ARTEconcert : Santtu-Matias ROUVALI joue les 6ème Symphonies de SIBELIUS et TCHAIKOVSKY

Santtu-Matias-Rouvali-maestro-montpellier-concert-evenement-baguette-compte-rendu-critique-concert-par-classiquenewsARTEconcert, lun 8 nov 2021, 1h20. SIBELIUS, TCHAIKOVSKI: 6ème Symphonies. SM Rouvali. Programme réjouissant qui fait dialoguer la vibration pastorale d’un Sibelius envouté par les mystères de la Nature et la dernière expérience d’un Tchaikovski saisi par la mort et la sensation de l’au-delà. Chez Sibelius, la n°6 est une évocation scintillante du souffle naturel, hymne pastoral qui place l’orchestre au cœur de la forêt, sur les massifs en plein air. La transparence et l’éclat détaillé des timbres instrumentaux allègent constamment la pâte orchestrale, en une prière constamment ému, touché par le sujet. Chaque fin de mouvement, surtout les deux premiers, sonne comme une équation irrésolue, un énoncé dans le mystère. Le 3è mouvement, plus heureux, direct, objectif, danse littéralement dans le vent et les champs élyséens.

 

santtu-matias-rouvali-joue-sibelius-critique-concert-classiquenews

 

 

Le concert de l’Orchestre philharmonique de Radio France, filmé en 2020, recueille ainsi la direction fine, claire, éclatante et très précise du jeune (35 ans) Finlandais Santtu-Matias Rouvali. Formé, entre autres, à l’Académie Sibelius d’Helsinki, a succédé à son compatriote Esa-Pekka Salonen à la tête du Philharmonia Orchestra de Londres. “La plupart des compositeurs modernes créent des cocktails multicolores ; j’offre au public de l’eau transparente”, disait Sibelius à propos de sa “Sixième symphonie”. Santtu-Matias Rouvali semble faire sienne cette déclaration qui vaut note d’intention et feuille de route pour l’interprétation.
Dans la salle Pierre-Boulez de la Philharmonie de Paris, ce concert ce concert en huis-clos sans public, enchaîne sur une seconde et non des moindres, “Sixième” : la “Pathétique” de Tchaïkovski, chant du cygne du compositeur russe : la matière sonore dilate temps et espace ; elle invente une forme inédite mêlant élégie, valse, marche frénétique, déploration. Piotr Illiytch mourra neuf jours après la création de la 6è, en 1893 ; le manuscrit est donc considéré comme son testament musical.

 

 

arte-concert-arts-de-la-scene-ballets-vod-critiques-classiquenewsEN REPLAY accessible jusqu’au 21 oct 2024 (durée : 1h21mn)
https://www.arte.tv/fr/videos/097529-000-A/santtu-matias-rouvali-dirige-sibelius-et-tchaikovski/

Comments are closed.