ARTEconcert. HANDEL : ALCINA, Fasolis / Poda (mars 2022)

handel-haendel-portrait-582-grand-portrait-handel-haendelOPERA, streaming ARTEconcert. HANDEL : ALCINA, Fasiolis / Poda. Jusqu’au 15 oct 2022   -   Tout l’opĂ©ra de Haendel bĂ©nĂ©ficie d’un regard sur la psychĂ© humaine et le pouvoir de l’amour d’une Ă©tonnante et juste noirceur. D’aprĂšs L’Arioste (Orlando Furioso, 1516), le compositeur construit son drame musical (1735) comme un Ă©chiquier amoureux, Ă©touffant, Ă©prouvant oĂč l’enchanteresse Alcina piĂšge les chevaliers qui se hasardent sur son Ăźle ; elle les envoĂ»te et les tient prisonniers Ă  sa guise, selon son bon vouloir. Roger / Ruggiero incarne cependant malgrĂ© les sortilĂšges de la SorciĂšre, l’inconstance et la fĂ©brilitĂ© d’Eros et Alcina doit bien reconnaĂźtre sa dĂ©faite cinglante Ă  s’attacher la fidĂ©litĂ© et l’amour du seul chevalier qu’elle aime
 Le sommet de la partition est le grand air d’Alcina, celui de la destruction psychique d’une sorciĂšre amoureuse mais dĂ©munie, impuissante, dĂ©vorĂ©e par le feu de l’amour insatisfait « A mio cor » / (1h38mn38). La production de l’OpĂ©ra de Lausanne est trĂšs convaincante.

 

 

 

alcina-poda-fasolis-opera-lausanne-critique-opera-classiquenews-fagioli-lys-sancho-classiquenews

 

 

 

Le Ruggiero de Franco Fagioli dĂ©borde de vĂ©risme Ă©motionnel ; certes le style est parfois maniĂ©rĂ©, mais le dessin de la ligne vocale, l’intention jusqu’auboutiste, expriment le dĂ©sarroi du chevalier qui est manipulĂ© sans le comprendre ; perdu, au bord de la folie sur l’üle de l’Enchanteresse. Son dernier grand air fait valoir la souplesse des passages de tĂȘte et de poitrine, l’exceptionnelle Ă©tendue de la tessiture et sur tout le spectre, une intensitĂ© Ă©gale des notes qui fusent dont des aigus perçants magnifiques (2h29mn49 : « Dans sa taniĂšre, la tigresse hĂ©site
 »), le voici ce Ruggiero en fin d’épreuves, encore guerrier, prĂȘt Ă  en dĂ©coudre pour combattre et vaincre celle qui impose sa loi trompeuse et illusoire.

RĂŽle Ă©crasant que celui d’Alcina : recitatifs impĂ©tueux soutenus par un orchestre fiĂ©vreux, nerveux, sanguin, musclĂ© (2h00mn27) : l’enchanteresse haineuse, pleine de revanche car elle a Ă©tĂ© trahie par Ruggiero, s’obstine dans la magie pourtant vaine, elle doute, prĂȘte Ă  s’effondrer, vaincue, trompĂ©e, « que me reste-t-il »? (2’01’44 : « Ombre palide ») – intervalles assumĂ©s, intensitĂ© hallucinĂ©e, soprano incandescent, clair, mĂ©tallique parfois, toujours agile et percutant, douĂ© d’une excellente articulation, l’Alcina de Lenneken Ruiten est le pilier de cette production suisse. C’est un grand moment de dĂ©lire lacrymal exploitant des moyens indiscutables (aigus sidĂ©rants et pleins Ă  l’avenant).

Dans ce labyrinthe des cƓurs Ă©prouvĂ©s, solitaires, souvent dĂ©munis, la Morgane de Sophie Lys apporte elle aussi une sincĂ©ritĂ© touchante (air dĂ©sespĂ©rĂ© et d’imploration  « Crede
 », 2’10’41 avec viole obligĂ©e), Ă©cho Ă  la dĂ©faite d’Alcina.

L’Oronte de Juan Sancho est de la mĂȘme veine ; d’une sincĂ©ritĂ© bouleversante, celle d’une Ăąme ravie, conquise, accompagnĂ©e par un orchestre Ă©toilĂ©, aux cordes hyperĂ©lĂ©gantes (air d’extase amoureuse oĂč le jeune homme confesse son amour tant attendu, espĂ©rĂ© (par Morgana prĂ©cĂ©demment) : « Un momento di contento
 » ; c’est alors le seul vrai moment de comprĂ©hension amoureuse, une pause Ă©motionnelle bienvenue dans un tunnel de souffrance sentimentale : 2h21mn04)
Dans la fosse, habitĂ©, Ă  la baguette crĂ©pitante, Ă  l’écoute des Ă©garements de la folie amoureuse, Diego Fasolis affirme un beau tempĂ©rament dramatique. Sa direction franche, nerveuse porte et cultive le drame fantastique et tragique, avec toute la finesse requise.
Cependant que, cÎté mise en scÚne, ces figures comme des ombres, ce jeu de sphÚres, et de structures armilliaires soulignent le statut des chevaliers prisonniers, pris dans les rets de la séductrice enchanteresse, au pouvoir finalement limités
 Splendide.

 

 

ALCINA-lausanne-diego-fasolis-critique-opera-critique-classiquenews-review-opera-fagioli-leeneken-sancho-lys-spheres-armillaires

 

 

 

____________________________________
REVOIR sur ARTEconcert, en replay jusqu’au 15 oct 2022
FilmĂ© Ă  l’OpĂ©ra de Lausanne, le 6 mars 2022.
https://www.arte.tv/fr/videos/108001-000-A/haendel-alcina/

Alcina / Lenneke Ruiten
Ruggiero / Franco Fagioli
Oronte / Juan Sancho
Melisso / Guilhem Worms
Bradamante / Marina Viotti
Morgana / Marie Lys
Oberto / Ludmila Schwartzwalder
Stefano Poda, mise en scĂšne
Choeur et Orchestre de chambre de Lausanne

Diego Fasolis, direction

 

 

 

 

 

 

Comments are closed.