurs ardents, vifs, acĂ©rĂ©s qui dĂ©fendent surtout un texte, des personnages, des situations, un orchestre sur instruments anciens d’une expressivitĂ© affĂ»tĂ©e et prenante


STERN-DAVID-portrait-classiquenews-dossier-haendel-handel-classiquenews-Cdt-Tom-Watson-2Serse, crĂ©Ă© Ă  Londres en avril 1738, est l’un des opĂ©ras les plus connus de HĂ€ndel, surtout grĂące Ă  l’air Ă©lĂ©giaque Ombra mai fu, chantĂ© par le roi de Perse Serse et dĂ©diĂ© Ă  un platane (!). L’histoire du roi AchĂ©mĂ©nide XerxĂšs Ier sort des carcans historiques de la Perse antique et devient une sorte de feuilleton tĂ©lĂ©visĂ© digne de Dallas ou Dynasty. Cet opĂ©ra est aussi l’un des rares chefs d’Ɠuvres de HĂ€ndel qui fasse intervenir des personnages comiques. AprĂšs Cavalli (1654), Haendel adapte l’histoire de Serse (XersĂšs) pour la scĂšne lyrique. A l’origine, le personnage titre est chantĂ© par un castrat soprano, Ă  la crĂ©ation londonienne en 1738 : Gaetano Majorano, dit Cafarelli.
La compagnie lyrique Opera Fuoco et son chef et directeur David Stern rĂ©pondent, avec cette production, Ă  l’invitation du festival de musique de PĂ©kin. DurĂ©e : 2h30 – Avec entracte

 

DÉCOUVRIR LA COMPAGNIE OPERA FUOCO : travail et rĂ©pĂ©titions avec les jeunes chanteurs, rĂ©alisation scĂ©nique, interprĂ©tation lyrique – enjeux, objectifs, fonctionnement… la Compagnie lyrique OPERA FUOCO au travail autour d’ALCINA de Haendel, avec Raffaella Milanesi, LĂ©a Desandre, Nathalie PĂ©rez… tournĂ©e Paris Shanghai 2015 :

 

 Alcina de rĂȘve par Opera Fuoco et David Stern

 

________________________________________________________________________________________________

boutonreservationHANDEL : SERSE
TOURNÉE en Chine : les 17 octobre Ă  PĂ©kin, les 19 et 20 Ă  Shenzen, le 22 Ă  Nangjing)

 

________________________________________________________________________________________________

 

AGENDA de la compagnie OPERA FUOCO
https://operafuoco.fr/agenda/

David STERN © Tom Watson

POITIERS. OpĂ©rettes d’OFFENBACH au TAP

offenbach-concert-melanis-boisvert-operas-poitiers-TAP-582POITIERS, TAP. le 10 octobre 2019. OFFENBACH, le Strauss français et le petit Mozart des Champs ElysĂ©es
 Quel regard portez vous sur Jacques Offenbach, l’amuseur du Second Empire, capable de mĂ©lodies envoĂ»tantes et de facĂ©ties trĂšs insolentes ? NĂ© en Allemagne (Ă  Cologne), Jacques Offenbach respire et rĂȘve d’abord auvioloncelle dont il est virtuose (cf ses duos pour deux violoncelles, aussi mĂ©connus que divins) ; mais trĂšs vite, ce gĂ©nie de l’opĂ©ra, excelle et brille dans le genre opĂ©ra comique et opĂ©rette dont il devient le chantre de son siĂšcle.

DĂ©lices d’Offenbach
Un Ăąge d’or de l’opĂ©rette romantique en France

Il est nĂ© Ă  Cologne cinq ans aprĂšs le roi de la valse (Johann Strauss, son contemporain et ami), mais devient français d’adoption dĂšs son entrĂ©e au Conservatoire. AprĂšs la guerre de 1870, le sentiment antiallemand ne l’épargnant pas, Offenbach perdra de sa superbe dans l’Hexagone. PopularitĂ© revivifiĂ©e pourtant de nos jours, tant ses opĂ©rettes, d’OrphĂ©e aux enfers (son plus grand succĂšs) Ă  La Belle HĂ©lĂšne ou Ă  La PĂ©richole
 ont sĂ©duit et continuent d’enivrer les spectateurs en France et en Allemagne. Soutien du chant flexible et virtuose de la soprano MĂ©lanie Boisvert, l’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine, offrent un feu d’artifice de ses airs et ensembles cĂ©lĂ©brissimes, mais aussi de savoureuses raretĂ©s exhumĂ©es Ă  l’occasion de son 200Ăšme anniversaire.

Laurent Campellone, direction
MĂ©lanie Boisvert, soprano colorature
Luca Lombardo, ténor
Delphine Haidan, mezzo-soprano
Olivier Grand, baryton

Jacques Offenbach
Extraits des opĂ©rettes : La Grande Duchesse de GĂ©rolstein, Les Contes d’Hoffmann, Pepito, Lischen et Fritzschen, Pomme d’Api, La GaĂźtĂ© parisienne, La PĂ©richole, Tromb-Al-Ca-Zar, Les Brigands, OrphĂ©e aux enfers

boutonreservationJeudi 10 octobre 2019
POITIERS, TAP, 20h30
RESERVEZ VOTRE PLACE
https://www.tap-poitiers.com/spectacle/offenbach/

Durée : 1h30 avec entracte

OPERA BAROQUE. 8Ăš CONCOURS DE CHANT BAROQUE DE FROVILLE, palmarĂšs 2019

OPERA BAROQUE. 8Ăš CONCOURS DE CHANT BAROQUE DE FROVILLE, palmarĂšs 2019. La 8Ăšme Ă©dition du concours international de chant baroque de Froville s’est dĂ©roulĂ© du 27 au 28 septembre 2018 Ă  l’Ă©glise romane de Froville et au chĂąteau  de LunĂ©ville. Le jury prĂ©sidĂ© par Franck-Emmanuel Comte : Giuseppina Bridelli, Claude Cortese et Nicolas KrĂŒger, a rendu son palmarĂšs :

concours chant baroque froville 2019 palmarĂšs

LAURÉATS 2019

Premier prix
Gwendoline BLONDEEL (photo ci-dessous)
(Belgique – soprano – 24 ans)

Second prix
Julie ROSET  (France – soprano – 22ans)

TroisiĂšme prix, ex aequo
AXELLE VERNER (France – mezzo-soprano – 29 ans)
Cindy FAVRE-VICTOIRE (France – soprano – 26 ans)

FĂ©licitations Ă  tous les candidats ainsi qu’aux autres finalistes :
Mathilde PAJOT (France – 26 ans – mezzo-soprano),
Helena BREGAR (Pologne – 27 ans – soprano)
Alexander SIMPSON (Grande-Bretagne – 26 ans contre-tĂ©nor).

Plus d’infos :
https://www.festivaldefroville.com

concours-froville-chant-baroque-edition-2019-palmares-premier-prix-classiquenews