Zingari de Leoncavallo (1912)

Ruggero_LeoncavalloMontpellier. Ruggero Leoncavallo : Zingari. Mardi 15 juillet 2014, 20h. Leoncavallo n’a pas composé que Pagliacci (Paillasse,1892), sommet du vérisme qui renouvelle le drame noir, passionné, sanglant, ou I Medici (écrit à Paris et créé sans succès en 1893). Montpellier exhume cet été, un autre ouvrage du compositeur napolitain : Zingari, créé à Londres en 1912, d’après le conte de Pouchkine. En deux actes, l’ouvrage évoque la relation tragique d’un noble russe (Tamar) avec une jeune tzigane Fleana : lorsque celle-ci le trompe, il tue celle qui l’a trahi et son amant (Radu), en incendiant la cabane qui les abrite…
Leoncavallo pourtant laborieux et déterminé, qui n’a jamais revécu le premier triomphe de Pagliacci, réalise cependant dans Zingari une même combinaison d’options efficaces : intermezzo poétique (à la fin du I : l’orchestre seul exprime le huit clos et les thèmes mêlés des trois protagonistes), airs violents et expressifs, climats russes et tziganes hautement tragiques. Mérimée connaissait la figure de Fleana, imaginée par Pouchkine : en traduisant le russe, l’auteur de Carmen y a certainement puisé les sources de son personnage rebelle, radical, libre…, sirène et sauvageonne, tout autant, sensuelle, provocante, lascive même.

Fleana, sÅ“ur ainée de Carmen…

Admirateur dès ses premières heures de Wagner – il reçut le choc de l’opéra en découvrant à 20 ans, Rienzi joué en 1876 à Bologne-, Leoncavallo n’est pas cet auteur gras et pataud, aux traits épais souvent vulgaires, tel que caricaturé par D’Annunzio et Puccini. Ce dernier en voulut-il particulièrement à son cadet de composer un an après lui, une Bohème en 1897 (qui peine toujours d’ailleurs, à convaincre sur les planches…) ?
Leoncavallo connut une vie difficile malgré sa volonté de s’inscrire dans le courant novateur de l’opéra italien. Il a comme Wagner écrit ses propres livrets, suivi en s’en écartant, les avancées de Mascagni ou de Puccini. Remonter aujourd’hui Zingari permet de parcourir l’évolution de sa manière depuis Pagliacci : à la fin de sa carrière, le Napolitain s’est-il effectivement renouvelé ? Réponse ce 15 juillet à Montpellier … à Montpellier et sur France Musique.

Ruggero Leoncavallo : Zingari. En direct sur France Musique, mardi 15 juillet 2014, 20h.

 

Programme de la soirée et distribution :

 

JULES MASSENET (1842-1912)

Scènes napolitaines, suite d’orchestre n°5: 
La Danse, 
La Procession, 
La Fête

 

ZINGAR de 
RUGGERO LEONCAVALLO (1857-1919)
Opéra en 1 acte et 2 tableaux (1912)
Livret de E. Cavacchioli et G. Emanuel d’après Pouchkine
Création : Londres, Hippodrome, 16 septembre 1912

avec
Leah Crocetto, soprano : Fleana
Stefano Secco, ténor : Radu
Fabio Capitanucci, baryton : Tamar
Sergey Artamonov, baryton-basse : Il vecchio

Orquestra Simfònica de Barcelona i Nacional de Catalunya (OBC)
Orfeón Donostiarra
Michele Mariotti,  direction

 

 

Comments are closed.